Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Chapitre 9

  1. #1
    Vergil Invités
    IX-] Tour de magie

    A la création de notre monde, quatre races apparurent : les humains, les elfes, les nains et les orcs. Toutes les autres races existant aujourd’hui sont issues de mélanges entre ces piliers de la création. Tout se passait bien dans ce monde jusqu'à ce que les démons, ennemis éternels des dieux, trouvent ce monde et comme pour tant d’autres auparavant, commencent à le corrompre.
    Les dieux s’étaient doutés qu’il serait impossible de cacher ce monde aux démons, mais en unissant leurs pouvoirs, ils l’ont protégé de toute incursion de ces vils êtres. Ceux-ci ne peuvent pas s’y manifester physiquement, ou du moins, pas sous leur forme originelle. Bien évidemment, cela ne les a pas empêché de semer la zizanie dans notre monde, et au bout de quelques milliers d’années, ils ont réussi à corrompre suffisamment de personnes pour enclencher un engrenage mortel : la guerre de la magie.
    Notre monde a cependant survécu. Grâce à l’aide des dieux qui ont directement utilisé leurs pouvoirs, le monde s’est reconstruit peu à peu.
    L’équilibre ne doit jamais être rompu. Cette règle, les dieux la connaissaient, mais même eux peuvent faire des erreurs. En aidant notre monde directement grâce à leurs pouvoirs, ils ont crée un déséquilibre, puisque les démons ne pouvaient pas faire de même. L’univers a donc rétabli les choses à sa manière. Il a permis aux démons de choisir leurs champions sur notre monde, monstres incontrôlables à la puissance inimaginable. En plus de cela, les démons pouvaient dorénavant ouvrir des portes sur notre monde, et ainsi, malgré le fait qu’ils ne pouvaient pas franchir ces portes, ils pouvaient envoyer leurs armées à la place. Cependant, seuls les démons les plus puissants pouvaient espérer réussir à créer une de ces portes.
    Nous sommes en 223 après la guerre de la magie. Apparemment, les dieux n’ont pas retenu la leçon, et un nouveau déséquilibre est apparu. Une nouvelle race est apparue, et se bat aujourd’hui sans cesse contre les démons ; les anges.
    Je n’ose même pas imaginer les conséquences qu’auront ce déséquilibre, ni les nouveaux pouvoirs que les démons vont en retirer...

    Ristalian, jour 5 de la décade des lueurs sombres, année 223




    Un village en flamme. Des dizaines de cadavres aux os broyés. Du sang partout recouvrant le sol. Des elfes accrochés au mur par des piques les transperçant de part en part.
    Clad se réveilla en sursaut, quelques gouttes de sueur coulant le long de son front.
    - Mais qu’est-ce que c’était que ce... cauchemar ? marmonna t-il pour lui-même.
    Cette horrible vision lui faisait presque mal au ventre tant elle était atroce. Il ne savait pas comment l’expliquer, mais il sentait que ce rêve n’était pas le sien. La consistance du rêve semblait identique à son cauchemar retraçant le massacre de ses parents, mais il ne lui appartenait pas, comme s’il avait pénétré dans l’esprit endormi de quelqu’un d’autre. D’ailleurs, il commençait à douter que ce soit réellement un rêve. Cela ressemblait bien plus à... un souvenir.
    Il jeta un coup d’œil pas la fenêtre. Le soleil venait de se lever, et ses rayons tentaient de percer l’épaisse couche nuageuse qui recouvrait le ciel.
    Il regarda ensuite en direction du lit de Séphiroth. Ce dernier était endormi, où du moins il semblait l’être. Clad attrapa ses affaires, remit sa ceinture, vérifia que son arme était correctement attachée, puis sortit discrètement de la chambre. Il descendit rapidement les marches amenant dans la salle commune de l’auberge. Il fut accueilli par la serveuse de la veille, qui rougit presque instantanément en le voyant. Clad lui fit un rapide sourire avant de lui demander si elle pouvait lui servir un petit déjeuner. Elle bafouilla quelques mots puis fila en direction des cuisines pendant qu’il se dirigeait vers le tabouret le plus proche. Il était totalement seul dans la salle.
    Quelques secondes plus tard, le bruit des marches craquant sous un poids considérable se fit entendre, et Clad put apercevoir Inferno descendre.
    - Déjà debout, humain ?
    - J’ai passé une assez mauvaise nuit et me suis réveillé de bonne heure.
    - Cauchemars ? lui demanda alors l’orc en haussant un sourcil et en s’asseyant à côté de lui.
    - Ouais, un truc très bizarre. Une sorte d’horrible vision avec un village en flammes, et des tas d’elfes et d’humains massacrées. Un vrai carnage.
    - Un village en flammes, dis-tu ? J’ai déjà vu ca, quand cette enflure de démon éthéré nous retenait prisonnier grâce à ses horribles tentacules.
    La serveuse arriva alors, les bras surchargés de différents croissants et confitures qui lui masquaient tout son champ visuel. A chaque pas, tout l’équilibre de cette pile de nourriture devenait instable, et tout semblait vouloir s’écraser au sol, mais miraculeusement, la serveuse réussit à atteindre leur table. Elle se tourna alors légèrement afin de pouvoir voir Clad, mais à la place, elle vit Inferno. De surprise, elle sursauta et tout ce qu’elle tenait tomba alors sur le sol dans un grand vacarme. Les pots de confiture s’étaient pour la plupart brisés, et un verre de jus d’orange avait coulé sur les jambes d’Inferno, qui poussa un long soupir d’exaspération.
    Séphiroth déboula alors, descendant les marches quatre par quatre, une boule de flammes en suspension au-dessus de la paume de sa main. Quand il vit d’où était venu le bruit, il eut un rapide sourire et fit disparaître sa boule de flammes.
    Clad se baissa et tenta tant bien que mal d’aider la pauvre serveuse qui se confondait en excuses.
    - Ce n’est pas grave, vous savez...
    - Je suis nulle ! lui répondit-elle en hurlant, puis elle se précipita dans les bras de Clad en pleurant à chaudes larmes. L’assassin pouvait sentir le sourire moqueur de Séphiroth derrière lui. Il tapota gentiment le dos de la serveuse, puis l’écarta doucement, en lui répétant que ce n’était pas grave.
    Colargol et Sarevok arrivèrent alors.
    - C’est pas bientôt fini ce vacarme ? - Vous fichez quoi, là ? - Oh ! Je vois, Clad drague encore... - Tu pourrais être plus discret quand même, il y en a qui essaient de dormir !
    La serveuse reprit une teinte très rouge, et s’enfuit en courant vers les cuisines. Clad se releva alors, une expression légèrement gênée s’affichant sur son visage. Il fixa alors Sarevok qui semblait aller bien mieux que la veille. En effet, il semblait être à nouveau capable de marcher.
    La serveuse ne réapparut plus. Ils se contentèrent donc de ramasser ce qui traînait sur le sol et de le partager en cinq. A peine eurent-ils fini que l’aubergiste arriva lui aussi.
    - Mais qu’est-ce que vous avez fait à Tania ? Elle n’ose même plus venir ici...
    - C’est Clad, monsieur ! - Il l’a traumatisé ! - Il s’est jeté dessus !
    L’aubergiste lui fit un sourire moqueur, puis leur demanda s’ils avaient besoin de quoi que ce soit avant de partir.
    - Et bien, une longue marche nous attend, aussi, si vous aviez quelques provisions à nous donner, ce serait gentil à vous, lui répondit Séphiroth.
    Dix minutes plus tard, ils étaient prêts à partir en direction de la tour noire.

    ***

    Ils sortirent de l’auberge, puis du village pour se diriger vers la forêt. Ils n’auraient pas longtemps à marcher avant d’atteindre la tour, environ dix minutes s’ils marchaient à vive allure d’après les calculs de Séphiroth. Clad jeta un coup d’œil à Colargol en poussant un soupir d’exaspération. Le poivrot avait insisté pour pouvoir prendre des « provisions », et le groupe avait été entièrement d’accord. Sauf qu’en parlant de provisions, Colargol parlait du petit tonneau de bière, qu’il avait immédiatement accroché à son dos grâce à deux lanières. Le tonnelet devait bien peser dix kilos, mais cela ne semblait pas le déranger outre mesure.
    La forêt n’avait pas changé depuis leur dernière visite, elle était toujours aussi calme. Ils avancèrent prudemment, conscient qu’un groupe de mutants pouvait les attaquer à n’importe quel moment.
    Alors qu’ils avaient parcouru environ la moitié du chemin, Sarevok poussa un cri de douleur sans raison apparente. Séphiroth se retourna et tendit son bras en avant, près à abattre tout ennemi, mais il ne vit personne agressant le guerrier. Sarevok les suivait toujours, se tenant les côtes d’une main. Il lança un regard furieux au nécromancien, ainsi qu’aux autres qui l’observaient tous. Séphiroth hocha les épaules et marcha un peu plus rapidement, afin de rejoindre Clad quelques mètres en avant.
    - Clad, tu ne trouves pas que Sarevok a un comportement étrange ?
    - Sarevok, un comportement étrange ? Es-tu certain de ce que tu avances ? Il est tout ce qu’il y a de plus normal...
    - Je ne plaisante pas, Clad. Sarevok semble souffrir en permanence, comme si son maître avait décidé de le punir pour quelque chose... ou que le démon éthéré continue de le faire souffrir de l’intérieur...
    Leur conversation fut interrompue par quatre mutants qui surgirent des buissons. Une boule de feu, deux coups de cimeterre et un de gourdin les débarrassèrent des monstres difformes.

    Cinq minutes plus tard, ils arrivèrent au pied de la tour. L’édifice était vraiment gigantesque, mesurant certainement plus de cent mètres. Après s’être rapidement occupé des quelques sentinelles, ils firent le tour du bâtiment pour se rendre compte que la seule entrée était une imposante porte noire en bois.
    La porte s’ouvrit sans bruit, leur dévoilant une grande salle circulaire. Sarevok, qui semblait s’être remis, fonça droit sur de nouveaux mutants, rapidement suivi par Inferno et Colargol.
    - Pas vraiment performantes, les sentinelles, plaisanta Clad alors que le dernier ennemi se faisait encastrer dans un mur par un sort de Séphiroth.
    Clad avait du mal à l’admettre, mais plus il se battait aux côtés de ses quatre compagnons, plus il se rendait compte qu’à eux cinq, ils étaient presque invincibles. Chacun usant de ses talents, ils savaient oublier pendant les combats toutes leurs rancoeurs et se battre comme une équipe soudée, n’hésitant pas à protéger les autres en cas de danger. Même Sarevok, si désagréable à l’accoutumée, devenait un compagnon hors pair lors des combats, les sauvant même quelques fois de la mort grâce à sa force surhumaine. A défaut d’être des amis, au moins étaient-ils de fabuleux compagnons d’armes, comme si le combat était la seule chose qui les réunissait.
    La salle circulaire était une sorte de mélange entre une grande salle à manger et une salle de garde. En effet, une grande table rectangulaire était située en son centre, accueillant de très nombreux aliments très divers, tous semblant succulents. Contre les murs, on pouvait cependant voir des râteliers d’armes, dans lesquels étaient entreposées des épées, des hallebardes, mais également quelques dagues que Clad glissa dans sa ceinture, mais également sous des lanières de cuir qu’il avait solidement fixé à son armure.
    Peu importe ce qui les attendait dans cette tour, ils étaient prêts à l’affronter. Ensemble.
    De toute façon, ils n’avaient pas vraiment le choix.

    ***

    Déjà trois cent soixante-quinze de ces bon sang de marches. Et ils n’étaient toujours pas arrivés à l’étage supérieur. Cette fichue tour avait beau être grande, elle sera pas longue à visiter, au moins. Ils avaient en effet trouvé la cage d’escalier derrière une porte dissimulée, mais une fois à l’intérieur de la cage, il leur avait été impossible de dire à quelle altitude se trouvait le prochain étage.
    - Bon sang, c’est encore loin ? - Parce que j’en ai plein les bottes ! - Et moi aussi !
    Personne ne jugea utile de lui répondre.
    C’est ce moment que choisit Sarevok pour pousser un nouveau hurlement de douleur. Apparemment, il n’était pas le seul à avoir mal au pieds. Colargol put d’ailleurs voir que cette escalade sans fin faisait vraiment suer le barbare, de longues gouttes ruisselant le long de son visage. De plus, il semblait vraiment livide, comme s’il avait attrapé une maladie bizarre. En tout cas, il était à peu près dans le même état que l’orc qui avait osé le défier au concours de boisson chez Inferno. Le pauvre vieux, il l’avait battu à plate couture, et l’orc était tombé par terre, vomissant tout ce qu’il avait ingurgité, puis était tombé inconscient dans un coma éthylique. Colargol sourit à cet heureux souvenir. A l’époque, tous trois avaient bien ri. Ces derniers temps, ils n’étaient plus que deux à s’amuser, le troisième avait mystérieusement disparu, comme s’il était parti bouder.
    Colargol aperçût alors enfin la fin de son calvaire. Il enjamba lestement les marches restantes afin d’ouvrir la porte, une arme en main, et de se ruer dans la salle, sans attendre ses compagnons. Il trouva une bande d’autres gobelins, qui ne s’attendaient apparemment pas à le voir débarquer. A grands coups de gourdins, il massacra les trois premiers gobelins qui foncèrent sur lui. C’est alors qu’il tuait un quatrième ennemi qu’un cinquième le chargea et abattit sa lame sur son torse. Colargol regarda la lame ricocher sur son torse, et tua d’un rapide mouvement de poignet le gobelin, puis pris d’une soudaine peur panique, vérifia que ses compagnons n’avaient rien vu de la scène. Il fut rassuré en voyant que ces derniers n’étaient pas encore arrivé dans la salle.
    Son troisième « lui », rassuré, disparut alors à nouveau, laissant le contrôle aux deux autres qui achevèrent les gobelins survivants alors que le restant du groupe arrivait seulement.

    ***

  2. #2
    Vergil Invités
    ***

    - Ca devient trop facile, dit Inferno.
    - Tu ne vas pas me faire croire que ca te gêne, tout de même, lui répondit Clad.
    - J’attends juste un vrai combat afin de prouver ma valeur, montrer que je suis un vrai orc, pas une cochonnerie d'humain faiblard vaniteux.
    Séphiroth ne releva pas l’insulte.
    - Bah, pas la peine, Inferno ! - Ouais, c’est vrai, t’es déjà grand et tout vert, c’est suffisant.
    C’est ce moment que choisit Sarevok pour pousser un cri déchirant de douleur. Ils se tournèrent vers lui et le virent plié en deux, se tenant les côtes avec la main ne tenant pas le fléau. L’autre ne cessait de se contracter et de se décontracter sur l’arme qui rougeoyait d’une intense lumière rouge.
    Il poussa un nouveau hurlement de douleur, et Séphiroth se demanda même si ce n’était pas un cri de terreur. Des spasmes parcoururent son corps et il se mit à trembler de tout ses membres, comme s’il était totalement incapable de contrôler son propre corps. Alors qu’il tremblait, des filets de sang coulèrent de sa bouche, formant peu à peu une flaque immonde sur le sol. Les muscles de son bras se contractaient par intervalles de plus en plus courts et le manche de son fléau bougeait dans tous les sens dans sa main, comme si, mue d’une volonté propre, l’objet voulait fuir son porteur. Le cri suivant que poussa Sarevok s’étouffa dans le sang qu’il cracha en même temps. La flaque sur le sol se transformait peu à peu en mare rouge.
    - Mon Dieu ! s’écria Clad.
    - Les dieux n’y sont pour rien... lui fit remarquer Séphiroth
    Sarevok se figea soudainement, et il fit quelque chose de vraiment troublant, d’effrayant. Il lâcha son fléau sur le sol.
    - Ca, c’est mauvais, leur marmonna Séphiroth sans desserrer les dents.
    Sarevok releva alors la tête et ils purent tous voir la brume noirâtre partir des yeux du guerrier, qui s’étendait lentement, le recouvrant petit à petit, diminuant la luminosité dans la pièce. Une belle lame noire incrustée de symboles rougeoyants apparut alors dans ses mains, dégageant tout comme ses yeux cette brume maléfique. Alors que les ténèbres s’abattirent dans la salle, ils entendirent le nouveau maître de Sarevok.
    - Tu n’imagines même pas encore à quel point, magicien de pacotille.

    Prophanitie regarda tour à tour les quatre compagnons de Sarevok, tout en se déplaçant furtivement autour d’eux. Ils étaient totalement incapables de le voir grâce aux ténèbres qu’il dégageait. Lui les voyait cependant parfaitement bien, et pouvait observer à sa guise leurs mouvements apeurés, n’ayant plus aucun moyen de s’orienter dans cette salle où ils étaient tous aveugles.
    - Moi qui croyais ne jamais sortir de ce stupide trou à rat ! Vous êtes arrivés, et j’ai pu posséder autre chose que ce stupide Arriéré !
    - Lâche ! Arrête de te cacher derrière ton voile d’ombres ! Montre-toi et bats-toi !
    Prophanitie sourit aux paroles de l’orc. Il approcha son nouveau serviteur de lui, continuant de parler. Grâce à un sortilège mineur, sa voix sortait de toutes les directions en même temps, empêchant les quatre compagnons de détecter sa position.
    - Et bien, Inferno, on ne fait plus confiance à son ami ? Voyons, c’est moi Sarevok !
    L’orc ne bougea pas mais ses mâchoires se crispèrent. Prophanitie pouvait sentir l’orc se concentrer pour trouver un quelconque mouvement de vent autour de lui qui lui permettrait des détecter sa position. Il décida de s’arrêter de bouger. Il n’était pas encore trop habitué à la masse musculaire du guerrier, et savait qu’il pouvait trahir sa présence.
    - Tout de même, pourquoi donc autant t’attacher à moi, Inferno ?
    - Vous n’êtes pas lui ! Vous êtes cet enfoiré de démon !
    - Mais c’est ce qu’il est...
    - Non ! C’est... une victime.
    Prophanitie ne put s’empêcher de rire.
    - Une victime ? Et tu crois pouvoir le sauver ? Je peux lire en toi, petit orc ! Tes incroyables défenses mentales, qui m’ont même stoppé, moi ! Mais je connais ton passé. La destruction de ton village par les elfes noirs. Ta haine féroce pour eux. Mais ca n’explique pas tes défenses mentales...

    Il vit alors Séphiroth se tourner vers l’orc.
    - Bien sûr... les prêtresses elfes manipulent les esprits faibles pour en faire leurs esclaves...
    - Brillante déduction, mage. Ce ne sont pas les elfes noirs qui ont tué ton père n’est-ce pas, Inferno ?
    Prophanitie lança un sortilège sur l’orc. Le sort allait l’aider à revoir son passé....
    Il se délectait de la vision qu’il venait de transmettre à Inferno, et de la larme qui coula sur sa joue. Inferno, le grand chaman guerrier était tellement plus facile à briser de l’intérieur....
    - Après avoir tué ton propre père, tu as été libéré de l’influence de la prêtresse. Toi et tes confrères les avez repoussés, mais tu as menti à ton peuple, Inferno. Tu leur a dit que les elfes noirs avaient tué leur chaman, ton père. Et ils t’ont alors proposé le poste. Et tu as accepté. Tu ne cesses de crier partout que seuls l’honneur et la vérité guident ton chemin, mais ce n’est que du vent ! Tu as cru pouvoir vivre avec ce fardeau, mais tu n’y est pas arrivé... et c’est pour cela que tu as fui ton village. Tu ne supportais plus les remerciements de ton peuple, qui te prenaient pour leur sauveur face aux elfes noirs, alors que tu n’es qu’un traître...
    Personne ne pipait mot dans la salle, Clad, Séphiroth et Colargol écoutaient, tout en tentant de s’habituer aux ténèbres en cherchant à le localiser. Inferno, lui, était pétrifié par un sentiment mêlé de colère et de honte.
    - Après avoir fui les tiens, tu t’es juré que plus personne ne te manipulerait. Tu as entraîné ton esprit sans relâche, et tu l’as même forcé à oublier ton parricide ! Par ta propre volonté, tu te l’es caché à toi-même, car la honte te suivait partout et tu n’arrivait même plus à vivre avec. Ton seul échappatoire était l’oubli...
    De plus en plus de larmes coulaient le long des joues de l’orc.
    - Et aujourd’hui, tu as rencontré Sarevok. Crois-tu sincèrement qu’il se fait manipuler ? Il agissait en accord avec son maître, imbécile. Tu ne peux pas le sauver, car il aime ce qu’il est !
    Prophanitie s’amusait de plus en plus. Qu’il était bon d’être de retour ! Et de pouvoir à nouveau infliger de terribles souffrances aux pathétiques races terrestres...
    Il entendit un léger sifflement, et réagit le plus vite possible en plongeant sur le sol. Une dague venait de passer juste à côté de son oreille, mais ce n’était pas Clad qui l’avait lancé. Il n’avait cessé de surveiller l’assassin et le mage, afin qu’aucun des deux ne puissent le prendre par surprise...
    Il essaya d’amortir sa chute, amis l’armure cloutée de Sarevok ne l’aida pas à tomber discrètement. Tous purent l’entendre tomber, et leur regard se fixèrent dans sa direction. Il érigea un rapide bouclier qui repoussa la dague de Clad et la boule de feu de Séphiroth, puis décida qu’il valait mieux fuir. S’évader du corps de Sarevok pour en trouver un dans lequel il serait plus à l’aise pour se battre. Il trouva rapidement une cible, quelques mètres au-dessus de lui.
    - Tant pis, on s’amusera plus tard...
    Il ressortit alors par les yeux du guerrier, et traversa le plafond, tandis que les ténèbres magiques se dissipaient lentement dans la pièce, tout en se demandant qui avait pu lancer cette fameuse dague qui l’avait obligé à trahir sa positio
    n.
    Inferno était totalement immobile, tétanisé par le retour de ses souvenirs. Il revoyait encore et encore l’attaque des elfes noirs. Le massacre de ses frères d’armes. Lui-même tuant son propre père dans le dos, alors que celui-ci lui avait accordé toute sa confiance pour assurer leur survie...

    - Inferno ! Occupe-toi de ceux qui veulent me prendre à revers ! Je m’occupe de la prêtresse ! Si elle meurt, la victoire sera notre !

    Inferno s’approcha lentement et le décapita d’un coup latéral de hache, alors qu’il avançait prudemment, certain que son fils accomplirait avec brio son rôle de protecteur.
    Voilà pourquoi inconsciemment, à chaque fois qu’il parlait des grandes qualités de son peuple, l’honneur ou le courage, un malaise s’emparait de lui... il s’était façonné lui-même une nouvelle vie, afin d’oublier les affres de la précédente...
    Ses souvenirs s’imposèrent de nouveau à lui, tourbillonnant dans sa mémoire redevenue intacte. Pour la énième fois, il revit son parricide... Un cercle infernal de culpabilité le retenait prisonnier...
    Cependant, une chose le fit Tu as été manipulé et tu as été une victime de noirs ennemis, comme tant d’autres. Aujourd’hui, je ne vois qu’un grand chaman, ayant tout fait pour protéger les siens lors de la seconde attaque sortir de ce cercle. Il sentit un contact sur son épaule. Puis il entendit une voix, qui semblait extrêmement lointaine. Il focalisa cependant toute son attention sur cette voix.
    - Inferno, peu importe ton passé. des elfes noirs que nous avons repoussé ensemble il y a quelques jours, qui a de grandes qualités morales, et surtout, qui tente de sauver d’autres personnes afin que celles-ci n’aient plus à souffrir comme tu as souffert.
    La voix était celle de Clad. Il n’entendit pas tous les mots que l’assassin prononça, mais il en comprit parfaitement le sens. Quelqu’un avait besoin de son aide. Au diable les paroles de ce démon ! Il sauvera Sarevok, quoi qu’il en coûte !
    Il reprit alors conscience de ce qui l’entourait. Clad et Colargol étaient à ses côtés. Séphiroth était accroupi et prenait le pouls de Sarevok, gisant sur le sol. Le mage leur fit un rapide hochement de tête.
    - Il est vivant... et maître de ses actions. Il n’est plus habité par un démon.
    Le bras de Sarevok se tendit alors sans prévenir, et avant que Séphiroth n’ai eu le temps de réagir, la main du guerrier était refermée avec force sur sa gorge. Les yeux toujours fermés, un sourire naquit sur les lèvres de Sarevok, qui se leva en un bond, tenant toujours Séphiroth de sa poigne de fer.
    - On a du mal à incanter, mage ?
    Inferno put voir un mouvement à la périphérie de son champ de vision. Clad fonçait sur Sarevok, cimeterre et dague dégainées. D’un mouvement rapide, le guerrier fit voler le mage dans les airs, qui retomba alors sur Clad, les envoyant tous deux au sol.
    - Depuis le temps que je rêvais de faire ca...
    Alors que Clad et Séphiroth se débattaient pour se relever, l’attention de Sarevok fut captée par autre chose. Inferno suivit le regard du guerrier et vit son fléau, posé sur le sol.
    - Non ! hurla l’orc.
    Sarevok n’y prêta pas attention. A grandes enjambées, il se dirigeait déjà vers son arme maudite. Au passage, grâce à un fulgurant coup de coude, il refit tomber Séphiroth et Clad au sol, alors que ceux-ci venaient de se relever.
    Inferno courut le plus vite qu’il en était capable afin de le stopper
    - Sarevok ! Tu n’y est pas obligé ! hurla t-il
    Cette fois-ci, Sarevok s’arrêta net, et sa tête se tourna lentement en direction d’Inferno.
    - Prophanitie, le démon éthéré, avait raison, Inferno. Tu ne me sauveras pas, car il n’y a rien à sauver. Je suis un meurtrier sans âme ni cœur, et c’est ma véritable nature.
    - Non ! Le démon te fait croire cela ! Il te manipule !
    - Bien sûr qu’il me manipule. Ou tout du moins il me manipulait. Ecoute bien Inferno. J’ai fait des choses bien plus qu’horribles, et j’ai adoré ca. J’ai trucidé des centaines d’elfes, ai capturé des mères, et les ai enfermés dans une cabane avec les têtes de leurs propres enfant accrochés au plafond, bien visibles, afin qu’elles souffrent autant moralement que physiquement. Parfois, je m’amusais à boire le sang de leurs gamins encore vivants hurlant à la mort, les laissant assister au spectacle. Au début, cela était presque une torture pour moi aussi. Mais à force, j’ai fini par y prendre plaisir. J’ai même fini par trouver ca drôle, et aujourd’hui, chaque personne que je fais souffrir me procure un grand plaisir, à moi, pas au démon. Tu comprends cela Inferno ? Je ne peux plus faire marche arrière maintenant.
    - On peut toujours...
    - Non ! Même si je devenais un citoyen respectable, crois-tu vraiment que je pourrais vivre avec tous mes massacres sur la conscience !
    - Mais ce n’était pas toi qui...
    - Si ! Mon maître ne m’a jamais contrôle. Il ne fait que me suggérer mes actions, mais j’aurais pu à tout moment refuser de lui obéir sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit ! C’est moi le monstre, Inferno ! Pas lui ! Et tu ne me sauveras pas !
    Sur ce, Sarevok attrapa son arme, et une aura rougeâtre l’auréola lentement, puis disparut soudainement, tandis que ses pupilles redevenaient rouges.
    Inferno regarda ce spectacle impuissant, tout comme Clad, Séphiroth et Colargol à ses côtés. Comment avait-il pu être aussi stupide ? Délivrer un champion possédé... il s’était inconsciemment accroché à cet espoir, son esprit le forçant à croire en une possible rédemption, une délivrance pour le barbare.
    Pire, il venait de se rendre compte de sa lâcheté. Il avait fui ! Non pas ses ennemis, mais il avait fui devant ses souvenirs ! Il avait été incapable de faire face, et s’était caché une partie de la mémoire.
    Il revit tout son peuple le remercier sans cesse pour sa remarquable ténacité face aux elfes noirs. Pour les avoir tous sauvés de la destruction. Puis lui demander de devenir le nouveau chaman pour remplacer feu Degardo son père. Et lui accepter, pensant pouvoir garder le secret de son parricide. Il avait menti à son peuple ! Puis il avait fui ses responsabilités de chaman, laissant son peuple à la merci d’ennemis éventuels, tels les orcs noirs qu’ils avaient battus quelques jours plus tôt. Et pour terminer, il s’était même menti à lui-même, pensant qu’il pourrait avoir une meilleure vie sans ces horribles souvenirs.
    Sa vie venait de perdre tout son sens. Il était certainement le plus lâche des orcs existants. La risée de son peuple.
    Mais pas question de sombrer dans le désespoir ! Pas maintenant qu’il avait retrouvé la mémoire ! Dorénavant, il s’en fit le serment, il restera droit et fera honneur aux siens. Et avant de retourner à son village et leur annoncer la vérité, il devait d’abord en finir avec le magicien qui les avait mis dans cette fâcheuse posture, tous les cinq. Et peu importe si les siens décidaient qu’il méritait la mort à son retour. Au moins sa mort aura été honorable, contrairement à sa vie.
    Il se détourna de Sarevok et retourna dans la cage d’escalier afin de monter à l’étage supérieur. Les quatre humains le suivirent sans dire un mot.

    ***



  3. #3
    Vergil Invités
    ***

    Cela faisait déjà deux semaines que Grotsnirk le driffle et sa fabuleuse invention, la si respectée Armure de combat tactique avancée zigouilleuse modèle numéro trois - les deux autres précédents modèles ayant subi quelques malencontreux problèmes d’ordre mineur ayant entraîné la mort de soixante-huit de ses congénères - avaient étés mutés dans cette grande tour noire. Lui qui pensait avoir été reconnu pour son grand talent, on l’avait en fait confiné ici avec une bande de gobelins et un imbécile d’alchimiste pour toute compagnie. En fait, il en était sûr, son maître avait eu peur de son grand génie et de sa terrible invention, et c’était pour cela qu’il l’avait mis à l’écart ici, lui faisant croire à une mission d’intérêt vital. En effet, il devait garedr la clé ouvrant l’étage supérieur de la tour, dans laquelle résidait l’alchimiste, une sorte de dingue qui demandait aux gobelins de lui amener des humains du village tout proche pour leur faire des choses assez peu ragoûtantes.
    Alors qu’il réfléchissait au meilleur moyen de déserter de son poste sans se faire repérer, il entendit des bruits de pas dans l’escalier. Avec ses trois bras, il prit en main les trois leviers principaux de déplacement de l’Armure de combat tactique avancée zigouilleuse modèle numéro trois, et fit faire aux deux grands bras mécaniques quelques mouvements, puis pointa leurs armes vers la porte. Les gobelins avaient la fâcheuse tendance de venir défier son autorité, mais étant assez couards, il lui avait suffi jusque là de tirer quelques volées de plomb au dessus de leur tête pour les faire fuir.
    Cependant, quand la porte s’ouvrit, quelle ne fut pas sa surprise de voir un orc suivi par quatre humains ! Enfin il se passait quelque chose ! Une occasion parfaite pour prouver à tous la puissance supérieure de sa terrible machine, une invention capable de rivaliser avec la magie ! de plombs sur l’orc, qui partit en arrière s’écraser contre le mur. L’orc devait posséder quelques plaques de métal sur le torse, puisqu’il n’était apparemment pas mort après le tir. Il vit alors deux
    Grâce au fusil incorporé dans son bras droit, il tira une volée des humains se ruer sur lui par la droite, tandis que deux autres tentaient leur chance par la gauche.
    Grotsnirk tira à fond le levier à droite, activant les lames circulaires entourant ses jambes, et utilisa ses deux autres bras pour manier ses deux bras. Sous la tension - il ne pensait pas déjà mettre à l’essai sa machine contre autant d’adversaires - il activa trop tôt le lance-flammes incorporé dans son bras gauche, et les deux humains ne furent pas grillés, à son grand regret.
    Il reporta alors son attention sur la droite. Un des humains avait disparu, mais l’autre fonçait vers lui, une lame dans chaque main. Comme si des lames pouvaient abîmer sa création ! Il tira sur l’imbécile une volée de plombs, mais malheureusement, l’humain avait du la venir voir car grâce à une roulade sur le coté, il put esquiver les projectiles.
    Une bruyante sonnerie retentit du tableau des jauges. Il vit que l’une des jauges commençait à virer au rouge, celle du voltage, qui indiquait une forte surtension sur la coque. Ne sachant d’où venait le tir, il ordonna à sa machine de reculer de quelques pas, et vit alors le mage en manteau rouge qui s’était caché entre ses jambes, à l’abri des scies circulaires. L’impudent s’amusait à lancer des éclairs sur son invention !
    Grotsnirk fit tourner la partie supérieure de sa machine, à laquelle était fixée les deux bras, de trente degrés sur le coté, afin d’utiliser son lance-flammes sur le mage. L’humain ne vit rien venir et s’enflamma comme une torche !
    A travers sa coque, il pouvait voir tous ses ennemis en un seul coup d’œil. Les deux de gauche tentaient maladroitement de frapper sa jambe mécanique sans se faire toucher par la scie, l’orc s’était relevé et avait sorti deux batons qu’il tenait dans ses mains tandis que le dernier avec les deux lames s’était mis à l’écart, ayant compris sa parfaite inutilité, et surtout l’incroyable supériorité de son invention face à sa condition d’humain.
    Cependant, quelque chose le dérangeait. Il avait coupé son lance-flammes depuis deux bonnes secondes, et le mage brûlait toujours. Il aurait dû être transformé en un petit tas de cendres, pas se tenir droit devant lui ! Maintenant qu’il y regardait de plus près, il vit que le corps du mage semblait non pas souffrir dans les flammes, mais s’y sentir à l’aide ! La chose devant lui semblait sculptée dans les flammes, son corps composé uniquement d’une sorte de lave en fusion, avec quelques plaques noires solidifiées par endroits.
    Deux ailes semblables à celles des chauve-souris elles aussi à moitié liquides et à moitié solides se déplièrent dans son dos, lui permettant de s’envoler, droit vers son cockpit protégé !
    La chose de flammes projeta alors sur la coque, devant un Grotsnirk abasourdi, un rayon de feu sur sa coque.
    La surprise et la peur passées, Grotsnirk se rappela que le verre qu’il avait utilisé pour construire cette coque était entièrement ignifugé, le protégeant du monstre volant. D’un revers du bras, il fit voler le mage de feu à travers la pièce, lui faisant percuter le mur. Il voulut rajouter une volée de plombs afin d’achever ce puissant adversaire, mais il avait totalement négligé ses adversaires d’en dessous. Erreur fatale ! Il vit trop tard le puissant éclair partir des deux batons que tenait l’orc, se dirigeant droit vers l’une de ses jambes. La jauge de voltage s’affola, tandis que la sonnerie de danger retentit à nouveau, lui percutant les tympans. La jambe céda et l’armure de Grotsnirk bascula alors sur le coté. Il ne pouvait rien faire pour empêcher ça. Il serra les dents et ferma les yeux au moment du choc de la coque contre le sol.
    D’un revers du bras gauche, il envoya bouler les humains qui s’approchaient. Il s’autorisa un sourire, heureux de voir que sa machine répondait encore malgré le choc. Cependant, un nouveau problème capta son attention. Il faisait extrêmement chaud dans son poste de pilotage... pas étonnant, puisque le mage lui envoyait des boules de feu, non plus sur la coque, mais directement sur sa chaudière, à l’arrière de sa machine. L’impact des projectiles ne ferait pas de dégâts, mais la température haussait à chaque fois que l’un d’entre eux percutait la chaudière. Il vit, impuissant, la jauge de température dépasser le seuil critique. De la vapeur sortait de son invention, et la plupart des mécanismes se disloquaient sous la pression.
    Une explosion des circuits fit exploser l’Armure de combat tactique avancée zigouilleuse modèle numéro trois, qui s’effondra complètement sur le sol, le cockpit complètement détruit, son pilote avec.

    ***


    - Et bien, c’était un dur, lui ! Il avait la main lourde sur les armes... mais la bestiole qui commandait la machine, c’était quoi ?
    - Un driffle. Un dérivé des gobelins, en moins combatif mais en plus intelligent. Leur seule particularité physique est la présence d’un troisième bras plus long qui leur sort du dos et qui finit par une main à seulement deux doigts.
    - Etrange bestiole... en tout cas, toi et Inferno avez fait du beau boulot...
    - J’ai été chanceux... j’ai du toucher un endroit qui a provoqué une surchauffe.
    - Ouais, chanceux... - Comme quand tu as révoqué la gamine sans mal alors qu’elle nous bottait l’arrière train sans qu’on puisse y faire quoi que ce soit. - Ou quand tu as invoqué la bestiole qui a massacré tous les elfes noirs alors qu’on allait perdre le combat... - Sacré veine, dis donc....
    Colargol avait fait référence à ses deux invocations, bien qu’il ne pouvait savoir que la première était de lui. Il ferait bien de faire plus attention par la suite, il attirait un peu trop l’attention de ses camarades, qui inévitablement finiraient par poser des questions....
    Il leva sa main gantée et l’agita sous le nez du soudard.
    - Mais il y a aussi des fois où je suis un peu moins chanceux...
    Colargol s’esclaffa, puis ajouta :
    - Bon, j’en ai marre de cette tour ! - On cherche quoi encore ? - Un piédestal. - Ah ouais, mais il n’y en a pas, ici.... - Bah il doit être plus haut... - J’en ai marre de monter des marches.
    Il suivit néanmoins ses compagnons vers la porte donnant certainement sur la cage d’escalier suivante et vit Clad tenter de l’ouvrir, sans succès.
    - Elle est verrouillée...
    Séphiroth leva le bras et à peine une seconde plus tard, une violente onde de choc fit sortir la porte de ses gonds et traverser à pleine vitesse la cage d’escalier. Un cri de douleur les informa qu’un gobelin caché derrière avait été percuté par la porte qui l’avait emmenée avec elle s’écraser contre le mur, puis retomber sur le sol
    - Plus maintenant.
    Colargol regarda le gobelin écrasé et la porte puis dit en souriant :
    - Alors lui, il a pris la porte au sens littéral...
    Tous sourirent de la boutade de Colargol avant de monter vers ce qu’ils espéraient être le dernier étage, ou tout d’un moins celui où était sensé être situé le piédestal à détruire.

    ***

    La pièce supérieure, comme les précédentes, remplissait presque tout l’étage. Il purent apercevoir une sorte d’étrange laboratoire. De grandes cuves remplies d’une étrange substance bleue étaient situées contre les murs de la pièce, certaines occupées par des villageois, d’autres par des sortes de monstruosités mutantes et les dernières contenaient certainement des phases intermédiaires entre les deux. Les monstres crées avaient certainement pour but de grossir les rangs des armées du magicien blanc.
    Au bout de la pièce, quelqu’un en robe noire leur tournait le dos, occupé à mélanger diverses potions posées sur son établi.
    - Je vais lui expliquer mon point de vue sur ses expériences, à celui-là....
    Joignant le geste à la parole, Clad avança furtivement en direction de l’alchimiste. Séphiroth n’eut pas le temps de le prévenir du danger. C’était le démon éthéré qui se tenait devant eux, et qui se retourna alors que Clad était à mi-parcours. L’assassin se figea en voyant la brume noire commencer à entourer l’alchimiste, lui sortant de ses yeux ténébreux.
    - Clad, dégage. J’ai un compte à régler, lui dit Sarevok, alors que ses pupilles devenaient rouges.
    Clad obtempéra et recula prudemment.
    Séphiroth ne vit aucune raison d’empêcher Sarevok d’aller se battre seul. Dans le « pire » des cas, il serait débarrassé de Sarevok et de son encombrant maître. De plus, c’était l’occasion parfaite pour évaluer les talents non pas du possédé seul, mais de toute la puissance qu’allait lui accorder son maître, sauf si la brume noire recommençait à tout envahir. Cependant, ça ne semblait pas être l’intention du démon éthéré puisque la fumée noire que dégageaient ses yeux semblait ne pas atténuer la luminosité de la pièce.
    Prophanitie écarta les bras et des longues griffes noires apparurent comme des gantelets se superposant à ses mains.
    - Tu subiras une éternité de tourments pour t’être opposé à moi....
    - Tu as été suffisamment faible pour te faire piéger chez des arriérés, donc j’ai de gros doutes quant à tes capacités....
    - Tu ne vaut guère mieux... depuis quand les démons se baladent avec... ce genre de compagnie, dit-il avec dédain en faisant un mouvement de tête vers Séphiroth.
    Le maître de Sarevok éclata de rire, ce qui glaça le sang de Séphiroth et de ses compagnons.
    - Regarde ce que nous sommes devenus, Prophanitie.
    - Par ta faute si j’ai bonne mémoire. Ta stupide rébellion nous a coûté cher.
    - Comme si tu défendais leurs principes... tu étais bien heureux que je me sois dressé contre eux.
    - On fait tous des erreurs...
    - Malheureusement pour toi, celle d’avoir voulu voler mon champion sera ta dernière.
    Le pentagramme gravé sur son front s’illuminait de flammes ardentes. Une énergie purement maléfique semblait irradier son corps tout entier. Prophanitie semblait ridiculement faible en comparaison, dans le corps de l’alchimiste. Séphiroth savait cependant que ce n’était pas le cas. Prophanitie était un adversaire redoutable...
    - Nous n’avons pas notre place dans ce combat, n’est-ce pas ? lui demanda Clad. Je ne suis pas magicien, mais j’arrive cependant à sentir la puissance de ces deux-là...
    Séphiroth ne répondit pas.
    Sarevok se décida à charger, la tête de son terrible fléau tournoyant autour de lui grâce à de puissants moulinets. Le mage comprit pourquoi son maître avait choisi ce champion. Le barbare savait convertir la colère en force, et son maître pouvait lui fournir une colère dépassant l’imagination.
    Le choc fut extrêmement violent, le fléau percutant les griffes de ténèbres du mage qui ne cilla même pas sous l’impact provoquant de magnifiques étincelles. Une onde de choc balaya le sol sous la puissance dégagée dans ce seul coup.
    Les deux possédés se regardèrent. La brume noire sortait des yeux de Prophanitie et des flammes de ceux de Sarevok. Le choc des flammes sur les ténèbres.
    Prophanitie sa baissa à une vitesse fulgurante et déséquilibra Sarevok d’un coup de pied dans la jambe, puis en profita pour griffer son adversaire au bras, valant au barbare de profondes coupures.
    Retrouvant son équilibre, Sarevok esquiva l’attaque suivante du démon éthéré et plaça un coup de fléau horizontal, profitant de la garde baissée de Prophanitie. Le coup fit mouche, les côtes du possédé craquèrent sous l’impact.
    Prophanitie tira une grimace, et décocha un coup de pied magistral au barbare qui traversa la salle et s’écrasa contre une cuve. Sarevok se remit rapidement sur pieds, et chargea son adversaire malgré les nombreux bouts de verre encore logés dans son dos.
    Prophanitie profita du temps qu’il avait pour incanter. Des dagues de ténèbres apparurent de toutes part derrière lui, et foncèrent vers Sarevok. Il fit de grands moulinets devant lui tout en chargeant pour dévier la plupart des projectiles. Les autres lui firent de nouvelles entailles dont il ne se soucia pas plus que ses autres blessures.
    Sarevok arriva finalement à portée et put frapper à nouveau. Prophanitie bloqua le coup, ainsi que les suivants sans trop de difficultés. A chaque choc entre leurs armes, des étincelles apparaissaient et une onde de choc balayait le sol.
    Sarevok utilisa l’avantage de son poids pour déséquilibrer son adversaire plus frêle. Il mit donc tout son poids dans un coup vertical, qui fit basculer Prophanitie en arrière. Le barbare profita de l’occasion et remit un second coup dans lequel il mit toute sa force.
    L’alchimiste tenta d’interposer ses griffes ténébreuses entre lui et l’arme, mais tout ce qu’il réussit à faire, c’est perdre son bras qui s’arracha sous la violence de l’impact. Le démon éthéré pointa alors un doigt avec son autre bras sur Sarevok, qui tenta de lui mettre un nouveau coup, mais qui ne fut pas assez rapide. Le rayon d’ombre lui transperça la cuisse comme une lance. Cependant, pas une goutte de sang ne sortit de la blessure, comme si elle s’était cautérisée seule.
    Prophanitie se releva d’un bond et mis un coup de genou au champion, lui faisant perdre son souffle, puis d’un coup de pied au visage, l’envoya à terre.
    - On devrait l’aider, non ? - Moi j’y vais pas en tout cas ! - Ouais, mais bon, il est mal barré Sarevok - Et alors ? Il avait qu’à pas provoquer l’autre.
    - Laisse tomber Colargol, lui intima Clad. Ca change quoi que Sarevok meure ?
    L’opinion de l’assassin plaisait à Séphiroth. Depuis l’incident du village en ruines, Clad semblait vouer une haine féroce au possédé. Ce sera certainement un atout utile par la suite, pensa t-il. Du moins, si le guerrier survivait à ce combat...
    Séphiroth avait cependant autre chose à faire que d’observer pour le moment. Il se mit à incanter.
    Sarevok roula sur le côté pour éviter un coup de griffe puis se releva tant bien que mal, esquivant une seconde attaque par une roulade.
    Les deux adversaires reprirent alors leur combat violent et acharné. Prophanitie, fatigué et désavantagé à cause de son moignon, passait plus de temps à esquiver les coups de l’infatigable guerrier qu’à essayer de le l’attaquer. Il se savait perdu. Il fit un grand saut en arrière et toisa Sarevok, baissant son bras en signe d’abandon.
    - On dirait qu’ici va s’achever ma vie, dit-il
    - Dis-toi que grâce à ta mort, je pourrait absorber ton pouvoir et nous venger.
    - Bien maigre consolation...
    Sarevok s’approcha de Prophanitie, fléau prêt à frapper.
    - De toute façon, je n’ai pas envie de te voir absorber ma force.
    - Comme si tu avais le choix...
    - Je l’ai.

    Sur ces derniers mots, en un rapide geste du bras, il se transperça le crâne avec ses griffes d’ombre. Alors que le cadavre de l’alchimiste tombait au sol, une brume noire s’échappa de son corps, puis fondit vers Séphiroth, qui l’attirait grâce à son sortilège.
    Séphiroth contrôlait le démon éthéré, trop affaibli pour se battre mentalement après le combat contre Sarevok et son maître. Il pouvait sentir toute l’énergie démoniaque qui tournoyait autour de lui.
    Il n’avait pas besoin d’une nouvelle forme démoniaque. Quelque chose de plus physique lui serait utile... Il façonna alors toute l’énergie chaotique, y mêlant une infime partie de son âme, et petit à petit l’objet de ses désirs prit forme. La brume se concentra de plus en plus devant lui, formant un nuage de ténèbres s’accumulant en un seul point.
    La lame était tranchante, bien affûtée et légèrement recourbée, mesurant environ cinquante centimètres. La garde était composée d’étranges tentacules noires qui remontaient le long de la lame, se tortillant autour, et le pommeau était sculpté pour représenter un personnage féminin qui semblait pleurer.
    Il tendit la main et l’enfonça dans les ténèbres devant lui, saisit l’épée puis la sortit.


Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250