III-] Qui a la main verte ?


Les orcs étaient tous identiques à la Création. Ils étaient pour la plupart grands et d’une force supérieure à celle des autres races. Seules deux notions régissaient leurs vies : l’honneur et le courage. Bien que considérés par les autres races comme brutaux et stupides, les orcs ont un système social très réfléchi. La plupart des villages orcs sont donc composés d’un chef, celui qui a été élu comme le meilleur représentant des notions d’honneur et de courage, et d’un chaman, nommé par le chef, qui a le pouvoir de se faire aider par les esprits de la nature et qui est sensé être le plus intelligent du clan. Bien que querelleurs, les orcs ont toujours su se débrouiller dans la vie et ils ne furent jamais confronté à aucun problème majeur. Du moins, jusqu’au jour où le livre de Skanhzar tomba aux mains du chef de leur village principal. Ce livre était une des dernières reliques de magie ayant survécu après la Guerre de la Magie, et le chef orc décida de le garder jalousement. Malheureusement pour lui, le livre était maudit et à peine l’ouvrit t-il qu’un flot de magie noire se déversa du livre et toucha tous les orcs du village ainsi que d’autres des villages alentours. Chaque orc touché se transforma en orc noir, et devint l’exact opposé de ce qu’il avait été, c’est à dire lâche et fourbe. Depuis lors, les deux races d’orcs se lancent des guerres sans merci afin de détruire leurs opposés. Les orcs verts, ayant compris que tout était la faute d’un seul chef orc, décidèrent qu’ils n’auraient plus jamais de chefs, mais seulement un chaman qui les aiderait à comprendre les décisions des esprits.

Enfin libre ! Inferno Mandhâl, grand chaman de son village, emprisonné ! Quelle aberration ! Personne ne le retient bien longtemps sans en subir les conséquences !
Au moins, ce gringalet de Séphiroth l’avait sorti de là. A défaut de muscle, il avait au moins un peu de cervelle... Il avait même réussi à leur fournir de la nourriture et du matériel.
Ouais, enfin, c’était quand même du matériel de bouseux, fait pour parader, pas comme les armes orc qui servaient à vraiment cogner !
Ils étaient déjà en route vers l’ouest, mais ils allaient faire un petit détour car il leur avait proposé de manière assez persuasive d’aller s’équiper avec de vraies armes dans son village natal.
Ses pensées furent interrompues par le soudard dont il n’avait pas retenu le nom.
- Bon, on va la buter l’autre pouffe ?
- T’as entendu l’orc, répliqua Akayne. On fait un détour par chez lui et ensuite, on ira récupérer nos coeurs.
- Et moi, je ne vois pas pourquoi faire un détour pour rencontrer une bande d’orcs primitifs.
La voix de Séphiroth trahissait une grande colère qu’il s’efforçait de retenir. Il semblait avoir du mal à accepter les récents événements.
- Ah ouais ? Et tu préférerais peut-être qu’on aille se battre avec les lames rouillées que tu nous a trouvées ? Ou bien tu préfères que je te tue tout de suite ? Ca ira plus vite, tu ne penses pas ? lui demanda Inferno d’une voix menaçante.
- Quand j’aurai besoin d’un conseil de la part d’un bouseux verdâtre, je te sonnerais. En attendant, ferme ton clapet afin que l’on puisse un peu respirer.
Mandhâl s’approcha et s’apprêta à corriger l’homme quand Colargol s’interposa.
- Temps mort ! - On se calme, les gars ! - Gardez vos baffes pour la sorcière !
Les 3 répliques avaient été faites par Colargol, qui avait modulé sa voix à chaque fois. S’y retrouver quand celui-là parlait était vraiment impossible.
Séphiroth sembla se calmer, lui adressant la parole après un grand soupir, comme s’il tentait d’expulser sa colère par le souffle.
- Je m’excuse si je vous ai offensé, chaman Inferno. Je vous prie d’accepter mes excuses les plus sincères.
Il tendit la main comme s’il voulait serrer la sienne. Au moins cet humain savait faire preuve de respect, ainsi que d’un peu de courage car peu de personnes auraient osé vouloir serrer la main d’un orc. Inferno prit donc sa main et la serra rapidement, la broyant à moitié et en marmonnant « excuses acceptées ». Il prit ensuite la parole d’une voix bien plus forte :
- Résumons rapidement. On passe chez ma tribu, on récupère des vraies armes et on repart. On traverse la forêt hantée que même nous les orcs, nous ne voulons pas approcher et on tue la magicienne qui doit être d’une puissance supérieure à la notre. Ca me semble bien.
- Il y a un forgeron, chez toi ?
Inferno fut surpris en entendant la voix, qui était celle du barbare possédé. Il parlait si rarement que ses déclarations faites avec une voix grave et légèrement caverneuse le faisait toujours sursauter, car il oubliait souvent sa présence. Il maudit cette faiblesse passagère afin de regarder le barbare dont personne ne connaissait le nom et le vit désigner son fléau et la chaîne qui y pendait, sans tête au bout.
- Ne t’inquiètes pas, une fois là-bas, je te bricolerai une tête de fléau toute neuve pour ton jouet, lui répondit t-il.
Cependant quelque chose tiraillait l’orc, bien qu’il n’arrivait pas à savoir quoi. Il s’était éloigné de son village depuis longtemps, et il aurait du être heureux de retrouver les siens. Mais pourtant une étrange douleur au ventre le tenaillait, comme s’il avait peur de retourner chez lui.
Ridicule, les miens ne connaissent pas la peur.
C’est cependant avec une incompréhensive appréhension qu’il fit route avec ses quatre compagnons en direction de la colline abritant les siens.

***

Cela faisait cinq heures que Stendar marchait avec ces hommes. Son maître refusait de parler et avait disparu de sa tête pour le moment. Il devait avoir à faire dans les Abysses. Cela le rendait à la fois nerveux et détendu ; il avait besoin de son maître pour le soutenir et pour décupler sa puissance pendant les combats mais d’un autre côté, il était bon d’être seul dans sa tête, sans personne pour donner des ordres. Il pouvait ainsi prendre des initiatives et faire ce que bon lui semblait.
La nuit commençait à tomber tandis qu’ils approchaient du village. Il l’aperçut alors, en haut d’une petite colline et crut distinguer des feux et des bruits de combats. Le village était attaqué.
- Qui ose attaquer mon village ? s’énerva Inferno. Qui que ce soit, il va regretter le jour où il a attaqué le village du chaman Inferno Mandhâl! Tuons-les tous !
- Ouais ! - A mort ! cria Colargol.
Stendar n’avait pas besoin d’encouragements pour charger en direction du village arme brandie. Sur son côté, il vit que les autres chargeaient également, n’ayant pas envie de se faire traîner par le champ de force dont leur avait parlé Sephiroth. Il grimpa la colline à tout allure, et entra dans le village. Contrairement aux villes, le village orc possédait de très larges ruelles et beaucoup de terrain vides avec quelques maisons de bois et de paille assez grandes disposées sans plan précis. Les orcs semblaient s’installer là où bon leur semblait, du moment que cet endroit était loin des propriétés des autres orcs.
Il traversa rapidement plusieurs allées et courut vers ce qui était certainement le centre du village. Il n’y avait strictement personne autour de lui. Le combat devait donc se dérouler tout en haut ou de l’autre versant de la colline.. Il arriva finalement, le reste du groupe sur les talons, au centre du village, dans un grand cercle de terre avec un immense brasero au centre, entourée par des maisons en feu, où se déroulaient les affrontements.
Des orcs verts et grands comme Mandhâl se battaient contre des orcs noirs, plus petits mais tout aussi musclés. Il y avait un grand nombre d’orcs verts gisant dans leur sang sur le sol, mais ils avaient entraîné avec eux le double d’orcs noirs.
Stendar poussa un cri de guerre et se joignit à la mêlée, suivi d’Inferno et de Colargol, qui, tout excité, faisait tournoyer son gourdin nouvellement acquis. Il vit Akayne se faufiler sur le côté et disparaître entre deux maisons délabrées. De l’autre côté, Sephiroth reprenait son souffle les poings sur les hanches, et semblait ne pas vouloir participer au combat.
Trois orcs noirs arrivèrent devant eux, les empêchant de continuer leur charge. Stendar n’hésita pas et courut à leur rencontre, distribuant des coups de chaîne dans la tête de l’orc le plus proche. Sur sa gauche, Inferno attrapait à pleines mains la tête du deuxième orc pour lui briser la nuque tandis que Colargol esquivait les coups d’épée bâtarde que lui distribuait le troisième. Il profita d’ailleurs de la lourdeur de l’orc pour lui envoyer un coup de gourdin dans les côtes. Stendar esquiva le coup de hache de son adversaire pour lui renvoyer immédiatement un coup de fléau en direction de sa tête, qui provoqua un sinistre craquement.
A peine ses 2 compagnons eurent achevé leurs adversaires que deux autres orcs les prirent par derrière. Colargol, qui ne s’était aperçu de rien et qui préférait continuer de s’acharner sur l’orc qu’il avait déjà tué, fût sauvé in extremis par Inferno qui avait chargé et renversé les 2 orcs. Un autre voulut prendre Stendar à revers, mais le barbare se retourna au dernier moment en faisant un arc de cercle à sa chaîne qui décapita à moitié l’impudent. Un autre voulut profiter de l’ouverture, mais il ne fit pas trois pas que sa cage thoracique s’enfonça dans son ventre grâce au gourdin de Colargol, qui avait fini par comprendre que son orc était bien mort une fois sa tête aplatie comme une crêpe. Inferno continuait de couvrir leurs arrières en contenant à lui seul trois orcs.
Un peu plus loin, Sephiroth était toujours immobile. Un orc noir l’avait repéré et chargeait en ce moment même vers lui, mais il refusait toujours de faire le moindre geste. L’orc était à portée et leva alors son énorme hache pour frapper quand Sephiroth leva le bras droit, le tendit très rapidement en direction de la tête de l’orc tandis que du feu crépitait dans sa main. Et juste avant que l’orc ne porte son coup, une boule de feu partit de sa main pour aller droit dans la face hideuse de son ennemi qui s’effondra en arrière, criant de douleur. Sephiroth était donc un jeteur de sorts... ce qui expliquait le fait qu’il ne portait pas d’armes, mais il fallait avouer qu’il n’en avait pas vraiment l’utilité. De tous côtés, des batailles se déroulaient, opposant toujours des orcs noirs en quantité supérieure à des orcs verts plus robustes.
Alors apparut un géant qui fracassa une des palissades protégeant cette allée centrale. Il était accompagné par un orc noir plus grand et plus musclé que ses congénères, qui portait autour du cou des colliers faits de dents de diverse espèces.
Stendar se plaça en face de ce qui semblait être le chef des orcs et poussa un cri de défi. L’orc n’avança pas mais le géant l’aperçut et fondit sur lui. Il n’arriva pas bien loin car une boule de feu le frappa de plein fouet, l’envoyant au bouler au loin.
Le chef orc, visiblement consterné par la défaite du géant, hurla un cri en réponse à celui du barbare, puis le chargea. Stendar sentit sa force se décupler et sa rage augmenter ; son maître était de retour, et il lui prêtait de sa puissance. Alors s’enchaînèrent attaques, parades et feintes. L’orc noir se battait avec deux épées courtes et possédait donc l’avantage de la vitesse face au guerrier plus lent. Il fit faire à sa première épée un arc de cercle vers la tête de Stendar tandis que sa deuxième plongeait vers ses cuisses. Le barbare possédé bloqua celle qui menaçait sa tête en enroulant sa chaîne autour tout en faisant une roulade sur le côté pour esquiver la deuxième lame. Il tira alors fermement sur son fléau et tordit le bras de l’orc. Mais le deuxième bras du chef ennemi, toujours valide, prolongea son mouvement et fit une profonde entaille dans la jambe du barbare, qui ne sentit pas la douleur grâce à la rage le possédant qui agissait sur lui comme un anesthésiant. Il fit faire à son fléau un large mouvement afin de relâcher sa prise sur l’épée de l’orc et envoya un coup vers sa jambe non protégée. Au même moment, son ennemi frappa à nouveau en direction du visage de Stendar avec l’épée que tenait son bras valide, mais ayant vu venir le coup, il se baissa à temps sans arrêter son mouvement qui permit à sa chaîne de s’enrouler autour de la jambe de son adversaire. Il tira alors rapidement son fléau en arrière, ce qui fit trébucher l’orc, et le rendit bien plus vulnérable. Stendar déroula sa chaîne d’un mouvement rapide, releva son bras pour frapper, et explosa la boite crânienne du chef orc.
Le combat était fini.
Le démon, ne voyant plus l’utilité d’aider son protégé, se retira et rendit sa force initiale au barbare. Ce dernier, que sa rage avait quitté, sentit alors la douleur provoquée par sa profonde entaille dans la cuisse et tomba à genoux.
C’est alors que le géant resurgit, un sourire sadique s’affichant sur ses lèvres à moitié carbonisées, une énorme poutre à la main. Il leva son arme pour écrabouiller Stendar, qui le vit faire tout en sachant pertinemment qu’il n’aurait pas la force d’esquiver ce coup. Soudain, le sourire carnassier du géant s’effaça pour laisser place à un rictus de douleur. Sa bouche ondulait, comme s’il semblait vouloir parler, mais aucun son n’en sortit. Il s’effondra comme une masse à côté de Stendar, qui vit le manche d’une dague dépasser des omoplates du monstre. Juste derrière se trouvait Akayne, appuyé contre un mur avec un grand sourire aux lèvres.
- Alors, merci qui ?
Il n’eut pas le temps de répondre. Une voix de colère explosa dans son crâne, et dans celui de ses compagnons également.
- Pauvres fous ! Pourquoi avez vous attaqué mes troupes ? Vous deviez tuer une sorcière, pas mon armée !
C’était la voix du magicien qui était donc la cause de ce carnage. Inferno, qui était debout avec autour de lui environ cinq orcs noirs étalés lui répondit alors en criant ;
- Ce sont mes orcs ! Et mon village !
Aucune voix ne lui répondit. Les orcs verts survivants hurlèrent un hourra avant qu’Inferno prenne la parole
- Mes frères, aujourd’hui a eu lieu un brillant combat et nous avons vaincu grâce à notre force, notre robustesse et notre courage. Beaucoup des nôtres sont tombés aujourd’hui au champ d’honneur. Célébrons leur courage et leur noble sacrifice comme il se doit !
Stendar souffrait. Tout tournait autour de lui. Il regarda rapidement sa jambe. Il n’avait pas remarqué mais il avait déjà perdu une très grande quantité de sang. Les ténèbres l’entouraient de plus en plus. Il n’avait pas dormi depuis trop longtemps et cette blessure lui faisait bien trop mal. Ces ennemis étaient morts et son maître venait de se repaître d’une grande quantité d’âmes. Sa tâche était accomplie. Il devait dormir. Il laissa les ténèbres le submerger.


***

Décidément, ces orcs savaient faire la fête.
Colargol ne s’était pas autant amusé durant ce banquet de victoire depuis trop longtemps. Il s’était déjà battu contre deux orcs présomptueux à des concours de boisson et avait remporté les deux, ce qui n’était pas un mince exploit ! Et puis bon sang, les bières orcs, ce ne sont pas des jus de fruits pour écolière !
L’assassin blond était depuis longtemps couché sur le sol, dans un coma éthylique. La plupart des orcs s’étaient d’ailleurs déjà ramassé la tronche et il ne restait debout plus qu’une bande d’orcs qui se mettaient des baffes en poussant des grognements de rire, lui, et Sephiroth qui n’avait pas bu une seule goutte de la soirée. Décidément, ces magicienss étaient tous des tapettes !
De toute façon, ça en ferait plus pour lui.
Il partit alors en direction de la cabane dans laquelle s’était rendue Sephiroth, celle où le chaman orc soignait Stendar. Il entra et demanda si le barbare s’en sortirait. Il n’avait plus d’adversaires de boisson, aussi désirait-il mettre la branlée à ce barbare afin de prouver à tous qu’on peut être grand, costaud et avoir des tatouages effrayant sur le corps, tout en étant une véritable lopette incapable de tenir à l’alcool. Sephiroth l’informa que la lame du chef avait été empoisonnée, ce qui avait fait tomber le barbare dans le coma. Inferno avait réussi à arrêter l’hémorragie, et étrangement, les chairs du guerrier se refermaient presque d’elles même et ses muscles se recomposaient petit à petit. Il l’informa que le démon qui habitait le corps de cet homme ne tenait certainement pas à ce que son protégé meure et que c’était donc certainement lui qui régénérait le corps du barbare. Colargol ne voyait pas de quel démon il parlait, comprenant uniquement que Stendar simulait le coma pour ne pas à avoir à l’affronter et perdre dans un concours de boisson. Tant pis, il n’aurait qu’à se consoler avec les tonneaux de bière restant !

***

Inferno était fier de lui. Non seulement il avait réussi à empêcher la mort du barbare, mais en plus, il venait de lui bricoler une magnifique tête de fléau, faite de terre durcie magiquement la rendant indestructible et d’épines de bitritictus, une plante rare dont la principale caractéristique était le fait qu’elle soit couverte d’épines coupantes comme des rasoirs.
Il regarda rapidement autour de lui. Le soleil venait de se lever et la plupart des orcs endormis sous les tables se réveillaient. Pour que la quasi totalité des orcs se soient endormis à même le sol, c’est que la soirée avait dû être sacrément arrosée ! Après avoir offert une sépulture décente aux leurs tombés dans l’honneur et la bravoure, ils avaient festoyé au nom de ces compagnons qu’ils ne reverraient plus avant d’avoir eux aussi prouvé leur valeur dans d’autres combats épiques tels celui-ci.
Il regrettait de ne pas avoir eu le temps d’y participer, mais il était redevable au barbare d’avoir exterminé le chef ennemi, ce qui avait mis en déroute le reste des orcs noirs. Il venait donc de payer la dette de son village en le sauvant de la mort.
A côté de lui se tenait Sephiroth et Colargol, qui étaient déjà réveillés. Sephiroth partit remettre Akayne d’aplomb tandis que Stendar se réveillait. Il tenait toujours son fléau - il l’avait conservé toute la nuit, et le serrait si fort dans sa main qu’Inferno n’avait pas réussi à le lui retirer - et il fixa la magnifique tête placée au bout de la chaîne. Il regarda ensuite sa jambe pour apercevoir que sa plaie s’était totalement refermée. Il se leva rapidement, et semblait ne ressentir plus aucune douleur au niveau de sa cuisse. Il s’approcha d’Inferno, le fixa quelques secondes puis hocha légèrement la tête. Inferno fit de même. Pour lui, ce geste était bien plus qu’un simple merci. C’était un signe de respect. Mais est-ce que ce barbare pensait de même ? Avait-il vraiment voulu lui témoigner du respect ? Peut-être que son geste ne signifiait absolument rien. Inferno n’en savait rien et ne le saurait sans doute jamais.
- Bon, on y va, là ? demanda Colargol
- Avec l’autre épave, cela risque de s’avérer difficile, lui répondit Sephiroth.
Il traînait derrière lui Akayne, qui semblait avoir des difficultés à marcher. Inferno marcha alors en direction de l’assassin, sortant d’une sacoche qu’il portait une potion qu’il avait préparé la nuit. Il avait prévu qu’une mauviette comme Akayne ne tiendrait pas longtemps lors de la fête et avait préparé une potion de sa connaissance qui faisait disparaître tous les symptômes dus à la boisson. Il en fit avaler le contenu à Akayne qui retrouva rapidement sa lucidité. Il récupéra ensuite deux bâtons foudroyants dans sa grotte puis fit ses adieux à sa tribu. Leur groupe partit peu après en direction de la forêt hantée.

***

- Et ce sont ses ordres ?
Marneus l’observait, surpris par la nouvelle qu’il venait de leur apporter. Assez petit, Marneus avait les cheveux en bataille, et avait toujours au fond de ses yeux gris une lueur de bonté et de générosité, qui trahissaient son penchant pour la non-violence. Pacifiste de nature, il a toujours su rester calme en toute circonstance, et trouve toujours aux problèmes des solutions passant par la diplomatie ou l’astuce. Pour lui, la violence et la guerre ne sont que des fausses solutions qui apportent toujours de nouveaux problèmes plus complexes que les précédents.
Artemis et Severina, les deux soeurs, semblaient aussi perplexes que Marneus mais préféraient se taire.
- Oui. Le tatouage est de nouveau actif, et c’est nous que Sa Sainteté a assignés à cette tâche, afin de retrouver notre honneur perdu.
Virgile les comprenait. Il avait eu la même réaction quand Sa Sainteté lui avait annoncé personnellement la nouvelle. Cela allait bientôt faire dix ans qu’ils n’avaient eu aucune nouvelle ni trouvé aucune trace de Corteaz. Nombreux sont les anges qui l’ont traqué, lui y compris, sans jamais trouver un seul indice vraiment utile. Les rares fois où ils pensaient l’avoir retrouvé, ils finissaient par s’éparpiller sur de fausses pistes qu’il avait laissé derrière lui. Mais cette fois-ci, ce ne pouvait être une ruse de sa part. La marque, faite à même sa peau, l’avait trahi, et elle ne mentait jamais.
- Tu l’as vu ?
C’était Artemis. Virgile comprit qu’elle ne parlait pas de Corteaz mais de Sa Sainteté. Elle était assez grande, et avait des cheveux châtains très longs arrivant au dessous de ses reins, divisés en deux parties égales par une longue raie centrale. Ses yeux bruns pénétrants étaient exactement de la même couleur que ses cheveux, et son regard pénétrant la rendait vraiment très attirante. Intelligente et réfléchie, elle avait malgré tout tendance à approuver sa sœur Severina dans tout ce qu’elle faisait, et cela influençait parfois son jugement. Artemis était une représentante de son dieu et nourrissait une dévotion sans faille à son égard. Les mortels la qualifieraient de prêtresse.
Elle devait certainement l’envier d’avoir eu l’extrême honneur de rencontrer leur divinité.
- En effet, mais nous avons pour le moment d’autres priorités, répondit Virgile d’une voix calme et pourtant ferme.
- Quel est le plan ? demanda Severina.
Severina. Il pouvait lire la nervosité sur son visage magnifique mais endurci. D’une très grande beauté avec ses cheveux rouges feu et ses yeux d’un bleu intense, Severina porte pourtant les traits durs d’une personne à l’âme tourmentée depuis l’évasion de Corteaz. Ce qui était tout à fait compréhensible, étant donné que sa fuite était en partie de sa faute. Lors de ce terrible moment, elle fut la seule d’entre eux à être présente. Malgré l’interdiction formelle d’Andoren pour quiconque d’aller rendre visite au déchu, elle y était allé et il l’avait assommée avant de s’échapper par un moyen inconnu. Bien entendu, cela avait détruit sa carrière militaire. Depuis ce terrible accident, beaucoup la soupçonnent de l’avoir aidé à s’enfuir. Elle avait bien essayée de se repentir, de se racheter auprès des autres, de retrouver son honneur perdu, mais Andoren et la hiérarchie qu’il avait imposé ne cessaient de lui rappeler sa terrible erreur. Les détails de l’incident étaient connus de Severina seule, et les seules personnes assez courageuses pour lui demander ont toutes eues le droit au même regard noir.
- Maître Ezechiel est déjà parti à l’endroit où la marque a recommencé à se manifester, une auberge miteuse pas loin de la ville où nous allons nous rendre pour enquêter. Vous avez une heure pour vous préparer. Je vous attendrai près du portail céleste.
Ils se séparèrent alors, chacun se dirigeant vers ses quartiers personnels.

Virgile ouvrit son vieux coffre et en sortit sa fidèle épée longue. Il la tint à bout de bras et admira une énième fois la qualité de l’ouvrage. Elle n’était pas entourée par ce halo blanc nacré caractéristique des lames célestes, telle la première épée que lui avait confié maître Ezechiel, qui fût malheureusement détruite par un elfe adepte d’une secte démoniaque ayant failli faire échouer la négociation de paix entre les elfes et les nains. En remerciement pour son aide et pour avoir éradiqué la secte semeuse de zizanie, les meilleurs forgerons des deux races respectives avaient construit une nouvelle lame d’une qualité rarement égalée pour lui en dédommagement, au nom de leur nouvelle alliance. Etant forgée à partir du légendaire mithril des nains et de fragments d’adamantium, la lame était d’une solidité proche de l’indestructibilité tout en restant très légère et parfaitement maniable. Le forgeron elfe s’était occupé des nombreuses runes qui parcouraient la lame, permettant de mettre en phase l’arme et son porteur tout en lui conférant quelques propriétés magiques. Pour terminer, la lame était d’une très grande efficacité contre tous les démons, étant bénie non pas par un seul dieu, mais par trois : Humphraëlle, la déesse de la nature, protectrice des elfes ; Kroteraï, le dieu de la richesse et des inventeurs, protecteur des nains ; et bien entendu, par Sa Sainteté, leur divinité du bien et de la justice, protecteur de toutes les personnes souhaitant un monde meilleur et se battant pour le bonheur collectif. C’était d’ailleurs Artemis elle-même qui avait placée la dernière bénédiction, assurant sa puissance divine. Une épée bénie de trois dieux différents... cela peut sembler énorme, mais ce ne serait pas du luxe face à la difficulté de la tâche qu’on leur avait assigné...
Corteaz... le traquer... le trouver... le ramener.
Cela semblait si simple... mais Virgile savait que ce ne serait pas le cas. Corteaz n’accepterait certainement pas de venir de son plein gré, et la force serait certainement la seule méthode payante, pourtant, Virgile espérait qu’il n’aurait pas à en arriver là.
Enfants, lui, Corteaz, Marneus et les deux soeurs, Severina et Artemis, avaient été les meilleurs amis du monde. Inséparables, ils avaient tous des capacités propres à eux-mêmes, et se complétaient comme les pièces d’un puzzle. Severina était le cœur et l’impulsivité, Artemis la beauté et la sagesse, Marneus la bonté et la compassion, lui le combattant et le tacticien, et Corteaz était l’intelligence et l’ambition. Mais qui sait comment il était devenu aujourd’hui ? L’influence des démons avait sûrement modifié sa personnalité et l’avait certainement transformé... à tout jamais.