X-] Nouveau séjour à l’ombre des représentants de la lumière

D’où vient la magie ?
Nombreuses sont les personnes à s’être posé la question sans y trouver de réponse. Plusieurs philosophes ont proposé des thèses diverses. Certains pensent qu’elle est simplement présente autour de nous, dans l’air, et que les mages savent capturer et condenser les fragments de magie présents autour d’eux pour les modeler et lancer leurs sortilèges. D’autres pensent que le pouvoir est inné, et qu’on ne peut l’obtenir qu’à la naissance si les dieux nous ont prédestiné à devenir mage. Quelques uns pensent que c’est un Dieu mystérieux qui accorde ce pouvoir aux personnes qu’il choisit. Les théories sont nombreuses, mais jamais aucune preuve n’est venue les étayer.
Et que répondent les mages quand on leur pose la question ?
Pour eux le pouvoir est à la fois intérieur et extérieur. Il faut posséder la graine de la magie en soi pour utiliser celle qui nous entoure. Bref, ils n’en savent pas plus que les philosophes.
La magie a cependant des limites fort heureusement, bien qu’on ne sache qui les a imposées. Pour canaliser la magie, les mages nous ont expliqué qu’il leur fallait une connaissance des runes. Ils doivent visualiser tout un assemblage de runes dans leur esprit pendant qu’ils incantent afin de modeler la magie. Il existerait des milliers de runes différentes, et plus le sortilège qu’ils comptent lancer est puissant, plus le nombre de runes requis pour le composer est grand. Un mage doit donc être extrêmement concentré lorsqu’il incante, puisqu’il lui faut visualiser les bonnes runes dans son esprit, tout en gardant en mémoire tout ce qui se passe autour de lui. Pour invoquer une boule de feu par exemple, il doit non seulement visualiser dans son esprit les runes correspondantes ( au nombre de cinq au minimum pour créer un petit projectile. Ceux de taille supérieure comportent davantage de runes, car la cohésion de la structure de la boule de feu est plus complexe) tout en se concentrant précisément sur la trajectoire qu’elle devra effectuer.
De plus, l’invocation mentale de runes exige une sorte d’effort physique conséquent, et à nouveau, l’effort est proportionnel au nombre de runes requis. Un mage doit donc pour être efficace avoir une grande résistance physique et une très grande concentration mentale.


La barque dérivait lentement sur le fleuve, se dirigeant vers le nord-ouest.
Inferno et Sarevok se relayaient pour ramer, afin d’avancer plus rapidement sur ce fleuve décidément bien calme. Mais au moins ils atteindraient leur objectif plus rapidement par cette voie qu’en marchant.
Alors qu’ils se dirigeaient en dehors de la forêt, ils avaient décidé de faire un léger détour par Galudian afin de voir s’ils pouvaient trouver des chevaux, ou un quelconque moyen de déplacement leur permettant de gagner un peu de temps. Après avoir déclaré aux gardes avoir détruit la source de leurs problèmes, ils furent accueillis en héros et le maire voulut même faire une fête en leur honneur. Séphiroth avait du poliment décliner l’invitation, puis avait demandé si quelqu’un pouvait leur fournir en récompense de leurs actes héroïques un quelconque moyen de transport. Le maire leur avait proposé un attelage avec deux chevaux, mais le poids d’Inferno était trop grand pour les pauvres bêtes, qui n’arrivaient plus à tracter la charrette. C’est lors que l’un des villageois leur avait proposé d’emprunter sa barque afin de remonter le fleuve allant vers le nord-ouest, dans la direction de la prochaine tour.
Acceptant cette proposition, ils avaient rejoint le fleuve qui passait dans un secteur de la forêt qu’ils n’avaient pas exploré, quelque peu derrière la tour noire. Constatant avec joie que la barque était tout à fait fiable, et relativement grande pour les accueillir tous les cinq, ils avaient remercié le villageois et étaient partis.
Cela faisait environ une demi-heure qu’ils avançaient sur le fleuve, et Colargol commençait à s’ennuyer, le faisant remarquer à plusieurs reprises. Et bien entendu, il se mit à chanter pour passer le temps, ainsi qu’à vider les réserves de bière que lui avait donné le villageois.
Afin de passer le temps, n’ayant pas envie de discuter avec qui que ce soit, encore moins d’accompagner Colargol dans ses chansons grivoises, Séphiroth attrapa dans son sac le livre que lui avait donné le noble lors de leur visite à Eagle’s Gulch. Bien qu’il doutât que l’objet ait un quelconque intérêt, il n’avait actuellement aucun autre moyen plus constructif de passer le temps.
Il n’y avait sur la reliure noire aucun titre, aucune information permettant de connaître le sujet dont traitait l’ouvrage. Séphiroth l’ouvrit et vit sur la première page une inscription en italique.

Estaress grosh eznor silaresis durgin
Rasserssdess Zdfrergte nor ranomoro

Ce qui ne voulait absolument rien dire du tout. Le premier mot était elfique et signifiait bénédiction, ou un terme s’en approchant. Cependant les deux mots suivants n’étaient certainement pas elfiques, les sons étaient bien trop durs... peut-être était-ce un dérivé de la langue gobelinoïde, certainement du driffle, auquel cas on pourrait traduire grosh eznor par la lumière
Le mot suivant était plus complexe, ayant des racines elfiques mais avec une domination de la lettre s. C’était donc de l’elfe noir, que Séphiroth traduisit approximativement par le mot erreur
Durgin était un mot nain, mais le nécromancien n’arrivait plus à se rappeler du terme exact. Il lui semblait que c’était une insulte naine, ou tout du moins un mot prononcé avec dégout chez eux.
Rasserdess était un mot venant du langage des hommes-lézards, qui évoquait la peur et la destruction, voire le mal incarné.
Le mot suivant, presque entièrement composé de consonnes n’évoquait rien à Séphiroth. Peut-être un langage venant des hommes de la pierre. Il ne connaissait que très peu cette langue là.
Pour finir, le dernier mot était orc, mais Séphiroth n’arrivait pas à se rappeler de son sens. Il hésita un court instant, puis décida de demander sa signification à Inferno.
- Ce mot évoque la nature profonde d’un individu. Estoron nor ranomoro. On ne peut échapper à soi-même, rajouta t-il après un court silence de sa part.
- Merci bien. Est-ce que cette phrase pourrait également être traduite par on ne peut aller contre sa nature ?
- Oui, le sens est assez similaire. Pourquoi cette question ?
- Simple curiosité.
Il attrapa dans ses affaires un parchemin vierge et une vieille plume magique lui appartenant, capable d’écrire sur n’importe quel support et n’ayant pas besoin d’encre pour fonctionner, puis griffonna une traduction rapide de ce qu’il venait de lire. Après avoir essayé plusieurs tournures de phrases, il obtint ceci :

Bénédiction de la lumière ou erreur de la nature
Une race de démons est allé contre sa nature.


Etrange livre...
Séphiroth feuilleta rapidement le livre et remarqua que l’intégralité de l’ouvrage était écrit de la même manière.
Qui pouvait bien être le fou qui s’était amusé à écrire un tel livre dont chaque mot est tiré d’une langue différente du mot suivant ?
- S’il te plaît Colargol, pourrais-tu arrêter de chanter ? Je n’arrive pas à me concentrer.
- Mais non - T’es au bord du bateau et nous au centre. - Tu n’es pas centré ! - Et puis elles sont très bien nos chansons !
Séphiroth poussa un soupir de résignation et tenta de faire abstraction des chants de Colargol pour se concentrer sur la suite de l’inscription. Après quelques minutes d’effort pour se rappeler les correspondances de chaque mot avec chaque langue, mais également à tenter de deviner la signification d’autres mots écrits dans une langue lui étant étrangère, il réussit à comprendre la suite.

Comment ?
Un créateur démoniaque
Un environnement hostile
Et une éducation cruelle.
Tous les ingrédients étaient présents faire de nous des tueurs
Qu’est ce qui a cloché ?
Comment le savoir ?
Vous allez connaître notre histoire
L’histoire des Terathis, fils du démon.


Sur la page suivante était écrit en grandes lettres d’or le titre du livre.

JOURNAL D’UN DEMON QUI A VU LA LUMIERE

De nombreux souvenirs remontèrent à la surface de l’esprit de Séphiroth, les plus agréables accompagnés des plus pénibles. En une seconde, il créa un barrage mental et les refoula. Inutile de laisser transparaître ces émotions. Qu’elles restent tapies en lui pour le restant de ses jours.
Il tourna une nouvelle page, qui se révéla être le début de l’histoire.
Il allait lui falloir une patience infinie pour comprendre la totalité du livre... mais le début l’avait intrigué, et il comptait bien s’y mettre sérieusement.
Ainsi, durant les deux heures que durèrent le trajet, il réussit à décrypter cinq ou six pages de l’étrange livre. Il avait du sauter de nombreux passages qui semblaient être présents uniquement pour tromper le lecteur, puisqu’ils constituaient un assemblage totalement illogique de mots sans rapport les uns avec les autres, à moins que ce ne fut une sorte de code, auquel cas il ne comprendrait jamais bon nombre de passages du livre. Relativement fier de ses notes malgré quelques passages toujours obscurs, il rangea épuisé le livre et lut la traduction qu’il venait de faire mot par mot.

L’enfer était pour nous sous la coupe d’un seul tyran, un seigneur démoniaque bien plus puissant, cruel et surtout plus ambitieux que ce qui n’a jamais été vu depuis. Son nom était ( Scraezeren ? Screarenez ? Passage elfique-orc mélangé avec une autre langue incompréhensible faite de runes bougeant magiquement. Son nom ne semble pas être prononçable par les humains mais Scraezeren est ce qui s’en approche le plus). Comme tous les tyrans, il avait une forte tendance à la paranoïa. Et il avait raison de l’être, puisque de multiples factions toutes aussi démoniaques convoitaient elles aussi le pouvoir qu’il détenait. Il possédait une grande puissance magique, mais savait qu’il deviendrait vulnérable si ses ennemis se liguaient contre lui. Il avait donc besoin de gardes du corps efficaces, disciplinés et fidèles à sa cause, ce qui était contraire aux lois que respectaient toutes les créatures de ce plan d’existence infernal.
C’est ainsi que nous fûmes crées. Et que notre seigneur mit son premier pied dans sa propre tombe.

Ainsi fut conçue la première génération de Terathis. Une race de combattants démoniaques forte, endurante et intelligente, adaptée aussi bien au combat physique qu’à la puissance des runes magiques. Nous étions les soldats d’élite de l’enfer. Je vins au monde durant cette période, puisque je ne peux parler de naissance. ( passage étrange raturé par endroits. Impossible de traduire, le langage utilisé ne me dit absolument rien, et les passages raturés l’ont été trop fortement pour que je puisse deviner les mots)
Notre enfance consista en deux parties uniquement ; l’entraînement et l’endoctrinement. Chacun d’entre nous apprit l’art de la guerre. Le combat, la tactique, la stratégie, la magie, l’art du ( déplacement par téléportation ?Ou bien du vol ? à moins que ce soit la nage ? Mot ressemblant à de l’ancien elfique). La théorie nous était enseignée par des professeurs, parfois par Scraezeren lui-même. La pratique, elle, nous était enseignée par des ennemis réels. On nous jetait parfois armés dans une arène, seuls face à d’autres démons. Seuls les plus doués étaient destinés à survivre, les meilleurs. L’endoctrinement nous a enseigné la fidélité, la discipline, et surtout nous montrait notre supériorité face aux autres démons.
Peu nombreux sont ceux qui survécurent à cette enfance. Parmi ceux-là, quatre combattants exceptionnels se distinguaient : Drerocl, Garmonia, Andariosa et moi-même. Il existait une féroce compétition entre nous quatre afin d’attirer les faveurs de notre maitre. C’est moi qui en sortit vainqueur, sans avoir eu besoin de les tuer. Scraezeren me nomma général des nôtres, et Andariosa eut le rôle de me seconder.


Colargol se remit à chanter, encore plus fort qu’auparavant.
Un violent choc sur le coté gauche de la barque les secoua. Sans avoir le temps de comprendre ce qui se passait, un deuxième puis un troisième violent coup sembla faire exploser leur embarcation.
- Des grappins, dit Inferno.
Le bateau se mit alors à avancer vers la berge, tracté par les mystérieuses forces cachées dans les fourrés qui avaient lancé ces grappins.
Séphiroth put voir Akayne se préparer à sauter hors de la barque. Mais il était déjà trop tard, il avait suffit de quelques secondes pour que leur barque soit contre la berge.
L’assassin et Colargol quittèrent l’embarcation et tentèrent de fuir par la voie maritime, mais des filets apparurent magiquement et les enserrèrent avant qu’ils n’aient pu faire quoi que ce soit. Trois autres filets apparurent et se ruèrent vers Inferno, Sarevok et lui. Il tenta d’une boule de feu de détruire le filet qui fonçait vers lui, mais le projectile sembla se faire absorber avant d’atteindre sa cible.
Lui et Colargol tombèrent sur le sol, totalement enserrés par la magie, incapables d’esquisser le moindre mouvement.
Inferno semblait s’en être mieux sorti, et avait détruit le filet avant que celui-ci ne tombe sur lui. Séphiroth ne pouvait voir grand chose dans sa position, couché sur le sol, et ne pouvait même pas tourner la tête. Il entendit des bruits de lutte, puis vit l’orc tomber à son coté, enserré de la tête au pied par des dizaines de cordes très épaisses.
Il prit conscience qu’un sortilège de sommeil tentait d’affaiblir son esprit. Avec difficulté, il le repoussa et tenta vainement de se débarrasser du filet qui entravait tous ses mouvements. En vain
Il vit un chevalier d’argent lever son gourdin à coté de lui.
Sa dernière pensée avant d’être assommé fut pour Colargol, qui au moins, s’était arrêté de chanter.

***

Colargol ne comprenait plus grand chose à la situation.
Ils étaient emprisonnés, ca il avait bien compris, commençant à avoir l’habitude. Sauf que cette fois-ci, il ne se souvenait pas avoir fait quoi que ce soit de répréhensible. Au contraire, ces derniers temps il n’avait cessé de passer son temps à se battre contre les méchants
Alors pourquoi diable ces imbéciles de paladins constipés les avait mis au trou ?
Certainement à cause de Séphiroth. En tout cas lui n’était pas dans une cellule, ils l’avaient certainement pris à part pour lui poser des questions. Du moins d’après Akayne.
Il avait de toute façon l’air douteux ce magicien.
C’est toujours douteux un magicien.

***

- Vous avez intérêt à avoir d’excellentes excuses prélat. Vous êtes en train d’empiéter sur une mission capitale pour la sécurité de la baronnie. Je doute que mes supérieurs apprécieront de savoir que nous avons été ralentis et surtout agressés par vos hommes.
Le prélat Trever observait l’homme devant lui, sensé être un officier. Pourtant la ceinture à laquelle était accrochée diverses bourses de l’homme lui criait « magicien ». Il préféra cependant rester prudent et fit comme si l’homme était bel et bien ce qu’il prétendait être.
- Je doute que vos supérieurs soient plus hauts placés que les miens, capitaine Dunhold.
- Sachez que je sers directement les intérêts de la baronne.
- Je tiens mes ordres des anges eux-mêmes. Le haut commandant des armées Andoren m’a lui même chargé de trouver quelqu’un pour lui.
- Andoren ?
- Le connaîtriez-vous ?
- De réputation.
- Quoi qu’il en soit, il semblerait que le problème du conflit d’autorité n’a plus lieu d’être. Dunhold, arrêtez ce jeu avec moi. Il a peut-être marché avec Karsteen, mais nous ne sommes pas dupes. Nous avons été informé de votre identité.
Ses dires semblaient avoir provoqué une certaine inquiétude chez son interlocuteur. Le regard de ce dernier se faisait fuyant, comme s’il ne tenait pas à le regarder dans les yeux, de peur de voir tous ses secrets révélés.
Nous savons que vous êtes les laquais d’Arianna Delandis. Je vais être honnête avec vous. Je n’aime pas du tout les gens de votre genre, mercenaires changeant de camp telles des girouettes. Cependant nous avons un problème commun, et je vous suggère de coopérer, pour votre propre bien.
- Que me voulez-vous ?
- J’ai de fortes raisons de penser que l’une des personnes voyageant avec vous est la personne que nous recherchons. Un ange déchu, au service des démons.
Une expression de surprise désagréable se peignit sur les traits de l’homme. Visiblement, la situation lui échappait. Mais il savait exactement de qui il parlait.
- Disons que j’avais des soupçons sur l’un d’eux.
- Je suppose que vous voulez parler du barbare.
- Oui, il y avait quelque chose d’inhumain chez lui, amis même mes meilleurs sortilèges ont été incapables de déterminer de quoi il s’agissait.
- Et cela ne vous a pas posé de problèmes ? Quel genre de personne saine d’esprit pourrait voyager avec quelqu’un de ce genre ?
- Une personne désespérée manquant d’alliés prêts à risquer leur vie. Seuls ceux-là étaient disponibles, bien que je ne connaisse pas leurs motifs. Mais si vous voulez le barbare, ne vous gênez pas. Il avait beau être efficace en cas d’altercation, il avait néanmoins un impact négatif sur le moral du restant du groupe.
- Je vois... il ne reste plus qu’à attendre lâcha t-il après quelques secondes de silence.
- Attendre quoi ?
- L’arrivée d’Andoren. Il veut se charger lui-même de l’individu.
- Dans combien de temps arrivera t-il ? Je vous rappelle que j’ai une mission à accomplir, et qu’elle ne peut plus souffrir aucun délai.
- Quelques heures tout au plus, ne vous en faites pas. En attendant, je suis au regret de vous demander de retourner dans votre cellule en attendant. Mes hommes vont vous y raccompagner, Dunhold.

***

Akayne patientait dans sa cellule à nouveau. Cela faisait déjà deux fois en une seule semaine. Il ne pouvait s’empêcher de se demander ce que pouvait dire Séphiroth aux chevaliers d’argent en ce moment même. Les chevaliers n’étaient certainement pas des alliés du magicien blanc, mais cependant, en les faisant perdre autant de temps, ils contribuaient à la destruction future de Stormwind.
Il observa les autres dans leurs cellules. Il ne pouvait voir Colargol, ce dernier étant dans celle de gauche. Cependant, il pouvait voir Inferno, étrangement calme, et Stendar dans une posture beaucoup moins enviable. En effet, de grosses chaînes en métal noir entouraient ses membres, limitant beaucoup ses mouvements. Un bandeau noir recouvrait ses yeux, et en plus des chaînes, de grosses cordes avaient été utilisées pour relier entre elles ses mains et ses pieds. Son fléau était coincé entre ses deux paumes. Apparemment les chevaliers d’argent avaient pris les mesures nécessaires pour l’empêcher de s’enfuir, sans pour autant avoir réussi à lui arracher son arme des mains.
- Ca y est, t’es de retour ? - Pas trop tôt. - Alors qu’est ce qu’on fait ici ? - Quand est-ce qu’on repart ?
Akayne put entendre les chevaliers d’argent remettre le nécromancien dans sa cellule, à gauche de celle de Colargol, puis repartir par le couloir, laissant la sentinelle reprendre sa place devant l’unique sortie. Deux autres chevaliers étaient assis à une table à l’autre bout.
L’assassin entendit la voix du mage par télépathie.
Ne dites rien de plus. Parlez uniquement par la pensée. Je ne m’adresse qu’à vous deux, Akayne et Inferno, car je préfère ne pas intégrer Stendar à la conversation, et Colargol risquerait de tout embrouiller.
Il y eut quelques secondes de silence avant que Séphiroth reprenne.
Parce qu’il semblerait que notre présence ici est la cause de Stendar, Inferno. Je détaillerais plus tard. Pour le moment, comprenez juste que les anges ont de bonnes raisons de lui en vouloir, et que ce sont eux qui ont ordonné aux chevaliers d’argent de la capturer. C’est parce que nous voyagions à ses cotés que nous avons été capturés également.
On pourrait y voir une occasion de se débarrasser de lui, non ? pensa l’assassin.
En théorie peut-être. Cependant, l’ange qui viendra ici pour le récupérer fait partie de la branche conservatrice, et voudra vérifier nos antécédents également, avant de nous relâcher.
La branche conservatrice ?
Celle qui n’aime ni les nécromanciens, ni les orcs, ni les assassins... Oui je sais Inferno mais à leurs yeux vous êtes des brutes sans cervelle. C’est pour cela que je doute qu’ils nous laisse repartir.
Je suppose que ta méthode habituelle consistant à les embobiner...
Ne marchera pas. Je crains que pour sortir d’ici, il ne faille utiliser la méthode brutale.
Es-tu capable de sortir de ta cellule ?
Non, cette cellule a été crée magiquement pour contenir l’énergie magique. Impossible de faire quoi que ce soit. Et toi Akayne ?

L’assassin fouilla le double fond de sa botte et trouva le crochet qu’il avait caché.
Oui, j’ai un crochet, je devrais pouvoir ouvrir ma porte. Mais même si j’arrive à la crocheter, je ne pourrais pas affronter trois chevaliers d’argent, encore moins sans arme.
Je vais tâcher de créer une diversion. Commence déjà.

Akayne se demanda ce que le mage allait inventer, puis il entendit Colargol hurler.
- Quoi ? Ils ont vidé toutes mes réserves de bière ? Même celle que j’avais entreposé dans ma cave ? Bon sang d’enflures ! Vous payerez ca !
Le soudard continua de crier de toutes ses forces, contribuant à créer une certaine agitation au sein des autres prisonniers présents, forçant les chevaliers d’argent à leur ordonner de se calmer.
Akayne inséra son crochet dans la serrure et entreprit d’ouvrir la porte. Il avait toujours été relativement doué pour ce métier, et espérait ne pas avoir perdu son talent. Faisant tournoyer son crochet avec dextérité, il crut y arriver quand, forçant un peu fort, il cassa son ustensile. Le sortant de la serrure, il put voir que ce dernier était dorénavant totalement inutilisable.
Il tenta de pousser la porte, mais elle restait verrouillée. Rien à faire.
Séphiroth, j’ai raté mon coup. Impossible de l’ouvrir.
Dans ce cas nous sommes fichus.

Les prisonniers commencèrent à se calmer, même si Colargol continuait de vociférer. Lui aussi fut bientôt calmé par l’un des chevaliers qui semblait posséder quelques pouvoirs de mage.
Akayne se maudit intérieurement et jura devant son incompétence.
Une détonation se fit alors entendre à la droite du couloir, le rendant à moitié sourd. La table à laquelle s’étaient assis les deux chevaliers d’argent passa devant sa cellule, accompagnée de quelques morceaux d’armure et des deux hommes. Il vit alors un long trait noir, comme une lance gigantesque qui ne cessait de s’agrandir, traverser le couloir pour tuer la dernière sentinelle. La longue pique noire se rétracta alors, tandis que les prisonniers se remirent à hurler de plus belle.
Une brume noire sembla envahir la pièce, faisant peu à peu disparaître toute trace de luminosité dans la pièce.
- Séphiroth, Prophanitie s’est libéré de l’épée ? cria Akayne pour se faire entendre.
Non, lui répondit le mage par télépathie, je ne sens aucune présence démoniaque. Ce qui est étrange, c’est qu’il est certain que cette brume n’est pas d’origine naturelle, mais pourtant, je ne détecte pas non plus la trace résiduelle de la magie. C’est à n’y rien comprendre.
Une partie de la brume noire sembla se rassembler devant la cellule de Stendar. Une détonation s’en suivit, bien plus légère, et la porte de la cellule du barbare s’ouvrit, la serrure ayant explosé. Le brouillard entoura alors le guerrier possédé pendant quelques secondes, avant de se retirer, emportant avec lui toutes les chaînes qui le retenaient prisonnier. De sa main gauche, il arracha le bandeau noir qui lui recouvrait les yeux.
Le brouillard ténébreux s’approcha alors de la cellule de l’assassin et à nouveau, après s’être rassemblée contre sa porte, fit exploser la serrure, puis se retira alors qu’il sortait.
Elle fit de même pour les cellules de Séphiroth, Inferno et Colargol, avant de s’éloigner en direction du couloir, là où avait retenti la première détonation. Le mur s’était effondra et à la place se dressait un tunnel creusé dans la terre.
- Apparemment ce truc veut nous mener dehors, fit remarquer Akayne.
- Nous n’irons pas loin sans armes, lui répondit l’orc
Comme en réponse à la réflexion d’Inferno, la brume traversa le couloir et s’insinua sous la porte permettant de quitter les lieux. Akayne crut entendre quelques cris d’agonie pendant la minute qu’ils passèrent à attendre, sans oser prononcer le moindre mot.
La brume revint alors puis se compacta à leurs pieds pendant quelques secondes avant de se déplacer à nouveau en direction du tunnel, laissant sur le sol un nombre conséquent d’armes, dont faisait partie celles qu’ils possédaient auparavant. Akayne récupéra son cimeterre et quelques dagues qu’il coinça dans sa cape, tandis que ses compagnons s’équipaient également. Séphiroth fut heureux de revoir Prophanitie sur le sol, qu’il reprit et mis aussitôt à sa ceinture.
La porte s’ouvrit soudainement, tandis que des chevaliers d’argent armés d’arbalètes tirèrent. La brume s’interposa, et les carreaux semblèrent disparaître à l’intérieur.
- Fuyez ! leur cria alors une voix féminine sortie de nulle part, étrangement familière à Akayne, bien que sur l’instant, il fut totalement incapable de se rappeler pourquoi.
Des tentacules noirâtres partirent de la brume et traversèrent les chevaliers de part en part, mais d’autres arrivèrent et utilisèrent également leurs arbalètes, en vain.
Ils coururent vers le tunnel, qui s‘inclinait légèrement vers le haut, mais était trop étroit pour qu’ils puissent se déplacer debout. Il passa le premier et avança à quatre pattes le plus rapidement possible.
Bientôt tout le groupe fut entré dans le tunnel, et malgré les bruits de destruction provenant du combat, Akayne put entendre Inferno se plaindre du manque de place. La fuite allait être plus difficile pour lui. Il entendit également des bruits de lutte en contrebas.
Il n’y avait devant l’assassin plus une seule source de lumière, et c’est dans une obscurité quasi totale qu’il avançait à la force de ses coudes sur l’étroit chemin. Il s’écorcha les bras sur quelques cailloux coupants qu’il n’avait pu voir, et quelques secondes plus tard, sa cape commença à poser des problèmes, s’accrochant aux surfaces coupantes du tunnel, le ralentissant considérablement.
Il fut impossible de dire pendant combien de temps ils rampèrent ainsi, un sentiment de claustrophobie les étreignant tous, avant de pouvoir enfin sortir du tunnel, tant le temps semblait s’être rallongé durant leur reptation. C’est avec une joie partagée qu’ils avaient aperçu de la lumière dans le tunnel, avant de remonter et de revoir le soleil.

***

- Vous n’êtes qu’une bande d’incapables ! Le déchu était enfermé dans vos cellules et vous n’avez même pas été assez compétent pour le retenir le temps de mon arrivée !
Andoren était dans une colère noire. Le déchu avait été capturé pour la première fois depuis dix longues années, et ces imbéciles avaient trouvé le moyen de le laisser fuir.
- Ne vous avais-je pas averti du danger qu’il représentait ?
- On l’avait tout de même attaché avec des chaînes en acier, ligoté et bâillonné. Il est totalement impensable qu’il ait pu se libérer sans aide extérieure, et ses quatre compagnons étaient eux aussi enfermés. Un seul chevalier d’argent a survécu, mais il nous fait honte en n’osant nous dire la vérité. Il a inventé un mensonge délirant ; d’après lui c’était une sorte de brume magique qui a fait explosé le mur du fond et qui les a tué à l’aide de tentacules noires gigantesques. Ce qui est totalement impossible puisque tout le secteur était protégé par les boucliers anti-magie conçus par les vôtres, général Andoren.
- Mais je vous jure que c’est la vérité ! cria le chevalier d’argent en question, qu’Andoren avait demandé à voir également. Le pauvre semblait terrorisé, et n’était à peine remis de sa blessure au torse.
- Racontez-moi tout ce qui s’est passé, Trever.
- L’arrestation s’est déroulée sans encombres. Nous leur avions tendu une embuscade après que les villageois de Galudian nous aient appris que cinq hommes avaient emprunté une barque pour fuir par le fleuve. Ils n’ont pas eu le temps d’opposer une grande résistance et nous avons pu les amener ici alors qu’ils étaient inconscients. Leur chef, le capitaine Dunhold, a demandé à son réveil de parler avec moi.
- Dunhold ?
- Oui, il a été engagé par Arianna Delandis, la sorcière qui sert la baronne Alianile. Il s’est montré relativement coopératif et semblait avoir également envie de se débarrasser du déchu, qui d’après lui, avait tendance à effrayer les trois autres.
- Euh... haut prélat, marmonna le chevalier d’argent accusé de trahison.
- Oui ?
- Le mage, celui qui vous a dit s’appeler Dunhold, et bien le blondinet l’a appelé autrement pendant l’attaque de la brume noire. Il l’avait appelé...

***

- Séphiroth ! Il est temps que tu t’expliques tout de suite ! hurla Inferno. Je ne crois pas une seule seconde à tes conneries. C’est toi que ces hommes voulaient. Tu était mort de peur rien qu’à l’idée de rester dans la cellule, en attendant l’ange. Ca se voyait et s’entendait dans tes phrases télépathiques, ta belle assurance avait disparu. Alors parle, et tout de suite !
- Crois ce que tu veux.
Inferno laissa sa rage contenue exploser. Il mit un crochet du droit à une vitesse fulgurante à Séphiroth, qui ne vit rien venir. L’orc saisit alors le mage par le col, le souleva et le plaqua contre l’arbre le plus proche. Le mage avait le nez en sang et ses yeux semblaient lancer des éclairs.
- Maintenant, tu vas t’expliquer ! hurla l’orc avec colère. Pourquoi ces hommes voulaient te capturer...

***

- ... Séphiroth ?
Andoren venait de se lever et de frapper de ses deux poings la table.
- Vous en êtes certain ?
- Euh... et bien oui, c’était ainsi que l’avait appelé le blondinet.
Séphiroth. Dans la langue céleste, presque plus utilisée aujourd’hui par les anges qui préféraient le commun, Séphiroth signifiait tristesse. Aucun doute possible, ca ne pouvait être que lui. Corteaz.
Andoren hurla de fureur.
- Bande d’imbéciles, vous n’avez pas surveillé le bon individu!
- Mais... il n’avait pas vraiment l’air dangereux, pour un ange déchu... lui répondit Trever perdant toute contenance.
- Evidemment qu’il n’a pas l’air dangereux ! La dernière chose qu’il chercherait à faire, c’est bien d’attirer l’attention !
- Cependant, nous avons maintenant son signalement général Andoren. Il devrait être plus facile de le capturer dorénavant.
- Laissez tomber. Partez à Stormwind, la ville aura besoin de vous d’ici peu, avec ce regroupement de créatures sous la solde du magicien blanc. Je m’occupe du déchu.
- Et si par hasard on les retrouve tous les cinq?
Il est temps de changer de stratégie Andoren. Le capturer n’est pas une bonne idée, aucune prison ne saura le retenir, il nous l’a suffisamment prouvé.
Andoren hocha la tête comme en réponse à la voix, avant de répondre à Trever.
- Tuez les, tous les cinq, et apportez-moi les corps ainsi que leurs affaires personnelles.

***

- Calmez-vous bon sang ! - Inferno il ne peut même pas répondre là !
- Le mage se débattait comme il pouvait, mais il était impossible de se soustraire à la poigne de fer d’Inferno.
- Je répète une dernière fois, mage. Soit tu t’expliques, soit j’efface définitivement ce sourire condescendant que tu aimes tant montrer.
- C’est un ange déchu.
Sidéré, le groupe se retourna en direction de Stendar dont les yeux brillaient d’une lumière rouge dansante, plus forte que jamais.
- Un ange déçu ? Déçu par quoi ?
- Déchu, abruti, lui répondit Inferno. Séphiroth un ange ? C’est de l’humour démoniaque je suppose ?
Il examina de al tête au pied la mage à moitié étouffé qu’il tenait plaqué contre l’arbre, et put voir dans ses yeux une grande colère. Aucun doute possible, Inferno avait appris à lire les émotions dans les yeux des gens. Le mage était rageur car son masque venait de tomber. Il le lâcha, le laissant tomber sur le sol.
Séphiroth se releva avec le peu de dignité qu’il lui restait.
- De quel droit t’en mêles-tu démon ? aboya t-il.
- Le fait d’être utilisé comme bouc émissaire m’a fait revoir mes positions. Alors, quel effet ca fait, de se voir démasqué, Séphiroth ? lui demanda t-il avec un grand sourire laissant entrevoir une dentition qui semblait plus bestiale qu’humaine. Ou bien devrais-je t’appeler ...

***

- Corteaz évadé ? Encore une fois ? Comment est-ce possible général Andoren ?
- Les détails importent peu Ezechiel. J’ai découvert le masque derrière lequel il se cache. Il se fait appeler Dunhold là où il passe, mais ses compagnons le connaissent sous le nom de Séphiroth. Il n’a pas changé de visage depuis toutes ces années. Le visage fin, les yeux et les cheveux bruns. Il portait une longue veste rouge. D’après la description que les chevaliers d’argent m’en ont fait, il a exactement le même visage qu’auparavant. Prenez garde Ezechiel, sa corruption ne l’a pas rendu idiot, bien au contraire. Ne vous laissez pas berner de la même façon.
- Bien Andoren.
- Je ne sens presque pas Severina à vos cotés. Un problème ?
- Elle s’est faite assommer lors d’une embuscade d’elfes noirs. Rien de bien grave.
- Très bien. Voici vos ordres Ezechiel. Je suis presque certain que l’objectif de Corteaz se trouve dans ces étranges tours noires qui sont apparues récemment. Le rai de lumière qui traverse le ciel et s’arrête dans Stormwind signifie qu’il a déjà trouvé et activé l’une de ces tours, pour une raison qui nous est inconnue. Vous allez donc enquêter dans la tour située au sud de votre position, à l’ouest de Creitohn. D’après mes informations, Corteaz se dirige vers la tour située au nord de la baronnie, nous allons essayer de le capturer là haut. Vous, tentez de comprendre ce que veut faire le déchu dans ces tours.
La communication se coupa.
- Merci de ne pas lui avoir parlé de Sevi, lui dit Marneus.
Ezechiel ne répondit pas, et regarda Severina, qu’il portait sur son dos.
- Andoren est trop protocolaire. L’incident est clos pour ma part, inutile de lui en faire part.
- Elle a failli tuer Marneus tout de même, répondit Virgile.
- Bien sur que non. Elle se serait arrêté, je l’ai senti alors que j’apaisais son âme, lui dit le guérisseur.
Impossible de savoir s’il mentait pour la protéger ou non.
Virgile regarda Artemis, qui ne parlait pas, se contentant de regarder droit devant elle. Elle avait été profondément choquée par la folie qui s’était emparée de sa sœur récemment, la poussant à attaquer Marneus. Jamais un tel comportement n’avait été répertorié dans l’histoire des anges. Ils étaient sensés être la bonté incarnée, et en ceci être supérieurs aux humains qui se laissaient dicter leur conduite par leurs émotions. Mais Severina était tout simplement devenue folle au moment où elle avait compris qu’elle ne pourrait plus sauver Corteaz. Cela l’affectait encore plus qu’eux.
- La corruption n’a donc en rien affecté son intelligence. Si ce n’est que maintenant, il la met au service de la fourberie.
Pour Ezechiel, le sujet était apparemment clos. Il ne souhaitait plus parler de Sevi, mais plutôt se concentrer sur la capture de Corteaz.
- C’est étrange, l’image mentale de lui qui nous a envoyé Andoren ressemble plus à celle de nos souvenirs, intervint Marneus, et non pas à celle d’un être possédé par une force du chaos. Je sais que certains démons aiment la discrétion, mais tout de même, il y a quelque chose qui cloche.
La phrase du guérisseur laissa la place à un grand silence. L’évocation de leur passé créait toujours un certain malaise dans la conversation. Mais c’était la première fois qu’ils le faisaient ouvertement devant maître Ezechiel.
- Mes élèves, je vous connais depuis trop longtemps pour ne pas déceler le tourment qui agite vos esprits. Je pense que vous vous sentiriez mieux si vous en parliez.
Ce fut Marneus qui prit la parole.
- N’y voyez aucune insubordination, mais malgré ce qu’a pu faire Corteaz, quoi que cela soit, qu’il ait tué des innocents, trahi les siens pour se transformer en un allié des démons, ou que sais-je encore, cela ne change pas le fait qu’il était notre ami autrefois. Et j’ai l’impression d’être le seul à m’en souvenir. Et surtout, cela me trouble de devoir le pourchasser et le capturer pour des crimes dont on ne sait rien nous-mêmes. Bon sang, tout ce que l’on sait c’est qu’il s’est allié à un démon, la seule information qu’a laissé filtrer Andoren. D’après lui, après le procès et sa fuite, Corteaz était définitivement passé à l’ennemi et il n’existait plus aucun espoir de Rédemption pour lui.
Et depuis, tout le monde parle de le traquer, comme s’il était un animal dangereux qui avait la rage. Comme s’il était un ennemi.
Un long silence marqua sa tirade, avant que Virgile ne prenne la parole.
- Je n’ai jamais oublié, Marneus. Mais nous n’avons pas le choix. Il était notre ami. Il est impossible de savoir aujourd’hui s’il l’est encore.
- Je me rappelle encore de tout ce que l’on avait pu faire comme bêtises étant petits, intervint Artemis, guérie de son mutisme. Quand nous avions fait un barbecue dans la grande bibliothèque, à l’insu de Gabrielle.
Virgile et Marneus sourirent à l’évocation de cette partie de leur passé.
- Je me rappelle encore, il nous avait téléporté ailleurs afin de prendre seul la responsabilité de l’incendie. Il nous avait couvert, et a été privé de sortie durant plus d’un mois...
- Un acte très altruiste de sa part, intervint Ezechiel.
Virgile ne put s’empêcher de se demander à nouveau ce qui avait pu pousser Corteaz à en venir à aider les démons.

***

- Mes raisons ne regardent que moi, Inferno.
- Tu veux que je t’accroche à nouveau à ton arbre Corteaz ? Bon sang, mais comment diable as-tu pu faire pour te faire rejeter par les anges eux-mêmes ? Je ne savais même pas qu’il était possible que les anges rejettent l’un des leurs ! Leur société est sensée être utopique, sans défauts. Mais je vois que même chez les plus grands, il y a toujours des erreurs de la nature.
Corteaz devint rouge et laissa libre cours à toute sa colère.
- Ca t’énerve, hein, de ne pas savoir ? Bon sang, quelles atrocités a t-il pu commettre pour se faire rejeter ? Qu’a t-il pu faire de suffisamment horrible pour que les siens en viennent à le traquer ?
Inferno approuva d’un hochement de tête, tandis que Corteaz lui répondit en aboyant chaque mot un à un, crachant toute sa fureur à l’orc.
- Ils n’aimaient pas ma fiancée.