Affichage des résultats 1 à 9 sur 9

Discussion: [Quête Solo] Des racines et des ailes : en mer

  1. #1
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691

    [Quête Solo] Des racines et des ailes : en mer

    Chès, 9ème jour de la 3ème veille, en mer

    Lathandre, me revoilà. Tu n’y croyais sans doute plus et pourtant ! J’ai repris ma plume et je vais essayer d’écrire droit, ce qui n’est pas gagné compte tenu de la houle. Ce sont les tempêtes printanières, paraît-il. Personnellement, peu me chaut, mais Hubert n’est pas du même avis… Ha ! J’aurais dû me douter qu’un montagnard de son espèce n’aurait pas le pied marin... Il aurait dû m’en parler, cependant. J’espère qu’il va s’habituer parce que nous en avons pour dix jours au moins, selon notre capitaine.

    Nous avons profité hier soir d’un dernier repas à terre, du gibier à quatre pattes, le genre de choses qui est désormais hors de notre portée pour un temps, puis d’une nuit… que je passerai sous silence, si tu le permets.

    Nous nous sommes levés avant l’aube, avons traversé la ville comme des chats en maraude, et avons embarqué sur la Prompte. C’est un superbe trois-mâts, aux voiles oranges et bleues, dont la proue figure une biche, du moins je le pense (les bestioles, ce n'est pas ma spécialité). L’équipage compte une douzaine de personnes, nous sommes onze passagers, et nous transportons principalement du vin solarcien, des étoffes fééruniennes et des farines qui viennent de Sailorath. Un chargement éclectique en somme.

    Hubert et moi avions décidé de faire profil bas sans pour autant nier complètement ce que nous sommes, mais ça n’a pas tenu plus d’une demi-heure. La mer était agitée et il est tombé malade presque tout de suite, ce qui attire immanquablement les regards. De surcroît, nous sommes les seuls passagers à avoir embarqué à Grand Estuaire. Tous les autres viennent de Solarcis, ce qui, tu l’imagines bien, n’a évidemment pas arrangé les choses… Ceux qui ne m’avaient jamais vu avaient déjà rencontré Hubert et inversement. Bref, comme il était descendu dans notre cabine pour tromper les remous de son estomac, je suis resté seul face aux curieux. Deux marchands m’ont snobé — c’est de bonne guerre, nous n’avons jamais été amis — mais le couple de luthiers, le conteur et l’aristocrate se sont montrés beaucoup plus intéressés par nos récentes aventures. Les enfants, eux, s’en sont peu souciés, ce que je comprends parfaitement. Il m’a fallu ressortir les tristes mensonges sur mon départ précipité de Solarcis, je n’ai pas vraiment su quoi dire pour Hubert, et puis le grain m’a sauvé, nous forçant tous à trouver refuge sous le pont. Je sais, cependant, que tôt ou tard, il me faudra répondre à d’autres questions.
    Mais c’était ce matin et c’est déjà presque la nuit, désormais… Le vent n’a pas faibli et nous bondissons sur les vagues comme des dauphins agiles, prisonniers de nos chambres exiguës. Il y fait bon, cependant, et quand je contemple le ciel noir, au dehors, je me sens comme dans un cocon douillet.

    Les journées vont être longues. Nous ne ferons pas escale avant d’avoir atteint l’extrémité nord de la Lunatique, non loin de Correliah, toute la zone entre les deux étant, selon les dires de notre capitaine, Dame Hermione, « pleine de zombies et d’Oghmans enragés ». Il est heureux que les Ithiliens n’aient pas de flotte mais nous allons néanmoins nous éloigner quelque peu des côtes, par sécurité. Le temps devrait s’apaiser d’ici demain, mais la saison est propice aux grands vents et aux vagues tumultueuses. Pauvre Hubert.

    Je vais te laisser, Lathandre, je l’entends à nouveau gémir sous sa couverture. J’avais prévu de l’Herbe aux Vers, cependant, je vais pouvoir l’apaiser. La soupe de poissons était délicieuse, mais je ne crois pas qu’il l’a vraiment appréciée…
    Dernière modification par Galathée ; 06/12/2017 à 10h29.

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Chès, 10ème jour de la 3ème veille, en mer

    Lathandre. L’aube, ce matin, est restée invisible derrière les nuages. J’ai prié, Hubert a tenté de le faire puis renoncé. La tempête a forci pendant la nuit, je dois avouer que nous avons été très secoués jusqu’à midi puis, comme toujours, le soleil a pris le dessus et nous naviguons désormais sur une mer parfaitement calme, d’un bleu magnifique, où croisent des animaux marins curieux. La côte est toujours visible, nous ne nous en éloignerons que demain dans la matinée.

    Hubert est remonté sur le pont prendre l’air, le teint plus blafard que jamais. Il est resté assis, un long moment, à la proue, comme je le lui avais conseillé. Il est presque impossible de lui faire avaler quoi que ce soit et je me sens coupable de l’obliger à ce périple, lui qui tient si bien en selle. Je pense qu’il est lui-même surpris de le manière dont les choses se passent. Mais s’il ne va pas mieux demain, je lui proposerai de limiter notre voyage à Lunaros. Même si le mal de mer n’a rien de mortel, il est diablement désagréable pour celui qui en souffre. Aucun sortilège ne semble avoir de prise sur son indisposition — nous avons testé ! — et mes mixtures ne lui procurent qu’un court répit (enfin, celles qu’il ne rend pas à la mer dans l’instant). J’ai essayé de lui changer les idées par divers moyens mais c’est sans succès : il est obnubilé par les mouvements de ses entrailles. Du coup, je le laisse se morfondre tranquillement.

    De mon côté, j’ai surtout lu — j’ai déniché un exemplaire des Sermons de l’Aube, de notre ami Varach, et je m’offre de délicieuses séances de nostalgie spirituelle — et bavardé avec les uns et les autres. Les luthiers et leurs trois enfants partent s’installer à Antelucas, où ils ont été embauchés par un des théâtres principaux de la ville. L’aristocrate — un fils de baron — en est originaire et y retourne après deux ans au service d’un oncle. Enfin, le conteur a l’intention de remonter d’Antelucas à Luménis puis de traverser toute la Vallée du Nirvana pour se faire un nom. Les marchands m’ont à peine salué. Je devine que Béranger n’a pas ramené leurs taxes aux seuils d’avant mon passage destructeur. Haha ! Pardon. Mais je suis quand même content.

    On m’a évidemment interrogé sur mes intentions et j’ai été très honnête : ils avaient entendu parler de Clairétoile, aussi a-t-il été aisé de leur expliquer, en quelques mots, que j’entendais à nouveau servir dans un Temple. Du coup, je me suis engagé à célébrer l’aube pendant la traversée. Tu pavoises, évidemment. Mais tu as raison : je devrais me montrer plus prosélyte, et fier, et flamboyant. Je célébrerai donc l’aube. Si en échange, tu pouvais éviter de me gratifier d’un orage en pleine cérémonie, ce serait gagnant-gagnant.

  3. #3
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    1er jour de la 1ère veille de Tarsakh, toujours en mer

    Lathandre, nous sommes désormais loin de toute terre. Les aubes sont plus magnifique que jamais, car l’horizon est incroyablement lointain, sur cet océan immense. Je n’avais jamais rien contemplé de tel, cette ouverture vers l’immensité, cet espace… La mer entière s’offre au soleil — nous avons eu de la chance avec le temps — et ma cérémonie matinale a pris une tonalité nouvelle devant cette vision incroyable. Je ne sais pas si quiconque s’en est rendu compte, hormis Hubert, qui va mieux, et qui, tu le sais évidemment, a enfin pu prier avec moi.

    Nous avons quitté Clairétoile il y a exactement une veille, maintenant. Parfois, j’ai l’impression que j’y étais hier, parfois que c’était il y a dix ans. Faire sens de tout ce qui s’y est produit prendra immanquablement du temps. Nous avons été poussés vers l’avant, tous ces derniers mois, par les Ithiliens, les démons, les événements, la neige, la nécessité, toujours, tout le temps. A présent que nous pouvons respirer, hors de ces ruines magnifiques, nous sommes à la fois libres et déboussolés. Hubert n’a pas envie d’en parler, je sais qu’il est inquiet. Je ne parviens pas à l’être et c’est grâce à toi, à l’espoir dont tu m’emplis, à la confiance intime que désormais, tout ira bien pour eux. Nous avons triomphé du pire. Nous avons regardé le Mal droit dans les yeux et l’avons défié. Et nous avons survécu. Clairétoile a survécu. Métamorphosée, diront certains. Défigurée, même. Je n’en sais rien. Je n’avais pas ce rêve. Ce qu’elle est aujourd’hui est ce qu’elle est, dans mes yeux. Je n’en connais pas d’autre version. Et contrairement à Hubert, je pense que notre départ est bénéfique. Nous avons l’un et l’autre pris une place démesurée dans cette entreprise, et ce n’était pas le but, pas l’idée de départ. Nous sommes des artisans de son changement, à notre corps défendant, du moins en ce qui me concerne. A présent, Etienne et Marthe sont à nouveau maîtres à bord, même s’ils refusent de l’assumer. Notre absence les forcera à prendre les choses à bras le corps, malgré leur réticence et leur douleur. Les gens de bien trouvent l’énergie en eux de se lever lorsque c’est nécessaire, quelles que soient les turpitudes et les morts rencontrées. Je suis bien placé pour le savoir. Cela prend du temps, mais au final, les attentes des autres nous soutiennent quand nous sommes perdus. J’ai foi.

    Le retour d’Hubert sur le pont a été accueilli avec beaucoup d’enthousiasme… par les trois enfants des luthiers. Yvar, Eigis et Betina étaient de grands admirateurs du Capitaine du Rayon et sont devenus, en quelques minutes, de grands admirateurs du Général de Maleval, à moins que ce ne soit Amiral ou Commandeur ou je ne sais quoi. Bref, Hubert s’est retrouvé avec une joyeuse compagnie, qui a soif de récits d’aventure. Ce n’est pas le meilleur conteur du monde, mais il s’est appliqué, tout en étant très clair sur le fait qu’il ne cherchait pas d’écuyer. Il a dit ça sur le ton de la boutade, mais il y a un gouffre insondable, là-dessous, dont nous devrons immanquablement reparler. Cette histoire courait à sa perte depuis le premier jour, je l’ai toujours pensé, mais le savoir ne le rend pas moins douloureux.

    Tarsakh est le mois des tempêtes, et notre capitaine prévoit une dégradation de nos conditions de navigation pour cette nuit. Nous allons profiter des quelques heures de calme qu’il nous reste pour jouer aux Hermines, aussi je te salue, Lathandre, jusqu’à demain.

  4. #4
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    2ème jour de la première veille de Tarsakh, en mer encore.

    Bonsoir Lathandre. Fin de notre quatrième jour en mer, déjà, et la Griffe des Tempêtes nous a rattrapés. La quantité d’eau qui tombe du ciel serait spectaculaire si l’océan qui l’accueille n’était pas incommensurable.

    Moi, je suis au chaud dans ma cabine, et je regarde la tourmente par mon hublot, quand il n’est pas submergé par les vagues en furie. Je n’ai pas peur. Je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, les enfants pleurent parfois, j’ai entendu un des marchands prier Valkur. L’équipage, lui, vaque sans sourciller. Hubert a décidé de s’offrir un cours accéléré de navigation car son estomac ne supporte pas nos sursauts et cabrades. Costaud comme il est, il a été accepté parmi les marins malgré son manque d’expérience. Il fait face, tire sur des cordes, principalement, mais celui lui suffit. Et non, je ne m’inquiète pas. J’ai foi, je te l’ai dit. C’est moins drôle quand il rentre trempé, mais cela me donne une excuse pour le réchauffer et ça a l’air de lui convenir parfaitement. Ahum. Parlons d’autre chose.

    Ces journées de réclusion forcée me forcent à l’introspection et j’ai commencé — j’imagine que c’était prévisible — à rédiger le récit de notre expédition dans les Landes. Mes souvenirs sont encore plus ou moins frais et j’essaie de rester factuel, le plus possible. J’ai fait un rapide plan, avec les éléments critiques, et je me rends déjà compte combien les choses vont paraître incroyables à un éventuel lecteur. Ignace dans nos rangs, les Ecorcheurs, l’Hydre… Je me dis qu’un barde aurait plus de chance de se faire entendre que moi. Je ne sais pas ce qu’il adviendra de ce texte. Je suis conscient que certains aspects devraient rester secrets, cachés du plus grand nombre, ce qui me choque quelque part, même si je suis conscient de la nécessité d’une certaine réserve. Il y a des choses qui, même si je les écris sans passion, resteront difficiles à lire pour certains. Alors je pense que le mieux, une fois le texte terminé, sera de le donner à Etienne. L’histoire est utile, mais peut-être pas aujourd’hui.

    C’est étrange, ces choses qui ont eu lieu, ces échanges, ces événements, ces hasards, ces choix, cette réalité, en somme, et qu’on n’a pas le droit de partager. Avant d’entamer mon récit, j’ai songé aux mois passés à Solarcis. Il y aurait aussi matière à écrire. Et pourtant, cela m’est interdit. Je ne peux pas, dans la situation présente, m’aliéner Béranger. Ça ne veut pas dire que je ne peux pas le glisser dans un semblant de mémoires, juste pour l’avoir sous les yeux, de temps à autres, mais depuis la dictature, j’ai l’orgueil de penser que ce que je trace sur le vélin est destiné à autre chose que la poussière et l’oubli.
    Orgueil, oui.
    Mais j’ai repensé aux gens. A Pernille sur son rocher et Jérôme qui l’ancre dans le monde. A Aloysius. J’aimerais tant savoir ce qu’il devient, contempler son ardeur et son intelligence, et pourtant je m’éloigne. Gaspard, aussi, et Béranger, l’alliance des contraires, les étincelles lors du conseil, tout cela doit être magnifique. Et l’influence ithilionne qui tente de s’étendre. Solarcis me manque. J’y retournerai dans dix ans, quand mon ombre n’inquiétera plus personne.

    Ah, j’entends Hubert qui revient. Il fait nuit désormais et la mer s’est calmée. Nous ferons escale demain soir à l'embouchure nord de la Lunatique, juste pour la nuit, avant de repartir vers Lunaros, le lendemain. Sans doute en profiterons-nous pour faire quelques pas à terre, Hubert en a sûrement besoin. Il faudra juste que je l'empêche d'aller se promener dans les Landes... On ne sait jamais ce qu'on y risque, à la nuit tombée...

    PS. Au sujet de l'orgueil : j'ai encore gagné aux Hermines. Deux fois.

  5. #5
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Troisième jour de la première veille de Tarsakh, dans le port de Bruméis

    Bonsoir Lathandre. Je t'écris dans la nuit noire, sous une fine pluie glacée, après que notre promenade à Bruméis ait été brusquement avortée.

    Nous avons navigué dans un temps maussade, avec un vent fort mais propice, pendant toute la journée. Dame Hermione était plutôt satisfaite de ces conditions. La Prompte fendait les flots à pleine vitesse, poursuivie par des essaims d'oiseaux curieux. La côte était à nouveau visible mais, jusqu'en milieu d'après-midi, nous sommes restés absolument seuls sur l'océan. Hubert est demeuré dehors et, même si c'est juste une façade, il avait fière allure, debout près du premier mât, à contempler l'horizon.
    En nous approchant de Bruméis, nous avons été rejoints par d'autres bateaux, de petites embarcations de pêche, pour la plupart, un navire marchand de faible tonnage, sans doute quelques contrebandiers. Bruméis est un port de taille modeste, qui constitue un passage obligé pour atteindre Correliah, mais aussi une possibilité d'entrer et sortir d'Hélonna sans passer par Lunaros, une cité autrement plus policée. C'est un endroit... qui a un certain cachet, dirons-nous. Pas complètement bien fréquenté, sans doute une nécessité, à deux pas des Landes.
    Mais soit, soyons honnêtes, je n'en ai rien vu. A peine débarqués, alors que nous remontions la très boueuse rue principale, à la recherche d'une taverne acceptable, nous sommes tombés sur une escouade ithilienne. Je dis escouade, mais en réalité, il s'agissait d'un groupe d'une douzaine de personnes, dont deux clercs, qui ne portaient pas d'uniformes, juste quelques symboles suffisamment explicites. Nous les avons croisés l'air de rien, puis Hubert m'a poussé dans un chemin de traverse et contraint à remonter manu militari à bord de la Prompte. Je dois avouer que je n'ai pas vraiment protesté, j'étais moi-même un peu saisi. Bien entendu, les Ithiliens ne sont pas interdits de sortie, ils ont le droit de jouer aux voyageurs partout sur Hélonna, on n'arrête pas les gens pour crime de citoyenneté, mais les voir là, se promenant impunément, après tout ce qui s'est déroulé à Clairétoile... C'était choquant, tout simplement.
    Bon, notre réaction — celle d'Hubert, surtout — était sans doute excessive. Les chances que ces étrangers nous identifient sont quasi-nulles, et même si c'était le cas, je doute qu'ils aient tenté quoi que ce soit contre nous. De surcroît, Hubert et moi-même sommes de taille à nous défendre contre une poignée d'Ithiliens, s'il leur venait l'envie de nous chercher querelle.
    Mais voilà, nous avons réagi sur le coup de l'émotion, regagné nos pénates, et Hubert est ensuite remonté sur le pont pour guetter la nuit, comme s'il craignait qu'une armée entière surgisse du néant pour tenter de m'attraper.
    Une part de moi-même s'offusque, l'autre cède. Les journées pénibles en mer ont joué sur son humeur — tragiquement — et le provoquer ne sert à rien. De ce que j'ai vu du bourg de Bruméis, de toute façon, je ne crois pas que je m'y serais plu. De la boue, des marins, des comptoirs et des entrepôts, reflets de ma prime jeunesse dans le port de Luménis. Je n'ai, définitivement, aucune nostalgie de ce temps.

    Mais demain, Lathandre, nous mouillerons à Lunaros. Où nous avons décidé, après moult tergiversations, de nous rendre au Temple...
    Dernière modification par Galathée ; 06/12/2017 à 10h31.

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Tarsakh, 6ème jour de la 1ère veille
    Nous voici de retour en mer, Lathandre, et le crépuscule disparaît sous un rideau de pluie sauvage. Les giboulées de Tarsakh sont superbes et violentes, martelant la surface de la mer comme des volées de flèches célestes. Nous y devinons Talos ou Umberlie, ou alors simplement un petit paradoxe printanier. Hubert joue aux cartes quelque part, je pense, il reviendra tôt ou tard.

    Hier soir, nous avons poliment décliné le souper du Temple et sommes retournés nous remettre de nos émotions respectives à l’auberge. Hubert n’a pas résisté longtemps et m’a raconté en détail ses aventures dans les Landes, me vantant les qualités martiales de ses confrères lunarons, rompus à ce type d’exercices. Je suis conscient du bonheur intense qu’il a à retrouver ses sensations de paladin, à pouvoir lutter contre le mal inhumain plutôt que des Ecorcheurs ou des Ithiliens aux motivations grises. Ce bonheur est désormais à sa portée : quelques mois dans le sud civilisé de l’île, puis tous ces tumulus seront à lui. Je ne lui ai parlé ni de mes novices en quête de réponses, ni de ce que Kieran m’a raconté au sujet de nos futures recrues clairétoilées. Cela ne m’a pas semblé nécessaire.

    Après une nuit tranquille au sec, nous sommes remontés sur notre navire et, comme nous l’avait suggéré Dame Hermione, nous avons prié à bord tandis que les matelots effectuaient les manœuvres pour quitter le port et gagner le large. Les deux marchands solarciens nous ont quittés, remplacés par une jeune femme à l’air revêche qui semble n’avoir envie de parler avec personne. Le reste de nos compagnons n’a pas changé. Notre capitaine prévoit cinq à six jours de voyage jusqu’à Evendum qui promettent d’être à la fois agités et monotones, à l’image de celui qui se termine alors que je t’écris. Nous avons écouté le barde, discuté des morceaux qui conviendront le mieux au public antelucien — les luthiers surtout avaient une opinion, moi je n’y entends pas grand chose. Les enfants ont joué sur le pont pendant les accalmies, Hubert a repris son initiation de marin, j’ai repris ma plume.

    Au moment d’esquisser quelques mots sur Clairétoile, je repense à ces premiers jours dans la plaine de Grand Estuaire, surtout à Robert qui avait si vite séduit Hubert, à Marthe, à Etienne, mais aussi à Agnès et Ignace, ce duo de vipères dissimulé parmi les justes. Même si nous n’avons objectivement pas grand chose en commun, quand je songe à Etienne, je pense à moi. Les idéalistes jetés à terre, peinant à survivre. Du coup, j’ai de l’espoir. Il s’en sortira.
    Néanmoins, tout ça pour ça. Il y avait de si nombreux défis à relever, sur Hélonna, déjà… pourquoi créer une nouvelle ville et de nouveaux soucis ? Les groupes humains sont fascinants, nécessaires, mais dans leur lumière on devine toujours le ferment de l’ombre. C’est à cela que servent les servants de l’aube, et ceux de la beauté, de la joie, de la chance, de la fertilité, de la justice : à juguler ce ferment avant qu’il ne s’épanouisse. C’est une lutte éternelle, épuisante, cruciale. C’est la mienne et celle de mille autres âmes sœurs et frères. Nous prévaudrons… tant que nous retroussons nos manches.
    Mais je ne dois pas m’appesantir sur le passé ; les « pourquoi », les « comment », les « et si… » sont révolus : Clairétoile existe. Des ruines oubliées arrachées à leur sommeil. Je ne vais pas y voir de parallèles mais j’y ai indéniablement ma place.

    Mais tout ça, c’est après-demain, Lathandre, et chaque chose en son temps. Affronter le passé pour mieux embrasser l’avenir, c’est sage. Mais le présent — la nuit, et Hubert qui vient d’entrer — m’appelle. A demain.
    Dernière modification par Galathée ; 24/02/2018 à 16h49.

  7. #7
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Tarsakh, 7ème jour de la 1ère veille
    Bonsoir Lathandre. Je ne sais pas si je pourrai être très long aujourd’hui. Hubert est malade depuis la mi-journée et ce n’est pas seulement le mouvement des vagues, même si cela n’arrange rien.

    La matinée s’est déroulée sans événements majeurs : j’ai lu sur le pont, il faisait sec pour une fois même si le vent était glacial, et Hubert est allé aider les marins, renouant avec ses habitudes. On m’a appelé en urgence un peu avant midi : il avait été pris de vertiges et s’était écroulé près du mât central, heureusement à bonne distance du bastingage et de la mer voisine. Juste imaginer ce qu’il se serait produit s’il avait perdu pied dans un endroit plus dangereux me serre le ventre. Réparer une fracture, soulager une douleur, c’est une chose, mais retrouver un corps englouti par l’océan, une autre… Bref, cela ne s’est pas produit. Il était toujours conscient mais empourpré, le souffle court, une expression d’intense stupéfaction sur les traits. Pendant une seconde, j’ai pensé que son cœur lâchait, ou son crâne, car il paraissait incapable de bouger. Je l’ai soigné dans l’instant, d’une décharge d’énergie puissante, bien trop sans doute, mais j’ai agi poussé par l’angoisse. Cela n’a pas eu l’effet escompté : il a sombré dans un sursaut.
    Les marins l’ont transporté jusque dans notre cabine, sur sa couchette étroite, et c’est ici que je le veille depuis. Je lui ai donné de l’eau, qu’il avale sans trop de difficultés, mais il n’a pas repris connaissance. Son état est stable et il a de la fièvre. Je n’ose pas le soigner davantage, après le fiasco de mon sortilège précédent. Mais je n’ai pas été oisif pour autant : j’ai servi comme guérisseur profane, après tout, et mes connaissances médicales sont loin de se limiter à la magie divine. Je n’ai pas cherché longtemps car j’avais une intuition et elle s’est révélée exacte : il avait les omoplates écarlates et turgescentes.
    J’ai stupidement toujours cru que ces ailes à venir, le symbole d’une essence dont Hubert ne veut pas et qu’il va pourtant devoir vivre, assimiler, accepter, allaient naître comme éclot un oiseau, en perçant la peau pour s’épanouir. C’est ridicule, à bien y réfléchir, et manifestement, elles lui pousseront petit à petit, d’abord deux excroissances, des avortons de membre, qui grandiront avant de se couvrir de plumes. Pour l’heure, elles forment comme deux ergots violacés, dont les veines sont apparentes sous la peau, et même dans son inconscience Hubert ressent la douleur causée par la moindre caresse. Je l’ai installé sur le ventre, lui ait dégagé le dos, et rien tenté d’autre. Je n’aurais jamais imaginé qu’un processus somme toute naturel puisse occasionner une telle souffrance. Mais j’ai le sentiment qu’il respire mieux depuis ce changement de position.

    Combien de temps cela va-t-il durer, cependant, Lathandre ? Il ne peut pas s’alimenter, et ces gonflements ne font pas plus d’un demi-pouce de hauteur, comme deux petites bosselures dans une armure après l’assaut. Si ses ailes émergent à ce rythme, cela pourrait prendre des mois ! Je prie pour que ce ne soit que le contrecoup de ses frasques d’avant-hier, une poussée de croissance liée à l’utilisation de pouvoirs trop séduisants, et qu’il aille mieux demain.

    Mais à présent, il me faut dormir, moi aussi. Je ne suis pas certain que l’angoisse se montrera généreuse, pourtant. Je prie.
    Dernière modification par Galathée ; 04/03/2018 à 18h07.

  8. #8
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Tarsakh, 8ème jour de la 1ère veille
    Rude journée, Lathandre.
    La nuit a été épouvantable, je n’ai pas pu m’endormir, puis subitement, j’ai eu la certitude absolue, implacable, qu’Hubert était en train de mourir. Je me suis fait la réflexion que je n’avais jamais rencontré de demi-céleste, peut-être parce qu’ils n’existent pas, simplement, que le corps humain ne peut survivre à l’essence planaire ainsi déversée en son sein. Je sais qu’il y en a dans les contes, même dans certaines chroniques, des héros auréolés de lumière, dont on dit que le sang des solaires coule dans leurs veines. Mais est-ce vrai ou n’est-ce que mythes ? Hubert pouvait-il résister à la violence de cette nature ignorée ? J’ai passé des heures glacées, tendues, le doigt sur sa gorge, la paume sur ses reins, à observer, guetter, craindre ce dernier souffle.
    Puis l’aube est venue. Rien n’avait changé. Ni les veinules violacées sur son dos, ni le rouge de son front, cette sueur, le grincement pénible de sa respiration. Je lui ai donné à boire et j’ai tremblé, et cette angoisse nocturne m’a poursuivi dans la grisaille.
    J’ai prié. Je me suis senti mieux de ta venue en moi, cette énergie formidable. J’ai eu l’impression que même dans sa torpeur, Hubert communiait avec toi, car il a scintillé d’une lueur dorée pendant quelques minutes.
    Il mute, cela sera long, je le devine à présent.
    A la mi-journée, Dame Hermine s’est inquiétée de nous. Elle m’a expliqué que vu les vents, vu la mer, faire demi-tour pour rentrer à Lunaros serait plus hasardeux que pousser vers Evendum. Elle m’a proposé de naviguer de nuit, aussi, et je n’ai pas pu refuser, même si je répugne à exploiter son équipage. A l’heure où j’écris, donc, nous fendons toujours les flots, voiles déployées.
    Je ne sais pas si me trouver sur terre changera quoi que ce soit, en vérité, mais seul avec Hubert, dans cet endroit si isolé, au milieu de rien, c’est difficile, d’une manière que je ne peux traduire en mots.
    Je répugnais à le quitter, ne fut-ce qu’un instant, mais je suis descendu à la coquerie pour obtenir de la soupe. Il y a eu des pertes, mais Hubert l’a bue sans s’étrangler. Voir que j’avais les moyens de le nourrir m’a rasséréné, immensément. Si je dois agir de la sorte pendant les dix prochaines années, je le ferai. C’est sans doute extrême et ridicule mais… c’est ce que je ressens en cet instant.
    Le choc et l’urgence m’empêchent de réfléchir droit. En cet instant, j’aimerais que Thibault ou Marcus soit là, quelqu’un qui me prêterait un instant son épaule, pour reprendre mon souffle. Je suis conscient que cela me fragiliserait, dans le même temps. Je ne fais pas bien sens de moi-même et j’imaginais qu’écrire me permettrait de clarifier tout ça. Pas vraiment. J’ai peur, j’ai foi, mes entrailles sont contractées comme un poing serré et le monde, autour de moi, m’apparaît légèrement déformé. Cela s’appelle l’angoisse.
    Je vais prier, et dormir.

  9. #9
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Licorne Rose Invisible
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    Ailleurs
    Messages 
    36 691
    Tarsakh, 9ème jour de la 1ère veille
    Pas envie d’écrire aujourd’hui.
    Rien de neuf.
    Beaucoup de soupe, beaucoup de soupirs, beaucoup de soucis, au final.
    Et Evendum demain.
    J’hésite mais je suis obligé d’envisager d’aller à l’Hospice des Saints Serments. Même si ce qui se passe n’est que la juste évolution d’Hubert, je n’en ai aucune certitude. Cela pourrait être autre chose, une maladie virulente qu’il a attrapée dans un des tumuli sous les Landes.
    Je me suis risqué, ce matin, à essayer de le soigner à nouveau et le seul résultat aura été de le faire geindre et vomir. Je me sens aussi impuissant, aussi inutile, qu’aux pires jours de ma solitude spirituelle, il y a un an.
    Je vais arrêter d’écrire, cela ne m’aide en rien, cela cristallise toutes ces mauvaises pensées, en lettres noires, indélébiles.
    Demain, Evendum. Une chose à la fois.
    Dernière modification par Galathée ; 17/03/2018 à 10h09.

Discussions similaires

  1. [Ailleurs] Quête solo: Streen
    Par Streen dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 5
    Dernier message: 02/11/2016, 22h48
  2. [Quête]Voyage d'Hélonna à Everaska (quête : Racines)
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 275
    Dernier message: 30/11/2014, 22h58
  3. [Everaska] Quête: Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1395
    Dernier message: 14/11/2014, 22h37
  4. [Haute-Forêt] Quête : Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1788
    Dernier message: 11/11/2014, 12h09
  5. [Désert d'Anauroch] Quête : Racines
    Par Voyageuse dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 1536
    Dernier message: 25/08/2014, 11h00

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257