Folie.
Voilà un terme idéal pour définir le pauvre crétin vaniteux que j’ai été. Et que je ne peux pas prétendre ne plus être.
Un leurre. Le rituel, l’Entité, les morts. Tout n’est qu’une vaste fumisterie ! Aveuglé par la peur de la mort, de ma maladie, j’ai eu la naïveté de croire à une échappatoire face au destin.
La guerre a déjà engendré des morts par milliers. J’ai corrompu l’esprit des hommes.
La magie est la source du problème. Trop puissante, trop forte. L’ambition des fous tels que moi associée à cette force d’un autre plan... la source du mal.
J’ai sacrifié les trois. L’Entité. J’ai donné la force au monstre pour ouvrir le portail. Et lui ai fourni les moyens de créer une armée.
Trop tard pour réparer.
Je vais ouvrir un portail et l’attaquer de front. Je sais être incapable de lui tenir tête, mais je sais comment affaiblir son pouvoir un temps. Ainsi Atyarian aura peut-être le temps de se préparer.
Mais seul un miracle pourra la sauver.



Chapitre I


A quelques jours de marche au Sud de Stormwind, la capitale de la baronnie Alianile, se trouve un petit village, Creitohn, et encore un petit peu plus au sud se trouve une auberge miteuse, seul endroit civilisé pour les voyageurs souhaitant se reposer sur le grand trajet séparant Creitohn et la baronnie d’Eckerith, derrière le Grand Mur. C’est bien souvent dans ce genre d’auberge perdue que l’on peut trouver de courageux aventuriers prêts à tout pour défendre de nobles principes, protégeant la veuve et l’orphelin et sauvant le monde à leurs heures perdues. Et puis il y a les autres...

Akayne posa sa main sur la clenche de la porte de l’auberge. Sentant une résistance due à la rouille, il dut s’aider de son deuxième bras et s’arc-bouter dessus afin de lui faire entendre raison. Un tel effort était déconseillé pour quelqu’un qui comme lui n’avait mangé ni bu durant deux jours entiers, et ce seul acte lui valut des élancements dans la plupart de ses muscles. C’est à peine s’il tenait encore debout, et les violentes bourrasques de vent sévissant au dehors, charriant des gouttes de pluie lui fouettant le visage, avaient failli le faire tomber définitivement bon nombre de fois ces dernières heures. Depuis sa fuite d’Eckerith, il n’avait osé s’arrêter, et avait obligé sa monture à soutenir un rythme effréné. Il ne s’était rendu compte que trop tard que sa propre peur avait obscurci son jugement, et la cadence qu’il avait imposé à l’équidé avait fini par le tuer. Dressé par la guilde pour obéir quelles qu’en soient les conséquences, l’animal n’avait pas rechigné une seule fois lors cette course folle.
Il avait réussi à passer le Grand Mur après une série de contrôles magiques effectués par la dizaine de golems de chair en poste, plus suspicieux que les inquisiteurs de l’ancien temps. Après avoir passé les cinq contrôles de vérité sous sortilège, ils avaient fini par le laisser partir. Ces golems étaient guidés par la justice, et la ligne de conduite qu’on leur avait imposé à leur création ne leur permettait que de juger ses intentions, non pas ses actes passés. Ils l’avaient laissé passer.
Son cheval mort, il avait du continuer à pied des heures et des heures. Il n’avait pas osé s’arrêter une seule fois. Sa femme avait certainement remarqué son absence à la tombée de la nuit, alors qu’il ne s’était pas présenté à son poste. En une trentaine de minutes les enregistrements magiques l’informeraient sur sa fuite. Penser aux traqueurs de la guilde sur ses talons avait été suffisamment motivant pour qu’il en oublie momentanément cette nuit de sommeil. Même si le Grand Mur, preuve irréfutable de la puissance de la baronne, était capable d’empêcher quiconque possédant de mauvaises intentions de passer la frontière, sa guilde avait bien des ressources cachées et des agents infiltrés partout, même dans la baronnie d’Alianile.
La deuxième journée s’était écoulée de la même façon, sans qu’il ne mange ou ne boive. Dans sa précipitation il avait même oublié de prendre des provisions, imbécile qu’il était. Plus de quinze ans qu’il exerçait ses talents dans la guilde, et en un seul jour, il avait décidé de tout lâcher, sans réfléchir davantage à ce qu’il ferait. Il avait fui sans utiliser son cerveau, cédant à une pulsion folle, et ne savait même pas vers quoi il se dirigeait. Mais il était trop tard pour revenir en arrière. Sa femme ne lui pardonnerait jamais cette erreur et se devrait de l’exécuter pour l’exemple, la désertion étant le pire crime dans sa profession. S’il était capturé hors d’Eckerith et soumis à une scrutation magique telle celle des golems du Grand Mur, sa guilde était perdue.
La fin de cette deuxième journée de course acheva son corps, et éreinté, il aurait voulu s’arrêter pour dormir. La pensée des traqueurs s’y opposait formellement, mais ses muscles fous de douleur lui imposaient un arrêt immédiat de toute activité.
Et pourtant il avait continué à marcher, surpassant ses limites d’endurance mentale et physique.
Une heure plus tard il était tombé au sol, et avait senti sa conscience le quitter.
Mirage, rêve ou réalité embrumée, une étrange femme l’avait alors aidé à se relever. Vêtue de deux minuscules bouts de tissu noir, couvrant à peine les tétons de ses seins et son entrejambe, de longs cheveux ébène cascadant sur ses épaules, elle l’avait regardé de ses yeux de jais qui suggéraient une bonté et une générosité sans faille. Subjugué par ce regard et par la beauté époustouflante de la femme, il n’avait même pas pensé un seul instant que la folie avait du le rattraper.
En y repensant alors qu’il poussait la porte grinçante de l’auberge, il rit de sa propre bêtise. Les femmes presque nues au corps de rêve qui venaient vous secourir... n’existaient que dans les rêves. Son subconscient avait du dériver et inventer cette femme, qui faisait pourtant encore battre son cœur tant sa vision était subjuguante, afin de le pousser à continuer sa fuite. Quoiqu’il en soit, la chance avait été avec lui puisque dans un regain de force qu’il ne comprenait pas, il avait atteint cette auberge.
Un relent d’odeur nauséabonde lui agressa les sinus tandis que la salle se dévoilait à lui, sans doute le délicat fumet de la nourriture locale. Ayant vu l’état de l’auberge de l’extérieur, il s’était attendu à une qualité piètre, mais ne comptait pas faire le difficile. Un repas, s’il avait la force de mastiquer, et un matelas, voilà ce dont il avait besoin. Il avait assez d’argent sur lui pour se payer tout ce dont il avait besoin.
Le plancher moisi grinça sous lui tandis qu’il s’avançait. D’un revers de sa manche, il essuya les gouttes d’eau ruisselant de ses cheveux blonds sur son visage, s’amoncelant dans ses sourcils et continuant leur chemin dans ses yeux. Sa cape et sa culotte noire, tout comme son armure de cuir étaient trempées.
Quelques clients le dévisageaient. Son apparence propre contrastait beaucoup avec la plupart des ivrognes dépenaillés de l’auberge. Malgré ces deux derniers jours qui faisaient apparaître deux cernes creusées tels des sillons sous ses yeux, il gardait une posture droite et ses vêtements suffisaient à le classer parmi la haute bourgeoisie. Une serveuse passait entre les tables un plateau empli de chopes de bière dans une main, se servant de son autre main pour chasser celles des alcooliques, un peu trop baladeuses. Un ivrogne particulièrement éméché aux normes hygiéniques assez libres parlait seul en modulant régulièrement sa propre voix. Apparemment il semblait communiquer avec deux autres personnes qui lui répondaient par l’intermédiaire de sa propre bouche. Les boissons locales semblaient pour le moins fortes...
Son allure d’aventurier de haut rang social n’était pas la seule à jurer. Un homme avec un long manteau rouge et une magnifique épée ouvragée accrochée dans le dos buvait un verre de vin assis au comptoir. Les cheveux marrons assez courts, il le regarda de son visage anguleux et sans expression pendant quelques secondes avant de détourner ses yeux bruns, les replongeant dans son verre.
Un noble aux habits gris ornés d’or était également présent, assis seul au fond de la pièce. Il sirotait également un verre de vin tout en jetant de fréquents coups d’œil par la fenêtre.
Deux tables avaient été séparées des autres. A l’une était assis un orc vert d’environ deux mètres cinquante. Le visage carré qu’on aurait pu croire taillé au couteau, chauve, les yeux noirs, ses deux canines de sa mâchoire inférieure proéminente dépassant légèrement de sa bouche comme tous ceux de leur peuple, l’orc l’avait également fixé de son regard dur quelques instants avant de le replonger dans sa cinquième chope de bière. Quatre autres étaient déjà vides, dispersées sur sa table. Un gigantesque bâton dans lequel était incrusté diverses gemmes multicolores reposait debout contre sa chaise.
L’orc était donc chaman. Etrange qu’il soit ici seul... les chamans orcs sont les guides spirituels de leurs tribus, interprétant les signes de la nature et des éléments. A part en cas de force majeur, qui mettrait par exemple en danger la tribu, ces derniers ne quittent jamais les leurs. Sa présence dans cette auberge miteuse à perdre son temps dans l’alcool démentait pourtant l’hypothèse d’une quête solitaire pour aider les siens.
A l’autre table, proche de celle de l’orc se tenait un autre étrange personnage, une sorte de barbare des plaines, ne portant qu’un simple pagne en peau de bête noire et grise. Sa barbe de quelques jours et ses longs cheveux bruns en bataille, ses yeux noisette perçants, ses muscles proéminents et son visage sombre faisaient de lui le stéréotype du guerrier brutal et méchant. Sur son bras puissant était gravé à même la peau, certainement à l’aide d’un objet tranchant, un étrange symbole qu’Akayne ne put distinguer du pas de la porte.
- Et bien sacrés énergumènes, grommela t-il dans la barbe qu’il ne portait pas, alors qu’une serveuse assez mignonne le rejoignait pour l’accueillir. Les cheveux roux et bouclés, les yeux pétillants de malice elle lui sourit de manière enjôleuse avant de lui adresser la parole. Son visage encore jeune constellé de tâches de rousseur indiquait à l’assassin que la fille ne devait même pas avoir vingt ans.
Après l’avoir accueilli d’un « bienvenue messire » des plus enthousiastes, elle le conduisit à la table la plus proche de la cheminée et le débarrassa de sa cape pour la faire sécher. Il n’eut le temps de passer la moindre commande que la serveuse était déjà partie. Elle revint quelques minutes plus tard, un bol fumant de soupe de légumes.
- Vous devez être glacé sous vos habits trempés messire. Si vous le désirez je pourrais trouver un moyen de vous réchauffer cette nuit, lui chuchota t-elle à l’oreille avant de s’éloigner sans qu’il n’ait le temps de placer le moindre mot.
Si jeune et déjà si audacieuse... comme toutes les serveuses de ce genre d’établissement pauvre, elle cherchait par tous les moyens une vie plus confortable, quitte à sacrifier son corps pour cela. Akayne devait avoir suffisamment attiré son attention pour qu’elle tente sa chance avec lui.
Les yeux d’un bleu profond, le visage fin et gracile, quelques mèches de cheveux blonds tombant gracieusement sur son visage, un bouc soigneusement coupé qu’il avait continué à entretenir pendant son voyage - le contact du couteau contre sa peau chaque jour depuis des années lui permettait de se rappeler qu’il était tout aussi facile de mourir que de donner la mort, chose qu’il avait tant de fois fait pour la guilde - il avait toujours eu un physique très attirant, et en avait toujours eu conscience. Autrefois, le jeu de la séduction l’avait amusé, et sa sale manie de séduire de nombreuses filles par son physique et son charisme naturel avaient souvent attisé la jalousie des autres membres de la guilde, que la vie avait moins gâté.
Aujourd’hui il était lassé de ces futilités. Sans vraiment comprendre pourquoi, il sentait qu’il n’était plus d’humeur à jouer ainsi avec l’autre sexe. Et de toutes façons, il était bien trop fatigué pour pouvoir satisfaire pleinement la serveuse. Sans oublier qu’elle serait vite déçue de savoir qu’il ne possédait aucune terre, que tout son argent reposait dans sa bourse, et qu’elle avait encore une fois du sacrifier sa dignité pour rien.
Il prit une cuillère de sa soupe puis la porta lentement à ses lèvres, par peur de se brûler. La température était idéale, et l’odeur de son plat rappelait à son estomac qu’il était vide. Posant sa cuillère, Akayne attrapa le bol à pleines mains et le porta à devant ses lèvres afin de pouvoir plus rapidement ingurgiter son contenu. Au diable les convenances, il était trop affamé pour se soucier de cela. De toutes façons ce n’étaient pas les ivrognes locaux qui allaient lui reprocher sa façon de se tenir.
Alors qu’il reposa son bol vide sur la table, une étrange sensation l’envahit. Le décor tournait lentement autour de lui et les flammes de la cheminée semblaient redoubler d’intensité, brouillant sa vision. Il ne savait si c’était la fatigue qui le rattrapait ou le fait qu’il ai trop rapidement ingurgité son plat après deux jours sans se sustenter, mais la sensation était extrêmement désagréable. Sa tête trop lourde tomba sur la table, et son esprit fatigué ne put lutter contre la vague de fatigue qui l’envahit.

***

Asdolean émergea de son sommeil, et ouvrant les yeux il put constater la présence de barreaux devant lui. Il se releva en un sursaut et examina rapidement les lieux. La surprise, de courte durée, laissa place à la partie analytique de son esprit. Il n’était pas seul, d’autres clients de la taverne se trouvaient avec lui, ou plutôt les plus dépravés d’entre eux qui comme lui venaient de se réveiller. A eux tous ils étaient cinq, chacun enfermé dans une cage différente, suspendue dans les airs par une grosse chaîne reliée à un mécanisme à l’extrémité de la pièce.
En dehors de leurs cinq cages étroites, il n’y avait absolument rien dans la salle aux murs blancs immaculés. Aussi Asdolean examina t-il rapidement les trois hommes et l’orc qui se trouvaient dans la même fâcheuse position que lui.
Par réflexe, il porta la main dans son dos, et constata que bien entendu Truthide lui avait été confisquée. Il n’avait pas la moindre idée de l’instigateur de cette situation, mais il comptait bien lui faire payer chèrement cette mauvaise blague.
Cherchant un sortilège efficace pour se tirer d’affaires, il put constater le réel danger qui le menaçait. Les runes ne répondaient plus à son appel. Il les cherchait dans son esprit embrouillé mais celles-ci, dès qu’il croyait les approcher, s’éloignaient de sa portée.
Plus la moindre étincelle de pouvoir... et aucune arme blanche.
La situation a rarement été aussi mauvaise dirait-on... celui qui les avait mené ici s’était donné bien du mal pour le contenir. Il ne comprenait cependant pas la présence des quatre autres individus. Certes il était compréhensible qu’on veuille attenter à sa vie ou simplement le capturer, mais pourquoi diable d’autres clients de la taverne avaient-ils été également faits prisonniers ?
Asdolean passa de surprise en surprise au moment où il incanta une analyse magique sur sa personne afin de voir si leur agresseur lui avait fait quoi que ce soit. Cette capacité que les siens possédaient dès la naissance n’était pas de source magique, ou tout du moins échappait t-elle aux règles des runes qui régissaient la magie terrestre.
Une puissante lueur rouge reliant son cœur à son cerveau l’aveugla à moitié par son intensité. Stoppant l’analyse, il mit quelques secondes avant de retrouver une vision correcte.
Un sortilège tournoyait autour de son cœur, mais restait passif. Il n’attendait que l’ordre du jeteur de sorts pour être activé. Quoi qu’il en soit c’était cette chose, reliée également à son cerveau, qui bloquait sa mémoire des runes et qui serait certainement le moyen de pression utilisé par leur agresseur. Avec un tel piège, il pourrait leur demander ce qu’il voulait ou les tuer d’un claquement de doigts.
- Ah ! Je vous avais dit que cette bière avait un goût étrange !
Cette dernière phrase avait été prononcée par l’ivrogne à la longue barbe noire et aux cheveux en bataille. Entièrement dépenaillé, il s’adressait visiblement au mur, puisqu’il ne regardait aucune des autres personnes mais leur tournait le dos. L’ahuri confirma cependant les doutes d’Asdolean ; ils avaient été drogués. A quelle fin, il ne le savait pas encore.
Il posa son regard un autre homme tout aussi corpulent, sorte de barbare des plaines. Il était grand, ne portait qu’un simple pagne et possédait une imposante musculature. Il avait également gravé dans la peau un symbole - un triangle barré de deux traits - qu’Asdolean identifia comme démoniaque. Il tenait en sa main droite une chaîne implantée dans un manche en bois qui devait être autrefois un fléau. Il trouva cependant étrange que quelqu’un se donne la peine d’enlever la tête de son fléau au lieu de lui subtiliser directement l’arme. Pourquoi diable lui avoir laissé un manche et sa chaîne ?
- Il ne nous reste plus qu’à attendre...
Il avait à peine murmuré cette phrase que pourtant les quatre prisonniers se tournèrent vers lui, mais aucun ne lui répondit. Cependant il pouvait sentir leur regard interrogateur peser sur lui.
- Simple déduction, dit-il comme s’il répondait à la question qu’ils n’avaient pas encore formulé. Nous avons été drogués, désarmés et traînés en ce lieu. Celui qui nous a fait ça compte donc certainement venir nous voir à un moment ou à un autre. Le simple fait que nous soyons en vie prouve que d’une façon ou d’une autre, quelqu’un nous veut quelque chose.
Il se permit un petit sourire sans joie.
- Et quand ce quelqu’un se montrera, il regrettera de m’avoir causé tant de désagréments.
- Et que me feras-tu donc, Asdolean ?
La voix moqueuse était sortie de nulle part. Il sursauta, tout comme les autres présents dans la salle, sinon le barbare en pagne, qui regardait fixement le sol au centre de la salle. Sept runes brillèrent pendant une seconde à cet endroit. Asdolean se maudit intérieurement en voyant qu’il était incapable de les identifier, nouveau rappel de sa faiblesse actuelle.
Un étrange vieillard apparut alors au centre des sept runes. Vêtu d’une longue robe blanche, il le fixait intensément de ses yeux gris sans iris ni pupille. Son visage profondément ridé témoignait du poids de son âge, pourtant démenti par sa voix et sa posture. L’homme était vieux mais toujours vigoureux. De plus, il était inutile d’utiliser ses facultés d’analyse magique pour déceler la puissance émaner du mage qui lui souriait.
- Plus de runes, plus de magie, lui dit-il d’une voix railleuse. Et sans la magie, tu ne vaux guère plus qu’un moucheron Asdolean, n’est-ce pas ? Inutile d’essayer Inferno, ta magie sauvage ne peut non plus t’être utile dans ce lieu.
Asdolean se retourna pour examiner l’orc qui avait pour nom Inferno. Celui-ci avait l’air au moins aussi furieux que lui l’était intérieurement. Les mains jointes par l’index et le majeur en avant, il avait tenté lui aussi de lancer un sortilège, en vain.
Le guerrier au tatouage s’auréola d’une couleur rouge sang. Personne d’autre que lui ne pouvait voir le pouvoir qui partait du manche de son arme et qui envahissait le corps du barbare. Seuls ceux possédant ses capacités pouvaient détecter l’engeance démoniaque. Le barbare n’était pas un simple corrompu, c’était un champion, au service direct de son maître. Il aurait du le remarquer beaucoup plus tôt étant donné ses connaissances en la matière. Le magicien blanc avait bien travaillé : il avait véritablement neutralisé sa magie et même une partie de ses connaissances, comme si son cerveau refusait de lui fournir les renseignements dont il avait besoin.
Asdolean pouvait imaginer les projets du démon quant au devenir du magicien et sourit. L’aura rougeâtre témoignait de la puissance que dégageait le champion, et il pouvait facilement deviner le vainqueur d’un combat entre les deux protagonistes. Le résident infernal semblait vouloir assister son protégé, mais pourtant, quelque chose clochait. Son aura n’augmentait plus. Elle diminuait même progressivement jusqu'à disparaître presque totalement. Il restait tout de même un résidu de puissance, mais uniquement autour du manche de son arme, enfermant la volonté du démon en cet endroit. Bien sûr, il était le seul à voir l’aura, et donc le seul à comprendre que le magicien avait du prévoir les intentions du démon. Il aurait pu rire du comique de la situation - un démon incapable d’aider ne serait ce qu’un tout petit peu son hôte - si ce n’était que s’envolait avec cette aura son unique chance de neutraliser ce magicien et de repartir de ce lieu.
- Un problème avec votre protégé, démon ?
La voix du magicien était de plus en plus moqueuse. Il n’avait pas bougé depuis son apparition mais semblait pourtant voir tout ce qui se passait dans la pièce. Asdolean, étant au courant de l’ego des démons, sut alors que ce dernier devait être dans une fureur bien supérieure à celle de l’orc ou à la sienne. Le magicien venant de confirmer les doutes des autres quant à l’identité du barbare, ceux-ci semblaient tous perturbés, connaissant certainement la cruauté légendaire de ces êtres. Le seul qui restait calme était l’alcoolique, qui semblait préférer parler tout seul que d’écouter les sarcasmes du magicien.
- Ecoutez moi bien ! J’ai pris les dispositions nécessaires à ma sécurité, et au bon déroulement des opérations. J’ai un travail à vous confier, et vous allez l’effectuer, sans quoi je me verrais dans l’obligation de vous tuer grâce au sortilège que j’ai placé sur chacun d’entre vous. J’espère que vous comprenez que vos choix sont limités. L’obéissance ou la mort.
- Quel genre de travail ? demanda l’homme blond, apparemment plus en forme qu’au moment de son entrée dans l’auberge.
- Pour résumer, disons que j’ai quelques projets d’expansion et que, pour me contrer, mes rivaux ont envoyé une sorcière qui s’est installé à l’ouest de la forêt de Tabezhail. C’est elle la cible. Je l’aurais bien tué moi-même mais j’ai beaucoup d’affaires importantes qui retiennent mon attention. Elle est faible, et même avec vos capacités amoindries vous pourrez m’en débarrasser. Ceci fait je vous libérerais de mon emprise. Certains d’entre vous avaient des possessions relativement chères à leurs yeux. Je vous rendrais tout une fois la tâche accomplie.
- Pourquoi nous ? demanda alors Asdolean sur un ton sarcastique. Vous êtes d’une si grande puissance, pourquoi ne pas avoir délégué cette tâche à vos innombrables subordonnés ?
- Je ne crois pas me rappeler vous avoir donné le droit de me poser des questions. Obéissez et tout ira pour le mieux. Des objections peut-être ?
Constatant qu’aucune des cinq personnes ne lui répondait, le mage se mit à incanter. La vision d’Asdolean devint floue alors qu’il pouvait sentir le sortilège de ce nouvel ennemi stimuler certaines zones de son cerveau. Manipulé par cette force qu’il ne pouvait contenir, il perdit conscience.