VII-] Forcément, c’était plus beau sur la brochure

Eagle’s gulch, petit village commercial ayant pourtant une grande influence car située sur la frontière à l’est, entre les baronnies de « notre bien-aimée baronne » dont personne ne connaissait le nom et le baron Stetter, un bâtard demi-elfe qui avait su tirer parti de ses deux ascendants et qui avait réussi à monter au pouvoir grâce à une secte de fanatiques qui l’avait pris pour une sorte de Messie. La ville est également le parfait endroit pour tous les voyageurs souhaitant faire une halte ou pour les émissaires du baron Stetter qui souhaitent aller parlementer avec la baronne. Nombreuses y sont les auberges de qualité, et la principale attraction touristique de la ville était bien entendu le temple de la connaissance, dédié au grand dieu Togmar. La frontière entre les deux baronnies était en fait une frontière tout à fait naturelle, puisqu’une chaîne de montagnes délimite les deux terres. Seuls deux passages permettent de franchir ces montagnes, chemins sinueux à travers des pans de montagne écroulés permettant de traverser sans avoir à entreprendre une longue escalade, et c’est au milieu de l’un de ces passages que se situe Eagle’s gulch. La seule défense de la ville en cas d’attaque est une muraille érigée autour de la ville par ordre du baron Stetter, permettant ainsi de bloquer ce passage face à des envahisseurs potentiels. L’autre passage est lui protégé par un avant-poste des forces de la baronne.

Colargol se demandait si on ne s’était pas payé sa tête. La ville était moche comme tout, les bâtiments étaient pour la plupart en train de tomber en ruines et, pire que tout, la seule taverne encore en état de la ville avait fermé car les assaillants, des elfes noirs bien entendu, avaient détruits leurs réserves d’alcool. Heureusement qu’il avait eu l’initiative « d’emprunter » un tonnelet de bière à Stormwind. Malheureusement, il avait déjà largement puisé dedans et il savait qu’il serait rapidement à court. Bien que n’étant pas une flèche en maths, ou en n’importe quoi d’autre d’ailleurs, Colargol ne se trompait jamais quand il s’agissait de boisson.
Et en parlant de boisson, non seulement il n’y en avait pas mais en plus, toutes les filles étaient déjà monopolisées par la milice chargée de défendre la ville face aux attaques répétées des elfes noirs ! C’était un comble, tout de même !
Inferno lui avait appris que la ville n’était pas encore tombée parce que les elfes noirs adorent le sadisme, et qu’ils devaient être ne train de se fendre les côtes en regardant la milice claquer des dents. D’après les rumeurs, les attaques étaient dirigés par une prêtresse elfe noire aux dangereux pouvoirs magiques et qui était capable d’invoquer de dangereuses malédictions. D’après Inferno, ce n’était qu’une nymphomane à tendance dominatrice, comme toutes les prêtresses de leur race maudite. Colargol avait donc hâte de se battre et proposa d’y aller dans l’immédiat.
Bien entendu, Séphiroth le rabat-joie de service s’y opposa. D’après lui, leur priorité actuelle était de rencontrer le chef de la milice afin de connaître tous les détails de la situation actuelle. Ils partirent donc en direction de la caserne.
La caserne était également en piteux état. Il manquait à peu près toute la moitié de gauche du bâtiment. Tout autour, il y avait un amoncellement de tentes, de feux de camp et d’hommes qui se racontaient des blagues assez douteuses tout en vidant des bouteilles. Ils se dirigèrent vers la tente qui semblait la plus grande, mais un garde s’interposa entre eux et leur destination.
- Veuillez décliner votre identité, leur demanda t-il d’une voix mêlant force et peur.
- Capitaine Dunhold, envoyé par une sorcière pour résoudre vos problèmes d’elfes noirs.
Le garde hocha la tête et leur répondit en regardant ses pieds.
- Ah, euh... oui. Le commandant nous avait prévenu de l’arrivée de gens biza... euh, de gens comme vous, quoi... vous pouvez entrer mais euh... je vous ai à l’œil, alors, euh... leur répondit-il d’une voix de plus en plus faible
- Ne vous inquiétez pas, lui répondit Séphiroth. Nous saurons nous tenir.
Le garde bafouilla quelques mots incompréhensibles puis se décala sur le côté pour leur permettre de passer.
Pendant qu’ils entraient dans la tente, il entendit Akayne murmurer à Séphiroth :
- Tu comptes garder ton surnom longtemps ?
- Non, mais il est pratique. J’en changerais plus tard, pour brouiller les pistes. Mais pour le moment, personne ne nous poursuit donc je vais garder celui-là.
Colargol vit alors le chef de la milice, à moitié affalé sur une carte posée sur une table, ronflant bruyamment, un mince filet de bave coulant de sa bouche le long de sa barbe de quelques jours.
- On le réveille ? demanda t-il.
- Oui, mais vas-y doucement, lui répondit Séphiroth.
- Bah ! Tu me connais !
- Justement...
A peine Colargol tapota sur l’épaule de l’officier que celui-ci se réveilla en sursaut et se mit à parler à une vitesse époustouflante :
- Je me rends, prenez la ville, ma femme, mes enfants, tout ce que vous voulez mais par pitié laissez-moi en vie !
- Euh, moi je veux bien, mais nous, on est pas les ennemis, lui répondit Colargol. - On est les renforts. - Ceux envoyés par la sorcière. - Pour vous aider. - Les gentils...
Le commandant se remit très rapidement droit sur son siège et essaya de rassembler ce qu’il lui restait de dignité pour répondre :
- On attend une attaque pour demain, sur le mur est, d’après les informations de nos éclaireurs. Ils nous tiraient dessus avec des catapultes hier matin, puis se sont arrêtés et sont repartis. Ils doivent être une bonne centaine. Euh... vous n’êtes que cinq ? C’est pas un peu léger ?
- C’est tout ce qu’il y a, et il faudra vous en contenter, lui répondit Séphiroth. Je prends la direction des opérations. Trouvez-nous une très grande tente pour mes compagnons et moi et envoyez nous tous les gardes disponibles afin que l’on mette un plan sur pied. Vous pouvez retourner dormir.
Ils sortirent rapidement de la tente, n’écoutant pas les balbutiements de l’officier, remarquant au passage que le garde de la tente ne baissait plus les yeux par timidité ou par peur mais le faisait maintenant pour éviter que quelqu’un le voie en train de pouffer de rire, ayant certainement entendu la discussion qui avait eu lieu. Ils partirent ensuite vers le mur ouest et Séphiroth se mit à regarder un peu partout afin de « trouver le moyen d’optimiser la défense de l’endroit tout en conservant une petite force de contre-attaque ». Pour Colargol, il avait surtout trouvé une bonne excuse pour glandouiller. Fort heureusement pour le soudard qui s’ennuyait, un milicien vint leur annoncer que la tente qu’ils avaient demandé était prête et que les gardes les plus expérimentés de la ville les attendait à l’intérieur, puis leur donna une carte de la ville afin qu’ils la trouvent par eux-mêmes et qu’ils puissent se familiariser avec les lieux.
A peine furent-ils partis qu’un jeune noble aborda Colargol. Il était assez frêle et un capuchon était rabattu sur son visage, dissimulant étrangement son visage alors que les rayons de soleil aurait dû permettre de le voir malgré tout. Il attrapa l’épaule de Colargol et lui demanda d’une voix passant des aigus aux graves à chaque syllabe :
- Combien parles-tu de langues, étranger ?
- Bah une seule, imbécile ! - J’ai une seule langue, comme n’importe quelle personne normale !
- Je ne dirais pas qu’une personne possédant trois personnalités est normale... chuchota Akayne.
- Demandez à Inferno, reprit Colargol, c’est un orc, il en a peut-être plusieurs, on sait jamais.
Le noble n’avait apparemment pas compris et préféra reposer la même question à Akayne avec sa voix emprunte de folie.
- J’en parle environ trois. Quatre si on compte l’argot. Cinq avec le patois.
- Vous n’êtes qu’un hérétique ! lui répondit le noble en criant.
Colargol commençait sérieusement à croire que l’homme était cinglé. Ce dernier, n’étant plus du tout intéressé par Akayne, partit tenter sa chance auprès de Séphiroth. Lui aussi n’en avait qu’une. Bien pendue, mais unique.
- Et vous, étranger, combien de langues parlez-vous ?
- Suffisamment.
- Je dois connaître le nombre exact, étranger. S’il vous plaît, c’est d’une très grande importance !
- Très bien, lui répondit-il en soupirant. J’en parle couramment cinquante-sept, sans compter les langues démoniaques.
Le frêle jeune homme tomba à genoux aux pieds du nécromancien. Colargol comprit alors que Séphiroth devait avoir d’autres langues dans ses sacoches. Il les collectionnait certainement., bizarre qu’il était.
- Vous êtes un adorateur de Togmar ! Loué soyez-vous, oh maître ! Prenez ce livre, maître, et apportez-le au temple de la sagesse ! Que vous êtes grand et...
Le noble ne put achever sa phrase. Le manche du fléau de Stendar s’était abattu sur le crâne du noble, l’assommant sur le coup. Visiblement, il n’y avait pas que Colargol qui trouvait l’homme énervant. Akayne détourna la tête avec une expression de dégoût pendant que Séphiroth se tournait vers Stendar.
- Ton maître avait-il tant besoin de cette violence ?
- Non, il m’agaçait juste. Quelqu’un se prosternant aux pieds d’un pouilleux comme toi, magicien, mérite la mort tellement il est tombé bas, si tu veux mon avis. Je ne l’ai pas tué, des fois qu’il te prenne l’envie de nous rejouer les nécromanciens... J’aimerais te faire subir le même destin, mais mon maître ne le souhaite pas pour une raison qui m’est inconnue. Tu as de la chance, magicien.
- Impressionnant! C’est la première fois que tu alignes plus de vingt mots depuis que je t’ai rencontré, toi qui est si laconique d’habitude ! lui répondit Séphiroth avec un sourire narquois. De toute façon, je n’avais pas envie d’expliquer à ce vieil homme que j’étais athée.
- Je ne pense pas que ça dérange qui que ce soit si on ne ramène pas le bouquin au temple, dit Inferno.
- Bof, pas vraiment.
- Je pourrais toujours le vendre.
- Je sais pas où c’est. - J’ai faim. - Et moi j’ai sommeil.
Ils partirent donc vers leur tente, afin de manger un morceau et de pioncer un peu. Evidemment, Séphiroth, l’enquiquineur de service, lui rappela qu’il fallait mettre en place une stratégie de défense solide et efficace auparavant avec les gardes qui les attendait. Ils passèrent donc une trentaine de minutes à élaborer un plan défensif pour le mur est, Colargol ne prenant pas part à la discussion, ne comprenant pas un mot à ce que tout le monde racontait. Et impossible de dormir avec le boucan qu’ils faisaient ! Pas de dodo, pas de boissons, pas de filles... D’un autre côté, même Akayne, monsieur « y a pas une fille qui me résiste », devra dormir seul, ce soir. L’orc, lui, devait préférer les orquesses, les orquettes, les... enfin, les filles orcs, Stendar ne devait même pas savoir ce qu’était une fille et Séphiroth devait être homosexuel, ce qui expliquait pas mal de choses, notamment au niveau de sa tenue vestimentaire.
La nuit venue, Colargol préféra s’endormir sur le dos, par précaution.

***

Le réveil fut assez brutal pour Stendar et ses compagnons, l’alarme de la ville ayant retenti sans prévenir. Il se leva pour voir ce qui se passait à l’extérieur. Les autres eurent la même initiative.
Le soleil venait à peine de se lever et de nombreux nuages obscurcissaient le ciel. Plusieurs miliciens courraient vers le mur est ; les elfes noirs venaient de lancer leur assaut. Il ressentit tout de suite l’excitation du combat et la soif d’âmes de son maître. Ce dernier n’allait pas être déçu.
Ils se dirigèrent à leur tour vers le mur est au pas de course. Des civils paniqués hurlaient de peur et courraient en tous sens pour trouver un abri. Stendar réprima l’envie de massacrer ces trouillards incapables d’affronter le danger qui leur faisait face. Ils arrivèrent au mur ouest en moins d’une minute.
Le mur ouest de la ville mesurait environ trois mètres et devait s’étendre sur une centaine de mètres environ. La porte était placée à une dizaine de mètres de l’extrémité droite du mur qui était contre une grande butte. Stendar savait que plusieurs miliciens étaient prêt à faire le tour de la butte afin de prendre les elfes noirs par surprise. Sur le mur, seule une douzaine de gardes entraînés se tenaient prêts, leurs arcs en main, à décocher une flèche sur le premier elfe noir qui s’approcherait. Derrière la porte se tenaient une vingtaine de gardes armés d’épées et de boucliers, ainsi qu’une cinquantaine de paysans valeureux armés de fourches ou de lances fabriquées à la hâte. Rien qui puisse retenir bien longtemps les guerriers entraînés qu’étaient les elfes noirs, surtout s’ils étaient accompagnés d’une prêtresse.
Stendar, tout comme Inferno, Akayne et Colargol, se joignirent aux hommes qui gardaient la porte, prêts à intervenir si les elfes réussissaient à forcer l’unique passage. Séphiroth préféra monter sur le mur, sans aucune autre arme que ses sorts pour aider les archers.
D’après les cris qu’il entendait autour de lui rapportant les rapports des éclaireurs de la veille, les elfes noirs attaqueraient en deux vagues successives. La première était composée d’une bonne cinquantaine d’elfes noirs équipés d’un bélier, chargés de défoncer leur porte. La deuxième était composée de la prêtresse elfe noir, d’une cinquantaine d’autres guerriers et d’une sorte de scarabée géant qu’elle avait apparemment invoqué. Tout se passait comme Inferno l’avait prédit.
L’orc connaissait tout des elfes noirs, y compris leurs techniques pour attaquer une ville. Grâce à ses connaissances, ils avaient pu monter une défense qui devrait être efficace contre cette première vague. Cependant, rien ne leur garantissait que cette défense fonctionnerait contre la deuxième vague, contre leur prêtresse, sa magie et cet étrange scarabée géant invoqué.
Pour le moment, seule la première vague était visible. D’après la description que leur faisait les archers, les elfes noirs étaient disposés en carré et avançaient d’un pas sûr et déterminé en direction du village. Au centre de la formation, une dizaine d’elfes noirs portaient un lourd bélier tandis que tous les autres fantassins levaient leur bouclier afin de protéger leur unique moyen de détruire la porte d’entrée, la seule chose les séparant de leur cible.
En haut de la muraille, Séphiroth donnait des ordres à tout va, ce qui avait le don d’énerver passablement Stendar. Heureusement, l’excitation du combat à venir chassa ce stupide magicien de ses pensées.
- Préparez-vous à tirer dès que je vous en donne l’ordre, archers ! dit Séphiroth suffisamment fort pour que tous l’entendent.
- Mais, monsieur, lui répondit un garde, je doute que nos flèches puissent traverser leur muraille de boucliers.
- Ca, je m’en occupe. Ne discutez pas les ordres et préparez-vous à faire feu !
Stendar pouvait maintenant entendre les pas parfaitement coordonnés des elfes noirs se dirigeant vers les murailles. Son maître était prêt à le seconder si nécessaire. Le carnage qui allait suivre allait être magnifique !
- Si quelqu’un souhaite prier... plaisanta Akayne
Stendar l’ignora et tourna son regard vers le nécromancien. Celui-ci ne semblait pas avoir peur de mourir. Il regardait fixement le lointain et semblait préoccupé. Il cria soudain :
- Inferno, est-ce normal que la deuxième vague ne soit nulle part en vue ?
- Non. Elle devrait être derrière eux, prête à intervenir, lui répondit Inferno.
- Quelque chose cloche...
Séphiroth retourna son attention sur l’inexorable avancée de leurs ennemis. Il tendit le bras en avant et cria :
- Archers, soyez tous prêts à tirer !
Une boule de feu partit alors de sa paume et explosa au centre de la formation ennemie, éparpillant les elfes noirs étonnés.
- Tirez ! hurla t-il.
Stendar entendit la volée de flèches et devina qu’elle avait dû tuer au moins un elfe ou deux. Séphiroth envoya une nouvelle boule de feu, suivie d’une autre volée de flèches. Le barbare devina à la mine déconfite des archers que leurs flèches n’avaient pas fait autant de dégâts qu’escomptés.
Les pas des elfes noirs se faisaient de plus en plus proches et pressants.
- Tirez !
Cette fois-ci, les elfes noirs avaient été assez proches pour que le guerrier possédé entende les flèches ricocher dans les grands boucliers en métal des elfes noirs.
- Bon sang ! Descendez les porteurs du bélier ! hurla Séphiroth
Nouvelle volée de flèches. Nouvel échec.
Un coup violent secoua la porte de la ville, la faisant presque sortir de ses gonds. Le bélier était arrivé.
- Il semblerait que ça va être à nous... dit Akayne. Heureux de vous avoir connu... enfin, du moins, en partie.
Colargol, Inferno et Stendar ne répondirent pas.
- Donnez-leur le feu vert ! hurla Séphiroth.
Stendar savait qu’un groupe de miliciens devait prendre les elfes noirs par surprise, mais d’après Inferno, ce groupe était destiné à mourir. Ce fera au moins office de diversion, pensa Stendar.
Un autre coup de bélier secoua la porte, l’arrachant à moitié. Le prochain coup la détruira.
Stendar regarda ses compagnons. Séphiroth continuait de crier des ordres tout en tirant des boules de feu, maintenant inutiles. Colargol souriait et tapotait sa massue cloutée avec sa main. Akayne transpirait à grosses gouttes mais semblait déterminé, sa dague dans une main et le cimeterre volé aux elfes noirs précédemment dans l’autre. Inferno avait une expression féroce sur le visage, tenant dans sa main un de ses bâtons lançant des éclairs et dans l’autre sa hache.
La porte tomba lourdement sur le sol, dévoilant alors de féroces elfes noirs cimeterres brandis. Tous les paysans et les gardes les chargèrent, décidés à protéger au prix de leur vie leurs famille et leurs maisons. Juste avant d’engager le fer avec l’elfe le plus proche, Stendar entendit Séphiroth leur crier :
- Notre diversion s’est fait trucider ! On est seuls !
La marée noire les percuta. Le chaos habituel du combat remplaça l’anxiété et le douloureux silence le précédant. Stendar ne fit pas attention aux premiers paysans qui tombaient déjà. Il ne faisait pas attention aux flèches des archers qui tentaient de les aider. Il ne fit pas non plus attention aux combats acharnés que menaient les rares gardes expérimentés contre leurs ennemis. La seule chose qui l’intéressait en ce moment même, c’était le commandant de ces ennemis, en train de décapiter avec un rictus maléfique un paysan qui eut la malchance de tomber sur lui. S’il avait laissé Séphiroth donner ses ordres, c’était uniquement parce que ce dernier lui avait promis que ce serait sa mission de tuer le chef de ces pitoyables lâches. Et rien ne lui plaisait plus que de démontrer sa force à son maître en se battant contre un adversaire à sa mesure.
Ayant repéré sa cible, il traversa le rang des elfes noirs, faisant faire de très rapides moulinets à son fléau de la gauche à la droite afin d’éloigner amis et ennemis de sa trajectoire. Plusieurs elfes tentèrent de l’arrêter. Plusieurs elfes eurent le crâne fracassé. Sa cible se retourna vers lui et son sourire s’agrandit. Il courut rapidement dans sa direction, cimeterre en avant et bouclier protégeant ses membres principaux, traversant ses propres rangs.
Le temps semblait s’être arrêté autour de Stendar. Il n’y avait plus que lui et son adversaire. Quand ce dernier arriva à moins d’un mètre de lui, le guerrier se décala sur la gauche et tenta de désarmer l’elfe noir. L’autre avait prévu sa manoeuvre et mis son bouclier sur la trajectoire du fléau. Stendar recula d’un pas et observa son ennemi. Il semblait sûr de lui et tout aussi excité par le combat qui allait suivre. Il n’allait pas être déçu.
Stendar frappa en direction de la tête de l’elfe, puis voyant l’elfe décaler son bouclier, feinta afin de faire décrire à la tête de son fléau un arc de cercle touchant les jambes de son ennemi. L’elfe fit un saut, esquivant le coup, et contre-attaqua de suite. Stendar esquiva et tenta à nouveau de lui arracher son arme. Sans succès. Son ennemi ne faisait que parer et cela commençait sérieusement à l’agacer.
Un paysan sorti de nulle part percuta Stendar et le fit tomber à terre avec lui. Le guerrier utilisa le manche de son arme pour défoncer le crâne de l’impudent tombé à côté de lui, qui avait osé s’interposer entre lui et sa cible, et pire encore, l’avait mis dans une position de faiblesse. Il n’eut pas le temps de se relever qu’un elfe noir, voyant une cible facile, tenta de le perforer de sa lame. Stendar eut le réflexe de placer son arme entre lui et le cimeterre, ce qui lui sauva la vie. Le cimeterre se ficha dans le manche en bois du fléau, et l’elfe étonné, ne put esquiver le coup de pied du barbare enragé qui l’envoya se planter sur la fourche d’un villageois derrière lui.
Stendar se releva rapidement et chercha autour de lui sa cible, la seule personne capable d’assoiffer son envie de sang et d’âmes, le capitaine des elfes noirs. La plupart des villageois étaient morts et les quelques rares survivants se battaient de manière totalement désorganisée, tentant tant bien que mal de survivre à l’horreur qui les entourait. Quatre ou cinq gardes étaient encore debout et se battaient ensemble, le dos à la muraille, bien décidés à envoyer en enfer le plus d’ennemis possibles avant de succomber. Un paysan à l’agonie hurlait de terreur de toutes ses forces en regardant ses propres entrailles pendre sur le sol.
Seule une vingtaine d’elfes noirs étaient tombés.
Séphiroth se défendait à grand renfort de boules de feu contre les elfes qui tentaient de monter sur la muraille. Beaucoup de ses sorts étaient déviés par les boucliers magiques des elfes noirs. Cependant, il tenait, il résistait, il se battait avec frénésie pour défendre sa propre vie et le guerrier possédé savait que jamais il ne renoncerait, que jamais il ne faiblirait tant qu’il n’aurait pas accompli la mission qu’il s’était imposée. En ceci il te ressemble, lui chuchota le démon intérieurement. Stendar ne fit pas attention à la voix de son maître, trop préoccupé par la disparition de son ennemi.
Colargol se battait contre trois elfes, mais semblait avoir du mal à percer leur défense. Il reculait de plus en plus et n’allait pas tarder à se retrouver dos au mur, mais heureusement, Inferno était proche de lui et une sorte d’éclair sorti de sa petite baguette frappa un des elfes, le grillant sur place, ajoutant une atroce odeur de chair carbonisée à celle de la peur et du sang qui régnaient en ce moment. Le second elfe noir n’eut pas le temps de comprendre ce qui venait d’arriver à son camarade qu’Inferno, pris d’une frénésie incontrôlable, le décapita en poussant un de ses cris de guerre. L’ivrogne profita de la diversion pour tuer le troisième. Il se mit ensuite dos à dos avec Inferno et tentèrent ensemble de repousser d’autres assaillants.
Mais où donc était passé Akayne ? Et le capitaine elfique ?
C’est alors qu’il les vit tous deux se battre à une dizaine de mètres de lui et des combats. L’assassin se battait férocement, sa dague et son cimeterre bougeant à une vitesse frénétique pour parer les coups de l’elfe noir qui frappait avec non plus un seul mais deux cimeterres, les faisant tournoyer trop rapidement pour que l’on puisse les distinguer. L’elfe noir et l’assassin semblaient danser sous le rythme des chocs d’épées. Stendar pouvait voir que le niveau des deux adversaires était à peu près égal ; quand l’un semblait prendre le dessus, l’autre arrivait irrémédiablement à placer une parade astucieuse lui permettant de rétablir l’équilibre. Quand l’un semblait trébucher, c’était uniquement une tactique pour mieux surprendre l’adversaire en se relevant.
Il est temps d’abréger ce combat, pensa Stendar.
Il chargea dans leur direction, faisant tournoyer son fléau autour de lui de manière à ce que personne ne puisse l’approcher dans un rayon d’un mètre. Il rejoignit les deux adversaires très rapidement qui ne semblaient pas l’avoir aperçu et passa discrètement dans le dos du capitaine des elfes noirs. Il frappa ensuite à l’endroit où n’importe quelle personne de sexe mâle normalement constitué avait son point faible. Il put entendre le craquement que son fléau produisit et put voir l’elfe cracher un flot de sang sur Akayne, qui recula, comprenant ce qui venait de se passer quand il leva la tête et aperçut celle de Stendar, un large sourire sadique aux lèvres. L’elfe noir tomba à genoux, puis s’écrasa sur le sol quand Stendar le frappa à nouveau dans le dos, lui démolissant la colonne vertébrale.
- La prochaine fois, au lieu de faire des galipettes, frappe tout de suite ici, c’est plus rapide, lui dit Stendar, amusé par l’expression de dégoût que l’assassin faisait en regardant son armure noire recouverte de sang poisseux.
Amusé par la réaction de Akayne, Stendar tourna les talons puis chargea à nouveau dans la mêlée.

***

Le dernier elfe noir tomba à ses pieds, cracha un petit flot de sang, eut quelques spasmes de douleur, puis mourut. Séphiroth regarda l’elfe mourir, puis observa autour de lui. Certes, beaucoup de paysans étaient morts, mais il en restait tout de même une partie encore vivante - une petite vingtaine - et une demi-douzaine de gardes qui avaient su s’organiser regardaient tout comme lui les cadavres jonchés autour d’eux. Au moins, les ennemis, n’avaient pas réussi à passer, ils les avaient bloqués avant qu’ils ne puissent semer la mort parmi les femmes et les enfants apeurés qui se cachaient dans leurs maisons, non loin de là. La plupart s’étaient enfermés dans un entrepôt sur son ordre et attendaient de pied ferme l’ennemi s’il venait à surgir. Le village était au moins en sécurité pour le moment.
Comme pour le contredire, un homme venant de l’extérieur de la ville venait de franchir la porte défoncée et articula quelques mots, soufflant souvent entre ses phrases à cause d’une blessure qu’il avait au niveau de l’estomac et qui semblait le faire atrocement souffrir :
- Attaque surprise... pas pu intervenir... pris en traître par derrière... prêtresse elfe noir... a fait le tour... va attaquer la ville par l’autre...
Puis dans un dernier spasme d’agonie, il tomba au sol et quitta ce monde, sans avoir pu terminer sa phrase. Mais Séphiroth avait compris. Du haut de la muraille, il se retourna, et vit alors le feu et la mort au loin.
La deuxième vague.
- Bon sang ! hurla t-il en descendant à vive allure les marches le ramenant sur le sol, à côté de Akayne. Ils nous attaquent en traître ! Tous avec moi !
Il n’attendit pas de voir si les autres le suivaient, et courut afin de traverser le village. Il zigzagua entre les chaumières et les modestes habitations, puis tomba nez à nez avec un elfe noir, une torche allumée à la main, qui s’apprêtait à brûler une chaumière. Il craignait de lancer une boule de feu, pouvant faire bien plus de mal que de bien. Cependant, il n’arriverait jamais au corps à corps à temps. Avant d’avoir eu le temps de choisir, il sentit un sifflement près de son oreille droite, suite à quoi il vit l’elfe tomber, une dague enfoncée dans son œil. La torche tomba suffisamment loin de la chaumière pour éviter tout risque.
Bien joué Akayne, pensa t-il.
Il continua sa course, Akayne et quelques gardes sur les talons. Les autres avaient du prendre une direction différente mais parallèle à la sienne, car il avait fait plus de vingt mètres et aucun champ de force n’avait bloqué sa course. Il arriva devant l’entrepôt de grain où la majeure partie des villageois s’étaient cachés. Les elfes ne s’en étaient pas encore pris au bâtiment, et il espéra qu’ils n’essayeraient pas de le brûler, n’étant pas certain que son sortilège bloquant les flammes serait suffisamment solide pour les protéger également de la chaleur et de la fumée, tout aussi dangereuses.
Trente secondes plus tard, il arriva à la muraille est pour constater les dégâts. Quelque chose avait percé un trou énorme dans le mur, qui n’était autre le scarabée gigantesque situé quelques maisons plus loin. Une vingtaine d’elfes noirs étaient autour de ce dernier, et plus précisément autour de la prêtresse. Celle-ci tourna la tête rapidement vers lui, l’aperçut, puis cria quelque chose à son escorte. Séphiroth vit une dizaine d’elfes s’approcher de lui, tandis que les autres bandaient leurs arcs. Le gros scarabée continua à s’atteler à la destruction d’un bâtiment en le frappant tel un bélier de siège.
Séphiroth incanta rapidement et un miroitement apparut au dessus de sa tête. Deux secondes plus tard, une volée de flèches s’écrasa sur le bouclier invisible qu’il venait d’ériger. Il se prépara à contre-attaquer à l’aide de boules de feu, mais un imprévu se produisit.
Les fantassins ennemis n’étaient plus qu’à quelques mètres de lui quand Inferno Mandhâl leur fonça dessus, venu d’une ruelle perpendiculaire, rapidement rejoint par Stendar et quelques villageois en colère, dont des femmes. Apparemment, certaines d’entre elles avaient préféré venir en aide plutôt que de rester dans un abri relatif, et il ne pouvait qu’admirer leur courage, fermement décidées à protéger leur village et à repousser l’envahisseur. Cependant, une voix qui n’était autre que celle de la réalité lui susurra à l’oreille :
Pour ce que ça va changer...
Et cette voix avait raison. Les archers à l’arrière préparaient de nouvelles flèches, prêts à tirer sur Stendar, Inferno, Colargol ainsi que sur les villageois, même si cela signifierait la mort de plusieurs de leurs compagnons. Le gros scarabée approchait maintenant et n’allait pas tarder à intervenir lui aussi. La prêtresse regardait de loin le combat et Séphiroth devina son sourire de satisfaction. Malgré le courage de tous, il savait qu’ils ne gagneraient pas cette bataille. La deuxième vague d’elfes noirs contre laquelle ils se battaient était fraîche pour le combat, tandis que lui et les autres étaient fatigués et affaiblis par la première bataille. Il aperçut Akayne et les gardes qui le suivaient qui tentaient de prendre à revers les archers, mais cela ne suffirait pas non plus. Il n’y avait plus rien à faire, il le savait, et sentait que la mort était proche. Ce village n’allait être qu’une version plus grande du village fantôme qu’ils avaient traversé deux jours auparavant. Le désespoir le gagna, tandis qu’il regardait avec amertume la défaite imminente. Sa défaite.
Séphiroth connaissait le sentiment de désespoir qui le possédait maintenant. Il l’avait ressenti si souvent dans sa vie qu’il avait réussi à transformer cette faiblesse en une force. C’est dans le désespoir, quand tout semble perdu, que l’on trouve des solutions aux problèmes majeurs qui surviennent, si on arrive à le contrôler comme lui l’avait appris à ses propres détriments.
Et la solution, il la trouva. Une solution affreusement risquée, mais malheureusement unique. Il se prépara à incanter le sort qui risquait de faire plus de mal que de bien, mais dont sa vie et celle de bien d’autres dépendaient.
- Retraite ! cria t-il. Nous ne pouvons gagner une bataille rangée ! Il va falloir protéger la ville de l’intérieur ! Fuyez !
Beaucoup semblaient incrédules et pensaient que leur chef avait abandonné, leur demandant d’abandonner. Cependant, il suffisait de se retourner et de voir l’expression déterminée de Séphiroth pour savoir que ce dernier avait un plan en tête. Les gardes et les villageois s’enfuirent donc en direction du centre du village, résolument prêts à tendre des embuscades et à emporter le plus d’ennemis possibles avant de mourir, bien que leur enthousiasme fut douché par la vue du scarabée fracassant une chaumière à l’aide de sa tête.
- Je t’appelle, cria t-il d’une voix inhabituellement grave. Je t’invoque en ce lieu. Fais connaître à nos ennemis la douleur, fais connaître ton désespoir, et montre leur ta colère !

***

Stendar avait entendu le mage et avait vu les gardes et les paysans lui obéirent quand il leur demanda de fuir, mais il n’avait pas l’intention d’obéir. Il vit également Colargol les imiter. Entendant le sifflement caractéristique des flèches qui partaient, il attrapa un des paysans qui fuyaient et le plaça sur la trajectoire des flèches à une vitesse époustouflante. Il jeta ensuite le cadavre transpercé par plusieurs des projectiles sur le sol et regarda autour de lui. Akayne avait également disparu et avait apparemment fui avec les gardes. Il aperçut Inferno à ses côtés, sa hache pleine de sang noir qu’il tenait à deux mains, une flèche plantée dans l’avant bras, un rictus féroce sur le visage. Il lui adressa un rapide hochement de tête, signe traduisant son désir de se battre au côté du barbare, que ce dernier lui rendit. Ils regardèrent alors Séphiroth, qui étrangement, restait se battre.
Et c’est alors que quelque chose d’étrange se produisit. Entre lui et les elfes noirs était apparu un point noir qui s’élargissait assez rapidement. Stendar savait ce qu’était cette chose. Un portail vers le monde inférieur, trou béant sur la surface du monde, permettant de relier leur monde et celui des Abysses, royaume de son maître. Il vit alors une chose en sortir.
La créature qui semblait se battre pour s’éloigner du portail avait une forme humanoïde, mais Stendar sentit que sa puissance était bien trop grande par rapport aux habitants de ce monde. La chose était un être tourmenté, enfermée dans de nombreuses lanières de cuir qui l’entouraient telle une grande camisole ne laissant sortir aucun de ses membres. A plusieurs endroits, des chaînes étaient accrochées à son corps, et retenaient le monstre au portail des Abysses. La seule chose de la créature visible était son œil gauche injecté de sang noir, seul endroit où les lanières de cuir ne l’enserraient pas. Tout en sortant des enfers, la créature émit un gémissement plaintif qui semblait venu d’outre tombe.
C’était donc vrai, Séphiroth... Ainsi donc tu peux réellement l’invoquer...
C’était son maître, qui semblait parler pour lui-même et non communiquer par télépathie avec le nécromancien.
Les elfes noirs semblaient médusés par cette apparition, mais un ordre de leur prêtresse les fit se ressaisir, et ils attaquèrent leur nouvel ennemi en le chargeant au corps à corps, ce dernier étant trop proche pour utiliser leurs arcs.
Le monstre des Abysses se retourna en direction de la dizaine d’elfes qui le chargeaient. Stendar vit alors des lumières blanches s’agglutiner autour de l’œil de la créature pour former une boule blanchâtre qui flottait dans les airs et qui ne cessait de grossir. A la seconde où les elfes furent assez proches pour frapper, la boule blanche explosa en un dégagement d’énergie incroyablement puissant sous forme de cône, envoyant des lames d’énergie en tout sens, sciant les ennemis en plusieurs morceaux irréguliers.
Stendar vit alors le reste des elfes noirs en prise à la plus grande des paniques. Ils semblaient ne plus autant avoir confiance en eux, après avoir vu leurs compagnons tomber aussi rapidement. La prêtresse elfe noire cria quelque chose, puis l’énorme insecte chargea en direction du Griever, tandis que les elfes noirs semblaient retrouver un calme très relatif en observant leur engin de siège charger la chose qui avait anéanti une dizaine d’entre eux. La créature recommença à charger de l’énergie sous forme de sphère flottante, et bien avant que le scarabée l’ai rejoint, il relâcha à nouveau la puissance qu’il venait d’accumuler, et les lames d’énergie produites par l’explosion se déployèrent pour aller à la rencontre du gigantesque insecte, le traversant de part en part.
Les deux camps observèrent le scarabée géant sans respirer, qui n’avait pas réagi alors que les lames blanches l’avaient traversé. Ce ne fut que quelques secondes plus tard, sous l’influence de son propre poids, que le scarabée s’affaissa sans le moindre son.
Stendar regarda à nouveau les elfes noirs qui étaient complètement paniqués et qui fuyaient vers l’intérieur du village, endroit qui semblait le seul à pouvoir les mettre à couvert face à la puissance sans bornes de l’horrible créature en camisole. C’était sans compter les gardes et les villageois qui, sous l’ordre de Séphiroth, avaient préparé divers embuscades, bien qu’ils n’aient pas vu la créature qui était la cause de la débandade de leurs ennemis.
Seule la prêtresse semblait garder une contenance. Stendar avait vu un miroitement se produire autour d’elle ; un bouclier magique. Le monstre infernal avança calmement dans sa direction, tout en chargeant à nouveau l’énergie nécessaire à son attaque dévastatrice. Elle n’eut pas le temps de lancer un sortilège offensif que déjà, les lames d’énergie blanches fondaient sur elle. Stendar vit les lames s’agglutiner contre le bouclier, puis vit un second miroitement signalant que le bouclier invisible venait de se défaire. Les lames d’énergie continuèrent alors de tournoyer en direction de la prêtresse, qui poussa un petit cri aigu avant de rejoindre ses troupes en enfer.
Le combat était terminé. Stendar observa à nouveau la créature monstrueuse que le nécromancien avait invoqué.
Puis l’imprévu se produisit. La créature se tourna vers lui, avança de sa démarche pesante dans sa direction, et Stendar vit alors une petite boule blanchâtre apparaître devant son unique œil qui le fixait intensivement.

***

Sephiroth tenait debout uniquement par la force de sa volonté. Elle s’apprêtait à tuer Stendar. Ce qu’il redoutait se produisait : il avait perdu le contrôle. La créature, ayant vu le démon qui possédait Stendar, avait décidé de le tuer.
- Bordel ! Séphiroth, à quoi tu joues ? hurla le barbare qui avait depuis longtemps dépassé le stade de la colère pour arriver à celui de la fureur et de la haine
Séphiroth hésita pendant un court instant, puis décida qu’il empêcherait sa créature de tuer Stendar. Plusieurs raisons lui dictaient sa conduite : Premièrement, il ne ferait que s’attirer la haine d’Inferno avec qui le barbare avait tissé des liens d’amitié, et qui n’hésiterait pas à l’attaquer. Ensuite, il était curieux d’en savoir plus sur l’identité du démon. Pour finir, et même s’il avait du mal à se l’avouer, il ressentait de l’amitié pour Akayne qui semblait avoir beaucoup d’idées en commun avec lui, et tuer un de leurs compagnons, même si Akayne ne l’aimait pas, effrayerait certainement l’assassin et ce dernier refuserait alors très certainement tout contact avec lui.
Au prix d’un effort inimaginable, Sephiroth usa de sa volonté restante pour la révoquer. Alors, lentement mais sûrement, elle se retourna en direction du portail, puis marcha lentement et à contrecoeur pour faire son retour dans les abysses. Cet effort terminé, Sephiroth sentit son esprit défaillir sous la trop grande fatigue qu’il avait accumulé, et s’effondra, inconscient sur la muraille.

***

Akayne s’avança lentement en direction du champ de bataille, où la créature invoquée par Séphiroth avait fait un nombre considérable de ravages. En effet, les lames d’énergie qui s’étaient déployées lors des attaques du monstre avaient été d’une redoutable efficacité contre leurs ennemis, leur ayant ainsi permis de décrocher une victoire totalement inespérée, mais elles avaient probablement fait plus de mal que de bien. En effet, les lames qui n’avaient pas touché les elfes noirs étaient parties dans toutes les directions et avaient occasionné des dégâts considérables. Lui-même avait failli mourir quand une lame avait traversé le bâtiment derrière lequel il était caché et était passé à quelques centimètres de sa tête. Malheureusement, tout le monde n’eut pas autant de chance. Une autre de ses lames s’était dirigée en direction de l’entrepôt où la plupart des villageois s’étaient réfugiés, et avait scié deux malheureux enfants devant les yeux des autres réfugiés. Ces derniers étaient alors sortis de l’entrepôt en hurlant, et fort malheureusement, ils étaient tombé sur un groupe d’elfes noirs qui n’avait pas pris part au combat principal. Le temps que Akayne et les autres arrivent, la plupart étaient déjà tombés.
Il savait que ce n’était pas vraiment la faute de Séphiroth, mais il ne pouvait s’empêcher en ce moment de le haïr, lui qui était la cause indirecte de nombreux morts. Bien que la créature qu’il avait invoqué les avaient tous sauvé d’une mort certaine, il n’empêchait que cette dernière avait été également la cause de trop grands malheurs. Et Séphiroth savait certainement les dégâts que sa créature allait provoquer au moment où il l’avait appelé. Akayne avait beau essayer de se raisonner, de se dire que le nécromancien avait préféré faire des sacrifices humains pour sauver le plus grand nombre, une partie de lui continuait de s’obstiner à le mettre au banc des coupables.
Il continua d’avancer, passant devant Inferno et Stendar qui contemplaient eux aussi le carnage auquel ils avaient grandement participé. Il jeta rapidement un coup d’œil au nécromancien, couché sur la muraille, toujours inconscient. Autour de lui, les quelques rares survivants cherchaient les cadavres de leurs proches. Les enfants pleuraient et criaient de toutes leurs forces, leurs parents les imitant très rapidement, ne pouvant plus contenir tout le chagrin qu’ils avaient accumulé jusque maintenant.
Un paysan qui avait apparemment perdu la raison hurlait de toutes ses forces des paroles totalement incompréhensibles en courant autour des cadavres. Il finit par trébucher sur un des corps, mais il continua de hurler, une lueur de folie dans ses yeux trahissant la perte de sa raison. Un noble assez frêle, dont les habits richissimes contrastaient étrangement avec la pauvreté générale du village, se mit à genoux puis posa sa main sur l’épaule du fou en murmurant quelques mots dans le vide que ce dernier n’entendit certainement pas. Etrangement, il se releva, regarda le visage du noble dissimulé dans son capuchon avec le regard de la raison cette fois-ci et non plus celui de la folie. L’homme semblait aller mieux bien qu’il continuât de pleurer, comme si ce contact humain l’avait réconforté et avait ramené l’espoir dans son cœur.
Une fine pluie commença à tomber sur le village, comme si le ciel lui-même pleurait sur ce qui était arrivé en cet endroit. Les gouttes de pluie se confondirent avec les larmes des villageois qui continuaient d’exprimer leur chagrin.
Akayne continua d’avancer doucement, ses bottes raclant le sol à chacun de ses pas, jusqu'à ce qu’il arrive à l’escalier lui permettant de grimper en haut de la muraille. Il monta lentement les marches, et contempla d’en haut toute la tristesse qui émanait du village. Ses genoux défaillirent alors sans prévenir, et sans qu’il ne s’en aperçoive, de chaudes larmes dégoulinèrent le long de ses joues.

***

Le messager envoyé par le capitaine Karsteen se rendait à Stormwind, capitale de la baronnie. Virgile avait de nombreuses fois entendu parler de cette immense agglomération, cité de la magie et du pouvoir, où résidait la si mystérieuse baronne. Il fut assez étonné de voir l’herbe calcinée devant la ville, ainsi qu’une odeur familière ; celle de la mort. Apparemment, la ville avait subi une attaque d’envergure, mais le bouclier magique crée par la baronne autour de la ville avait minimisé les dégâts, puisque l’imposante muraille de pierre l’entourant n’était pas le moins du monde abîmée.
Le messager dit quelques mots aux gardes de l’entrée, puis pénétra dans la ville. Ils attendirent une trentaine de secondes avant de se diriger à leur tour vers l’imposante entrée de la ville. Artemis ayant lancé un sortilège de localisation sur l’homme, ils n’avaient aucune chance de perdre la trace de l’homme. Ils avaient ainsi pu garder une distance raisonnable par rapport au messager du capitaine, évitant tout risque d’être repéré.
Arrivé devant l’entrée de la ville, il jeta quelques pièces d’or au garde avant qu’il n’aie eu le temps de les arrêter, puis continua sa route, le garde apparemment satisfait.
- Pourquoi avoir soudoyé le garde ? demanda Marneus alors qu’ils entraient dans la capitale, apparemment surpris.
- Je préfère que nous restions discrets pour le moment, lui répondit Virgile. Inutile de se faire repérer ou d’inventer un quelconque mensonge qui aurait été suspect, puisque nous arrivons apparemment quelques jours après un siège.
Virgile avait d’ailleurs peur que leur apparence si propre, avec leurs armures étincelantes, ne contraste trop avec la pauvreté de certains quartiers. Aussi, il fut particulièrement étonné de voir que la cité rayonnait de sa splendeur autant de l’intérieur que de l’extérieur. Tout était parfaitement propre, aucun déchet ne traînait sur les magnifiques rues pavées, les maisons étaient toutes faites en un mélange de brique et de torchis, chacune protégée par des sortilèges diverses évitant toutes les catastrophes, naturelles ou non. Chaque habitant semblait habillé comme un noble, avec des couleurs chaudes très voyantes, et la pauvreté semblait ici inexistante.
Virgile, habitué à voir des villes dévastées après des attaques ennemies, était stupéfait. Non seulement, un bouclier global protégeait la ville, mais en plus, chaque maison possédait elle aussi son système magique défensif. Combien de fois avait-il vu des villes ruinées après des sièges sans fin, des enfants couchés sur les cadavres de leurs parents morts aux combats, des maisons fracassées par des énormes rochers lancés par des trébuchets ?... et devant lui, il voyait toute une foule, parfaitement indemne, qui semblait avoir déjà oublié les événements récents. Grâce à la baronne, toutes ces personnes ne connaissaient presque plus la peur de l’invasion.
Ils suivirent le messager à travers une longue rue qui semblait être l’avenue principale, jusqu'à atteindre un bâtiment massif. De grosses lettres d’or gravées au-dessus de la porte colossale de l’immeuble indiquait qu’ils avaient devant eux l’hôtel de ville. Contrairement à certains anges, Virgile était capable d’admirer les créations architecturales ou non des races mortelles et devait avouer qu’il avait devant lui une véritable œuvre d’art, dont même les nains, constructeurs hors pairs, seraient jaloux.
Il jeta un rapide coup d’œil à maître Ezechiel, qui ne semblait nullement perturbé par la beauté du bâtiment. Cependant, il put voir que Marneus était au contraire émerveillé devant la splendeur qui se tenait devant lui.
Ils avancèrent ensemble d’un pas sûr en direction de l’hôtel de ville, mais quand il furent à quelques pas de l’arche qui permettait d’y pénétrer, un garde s’interposa et leur déclara d’une voix monocorde :
- Accès interdit au personnel non autorisé ou aux civils n’ayant pas pris de rendez-vous.
Virgile voulut lui répondre, mais maître Ezechiel le devança.
- Nous devons parler à vos supérieurs. Notre mission ne peut souffrir aucun retard.
- Et bien, transmettez-moi votre requête, et mes supérieurs décideront si votre mission est d’une si grande importance.
Ezechiel sortit de sa poche le symbole de Sa Sainteté en argent, montrant son autorité. Ce symbole était reconnu de tous dans la totalité des baronnies, et donnait à son porteur presque tous les droits.
Le garde sembla beaucoup moins sûr de lui, mais il leur répondit néanmoins d’une voix calme.
- Je vais prévenir mes supérieurs de votre arrivée. Entrez, je vous en prie.
Ils entrèrent donc dans l’imposant bâtiment, qui était d’une beauté largement supérieure à l’intérieur qu’à l’extérieur. Sur le plafond haut de plusieurs dizaines de mètres, un magnifique ciel bleu parsemé de nuages blanchâtres était peint, d’un réalisme surprenant. Les murs étaient recouverts de fresques et de mosaïques diverses aux couleurs vives, la plupart représentant des batailles d’envergure colossale. Virgile reconnut même certaines de ces batailles légendaires, l’une d’elles représentant le maître de guerre Gabriel face à un terrifiant mage noire. A côté de celle-ci, il vit une autre fresque, encore plus familière à ces yeux : celle de la martyre Ephraëlle, luttant farouchement contre des milliers de démons avec sa magnifique épée, alors qu’elle était presque seule face à cette horde. Quelle ironie de voir cette scène dans le cadre de leur mission actuelle ! Il remarqua que ses compagnons regardaient eux aussi la fresque, ayant certainement les mêmes pensées que lui.
Les pensées de Virgile furent interrompues par un soldat qui apparut du bout du couloir pour leur faire signe d’approcher. Ils le suivirent dans divers couloirs puis pénétrèrent dans la pièce qu’ils leur présenta avec le soldat, où un officier de la cinquantaine à la forte carrure les attendait.
- Ah, c’est vous ! leur dit-il. Je me présente, je suis le général Trevlar, bras droit de la baronne, gérant toutes les affaires internes. Bon, écoutez, ici, c’est le bordel. J’ai une guerre entre mages sur les bras, des armées qui vont pas tarder à nous envahir et qui détruisent tout sur leur passage, les nains qui se sont fait piéger dans leurs propres mines, des villages perdus qui se font dépeupler du jour au lendemain, quatre étranges tours noires qui sont apparues de part et d’autre de la baronnie par magie et on vient encore m’emmerder à propos d’un capitaine Dunhold qui n’est pas répertorié dans mes dossiers et qui n’a jamais travaillé pour moi, qui pourrait être en compagnie d’un personnage très dangereux capable de terribles ravages. Alors vous m’excuserez si je n’ai strictement rien à foutre de ce que vous allez me raconter. Je vous laisse une minute pour me convaincre que vous n’êtes pas juste des enquiquineurs.
Virgile aurait pu croire que l’homme prenait plaisir à être aussi grossier et irrespectueux, mais il avait compris que sa conduite était uniquement due à un stress, un surmenage et une nervosité apparente. Quoi qu’il en soit, si tout ce que l’homme leur avait dit était vrai, c’est que la situation était pire qu’il ne le pensait.
- Je comprends votre situation, lui répondit calmement maître Ezechiel, mais celui que nous recherchons représente une terrible menace pour nous tous.
- C’est pas mon problème. Ce Dunhold ne fait pas partie de mes services. Je crois que c’est un laquais de la sorcière qui bosse ici. Si vous avez des questions à poser, c’est elle qu’il faut contacter.
- Euh, général, intervint le soldat qui les avait accompagnés jusqu’ici, à propos de la sorcière...
- Eh, bien, qu’est-ce qu’il y a ?
- Elle s’est enfermée dans son laboratoire et a donné l’ordre formel de ne pas la déranger, quel que soit le prétexte. Elle a ajouté que, si les dieux viennent, il faudrait les mettre en salle d’attente et les occuper...
Le soldat était apparemment très gêné, ayant apparemment compris l’identité de Virgile et de ses compagnons.
Maître Ezechiel reprit comme si de rien n’était.
- Je crains de ne pouvoir attendre trop longtemps...
- Et bien pourtant, il semblerait que vous n’ayez guère le choix. Votre minute est écoulée. Escortez-les dehors.
Le soldat s’approcha d’Ezechiel et se prépara à le conduire dehors, quand ce dernier déploya ses longues ailes spectrales d’une blancheur nacrée.
Contrairement à la pensée populaire, les anges n’avaient pas en guise d’ailes des prolongations membraneuses derrière les bras recouvertes de plumes telles celles des oiseaux. Leurs ailes étaient en fait uniquement composées de plusieurs filaments qui partaient de leur colonne vertébrale et qui s’étendaient en se rétrécissant sur deux mètres environ.
Le soldat se mit à genoux et implora le pardon de maître Ezechiel. Virgile regarda la réaction du général Trevlar, mais lui semblait juste encore plus las qu’auparavant. Pour appuyer cette impression, ce dernier soupira bruyamment tandis qu’Ezechiel prit la parole.
- Vous allez coopérer, humain. Je suis mandaté par les plus hautes autorités pour ma mission. Je pense que mon patron surpasse largement les vôtres, non ?
Virgile sursauta quand Ezechiel utilisa le mot « patron » pour désigner Sa Sainteté. Lui qui tiquait dès qu’il entendait quelqu’un parler de leur Dieu en des termes aussi rabaissants, Virgile trouva cela très étrange. Il regarda ses compagnons, en particulier Artemis, mais aucun d’eux ne sembla avoir remarqué le vocabulaire étrange de leur maître.
Il reporta à nouveau son attention sur le général, plus las que jamais. Pour seule réponse à la déclaration de maître Ezechiel, il sortit une bouteille de liqueur de son bureau, la déboucha avec les dents, cracha le bouchon sur le sol et se mit à en avaler plusieurs lampées, avant de la reposer sur son bureau, quelques secondes plus tard.
- Et moi qui croyait que la journée ne pouvait plus s’empirer...
Il s’affala alors dans son siège.
- Bon, qu’est-ce que je peux faire pour vous ? leur demanda t-il en attrapant à nouveau sa bouteille.
Ezechiel fit disparaître ses ailes et reprit calmement la parole.
- Désolé pour cette démonstration, mais celui que nous recherchons peut devenir une menace à très court terme pour nous tous. Cette personne n’est rien de moins qu’un ange déchu.
Trevlar faillit s’étouffer en entendant la déclaration de maître Ezechiel.
- Pardon, vous disiez ? J’ai du mal comprendre...
- Vous avez parfaitement compris, général. Il était des nôtres autrefois, mais s’est fait attirer par les promesses des démons. Vous comprenez maintenant mieux la situation.
- Il ne manquait plus que ça. Maintenant c’est officiel,, nous sommes dans la selle, et pas qu’un peu. Des démons... et ben voyons... comme si on avait pas assez de problèmes comme ça...
Il avala à nouveau quelques gorgées de liqueur avant de reprendre.
- Vous avez d’autres bonnes nouvelles du même genre ?
- Il est extrêmement dangereux.
- Je m’en serais douté... est-ce que vous pourriez me donner des informations plus précises ? A quoi il ressemble, par exemple.
- Nous ne le savons pas.
- Et bien... ils sont compétents, chez vous.
- Cela fait maintenant dix ans que nous le traquons. Personne ne l’a revu depuis tout ce temps.
- Bon, et bien, dites-moi à quoi il ressemblait auparavant.
- Severina, s’il te plaît...
- La dernière fois que je l’ai vu, annonça t-elle d’une voix forte, il avait l’air d’avoir perdu l’esprit et ne prononçait que des paroles emplies de haine et de rage. Il disposait d’une très grande force...
- D’accord, mais dans son état normal, à quoi ressemblait-il ? l’interrompit le général.
- Je ne l’ai pas vu dans son état normal depuis bien plus longtemps... lui répondit du tac au tac Severina avec ironie.
- Oui, mais quelle est sa taille ? La couleur de ses yeux, de ses cheveux ? N’importe quel caractère physique ?
- Quand je l’ai connu, il avait des cheveux courts, de couleur châtain, les yeux de couleur bleu tels des saphirs.
- Bon, c’est mieux que rien... Son modus operanti ?
- C’est plus problématique, reprit Ezechiel. Autrefois, il combinait de nombreux talents ; très intelligent, excellent combattant, un exemple pour le nôtres, en dehors d’une constitution un peu fragile. Cependant, la dernière fois que je l’ai vu, il était exactement l’opposé. Il prononçait des paroles insensées, et sa force physique semblait avoir été décuplée, sans doute par des procédés démoniaques. Il se défendait comme un possédé et dans son esprit, il n’existait plus rien d’autre que la haine et un désir de vengeance.
- Je vois... pas le genre de type qu’on aimerait croiser... Si je puis me permettre, comment et pourquoi est-il passé dans le camp ennemi ?
- Je l’ignore, lui répondit Ezechiel, dépité. Nous n’avons pas assisté à son jugement. Seul les plus hauts placés connaissent les circonstances exactes de sa déchéance.
- Intéressant... je résume donc : Un ange déchu dont vous ne connaissez ni l’apparence, ni la façon d’agir ou même les objectifs est actuellement votre proie. Vous ne savez donc strictement rien de lui, mais vous êtes persuadé qu’il est quelque part dans notre baronnie. C’est ça ?
- Nous avons un moyen de le localiser. Un tatouage magique qui nous transmet à tout moment ses coordonnées. Malheureusement, il a réussi à se défaire de la magie du tatouage, et c’est pour cela que nous avons perdu sa trace si longtemps. Il y a environ quatre jours, la magie de la marque a de nouveau agi pendant un court moment et nous avons pu le localiser dans un village proche. Plus précisément dans une auberge située en dehors de ce village.
- Tiens donc, quelle coïncidence... J’ai des rapports d’arrestations faites dans une auberge datant de quatre jours. Il y aurait eu un meurtre et des gardes ont arrêté quatre personnes suspectes sur les lieux. Peu de temps après, ce capitaine Dunhold est arrivé et les a réquisitionnés pour une mission spéciale au service de la baronne.
Une pensée arriva comme une flèche dans l’esprit de Virgile. Corteaz faisait partie de ces quatre personnes arrêtées. Mais depuis quand se promenait-il au milieu des mortels sans se cacher, comme il l’avait fait ces dix dernières années ? Il savait pourtant que les anges le poursuivaient depuis tout ce temps... et pourquoi s’était-il laissé emmener par les gardes au lieu de disparaître ? Cette idée semblait incohérente mais pourtant Virgile était presque sure de sa véracité. Après tout, tous ces éléments se sont déclenchés au même moment, dans cette auberge...
- Quel est votre ennemi ? demanda t-il avec empressement. Celui contre lequel vous êtes en guerre.
- Ravi de voir que mes problèmes vous intéressent. Il se fait appeler le magicien blanc. Tout ce qu’on sait sur lui, c’est qu’il est très puissant, et qu’il a apparemment réuni une grande armée de toutes les forces chaotiques qui peuplent ce monde dans le but de dévaster notre baronnie. A croire qu’il n’a pas d’autres occupations... Attendez un peu... vous pensez que ce gars là est votre homme ? Il se baladerait librement avec le capitaine Dunhold, qui ne connaissant pas l’identité véritable de cet homme, le ballade peut-être dans toute la baronnie, allant peut-être même jusqu'à lui dévoiler la planque des chevaliers gris... et ainsi, le magicien blanc peut transmettre à ses troupes toutes les informations tactiques dont ils ont besoin !
- Ce n’est qu’une hypothèse, répondit calmement Virgile, mais la réapparition de la marque coïncide avec tous vos problèmes, et ce n’est certainement pas un hasard.
- Tu penses à une revanche contre les nôtres ? lui demanda Artemis.
- C’est plus que probable, lui répondit-il gravement.