Chapitre II


La Guerre de la magie est le plus grand conflit recensé s’étant déroulé sur Atyarian. Mais personne n’a jamais réussi à comprendre les causes de cette folie qui a failli coûter la vie à chaque être vivant de notre planète. La magie était trop puissante pour les hommes, et dans une ambition qui semble être la caractéristique principale de leur race, ils ont tenté de dominer Atyarian. La magie brute était trop puissante pour eux. De nombreuses races trépassèrent par la faute de leur folie. Nombreux des miens tombèrent au combat, guerriers et chamans. Il n’y avait aucune gloire dans ce carnage, aucun honneur à tirer de notre mort. Nous luttions pour une survie impossible face à une déferlante de pouvoir implacable.
Fort heureusement, la folie de l’homme l’a conduit à sa propre perte, et après avoir décimé des dizaines de milliers d’individus, ils ont fini par se retourner les uns contre les autres, chacun convoitant plus de pouvoir que son prochain. La ville des mages a fini par exploser littéralement. Les retombées magiques se firent ressentir à travers tout Atyarian, et peu ont pu échapper à la destruction globale. Mais les survivants, après avoir pleuré les morts, purent ressentir la joie de savoir que la guerre était terminée, et que les mages avaient trépassé.
La nature a su corriger son erreur. Elle sépara la magie d’Atyarian, la confinant dans un plan inaccessible. Ainsi accéder à la magie brute est devenu presque impossible pour tout être vivant, et même ceux réussissant à ouvrir un pont entre Atyarian et ce plan n’arrivent pas à la contrôler, étant devenue trop instable de par les modifications apportées par le changement de réalité.
Les runes furent inventées, afin de conserver cependant la magie sur Atyarian. Pour simplifier, ces runes utilisées par les humains sont les seuls relais stables de la magie, mais elles se limitent à des fonctions prédéfinies, ne permettant pas d’afflux de puissance. De plus, la contrainte de la mémorisation mentale empêche les esprits faibles avides de pouvoir devenir trop dangereux.
Je doute cependant que la nature laisse les choses ainsi pendant des siècles encore. L’homme est trop faible pour comprendre ses erreurs, et si un cataclysme tel la Guerre de la Magie se reproduit un jour, le monde risque de perdre la magie à jamais. Même nous, chamans orcs, devront alors ce jour nous passer de notre pouvoir et laisser les éléments décider seuls de leur utilité dans le monde.

Extrait des chroniques du chaman Borsk, 178 après la guerre de la magie.


Stendar ouvrit les yeux péniblement, car c’était la volonté de son maître. Il reconnut immédiatement l’endroit, cette auberge dans laquelle son maître lui avait ordonné de se rendre, sans lui donner de raison précise. Son plan initial, quel qu’il soit, avait apparemment mal tourné, la rencontre avec le mage n’ayant certainement pas été programmée.
Il sentait cependant que l’endroit avait changé depuis qu’il avait été drogué. Le fait que les clients, le propriétaire et les serveuses aient été réduits à l’état de pulpe sanguinolente devait être pour quelque chose dans cette impression. Le plancher moisi avait laissé place par endroits à une couche de sang encore fraîche, tout comme les murs, les tabourets, les tables, et tout ce qui composait le mobilier de la pièce. Etrangement, les corps des victimes n’étaient pas présents, seule restait cette quantité phénoménale de sang, qui faisait bouillir celui de Stendar. L’odeur alléchante du sang, la vision des morts et ce silence surnaturel, tout cela agressait ses sens. Il sentit une vague d’excitation incontrôlable le submerger lentement, et peu à peu le bras tenant son fléau - ou ce qu’il restait de son arme - fut prit de soubresauts qu’il n’arrivait pas à contenir. Son cerveau malade ne contenait plus les pulsions destructrices qui caractérisaient la rage sanglante de l’implacable champion.
Arrête.
La voix de son maître lui fit l’effet d’un calmant. La folie destructrice qui l’avait peu à peu envahie disparut lentement mais progressivement, comme un sexe en érection retombant après avoir accompli son œuvre. Tout état d’excitation disparut, son corps obéissant à l’ordre de son maître, sans qu’il n’aie lui même besoin de faire fonctionner son cerveau. Son maître avait un total contrôle sur chacun de ses muscles, et pouvait l’utilise comme un pantin si telle était sa volonté.
Les autres prisonniers du mage étaient également présents dans l’auberge, et observaient avec dégoût le carnage qui avait eu lieu ici.
- Le mage n’a pas fait dans la dentelle pour nous capturer dirait-on... leur dit l’individu habillé d’une veste rouge, d’une voix dans laquelle des relents de colère se faisaient sentir. Aucun d’eux n’appréciait d’être forcé à faire le sale travail d’un inconnu, et qui avait un total contrôle sur leur survie. Stendar regardait les quatre individus tour à tour, tout comme eux se découvraient, sachant qu’il allait leur falloir coopérer un temps.
Stendar n’aimait pas du tout la tournure qu’avaient pris les événements récents, mais son maître ne semblait pas être aussi inquiet que lui. Cependant, le champion avait l’habitude de marcher seul, et voyager en compagnie d’autres personnes lui serait difficile. Surtout parce que son maître lui avait ordonné de ne pas les toucher. Il ne comprenait pas ce que ses désirs avec exactitude, et ne cherchait pas à les comprendre, mais Stendar sentait que s’il voulait être débarrassé au plus vite de ces poids morts qui le ralentiraient, il lui allait falloir exécuter la mission du mage dans les plus brefs délais.
- Nous allons être forcés de travailler... ensemble, continua l’homme, crachant à moitié le dernier mot qui semblait le répugnait tout autant que le guerrier. Pour ma part, le travail d’équipe n’a jamais été mon point fort, mais puisque nous devront certainement nous côtoyer dans les jours à venir, je suppose qu’il va falloir apprendre à se connaître.
- Et bien commence par te présenter, mage, lui dit d’une voix ferme l’orc.
- Je ne m’attendait pas à ce que tu le fasses de toutes façons, soupira t-il. Je me nomme Asdolean, et je suis un mage itinérant. Ma présence dans cette auberge est due à un hasard, c’est en cherchant un couvert pour la nuit qu’elle est apparue sur mon chemin.
Un silence suivit sa déclaration. Personne ne semblait vouloir se décider à se présenter à des inconnus, d’autant plus que ceux-ci étaient tous plus étranges les uns que les autres.
Un rot sonore déchira cette ambiance gênée. Tous se tournèrent vers l’étrange alcoolique habillé de guenilles et portant une barbe taillée de façon plus qu’anarchiste.
- Colargol, buveur invétéré. - Expert tacticien et combattant. - Et professionnel de la drague, à votre service.
Stendar haussa un sourcil à la déclaration étrange du soudard. Celui-ci avait répondu d’une seule traite, mais sa voix avait changé par trois fois, modulant légèrement les sonorités des mots. La première voix avait été tremblotante, la seconde plus sure et déterminée et la troisième plus aiguë.
Stendar avait pensé lors de sa capture que le magicien avait du les capturer eux cinq pour une bonne raison. Il aurait pu choisir n’importe qui d’autre, n’importe où. Cependant il ne voyait aucun explication logique pouvant expliquer qu’il ait voulu qu’un imbécile profond comme celui-ci ait été désigné pour accomplir sa besogne.
- Je m’appelle Akayne, leur dit alors l’homme blond au visage fin - et à la carrure d’une femmelette nota Stendar - et suis également un... aventurier itinérant. Tout comme Asdolean j’arpentais ce chemin et fatigué par une longue journée de marche j’avais décidé de faire halte dans cette auberge. Vous connaissez la suite...
L’orc prit alors la parole. « Inferno Mandhâl, chaman orc », furent les quatre seuls mots qui sortirent de sa bouche, d’une voix grave et profonde, articulant chaque syllabe avec force.
Stendar vit les quatre individus pointer leur regard sur lui, mêlant curiosité et angoisse. Le mage avait dévoilé sa nature, il ne pourrait mentir sur ce point. Chacun attendait avec une étrange avidité qu’il se présente au groupe.
- Stendar, champion.
Inutile de leur en dire plus. Il lui faudrait de toutes façons se débarrasser des quatre hommes, toute personne connaissant son identité devenant potentiellement trop dangereuse. Son maître ne lui avait pas encore formulé la demande, mais il connaissait les règles qui avaient assuré sa survie jusqu’ici. Ne côtoyer que le minimum possible de personnes et tuer quiconque qui aurait des soupçons sur son identité, ou bien pire, sur celle de son maître. Une fois la mission terminée il se débarrasserait donc des quatre gêneurs.
- Assez discuté pour le moment, leur dit Akayne, si ce n’est par respect des morts qui nous entourent, au moins pour sortir d’ici avant que l’odeur ne nous fasse tourner la tête.
Un bruit, à l’extérieur de la bâtisse ponctua sa phrase. Stendar se prépara instantanément à accueillir toute sorte de menace, malgré l’absence de son maître. Il fit tournoyer la chaîne de son arme devant lui en fixant la porte de l’auberge. A ses cotés, Akayne dégaina une dague, que le mage avait jugé bon de lui laisser contrairement à la tête de son arme, celle qui contenait autre fois la majeure partie de son pouvoir.
Le mage n’était pas stupide, mais sa mission était cependant perturbante. Il les avait affaiblis de diverses manières afin d’être certain de les avoir sous contrôle, mais pourtant il leur avait ordonné de tuer une sorcière, chose assez difficile s’ils ne possédaient pas la totalité de leurs forces.
Un homme apparut sur le pas de la porte. Un garde de Creitohn à en juger son uniforme. Epée en main, il fit quelques pas, avant qu’un autre homme n’apparaisse derrière lui. Stendar préféra ne pas intervenir tout de suite, préférant pouvoir jauger la menace avant de s’en prendre à elle. Il put ainsi voir défiler une dizaine de gardes qui entrèrent.
Presque tous avaient la même réaction en passant le pas de la porte. Ils apercevaient yeux grands ouverts le mobilier taché de sang attestant d’un carnage, puis levaient leur arme en direction d’eux cinq. Certains tremblaient, affectés par la scène, tandis que d’autres cachaient leurs émotions derrière un masque de neutralité. Deux d’entre eux semblaient cependant avoir un regard des plus haineux. Le capitaine de cette patrouille, entré en premier était l’un de ceux-là.
Tue-les.
Son maître était reparu. Souriant de toutes ses dents en sentant son soutien, sa force qui s’insinuait dans chacun de ses muscles, il fit un pas en direction des dix hommes, continuant de faire de puissants moulinets à la chaîne de son arme. Il n’avait pas l’habitude que celle-ci soit dépourvue d’un poids à son extrémité, mais il savait que sa force seule suffirait à tuer les gardes de la ville.
- A ta place je ne ferais aucun pas supplémentaire, meurtrier. Malheureusement pour toi et tes compagnons, notre patrouille passait par cette route et le silence ambiant anormal de l’auberge nous a alerté. Ne croit pas avoir la moindre chance face à nous.
Pour ponctuer sa déclaration, le capitaine sortit de son fourreau avec sa main gauche - la droite tenant toujours l’épée pointée sur le guerrier - un pistolet à poudre.
- Aussi bon que tu sois au combat, ceci t’arrêtera en un éclair.
Il sentit ses compagnons d’infortune baisser leurs armes derrière lui. D’un coup d’œil il put voir Akayne rengainer sa dague et Colargol, souriant à pleines dents, s’asseoir sur un tabouret miraculeusement propre. Seul l’orc, pourtant désarmé, gardait une allure hostile, sans pour autant prendre d’initiative. Asdolean quant à lui avait totalement disparu de son champ de vision.
Il était certainement parti se cacher sous une table, pensa Stendar.
Le champion voulut défier le capitaine en faisant un pas supplémentaire, mais une voix masculine transperça son crâne, et ce n’était pas celle de son maître.
Arrête toi. Il serait trop dangereux de tuer ces hommes.
La voix venait d’Asdolean, qui lui parlait par télépathie. Pour quelqu’un dont la connaissance runique avait été amoindrie magiquement, il avait de beaux restes.
Son maître lui répondit par un petit rire sardonique avant de répliquer.
Ne me sous-estime pas moucheron. Cinquante d’entre eux ne suffiraient pas face à mon champion.
Là n’est pas le problème. Je ne doute pas de ta force ni de celle de ton hôte, mais tuer ces hommes ne ferait que nous attirer des ennuis. Une fois leurs dépouilles retrouvées, il suffira de quelques mages de Stormwind pour nous mettre le grappin dessus. La garde sera également à nos trousses, ainsi que les unités d’élite de Stormwind. Accomplir notre mission pour le mage risque fort d’être peu aisé dans ces conditions, et quand bien même nous réussirions alors, la baronne Alianile a des ressources illimitées et nous poursuivra pour le restant de nos jours. Il vaut mieux, pour vous quatre, de vous laisser capturer par cette patrouille. Quelques persuasions mentales devraient suffir pour vous faire sortir de prison, d’autant plus que votre présence seule en ces lieux ne suffira pas à prouver votre culpabilité. Je suis le seul que les gardes n’ont pas repéré et suis certain de pouvoir vous libérer sous peu.
Ton plan suggère donc que je te fasse confiance, mage ? Ta réputation te précède, et j’ai déjà entendu parler de ta folle quête... cependant la loyauté des fous est quelque chose d’instable... d’autant plus que le but que tu t’es fixé est inaccessible.

Il fallut quelques secondes au mage pour répondre, preuve que son maître l’avait déstabilisé. Stendar était cependant intrigué. Il n’avait jamais entendu parler de qui que ce soit appelé Asdolean auparavant. Continuant de les menacer de son arme, il put les voir lentement avancer vers lui épée tendue. Il allait devoir se décider rapidement, la patience de ces gardes semblant être limitée.
Mes agissements ne concernent que moi démon. Préoccupes-toi de la situation présente au lieu de te perdre en divagations inutiles. Soit tu me fais confiance, soit tu nous mets tous les cinq en danger, toi en premier.
Il semblerait que tu aies déjà prévu ma réponse de toutes façons, n’est-ce pas ?

Stendar sentit la force du démon le quitter pour se rabattre à nouveau en direction du manche du fléau. Il avait compris ce que cela signifiait, et stoppa ses moulinets. L’orc à ses cotés se détendit également, voyant que la seule solution restante était la coopération.
Les gardes tentèrent en vain de le désarmer. Jurant, hurlant, le menaçant, ils tentèrent durant cinq minutes de lui faire arracher l’arme, sans succès. Stendar lui-même ne pouvait pas le faire, le fléau étant devenu depuis bien longtemps la prolongation de son bras. Le capitaine l’avait même menacé de lui couper le bras s’il continuait de refuser de coopérer. Inferno avait heureusement intercédé en sa faveur, parlant de malédictions magiques qui obligeaient une personne à tenir un objet pour le restant de leur vie.
Ils s’occupèrent également des armes de ses compagnons, avant de les forcer à sortir de l’auberge. Six des gardes encadraient ses quatre compagnons d’infortune, tandis que les trois derniers et le capitaine s’occupaient de lui seul, chacun pointant son épée sur lui.
Stendar ne put s’empêcher de leur sourire de ses dents anormalement pointues, alors qu’une lueur rouge brilla dans ses pupilles.
Ravi, il se laissa faire sans un mot et marcha aussi silencieusement que les autres en direction de Creitohn.

***

Colargol était assis par terre dans la petite cellule du poste dans lequel les gardes les avaient amenés. Ils avaient marché trois longues heures avant d’atteindre la ville au nord, dénommée Creitohn, et sa luxueuse prison. L’orc et le barbare avaient monopolisé le banc et ni lui ni Akayne n’avaient le courage de leur demander de leur faire un peu de place. Puisque personne n’avait l’air d’avoir envie de tailler une bavette avec lui, il décida de s’adresser à lui-même :
- Eh ! Les gars, on fait quoi ?
Akayne se tourna vers lui, croyant que cette question lui était adressée, mais se retourna en haussant les épaules sitôt après s’être souvenu que cet individu mal fagoté était schizophrène. Le barbare ne lui adressa même pas un regard et l’orc lâcha une sorte de grommellement.
- Bah, on attend que le sergent nous sorte de taule, comme d’habitude, quoi ! - Ouais, mais après ? - Ben on va tuer la sorcière et pis... - Nan. Après, le mago, y va pas nous lâcher. - C’est n’importe quoi ! On tue la fille, on profite de son corps avant qu’il soit froid et pis on va lui annoncer la nouvelle ! - Mais non ! On va faire sa mission à la con, et après il va nous en donner une autre, et une autre, et encore une autre... - Mais il a dit qu’il nous rendra nos affaires après ! - Bah ouais mais c’est un mago, et les magos, c’est vicieux et menteurs - Je sais moi ! Si il a menti, on lui casse la gueule, on profite de son corps avant qu’il soit froid et pis on... euh, je crois que je me suis un peu emmêlé, là. - Et en plus, le mago, y nous oblige à rester avec ces gars pas marrants - Ouais, et en plus, l’orc, il est tout vert ! - Bah ouais ! Un orc, c’est toujours vert. - Bah oui, mais y paraît qu’y en a qui sont noirs, et y en a même des violets ! On en a vu un, même, une fois et...
Et la conversation continua pendant de longues minutes, de très longues minutes...

***

Séphiroth entra dans la caserne calmement. Depuis sa séparation avec le reste du groupe, il avait fait deux découvertes ; la première l’enchantait et la deuxième le mettait dans une colère noire. En effet, pendant la bagarre générale qui avait éclaté dans l’auberge, il avait découvert que le magicien ne lui avait pas supprimé définitivement ses pouvoirs. Il les avait juste rendu indécelables, mais le sort qu’il avait utilisé devait certainement s’affaiblir au cours du temps. Ainsi, Séphiroth avait compris qu’il récupérerait tout de même la totalité de ses pouvoirs, mais pas avant de longs mois, voire de longues années. Au moins n’était-il pas totalement désarmé. Il ne lui restait que quelques sorts mineurs assez minables, mais au moins, il pourrait se défendre si besoin est. Mais son bonheur avait été de courte durée. En effet, après avoir pris le chemin de la cuisine discrètement, être sorti par la porte de derrière et avoir marché environ une douzaine de mètres, il s’était heurté à une sorte de champ de force invisible. Pire encore, ce mur invisible l’avait traîné dans la direction de ses compagnons de fortune. Il avait calculé rapidement la distance entre lui et les autres. Ils étaient environ à vingt mètres de lui. Il s’était rapidement relevé et avait donc marché contre son gré dans la direction qu’empruntaient les gardes et leurs prisonniers, afin de ne pas se faire à nouveau pousser par cette nouvelle plaisanterie du magicien. Décidément, ce dernier avait décidé de le ridiculiser jusqu’au bout. Non seulement, il lui avait retiré ses pouvoirs, mais en plus il l’obligeait à se coltiner pour un bon bout de temps ces olibrius. Il n’avait donc véritablement plus eu le choix. Il s’était résigné à tous les sortir de prison dans les plus brefs délais.

- Garde à vous !
Le sergent local se leva rapidement, très surpris de cette entrée soudaine. Séphiroth savait qu’il n’aurait pas plusieurs chances ; il fallait parfaitement jouer le comédie et réussir à faire gober à ce sergent ses histoires, s’il ne voulait pas se retrouver enfermé avec les imbéciles qu’il venait libérer. Il fallait jouer serré, car il n’avait ni faux papiers, ni même l’allure du personnage duquel il voulait se faire passer. Le sergent lui fit un rapide salut, puis attendit que le nouveau venu, certainement un officier supérieur, se présente.
- Repos ! Quel est votre nom, sergent ?
Sephiroth devait tout faire pour que l’homme soit confus, car il savait par expérience qu’un homme désorienté et déstabilisé était plus facile à manipuler. D’un autre côté, il fut heureux de constater que ce sergent n’avait pas l’air très malin. Son plan devrait se dérouler sans qu’il rencontre de difficultés.
- Alors, sergent ? Votre nom ? On n’obéit plus aux ordres d’un supérieur, maintenant ?
- Euh... ser,... sergent Brogan, monsieur !
- Mon capitaine !
- Euh... oui mon capitaine. !
L’homme était déjà paniqué. Tout se passait parfaitement. Il n’avait plus qu’à inventer un prétexte pour examiner les prisonniers et faire sortir ses nouveaux « compagnons ». Mais soudain, un autre homme entra. Il était plus âgé, un petit peu enveloppé, avec un visage rubicond et une barbe de trois jours lui recouvrait le menton. Malgré son allure un petit peu pachydermique, il semblait bien plus intelligent et plus posé que ce sergent. Les choses se compliquaient.
- Capitaine Karsteen, et vous êtes ?
- Capitaine Dunhold, du service spécial de notre bien-aimée baronne.
Malgré sa posture tranquille, Sephiroth devina que le capitaine Karsteen était un peu anxieux, mais qu’il était en ce moment en train de l’analyser, afin de savoir s’il était possible ou non que cet homme en rouge dise la vérité. Il allait devoir se surpasser s’il voulait faire gober son histoire à cet homme.
- Pouvez vous me montrer vos papiers, capitaine Dunhold ?
- Non, je ne les ai pas. Je suis venu ici pour récupérer des volontaires, capitaine Karsteen. Je suis mandaté pour une opération... spéciale, aussi vous comprendrez que la baronne a voulu que je vienne incognito. Mais, capitaine, auriez vous un endroit où nous pourrions parler en privé ?
- Pas de problème. Suivez moi, lui répondit-il.
Ils montèrent les escaliers afin d’aller dans le bureau personnel du capitaine Karsteen. La pièce était assez petite, avec un bureau recouvert de paperasse et étrangement, il vit deux photos dans des cadrans qui semblaient être l’unique décoration qui égayait la salle. La première le représentait, avec sa femme, l’autre le représentait souriant, avec deux de ses hommes sous les bras, et avec le reste de ses hommes autour de lui qui étaient tous rigolards. Qu’est-ce qu’un homme minable comme ce capitaine faisait avec le produit d’une technologie aussi complexe ? Comment diable avait-il pu se procurer ces choses si rares qu’étaient les photographies ?
- Bien capitaine Dunhold, vous pouvez parler ici.
- Très bien. J’ai été mandaté par notre grande baronne en personne pour une mission de la plus haute importance. En effet, nous avons eu vent de rumeurs parlant d’un nouvel ennemi que s’est fait madame la baronne et qui se prépare à venir. Je dois réunir des hommes pour estimer cette menace et si possible, la neutraliser.
- Quelle genre de menace, capitaine ?
- Je n’ai malheureusement pas l’autorisation de divulguer cette information. A moins que...
Il était temps de voir si son discours avait porté ses fruits.
- A moins que vous décidez de vous porter volontaire. Un vétéran tel que vous serait le bienvenu étant donné le danger de cette mission, continua Sephiroth, en insistant sur chacun des mots.
- Euh... et bien, je... je crains qu’il ne me soit impossible de venir. Effectivement, je suis déjà très occupé par toutes les responsabilités qui m’incombent. Tenez, il y a à peine trois heures, j’ai dû me battre vaillament dans une auberge située en à une dizaine de kilomètres de la ville de pour y restaurer le calme à cause d’une bande d’ivrognes assez hétéroclites qui étaient soupçonnés de meurtre...
Sephiroth dissimula un sourire provoqué par le fait qu’il n’aie pas vu une seule fois le capitaine lors de la capture de l’orc et des 3 humains. Décidément, ce capitaine avait beau avoir l’air intelligent, il n’en restait pas moins un poltron !
- ... De plus, ma disparition risque, je pense, de compromettre votre anonymat, et puis...
- Ce n’est pas grave, capitaine. Je comprends tout à fait. Mais comment se fait-il que vous soyez libre en ce moment même ? Si je ne me trompe, chaque arrestation doit être suivie d’un remplissage de divers papiers administratifs très importants et...
- Vous n’êtes pas au courant ? La baronne, qui est un peu magicienne, m’a remercié de mes loyaux services pendant 10 ans de cette bague qui me permet de me téléporter. Et en plus, cette bague est munie d’un système de sécurité interdisant à toute autre personne que moi de l’utiliser. C’est également elle qui possède une sorte d’appareil qui permet de capturer l’image des gens, et c’est elle qui m’a « photographié », je crois que c’est le mot qu’elle a employé, avec ma femme et mes hommes. Notre bien aimée baronne est vraiment une femme formidable.
L’homme poussa un petit soupir.
Sephiroth connaissait depuis longtemps le dispositif, mais il dût attendre que le capitaine aie fini son explication par politesse. Il reprit alors la parole :
- Très ingénieux en effet. Votre bague est vraiment miraculeuse. Mais assez parlé et venons en au but de ma mission. Il faut que vous me confiez une demi-douzaine d’hommes dans les plus brefs délais. Choisissez bien, il se peut qu’ils ne reviennent pas.
C’était la dernière étape de son plan improvisé. Il fallait que ça marche, sinon, il rejoindrait très certainement ceux qu’il était venu aider dans leur cellule. Faites qu’il avait eu raison à propos de la photo le montrant avec ses hommes !
- Sauf votre respect, capitaine Dunhold, ces hommes me sont indispensables. Nous sommes une ville assez agitée, et les frontières entre notre baronnie et celle de notre ancien ennemi le baron Eckerith sont assez proches, et je ne peux me permettre de perdre des hommes.
Sephiroth regarda l’officier dans les yeux. Cet homme ne parlait plus par lâcheté. Il avait eu raison : le capitaine aimait ses hommes et ne voulait pas les perdre. Il vit alors que cet homme, malgré son manque de courage, était quelqu’un de dévoué à ses hommes, prêt à tout si cela pouvait les sauver. Voilà pourquoi, malgré le fait qu’il soit très certainement expérimenté, cet homme n’était que capitaine. Sephiroth l’admirait, d’un certain côté. Certaines personnes de sa connaissance feraient bien de prendre exemple sur cet homme. Mais ce n’était pas le moment de se remettre à penser à son passé. Il devait se concentrer sur sa tâche.
- Bien capitaine, je comprends. Le problème est que je suis assez pressé. N’avez vous pas connaissance de civils qui accepteraient, ou même de prisonniers ayant la carrure nécessaire pour...
- Mais si, bien sûr ! s’exclama le capitaine d’une voix plus sûre montrant son regain d’espoir. La bataille dans la taverne dont je vous ai parlé tout à l’heure ! Les hommes qui en sont la cause se débrouillent tous bien au combat et ont montré une farouche résistance quand mes hommes ont tenté de les arrêter! Ils en ont blessé plusieurs et l’un d’eux, un étrange barbare en pagne, a même failli en tuer plusieurs, mais nous avons su les maîtriser à temps.
- Je suppose que je vais devoir m’en contenter. Montrez les moi, s’il vous plaît, capitaine Karsteen, afin que je puisse voir s’ils sont aptes au travail que la baronne va leur confier.
- Pas de problèmes. Vous n’aurez qu’à dire au sergent Brogan que je vous ai donné ma permission.
Sephiroth sortit du bureau et ferma la porte derrière lui, heureux de constater que ses talents de manipulateur étaient restés intacts et que les gens étaient toujours aussi faciles à berner.

***

Akayne soupira. Cela faisait un quart d’heure qu’il supportait les débats incessants du poivrot schizophrène et il commençait à perdre patience, tout comme l’orc qui semblait hésiter à se lever pour l’assommer. Heureusement pour eux, leur attention fût captée par des bruits de pas dans le couloir. Il eut du mal à cacher sa surprise quand l’homme en rouge accompagné d’un garde ouvrit la porte de la cellule. Mais il était le seul à être surpris, du moins, à ce qui lui semblait. L’orc n’avait esquissé qu’un haussement de sourcil, le barbare, comme à son habitude, ne fit pas un geste, à part peut-être un léger soulèvement de ses lèvres supérieures - un sourire ? - et l’alcoolique, qui ne semblait pas reconnaître l’homme en rouge, préférait donner une tape dans le dos du garde en lui disant « Ca c’est gentil de penser à encore nous faire sortir, sergent ! »
L’homme en rouge prit la parole :
- C’est tout ce que vous avez, sergent ?
- Euh..., et bien... oui.
- Bon, il faudra m’en contenter. Ils ont l’air assez costauds. Ca devrait aller. Messieurs...
Il ponctua cette déclaration par un rapide clin d’œil.
- ... Je vous offre la chance de sortir de cette prison. Vous pouvez tous devenir des soldats officiels de notre bien-aimée baronne et pourrez m ‘accompagner dans un mission de la plus haute importance. Acceptez-vous ?
Akayne ne pût s’empêcher d’admirer les talents de comédien de l’homme en rouge dont il n’arrivait toujours pas à de rappeler le nom. L’avoir comme allié temporel était la bienvenue, et malgré sa fébrilité, il venait de montrer sa grande intelligence. « Ca sera toujours mieux que deux tueurs de sang froid et un ivrogne trop bavard... » pensa t-il.

***

Andoren se trouvait en se moment dans la salle du Seigneur Devraël. Très particulière, on y accédait par un portail mais on ne pouvait en sortir que si le Seigneur ouvrait lui-même le portail de sortie. Andoren n’y était venu qu’en de très rares occasions, mais chacune avait été des plus marquantes. La première fois, c’était quand il avait obtenu son statut actuel, celui de commandant des missions sacrées de plus hautes importances. L’endroit l’avait toujours perturbé. Bien qu’elle s’appelle la salle du Seigneur, ce n’était pas vraiment une salle. En effet, il n’y avait ni mur, ni sol, ni plafond. Il n’y avait qu’une lumière blanche aveuglante qui ne pouvait être que d’origine divine venant de toutes les directions, ce qui était très étrange. Andoren avait l’impression de se retrouver en plein cœur de l’infini, ce qui lui procurait un sentiment de plénitude. Il observa alors son Seigneur, qui semblait être le centre de cette lumière.
- Andoren, si je vous ai convoqué, c’est pour une mission bien précise.
- Je vous écoute, mon Seigneur.
- Vous avez très certainement entendu les rumeurs, n’est-ce pas ?
- Quelles rumeurs, mon Seigneur ? répondit Andoren.
Il savait parfaitement de quelles rumeurs parlait le Seigneur Devraël, mais il lui semblait inconvenant de montrer qu’il s’intéressait aux ragots ou à n’importe quelle information qui ne venait pas de source sûre.
- Allons, vous avez bien dû le sentir. Il s’est trahi. Sa marque s’est remis à fonctionner et nous savons maintenant où il est. Vous l’avez connu, Andoren. Vous devez l’avoir senti.
- J’avais en effet senti quelque chose, mais il nous a dupé tant de fois, Seigneur...
- Pas cette fois, Andoren. Quelqu’un ou quelque chose l’a affaibli, et il n’a plus le pouvoir de cacher sa marque. Il le sait certainement, et a donc du prendre ses précautions. C’est pour cela que je vous ai convoqué, Andoren. Au nom de Sa Sainteté, vous devez le retrouver et nous le ramener. Prenez avec vous autant d’aide que vous jugerez nécessaire, puis retrouvez-le.
- Vous me faites trop d’honneur en me confiant cette mission, Seigneur. Je le retrouverai, et je vous le ramènerai. Cette fois-ci, il ne s’échappera pas, je vous le promet, Seigneur.
- Je te fais entièrement confiance, Andoren. Sache que Sa Sainteté va également envoyer à sa recherche cinq autres personnes afin qu’elles sauvent leur honneur. Je pense que tu les connais toutes ; maître Ezechiel, Virgile, Severina, Artemis et Marneus. Ils ont déjà été informés de la situation et sont en train de se préparer en ce moment même. Avant de partir les rejoindre, entraîne toi une journée à sentir la marque, à repérer son aura. Il faudra que ta concentration soit très grande, si tu veux le capturer. Il ne se laissera pas faire, et préférera se donner la mort que de revenir ici. Son esprit a été corrompu par le mal et je ne sais si nous serons capable de le sauver.
Andoren hésita avant de poser la question qui le brûlait intérieurement :
- Ne devrions nous pas plutôt lui retirer la vie, Seigneur ? Il s’est échappé une fois, et son esprit a été bien trop corrompu. Je doute que nous puissions le ramener sur la voie de la raison...
- Non, Andoren. Si nous le tuons sans essayer de le faire revenir à la raison, alors nous ne serons pas supérieurs à lui. Depuis toutes les années que tu es ici, n’as tu pas compris ? C’est à cause de ce genre de pensées que Corteaz s’est enfui !...
Andoren trembla quand le Seigneur Devraël prononça le nom du déchu.
- ...Nous sommes des anges, et notre but est d’aider les autres, non pas de décider qui doit mourir et qui ne le doit pas. Seul Sa Sainteté a le droit de décider de ces choses.
- Vous avez raison, Seigneur, je me suis laisser emporté par des émotions bassement terrestres. Cela ne se reproduira plus.
- Ne t’en fais pas, Andoren. Si je n’avais pas confiance en toi, je ne t’aurais jamais confié cette mission de la plus haute importance.
- Bien Seigneur. Je retrouverais le déchu et vous le ramènerai, afin qu’il soit guéri de sa folie.