VI-] Un peu d’amour dans ce monde de brutes

De nombreuses personnes pensent qu’un fantôme est l’esprit d’un homme qui s’accroche à sa vie terrienne parce qu’il à encore quelque chose d’important à faire. En un sens c’est vrai. Un fantôme revient en fait du monde des morts pour une seule et unique raison ; se venger. Se venger de quoi ? Peu importe. Un esprit ne revient pas du monde des morts pour s’excuser auprès de quelqu’un, car même s’il le souhaitait vivant, la puissance de sa volonté n’est pas suffisante pour le soustraire à l’emprise de la mort. La seule chose pouvant vraiment retenir un esprit à ce monde est la colère, bien plus forte que les autres émotions. C’est grâce à cette émotion que les nécromanciens arrivent à contrôler l’esprit des morts ; ils guident cette colère vers leurs ennemis, permettant ainsi à leurs esclaves morts-vivants de faire des ravages chez les ennemis.
Certains magiciens affirment que l’amour peut également retenir un esprit dans notre monde, mais ce ne sont là que fadaises et billevesées. Après tout, si cette hypothèse était vraie, comment se fait-il que les enfants aient si peur des histoires de fantôme, si ces derniers ne revenaient que par amour ?
Ristalian, nécromancien puissant et réputé


Inferno et le groupe, après s’être réveillés et avoir ingurgités un copieux petit déjeuner, se rendirent rapidement dans le quartier du gouvernement. Pendant le trajet, seul Akayne parla, râlant contre les nombreuses ecchymoses que lui avait valu le combat de la veille, qui étaient maintenant encore plus douloureuses. Séphiroth, qui avait pourtant bien plus souffert, ne pipait mot. Le bâtiment principal dont leur avait parlé la magicienne méritait en effet le terme de « principal ». C’était de loin le plus imposant des bâtiments du quartier, dépassant d’une bonne dizaine de mètres la hauteur des autres. Il était en marbre blanc et de gigantesques fenêtres ainsi que quelques vitraux laissaient le soleil y pénétrer. Ils franchirent la lourde porte du bâtiment et un majordome les accueillit, les priant de le suivre dans la salle de réunion. Ils le suivirent donc, traversèrent un grand couloir, tout en admirant les magnifiques vitraux reflétant la lumière sous différentes couleurs et illuminant tout l’endroit. Inferno, qui trouvait souvent que les humains s’intéressaient beaucoup trop au décoratif et pas assez souvent à l’utile, dut reconnaître qu’il était impressionné. Même Stendar baissa son masque d’impassibilité face à la beauté du lieu. Après avoir emprunté toute une série de couloirs aux murs décorées de fresques et de mosaïques gigantesques représentant diverses batailles de grande ampleur, ils passèrent sous une lourde porte en bois massif à double battant pour arriver dans une grande salle circulaire, illuminée cette fois-ci uniquement par deux fenêtres immenses en forme de demi-cercles. Les murs étaient pour la plupart décorés de portraits de magiciens se battant glorieusement dans des champs de bataille à l’ampleur gigantesque. Au centre de cette salle circulaire se trouvait une table de même forme, entourée par une douzaine de sièges et sur l’un d’eux se trouvait la magicienne.
- Bienvenue chez moi, les accueillit t-elle. Je vois que vous savez vous lever tôt.
- Disons qu’on était impatient de connaître le plan qui nous permettra de nous venger, lui dit Akayne.
- Bon, pas la peine de tourner autour du pot, allons droit au but. Votre ex-employeur est introuvable.
- Le contraire m’aurait étonné, tiens, l’interrompit brusquement Akayne avec colère, exprimant son désappointement.
- ... Et non seulement lui, il est introuvable, mais ses armées, elles, sont partout. Vous avez déjà vu qu’il avait recruté bon nombre de personnes et ce, dans toutes les races existantes. Puisque nous ne pouvons combattre notre ennemi pour le moment, attaquons-nous à ses armées. Plusieurs options s’ouvrent à vous. Vous pouvez aller à Eagle’s Gulch qui subit des attaques répétées par des ennemis dont je n’ai pas encore l’identité, afin de trouver un moyen de rééquilibrer les chances et peut-être même de faire gagner ses habitants. La deuxième option, c’est de vous rendre à Arkhalanès, une cité fortifiée à l’ouest d’ici, et de trouver un moyen de stopper les luttes féodales que se lancent sans cesse les seigneurs Jairdaïm et Alhamion, afin qu’ils se concentrent un peu plus sur la menace que représente ce magicien et son armée.
Il y eut quelques secondes de silence, après quoi Séphiroth prit la parole.
- Donnez-nous davantage de détail sur la mission de négociation à Arkhalanès.
- Les deux hommes se lancent une guerre sans merci depuis plus de deux ans à cause d’une stupide mine d’or située pile sur la frontière. J’ai réussi à les convaincre de se rencontrer dans la ville du seigneur Jairdaïm et de négocier un traité de paix. La mission est assez délicate, la moindre erreur de négociation pouvant tout faire échouer. Mais ne vous inquiétez pas, la mission ne devrait pas être trop dure, puisque les chevaliers d’argent y seront aussi pour faciliter les négociations. Leur présence prouvera l’importance et la gravité de la situation.
Inferno vit alors l’espace d’un très court instant sur le visage de Séphiroth une expression qu’il n’y avait encore jamais vu jusque là : celle de la surprise mêlée à celle de la peur. Son expression n’avait changé que durant l’espace d’une seconde, après quoi il avait reprit son air sérieux et neutre habituel, et, bien qu’Inferno ne soit pas sûr de ce qu’il venait d’observer chez le nécromancien, il garda cet instant en mémoire afin de l’étudier plus tard. Ce fut d’ailleurs lui qui prit la parole à nouveau :
- Il me semble que le plus simple serait d’aller soutenir Eagle’s gulch. Une défaite de l’armée ennemie pourrait nous être bien plus profitable.
Il se tourna ensuite en direction de Stendar.
- De plus, ton maître pourrait nous attirer des problèmes, tandis que Colargol et Inferno ne sont pas vraiment ce que les seigneurs appelleraient « la crème de la société ».
Sa voix sonnait juste, ses arguments étaient justifiés et convaincants, mais Inferno savait que sous son tissu de belles paroles se cachait autre chose. Cet homme avait des secrets. Bien trop de secrets. Il se promit de les découvrir, d’une manière ou d’une autre, peu importait quand. Au fond, il aimait également cette décision, préférant de loin une bonne baston au bla-bla stupide de deux seigneurs.
Voyant que tous semblaient d’accord pour la deuxième option, la magicienne se leva et leur dit :
- Bien, vous savez ce que vous avez à faire. D’ici à ce que vous ayez repoussé cette mystérieuse armée, j’aurais certainement déjà fait le tour de mes contacts et j’aurais certainement des informations sur la planque de notre ennemi. Je dois maintenant vous laisser, mes recherches ne doivent souffrir aucun délai. Bonne chance à vous !

***

Akayne et les autres membres du groupe avaient entamé la marche vers Eagle’s gulch. Le chemin serait assez long, mais au moins, un ou deux villages étaient situés le long de leur trajet, ce qui permettrait un ravitaillement régulier. Et puis, ces villages ne devaient pas manquer de sympathiques auberges avec ses sympathiques serveuses...
Cela faisait maintenant quatre heures qu’ils marchaient, et la plupart des compagnons commençaient à devenir plus ouverts. Akayne avait réussi à sympathiser assez facilement avec les trois personnalités de Colargol. Ils échangèrent beaucoup de conversations, mais presque toutes tournaient autour de l’alcool et les quelques autres sur des aventures vécues. Pour Akayne, Colargol était l’image du compagnon à avoir avec soi lors d’une virée, surtout pour les concours de boissons. L’assassin l’aimait bien, malgré le fait qu’il est parfois difficile de parler avec lui une fois qu’il se lançait dans ses grands débats avec lui-même.
Inferno était également devenu plus sociable. Malgré le fait que l’orc semblait le mépriser à cause de sa faible force physique, il avait réussi à lui faire raconter comment il a obtenu son titre de chaman. Il avait acquis ce titre en combattant des elfes noirs, qui avaient lancé une attaque dévastatrice sur son village, et son père avait été une de leurs victimes. Akayne avait déjà entendu parler de ces elfes noirs, des créatures ressemblant physiquement aux elfes blancs si ce n’était leur couleur de peau, qui vivaient dans un gigantesque complexe souterrain, et qui ne vivaient que pour essayer de conquérir les mondes de la surface. Ils auraient pu le faire depuis longtemps, mais fort heureusement, ils avaient toujours été trop occupés par leurs querelles entre eux, et n’avaient jamais réussi à lancer des attaques organisées comprenant plus d’une centaine d’entre eux.
Par contre, Stendar et Séphiroth préférèrent rester seul avec leurs pensées et ne dévoilèrent absolument rien sur leur passé. Akayne commençait à être très intrigué par ce nécromancien, surtout après son incroyable transformation de la veille. Il comptait bien en apprendre un peu plus, mais rien ne pressait. Qu’il garde ses secrets, il finira bien par dévoiler quelque chose sur lui par inattention... On peut toujours rêver...

***

- Quand est-ce qu’on mange ? - C’est vrai que j’ai la dalle aussi. - Bof pas moi.
Ce fut Inferno qui répondit à Colargol :
- D’après la carte, il devrait y avoir un village pas très loin d’ici, si on continue à suivre le chemin. On aura qu’à prendre un repas là-haut.
- Oui, c’est vrai qu’il est temps de prendre une pause, dit Akayne. J’ai également l’estomac dans les talons et j’en ai franchement marre d’entendre les gargouillements de notre ami l’alcoolo...
- Bon, puisque tout le monde est d’accord... dépêchons nous ! conclut Colargol.


Il y avait effectivement un village à l’endroit que leur avait désigné la carte. Mais de ce village, il ne restait que des ruines et des cendres, avec quelques bâtiments aux poutres calcinées et encore chaudes, le vent apportant à leurs narines l’atroce odeur de chair brûlée. Ils pouvaient voir d’où ils étaient quelques cadavres cramoisis parsemés à l’entrée du village.
- Bah pour le repas, c’est foutu... - On dirait qu’il y a eu une soirée barbecue qui a un peu dégénéré... constata Colargol.
Stendar fit signe aux autres de sortir leurs armes, au cas où l’ennemi serait encore présent. Ils approchèrent prudemment du village, puis constatant qu’il était désert, décidèrent de fouiller l’endroit méthodiquement afin de découvrir des indices sur les personnes qui avaient accompli un tel acte de destruction. Ils entrèrent dans plusieurs restes de maisons, mais ne trouvèrent rien d’intéressant ou d’utile. Ils s’approchaient d’une petite maison un peu moins détruite que d’autres quand ils virent une ombre dépasser de derrière un mur. L’ombre s’agrandit puis ils aperçurent quelqu’un. Tous avaient les nerfs à fleur de peau à cause de l’ambiance lugubre qui régnait dans ce village, et Colargol, tout comme Inferno et Stendar, sautèrent sur ce qu’ils pensaient être une menace. La menace, Akayne avait pu l’identifier une seconde avant que Colargol, Inferno et Stendar ne lui portent des coups. Cette menace n’était qu’un pauvre vieillard qui pensait qu’ils étaient venus en amis. Mais le grand-père n’eut rien le temps de dire. Le fléau du barbare lui fracassa un bras, Colargol lui planta son gourdin dans le ventre et Inferno décocha un coup de poing dans la tête du pauvre vieillard. Il mourut avant d’avoir compris ce qui lui arrivait. Comprenant leur erreur, le barbare, l’alcoolique et l’orc regardèrent le cadavre sur le sol, puis se tournèrent lentement en direction de Séphiroth et de lui.
- C’était quoi, ça ? demanda Akayne avec horreur.
Séphiroth prit un regard intrigué et leur demanda avec ironie :
- Je peux comprendre que vous ayez certaines pulsions à cause de l’ambiance qu’il règne ici, mais comment va t-on l’interroger sur ce qu’il s’est passé ici, maintenant ?
- Boarf ! Ca va, hein ! - Tout le monde peut se tromper, lui répondit Colargol.
- Colargol, l’expression « frappe d’abord, pose les questions ensuite », il ne faut pas l’interpréter littéralement, d’accord ?
- Oh ça va ! On l’avait pris pour un ennemi.
- Oui oui... je suis sûr qu’il aurait pu être dangereux avec sa canne. La prochaine fois, essayez de retenir vos pulsions bestiales, d’accord ?
- Hein ? - Je crois qu’il a dit qu’il veut pas que tu butes tout le monde. - Ah, d’accord ! On va essayer.
Akayne était ulcéré. Ils venaient d’assassiner un pauvre vieillard et personne ne semblait se rendre compte de ce qu’ils avaient fait. Séphiroth semblait même trouver ça drôle !
Ils reprirent les fouilles, espérant trouver un autre survivant dans les décombres, mais Akayne ne pouvait regarder les autres membres du groupes sans leur jeter un regard de dégoût profond.
Quelques minutes plus tard, Séphiroth lui adressa la parole :
- Diagnostic ?
Il attendait visiblement une réponse. Akayne hésita un peu à lui adresser la parole, mais après tout, étant donné qu’il était destiné à rester un bon bout de temps avec cette bande de dégénérés, il était inutile de se brouiller avec eux.
- Les corps des gardes montrent qu’ils se sont défendus. Il y a quelques civils morts en dehors de la ville. Ils avaient certainement voulu s’enfuir, mais ils se sont fait arrêter par des flèches. Je n’ai pas pu identifier le genre de flèches que c’était, car elles étaient carbonisées, comme tout le reste. Beaucoup de cadavres sont attachés à des chaises, certains ont de multiples fractures au niveau de leurs os. Ils ont été torturés. L’attaque était sans aucun doute gratuite. Les auteurs de ce massacre ont fait ça juste pour se divertir.
- J’en était arrivé à la même conclusion. Mais qui a pu orchestrer cette boucherie ? Quel peuple a...
Il fut interrompu par un bruit sourd, provenant d’une maison pas très loin d’eux. Colargol sortit son gourdin, mais le rangea quelques secondes après avoir vu le regard désapprobateur de Séphiroth. Ils avancèrent doucement, sans bruits, en direction de la maison à qui il manquait la moitié des murs. Ils virent alors une fillette aux vêtements déchirés à côté d’une armoire renversée, qui avait du produire le bruit sourd qu’ils avaient entendu. Elle avait les joues fines couvertes de suie, tout comme sa longue chevelure blonde qui tombait sur son visage et cachait à moitié ses petits yeux d’un bleu intense. Stendar avança dans sa direction, et dit doucement d’une voix pleine d’extase :
- Une âme d’enfant, fraîche et pure... elle est à moi !
- Non, ne fais pas ça ! lui ordonna Séphiroth d’une voix forte et autoritaire.
Stendar lui lança un regard mauvais.
- Ce n’est pas à toi de me dire quoi faire, nécromancien.
- Je récupère des informations sur ce qui s’est passé, et ensuite, tu t ’amuses, lui répondit Séphiroth.
Stendar réfléchit quelques instants, acquiesça puis recula.
- Mais ça ne va pas du tout ! s’exclama Akayne. C’est une petite fille !
- Et où est le problème, assassin ? lui répondit Stendar d’une voix ferme et dure.
Akayne ne lui répondit pas. Il manquait de courage. Il savait que le barbare était bien plus fort que lui et qu’il était inutile d’essayer de négocier avec lui. Plein d’amertume, il se tourna en direction de Séphiroth qui essayait d’engager la discussion avec la petite fille qui était en pleurs.
- Ca va aller, petite. Je suis là. Ne t’inquiètes pas. Tout est fini. Je te protège. Raconte moi tout. Que s’est il passé ?
- Ils ont tué papa... maman... Darye... tout le monde.
- Qui a fait ça ?
- Des gugusses avec des oreilles pointues... et ils étaient tout noirs, et tout maigres !
Akayne vit alors Inferno s’empourprer sous l’effet d’une vive colère.
- Des elfes noirs, dit-il en contenant sa fureur. De la raclure plus basse que terre. Une race pleine de sadiques décadents, traîtres et sournois, qui s’amusent en envoyant des raids meurtriers contre des villages sans défense.
Akayne se souvenait que le père d’Inferno et beaucoup de membres de son peuple avaient été tués suite à un de ces raids. Il comprenait la fureur de l’orc.
- Partons d’ici, ordonna Séphiroth.
- Et la gamine ? demanda Akayne avec l’infime espoir que Séphiroth fasse quelque chose pour l’aider.
Mais Séphiroth ne dit rien. Il se retourna et sortit de la tente, suivi par Inferno et Colargol. Akayne resta immobile, fixant la pauvre fillette, puis le regard meurtrier de Stendar. Il ne pouvait rien faire, mais malgré tout, il se maudissait pour son incapacité à intervenir.
- Tu es sûr de vouloir voir ça ? ironisa Stendar
Akayne ne lui répondit pas, et sortit de la maison, tout en se repassant dans la tête une infinité de fois les mots « Mieux vaut elle que toi. Tu n’aurais rien pu faire » pour essayer de se convaincre lui-même. Il entendit la petite fille pleurer, puis un sinistre craquement produit par des os qui se brisent. Stendar ressortit quelques instants après, un sourire sadique laissant paraître ses dents en forme de crocs. Akayne détourna son regard de ce dangereux psychopathe.
Il vit alors un meuble voler dans sa direction. Ses réflexes lui permirent de l‘éviter, permettant ainsi à Inferno, situé juste derrière lui, de se prendre le projectile en pleine poitrine et le projeter au sol dans un bruit étouffé. Il essaya de voir d’où venait le meuble, et aperçut alors une forme éthérée possédant deux lueurs rouges à la place des yeux. Il examina le spectre plus en profondeur et reconnut alors la petite fille que Stendar venait d’assassiner, mais ses traits étaient maintenant déformés par la colère et la haine. Elle avait visiblement envie d’exercer des représailles sur la totalité du groupe. Stendar, ne cherchant pas à comprendre le pourquoi du comment, lui décocha un coup de fléau en plein visage, mais le coup passa au travers du corps éthéré. La petite fille fixa alors son agresseur, et envoya un coup de poing en direction du visage de Stendar. Le coup n’avait pas encore atteint le visage qu’une onde de force émanant du petit poing de la fillette s’abattit sur Stendar, le soulevant du sol et l’envoyant contre un vieux mur en ruine que s’effondra sous le choc. Elle s’intéressa ensuite à Colargol, et sembla vouloir lui réserver le même sort. Le poivrot fit un saut sur le côté et esquiva l’onde, tandis qu’Inferno essayait de l’aider d’un coup de hache, qui eut aussi peu d’utilité que le fléau de Stendar. Ce dernier était d’ailleurs toujours étalé sur le sol, mais semblait essayer de se relever. Colargol chargea la fillette, mais il passa au travers et percuta un mur situé juste derrière, puis s’effondra au sol.
Akayne jeta un coup d’œil autour de lui. Mais où était donc passé Séphiroth ? Il le vit alors, à quelques mètres derrière lui, les observant tranquillement. Il allait les laisser crever, sans même intervenir ! Le spectre les dominait, et ils ne pouvaient rien faire contre lui, même pas se défendre. Stendar s’était relevé mais il avait une entaille assez large le long du torse, certainement causée par un débris qui avait du le couper. Il semblait cependant vouloir renoncer à se battre et avait un petit sourire en coin. Un nouveau bruit de destruction lui apprit qu’Inferno venait également de se faire projeter contre un bâtiment en ruines. Le combat était perdu. Ils avaient affronté et vaincu une armée d’orcs, un géant, un reptile géant tentaculaire et un magicien de haut niveau pour finalement se faire tuer par une fillette ressuscitée ! Quelle ironie du sort ! C’est alors que le désespoir emportait Akayne que Séphiroth daigna enfin réagir. Il s’avança tranquillement en direction du spectre, qui, le voyant approcher, cessa de se battre contre Colargol. Le nécromancien leur fit signe de s’éloigner, ce qu’il s’empressa de faire. Akayne le vit regarder silencieusement la fillette, tandis qu’elle faisait de même pour lui.
- Veux tu revoir tes parents ? lui demanda t-il d’une voix sereine.
Le spectre hocha de la tête et, quelques secondes plus tard, il ne restait d’elle qu’une légère fumée. Colargol s’approcha alors de Séphiroth, suivi par Inferno qui venait de se relever.
- Dis-moi, monsieur je fais disparaître les spectres furibards seulement quand ça me chante, pourquoi il t’a fallu tant de temps avant d’intervenir ? lui demanda Colargol d’une voix forte qui exprimait sa colère. Tu voulais qu’ils nous mette tous au sol ou bien t’es juste un peu lent ?
- Je voulais vous apprendre une leçon. Chaque acte a ses conséquences, et quoi qu’il arrive, il faut savoir les assumer.
- Et tu n’aurais pas pu juste le dire ?
- Vous n’auriez pas écouté. Maintenant, je suis certain que vous retiendrez la leçon
- Et c’est pour ça que tu nous a laissé souffrir ? cria l’orc avec fureur. Pour nous donner une leçon ! Je vais t’en filer une autre, moi, de leçon. C’est la conséquence directe de la tienne. Tu m’énerves, et la conséquence, c’est que tu vas te prendre mon poing dans ta misérable petite face !
- J’aurais tout aussi bien pu vous laisser crever...
Akayne vit alors Stendar élargir son sourire, ce qui ne le rendait que plus inquiétant. Il appréciait visiblement le ton ironique du nécromancien. Mais Inferno ne l’entendait pas de cette oreille. Il courut en direction du nécromancien, comptant bien lui faire amèrement regretter son arrogance. Son poing partit très rapidement en direction du visage de Séphiroth, qui n’eut pas le temps de réagir. Akayne ferma les yeux, ne tenant pas à voir ce qui resterait de Séphiroth. Il les rouvrit cependant, pour remarquer qu’Inferno avait arrêté son mouvement à quelques centimètres du visage de Séphiroth, retenu par un Stendar aux yeux rouges flamboyants qui avait stoppé le mouvement en lui attrapant le bras. Séphiroth, lui, n’avait pas sourcillé. Il avait failli se faire massacrer, mais il n’y avait toujours aucune expression sur son visage autre que celle de l’impassibilité. Inferno regarda Stendar avec étonnement, et ce dernier lui dit alors d’une voix grave et profonde :
- Pas maintenant.
- Il a failli nous laisser mourir ! explosa Inferno. Il doit payer son arrogance !
- On s’occupera de lui plus tard. Il paiera, mais pas maintenant. Fais-moi confiance.
Inferno soutint le regard de braise du barbare, ou plutôt du démon qui le possédait, puis hocha la tête. Stendar le relâcha alors, tandis qu’Inferno fixait Séphiroth avec bien plus que de la simple colère ; Akayne arrivait à sentir la haine que Inferno ressentait. Pourquoi détestait-il autant le nécromancien? Il ne le saurait sans doute jamais. Séphiroth ne cillait pas et soutenait le regard de l’orc tout aussi fermement, mais le sien n’était pas empreint de colère. Akayne sut alors qu’un jour ou l’autre, ces deux là s’affronteraient dans un combat à mort, et qu’il n’y aura qu’un seul survivant.
Tous se remirent alors en marche dans le plus grand silence, personne n’osant prendre la parole, pas même Colargol.

***

Le couinement caractéristique de la porte d’entrée se fait entendre. Angela va en direction du bruit afin de savoir qui est entré. Quelques secondes plus tard, elle gît morte, sur le sol, un trou ensanglanté dans le ventre. Un homme habillé tout de noir, une capuche rabattue sur la tête, avance furtivement vers le salon.
- Qui c’était, chérie ? demande Richard.
Pas de réponse.
- Chérie ? demande t-il à nouveau.
Sa femme ne répondant pas, il se lève, se retourne et tombe nez à nez avec l’homme en noir. Ce dernier fait un rapide mouvement du bras en direction de Richard. Sa tête tombe sur le sol, l’expression de surprise restant figée sur son visage, et bientôt le corps tombe aussi, s’écrasant lourdement sur le plancher.
- Trouvé ! crie Guillaume qui sortait de la cuisine. La seconde suivante, l’enfant aux courts cheveux blonds était lui aussi étendu sur le sol, une dague plantée entre ses yeux bruns.
L’homme en noir regarde rapidement autour de lui, la sclère de ses yeux, seule chose visible dans l’ombre de son visage, aussi étincelante que la lame de sa dague qui luisait à la lumière des bougies éclairant la salle. Semblant se satisfaire de tout le sang qu’il avait versé, il se dirigea vers la porte d’entrée, repartant aussi discrètement qu’il était entré.


Akayne se réveilla au beau milieu de la nuit couvert de sueur.
Un cauchemar. Toujours le même depuis vingt ans. Toujours aussi horrible. Et à chaque réveil, la première chose dont il se souvient, ce sont les yeux bruns de l’assassin entourés par cette lueur blanche tel un aveugle, seule chose visible au milieu de son visage de pénombre.
Quand ils avaient établi le campement, Akayne avait été heureux de pouvoir enfin prendre une pause et s’était endormi à peine s’était-il couché à cause de la fatigue. Il regarda rapidement le ciel pour savoir si le soleil allait bientôt se lever, mais constatant que ce n’était pas le cas, il se leva et s’éloigna du campement. Il s’assit un peu plus loin, en haut d’une butte et se remémora les terribles actions qu’avaient commises Stendar et les autres.
- Mais comment me suis-je mis dans une position pareille ? se demanda t-il dans sa tête en contemplant les étoiles. Comment pourrais-je m’éloigner de cette bande de psychopathes ? Avec ce saleté de champ de force, j’ai bien l’impression que je vais encore devoir les supporter longtemps... Pourtant, il faut que je m’éloigne d’eux ! Mais comment faire ?
- La nuit porte conseil, paraît-il, dit une voix derrière lui.
Akayne sursauta et fit aussitôt volte-face dégaina sa dague et la pointa en direction de l’étranger, qui n’était autre que Séphiroth.
- Séphiroth... Que fais-tu debout ? Ce n’était pas au tour de Colargol de monter la garde ?
- En effet... mais il semblerait que notre ami ne prenne son tour de garde pas très au sérieux...
Il désigna Colargol, à quelques mètres de là, couché entre deux buissons, dormant paisiblement.
- Je te retourne la question, Akayne. Que fais tu debout ?
- Je réfléchis.
Sa réponse fut suivie par de longues secondes de silence. Séphiroth attendait visiblement qu’il développe sa réponse.
- Si tu veux tout savoir, nécromancien, je cherchais le moyen de m’éloigner de toi et de tes amis les détraqués.
- Ce ne sont pas mes amis...
- Ca ne te dérangeait pourtant pas outre mesure de laisser Stendar tuer une gamine de huit ans... lui répondit Akayne avec colère, préférant aller droit au but.
- Tu me parles comme si cela te répugnait... Si je me rappelles bien, tu es un assassin. Les morts, c’est ton quotidien, non ?
- Tu ne comprends pas. Tu ne peux pas comprendre. Et je n’ai pas envie de t’expliquer.
- Mais je pense avoir compris. Tu tues par nécessité, tandis qu’eux le font par plaisir, et c’est cela qui t’ennuie.. Je me trompe ?
Akayne ne répondit pas.
- Je comprends ton point de vue, continua Séphiroth.
- Je ne pense pas, non, l’interrompit Akayne. Tu ne vaux pas mieux qu’eux, malgré tout ce que tu pourras dire. Tu es peut-être même pire. Tu te cache sans cesse derrière ton masque d’impassibilité, et tu ne divulgues jamais rien à propos de toi. Qu’est ce qui me dit que tu n’es pas en fait un sadique nécrophile ou un autre dingue ? Rien, absolument rien... Et tu les a laissé tuer cette pauvre petite fille. Je savais que je n’aurais rien pu faire, mais toi, tu aurais pu intervenir.
- J’aurais pu. Mais je ne l’ai pas fait. Et tu veux savoir pourquoi ? Pour les empêcher d’en tuer d’autres.
- Je ne comprends rien. Explique toi.
- Si j’étais intervenu, un conflit serait apparu, et nous aurions certainement commencé à nous entre-tuer, étant donné le caractère instable de quelques uns de nos compagnons.
- Oui, mais la fillette serait peut-être sauve.
- Peut-être, mais la scène aurait pu se reproduire de nombreuses fois dans le futur. Mais grâce à moi, ils ne feront peut-être plus l’erreur de recommencer à tuer des innocents.
- Je crois comprendre. C’est toi qui...
- Oui, c’est moi qui ai ressuscité la gamine, et qui ai ordonné à son spectre de vous blesser, mais sans vous tuer. Mais mon plan n’a marché qu’à moitié. Certes, à l’avenir, ils y réfléchiront à deux fois avant de s’attaquer au premier venu, mais je n’ai réussi qu’à attiser la colère de l’orc à mon égard. De plus, Stendar, ou plutôt son démon, est bien plus malin que je ne l’aurais cru. Je ne sais comment, mais il a compris que c’était moi qui avait invoqué ce spectre et étrangement, il avait l’air de trouver mon plan comique.
- Oui, je l’ai vu sourire aussi. Je pensais qu’il était heureux à l’idée que l’orc te cogne, mais je pense que tu as raison. Au fait, pourquoi n’as tu pas cillé quand l’orc t’as attaqué ? Si Stendar n’avait pas stoppé le mouvement de l’orc...
- Si Stendar n’avait pas stoppé le mouvement de l’orc, son poing aurait percuté un bouclier invisible que j’avais placé peu de temps auparavant. Ne me crois pas stupide, Akayne...
- Pourquoi m’as tu dit que c’était toi qui avait ressuscité la fillette ? Tu es plutôt du genre à garder avidement tes secrets, d’habitude...
- Disons que c’est en récompense du moment où tu m’as sauvé la vie, quand tu as transpercé la main de l’un des laquais du magicien lézard bleu, m’évitant ainsi la mort. Considère cela comme une marque de confiance à ton égard si ça te chante.
- Il y a également autre chose que j’aimerais te demander. Pourquoi nous ne connaissons ni le nom du magicien que nous recherchons, ni le nom de la magicienne qui nous aide ? Je ne comprends pas où est le problème à divulguer son nom... Mais apparemment, la magicienne ne tient pas à le faire et elle n’a pas non plus l’air de connaître celui de notre ennemi. Pourquoi ?
- Simple question de prudence. Comme tu as pu le remarquer, les magiciens comme moi traitent souvent avec les démons. Pour faire bref, si un démon arrive à connaître le nom du magicien qui l’a invoqué, il peut exercer son pouvoir sur le magicien, sortir du pentagramme dans lequel il a été confiné puis agir en toute liberté. Stendar étant possédé par un démon...
- Je comprends... mais en ce cas, pourquoi connaissons-nous le tien ?
- Parce que le magicien blanc le connaissait et qu’il l’a divulgué lors de notre rencontre. Tu n’y avais peut-être pas prêté attention, mais je peux t’assurer que lui l’avait très bien entendu.
- Et tu n’as pas peur de ce qu’il pourrait te faire ?
- Non, pas vraiment.
- Pourquoi ?
Séphiroth ne répondit pas.
- Tu ne veux pas répondre ? Tant pis. Dernière chose puisque tu es d’humeur bavarde, tu ne veux pas me divulguer un autre secret ? Comment est ce que tu fais pour te transformer en démon, par exemple.
- Peut-être plus tard. Bonne nuit, Akayne.
- C’est cela, oui. Bonne nuit, magicien...

***

Cela faisaient plusieurs heures qu’ils étaient partis du village en ruines. Ils traversaient maintenant une petite forêt suivant un sentier sinueux tandis que l’impatience d’Inferno ne cessait de croître. Des elfes noirs, ses Némésis, se trouvaient quelque part dans le secteur et ils ne pouvait que marcher et les attendre. S’il aurait été avec son clan, il aurait pu leur donner la traque durant des jours sans relâche, mais il n’était pas avec son clan. Il n’était qu’avec une bande d’humains faiblards. Akayne n’était qu’une tapette, Colargol, bien que fêtard et amical, n’avait malheureusement aucune notion d’honneur, - en fait, aucune notion vertueuse tout court - et Séphiroth n’était qu’un lâche arrogant. Stendar par contre, était différent. Inferno respectait cet homme, car il savait qu’il avait réussi à conserver une partie de lui-même malgré l’emprise de son maître maléfique. Ils étaient très loin d’être amis, mais Inferno savait qu’il pourrait compter sur le barbare lors d’un combat véritablement rude.
Pour l’heure, Inferno débattait des effets secondaires de différentes boissons avec Colargol, qui se faisait une joie de partager sa très grande connaissance en la matière avec quelqu’un qui le comprenait. Une des personnalités de Colargol était en train de vanter les mérites de l’alcool nain quand un carreau d’arbalète siffla à ses oreilles et se ficha dans le sol, quelques mètres derrière lui. Akayne se retourna rapidement et dégaina sa dague, mais Inferno ne fut pas aussi rapide. Une petite dague tenue par une fine main noire fonça vers son dos tandis qu’il se retournait. Voyant le coup, il eut le réflexe de placer son bras entre lui et la dague, qui ne fit que ricocher sur son avant bras, ne le blessant que légèrement. Inferno identifia alors on agresseur. Un elfe noir ! Enfin il allait pouvoir se battre ! Il remarqua qu’un deuxième elfe noir attaquait Akayne, mais ce dernier attrapa le bras de son ennemi au moment où il attaquait, et le lui tordit pour finalement lui enfoncer sa propre dague dans le cou. Inferno sauta sur celui qui l’avait attaqué et le sépara en deux morceaux avec une parfaite symétrie avant qu’il n’aie eu le temps de réagir.
- Ils n’attaquent jamais seuls, leur dit-il. Si ces deux-là nous ont attaqué, c’est que...
Il fut interrompu par Séphiroth qui tendit le bras en direction d’un arbre assez grand et envoya une boule de feu en direction de ses branches. Deux secondes plus tard, un elfe noir à moitié carbonisé tomba de l’arbre en poussant des gémissement plaintifs. Personne n’eut le temps de le féliciter de son joli tir car d’autres elfes noirs sortirent des fourrés et foncèrent dans leur direction, cimeterres brandis.
Inferno, qui était fou de rage n’avait qu’une envie ; massacrer le plus possible d’ennemis. Il fonça à leur rencontre, décapitant le plus proche d’une main grâce à sa hache et assommant un deuxième avec son poing. Il vit à côté de lui Stendar et Colargol qui le soutenaient et empêchaient les ennemis d’attaquer sur ses flancs. Un elfe noir fit perdre l’équilibre à Colargol et voulut l’achever au sol, mais Akayne que personne n’avait remarqué, lui asséna trois rapides coups de dague dans le dos. Voyant que ses compagnons s’en tiraient bien, Inferno se concentra entièrement sur le massacre de cette race lâche, sadique et sans honneur. Il évita un coup partant vers son visage en se baissant et en profita pour séparer les jambes du corps de son assaillant. Il allait en massacrer un autre mais il n’eut pas le temps de se rapprocher qu’une boule de feu immola sa cible. Il se retourna en direction de Séphiroth et fut alors ébloui d’une lumière très vive. Le flash de lumière se dissipa rapidement, et Inferno put alors voir une forme indistincte entourée de flammes. Autour de lui, l’herbe était entièrement carbonisée tandis qu’une chaleur insoutenable émanait de son corps. Inferno comprit alors que cette entité de feu n’était autre que Séphiroth qui voulait encore en mettre plein la vue à tout le monde avec ses sorts. Il entendit un bruit derrière lui et se retourna promptement, maudissant Séphiroth et lui-même pour ce moment d’inattention. Il vit alors un elfe noir étalé à ses pieds et Akayne qui lui lança un petit sourire.
- Si je dois sauver ma vie, celle de Colargol et la tienne... ironisa t-il.
Akayne n’attendit pas de réponse et partit combattre au corps à corps un elfe noir, utilisant d’une main sa dague avec vitesse pour percer la défense de son ennemi , et son cimeterre de l’autre pour bloquer les coups. Inferno révisa son estime pour l’assassin, qui venait de lui sauver la vie et qui savait apparemment faire bien plus que tuer lâchement les gens dans le dos. Il vit alors un autre elfe, caché dans un buisson, armant son arc et visant Séphiroth. Inferno se précipita dans sa direction, mais trop tard. L’elfe venait de décocher sa flèche, qui fusa dans la direction de Séphiroth. Ce dernier ne vit pas le projectile quand celui-ci fonça vers ses côtes, et il ne le sentit pas non plus la flèche, les flammes qui l’entouraient ayant entièrement consumé la flèche avant même qu’il ne l’atteigne. Séphiroth, qui était apparemment le centre d’attention de tous les elfes noirs, fit apparaître dans sa main une épée qui fut rapidement recouverte par les flammes émanant de son corps, puis s’envola dans les airs grâce à deux magnifiques ailes de feu. Il regarda d’en haut la position des ennemis puis plongea vers un groupe d’ennemis qui étaient trop émerveillés et éblouis par cette vision à la fois divine et cauchemardesque. Il massacra à une vitesse fulgurante ses ennemis grâce à sa lame magique et agrippa le dernier au cou, le faisant lentement souffrir. Inferno regarda autour de lui et vit les elfes noirs survivants s’enfuir, récupérant au passage les possessions matérielles de valeur de leurs camarades tombés.
Quelle race répugnante, songea Inferno. Même ceux de leur propre race tombés en braves n’obtiennent aucun respect et sont purement et simplement dépouillés. Ils méritent vraiment leur vie de misère sous le sol.
Inferno regarda à nouveau en direction du démon de flammes, mais il ne vit que Séphiroth, debout au milieu des cadavres à moitié calcinés de ses victimes, gardant son expression impassible et son calme habituel. Ce magicien était vraiment troublant. Il devait savoir comment il avait réussi à se transformer en cet être de flammes. Il s’approcha lentement du nécromancien tandis que ce dernier observait les cadavres autour de lui.
- Comment fais tu ça ? lui demanda t-il.
- Oui, explique nous, dit Akayne. Et comment fais-tu pour que tes habits restent impeccables après ça ? Encore un tour de nécromancien ?
- Non, pas vraiment, répondit Séphiroth avec dans la voix quelque chose qu’Inferno identifia comme de la condescendance, ce qui ne lui plut pas beaucoup. Je vais vous expliquer. Au cours de mes... pérégrinations, il m’est arrivé de tomber sur des démons d’autres plans pas très... coopératifs.
- Coopératifs ? le coupa Akayne.
- Disons, peu enclins à la négociation en toute diplomatie, si tu préfères. Les deux formes démoniaques que vous avez vus, celle d’éclairs et celle de feu sont les représentations physiques de deux démons élémentaires. Pour faire simple, disons que j’ai vaincu ces démons et que je me suis ensuite approprié leurs pouvoirs afin d’obtenir leurs capacités magiques. Afin d’utiliser ces capacités, je suis obligé de laisser subsister d’eux une infime partie de leur personnalité et de payer en contrepartie une infime partie de moi-même, ce qui me permet d’effectuer la transformation. Bien entendu, je ne suis pas stupide, et c’est moi qui garde le contrôle à tout moment, s’empressa t-il d’ajouter.
- Et tu en possèdes combien, des formes démoniaques ? demanda Akayne.
- Quatre en tout... pour le moment du moins. Si un autre démon me pose quelques problèmes, ça fera cinq.
Akayne hocha lentement de la tête. Inferno avait lui aussi compris le sous-entendu. Heureusement, Stendar ne prenait pas part à la conversation, préférant fouiller les cadavres restants n’ayant pas déjà été dépouillés par leurs congénères. Inferno prit la parole d’une voix grave :
- Tu fricotes donc avec les démons, Séphiroth ? Tu es encore plus stupide que je ne l’aurai pensé.
- Ce ne sont que des outils, rien de plus.
- Tout comme tes pouvoirs de nécromancie, ajouta furtivement Akayne.
- Tu as vendu ton âme à un démon ? demanda Colargol qui semblait avoir compris de quoi Séphiroth parlait.
- Tout dépend ce que tu entends quand tu parles de mon âme...
L’espace d’un très court instant, Inferno vit dans les yeux du nécromancien une très grande tristesse, après quoi Séphiroth s’éloigna rapidement pour rejoindre le sentier qui devait les amener à Eagle’s gulch.

***

Après avoir donné ses ordres au général Trever, Andoren s’enfuit en direction de ses appartement, gêné d’avoir momentanément perdu le contrôle devant lui. A nouveau, une voix s’était fait entendre dans sa tête, lui conseillant de donner l’ordre de tuer Corteaz. Bien que l’idée soit tentante, il ne pouvait pas donner cet ordre, non pas parce que le Seigneur le lui avait interdit, mais tout bonnement parce que cela allait à l’encontre de toutes les notions angéliques qu’on lui avait inculquées jusque là.
Cependant, malgré tous ses efforts, tous les sorts de protection qu’il avait lancé, la voix persistait et traversait toutes ses protections sans grand mal, continuant à lui susurrer des idées qui étaient bien souvent très tentantes. Trop tentantes. Certes, pour le moment, toutes les informations que la voix lui avaient donné étaient vraies et il avait appris beaucoup de choses concernant son peuple, sa race, les anges.
Au début, tout ce que lui avait raconté la voix semblait invraisemblable, mais pourtant, Andoren n’avait pas réussi à l’ignorer, et le secret qu’elle lui avait révélé le perturbait de plus en plus chaque jour. N’y tenant plus, Andoren avait fini par céder à sa curiosité, incapable d’ignorer plus longtemps les informations que la voix lui avait données, et s’était précipité dans la bibliothèque divine, où toute l’histoire des anges avait été relatée. Après avoir insisté auprès de Gabrielle, l’ange chargée des archives, de le laisser accéder à leurs plus vieux livres d’histoire, il avait pu passer plus d’une semaine terrestre dans la bibliothèque, et n’avait trouvé strictement rien concernant ce que lui avait révélé la voix concernant le passé des anges. Soulagé, il était sur le point de partir quand la voix était revenue, lui murmurant quelques mots :
Les dates. Regarde les dates.
Pris d’un terrible doute, Andoren avait écouté les conseils de la voix et avait passé une journée supplémentaire dans la bibliothèque, à lire les différentes dates données par les nombreux livres d’histoire relatant les actes bénéfiques des anges, de l’an 223 à aujourd’hui, l’an 4816. Et c’était bien là le problème. La guerre de magie avait eu lieu en l’an 1 du calendrier terrestre. Alors pourquoi donc n’y avait-il aucune information sur ce qui s’était passé avant l’an 223 ? Dans chaque livre, les informations étaient les mêmes : les anges étaient apparus par dizaines de milliers de nulle part et avait réussi à sauver le monde de la destruction totale en tuant une armée de démons qui sortait d’un portail infernal jusque là non répertorié. Mais d’où étaient venus tous ces sauveurs ? Aucun livre ne le disait, comme si cette armée d’anges était apparue par magie.
Je te l’avais dit. Ton peuple est comme tous les autres. Il a ses secrets. Je te les ai dévoilés. A toi de décider si tu dois me croire ou non.
- Tais-toi ! Bon sang, sors de ma tête ! Ta fausse vérité ne m’intéresse pas ! Je demanderai une audience au Seigneur demain, et il m’expliquera tout ! avait hurlé Andoren en vain.
Mais il n’avait jamais demandé cette audience au Seigneur. Il essayait en vain de se convaincre que toute cette histoire n’était que pure invention, et que la voix cherchait seulement à l’affaiblir pour une raison ou une autre, mais il n’arrivait pas à se mentir à lui-même. Il avait toujours su que sa race cachait des secrets qu’elle ne comptait pas dévoiler.
Déjà petit, pendant que tous ses camarades se faisaient bourrer le crâne par la propagande des enseignants qui leurs répétaient sans cesse qu’ils étaient la race la plus pure qui soit, destinée à aider le monde et à guider les mortels vers la sagesse, Andoren avait déjà des doutes sur sa race. Il avait déjà fait des escapades sur Terre sans que personne ne l’apprenne, et avait vu le malheur, la tristesse, le désespoir que ressentaient une trop grande quantité de personnes. Après avoir vu la dure réalité de la condition mortelle, les paroles de ses enseignants avaient commencé à sonner creux à ses oreilles.
Bien que ce malaise l’avait accompagné jusqu'au jour où la voix lui avait appris ce secret, il l’avait toujours ignoré, et ses brillantes capacités, aussi bien en magie qu’en combat, lui avaient valu de nombreuses promotions, mettant sous son commandement des milliers d’anges
Après avoir appris le lourd passé de son peuple par la voix, Andoren reprit une vie normale, à se battre contre les démons, sans qu’elle ne se manifeste à nouveau.
Tout changea quand Ephraëlle était entrée dans son armée. Combattante exceptionnelle au tempérament de feu, elle conquit l’attention du Seigneur.
Elle veut prendre ta place, Andoren. Grâce à son épée magique, elle est plus forte que toi et est admirée par tous. Elle est dangereuse.
Andoren, bien que surpris par la réapparition de la voix, n’avait pourtant rien répondu car encore une fois, il sentait qu’elle lui disait la vérité. Confiant, il avait envoyé Ephraëlle dans un combat perdu d’avance, et malgré sa puissance, elle ne put survivre.
Tu as bien fait, Andoren. Ne sois pas désolée pour elle. Ce n’était qu’une ange parmi tant d’autres, aveuglée par les notions qu’on lui a inculquées. Tu as agi comme tu le devais. La bonté des anges n’est qu’une illusion que tu dois percer si tu veux comprendre ta vraie nature, et ta véritable destinée. Mais pour y arriver, il te faudra un objet en particulier, qui t’aidera à voir la voie à emprunter. L’épée d’Ephraëlle.
Andoren avait compris que la voix avait trop d’emprise sur lui, mais trop tard. Il avait envoyé à la mort, en même temps qu’Ephraëlle, une centaine d’anges innocents, mais il ne s’en était rendu compte que trop tard. Cependant, il restait obnubilé par l’épée d’Ephraëlle, qu’il voulait à tout prix obtenir afin d’augmenter sa puissance et surtout afin de comprendre ce que sont les véritables anges. Malheureusement, il ne put récupérer l’épée, car ce fut le fils d’Ephraëlle qui l’obtint en héritage.
Son fils, Corteaz.

Après avoir récupéré et enfilé son anneau magique le rendant totalement indétectable, Andoren ouvrit son portail angélique privé afin de se rendre sur Terre, près d’une petite maison perdue dans des lieues de végétation, au beau milieu de nulle part.
Après avoir rapidement vérifié si son anneau s’était correctement activé, il traversa le portail, son corps se dématérialisant en milliards de particules et se recomposant de l’autre côté du vortex, sur la planète Terre, à côté de la petite maison.
Andoren avait bâti cette maison sur Terre afin de pouvoir faire ce qu’il voulait dans la plus grande intimité, ce qui était totalement impossible aux cieux. Pendant une année, il l’avait construit à l’aide de la magie puis l’avait transformée en un amas de toiles de sorts défensifs bloquant intrus, ennemis et sortilèges. Personne à part lui ne pouvait y entrer, s’en approcher, ou même se douter de son existence.
L’extérieur de la maison était très simple, constituée d’un assemblage de bois et de divers matériaux magiques la rendant indestructible, mais la faisant ressembler à une simple petite maison de paysan. L’intérieur était cependant bien différent. Sur l’année qui lui avait fallu pour construire cette maison, dix mois avaient été nécessaire pour créer à l’intérieur une source de magie modelable par la force de sa volonté. Ainsi, il n’avait qu’à imaginer l’intérieur de sa maison afin qu’il apparaisse tel qu’il le désire.
Andoren entra dans la maison et referma la porte derrière lui, qui disparut la seconde suivante par magie. Pour le moment, Andoren avait modelé l’intérieur de façon à ce qu’il ressemble à la salle du Seigneur, avec la même lumière blanche aveuglante de toutes parts, et aucune porte de sortie visible, ce qui était très utile pour décourager son invité, attaché sur une table, seul objet au milieu de cet endroit à la superficie infinie.
- Alors, Devlan, bonne journée ?
- Elle commençait bien avant que tu n’arrives, lui répondit l’homme attaché sur la table d’un air détaché.
- Toujours ce sens de l’humour, n’est-ce pas ? Je t’apporte des bonnes nouvelles, vieillard.
Il s’approcha lentement de la table, le fixant dans les yeux. Devlan, malgré ses soixante ans, était un humain tout ce qu’il y avait de plus robuste. Le regard vif, une barbe blanche descendant quelques centimètres en dessous de son menton, les cheveux noirs mais gris aux tempes, Devlan avait l’allure du mercenaire à la retraite qu’il était.
Andoren avait appris que cet homme avait éduqué Corteaz quand celui-ci s’était enfui des cieux. D’après ce que ses sources lui avaient dit, Devlan et Corteaz avaient développé une réelle relation d’amitié qui avait longtemps perduré. Corteaz et lui avaient alors travaillé ensemble longtemps, après quoi le déchu crut son ami mort lors d’une mission qui avait tourné au cauchemar. Mais Devlan n’était pas mort. En très mauvais état, il fut retrouvé par des gitans magiciens qui l’avaient sauvé de peu de la mort. Il fallut plus d’une année au mercenaire pour se remettre entièrement de ses très nombreuses blessures. Par la suite, il avait erré pendant plus de dix longues années à la recherche de Corteaz, seul ami qu’il s’était fait de sa longue vie. Les chevaliers d’argent, lors de la deuxième évasion du déchu, avaient fait de nombreuses recherches et avaient appris qu’un mercenaire recherchait lui aussi Corteaz. Ils l’avaient alors capturé et amené à Andoren.
- La marque de Corteaz s’est réactivée. Je pourrais donc te supprimer d’ici peu de temps.
- Le gosse te tend encore un piège... et comme d’habitude, tu fonces droit dedans, Andoren.
- Pas cette fois, vieillard. Bon, reprenons là où nous nous étions arrêté la dernière fois.
Andoren fit apparaître une dague dans sa main, et la planta dans le thorax de Devlan, qui hurla sous la douleur.
Souffrance, c’était ainsi que s’appelait la dague, était une armé éthérée qu’Andoren avait crée. La lame en elle-même était dépourvue de matière, aussi, il n’y avait eu aucun réel contact quand il l’avait enfoncé dans le thorax du mercenaire. Cependant, la magie de l’arme créait une sensation d’illusion parfaite faisant croire à la victime que le coup avait bel et bien été porté. En ce moment même, Devlan sentait la lame de la dague enfoncée dans son poitrail, tout comme il sentait son propre sang qui coulait de la blessure. Il souffrait comme si le coup avait été réel.
- Tu connais les règles ? Je pose une question, et si tu ne réponds pas, je t’enfonce ma méchante lame quelque part. Si tu mens, je fais la même chose, mais je laisse la lame dans ton corps et je soigne la plaie autour, histoire que cela te fasse encore plus souffrir quand je la retirerai.
Un sourire sans joie apparut sur les lèvres d’Andoren.
- Première question. On commence par une facile. Corteaz a bien dû changer d’apparence en arrivant sur Terre, afin d’être sûr que l’on ne le retrouve pas trop facilement. Quelle allure a t-il ?
Devlan ne répondant pas, Andoren lui enfonça sa dague éthérée dans le bras, lui faisant pousser un nouveau hurlement de douleur.
- Bon, tu as pris le joker. Passons à la question suivante, puisque la première ne te convient pas. Severina l’a t-elle aidé à s’enfuir ?
- Je te l’ai déjà dit ! Il me croit mort et n’est pas venu me voir lors de sa deuxième fuite ! Les gens de ta maudite race savent-ils ce que tu me fais subir ici, Andoren ?
- Ma race ne connaît que le mensonge. Ils ont tellement menti qu’ils ont fini par croire à leurs propres mensonges, et à renier leur vraie nature, lui dit Andoren d’une voix sanglotante où se mêlait colère et tristesse.
Enervé par sa perte de contrôle sur lui-même, il enfonça rageusement sa dague dans l’entrejambe du mercenaire, qui cria plus fort que jamais.