IV-] Il y a comme un lézard...


Les anges et les démons sont deux races s’affrontant depuis la nuit des temps. Contrairement à la pensée populaire, un ange n’est pas un être vivant ayant fait tellement de bien qu’il méritait d’être ressuscité sous une forme plus pure. On naît ange, on ne le devient pas. Cependant, le but des anges est bel est bien de défendre le monde des démons, ainsi que de promouvoir la vertu et la grandeur d’âme, permettant ainsi de faire régner la paix entre les différentes races terriennes. Ils vivent sur le même plan d’existence que les races qu’ils protègent mais se cachent d’eux, ne voulant pas que des humains ou une quelconque autre race se mette à les honorer ou à les déifier. Ils reçoivent leurs ordres par le Seigneur, ce dernier étant un ange élu pour être les plus fervents serviteurs de leur Dieu du bien dont le nom n’est prononcé que par ceux désignés comme les anges les plus purs. Les autres l’appellent Sa Sainteté. Leurs ennemis, les démons, vivent dans un autre plan d’existence communément appelé « Les Abysses », ce qui leur permet d’observer tout se qui se passe sur la planète. Il existe sept démons majeurs et des centaines de démons mineurs, ces deux classes étant vénérées par des cambions, créatures maléfiques crées par millions par les démons majeurs afin de peupler leur plan d’existence d’esclaves potentiels. Chaque démon sait qu’en contrôlant la totalité des Abysses, il pourrait ouvrir des portails n’importe où dans notre monde et acquerrait des pouvoirs illimités, et c’est pour cette raison que de nombreux conflits font rage entre démons inférieurs surtout, et en de rares occasions entre démons majeurs. N’importe quel démon peut exercer son influence maléfique sur des êtres vivants, et plus il est puissant, plus il peut en influencer afin de les faire servir sa cause. Le seul véritable point faible d’un démon, qui peut également devenir sa principale force, est le fait que pour assurer leur pouvoir sur notre monde, ils doivent désigner un champion qui servira leur cause. Ce champion est choisi dès sa naissance et est corrompu jusqu'à l’âge de ses dix-huit ans, jour où le démon doit lui donner un fragment de son âme si le champion l’accepte. S’il refuse, il est tué et un nouveau champion est désigné. Le champion représente son maître sur Terre et collecte des âmes pour son maître, mais s’il meurt, cela affecte grandement son maître dans les Abysses, ce qui donne un net avantage à ses ennemis voulant l’éliminer pour récupérer ses terres et acquérir davantage de pouvoir.

- Hé Inferno ! Je sais pas ce qu’ils foutent dans ta bière mais c’est génial ! s’exclama Colargol. Franchement trop délire ! Depuis qu’on est dans cette forêt, je vois plein de trucs bizarres qui traversent les arbres et puis il y a aussi des yeux qui nous observent ! Je vois même des ombres bizarroïdes qui nous suivent !
- Ce n’est pas la bière qui fait ça, lui répondit Séphiroth. Il y a des esprits dans cette forêt. Je les vois et les entends. Ils nous regardent depuis un moment. Ils doivent chercher une proie. Mais pourquoi n’approchent-ils pas ? Et d’où peuvent-ils venir ?
- Ils sont là depuis des années, annonça Stendar
- Et comment sais-tu cela, si je peux me permettre ? demanda Sephiroth
- Disons que je suis familier aux lieux. Ne vous inquiétez pas, ils n’attaquent que ce qui est moins méchant qu’eux... Restez près de moi.
- Familier aux lieus ? s’interrogea Akayne
- C’est chez moi.
Sephiroth leva les yeux, laissant paraître sa surprise. Il ne lâcha qu’un seul et unique mot :
- Intéressant...
- Heu... ouais, si on veut...lui répondit Akayne d’une voix mal assurée. Mais dis-moi, Sephiroth, tu sembles en connaître beaucoup sur ce genre de phénomènes. Je ne me trompe pas ?
- En effet, je me spécialise dans l’étude de « ce genre de phénomènes ».
- Nécromancien, hein ?
Une expression amusée apparut sur le visage de Sephiroth
- Décidément, malgré les années, je ne cesse de m’étonner par l’ignorance des différentes races de ce monde. Et ce qui m’énerve le plus, c’est cette exaspérante manie de vouloir tout catégoriser grâce à des mots vides de sens. Sais-tu vraiment ce qu’est un nécromancien ? Non, bien sûr. Ce que je veux dire c’est que cela ne sert à rien de vouloir tous nous mettre dans un tableau comparatif et que...
- Bon, t’as assez débité ! Réponds à ma question et dis moi si tu es bien un nécromancien.
- J’étudie effectivement cette forme de magie, entre autres, répondit Séphiroth en poussant un soupir d’exaspération. Mais ce n’est qu’un outil que j’utilise, on ne peut donc pas me qualifier de nécromancien dans le sens où tu l’entends.
- Un outil pour quoi faire ?
Il n’obtint aucune réponse. Sephiroth continua de marcher sans plus ouvrir la bouche durant le reste du trajet, tandis que Colargol se lançait dans un long débat sur les effets hallucinogènes de l’alcool.

***

Cela faisait plusieurs heures qu’ils marchaient et la sortie de la forêt apparaissait devant Colargol. Enfin ! Ils allaient pouvoir foutre sur la gueule à la sorcière !
- Vache ! On y est enfin ! Les esprits avec des yeux luisants, c’est rigolo, mais on s’en lasse, quand même. On va enfin se la faire, cette baston !
- Je vois pas pourquoi tu es si joyeux, répliqua Akayne. On va se battre contre une magicienne aux pouvoirs magiques très puissants qui va certainement tous nous tuer et...Bon sang ! C’est quoi, ça ?
Ils venaient de sortir de la forêt pour atterrir sur une route qui descendait le long d’une colline. Et en bas de la route, il y avait un petit campement, certainement celui de la sorcière. Et à côté du petit campement, il y avait un énorme reptile d’environ six mètres de haut qui se battait contre une demi-douzaine de gardes armés de pistolets à silex, d’après les bruits que l’on pouvait entendre. Le monstre gigantesque se tenait debout sur ses deux pattes arrières, toisant de haut les gardes. A la place de bras elle possédait 2 tentacules relativement petites. Sa tête était allongée vers l’avant, mettant en valeur sa dentition impressionnante. Sa queue fouettait l’air à ras du sol, percutant les gardes qui n’étaient pas assez rapides pour esquiver.
- Par l’enfer ! s’étrangla Séphiroth. D’où diable sort ce monstre ?
- Te gênes pas pour aller lui demander... ironisa Inferno
Séphiroth ignora la remarque et proposa de laisser le reptile faire le travail puisqu’il semblait en vouloir également à la sorcière. Cependant, Colargol devina que le magicien blanc ne devait pas être de cet avis, car sitôt après avoir fait cette remarque, Sephiroth s’était effondré sur le sol comme frappé par une force invisible. Il décida donc de s’en tenir au plan de départ et chargea, et vit qu’il était suivi par le reste du groupe qui n’avait pas envie de subir le même sort que le nécromancien qui n’en était pas un d’après ses dires.
A peine eut t-il parcouru vingt mètres qu’il se sentit ralenti, comme si l’air s’épaississait. Il regarda derrière lui pour voir ce qui le ralentissait et aperçut le corps de Sephiroth, tracté par le champ de force, qui dévalait maintenant la pente. Sans s ‘en soucier outre mesure, il poursuivit sa charge.
Arrivés à une dizaine de mètres de l’énorme lézard aux bras tentaculaires, Inferno s’arrêta, mis ses mains contenant chacune un petit bâton en avant et frotta ces derniers l’un contre l’autre. Une boule d’énergie électrique se forma alors et Inferno pointa ses index en direction du monstre. La boule d’énergie se déploya alors et fila droit vers le ventre de l’animal sous forme d’éclair. Ce dernier, ayant ressenti la douleur et ayant ses chairs brûlées à l’endroit où l’éclair l’avait frappé se détourna des gardes de la caravane et chargea dans la direction de leur groupe, droit vers Colargol.
- Euh... les gars, il a l’air furax, là. On fait quoi ? - Bah tu t’en fous ! On le cogne. - Vu le gabarit de la bestiole, faudrait plutôt l’éviter, non ?
Il n’eut pas le temps de passer aux actes que le lézard était déjà sur lui, la gueule grande ouverte prête à le croquer. Heureusement, le monstre n’eut pas le temps de terminer son mouvement grâce à Stendar qui, ayant eu le temps de rejoindre le soudard, envoya un coup de fléau dans la mâchoire inférieure du lézard. Malgré la force du coup, Le monstre semblait ne pas avoir senti grand chose et tenta à nouveau d’attraper le poivrot, tout en ignorant royalement le barbare. Colargol, qui s’était décidé pour l’esquive et non l’attaque, évita le claquement de mâchoires grâce à un rapide saut en arrière.
- Ca va, je vais bien ! - Mais punaise, l’haleine qu’il a !
Tout en parlant, il profita de la proximité du museau du monstre pour lui décocher un coup de gourdin. Le lézard géant recula et poussa un effroyable rugissement. Les gardes, qui semblaient s’être ressaisis, ouvrirent le feu avec leurs pistolets à silex sur la créature. Celle-ci fit volte face afin de considérer cette nouvelle menace, en attrapa un entre ses dents tout en en profitant pour envoyer un coup de queue d’une force impressionnante à Stendar qui décolla du sol et atterrit quelques mètres plus loin. Le barbare se releva sans broncher, esquissa un rictus maléfique et chargea à nouveau en direction du monstre pendant que ses yeux viraient de plus en plus vers le rouge. Entre-temps, le lézard avait déjà englouti son garde et en avait attrapé un autre entre ses dents qui hurlait de terreur.
Akayne profita de la diversion des gardes pour se glisser sous les jambes du monstre, et planta rageusement sa dague dans son estomac. Malheureusement pour lui, les écailles du reptile étaient plus résistantes que prévu et sa dague se figea dans le ventre du monstre, alors que seul le tiers de la lame avait réussi à y pénétrer. Le monstre, ayant senti la piqûre, souleva sa patte et essaya d’écraser l’assassin blond désarmé. A nouveau, ce fut un coup de fléau qui interrompit le mouvement du monstre, détourna la patte et, grâce à l’incroyable puissance du démon, déséquilibra le reptile, le faisant lourdement tomber sur le sol.
Akayne, qui avait préféré la survie à sa dague, avait eu le temps d’éviter la chute du monstre - et par conséquent, de se retrouver en deux dimensions contre son gré - n’avait pas pu s’empêcher de voir que deux autres gardes étaient étalés sur le sol, la boite crânienne défoncée par le fléau du barbare, « son sauveur », pour la simple raison qu’ils avaient du se trouver sur son chemin lors de sa charge vers le monstre. Il entendit alors derrière lui Sephiroth, apparemment remis de sa chute, qui parla d’une voix à la fois sinistre et prophétique:
« Et il connaîtra la douleur »
Akayne regarda en direction du monstre qui avait failli le tuer et vit ce qu’avait fait Sephiroth. Le lézard était pris de spasmes tandis que des runes apparaissaient tout le long de son corps. Le monstre cria de douleur tandis que sa peau semblait moisir aux endroits où apparaissaient les runes. Les runes disparurent quelques secondes plus tard, et le lézard se releva par la force de ses bars tentaculaires qui s’étaient solidifiées et étrangement agrandis, de minces filets de sang coulant un peu partout le long de son corps, et il semblait pris d’une véritable frénésie sanguinaire. Poussant un cri de rage, sa queue battant furieusement l’air et ses bras s’agitant en tous sens, le monstre les chargea à nouveau.
- Mais c’est pas vrai ! On le tue comment, bordel ? s’énerva Akayne.
Comme en réponse à sa question, Stendar et Colargol frappèrent simultanément dans la jambe déjà blessée du lézard, tandis qu’un autre éclair partit des bâtons d’Inferno pour se diriger également vers cette patte. Le monstre poussa à nouveau un cri de douleur et s’effondra à nouveau, ne pouvant garder l’équilibre sur une seule patte. Il continua à faire claquer ses mâchoires en direction de Colargol, mais il était trop affaibli pour faire d’autres mouvements dans sa direction. La dernière chose qu’il vit fut une tête de fléau, partant directement en direction de son cou, le seul endroit où il était vulnérable. Stendar trembla alors légèrement, ferma les yeux et eut un sourire en coin au bord de ses lèvres, comme s’il était au bord de l’extase. Sephiroth fut le seul à deviner ce qui se passait. Le barbare venait d’offrir une force vitale de choix à son maître et celui-ci lui faisait partager pleinement de sa puissance en récompense, rendant Stendar plus fort mais également plus dangereux. Il allait devoir se méfier encore davantage de ce guerrier possédé. Et éviter que ce dernier ne tue d’autres puissants adversaires .

***

Sephiroth, comme à son habitude, analysa la situation. Il avait toujours agi ainsi, préférant toujours réfléchir avant d’agir. Il méprisait les humains qui agissaient sous le coup d’émotions, perdant alors tout sens du raisonnement. C’est d’ailleurs cela qui lui avait sauvé la vie à plusieurs reprises. Cette faculté lui permettait de déterminer les choix qu’il avait, lesquels semblaient raisonnables et quels plans avaient des chances de réussir.
Le monstrueux lézard était mort, mais les gardes l’étaient également. Neutraliser la sorcière serait plus facile, maintenant que son escorte était hors d’état de nuire. Enfin, le mot facile était assez mal employé... la sorcière avait une puissance impressionnante. Il l’avait senti juste avant le combat, quand il était tombé à terre, presque inconscient. Il n’avait pas eu la force de dire à ses camarades que ce n’était pas le magicien blanc qui l’avait étalé, mais un contrecoup du sort qu’avait lancé la sorcière sur la bête. Etrangement, il avait agi comme un aimant sur le sort qu’elle avait lancé, et celui-ci s’était détourné pour foncer droit sur lui. Le sort, qu’il connaissait pour l’avoir déjà vu à l’œuvre, faisait imploser n’importe quel reptile qui était la cible. Il n’avait pas implosé, mais toute la puissance dégagée par le sort de la magicienne l’avait percuté et envoyé à terre, le neutralisant temporairement. La charge de ses compagnons n’avait rien arrangé, car le champ de force les entourant l’avait entraîné et l’avait fait dévaler toute la pente, lui provoquant de multiples contusions. Il s’était relevé et avait rassemblé ses dernières forces pour lancer une malédiction sur le lézard, un sort dont il s’était rappelé il y a peu, mais cela avait drainé ses forces et il était maintenant à bout de force. Ayant tâté de la puissance de la magicienne, il ne tenait pas à l’affronter, encore moins dans son état. Enfin, il n’avait pas vraiment le choix... et peut-être, avec beaucoup de chances, l’un de ses compagnons cachait une botte secrète, ou avait un plan quelconque pour tuer cette sorcière. Il était d’ailleurs vraiment dommage de devoir la tuer. En d’autres circonstances, il aurait peut-être pu s’entendre avec elle, en temps que collègues.
Tant pis, pensa t-il avec résignation. Il ramassa un pistolet à silex sur l’un des gardes morts et avança, tout comme les autres membres du groupe, vers la caravane. Sans rancune, pensa t-il alors qu’il n’était plus qu’à un mètre de la porte de la caravane. Ce à quoi il ne s’attendait pas, c’est qu’une voix féminine lui réponde par télépathie.
Sans rancune
Au même moment, la porte de la caravane s’ouvrit et une séduisante jeune femme en sortit. D’après la puissance qui émanait d’elle, il devina que ce devait être la magicienne, leur cible. Il estima rapidement qu’elle devait avoir à peu près la moitié de son âge. De longs cheveux roux bouclés, un visage si fin qu’il aurait pu être elfique, les yeux gris-verts pétillants, un sourire apparaissant sur ses lèvres sensuelles, la magicienne avait tout pour plaire. De plus, elle portait une robe blanche qui commençait largement en dessous de ses épaules et qui se finissait au niveau de ses chevilles, découvrant largement sa poitrine généreuse, offrant une vue plongeante à n’importe quel spectateur.
Séphiroth regarda rapidement ses compagnons. Colargol était littéralement subjugué par la beauté de la magicienne. Akayne avait haussé un sourcil d’intérêt, ne s’étant certainement pas attendu à ce que leur cible soit aussi mignonne. Lui-même n’était pas non plus indifférent, mais peu intéressé car ses nombreux voyages lui avaient montré des personnes bien plus belles que celle-ci sur le point de vue physique. Colargol bavait presque littéralement sur le sol, Akayne devait lui aussi être attiré par le physique de la femme, mais semblait s’être résigné à accomplir sa mission, il ne le laissait nullement apparaître, préférant ne pas y penser. A l’évidence, il connaissait ses priorités, et avait compris que sa vie avait plus de valeur qu’une fille, aussi belle soit elle. Inferno, tout comme Stendar, était totalement indifférent. L’un étant un orc, il devait en avoir, selon des termes orcs, « fichtrement rien à foutre » , et l’autre ne devait même pas savoir différencier les hommes des femmes, n’y voyant que des âmes potentielles à offrir à son maître. Séphiroth se ressaisit rapidement.
- Capitaine Dunhold, du service de sa majesté, venu pour vous protéger et vous servir, au rapport !
- Non, pas vraiment. Plutôt une bande de paumés envoyés par le magicien blanc pour m’enquiquiner. Je me trompe ?
Séphiroth se maudit intérieurement. Il avait à faire à une personne puissante, et donc par conséquent très intelligente, l’un n’allant pas sans l’autre, et il avait essayé de la berner avec la même ruse qu’il avait utilisé sur un imbécile de lieutenant et son sergent ! Normal que ce n’aie pas marché ! Instantanément, il sentit une intrusion dans son esprit. La magicienne essayait de lire dans ses pensées. Il leva immédiatement un barrage mental aussi solide qu’un mur de diamant. Personne n’a jamais pu lire en lui, et ce n’était pas aujourd’hui que cela allait changer.
- Vous comprenez vite... dit-elle en fixant Séphiroth. Ecoutez moi bien. Je pourrais vous tuer d’un claquement de doigt si je le souhaitais. Si vous ne me croyez pas, demandez donc au capitaine Dunhold.
Elle avait exagérément insisté sur les deux derniers mots, et Sephiroth le savait. Tout le monde le regarda et il acquiesça lentement, serrant les dents pour ne pas montrer sa colère envers lui-même.
- Je ne vais pas passer par quatre chemins. Vous avez le choix entre mourir ou bien m’aider à vaincre mon ennemi et survivre.
- Euh, mademoiselle, intervint Akayne, bien que votre proposition soit très attirante, du fait qu’aucun de nous ne peut encadrer ce magicien vantard qui nous a enrôlé de force, il reste un problème... cardiaque.
- Ouais c’est vrai ! continua Colargol. Il nous a piqué notre cœur et puis aussi trois pièces d’or !
- Ce qu’ils essaient de dire, c’est que si nous décidons de changer de camp, il détruira nos coeurs qu’il nous a prélevé et nous tuera donc par la même occasion, abrégea Sephiroth.
- Je peux arranger ça. Le sort qui vous maintient en vie est très facile à reproduire. Je n’ai qu’à le reproduire et lancer un sort de dissipation pour faire disparaître l’effet du premier lancé par le magicien. De plus, cela rendra vos coeurs totalement indestructibles, puisque c’est moi qui contrôlerait le sortilège, ce dernier ne faisant que reproduire le mouvement de votre vrai cœur, qui continue de battre quelque part dans le repaire de mon ennemi.
- Oui, mais en quoi cela nous arrange, de changer de « propriétaire »? On va devoir exécuter vos ordres au lieu des siens et nous nous retrouverons dans la même situation qu’auparavant, sans aucune amélioration notable pour notre condition.
- Aidez-moi, et je vous aiderai en retour. Je ne suis pas comme lui, fourbe et sans parole. Si vous m’aidez, je vous rendrai vos possessions matérielles et biologiques. De toute façon, je doute qu’en travaillant pour lui, il vous les rende un jour. Il préférera vous envoyer faire ses quatre volontés jusqu'à ce que vous mourriez « accidentellement ».
Elle fit un rapide mouvement de tête en direction de Akayne et de Colargol.
- De plus, je pense que certaines personnes de ton groupe semble trouver ma personne plus intéressante que celle du magicien...
- Et quelle garantie avons-nous que vous tiendrez parole ? Quelle preuve pouvez vous nous donner que vous n’allez pas faire comme votre ennemi ?
- Un pacte de Hel Harissaï, ça ira ? lui répondit-elle en faisant apparaître un parchemin dans sa main.
Pour seule réponse, Sephiroth s’approcha du pacte et le signa du nom de Dunhold.
- Vous savez que, même avec un faux nom, ça marche quand même ?
- Bien sûr, mais j’aime garder l’anonymat. Question de sécurité.
Colargol fut le second à le signer. Et le troisième. Ainsi que le quatrième.
- Et les 3 pièces d’or, tu as intérêt à nous les rembourser !
Akayne signa ensuite, tout en faisant un rapide clin d’œil à la magicienne, qu’elle sembla ne pas apercevoir. Inferno signa ensuite malgré la difficulté qu’il éprouvait à tenir la plume, minuscule face à ses mains qui n’arrivaient pas à la saisir correctement. Stendar fut le dernier à signer. La sorcière prit la feuille, signa rapidement et la fit disparaître d’un claquement de doigts. Séphiroth n’avait pas eu le temps de voir le nom qu’elle avait inscrit. Il n’était pas le seul à vouloir conserver l’anonymat... Dorénavant, lui et son groupe était associé à elle. La situation semblait s’améliorer : ils échappaient au contrôle du magicien blanc et ce dernier ne devait pas encore se douter de leur trahison. Il eut un rapide sourire en pensant à nouveau aux tortures que ce dégénéré aurait droit dès qu’il lui aura remis la main dessus.
- On fait quoi, maintenant ? demanda Inferno.
- On va aller à Stormwind, la cité de la connaissance, lui répondit la magicienne. J’ai là-haut quelques amis avec qui j’établirais un plan contre notre ennemi commun. J’ai également d’excellentes relations avec la baronne Alianile. Vous n’avez qu’à suivre ma caravane pour le moment. On se reparlera une fois là-bas.
A ces mots, elle remonta dans la caravane, qui commença à avancer vers le nord. Séphiroth s’aperçut de quelque chose de curieux : la caravane avançait sans l’aide de chevaux ! Décidément, le répertoire de sorts de cette sorcière était assez grand ! Enfin, faire avancer une caravane sans l’aide de chevaux... tout est bon pour se faire remarquer. Ces humains !
Il remarqua également que Akayne se rapprocha de la portière encore ouverte de la caravane.
- Y a pas de place pour deux, des fois ?
Pour seule réponse, la portière se referma violemment sous son nez. Colargol semblait hilare.
- Petit conseil, Akayne. Attends qu’elle soit bourrée la prochaine fois !
- C’est ça, marre toi... moi qui voulait juste lui poser quelques questions sur son rôle dans cette histoire...
Ils partirent donc en direction de Stormwind. Pendant la marche, chacun s’occupait comme il pouvait. Akayne semblait réfléchir intensément, Colargol chantait des chansons paillardes, Inferno récoltait quelques plantes utiles pour la préparation de potions et de sorts, Stendar marchait silencieusement, gardant son visage impassible sans exprimer la moindre émotion, comme à son habitude.
Séphiroth sentait l’effet d’un sort qui tournait autour de lui et qui essayait de pénétrer son esprit. Il scanna l’énergie magique et vit que c’était un sort de clarté de l’esprit, qui portait la signature magique de la sorcière. Pourquoi avait-elle lancé ce sort ? Il n’était pas amnésique...
Mais quel imbécile l faisait! Si, il l’était ! Il laissa le sort pénétrer son esprit et lui stimuler le cerveau afin de retrouver des sorts que le magicien blanc avait effacé de sa mémoire. Il ferma les yeux et suivit la lumière qui lui indiquait les portes de son cerveau qu’il devait ouvrir. Après cet effort de concentration, Séphiroth rouvrit les yeux, et des mots lui revinrent en tête. Ces mots s’assemblaient dans son esprit en phrases, qu’il incorpora dans sa mémoire au fur et à mesure jusqu'à ce que son esprit réussisse à en faire un assemblage logique lui indiquant la marche à suivre pour deux sorts, qui lui seraient très certainement utile par la suite. Il n’envoya pas de message télépathique à la sorcière pour la remercier, ne sachant si ce sort était destiné uniquement qu’à la reconstitution de sa mémoire ou bien à le tester, afin de voir s’il aurait la concentration nécessaire pour s’en rappeler. Si c’était le cas, ce n’était qu’une pauvre folle ! Qu’elle croyait qu’elle pouvait le tester ainsi et penser qu’il ne serait peut-être pas capable de reconstituer sa mémoire le rendait hors de lui. Et il ne pouvait rien faire ! Etre là, à attendre le bon vouloir de deux dégénérés de magiciens de pacotille qui se lançaient dans une stupide guerre infantile dont il n’avait rien à tirer avec une bande de macaques à ses basques, voilà ce qui était vraiment rageant. Mais que pouvait-il faire d’autre ? Il était pris dans un piège dont il ne pourrait se libérer seul, et vu le peu d’amis qu’il s’était fait dans sa vie, il se résigna à devoir compter uniquement sur l’aide de ses compagnons d’infortune.

***

- Vous m’avez demandé, commandant des forces spéciales Andoren ?
- En effet, haut prélat Trever. Si je vous ai convoqué, c’est pour une mission de la plus grande importance.
- Comme toujours, cela sera un honneur de servir sous vos ordres, commandant Andoren.
Le haut prélat était anxieux, car il savait que si le commandant l’avait convoqué, c’était certainement pour lui confier une mission de la plus grande importance, et il lui tardait de savoir en quoi elle consistait.
La veille, une blanche colombe était entré par la fenêtre de son bureau, dans le quartier général des chevaliers d’argent, une forteresse impénétrable cachée par la magie de la baronne afin qu’ils puissent opérer secrètement sans avoir à craindre un éventuel ennemi. L’oiseau avait déposé sur le sol un bout de papier, puis était reparti aussitôt. En lisant rapidement sur ce qui était écrit, Trever avait compris au travers du langage codé utilisé pour les missions divines que le haut prélat avait besoin de lui, et il s’était empressé d’utiliser son cristal angélique afin de se téléporter dans les quartiers d’Andoren.
- Je ne peux malheureusement vous fournir de détails. Aussi, il va falloir que vous suiviez les ordres aveuglément. Avez vous bien compris, haut prélat Trever ?
- Oui, commandant. Je ferai comme bon vous semble. Votre volonté sera faite, et je vous aiderai à faire le bien, comme toujours, en restant votre bras armé dispensant votre sagesse sur Terre.
- Bien haut prélat. En ce cas, je vais vous dire en quoi consiste votre mission. Il faut que vous trouviez un homme du nom de Corteaz, qui se trouve très certainement sur vos terres. Je ne peux vous donner beaucoup de renseignements sur lui, car je ne l’ai plus vu depuis environ dix années, mais vous devriez le retrouver facilement.
- Comment donc, commandant Andoren, le retrouver si nous ne possédons même pas de descriptions quant à son physique ?
- Corteaz était autrefois l’un des nôtres, mais il s’est acoquiné avec des démons de toutes sortes et a traité avec eux de très nombreuses fois. Vos détecteurs magiques devraient être donc en mesure de détecter l’aura démoniaque qui émane de lui sans trop de problèmes. Comme vous avez déjà chassé de ces terres tous les possédés qui y traînaient , et je vous remercie encore pour ces loyaux services, il semble difficile de faire une erreur sur la personne. Employez tous les moyens à votre disposition pour me le retrouver, et je vous conseille d’utiliser la totalité de votre garnison afin de mener cette mission à bien, car elle est de la première importance.
- J’ai envoyé un détachement d’une cinquantaine d’hommes à Arkhanalès afin d’aider à la négociation du traité de paix entre les seigneurs Jairdaïm et Alhamion. La baronne m’a dit qu’elle n’allait pas tarder à nous envoyer de l’aide afin que ces négociations ne s’éternisent pas. J’ai également une centaine d’hommes qui défendent la frontière de la baronnie de Von Stetter. Dois-je donner l’ordre à mes hommes de revenir tout de même afin de traquer Corteaz ou bien mieux vaut-il qu’ils restent afin de ne pas s’attirer les foudres de la baronne ?
- Croyez moi, haut prélat, Corteaz est largement plus dangereux que la baronne. Rapatriez vos troupes.
- Bien, commandant, nous retrouverons cet homme pour vous. Mais que devons-nous faire de lui après l’avoir trouvé ? Devons nous vous le ramener en vie, ou bien préférez vous que nous le tuions ?
Trever vit le haut prélat alors comme il ne l’avait encore jamais vu, et cela lui inspirait une très grande peur. L’ange Andoren fixait intensément un point imaginaire de la salle, le regard perdu dans le vide, des gouttes de sueur tombant de son front sans rides, tout en marmonnant plusieurs fois le même mot de façon presque inintelligible, mais que le général comprit tout de même. Il disait « non » à lui-même. Cependant, cette sorte de folie ne dura que quelques secondes, après quoi les yeux de l’ange se reposèrent sur ceux du général, et il reprit comme si rien ne s’était passé :
- Capturez-le vivant et venez me prévenir dès que vous l’aurez emprisonné. Ce sera tout.
Il se détourna de Trever et sortit à vive allure de la salle, épongeant son front moite avec la manche de sa veste.
Trever sortit son cristal angélique de sa poche, prêt à retourner au quartier général afin de transmettre à ses hommes les ordres qu’il avait reçu du haut prélat. Tout en fouillant ses poches, il ne pouvait s’empêcher de se demander si la folie passagère du haut prélat était due à une conversation télépathique avec son dieu, ou bien autre chose de plus étrange.