Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Chapitre 8

  1. #1
    Vergil Invités
    VIII-] Le nain Six-Dents et ses nains capables

    Si les elfes et les nains se haïssent mutuellement, ce n’est pas pour rien. Cette tradition remonte à de nombreuses générations, quand les nains et les elfes étaient encore peu nombreux sur Terre, et que quelques représentants de chaque race eurent l’idée de s’accoupler avec ceux de la race opposée. Bien entendu, déjà à l’époque, peu d’elfes tombaient amoureux de « ces petites choses poilues et puantes », et peu de nains tombaient sous le charme des « tafioles bouffeurs de salade ». Cependant, quelques notes prises par des humains dont la santé mentale était quelque peu contestable ont été retrouvées, et elles affirment que des nains et des elfes de toutes baronnies s’étaient réunis entre eux pour tenter l’expérience. Malheureusement, une année après l’accouplement général, la plupart des femmes mises enceintes, qu’elles soient elfes ou naines, mirent au monde de nombreux enfants, tous affreusement laids et difformes. Malgré ce petit problème physique, les elfes et les nains tentèrent de les éduquer correctement, et de la transformer en une race nouvelle très intelligente. A nouveau, ce fut l’échec global. Leur progéniture se révéla avoir de graves problèmes mentaux et tous souffraient d’un sérieux retard mental. Apeurés par les monstres qu’ils avaient mis au monde, les deux races tentèrent de se débarrasser de leurs enfants, mais il était déjà bien trop tard. Leurs enfants s’étaient déjà répandus sur Terre et la plupart s’étaient déjà reproduits en grand nombre. Les dirigeants des royaumes elfiques et nanesques décidèrent donc qu’il fallait absolument interdire les relations d’amour entre leurs deux races, et toutes les écoles bourrèrent le crâne des élèves à ce propos. Au bout de quelques centaines d’années, le non-amour s’est transformé en une haine cordiale, et les dirigeants des deux peuples sont aujourd’hui très satisfaits de la situation, préférant les petites attaques entre races plutôt que la création d’une race d’hybrides dégénérés. La race des demi-elfes demi-nains fut appelée la race des Arriérés, et malgré les efforts incessants des deux peuples, ils continuent de proliférer, surtout dans les régions montagneuses, qui regroupent les arbres et les grottes de leurs parents respectifs.

    - Partez, maintenant, leur dit un des paysans entre deux sanglots. Vous avez fait assez de mal ici !
    Clad hocha la tête, préférant ne pas argumenter sur le fait qu’il restait tout de même une trentaine de survivants, et cela en grande partie grâce à eux. Il chercha Sarevok et Inferno du regard, tandis que Colargol, apparemment indifférent à la tristesse qui émanait du village, pillait allègrement les cadavres des elfes noirs. Il fit quelques signes à Inferno et Sarevok afin de les informer qu’ils devaient partir. Il se retourna alors en direction de la muraille où gisait encore le corps inanimé de Séphiroth. Poussant un soupir, il emprunta l’escalier afin de monter sur la muraille. Une fois en haut, il attrapa Séphiroth, le hissa avec difficulté sur son épaule et redescendit afin de demander l’aide de Colargol. Ce dernier arriva rapidement et aida Clad sans protester. Clad remarqua alors que Colargol n’avait strictement rien dit depuis la fin des hostilités. Il vit alors dans les yeux de l’homme une lueur de tristesse et d’horreur. Colargol, qui était loin d’être habitué à des massacres d’une telle envergure, n’avait pas l’habitude de ressentir tant d’émotion, étant habitué à noyer son esprit dans l’alcool, et semblait maintenant vide de l’intérieur, ses yeux perdus dans le vague, retenant des larmes exprimant une émotion qu’il n’avait plus ressenti depuis longtemps.
    Clad lui tapota amicalement l’épaule, et à eux deux, ils portèrent le nécromancien jusqu'à la sortie de la ville, suivis par Inferno et Sarevok.
    Deux hommes se dressèrent sur leur chemin, épées en main.
    - Remettez-nous le magicien ! Il... il a tué nos enfants avec ses sortilèges destructeurs ! Je ne sais pas comment il a fait, mais ce sont les mêmes lames magiques d’énergie ayant massacré le scarabée qui ont tué nos enfants ! Il va mourir !
    Sans autre forme de procès, l’homme fonça sur Clad, épée en avant, rapidement suivi par son camarade. Clad lâcha Séphiroth, faisant confiance à Colargol pour le retenir, et attendit l’homme. Au moment où ce dernier fût sur lui, il se baissa et lui fit un croche-pied, puis se releva immédiatement en bondissant en avant, poussant en arrière le deuxième homme. Du plat de sa dague, il l’assomma et se retourna afin de faire face à son autre adversaire qui chargeait à nouveau dans sa direction. Clad dévia l’épée qui se dirigeait vers sa tête et d’un coup de coude dans le plexus de l’homme, le fit tomber en arrière. Clad lança alors sa dague en direction de sa main, et l’homme regarda pétrifié la dague plantée dans le sol, entre son index et son majeur. Quand son regard revint sur l’assassin, ce dernier avait déjà une nouvelle dague en main.
    - Ecoute moi bien, crétin ! hurla Clad, s’attirant ainsi l’attention de tous les habitants du village. Ce magicien vous a tous sauvés ! Tes enfants sont morts, c’est douloureux, et tout le monde partage ta peine ! Mais en aucun cas tu ne t’en prendras à l’homme à qui tu dois ta misérable vie ! Tu vas aider les tiens à reconstruire, et tu vas à nouveau vivre comme auparavant, car grâce à lui, il peut encore y avoir un avenir pour toi !
    Clad releva le regard en direction des autres paysans qui le regardaient.
    - Et pour vous aussi !
    Il revint vers Colargol, l’aida à agripper Séphiroth et sortit du village, retrouvant Inferno et Sarevok qui avaient ignoré la tirade de l’assassin. Il aperçut en sortant le jeune noble qui avait réconforté tous ces hommes derrière un buisson, un grand sourire aux lèvres. Il cligna des yeux à cause des gouttes d’eau qui coulaient de ses cheveux et qui l’aveuglaient, laissant le temps au noble de disparaître comme par magie.
    Clad regarda alors Séphiroth qu’il soutenait avec l’aide de Colargol. Ce dernier avait les yeux à moitié ouverts et des gouttes d’eau coulaient sur son visage, mais il était impossible de déterminer si cette eau provenait de la pluie ou de ses yeux. L’assassin avait compris le sacrifice qu’avait fait en réalité le nécromancien. Il savait pertinemment que l’invocation de son monstre serait extrêmement dangereuse, et il s’était même sacrifié physiquement afin que sa créature les débarrasse des elfes noirs, et ce, quel qu’en soit le prix. Son acte était en fait d’un très grand courage, puisqu’il était prêt à donner sa vie pour sauver des villageois qu’il ne connaissait même pas. Clad venait de le comprendre.
    - Merci, souffla t-il à Clad dans un murmure presque inaudible, comme s’il avait perçu les pensées de l’assassin, avant de refermer les yeux et de replonger dans le coma.
    Clad et ses compagnons reprirent leur route en direction de Stormwind, sous une pluie de plus en plus virulente transformant la terre sous leurs pas en une boue immonde.

    Une demi journée de marche n’avait fait qu’empirer l’état déjà désastreux du nécromancien. Ce dernier changeait tout le temps d’état. La plupart du temps, il était dans le coma et Clad pouvait le porter assez facilement. Mais depuis quelques heures, Séphiroth délirait dans son sommeil et s’agitait alors de spasmes frénétiques tout en criant des choses sans queue ni tête.
    C’est alors que la pluie semblait enfin se calmer et que le soleil réapparaissait dans le ciel qu’un étrange phénomène se produisit devant eux. D’étranges particules de lumières venant de toutes les directions s’agglutinaient en une masse compacte devant eux, formant une sorte de chose de la taille d’un homme. Un flash de lumière les aveugla alors, et quand Clad rouvrit les yeux, il découvrit la magicienne de Stormwind, plus belle que jamais.
    - Heureux de vous revoir, maîtresse, lui dit Clad sardonique. Vous êtes venue afin de donner de nouveaux ordres à vos toutous ?
    Les récents événements avaient poussé Clad à la limite de son calme, et la vision de toutes ces personnes mortes lui hantait toujours l’esprit. Etant resté silencieux pendant la marche, sachant obstinément que s’en prendre à Sarevok et à Inferno était inutile, il avait maintenant besoin de décharger toute sa colère sur quelqu’un, et tant pis si cela tombait sur son « employeuse », aussi belle fut-elle.
    Clad vit du coin de l’œil qu’Inferno l’observait d’un air approbateur, l’encourageant à continuer.
    - Ne vous inquiétez pas, continua t-il avec fureur, tout le monde a été bien massacré selon vos instructions. Merveilleuse idée d’envoyer pour uniques renforts cinq hommes seulement face à une centaine d’elfes noirs !
    La magicienne ne broncha pas face aux attaques de Clad. Elle le regardait droit dans les yeux, le visage presque inexpressif, ce qui ne faisait qu’augmenter la fureur de l’assassin. Il remarqua alors que la magicienne semblait... translucide. Il s’approcha d’elle doucement et tendit sa main en avant pour la toucher. Avec étonnement, il vit sa main, passer au travers du corps de la magicienne.
    Clad se tourna en direction de Colargol qui soutenait Séphiroth d’une main, et qui jouait avec une sorte de caillou multicolore de l’autre, mais ce dernier semblait aussi surpris que lui. Inferno et Sarevok observaient sans bouger le fantôme de la magicienne, quand soudain, celui-ci se mit à parler.
    - Si vous entendez ce message, c’est que vous avez réussi à survivre au désastre d’Eagle’s gulch. Je ne pensais pas que le magicien blanc avait des alliés aussi puissants que les elfes noirs. Désolé de ne pas être présente en personne, mais plusieurs autres affaires retiennent mon attention. Quoiqu’il en soit, j’espère que vous avez réussi à sauver ce village et qu’il n’a pas subi le même destin que tant d’autres. En effet, des raids de gobelins et d’orcs noirs attaquent stratégiquement l’est, tandis que des milliers d’elfes noirs ont traversé les baronnies de Von Stetter et ont franchi nos frontières montagneuses au nord, détruisant l’avant-poste des chevaliers gris qui, étrangement, étaient tous absents. Ce n’est que trop tard que j’ai vu qu’ils comptaient attaquer Eagle’s Gulch à revers, et je m’en excuse. Malheureusement, si vous êtes toujours vivants, sachez que j’ai de mauvaises nouvelles. Ces deux armées convergent vers Stormwind, et seront là d’ici deux semaines au grand maximum. J’ai essayé de contacter nos alliés les elfes et les nains, mais les premiers sont actuellement en guerre contre une deuxième armée d’elfes noirs, et les seconds se sont faits piéger dans leurs mines par des milliers d’orcs noirs et de chiens de l’enfer. Ils se sont barricadés à l’intérieur de leurs mines, et ne peuvent malheureusement nous aider actuellement. Nous ne pouvons compter que sur nous même. Quoi qu’il en soit, j’ai une nouvelle mission à vous confier, qui est d’une importance vitale. Trouvez un moyen de bloquer le chemin emprunté par les elfes noirs, c’est à dire l’autre passage à travers les montagnes que les chevaliers gris n’ont pas défendu. J’ai essayé de les contacter afin de comprendre où ils étaient partis, mais je n’ai eu aucune réponse, à croire qu’ils sont occupés sur quelque chose de tellement gros qu’ils n’ont plus le temps de me répondre. Des rumeurs courent comme quoi il existerait de très nombreux elfes renégats qui ont fondé un village extrêmement bien caché dans ces montagnes. Je suis certaine que cette rumeur est vraie, mais cependant, ils ne sont pas intervenus pour le moment. Trouvez-les et faites tout ce qu’il faudra afin qu’ils viennent à notre aide. J’espère que vous réussirez, car sans cela, nous risquons de tous mourir.
    La magicienne, ou plutôt son image préenregistrée disparut alors, laissant les compagnons seuls.

    - Comment va t-on pouvoir trouver ces elfes ? demanda Clad.
    - Ca, ce n’est pas un problème, lui répondit de sa voix bourrue Inferno.
    Il fouilla alors dans sa grande besace, et en sortit une sorte de long cor, décoré une gravure en forme de tête de loup. Il la mit à sa bouche et souffla un grand coup dedans, produisant un son semblable à un hurlement d’animal blessé.
    - Et maintenant ? demanda Clad, un peu inquiet du bruit qu’avait fait le cor, donnant ainsi leur position à toutes les choses hostiles aux alentours.
    - On attend, lui répondit d’une voix posée l’orc.
    Quelques secondes plus tard, un long hurlement plaintif se fit entendre. Un deuxième lui fit écho, et rapidement, un troisième les rejoignit. Clad regarda en tout sens, apeuré par ces hurlements, puis il vit un loup à la périphérie de son champ de vision. Il recula prudemment, tournant la tête pour mieux apercevoir l’imposant animal à la longue fourrure noire et grise. Il percuta Colargol, qui faillit partir à la renverse avec Séphiroth, mais se rattrapant de peu au poignet d’Inferno, qui souriait en regardant Clad.
    Clad jeta un rapide coup d’œil à Inferno, et vit lui aussi son sourire.
    Deux impacts au niveau de ses épaules le fit basculer en arrière, et il vit alors avec effroi le loup qui le fixait en grognant, tranquillement debout sur lui. Un filet de bave dégoulina de la gueule du loup, tombant sur le visage de Clad qui n’osait ciller. Il entendit alors Inferno éclater de rire, avant de siffler une note aiguë. Le loup envoya un grand coup de langue à l’assassin, lui lavant tout le visage, avant de partir en direction de l’orc.
    Clad se releva doucement, essuyant avec sa manche la bave de son visage, et regarda Inferno d’un air penaud. Il vit alors que deux autres loups, en plus de celui qui l’avait sauvagement « agressé » étaient assis autour de l’orc, qui continuait de rire. A côté de lui, Sarevok esquissa lui aussi un sourire, et Colargol avait lâché Séphiroth pour aller caresser l’une des bêtes.
    - Très drôle, Inferno... lui dit Clad, ne savant s’il devait s’énerver ou être bon joueur et rire de bon cœur.
    Clad avait totalement oublié l’empathie naturelle qu’avaient les chamans avec les animaux, et, il devait l’avouer, il avait eu la peur de sa vie.
    Il vit alors Séphiroth qui se levait lentement, un appui sur ses deux bras, et qui semblait lutter pour ne pas s’effondrer à nouveau. Il finit par réussir à se lever sous l’œil des compagnons et des loups. Clad s’approcha doucement de lui, ne sachant si le nécromancien était parfaitement conscient ou bien s’il allait repartir dans une de ses hallucinations.
    - Séphiroth ? chuchota t-il en voulant lui prendre le bras.
    Séphiroth dégagea rapidement son bras, et s’éloigna des compagnons. Clad ne sut comment réagir.
    - Mais où est-ce qu’il va comme ça ? demanda Inferno. Il va finir par se...
    Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, car Séphiroth venait de se faire arrêter dans son élan par le champ de force, comme il allait le prédire. Clad rejoignit le nécromancien, et réussit à comprendre quelques mots avant que ce dernier ne replonge dans le coma.
    - Il n’était plus là... il n’était plus là.

    ***

    Après cet incident, Inferno envoya les loups en reconnaissance dans toute la montagne, leur demandant de faire un repérage de toute la zone, et qu’ils reviennent s’ils trouvaient une forme de vie humanoïde.
    Ce n’est que six heures plus tard, lorsque le crépuscule commençait à tomber, qu’un des loups réapparut. Le loup trottina tranquillement jusqu'à lui, puis s’assit devant lui. Inferno se baissa afin que le loup puisse, dans son langage, lui communiquer ce qu’il avait pu voir.
    Vie. Loin. Arbres. Suivre.
    Inferno regarda Clad et Colargol qui semblaient impatients de savoir ce que le loup avait à dire. Ils s’attendaient certainement à ce que le loup se mette à hurler pour communiquer. Ou même qu’il se mette à parler ! La magie des chamans était bien plus complexe. Il n’y avait pas de mots pour décrire comment cette magie fonctionnait, car Inferno la pratiquait depuis si longtemps de façon si naturelle qu’il lui semblait même étrange que les autres ne puissent comprendre les pensées des animaux.
    Il suffisait de déceler les mouvements de l’animal pour comprendre ses émotions actuelles. En regardant ses yeux, on pouvait comprendre ses pensées. En regardant sa façon de se mouvoir, on pouvait comprendre son comportement à l’égard des choses qui l’entourent. Il suffisait d’être attentif pour déceler tant de choses, chez ces créatures si intelligentes, souvent sous-estimées par les autres races. Les orcs avaient compris depuis longtemps que les animaux, peu importe leur race, a une intelligence propre, et qu’il faut les respecter pour les qualités que jamais ils n’auront.
    Ce loup avait vu une forme de vie au loin, sur un versant de la montagne recouvert d’arbres. Ses poils étaient hérissées, mais ses oreilles n’étaient pas dressées, elles s’inclinaient légèrement vers l’arrière. Le loup avait vu quelque chose de dangereux, mais il se sentait en sécurité ici, donc le danger était situé à l’endroit où il voulait les emmener. Afin de faire comprendre à tous qu’il voulait qu’ils le suivent, il s’éloigna de quelques pas, secoua la tête, puis revint vers Inferno.
    - Notre ami a repéré des êtres vivants et il aimerait nous conduire jusqu'à eux. Cependant, ces derniers sont apparemment dangereux.
    Clad sembla interloqué par les paroles d’Inferno, ne comprenant comment il avait pu communiquer avec le loup. Colargol, qui semblait s’être affaibli physiquement et mentalement ces derniers temps, depuis qu’il n’avait plus ingurgité d’alcool, fixait un arbre mort tout en tripotant quelque chose dans sa poche. Sarevok attendait patiemment en retrait.
    Inferno était ennuyé par ce qu’il avait appris. Le loup est revenu apeuré par ce qu’il avait vu. Or, les elfes avaient de très bonnes relations avec les animaux, qu’ils soient renégats ou non.
    Dans ce cas, qu’avait-il vu ?

    ***

    Colargol regarda la direction dans laquelle le loup les emmenait. Aucun sentier n’était visible autour de lui. Il était compréhensible que les elfes noirs préfèrent passer par les deux défilés plutôt que directement par la montagne. Colargol soupira de fatigue en pensant à la longue ascension nocturne que ce voyage promettait, d’autant plus qu’il avait un nécromancien d’une bonne cinquantaine de kilos à porter sur les épaules.
    - C’est haut. - Très haut. - Trop haut.
    - En effet, mais j’ai l’impression que ce n’est pas dans les hauteurs que notre ami nous amène, lui répondit Clad.
    En effet, le loup avait modifié sa direction et les partait maintenant le long de la chaîne de montagne. Il renifla bruyamment le sol tout en avançant entre des broussailles de plus en plus hautes. Inferno se baissa et examina le sol afin de voir ce que reniflait son compagnon animal.
    - Des empreintes fraîches... et nombreuses. On dirait que l’endroit est fréquenté, leur dit calmement Inferno. Regardez, les branchages sont cassés par ici, et par là, mais aucun n’est abîmé à plus de cent vingt centimètres de hauteur. Ceux qui sont passés par ici sont donc de petites tailles.
    - Ce ne sont donc pas des elfes ? lui demanda Clad.
    - Impossible en effet. Je parierais plutôt sur des nains ou des gnomes.
    - Des nains ? - Ils ont à boire, eux, non ? - Oh que oui, et pas de la pisse de chat !
    Colargol était en effet impatient de retrouver de l’alcool. Il avait épuisé toute ses réserves depuis le siège d’Eagle’s gulch, et l’effet anesthésiant de l’alcool commençait à se dissiper, faisant remonter à la surface de son esprit des pensées cohérentes d’un passé proche, qu’il pensait pourtant avoir réussi à éloigner.

    ***

    Clad et ses compagnons d’infortune suivirent le loup le long de la chaîne de montagne pendant une dizaine de minutes, avant d’entendre un bruit de craquement de branche morte non loin d’eux.
    Clad, tout comme Inferno et Sarevok, regardèrent partout autour d’eux et resserrèrent leur position pour ne pas laisser leur dos à découvert. Colargol, portant Séphiroth sur ses épaules, se tenait au centre du triangle qu’ils formaient. Clad sortit son cimeterre, ou plus exactement le cimeterre de l’elfe noir qu’il avait tué. Il appréciait la légèreté de l’arme, mais aussi le parfait équilibre de la lame courbe, lui permettant de faire de nombreuses prouesses avec facilité pour quelqu’un comme lui ayant subi l’entraînement de la guilde des assassins. De sa main gauche, il sortit sa seule dague. La deuxième dague qu’il avait acheté à Stormwind était restée figée dans le sol du village d’Eagle’s gulch, afin d’effrayer le villageois qui en voulait à Séphiroth.
    Le loup s’arrêta soudainement et se pencha en avant, grognant puissamment, toutes dents dehors. Clad entendit alors quelque chose siffler près de son oreille gauche.
    - Saleté ! dit Inferno en montrant une petite épine plantée dans son bras.
    - Du poison ? lui demanda t-il
    - Non, je reconnais ce genre d’épine. Elles proviennent d’une plante qui sécrète un puissant somnifère... mais une épine ne suffit pas pour faire tomber un orc ! rugit-il, défiant leur agresseur invisible. Montre toi, couard !
    Clad vit du coin de l’œil un mouvement suspect dans les herbes hautes. Réagissant à l’instinct, il lança sa dague et entendit un cri d’agonie.
    - J’ai touché quelque chose...
    Une forme de petite taille apparut alors devant eux.
    - Un arriéré ! cria Clad avec surprise.
    - Pas seulement, répondit Sarevok.
    Clad n’arrivait pas à voir précisément l’Arriéré, mais sa petite taille, son dos courbé et son allure frêle correspondait parfaitement à la description qu’on lui avait faite de ces êtres.
    Il tenta de détailler l’Arriéré, mais sans sucés. Etrangement, le petit homme semblait attirer les ombres. La lune était pourtant presque pleine dans le ciel maintenant très dégagé, et pourtant, Clad n’arrivait pas à voir précisément l’Arriéré.
    - Son épée, lâcha Sarevok.
    Clad affina son regard sur le bras du petit homme qui se tenait immobile devant eux, et vit alors que ce dernier tenait quelque chose composé de ténèbres, qui semblait absorber la lumière.
    Il sentit alors plusieurs piqûres tout le long de son corps, dans son ventre tout comme dans son dos.
    - Saleté d’épines, dit-il d’une voix qui sombrait déjà dans le néant.
    Il tomba sur le sol, inconscient, et fut rapidement rejoint par ses compagnons. La dernière chose qu’il vit fut cette chose composée de ténèbres que tenait l’Arriéré.

    ***

    Séphiroth se réveilla soudainement, et sentit tout de suite que quelque chose clochait. Il n’avait pas encore ouvert les yeux qu’une douleur fulgurante l’avait transpercé de part en part. Il ouvrit ses paupières, et chercha la cause de cette douleur.
    La première chose qu’il vit fut une vision d’horreur. Une sorte de longue tentacule noire sans contours définis s’enfonçait dans son torse. Il sentit alors que ses pieds n’avaient aucun contact avec le sol. La chose qui lui infligeait tant de douleur transperçait son ventre et le maintenait dans les airs.
    La douleur était telle qu’il était presque impossible pour Séphiroth d’avoir la moindre pensée cohérente. Le premier réflexe qu’il eut face à ce supplice fut celui de n’importe quelle personne qui aurait été à sa place. Il se mit à hurler. Il sentit les cris s’échapper de sa gorge, mais ces derniers semblaient disparaître dans les ténèbres qui l’entouraient. Même si quelqu’un se trouvait à proximité de lui, il ne l’avait certainement pas entendu.
    Une seule pensée cohérente traversa son esprit. Il fallait qu’il voie d’où provenait cette tentacule ténébreuse. Il baissa son regard et focalisa toutes ses pensées sur son objectif : sonder ces ténèbres afin de trouver le monstre qui était à l’origine d’une telle souffrance. Mais quelque chose l’empêcha de se concentrer. Il sentit quelque chose d’étranger s’insinuer dans son esprit. Malgré ses efforts, il ne réussit à chasser cette présence, la douleur l’empêchant de créer le moindre barrage mental. Une vision s’imposa alors à lui, et malgré le fait qu’il avait gardé ses yeux grands ouverts, cette dernière se superposa aux ténèbres qui l’entouraient.

    Le couinement d’une porte mal huilée se fit entendre. Une femme va en direction du bruit afin de savoir qui est entré. Quelques secondes plus tard, elle gît morte, sur le sol, un trou ensanglanté dans le ventre. Un homme habillé tout de noir, une capuche rabattue sur la tête, avance furtivement vers le salon.
    - Qui c’était, chérie ? demande un autre homme.
    Pas de réponse.
    - Chérie ? demande t-il à nouveau.
    Sa femme ne répondant pas, il se lève, se retourne et tombe nez à nez avec l’homme en noir. Ce dernier fait un rapide mouvement du bras en sa direction. Sa tête tombe sur le sol, l’expression de surprise restant figée sur son visage, et bientôt le corps tombe aussi, s’écrasant lourdement sur le plancher.
    - Trouvé ! crie un gamin qui sortait de la cuisine. La seconde suivante, l’enfant aux courts cheveux blonds était lui aussi étendu sur le sol, une dague plantée entre ses yeux bruns.
    L’homme en noir regarde rapidement autour de lui, la sclère de ses yeux, seule chose visible dans l’ombre de son visage, aussi étincelante que la lame de sa dague qui luisait à la lumière des bougies éclairant la salle. Semblant se satisfaire de tout le sang qu’il avait versé, il se dirigea vers la porte d’entrée, repartant aussi discrètement qu’il était entré.


    La chose qui s’était insinué dans son esprit sembla vouloir repartir, mais Séphiroth refusait de la laisser transmettre quoi que ce soit qu’elle ait pu trouver dans son esprit. Cette fois-ci, malgré la douleur et la vision terrifiante des ténèbres l’entourant, il réussit à créer un faible bouclier mental. Cela ne bloquerait pas la chose très longtemps, il le savait pertinemment, mais mieux valait peu de temps que pas du tout.
    La douleur revenait, plus forte que jamais. Il tenta d’attraper la tentacule ténébreuse afin de la sortir de son corps, mais sa main ne rencontra aucune substance solide. La chose était immatérielle, mais cependant, elle arrivait étrangement à le maintenir dans les airs. Il tenta de se tortiller afin de trouver une position moins inconfortable, mais à nouveau, ce fut peine perdue. Il ne réussit qu’à s’infliger une plus grande souffrance.
    Il se remit à hurler de douleur tandis que la chose dans son esprit tentait de contourner le barrage mental.
    Séphiroth !
    Le nécromancien reconnut la voix qui venait de résonner dans son esprit. La totalité de son cerveau était concentrée sur la douleur, aussi il lui fallut quelques secondes avant de comprendre que c’était son nom que le maître de Sarevok prononçait.
    Mon protégé est dans le même état que toi. Ecoute moi bien. Je peux faire disparaître ces tentacules un bref instant. Il faudra que tu neutralises l’épée. Tu n’auras que quelques secondes. As-tu compris ?
    Séphiroth tenta de compartimenter son esprit afin de reléguer la douleur en second plan et d’utiliser le peu de forces qu’il lui restait pour comprendre les informations du démon. Il lui fallait détruire quelque chose.
    Fais-le, lui répondit-il.
    Il perçut alors des mouvements autour de lui. Les ténèbres semblaient bouger, et plus précisément se faire aspirer par quelque chose située à la droite du nécromancien, certainement Sarevok. La tentacule qui le maintenait en l’air se débattit, infligeant de nouvelles souffrances au nécromancien, avant de se rétracter soudainement, faisant tomber Séphiroth d’environ un mètre.
    L’atterrissage fut assez brutal, mais la douleur qu’il ressentit en s’effondrant sur le sol dallé était presque négligeable en comparaison de ce que venait de lui infliger cette chose. Séphiroth regarda autour de lui, cherchant ce que le démon lui avait demandé de détruire. Il constata qu’il était dans une grande salle circulaire au plafond en pierre haut d’une dizaine de mètres. L’endroit était apparemment ancien, puisque de la mousse était présente sur les murs ainsi que sur le plafond tandis que des mauvaises herbes étaient disséminée entre les dalles au sol.
    Sur sa gauche, il put voir Clad couché sur le sol, qui se cachait les yeux de ses mains en criant « non » comme un possédé. Sur sa droite, il était impossible de distinguer quoi que ce soit, car les ténèbres recouvraient encore une grande partie de la pièce. Cependant, les quelques fenêtres présentes en hauteur éclairaient suffisamment la salle pour que Séphiroth puisse voir une sorte de point d’attache où étaient ancrées ces ténèbres. Une épée noire comme le jais était plantée à la verticale sur un piédestal au centre de la pièce semblait être la base des ténèbres, tel un clou retenant un tissu noir tiré très fort sur le côté.
    Séphiroth se releva lentement sans lâcher l’épée malveillante des yeux. C’est en cherchant le sort le plus approprié pour détruire cet objet maléfique qu’il sentit son barrage mental céder. La chose était maintenant sortie de son esprit.
    Presque immédiatement, la vision d’une scène familière de son passé s’interposa sur celle de la réalité, lui faisant lâcher un cri de désespoir.

    ***
    La souffrance physique n’est rien. C’est ce que Sarevok avait appris depuis ces longues années. Peu importe que l’on soit meurtri dans sa chair si la volonté ne faiblissait pas. La douleur n’est que secondaire si l’esprit est suffisamment fort. Il avait déjà reçu de terribles coups, lui faisant perdre de grandes quantités de sang, mais jamais cela ne l’avait empêché de mener à bien ce qu’il avait entrepris. Il avait su dompter son corps afin qu’il oublie ce qu’était la souffrance, et c’est ce qui l’a toujours rendu presque indestructible au combat.
    Mais elle était revenue. Cette sensation bassement humaine reprenait son corps, lui arrachant des cris de douleur qu’il n’interrompait que le temps de reprendre son souffle. Il avait beau essayer de la repousser, de reprendre le contrôle de son esprit, ce dernier se bornait à utiliser ses cordes vocales pour hurler, ce qui n’arrangeait guère la situation.
    Quand il s’était réveillé, il avait déjà éprouvé un terrible malaise. Il sentait qu’il avait mal, chose qu’il avait presque oublié depuis toutes ces années. Il avait alors vu la tentacule ténébreuse enfoncée dans son ventre. La douleur que la tentacule lui infligeait était considérable, mais il pouvait la supporter en serrant les dents. Son maître avait alors communiqué avec Séphiroth.
    Mon protégé est dans le même état que toi. Ecoute moi bien. Je peux faire disparaître ces tentacules un bref instant. Il faudra que tu neutralises l’épée. Tu n’auras que quelques secondes. As-tu compris ?
    Maître... que faites-vous ?
    Je fais confiance à un de mes ennemis. Sarevok, c’est maintenant que l’entraînement que je t’ai donné va servir.
    Que se passe t-il ? Qu’allez vous faire ?
    Je vais mettre ma vie en jeu pour vous sauver... quelle ironie du sort.
    Sarevok ne sut quoi répondre. Il entendit alors la voix de Séphiroth dans son crâne.
    Fais le
    Sarevok ne comprit pas exactement ce qui se passait. Grâce à sa vision démoniaque que lui avait conféré son maître, il voyait Séphiroth, suspendu en l’air tout comme lui. Mais la tentacule qui le retenait semblait se rétracter, tandis que la douleur qu’il éprouvait ne cessait de s’accroître. Il vit le nécromancien tomber au sol, la tentacule l’ayant relâché. D’autres mouvements dans la salle lui indiquèrent que les autres avaient également été sauvés, contrairement à lui.
    Il vit la masse ténébreuse s’approcher de lui comme si elle avait était aimantée. La chose rencontra son corps tremblant de douleur et y pénétra par tous les orifices de son visage, lui infligeant la pire douleur qu’il n’aie jamais connue.
    La substance ténébreuse était d’origine démoniaque. Sarevok en était absolument certain maintenant, un démon majeur éthéré venait d’entrer en lui. Le fléau dans sa main droite commençait à chauffer et sa main fermement agrippée au manche depuis plus de dix ans sentit une vague d’intense chaleur qui commençait à remonter le long du bras. Son maître le pénétrait lui aussi, décidé à chasser cet envahisseur.
    C’est au moment où les deux entités se rencontrèrent que Sarevok ressentit la Souffrance. Pas celle infligée par des blessures physiques, mais celle qui affecte chacune de ses cellules devenant folles face au combat titanesque qui faisait rage en lui. Son corps voulait exploser, libérer ce trop plein d’énergie qui le consumait. N’importe quel autre être vivant n’aurait pas pu supporter une telle souffrance et il aurait alors décoré toute la salle avec ses entrailles. Mais Sarevok avait reçu le plus terrible des entraînements.
    Il vit Séphiroth sur le sol crier alors que plus rien ne l’affectait.
    Il voit une vision de son passé. La pire de toutes. Mais contrairement aux autres, il ne tombera pas à cause du désespoir. Le désespoir est sa force.

    ***

    - Saloperie ! Alors c’est ça ton arme ? Je n’accepterai pas mon passé !
    Séphiroth se releva lentement, les yeux emplis de haine et les dents serrées.
    - Je ne suis pas coupable ! Tu vas crever, fumier !
    Il leva un bras et chargea de l’énergie pure dans sa main, créant une sphère de feu bleue qui ne cessait de grandir. L’énergie décuplée par sa colère était si grande qu’il dut tenir son bras avec son autre main pour ne pas la perdre et dissiper la boule de feu. Ses yeux haineux n’avaient pas lâché des yeux une seule seconde l’épée maléfique.
    Il lança la boule d’énergie en fusion sur l’épée, qui sembla absorber le projectile, qui disparut dès qu’elle l’eut touché. Une seconde plus tard, l’épée commença à vibrer, comme si elle était agitée de spasmes, telle un être humain. Le piédestal dans lequel elle était encastrée se mit à vibrer lui aussi, et bientôt, même le sol de la salle commença à trembler. C’est alors que l’épée implosa, faisant aussitôt cesser les vibrations. Les morceaux d’acier s’envolèrent de toutes part dans les airs et se décomposèrent en une fumée noirâtre qui disparut une seconde plus tard.
    Séphiroth retomba sur le sol, sentant son dos douloureux. Apparemment, sa chute l’avait davantage blessé qu’il ne l’avait pensé. Se tenant les côtes d’une main, il s’aida de la seconde pour se relever et se dirigea vers le corps de Clad. Ce dernier commença à remuer avant que Séphiroth ne l’atteigne. L’assassin se releva d’un bond et regarda partout autour de lui, manifestement effrayé.
    Colargol se relevait lentement également, et s’adossa au mur en tirant une grimace. Inferno était déjà debout et semblait en colère. Après les récents événements, s’ils avaient subi la même douleur que lui, il était compréhensible que l’orc ait des envies de vengeance. Malheureusement pour lui, Séphiroth avait détruit le réceptacle du démon éthéré, le détruisant par la même occasion, puisque ce genre de démon ne peut survivre s’il n’a de lien avec ce monde.
    Plus de réceptacle...
    Séphiroth se tourna vers Sarevok, qui lui était toujours inanimé sur le sol. Le barbare ne bougeait plus.
    - Qu’est-ce que c’était que... cette chose ? demanda Clad en entrouvrant à peine la bouche
    Séphiroth lui répondit sans lâcher Sarevok des yeux.
    - Un démon majeur éthéré. Quelques minutes de plus sous sa torture, et nous aurions été...
    - Encore un démon ! l’interrompit Inferno. Et où est-il, maintenant ? Après ce qu’il vient de me faire, il doit payer... Il a tenté de pénétrer mon esprit et...
    - Toi aussi... Tu as aussi senti cette chose...
    - Oui. Elle a réussi à entrer, dit-il en montrant son crâne avec son index, mais elle n’est pas sortie. Je l’ai empêchée de retourner jusqu'à son maître, et étrangement, en ce moment, elle a comme disparue...
    - C’est normal, puisque j’ai vaincu le démon, ou du moins, je l’ai banni de notre monde...
    - Tu l’as tué ? Impressionnant...
    Séphiroth ne répondit pas. Il pensait à ce que venait de dire l’orc. Ce dernier avait réussi à bloquer l’intrus dans son esprit, contrairement à lui. L’orc avait été plus résistant que lui... Il était temps de revoir ses préjugés sur cette race.
    Un grognement interrompit le fil de ses pensées. Sarevok se relevait, en se tenant lui aussi les côtes. Bien qu’aucune trace de blessure n’était visible sur le guerrier, jamais Séphiroth ne l’avait vu dans cet état. Il fallut à Sarevok une dizaine de secondes pour se relever, et à peine debout, il avait failli retomber. Sa tête pendait toujours vers le bas, et il ne semblait pas avoir assez de forces pour la relever. La main qui tenait le fléau ne cessait de se crisper et de se décrisper. Pour finir, ses jambes tremblaient affreusement, et Séphiroth avait l’impression que le barbare n’arriverait jamais à marcher dans cet état.
    Pourtant, le barbare avança vers le reste du groupe, la tête toujours baissée, le bruit de ses bottes raclant le sol étant la seule chose qui rompait le silence de l’endroit. Inferno le rejoignit, et mit son bras dans le dos du guerrier pour le soutenir. Le guerrier repoussa violemment le bras d’Inferno, et faillit tomber à la renverse par la même occasion. La deuxième fois qu’Inferno lui proposa son aide, il se laissa cependant faire.
    Colargol se rapprocha lui aussi du groupe, mais son air jovial habituel avait totalement disparu. Ces derniers temps, il avait été en effet assez morne, mais en ce moment, son visage était totalement vide d’émotions, comme s’il ne pensait strictement à rien. Clad lui apporta son soutien afin de l’empêcher de défaillir, tout comme Inferno l’avait fait pour Sarevok. Il fit un petit sourire à Colargol, mais ce dernier ne le lui rendit pas.
    Il t’a sauvé la vie, dit une voix dans la tête de Séphiroth, qui n’était autre qu’une partie de son esprit. Encore une fois, tu es redevable à ce démon. De nous tous, il est le plus maléfique, et pourtant, il ne cesse de nous sauver la vie, ou plutôt, de sauver la tienne...
    Il repensa au moment où Sarevok avait bloqué le poing d’Inferno qui fonçait droit vers son visage, après qu’il eut invoqué le spectre de la petite fille. S’il n’avait pas été là, l’orc l’aurait certainement tué...
    Séphiroth ne savait plus trop quoi penser du démon. Certes, il ne faisait sûrement pas ça par bonté d’âme, mais le fait qu’il avait accepté de laisser pénétrer dans son champion un autre démon d’une puissance énorme afin de les sauver était tout de même troublant.
    - Euh... c’est moi, où il n’y a pas de porte, ici ? demanda Clad. On sort comment ?
    Séphiroth regarda autour de lui et vit en effet qu’ils étaient apparemment enfermés dans cet endroit. Cependant, ce n’était pas un réel problème étant donné l’état des murs en pierre. Il tendit la main, fit apparaître une autre boule d’énergie, et la jeta contre le mur en face de lui, qui explosa dans un bruit sourd, projetant une grande quantité de gravats et de poussière en l’air.
    - Il faudra quand même que vous m’expliquiez ce qui s’est passé, depuis l’attaque d’Eagle’s gulch. Je vous laisse seuls cinq minutes et vous vous mettez dans les pires situations imaginables !
    - Euh...Séphiroth... ca doit faire une journée entière que tu es dans le coma.
    Séphiroth ne répondit pas et leur emboîta le pas, passant par la nouvelle « porte » et s’arrêta soudainement. Clad, ne l’ayant pas vu à temps, le bouscula un peu, mais Séphiroth conserva son équilibre.
    - Là, on a de gros problèmes, dit-il.
    Devant eux se tenaient des centaines d’Arriérés et d’autres arrivaient de tous les côtés.

    ***

    Clad avait les yeux écarquillés devant l’armée d’Arriérés qui leur faisait face. La plupart tenaient des lances très simplistes, fabriquées avec un bout de bois et un silex chacune, mais certains tenaient une petite tige de bambou, s’en servant certainement comme sarbacanes pour tirer leurs épines soporifiques.
    Ils étaient apparemment toujours dans la même forêt qu’auparavant. Cependant, Clad remarqua que les arbres étaient plus grands, suffisamment pour accueillir les diverses maisons elfiques construites en harmonie avec la nature. Un réseau de lianes tressées servaient à se déplacer entre les différentes habitations, et Clad put voir des dizaines d’Arriérés se déplacer, cherchant une liane pendante pour descendre rejoindre ses camarades. Il put deviner au bruit que le réseau de lianes s’étendait également derrière lui, et que d’autres Arriérés s’y activaient aussi.
    Clad chercha instinctivement sa dague, mais ne la trouva pas dans son fourreau. Il se rappela alors qu’il l’avait perdue en la lançant sur un Arriéré pendant l’embuscade. Il revit mentalement son ancien professeur lui répéter « Ne lance jamais ton arme sur un ennemi si tu n’es pas certain de le tuer directement où s’il n’est pas seul. Perdre ton arme, c’est perdre ta vie ». Ces souvenirs, bien que loin d’être particulièrement heureux, lui firent esquisser un sourire. Heureusement, il lui restait son cimeterre qu’il dégaina aussitôt.
    Les Arriérés ne semblaient pas vouloir se battre. Ils tenaient leurs lances de manière molle le long du corps, tout comme leurs sarbacanes. Cependant, ils ne les lâchaient pas des yeux.
    Il soutenait toujours Colargol, qui s’appuyait presque de tout son poids sur lui. Le démon éthéré avait vraiment dû le bouleverser, car tout comme Sarevok, nulle trace de blessure n’était présente sur les parties découvertes de son corps. Clad doutait qu’il se soit cassé une côte quand le démon les avait relâché, les faisant tomber sur le sol, ayant déjà vu la robustesse impressionnante du soudard. Clad l’avait vu à l’œuvre lors des combats qu’ils avaient mené ensemble ; il avait encaissé des coups toujours plus violents pour toujours se relever ensuite, presque indemne.
    Clad ne savait que trop l’horreur que revivait Colargol. Lui aussi avait subi les tortures du démon. Il avait à nouveau revu son cauchemar, mais en boucle, et il n’avait cessé d’entendre les voix de ses parents résonnant de toutes parts comme si elles étaient répercutées par un puissant écho. Il les entendait encore, bien que le démon éthéré n’exerçait plus d’influence sur lui.
    C’est de ta faute
    Tu aurais pu nous aider
    Tu t’es caché, lâche
    Tu n’as pas réussi à nous venger
    Ta vie minable n’est qu’une succession d’échecs
    Abandonne. Mets-y fin maintenant
    Avant que d’autres innocents périssent
    Ta faute

    Même s’il les entendait toujours sans aucun répit se répercuter dans son crâne, Clad arrivait à les éloigner du présent, les transformant en un résidu encore plus incohérent qu’il reléguait en second plan dans son esprit, lui permettant de réfléchir avec cohérence aux événements présents, mais sans pouvoir vraiment sans débarrasser.
    Il avait également vu autre chose, de tout aussi atroce, mais la vision de son cauchemar s’y était rapidement substituée. La vision était celle d’un village à moitié détruit par les flammes, dont les ruelles étaient jonchées de cadavres dans un état pitoyables, leurs membres arrachés ou formant un angle étrange et certains avaient la tête enfoncée dans leur propre corps. En y réfléchissant, Clad remarqua que de tels dégâts avaient pu être engendrés par un fléau... comme celui de Sarevok.
    Le possédé était dans un état bien pire qu’eux. Le fier combattant n’était plus qu’une loque pendouillante au bras musclé d’Inferno. Clad ne se faisait pas d’illusion sur le « sauvetage » du possédé qui les avait libérés du démon éthéré en l’absorbant. Il ne l’avait fait que parce que sa vie était elle aussi en jeu, certainement pas par bonté d’âme.
    Cinq secondes s’étaient déjà écoulées sans que quoi que ce soit de notable ne se soit produit. Leur groupe observait les Arriérés sans oser esquisser le moindre geste tandis que la masse de ces derniers ne cessait de croître, grâce à ceux venant des habitations au dessus d’eux qui glissaient en files ininterrompues le long de lianes.
    Inferno tenait dans sa main droite un de ces petits bâtons qui peuvent envoyer des éclairs magiques, se servant de son bras gauche pour soutenir Sarevok. Colargol n’attrapa pas son fidèle gourdin à pointes, préférant fixer le sol toujours en se maintenant à Clad. Séphiroth ne semblait pas non plus se préparer pour le combat, mais Clad ne se fia pas aux apparences, ayant déjà vu le nécromancien faire partir des boules de feux de sa paume juste après avoir levé le bras en direction d’un adversaire. Devant le flot d’Arriérés qui leur faisait face, l’assassin se sentit presque ridicule avec son cimeterre et ses quatre compagnons dont deux qui ne tenaient même plus debout. Cependant, l’armée en face d’eux avait beau être imposante, les troupes qui la composaient étaient des plus ridicules. La plupart des Arriérés étaient en train de discuter les uns avec les autres, et certains semblaient même oublier leurs présences. D’autres se tenaient droits dans une posture solennelle, mais la moitié d’entre eux tenait leur lance dans le mauvais sens, la pointe vers le bas. Un groupe était même en train de s’amuser à se gratter le dos avec les pointes de lance. L’armée si effrayante qui leur avait tendu une embuscade de nuit n’était plus qu’un ramassis de rigolos.
    Des rigolos qui restaient très nombreux.
    Après dix bonnes secondes, un Arriéré légèrement plus grand que les autres se fraya un chemin vers les compagnons à grands coups de coudes. Après avoir réussi à traverser la masse grouillante que formait ses congénères, l’Arriéré toisa d’un air grave chacun d’entre eux.
    L’Arriéré avait des cheveux gris et noirs ébouriffés dans lesquels des bouts de terres étaient coincés. Son faciès difforme, avec son nez proéminent, ses grands yeux verts et ses oreilles très longues aurait été hilarant si cet air grave n’était imprimé dans son visage. Les Arriérés étaient laids, mais celui-ci dépassait la norme, mais il semblait compenser par une intelligence légèrement supérieure à celle de ses amis, c’est à dire qu’il l’était au moins un peu plus que Colargol.
    Il n’avait pour vêtement qu’un assemblage de lambeaux de tissus verts recouverts de crasse et de terre séchée, recouvrant son torse et une partie de ses jambes.
    Ses yeux se posèrent longuement sur Sarevok, puis il tourna légèrement le visage, comme s’il ne voulait plus avoir ce dernier dans son champ de vision, puis il regarda dans les yeux Séphiroth, qui lui rendit son regard.
    L’Arriéré et le nécromancien se regardèrent ainsi cinq secondes mais Clad avait l’impression qu’il s’était produit plusieurs minutes quand l’Arriéré remua en fin les lèvres en se penchant en avant.
    - Je Sidan. Chef tribu.
    Clad fut amusé par la façon qu’avait d’ouvrir grand la bouche l’Arriéré pour parler, montrant ainsi sa dentition jaunie et trouée.
    Séphiroth continua de fixer le possédé sans parler. Clad décida de prendre l’initiative en se penchant lui aussi et en se présentant de la même façon.
    - Je Clad.
    Il montra ensuite du doigt chacun de ses compagnons en donnant leurs noms. Le chef des Arriérés l’écouta attentivement tandis que tous ses congénères les observaient avec attention, semblant ne pas savoir quelle posture adopter.
    A nouveau, quelques longues secondes s’écoulèrent avant que Sidan ne réagisse : il se prosterna lentement jusqu'à ce que sa tête touche le sol.
    - Clad, Séphiroth, Inferno, Colargol sauveurs ! clama t-il.
    Presque immédiatement, l’armée d’Arriérés voulurent lui faire écho, mais la plupart des Arriérés eurent du mal à articuler correctement leurs noms, transformant leur choeur de voix en une cacophonie bruyante et incompréhensible. Puis ils se prosternèrent également devant le groupe.
    - Je ne sais pas si je dois me sentir honoré ou non, murmura Inferno.
    - Ca reste agréable, lui répondit Séphiroth. Il est bon de voir que des personnes nous sont reconnaissantes après ce que l’on a enduré.
    - Il n’a pas cité Sarevok... murmura lentement Clad, coupant leur conversation. J’ai comme l’impression qu’il n’est pas très apprécié. Vous avez remarqué comment Sidan l’a fixé tout à l’heure ?
    - Je pense qu’ils ont eu leur dose de démons pour un moment, alors en voir un deuxième à peine débarrassé du premier... lui répondit Séphiroth, toujours par murmures, lèvres serrées. On ferait mieux de partir d’ici rapidement avant qu’ils ne s’énervent et décident de le tuer...
    - Et c’est un problème ? demanda Clad en regardant le possédé du coin de l’œil.
    Sidan n’avait apparemment pas l’intention de se relever. Son armée semblant lui obéir, ils ne se lèveraient pas non plus tant que leur chef ne bougerait pas. Clad commençait à être gêné par l’attitude des Arriérés.
    - Je vous en prie, relevez-vous. Nous ne sommes pas venus en sauveurs. Au contraire, c’est nous qui avons besoin de votre aide.
    Séphiroth et Inferno parurent surpris par la déclaration de Clad.
    Je vois. On fait avec ce qu’on a, hein ? lui dit Séphiroth par télépathie.
    - Apparemment, ils ont squatté les habitations elfiques et ont chassé ces derniers des lieux. Puisque les elfes ne sont plus là, mieux vaut demander à leurs remplaçants.
    - Tu plaisantes ? demanda Inferno en haussant la voix avec un air moqueur. Ils sont ridiculement faibles !
    - Mais monstrueusement nombreux... répondit le nécromancien, cette fois-ci par la parole.
    L’Arriéré avait relevé la tête et semblait essayer de comprendre de quoi parlaient leurs héros.
    - Si nous voulons qu’il nous comprenne, il va falloir parler dans sa langue primitive, déclara Inferno. Je ne tiens pas à me ridiculiser. Séphiroth ? Au point où tu en es, tu n’es plus à ça près...
    Séphiroth ne prit pas la peine de répondre. Clad poussa un soupir de résignation et s’avança un peu plus en direction de l’Arriéré qui rabaissa la tête, posant son front à nouveau contre le sol. Colargol le lâcha et se posa contre le mur du « temple » dont ils étaient sorti.
    - Nous aider vous. Vous dette.
    - Dette ?
    - Vous devoir faire pareil. Vous aider nous.
    L’armée d’Arriérés répondit alors dans le plus grand désordre mais avec un enthousiasme débordant.
    - Nous aider vous !
    Clad se retourna vers ses compagnons.
    - Bon, on dirait que c’est moins dur que ça n’en avait l’air...
    - Attends un peu de voir leur tête quand tu vas tenter de leur expliquer où est-ce qu’ils doivent aller...
    Clad se demanda lui aussi comment est-ce qu’il allait pouvoir leur demander d’aller dans un lieu géographique précis. Après quelques secondes de réflexion, il eut une idée.
    - Inferno, pourrais-tu demander à un loup de les amener au défilé dans lequel est situé l’avant poste des chevaliers gris ?
    - Oui, je pense que je peux faire ça.
    - Bien. Ca devrait être facile, maintenant.

    Après avoir passé plusieurs longues minutes à expliquer à Sidan que le loup n’allait pas les manger et d’autres à leur faire comprendre qu’il allait falloir le suivre pour monter un nouveau campement plus loin. Cependant, Clad était assez fier de lui, l’armée d’Arriérés ayant apparemment tout compris, et l’assassin les sentait prêts à se battre contre les elfes noirs. Certes, le mot « organisation » leur était étranger et leurs armes étaient extrêmement primitives, mais face à ce petit millier d’Arriérés, les troupes ennemies seraient bien forcées de reculer, ployant sous ce nombre.
    Il regardait l’armée d’Arriérés se diriger vers sa destination, suivant le loup, et bien qu’ils avaient tendance à s’éparpiller un peu, ils avançaient tous la tête haute, fiers de la mission qui venait de leur être donnée.
    Cependant, Clad avait mal au ventre en pensant à la direction dans laquelle il les orientait. Les Arriérés, si naïfs, tenaient à rembourser la dette qu’ils avaient contracté et il les envoyait certainement droit vers un massacre.
    Une main rassurante se posa sur son épaule. Celle de Séphiroth, qui avait apparemment saisi ses pensées.
    - C’est un mal nécessaire. D’après ce que m’a expliqué Inferno, à propos de la projection éthérée de la magicienne qui vous a parlé pendant mon coma, cette dernière vous a parlé des problèmes de cette baronnie...
    - Une guerre...
    - Et la guerre emporte toujours avec elle ses flots de cadavres, sans se soucier de la morale. Peu importe que les morts aient été braves, innocents ou purs. Elle ne prend pas en compte de ce genre de considérations.
    Clad fit un rapide mouvement d’épaule, y délogeant la main du nécromancien.
    - Merci pour la psychologie, Séphiroth, lui répondit-il avec dédain.
    Clad savait que Séphiroth ne voulait pas le contrarier, mais sa façon d’accepter la mort comme s’il l’avait côtoyé toute sa vie avait le don de mettre l’assassin en rogne. Il soupira discrètement, tentant de calmer son malaise, puis se retourna vers ses compagnons.
    - Bon, après ce que nous venons de subir, un peu de repos ne nous fera pas de mal. Je propose que l’on se dirige vers le village le plus proche et que l’on dépense tout ce qui nous reste d’argent en divertissements. On l’a bien mérité.
    Le groupe n’émit aucune objection. Ils se mirent en route quelques secondes après la disparition parmi les arbres du dernier Arriéré, suivant un autre loup qu’Inferno avait appelé et qui allait les amener à la civilisation.

    ***

    Ils marchèrent plus de huit heures avant d’arriver à un village sensiblement plus grand qu’Eagle’s gulch, mais contrairement à la muraille protectrice de ce dernier village, celui-ci ne possédait qu’une petite palissade en bois, avec une unique double porte coulissante gardée par deux miliciens. Le sommet d’une grande tour noire considérablement menaçante était visible derrière le village.
    La traversée de la forêt avait été éprouvante, la faim ayant commencé à tous les tenailler. En effet, ils n’avaient pas eu l’occasion de se restaurer depuis plus d’une journée.
    Au début du voyage, Clad et Séphiroth avaient un petit peu discuté, l’assassin lui faisant un descriptif bien plus large que celui d’Inferno des événements passés durant son coma. Ensuite, plus personne n’avait parlé, tous étant victimes de la sensation d’oppression qu’ils éprouvaient dans cette étrange forêt. Seul Séphiroth s’était trouvé une occupation ; il avait commencé à lire le bouquin que lui avait passé le jeune noble que Sarevok avait massacré, à Eagle’s gulch, et ce, malgré le manque de lumière.
    Après avoir été victimes des pointes soporifiques des Arriérés, ils avaient certainement dû être longuement transportés, car les arbres les entourant avaient radicalement changés, et ils avaient continué de changer tout le long de leur voyage. Auparavant, seuls des petits chênes et quelques arbustes se dressaient, alors que pendant ces six heures, ils avaient voyagé dans une sorte de labyrinthe d’arbres gigantesques aux troncs assez fins mais dont on ne pouvait apercevoir le bout en levant la tête. Les ramifications de ces arbres s’étaient étendues de plus en plus au fur et à mesure qu’ils progressaient dans la forêt, jusqu'à ce que toute trace de soleil disparaisse, les rayons n’arrivant plus à percer l’épaisse couche de feuilles située à plus d’une dizaine de mètres au-dessus d’eux. Et plus les arbres devenaient imposants, plus leur malaise grandissait.
    De plus, la traversée avait été des plus stressantes, aucun bruit ne perçant la monotonie affligeante du silence. Pas un seul oiseau ou animal sauvage. Rien d’autre que le bruit régulier de leurs bottes sur le sol.
    Colargol avait été bien trop absorbé par ses pensées pour se rendre compte de ce silence. Les derniers événements l’avait amené à une profonde réflexion. Pour la première fois depuis plusieurs semaines, il avait pu réfléchir sur sa condition sans que ses deux autres personnalités n’interviennent lui interdisant toute pensée cohérente.
    Clad n’avait pas eu besoin de l’aider pendant le voyage. Il avait réussi à marcher sans trop de difficultés, avec une complète indifférence aux éléments qui l’entouraient. Pendant tout le voyage, il n’avait pas pu s’empêcher de serrer dans sa main l’étrange caillou vert qu’il transportait dans sa poche depuis si longtemps. Il avait l’impression que cela l’aidait à faire remonter tous ses souvenirs à la surface.
    Quand le village avait été en vue, les deux autres personnalités reprirent le dessus, impatientes de trouver une réserve d’alcool pour les prochains jours. Mais ces huit heures avaient suffi à Colargol pour se rappeler d’un nombre raisonnable de choses.

    ***

    - Bienvenue, voyageurs. Vous avez, je le crains, bien mal choisi votre jour pour venir faire du tourisme à Galudian.
    Le milicien qui gardait la double porte avait la quarantaine. Il semblait particulièrement morose, son dos voûté et ses paupières à moitié fermées témoignant également d’une grande fatigue, sans doute due au surmenage ou à un trop grand stress.
    Ce fut Inferno qui prit la parole en premier.
    - Et pourquoi aurions-nous mal choisi notre jour, humain ?
    - On m’avait dit que les orcs avaient une excellente acuité visuelle... mais peut-être êtes-vous juste stupide...
    Inferno brandit son poing en avant, ses yeux fixant le milicien qui lui rendait son regard au travers de ses yeux mornes.
    - Je te préviens humain, ne...
    - Mais bon sang, vous n’avez pas vu la tour noire, derrière le village ? Vous croyez peut-être qu’on l’a construit en quatre jours ? Depuis son apparition, on a déjà compté quatre-vingt trois disparitions ! Notre population diminue d’heure en heure ! Par contre, la forêt qui entoure Galudian se peuple de plus en plus d’êtres difformes abominables. Des gens sont allés à la tour, et ils sont revenus transformés en espèces de mutants. Et maintenant, ils errent tous dans la forêt. Ma petite fille avec eux...
    Inferno rabaissa le poing, comprenant la douleur du milicien. Sa fille venait d’être transformée en monstre. Quelque chose attaquait par lâcheté son village, sans se montrer. Il ne savait que trop bien ce que l’on ressentait lorsque les siens se faisaient tuer par des ennemis invisibles.
    - Mais vous n’avez pas songé à fuir ? demanda Clad.
    Inferno poussa un soupir d’exaspération devant le comportement atypique d’un trop grand nombre d’humains, qui comme Clad, résolvent leurs problèmes par la fuite.
    - Impossible ! Les récoltes doivent être faites car aucun village voisin n’a les ressources pour nous héberger ! Et de toute façon, pour fuir, il nous faudrait traverser la forêt, qui est peuplée de ces choses, or presque toute la milice locale a été réquisitionnée il y a trois jours, exactement le même jour que l’apparition de cette maudit tour, afin de défendre la capitale, Stormwind. Sans aide, nous sommes condamnés.
    - Nous n’avons pourtant croisé aucun mutant en venant jusqu’ici, lui fit remarquer Clad
    - En fait, on en a croisé deux, mais ils ont fait demi-tour dès qu’ils nous ont vu, rectifia Séphiroth.
    Clad lui jeta un regard surpris.
    - Ne pourriez-vous pas aider notre village ? demanda le milicien, une lueur d’espoir naissant dans ses yeux. Bien que vos deux amis soient mal en point - il montra d’un signe de tête Colargol et Sarevok - vous trois pourriez aller voir ce qui se trame dans cette tour.
    - On verra ce que l’on peut faire.

    ***

    - Mais pourquoi lui avoir dit qu’on allait l’aider ? demanda Clad alors qu’ils marchaient à la recherche d’une auberge. Je n’ai rien contre le fait d’aider notre prochain, mais il me semble que l’on devrait en priorité s’occuper de retrouver notre employeur, afin de récupérer nos coeurs, et surtout afin de dissiper cette stupide cage magique qui nous oblige à rester ensemble.
    - La tour noire...
    Inferno laissa sa phrase en suspense, comme si ces trois mots se suffisaient à eux-mêmes. Clad lança un regard interrogateur à Séphiroth, qui lui répondit calmement.
    - Elle est apparue il y a quatre jours d’après le milicien. Autrement dit, le lendemain de notre rencontre. Je n’ai jamais cru aux coïncidences. Je ne sais pas quel est le but de cet édifice, mais quoi qu’il en soit, il a un rapport avec notre ex employeur... puisque nous n’avons pas reçu de nouveaux ordres émanant de la magicienne, le mieux que nous ayons à faire est d’aller enquêter là-bas. Si nous pouvons faire quoi que ce soit pour entraver les plans du magicien blanc, il nous faut le faire.
    - Très bonne idée. Heureux de vous revoir, capitaine Dunhold.
    Clad et Séphiroth se retournèrent rapidement - contrairement à Inferno qui était ralenti par le poids de Sarevok qui était toujours aussi mal en point - et découvrirent avec surprise le capitaine Karsteen, une cuisse de poulet à la main.
    - J’ai trouvé une auberge très sympathique à deux pas d’ici, leur dit-il en montrant derrière lui avec sa cuisse de poulet tendue.
    Colargol se retourna enfin, un sourire naissant sur le visage. Le capitaine ajouta alors rapidement :
    - C’est moi qui paie le gîte et le couvert.
    Séphiroth s’apprêta à poser une question, mais Karsteen le précéda.
    - Je ne répondrai aux questions qu’une fois que nous serons confortablement installés. Je pense que vos deux amis seront d’accord, dit-il en montrant d’un signe de la tête Sarevok et Colargol, qui semblait fou de joie à l’idée de manger, et surtout de boire quelque chose. Suivez-moi.
    Clad lança un regard interrogateur à Séphiroth, qui haussa les épaules avant de suivre Karsteen. Inferno poussa un grognement et les suivit aussi avec Sarevok, puis Colargol partit également en sautillant presque de joie.
    L’assassin sourit en voyant que l’état de son ami commençait à s’améliorer.
    - J’ai comme l’impression que nous n’allons pas nous reposer longtemps... dit-il pour lui-même.

    ***
    Karsteen les emmena dans une luxueuse auberge, ce qui était assez étonnant dans un village. L’auberge s’appelait Le coup de bol. Karsteen leur expliqua que la propriétaire avait trouvé vers ses dix-sept ans une pépite d’or large comme les bras d’Inferno, et qu’elle avait utilisé l’argent récupéré pour construire cette auberge qui lui sert de foyer depuis maintenant plus de vingt ans.
    Un magnifique et gigantesque lustre était accroché au plafond, illuminant toute l’auberge. Il était impossible de le regarder sans se faire mal aux yeux à cause de la lumière étincelante émanant des quatre chandelles placées en son centre. En effet, grâce à la disposition des cristaux du lustre, la lumière émanant des chandelles était répercutée dans toutes les directions sans pour autant blesser les yeux des clients.
    L’auberge était bien plus grande qu’elle ne le paraissait de l’extérieur. Une bonne vingtaine de tables sculptées était disposée stratégiquement pour accueillir le plus de clients possibles sans pour autant gêner les déplacements des serveuses. Apparemment, la propriétaire avait longuement réfléchi avant de construire son auberge. Au mur de nombreuses décorations étaient accrochées, telles des têtes d’ours empaillées et de magnifiques tableaux représentant divers paysages d’autres baronnies.
    Les clients étaient relativement nombreux dans l’auberge, mais l’endroit était cependant assez calme. Il n’y avait pas d’alcooliques qui hurlaient à tue-tête leurs exploits imaginaires avec diverses femmes, personnages atypiques de la plupart des tavernes. Au contraire, ici, les clients semblaient savoir se faire discrets. Sue leurs visages était lisible l’angoisse due aux récents événements survenus dans leur village. Leur entrée dans la salle avait également dû faire taire la plupart des clients, puisque les deux tiers d’entre eux regardait le groupe hétéroclite qu’ils formaient.
    A peine furent-ils rentrés que quatre videurs s’étaient précipités sur eux afin de les fouiller. Deux d’entre eux fixèrent méchamment le fléau que Sarevok traînait lamentablement, n’ayant plus la force de le soulever. Karsteen leur chuchota quelques mots à l’oreille, puis ils repartirent, mais sans lâcher des yeux leur groupe.
    Le capitaine s’assit à une table proche de l’imposante cheminée et leur fit signe de s’asseoir sur les tabourets qui l’entouraient, tout en continuant de grignoter sa cuisse de poulet. Il appela une serveuse discrètement.
    - Amenez un tonnelet de bière pour le barbu, de l’hydromel pour l’orc et son ami affalé sur la table, et amenez une bouteille de votre meilleur vin pour moi, l’homme en rouge et le beau blondinet que vous ne cessez de regarder.
    La serveuse rougit comme une pivoine et partit précipitamment pendant que Karsteen faisait un clin d’œil à Clad.
    Séphiroth, qui n’aimait pas être l’objet de tant d’attention de la part des clients, était impatient de savoir ce que leur voulait le capitaine Karsteen. Venait-il en ami ou en ennemi ?
    - Alors, que nous vaut cet honneur, capitaine Karsteen ? Avez-vous finalement décidé d’accepter mon offre et de vous joindre à nous pour nous aider contre les ennemis de la baronne ?
    - S’il vous plaît, Séphiroth, je ne tombe jamais deux fois dans le même piège...
    Séphiroth se doutait que l’homme ne les avait pas attendu ici pour rien. Et apparemment, il en avait appris bien plus sur lui et son groupe, d’après son assurance. Ce qui faisait peur à Séphiroth était ce qu’il avait appris, mais surtout la personne qui lui avait appris.
    - Comment nous avez-vous retrouvé ? Et comment êtes vous arrivé ici aussi vite ? demanda Clad, le devançant.
    Karsteen lâcha sa cuisse de poulet et montra sa main.
    - Mon bon vieil anneau de téléportation. Ca a du bon, les loyaux services à la baronnie pendant vingt ans... Si vous voulez tout savoir, je viens ici sur ordre du bras droit de la baronne, la magicienne Arianna Delandis, votre employeuse. Apparemment, elle vous fait maintenant assez confiance pour vous donner son nom, ce qui n’est pas rien. Très peu de personnes dans la baronnie le connaît... En fait, je ne suis pas vraiment sûr que cela soit de la confiance. « Pour ce que l’on en a à foutre, maintenant » m’a t-elle dit, si ma mémoire est bonne.
    Arianna Delandis. Séphiroth ne risquait pas d’oublier son nom.
    Le comportement du capitaine l’étonnait de plus en plus. Lors de leur première rencontre, Karsteen était un sympathique officier trouillard qui passait ses journées assis à son bureau. Et aujourd’hui, un nouvel homme était face à lui. Le nouveau Karsteen était sûr de lui et semblait empli de courage et de détermination et semblait vouloir partir à l’aventure avec eux. Il commençait à douter de l’identité de la personne qui se trouvait en face de lui. Afin de se rasséréner, il fit une détection magique sur le capitaine, afin de s’assurer que ce n’était pas un usurpateur vêtu d’une tenue de camouflage magique, et trouva quelque chose qui le rassura. Quelqu’un, très certainement Arianna Delandis, avait gratifié le capitaine d’un puissant sortilège d’utilisation de forces enfouies. Cela rassura doublement Séphiroth de voir que ce n’était pas un simple sortilège de confiance, qui bien que très prisé par les sorciers mineurs auparavant, pouvait se révéler dangereux pour la personne ciblée : en effet, celle-ci n’avait plus aucune notion de danger et ne savait plus estimer la difficulté des taches qu’il devait accomplir. Ainsi, on pouvait aller jusqu'à se mesurer à un dragon en pensant que l’on avait toutes ses chances face à lui. Il était aujourd’hui formellement interdit par les gérants de la magie.
    Le sort qui affectait Karsteen était au contraire entièrement bénéfique, mais ne marchait sur un nombre très relatif de personnes. En effet, ce sortilège faisait prendre confiance à la personne ciblée de la pleine mesure de ses capacités, lui faisant oublier ses frayeurs et ses doutes en faisant surgir toute la force physique et mentale qu’elle possédait sans le savoir. Ainsi, Karsteen qui avait oublié ce qu’était l’aventure, venait de se rappeler de sa jeunesse à arpenter le monde et de ses prouesses passées. Sur les personnes ayant un potentiel moindre, le sort ne servait strictement à rien, puisqu’il ne réveillait aucune force enfouie, mais sur d’autres, il les transformait en véritables héros aptes à surmonter tous les dangers.
    Séphiroth révisa son jugement sur le capitaine, qu’il avait cru faible depuis leur première rencontre. Etant donné le comportement actuel de Karsteen, il était facile de deviner toute la force de caractère oubliée que le sortilège avait fait resurgir
    - Elle m’a envoyé pour vous mettre au courant de la situation actuelle. Je pense que vous êtes déjà au courant d’un nombre raisonnable de choses. L’armée qui se dirige vers Stormwind en détruisant tout sur son chemin par exemple. Mais j’ai de nouvelles informations sur notre ennemi commun qui devrait vous intéresser. Notamment sur cette fameuse tour noire. En fait, elle n’est pas la seule à être apparue comme par magie dans notre baronnie. Mademoiselle Delandis voulait que vous sachiez que trois tours similaires à celle-ci sont apparues au même moment, une à chaque coin de la baronnie. Elles, euh...
    Karsteen regarda tour à tour Inferno et les restes de Colargol et de Sarevok qui tentaient pourtant de l’écouter. Séphiroth suivit son regard, et fut surpris par l’attention que lui portait Colargol, lui qui d’habitude ne semblait jamais s’intéresser à ce qui l’entoure
    - Et bien, que vous arrive t-il capitaine ? Vous avez un trou de mémoire ? demanda Séphiroth avec une pointe d’ironie.
    - Non, ce n’est pas ça... J’essaie juste de trouver une version simplifiée des dires de mademoiselle Delandis, afin que vous puissiez tous comprendre...
    - Quelle considération, humain, lui répondit l’orc exaspéré
    La serveuse arriva alors, et ils interrompirent leur conversation le temps qu’elle pose les verres et qu’elle leur serve à boire. Un homme arriva également, amenant le tonnelet de bière que Karsteen avait commandé pour Colargol. L’expression sérieuse de ce dernier mua en sourire joyeux et Séphiroth revit l’ancien Colargol, tout excité à l’idée de la quantité d’alcool qu’il allait pouvoir ingurgiter. Celui-ci se rua sur le tonnelet et ne s’embarrassa pas d’un verre pour le vider. Il mit le tonnelet au dessus de sa tête en le soulevant les bras tendus et ouvrit le petit robinet à sa base, laissant le liquide couler directement dans sa bouche. N’étant pas très doué, la moitié du tonnelet coula à côté, la majorité de la mousse se mêlant à sa barbe et le liquide inondant le sol, sous les yeux ébahis de la serveuse et des compagnons. Karsteen émit un sifflement faussement admiratif tandis que Séphiroth et les autres restaient médusés. Au bout d’une vingtaine de secondes horriblement gênantes pendant lesquelles les clients les observaient, certains en riant, d’autres en marmonnant des propos peu élogieux, Colargol rabaissa son tonnelet et regarda le groupe assis avec lui à la table.
    - Bah quoi ? - Il y a un problème les gars ? - Qu’est-ce que vous regardez comme ça ?
    Il se retourna et chercha derrière lui ce que tout le monde fixait, apparemment sans comprendre que c’était lui le centre d’attention du groupe, et de presque toute l’auberge.
    Séphiroth se rendit alors compte qu’après l’absorption de toute cette bière, Colargol semblait aller beaucoup mieux, comme si les derniers événements s’étaient effacés de sa mémoire. Bien que l’alcool ait des effets atténuants sur le chagrin et la douleur, Séphiroth n’avait jamais vu ou même entendu parler d’un « rétablissement » aussi rapide par l’alcool. A croire que la bière était une sorte de remède miracle chez lui, le soignant de tous ces maux. Séphiroth sourit à cette idée saugrenue, puis se tourna vers Karsteen qui rigolait encore de la rapidité d’absorption de Colargol, et le pria de reprendre là où il s’était arrêté.
    - Quand le sergent Brogan m’avait parlé de ce type, j’avais toujours cru qu’il exagérait... Je crois que je lui dois des excuses, maintenant que je l’ai vu à l’œuvre. Mais vous avez raison, Séphiroth, reprenons. Donc, pour faire simple, le magicien blanc, afin d’assurer sa sécurité, s’est enfermé dans un plan extra-dimensionnel semi-chaotique grâce à un portail pentarunique et il en a bloqué l’accès en plaçant des feroch, des blocages magiques, sur chacune des cinq runes. Les quatre premières runes, cachées dans chacune des tours noires, une fois activées, déverrouillent le feroch majeur placé sur la cinquième, permettant ainsi de l’activer également.
    Colargol le regarda avec des yeux ronds, ne cherchant nullement à cacher son incompréhension.
    - Ah, oui... forcément... un plan extra truc semi rachitique, et... quoi ?
    - Et c’était ça la version simple ! s’écria alors une autre de ses personnalités, coupant le ton calme de la première, faisant sursauter Clad. L’assassin se remit rapidement et prit la parole.
    - Donc, si on active les cinq runes, on retrouve le magicien, n’est-ce pas ?
    - En théorie, oui. Il est difficile de concevoir pourquoi est-ce qu’il aurait si bien protégé l’accès à ce plan extra-dimensionnel si ce n’était pour se protéger lui-même.
    Colargol se mit à rire bruyamment sans raison apparente, non qu’il lui en fallait une à l’accoutumée.
    - Que se passe t-il donc, Colargol ? demanda Karsteen le plus sérieusement possible.
    - Oh, c’est pas vous ! - On vient de se rappeler l’autre nabot, là, Sidan.
    Puis il se mit à rire à nouveau, devant l’incompréhension générale. Il tenta ensuite de leur expliquer entre deux crises de rire.
    - Le nain Sidan ! - Et ses nains capables ! - Et les nais compétents !
    Séphiroth poussa un soupir d’exaspération forcé, mais ne put retenir un léger sourire devant la bêtise de leur compagnon.
    - Je pense que vous avez compris votre mission, reprit Karsteen qui n’avait pas compris de quoi parlait le soudard. Arianna Delandis souhaite que vous vous occupiez d’activer la rune de chaque tour puis que vous vous rendiez à la cinquième une fois que le chemin sera ouvert. Elle va tenter d’envoyer une partie des forces disponibles attaquer la tour située au sud de la baronnie afin de vous faciliter la tâche. Vous avez donc un peu plus de six jours pour parcourir la baronnie et activer les runes situées ici et dans les tours noires situées à l’ouest et au nord. Ensuite, et bien, il faudra improviser.
    - Six jours ? s’écria Clad.
    Séphiroth se représenta mentalement une carte de la baronnie, et calcula qu’en six jours, même en dormant peu et en forçant la marche, ils n’auraient activé au mieux que deux des trois runes. Et l’état actuel de Sarevok n’arrangerait pas les choses, sans oublier que ses côtes lui faisaient toujours un mal de chien.
    - A partir de demain, oui. Une fois ces six jours écoulés, d’après les calculs que nous avons effectué, l’armée gobeline, orque et elfique sera réunie devant Stormwind et le siège commencera. Le magicien blanc est le seul à pourvoir ordonner à ses troupes de se retirer, il faut donc le trouver avant ces six jours.
    - Et vous pensez qu’il va coopérer sous la menace ?
    - Nous pouvons être très persuasifs quand c’est notre capitale et la vie des dizaines de milliers d’âmes de la baronnie qui sont en jeu.
    Le capitaine se leva alors et regarda vers la fenêtre.
    - Bon, vous avez vos ordres, ma mission ici est accomplie. Je vais devoir vous laisser. Il se fait tard, vous devriez vous reposer, car c’est peut-être bien la dernière fois que vous aurez un matelas sous votre derrière...
    Le capitaine sortit alors de l’auberge, laissant les cinq compagnons fatigués commander un repas qu’il leur avait payé d’avance.


  2. #2
    Vergil Invités
    ***

    Dokhara réapparut chez Candraq et traversa immédiatement après sa rematérialisation la longue allée menaçante entourée par deux rangées de bibliothèques très hautes menaçant de s’effondrer à la moindre vibration. Au bout d’une vingtaine de mètre, elle arriva devant son employeur et amant occasionnel, Candraq. Il avait beau être excessivement vieux, la magie lui permettait d’accomplir de véritables prouesses sexuelles dépassant largement ce qu’étaient capables de lui offrir d’autres hommes plus jeunes ne possédant pas son pouvoir.
    - Alors, lui demanda celui-ci, ils ont tout gobé ?
    - Absolument tout.
    Dokhara se tourna afin de s’observer devant le miroir. L’apparence du capitaine Karsteen n’était pas vraiment la plus belle qu’elle n’avait jamais empruntée. En une pensée, une brume grisâtre l’enveloppa, le faisant totalement disparaître. Deux secondes plus tard, la brume s’évapora, dévoilant une belle jeune femme aux longs cheveux noirs et aux yeux perçants de la même couleur. Ses traits étaient très fins, et sa beauté surréelle amplifiée par un sortilège de séduction extrêmement puissant lui permettaient sans mal de manipuler tous les mâles, quels que soient leurs races. Elle portait sur elle le minimum possible pour cacher ses formes langoureuses, soit deux lanières de tissu noir, l’une très fine entourant sa poitrine, et l’autre un peu plus large entourant ses hanches, cachant uniquement le haut de ses fesses. Elle savait parfaitement que Candraq devait déployer toute sa volonté pour céder à ses pulsions, et cela l’amusait toujours de voir la mine crispée du magicien, ainsi que les gouttes de sueur qui perlaient sur son front, témoignant de l’effort qu’il faisait pour résister à son sortilège. Elle adorait par dessus tout voir le pouvoir qu’elle avait sur les hommes, telle une succube. Mais son pouvoir était non seulement encore plus puissant que celui de ces démons femelles, mais en plus, il avait l’avantage d’être totalement indécelable, puisque sa source n’était pas non plus la magie, du moins, pas celle de ce monde.
    - Votre petit sortilège de confiance a parfaitement marché. Séphiroth est tombé dans le piège tel un poisson voyant un hameçon.
    Le plan du magicien blanc avait en effet marché à la perfection. Il avait voulu que Séphiroth lance un sortilège de détection sur Karsteen, aussi avait-il demandé à Dokhara de modifier légèrement le comportement qu’aurait eu Karsteen en le rendant plus sûr de lui. Voyant l’hameçon qui lui criait « piège » à l’horizon, Séphiroth s’était empressé de vérifier l’identité du prétendu capitaine. Il n’avait évidemment rien trouvé, puisque Dokhara était unique en son genre. Candraq lui-même ne pouvait expliquer sa présence dans leur monde. Quoi qu’il en soit, Dokhara n’avait pas besoin de magie pour changer d’apparence, ce don étant chez elle entièrement naturel. Séphiroth n’avait donc détecté que le subterfuge mis en place par Candraq, le sortilège de révélation de potentiel. Dokhara avait le don particulier d’être totalement immunisée à la magie. Le sortilège ne l’avait donc nullement affectée, se contentant de la coller.
    - Séphiroth est maintenant certain que le seul moyen de sauver la baronnie et d’être séparé de ses quatre compagnons est d’activer les cinq runes.
    Le vieux magicien à la barbe blanche lui sourit.
    - Et bien il semblerait que tout marche comme nous l’avions prévu, Dokhara. Il ne te reste plus qu’une chose à faire, maintenant, la plus difficile. Il va te falloir gagner la confiance de cette chère baronne. Pourquoi diable a t-il fallu que de toutes les baronnies qui existent, il a fallu que ce soit celle-ci qui ait à sa tête une baronne, et non pas un baron comme toutes les autres ?
    Dokhara le regarda avec son regard le plus séducteur, et vit encore plus de sueur tombant du front de Candraq. Il ne tiendrai plus très longtemps à ce rythme. Elle appela à nouveau la brume, qui disparut à nouveau deux secondes plus tard emmenant avec elle les deux lanières de tissu noir qui lui servaient de vêtements.
    - Ca pourra attendre un peu, ne crois-tu pas ?
    Cette fois-ci, Candraq ne put retenir ses pulsions, malgré toute sa volonté.


    ***

    Après avoir ingurgité un copieux repas, ils avaient décidé de suivre le conseil du capitaine et d’aller dans leurs chambres pour prendre un peu de repos en prévision de la longue marche forcée qui allait les attendre. Clad avait émis l’idée d’emprunter des chevaux, mais Inferno lui avait rappelé qu’aucun cheval ne serait capable de supporter son poids sans flancher. De toute façon, ils avaient certainement tous été emmenés par la milice pour rallier Stormwind. A nouveau, ce serait à pied qu’ils devraient faire le chemin.
    Karsteen leur avait loué en tout trois chambres pour deux personnes, dont l’une d’entre elles possédait un lit à deux places. Inferno prit donc cette dernière pour lui seul, sa grande taille l’obligeant à s’allonger en diagonale. Clad et Séphiroth n’ayant aucune envie de supporter une autre nuit Colargol et ses ronflements intempestifs, le soudard dut partager la chambre avec Sarevok, qui n’avait même pas émis de protestation. L’assassin et le nécromancien occupèrent donc la troisième chambre.
    Clad regarda Séphiroth se coucher sur son lit en étouffant quelques grognements de douleur dus à ses côtes douloureuses pendant qu’il enlevait son cimeterre de sa ceinture, le posant contre sa table de chevet.
    - Tu ne portes jamais d’armes de corps à corps sur toi, Séphiroth ?
    - J’en portais une, avant de me la faire voler par le magicien.
    - Mais pourquoi ne pas en prendre une autre en attendant ? Tes sortilèges ne pourront te sauver à chaque fois.
    Le nécromancien ne lui répondit pas, mais il vit à ses yeux qu’il était plongé dans une profonde réflexion. Le ton qu’il avait employé dans sa voix laissait deviner sa tristesse. Son arme perdue était certainement d’une grande importance à ses yeux.
    Alors que Clad se couchait à son tour dans son lit, Séphiroth reprit la parole.
    - Clad, la famille que j’ai vu mourir, lorsque le démon éthéré nous torturait, c’était la tienne, n’est-ce pas ?
    Clad se redressa, et s’assit sur son lit, puis posa ses yeux sur le plancher.
    - Oui.
    - Mais, le gamin qui est mort... ca ne peut pas être toi... et pourtant, les traits de son visage sont identiques aux tiens, l’âge en moins...
    Clad eut un faible sourire.
    - C’était Jernaut, un ami d’enfance. On nous prenait souvent pour des jumeaux tant la ressemblance était frappante. C’est grâce à lui que je suis vivant aujourd’hui.
    - L’assassin, c’était toute ta famille qu’il visait, n’est-ce pas ? Il a cru avoir tué tout le monde, mais il s’est trompé. Il a eu Jernaut et pas toi.
    Clad hocha faiblement la tête.
    - J’étais dans le placard, je jouais à cache-cache avec Jernaut quand il est arrivé. J’étais mort de frousse et n’ai pas bougé pendant qu’il tuait ma famille et mon ami... je n’ai même pas réagi.
    - Tu ne...
    - Je ne culpabilise pas, Séphiroth, le coupa Clad en haussant la voix. Je n’aurais rien pu faire de toute façon, et en restant caché, j’ai sauvé ma vie.
    Séphiroth le regarda intensément.
    - Je commence à comprendre ce qui t’es arrivé. Tu t’es juré de venger ta famille et ...
    - ...je me suis débrouillé pour entrer dans la guilde des assassins. Il m’a fallu cinq ans pour me faire accepter. Douze années à devoir faire mes preuves et à tuer des dizaines et des dizaines de personnes.
    - Mais ton boulot ne te plaisait pas, n’est-ce pas ? Encore aujourd’hui, n’importe qui peut lire le dégoût sur ton visage lorsqu’il s’agit de tuer quelqu’un.
    - Je me débrouillais pour ne prendre que les contrats visant la pègre de ma ville. Le seul moyen de calmer ma conscience tait de me répéter qu’en ayant tué toutes ces ordures, j’avais contribué à améliorer la vie des citoyens. La guilde me qualifiait finit par remarquer mon manège, mais mon talent indéniable contribua à mon intégration.
    - Et l’as tu trouvé ?
    - Non. L’assassin qui a tué mes parents n’appartenait pas à la guilde. C’était un particulier agissant sous les ordres d’une personne extérieure à la ville. Le réseau de la guilde des assassins est très vaste, mais malgré cela, ils ne l’ont jamais trouvé. Et pour moi, il était trop tard. On entre difficilement dans la guilde. On en ressort plus ensuite. Du moins, pas en un seul morceau. J’ai donc poursuivi ma carrière, et devint même très renommé, ma dextérité au combat presque légendaire dans la guilde. Je détestais mon boulot, et pourtant, j’étais l’un des meilleurs.
    Clad se tut, et un silence pesant s’imposa dans la chambre. Séphiroth le regardait toujours, mais contrairement à ce qu’il pensait, aucune pitié pour lui et son sort n’était lisible dans les yeux du nécromancien. Celui-ci marmonna juste quelques mots, que Clad réussit à capter.
    - Un monde où règne le bien, hein ?
    Clad décida de reprendre la parole afin de terminer son histoire.
    - Quatre années plus tard, j’ai fui ma ville natale. Je ne pouvais plus vivre en tuant d’autres personnes, aussi malfaisantes soient-elles, et suis parti à la recherche d’un refuge. Dix jours plus tard, une femme magnifique aux cheveux noirs et vêtue de seulement deux bouts de tissu noir m’a conseillé de me reposer dans l’auberge du Trou du cul du monde. Je croyais à une hallucination quand j’ai vu cette déesse presque nue, aussi, je ne me suis pas trop posé de questions et suis parti vers cette auberge, espérant trouver un lieu où manger et dormir afin de recouvrer mes esprits. La suite, tu la connais... J’ai commandé une bière, mais je n’avais pas lu les petits caractères sur le menu qui disaient : attention, si vous buvez nos boissons, on vous arrachera le cœur et on vous obligera à faire les pires boulots du monde...
    Clad entendit le nécromancien pousser un soupir amusé, avant de regarder à nouveau le plafond sans dire un mot, repartant dans ses pensées. Apparemment, Clad l’avait troublé. Il se coucha à nouveau sur son lit et ferma les yeux. Il dormit très mal.

    Le couinement caractéristique de la porte d’entrée se fait entendre. Angela va en direction du bruit afin de savoir qui est entré. Quelques secondes plus tard, elle gît morte, sur le sol, la cage thoracique éclatée . Un homme habillé tout de noir, une capuche rabattue sur la tête, avance d’un pas lourd vers le salon.
    - Qui c’était, chérie ? demande Richard.
    Pas de réponse.
    - Chérie ? demande t-il à nouveau.
    Sa femme ne répondant pas, il se lève, se retourne et tombe nez à nez avec l’homme en noir. Ce dernier fait un rapide mouvement du bras en direction de Richard. Sa tête se fait littéralement arracher par le coup de fléau, tombe sur le sol, et bientôt le corps tombe aussi, s’écrasant lourdement sur le plancher.
    - Trouvé ! crie Guillaume qui sortait de la cuisine. La seconde suivante, l’enfant aux courts cheveux blonds a le crâne enfoncé par un nouveau coup puis tombe sur le sol.
    L’homme en noir regarde rapidement autour de lui, la sclère de ses yeux, seule chose visible dans l’ombre de son visage, aussi rouge que le sang sur la lame de sa dague qui luisait à la lumière des bougies éclairant la salle. Semblant se satisfaire de tout ce sang qu’il avait versé, il se dirigea vers la porte d’entrée, repartant aussi rapidement qu’il était entré.

  3. #3
    Vergil Invités
    - Seigneur Ezechiel, la baronne est prête à vous recevoir.
    Ezechiel fut ravis d’entendre ces mots. Ils avaient dû attendre plusieurs heures, et à défaut de pouvoir parler à la magicienne qui avait vraisemblablement recruté le capitaine Dunhold, ils pourraient s’entretenir avec la baronne, qui avait certainement toutes les informations dont ils avaient besoin.
    Il entra dans la grande pièce suivi par ses quatre élèves. Enfin, ils n’avaient d’élèves que le titre... à part Marneus qui s’obstinait à refuser toute forme de combat, ils avaient tous largement dépassé son niveau.
    La salle dans laquelle il venait d’entrer n’était pas aussi grande qu’il ne l’avait escompté. L’endroit était sensé être les quartiers personnels de la baronne, aussi s’était t-il attendu à quelque chose de plus... prestigieux. Certes les fresques murales étaient toujours présentes, toujours aussi impressionnantes de par leur beauté, mais la salle en elle-même était assez petite, et seuls quelques meubles placés çà et là l’occupaient. Une belle table en bois lustré était à l’autre bout de la salle, la baronne assise derrière.
    Il le savait, la baronne était différente des autres gouvernants des autres baronnies. La voir en face de lui pour la première fois confirma ces rumeurs. Au lieur d’exhiber divers colliers de perles et autres colifichets coûtant une fortune, la baronne était recouverte par une longue robe noire, la recouvrant des pieds à la tête, un capuchon cachant d’ailleurs habilement son visage sous un masque d’ombre. Après un rapide coup d’œil, Ezechiel devina que l’éclairage était spécialement conçu dans cette pièce pour ombrager le visage de la baronne, afin qu’il reste caché derrière son capuchon.
    Etrangement, la baronne ressemblait à une vieille femme voûtée par le poids des années, fatiguée par le pouvoir, n’osant même plus montrer son vieux visage de peur d’être ridicule. Cependant, Ezechiel était bien conscient que tout cela était faux.
    Une faible voix féminine emprunte de fatigue se fit entendre, se répercutant en écho sur les murs. A nouveau, la salle semblait avoir été prévue à cet effet.
    - Bienvenue, seigneur Ezechiel. Vous m’excuserez si je ne me lève pas pour vous saluer.
    - Je comprends parfaitement.
    Il y eut un silence qui dura quelques secondes avant qu’il ne reprenne la parole.
    - Je ne vous aurais pas demandé audience si la situation ne l’exigeait pas, madame.
    - Allez-vous nous aider à défendre notre ville face à l’envahisseur maléfique qui a déjà ravagé la moitié de ma baronnie ?
    Ezechiel ne s’attendait pas vraiment à ca, aussi prit-il quelques secondes supplémentaires pour formules sa réponse.
    - Vous le savez mieux que personne, dame Alianile. Les anges ne peuvent intervenir si le conflit n’est pas de nature démoniaque. Je suis désolé, mais je...
    - Dans ce cas vous pouvez partir, Ezechiel. Une guerre se profile, et je n’ai guerre de temps à perdre avec vos billevesées angéliques. Occupez-vous de vos problèmes, et ne venez plus me faire perdre un temps précieux à cause de vos futilités.
    Ezechiel faillit s’énerver, mais considéra le point de vue de la baronne et la comprit. La situation actuelle la mettait sur les nerfs, et même si elle savait pertinemment que les anges allaient refuser d’apporter leur aide, elle n’avait pu s’empêcher de poser la question et de s’énerver. Ezechiel savait cependant qu’elle était sérieuse, et ne savait quoi répondre. Derrière lui, il entendit ses quatre élèves tenir un conciliabule qui dura de longues secondes ou aucun autre bruit que leurs murmures ne se faisait entendre. Ce fut Virgile qui finit par prendre la parole.

    - Nous ne pourrons convaincre les nôtres de vous aider, dame Alianile, mais nous vous promettons que, dès notre mission terminée et si aucun imprévu majeur ne s’interpose, nous viendrons tous les quatre, moi, Severina, Artemis et Marneus, pour vous aider à repousser vos ennemis. Moi et Severina sommes de bons combattants, Artemis également, et Marneus soigne les blessés comme personne. Nous nous mettons à votre entière disposition, si vous nous aidez dans notre tâche. Il ne s’agit pas seulement d’une mission qui nous a été imposée, mais d’un ami que nous souhaitons sauver. Et c’est pour cela que nous sommes prêts à tout pour y arriver.
    Ezechiel avait failli protester, mais s’était retenu devant la passion du discours de Virgile. Lui aurait été bien incapable de tenir de tels propos. Il savait que si ses quatre élèves décidaient de se battre aux côtés des humains, alors qu’aucun démon n’était à l’origine du conflit, ils perdraient leur grade et leur poste dans l’armée angélique, et le déshonneur s’abattrait sur eux à vie. Mais dans le discours de Virgile, Ezechiel comprit que rien ne saurait stopper leur détermination à tous les quatre, seul comptait une seul chose pour eux, et peu importe les conséquences ; retrouver Corteaz et le ramener à la raison. En cet instant, Ezechiel fut vraiment fier de ses élèves, prêt à endurer une souffrance éternelle dans le seul but d’aider autrui.
    Mais il ne les suivrait pas. Même si le terme « vieillir » n’existait pas chez les anges, Ezechiel savait qu’il ne possédait plus cette témérité, et se maudit intérieurement. Mais pourquoi donc Sa Sainteté avait crée de telles règles ? Pourquoi ne pas aider les races qui sont en danger face au mal ? Il connaissait la réponse. Tout simplement parce que les différentes races terrestres manquaient d’un réel discernement, ne cessant de se quereller entre eux, aucun n’étant au fond vraiment meilleur que les autres. Les anges ne doivent pas intervenir dans les conflits entre races, pour la bonne raison qu’il est impossible de savoir si le camp qu’ils avaient choisi était réellement celui des bons.
    Gabrielle lui avait déjà raconté une histoire à ce sujet. Il y a très longtemps, les anges avaient aidé une peuplade de magiciens humains à se défendre face à des hordes d’elfes noirs. Après un massacre très sanglant ayant fait de nombreux morts dans tous les camps, les magiciens finirent par remporter la victoire grâce aux anges, qui avaient eux aussi perdu beaucoup des leurs. Cinq années plus tard, ces magiciens qu’ils avaient sauvé ont massacré une ville entière sous l’influence d’un objet maudit récupéré sur le chef des elfes noirs. Les anges, si heureux d’avoir sauvés les mages, avaient alors compris qu’intervenir dans les conflits entre races, même en croyant agir sous la bannière du bien, peut mener à des désastres largement supérieurs aux conflits originaux.
    Mais comment expliquer cela à Virgile, à Severina, à Artemis et à Marneus ? Artemis était même prête à abandonner son dieu auquel elle vouait une ferveur sans failles, juste pour pouvoir sauver son ami. Ezechiel n’avait pas le droit de leur détruire de si nobles objectifs. Et de toute façon, en quoi quatre anges pourraient changer la destinée du monde ?
    - Quels incroyables élèves tu as, Ezechiel. Prêt à sacrifier leur futur pour sauver une unique personne. Tout compte fait, je crois que je vais vous aider.
    Ezechiel devina que la baronne savait pertinemment que quatre anges ne feraient pas la différence, mais il la soupçonna d’avoir été vraiment touchée par le discours de Virgile. Décidément, ce gamin était incroyable...
    - Je vais vous donner une piste, mais c’est la seule chose que je puisse faire pour vous. Et si cela peut vous aider, il n’y a absolument personne du nom de Dunhold travaillant pour moi ou pour un de mes hommes. Ce n’est qu’un nom d’emprunt.
    - Mais Corteaz fait bien partie du groupe de cinq personnes parties de la prison du capitaine Karsteen ?
    - En effet.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256