V-] Qui a la main bleue ?

Le maniement de l’arme à poudre se fait de cette façon : Il faut dans un premier temps mettre la dose appropriée de poudre noire au fond du canon. Des fioles contenant cette dose sont disponibles dans le commerce. Ensuite il faut mettre la balle enrobée dans du tissu au fond également, de préférence en utilisant une baguette pour l’enfoncer et tasser le tout. Il faut ensuite ouvrir le bassinet, mettre un petit peu de poudre dedans et le refermer. Il ne reste plus qu’à tirer le chien et l’arme est prête à tirer. Attention : tout mauvais entretien de l’arme, ainsi qu’une non exécution correcte de la manœuvre de rechargement peut entraîner des incidents de tir graves et de fâcheuses conséquences.
Manuel d’armement Chapitre 7 : armes à feu expérimentales.


Ca y est ! Il était enfin arrivé. Il n’avait plus qu’à gravir cette colline, ce qu’il fit avec allégresse pour découvrir un paysage inattendu. Non pas que la ville ne soit pas là, au contraire, elle était bien présente, avec ses centaines de guerriers devant, leurs engins de siège et leurs hurlements barbares. La ville était assiégée ! Et il fallait que ça arrive au moment où ils devaient y rentrer... Akayne commençait à en avoir vraiment marre de tous ces désagréments inattendus. Rien ne pouvait donc se passer sans qu’il y ait d’imprévus ?
La magicienne prit alors la parole :
- C’est gênant...
- Que fait-on, maintenant ? Je ne pense pas qu’il suffise de demander gentiment pour pouvoir entrer.
- Alors demandons leur méchamment...
- Qui sont-ils ?
- Sûrement une partie de l’armée qu’a recruté le magicien blanc. Il doit savoir que j’ai des alliés ici et a envoyé une infime partie de son armée pour nous distraire... il sait très bien que tant que le bouclier érigé par la baronne est en place, rien ne pourra pénétrer dans cette ville.
- Je parie que vous avez un plan pour nous faire entrer, déclara Akayne.
- Effectivement, mais puisque vous êtes là, autant vous rendre utile. Pour faire rapide, je sens un puissant champ de force protégeant l’armée ennemie. J’aurais besoin que vous neutralisiez le magicien à l’origine de ce désagrément. Ne v...
- Super ! ironisa Akayne. On va donc s’infiltrer au milieu de leur base, leur demander gentiment où est situé le magicien qui est leur seul défense contre une mort certaine, le tuer, et repartir comme si de rien n’était. En plus, je suis sûr que notre ami l’orc est d’une discrétion sans faille, et un manteau rouge pétant comme celui de Séphiroth, personne ne le remarquera. Sans oublier la soif d’âme de notre cher psychopathe de service qui pourra pas s’empêcher de taper sur tout ce qui bouge et qui bouge pas aussi, d’ailleurs. Et tiens, Colargol fera une diversion en organisant un concours de boisson qui occupera la totalité de l'armée et...
- Si tu me laissais terminer ma phrase avant de t’énerver, Akayne? l’interrompit la magicienne d’une voix impatiente. Tu aurais alors entendu que le magicien est situé dans une clairière, dans ces petits bois là-haut.
- Ah... dans ce cas, considérez, belle demoiselle, que je n’ai rien dit, lui répondit-il, se rendant compte que les récents événements l’avaient peut-être trop tendu.
- Comment se fait-il que tous les magiciens humains soient des tapettes qui s’éloignent des combats pour rester à l’arrière tels les lâches qu’ils sont ? demanda Inferno.
- Dans notre cas, pour être à l’abri des flèches. Ce à quoi il n’a pas pensé, c’est qu’il ne serait certainement pas à l’abri de vous, des personnes extérieures. Tuez-le et rejoignez moi demain matin dans le bâtiment principal du quartier du gouvernement. Si vous ne le trouvez pas, demandez à n’importe qui. Tout le monde me connaît par ici. Et faites vite !

Ils suivirent donc la direction que leur avait indiqué la sorcière, tout en restant dans le couvert de la colline pour éviter de se faire repérer par des guetteurs ennemis. La forêt dont leur avait parlé la magicienne ne méritait pas cette appellation. Un bosquet avec une centaine d’arbres aurait mieux convenu. La clairière en question était située en plein milieu, et ils y débouchèrent très rapidement. Sous le couvert des arbres, ils purent y apercevoir non pas un magicien mais cinq disposés en pentagramme autour d’un sixième. Akayne chuchota aux autres :
- Ils sont six. Celui au centre doit être le chef.. Je vais faire le tour par derrière, m’approcher le plus possible et lui envoyer ma dague entre les omoplates. Si ça ne le tue pas, ça fera au moins une bonne diversion et vous n’aurez plus qu’à intervenir.
- Non, ça ne marchera pas, lui répondit Séphiroth. Leur disposition en pentagramme n’est pas un hasard. Il s’agit du cercle de Resheman. Le chef est protégé par un puissant bouclier que les cinq magicien autour maintiennent en place. Ta dague ne ferait que rebondir dessus. Le tuer est impossible tant que les autres sont toujours en vie. Eux sont vulnérables, bien que je sens un bouclier léger qui les protège également.
- Alors on fait comment ? demanda l’orc.
- Bah c’est simple ! - On met la sauce. - On tape plus fort, quoi ! lui répondit Colargol.
- Ca me va.
Inferno, Stendar et Colargol chargèrent tout droit. Akayne fut plus stratégique, choisissant de contourner les magiciens et de couper quelques têtes pendant que le reste du groupe faisait diversion. Tout en les contournant il observa la charge. Stendar était déjà en première ligne et envoya un coup de fléau vers le ventre d’un des magiciens, mais la tête de son arme rebondit contre le bouclier. Même pas une seconde plus tard, une boule de feu partit sur le même magicien, et il crut voir un miroitement autour de ce dernier. Stendar frappa de nouveau, mais cette fois, le coup porta et défonça la cage thoracique de l’homme. A côté de lui, Colargol se battait contre deux magiciens simultanément mais ses coups de gourdin clouté n’arrivaient pas à pénétrer l’armure magique des deux hommes. Il essaya de les contourner, mais le magicien du niveau supérieur, celui qui était à l’origine du champ de force protégeant l’armée, remarqua Colargol et invoqua un éclair, qui, au lieu de l’électrocuter, le souleva et l’envoya s’écraser contre l’arbre le plus proche.
Pendant ce temps, Inferno lança un bout de corde - une liane d’après ce que put voir Akayne - en direction de l’un des apprentis tout en prononçant des paroles étranges qui se répercutaient dans la clairière. Akayne doutait de l’efficacité de la technique, mais il constata que la liane, à présent tombée sur le sol, ne cessait de s’agrandir et de former de grandes boucles qui s’enroulaient en deux tas. Les deux tas grandirent très rapidement pour se réunir en un seul un peu plus haut pour à nouveau se diviser à un mètre de hauteur. Akayne vit alors ce que Inferno avait fait avec sa liane ; en même pas cinq secondes, il avait crée un monstre composé de lianes ! Il avait entendu parler de ce genre d’entités, crées à partir d’éléments naturels : les élémentaux. Mais c’était la première fois qu’il en voyait un en chair et en os, ou plutôt en lianes. Le monstre végétal sauta sur un des apprentis magiciens, et l’entoura de ses lianes, enserrant le bouclier et cherchant à le faire craquer.
Akayne était presque arrivé derrière un sorcier qui ne regardait pas dans sa direction, quand il se demanda où était passé Séphiroth. Il le vit à l’arrière, en train d’articuler des mots qu’il n’arrivait pas à entendre à cause du bruit de combat environnant. Puis des choses étranges se produisirent. Des longues ailes fantomatiques sortirent de son dos. L’air crépita autour de lui. Il commença à être pris de spasmes violents et sa peau fut soudain recouverte par une aura d’énergie bleutée qui pulsait autour de lui. On ne voyait désormais plus qu’une créature ailée constituée d’éclairs et d’énergie. Il ressemblait à... un démon ! Oui, ceux qu’on lui avait si souvent décrit, ceux qui sortaient de plans d’existence différents et qui contrôlaient un élément. Assurément, le monstre qu’il avait sous les yeux n’était plus du tout Séphiroth, mais un démon venu du plan de l’électricité et de la foudre ! Décidément, ce nécromancien avait un répertoire de sorts assez impressionnants et était plein de surprises ! Un des apprentis commença à incanter mais il n’eut pas le temps de terminer que la main griffue crépitante d’énergie de Séphiroth fonça vers sa gorge et, bien que ralentie par le bouclier, la main réussit à y pénétrer l’intérieur pour terminer son mouvement en sectionnant la carotide du pauvre homme. Il leva son bras ensuite vers l’un des magiciens et un éclair partit de ses doigts griffus pour annihiler son bouclier.
Personne ne tournant son regard dans sa direction, ses amis faisant une diversion plus qu’acceptable, Akayne fonça vers le magicien dont le bouclier était détruit et, d’un mouvement rapide du poignet, décapita le pauvre homme. Son cadavre tomba au sol et sa tête roula jusqu’au magicien de rang supérieur qui regarda alors dans la direction de Akayne. L’assassin remarqua rapidement que le sorcier n’était pas humain. Bien que sa morphologie soit identique, des écailles bleues lui recouvraient la peau, de la même couleur que ses yeux.. Akayne sauta au dernier moment derrière un arbre au moment où un éclair filait dans sa direction.
- Je commence à en avoir marre, des décharges électriques, s’énerva Akayne tout en regardant l’arbre calciné que l’éclair avait détruit.
Il jeta à nouveau un rapide coup d’œil à ses compagnons. Le magicien bleu s’était retourné et envoya à nouveau un éclair mais cette fois ci, sur Séphiroth, qui avait décollé du sol grâce à ses étranges ailes sans plumes. Le nécromancien-démon se prit l’éclair de plein fouet, ce qui le fit reculer d’un mètre ou deux dans les airs, avant de se redresser sans avoir l’air d’avoir subi une quelconque blessure. Un autre éclair partit, mais cette fois-ci lancé par Séphiroth, et détruisit le bouclier d’un des magiciens restant. Colargol, s’étant remis de son choc violent au moment où l’onde de choc l’avait fait percuter un arbre, profitant de l’occasion, envoya un coup de gourdin directement dans la tête de l’homme, un des clous se plantant profondément de son crâne. Pendant ce temps, le dernier apprenti, dont le bouclier avait disparu grâce aux coups répétés d’Inferno, fut tué étouffé par l’élémental de liane qui enserrait son cou.
- C’est bon, les apprentis sont morts ! Maintenant, on va s’occuper du rigolo bleuâtre... s’exclama Akayne
Le sorcier recula de quelques pas et incanta. Voyant ce qu’il essayait de faire, le groupe chargea à l’unisson en sa direction. Mais pas assez vite. Le magicien finit sa phrase, fit un ample mouvement du bras qui créa un mur de flammes autour de lui. Il prononça alors d’autres paroles et le mur se mit à avancer à une vitesse impressionnante vers les compagnons. La déflagration les prit par surprise. Ils se jetèrent tous à terre, se mettant à l’abri derrière une vieille souche d’arbre. Séphiroth, qui était encore dans les airs sous sa forme démoniaque, se la prit de plein fouet et s’écrasa au sol, retransformé en simple magicien un peu frêle. Inferno, Stendar et Colargol, bien que protégés par leur dérisoire souche, étaient brûlés à plusieurs endroits. Les flammes magiques, heureusement, étaient moins dangereuses que les vraies. L’élémental de liane prit feu, et en moins de cinq secondes, il n’en resta plus qu’un tas de cendres. Seul Akayne, qui était à l’écart du groupe, parvint à esquiver l’attaque. Il profita d’ailleurs de l’inattention du magicien pour lui porter un coup de dague au niveau de l’estomac. Sous la douleur, l’homme-lézard cria, tendit son bras en direction d’Akayne, paume levée, et une onde de choc semblable à celle qui avait blessé Colargol le toucha, l’envoyant voler au loin pour s’écraser lourdement au sol. Il essaya de se relever, mais il avait de nombreuses contusions et s’était sûrement cassé la jambe gauche, et le moindre effort lui coûtait de très nombreuses et très pénibles souffrances. Il se résigna à se lever, se contentant de tourner la tête afin de voir comment les autres s’en sortaient. Alors il vit quelque chose qui le découragea encore plus. Le magicien venait de réciter une autre incantation et les deux corps des apprentis non calcinés par son précédent mur de flammes se relevèrent, remettant en place son bouclier d’invulnérabilité.
- C’est pas vrai... Moi et ma grande g... grommela Akayne au prix de douloureux efforts.
Il continua de regarder ses compagnons. Séphiroth, qui ne semblait pas avoir été affecté outre mesure par le mur de flammes magiques, si ce n’était qu’il était redevenu humain, grommela quelque chose et sortit un pistolet à silex de l’une de ses poches, qu’il avait très certainement récupéré sur l’un des gardes morts tué par le reptile géant. Akayne le vit appuyer sur la détente, et vit également le nouveau désastre qui s’en suivit.
Les pistolets à silex étaient le fruit d’une technologie récente, et certains avaient des défaillances que l’on n’avait pas encore réussi à éliminer, et Séphiroth venait de faire l’expérience des affreuses conséquences de ces défaillances. En effet, le projectile était resté coincé dans le canon et l’étincelle qui faisait partir la balle fit exploser l’arme dans les mains du malchanceux nécromancien. Il ne restait plus de sa main qui tenait l’arme qu’un horrible moignon sanglant.
Il poussa un effroyable hurlement de douleur et tomba à genoux, serrant contre lui son bras blessé, le sang formant un contraste de rouge sur sa veste.
Akayne vit alors un des apprentis réciter une formule et agita les mains en direction du nécromancien. Il allait tuer Séphiroth ! Au diable la douleur ! Il fit appui de toutes ses forces sur son bras droit, moins contusionné que le gauche et réussit à se relever au prix de douloureux efforts. Il avait mal partout mais qu’importe. Il fallait qu’il l’aide. Il attrapa sa dague et la lança de toutes ses forces vers l’apprenti. La dague, après avoir effectué plusieurs tours dans les airs, se planta dans sa main, interrompant le sort de boule de feu qu’il destinait à Séphiroth. S’il ne l’avait pas sauvé, au moins lui avait-il accordé un répit.
Après avoir utilisé ses dernières forces, Akayne retomba lourdement sur le sol, et fit la seule chose qu’il était capable de faire dans son état, c’est à dire observer.
Stendar, Inferno et Colargol s’étaient relevés. Le barbare chargea l’apprenti que Akayne avait blessé et abattit son arme sur sa tête, la transformant en un tas immonde de pulpe rouge. Colargol, qui avait perdu son gourdin sauta sur l’apprenti restant, le projeta à terre et lui tordit la nuque. Le magicien de rang supérieur était enfin vulnérable. Il se préparait apparemment à se battre au corps à corps, ayant utilisé la totalité de ses sorts. Il fit tournoyer son bâton. Colargol se releva et le chargea, la tête en avant. Un revers du bâton lui tapa dans l’épaule et l’envoya au sol. Il n’eut pas le temps de fêter cela car un coup de poing magistral d’Inferno le cueillit en pleine mâchoire, lui faisant perdre la plus grande partie de ses dents. Le magicien tomba en arrière et essaya de se retourner. La dernière chose qu’il vit était un objet rond couvert de pics accroché à une chaîne fonçant vers sa tête.
Séphiroth se releva, serrant toujours son moignon contre lui et grimaçant de douleur. Il s’approcha de Stendar et lui dit d’une voix faible mais pleine de colère :
- J’espère que ton maître le fera bien souffrir.
Il se détourna ensuite et récupéra la dague de Akayne plantée dans la main de l’apprenti. Il se dirigea ensuite en direction du cadavre du magicien homme-lézard. D’un mouvement net et précis, il lui trancha la main et la mit en poche. Il se dirigea ensuite vers Akayne, l’aida à se relever et lui rendit sa dague.
- Merci, lui dit Séphiroth.
Akayne hocha la tête et marcha en boitillant en direction des autres. Séphiroth leva la tête et leur dit alors avec une voix parfaitement neutre :
- Le temps se couvre.
- T’as une main en moins et tout ce qui t’intéresse, c’est le temps ? lui demanda Inferno avec étonnement.
Il vit et entendit alors une série d’éclairs s’abattre non loin, plus précisément en direction de Stormwind. La magicienne venait d’abattre l’armée qui soutenait le siège. Le groupe se mit donc en marche en direction de la ville, Colargol soutenant à la fois Akayne et Séphiroth, les faisant marcher avec un équilibre très précaire.

***

Colargol était satisfait. Non seulement ils étaient enfin arrivés en ville, mais en plus, ils avaient récupéré pas mal d’argent dans la tente du chef ennemi qui dirigeait l’assaut. Carbonisé comme il l’était, il n’en avait sans doute plus besoin. Il avait envie de s’amuser et de dépenser l’argent pour assouvir ses pulsions naturelles en tant que représentant de la caste mâle, mais Inferno et Stendar n’avait pas été du même avis, et s’étaient dirigés vers le forgeron de la ville. Il avait protesté avec véhémence et était parti en sens inverse, mais avait rapidement fait demi-tour quand Séphiroth lui avait rappelé l’existence du champ de force. Ses compagnons partirent vers l’armurerie et, malgré ses bruyantes protestations, il se décida à les suivre.
Boarf ! De toute façon, il avait besoin d’une nouvelle arme, ayant perdu son beau gourdin clouté dans la forêt. Il trouva rapidement son bonheur : un magnifique gourdin dont dépassaient des gros clous, assez semblable à son ancienne arme. Stendar voulut une armure à pointes, ce qui le faisait ressembler à un hérisson, mais y renonça après avoir constaté que cette dernière entravait trop ses mouvements. Un hérisson ? Voilà qui ouvrait l’appétit de Colargol. L’orc, Inferno, s’acheta une hache dont la poignée était une tête de mort sculptée. Ca avait de la classe. Akayne, lui, prit une armure de cuir noire ainsi qu’une dague qui, d’après le vendeur, pourrait découper un ours en deux en un seul coup. Un ours... Il pensait encore à la nourriture. Il fallait qu’il mange quelque chose ! Séphiroth, qui s’était séparé du groupe et qui était entré dans la boutique d’en face, entra soudainement dans l’armurerie, et pas avec une, mais deux mains dont l’une était gantée. Inferno, visiblement aussi surpris que le reste du groupe, le questionna sur ce miracle. Pour toute réponse, Séphiroth retira son gant et Colargol vit que sa nouvelle main était bleue, écailleuse et griffue. Celle de l’enflure qu’ils avaient tué ! Séphiroth remit son gant en silence, et chacun reprit ses activités. Séphiroth eut vite choisi ses achats. Il prit une armure légère, qu’il enfila sous son manteau rouge. Ces magiciens, aucun goût au niveau vestimentaire !
- Bon, c’est pas tout ça, mais j’ai la dalle, moi, dit-il.
- Ouais, moi aussi, j’ai les crocs ! dit-il aussi.
- C’est clair ! C’est pour quand la boustifaille ? demanda t-il également.
Tout le groupe convenant qu’il était l’heure de manger, ils se mirent à chercher une auberge. Ils finirent par en trouver une à l’aspect modeste mais accueillant, Au dragon dormeur. Ils s’assirent à la table la plus proche et une serveuse s’approcha pour les accueillir et prendre leurs commandes.
- Bonsoir. Bienvenue à l’auberge du dragon dormeur. Vous désirez ?
Colargol prit la parole en premier.
- Alors, je vais me prendre un steak d’ours et 2 pintes de bière.
- Et moi... commença Inferno, qui fut interrompu par Colargol.
- Moi, je prendrais un gros jambon fumé et un tord-boyaux
- Et je voudrais la même chose que lui, continua t-il.
La serveuse n’y comprenait visiblement rien et semblait en plein désarroi.
- Ne cherchez pas à comprendre, lui ordonna Séphiroth. Prenez juste les commandes sans poser de questions.
- Bon, euh... très bien. Et pour vous, monsieur l’orc, ça sera ?
- Une cuisse de bœuf et votre bière la plus solide.
- Et pour vous ? demanda t-elle à Stendar.
- Un steak... très saignant et une bière.
- Pour moi, des côtes d’agneau, quelques légumes et un pichet de vin, continua Séphiroth.
La serveuse était visiblement étonnée par le contraste étrange de la dernière commande par rapport aux précédentes. Elle demanda ensuite à Akayne ce qu’il souhaitait.
- Un gigot, deux, trois légumes et une bière, lui dit-il avec un petit sourire, qu’elle s’empressa de lui rendre.

Le repas fut délicieux et personne ne laissa quoi que ce soit dans son assiette, les péripéties de la journée les ayant vraiment affamés. Surtout Colargol qui mangea pour trois et but pour six. La soirée dura, et après avoir payé leur repas et la nuit, ils gagnèrent leurs chambres. Colargol avait dépensé le reste de son argent pour payer une fille pas trop chère pour la nuit. Il avait proposé à Akayne de l’imiter mais il lui avait répondu qu’il avait déjà un rendez-vous avec la serveuse. Quel radin, celui-là ! Il ne veut même pas payer pour avoir une fille !

***

- Quoi encore, sergent Brogan ?
Le capitaine Karsteen était d’une humeur massacrante. Relâcher les quatre prisonniers pour le capitaine Dunhold avait fait tourner un petit engrenage, mettant en route la terrible machine bureaucratique. Cela faisait maintenant deux jours entiers qu’il devait remplir formulaire sur formulaire, obligé de trouver des raisons officielles de la libération des prisonniers. Sans bien sûr oublier les interruptions incessantes du sergent qui venait le déranger pour des banalités. Brogan s’était fait muté ici pour aider, mais il posait plus de problèmes qu’il n’en résolvait, étant d’une stupidité et d’une inutilité plus qu’agaçante. « Capitaine Karsteen, un gamin a fait du vol à l’étalage. Je ne me rappelle plus ; dans ce cas, il est condamné à dix ans de prison ou à la peine de mort ? », « Capitaine Karsteen, il y a un mendiant qui me dit qu’il s’est fait tuer il y a une semaine, je prends sa déposition ou non ? », « Capitaine Karsteen, je ne me rappelles plus, les toilettes, c’est à gauche ou à droite ? » n’étaient que des exemples de ce que le capitaine devait supporter toute la journée.
- Des gens désirent vous voir. Ils disent que c’est d’une importance vitale.
- Dis leur d’aller voir ailleurs si j’y suis, répondit avec lassitude Karsteen. S’ils insistent, prends leur déposition et envoie-les balader.
- Euh, je crois que ça va pas être possible, capitaine.
- Et pourquoi donc, caporal ? lui demanda t-il avec un énervement croissant.
- Euh, moi je suis sergent, chef.
- Plus pour très longtemps...
- Enfin, ce sont, euh... des gens assez importants, si vous voyez ce que je veux dire...
- Bon, j’ai compris. Va les chercher, dit-il avec un soupir de résignation.

Quatre personnes entèrent dans son bureau. Karsteen fut ébloui par la beauté, la grâce des quatre personnages en face de lui. L’un d’entre eux se mit plus en avant que ses compagnons, certainement leur chef. C’était un homme de grande taille aux yeux bleus et au regard très vif, aux cheveux blancs tombant jusqu’au cou, et une expression d’autorité absolue se peignait sur son visage. Il était habillé d’un long manteau bleu ciel sous lequel il portait une armure faite d’un métal assez étrange qui irradiait une belle lumière blanche. Il avait les deux mains le long du corps, l’une d’elles serrant le pommeau d’une épée rangée dans son fourreau lui aussi bleu, mais avec quelques motifs rouges ressemblant à des runes elfiques.
Derrière lui se tenaient deux femmes et un homme. La première était la représentation type de la guerrière. Les cheveux rouges, les yeux bleus et durs, et le visage magnifique mais très ferme, montrant une détermination sans faille. Elle portait une armure lourde ornementée de symboles rouges par endroits et n’avait pour arme que ses deux gantelets au bords métalliques et tranchants.
La deuxième femme, plus petite et plus en retrait, portait une simple robe blanche assez ample sur laquelle était symbolisé une main bleue auréolée, symbole du dieu du bien qui, étrangement dans ce monde où les dieux sont omniprésents, ne possédait pas de nom connu par les mortels. Sa robe était serrée par une simple lanière de cuir brune, sur laquelle une dague assez fine était accrochée. Une prêtresse très certainement. Ses traits étaient beaucoup plus doux que ceux de l’autre femme, et laissaient paraître la bonté et la gentillesse qui émanaient d’elle. Elle aussi était d’une grande beauté, et ses cheveux châtains qui retombaient en boucle vers le bas de son dos ne la rendaient que plus séduisante
L’homme à coté d’elle était lui aussi assez petit, environ un mètre soixante-dix et semblait perdu dans ses pensées, ses yeux gris observant un point invisible de la pièce. Les cheveux en bataille, il ne possédait aucune arme et le symbole du dieu du bien était également gravé sur sa longue robe blanche. Il portait également un médaillon aux reflets dorés représentant une croix traversée par trois petits arcs de cercle, symbole d’Atèlès, la déesse de la guérison et du repos. L’homme était sûrement guérisseur.
- Je souhaiterais vous demander si vous avez connu des événements étranges ces derniers temps.
Karsteen se crispa. Les gens qui posent ce genre de questions ne peuvent appartenir qu’à deux catégories ; soit ce sont des espions cherchant des informations, soit ce sont des fous à la recherche de petits bonshommes verts. Etant donné la carrure solennelle de ces hommes, il rejeta rapidement la deuxième possibilité. Il s’était débarrassé du dernier espion sans trop de dégâts mais il était seul, et ces quatre là semblaient plus problématique.
- Bon, pour faire bref, il y a ce conflit qui s’étend un peu partout sur les terres de la Baronne ainsi que des rumeurs de villages dont la population est massacrée du jour au lendemain sans raison apparente. Il semblerait que c’est un règlement de compte entre deux magiciens de très haut niveau. Sinon, rien à signaler.
Il oubliait de parler de l’incident Dunhold, mais, ne savant pas dans quels camp étaient les quatre personnes en face de lui, il préférait s’abstenir de donner trop d’informations. Ce qu’il avait dit était déjà connu par toute la baronnie.
- Vous m’avez mal compris, capitaine Karsteen. Je demandais si quelque chose d’étrange s’était produit récemment ici.
La gorge du capitaine se serra. Ces gens cherchaient certainement un des prisonniers qu’il avait confié à Dunhold. Là, il avait un sérieux problème. En voulant préserver ses hommes, il avait peut-être compromis une mission secrète dont on ne l’avait pas informé. Les quatre personnes en face de lui n’avaient pas l’air de plaisanter, et Karsteen redoutait que ceux-ci comprennent qu’il avait relâché des prisonniers sans autorisation officielle. Il fallait avertir Trevlar de la menace qui planait sur lui. C’était son erreur, et il l’assumera une fois qu’il aura compris de quoi il en retourne en se renseignant chez les services secrets de la baronne. Mais avant, il fallait se débarrasser de ces quatre espions.
- Aucun incident n’est à déplorer ici, bien que nous redoutons l’éventualité d’une attaque à tout moment. Les forces chaotiques qui sévissent en ce moment semblent frapper au hasard, et il faut se préparer à tout. Nous sommes en état d’alerte permanent. Vous cherchez quelqu’un ou quelque chose en particulier ?
Karsteen tentait tant bien que mal de soutirer quelques informations aux quatre personnages.
- Nous cherchons quelqu’un d’extrêmement dangereux, représentant une très grande menace pour nous tous, déclara la femme au cheveux rouges d’une voix dure et impulsive.
- Severina, reste calme, s’il te plaît.
Karsteen regarda rapidement la femme, sentant une sorte de nervosité empreinte de colère. Elle semblait en vouloir personnellement à la personne qu’ils recherchaient. Et il n’était pas plus avancé au sujet de cette personne.
- Nous vous avons fait assez perdre de temps comme ça, capitaine Karsteen, conclut enfin le chef des espions. Je vous souhaite une bonne journée.
A ces mots, il se retourna et sortit du bureau, ses trois sous-fifres sur les talons. Karsteen vérifia par la fenêtre que les quatre individus sortaient bien du bâtiment, puis écrivit une lettre au quartier général des armées de la Baronne, situé à Stormwind.

***

Severina quitta la caserne-prison avec ses compagnons. Elle était furieuse. L’humain Karsteen savait visiblement quelque chose, mais Virgile avais mis fin à la rencontre avant qu’il n’aie dévoilé quoique ce soit d’intéressant.
- Virgile, explique toi. Nous sommes partis sans rien avoir appris d’utile !
- Laisse moi te contredire, ma chère sœur, répondit Artemis, malicieusement. Il nous en a appris beaucoup, bien au contraire. Pendant la conversation, j’ai pris le temps de regarder les papiers sur le bureau du capitaine ; ils concernaient des rapports d’arrestation. Il nous a donc menti. Il s’est bien passé quelque chose ici récemment.
Severina comprit. Il avait l’habitude de brouiller les pistes derrière lui. Il avait dû corrompre l’officier.
- Son état actuel doit avoir quelque chose à voir avec le conflit dont les gens n’arrêtent pas de parler, dit Marneus.
- Bonne déduction, mais il reste à déterminer quel est le rôle qu’il joue dans cette histoire, lui répondit Virgile.
Virgile et Marneus avaient raison. La réapparition du pouvoir de la marque dans la baronnie d’Alianile et les événements récents devaient être liés. Les coïncidences n’existent pas. Cependant, elle ne comprenait toujours pas pourquoi Virgile avait interrompu la discussion avec Karsteen.
- Interrogeons le garde, il sait forcément ce qu’il se passe, insista t-elle.
- Je doute qu’il soit au courant de la gravité de la situation et même si Corteaz l’a corrompu, vous savez bien qu’il est plus discret que cela.
- Encore une fausse piste, affirma Marneus.
- Peut-être pas, continua Severina. Interrogeons tout de même l’officier, il aura peut-être des informations importantes à nous divulguer. On a carte blanche après tout.
- Severina, sans vouloir te manquer de respect, tes méthodes ont tendance à fermer autant de portes qu’elle n’en défonce.
Virgile avait manqué de tact, mais il savait que ce n’était que de la sorte qu’il la ferait adhérer à sa méthode.
- Je pense avoir un autre plan, concernant le capitaine, qui sera certainement bien plus rentable et bien plus délicat.
- De quoi s’agit t-il ? demanda Severina, impatiente.
Elle connaissait bien Virgile. Il allait encore leur sortir un de ses plans complexes dont il avait le secret, mais qui s’avéraient toujours très pertinents et qui fonctionnaient presque toujours. Que pouvait t-il bien avoir en tête cette fois ci ?
- Cet officier, corrompu ou pas, est un professionnel. Ses actions futures sont donc prévisibles.
- C’est à dire ? demanda Artemis.
- Il a eu assez peur de nous et des questions que nous allions poser. Il nous a menti car il sait qu’il a fait quelque chose qu’il ne peut pas révéler à n’importe qui. Cependant, nos questions et notre présence l’ont effrayé, et il va par conséquent chercher à contacter ses supérieurs ou des personnes plus aptes à contrôler la situation.
- Mais nous ne savons pas ce qu’il cache précisément.
- Certes, pas en détail, mais nous savons qu’il y a eu des prisonniers ici récemment dont il ne voulait pas parler. Nous pouvons presque parier qu’ils n’y sont plus.
- Tu penses qu’il les a libérés ? demanda Artemis, qui commençait à comprendre son raisonnement.
- Ou transférés.
- Mais pourquoi aurait-il menti ?
- Il a peut-être reçu l’ordre d’un supérieur de se taire... Il m’avait l’air très loyal et rien de mauvais n’émanait de lui. Je doute donc qu’il les ai libérés de son plein gré. Les prisonniers étaient donc suffisamment importants pour que des personnes haut placées s’y intéressent.
- Sauf que si nous sommes sur la bonne piste et qu’il est parmi les prisonniers, je doute que ses geôliers savent quelle menace il représente. Si ce capitaine a réussi à le faire prisonnier, c’est que Corteaz y consentait. Il ne se serait jamais fait capturer par de simples humains et...
- ...nous venons de faire comprendre au capitaine de manière implicite que l’un des prisonniers est dangereux, et il va donc prévenir ses supérieurs.
- Très bon raisonnement, mes élèves, fit une voix plus grave, qui n’appartenait à aucun d’entre eux.
Virgile regarda le nouveau venu, et le reconnaissant, lui demanda :
- Maître Ezechiel, qu’ont donné vos recherches ?
- Il était bel et bien dans cette auberge, et c’est bien à cet endroit que sa marque est réapparue.
- Y a t-il des témoins ?
- Je crains que non. Il n’y a aucune trace des personnes qui étaient présentes le soir où la marque s’est réactivée. Il faut croire que quelqu’un s’est occupé des témoins, sûrement Corteaz lui-même. J’ai même tenté de lancer un sort de clairevision pour voir les événements passés ici, mais une présence m’en empêche. Quelque chose concernant Corteaz s’est produit là-bas et je pense que cela a quelque chose à voir avec le conflit entre magiciens dont les villageois parlent. Il semblerait que des villages entiers se font décimer par des forces inconnues un peu partout dans la baronnie, et il semblerait que ces raids se propagent même au-delà. On comptabilise déjà des milliers de morts. Je n’ose même pas imaginer ce qui va suivre.