Page 42 sur 42 PremièrePremière ... 32404142
Affichage des résultats 1 231 à 1 258 sur 1258

Discussion: [Lieu] La campagne luménienne

  1. #1231
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Boris parut ravi, puis reprit rapidement son air renfrogné et émit quelques critiques. On aurait dit, cependant, qu'il le faisait davantage pour justifier sa réputation de triste sire que parce qu'il le pensait réellement. Taliesin put donc modifier certains aspects du poème pour qu'il colle davantage aux désidérata de son commanditaire.
    La journée se déroula sous un ciel bleu aveuglant, et la température monta encore. Il y aurait des orages, si pas le jour-même, le lendemain, car il faisait lourd et les chevaux peinaient sur la route, marchant à un rythme nonchalant.
    La survenue de la nuit, alors qu'ils n'étaient encore en vue d'aucun bourg, n'apporta pas réellement de fraîcheur. Boris rassura cependant ses compagnons de route, le Pont n'était plus loin...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  2. #1232
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    Parti à pied de la ferme, embarqué par la suite dans le chariot de Grégoire, le brasseur, le trio progressait en direction de la capitale. Le trajet n'était pas prêt de se terminer, même grâce à ce moyen de transport, mais cela ne dérangeait en rien Taliesin qui, au contraire, prenait plaisir à discuter avec leur voisin. D'autant que c'était une bonne occasion d'en apprendre plus sur les frasques des garçons à l'école. Sur celles de Victor, plus précisément.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  3. #1233
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Victor lui-même n'était pas complètement ravi du tour qu'avait pris la conversation.
    " Disons que ça n'a pas l'air d'être le plus discipliné des enfants, disait sobrement Grégoire. Il sait déjà toujours tout mieux que tout le monde."
    Il se retourna un instant vers l'arrière, où la bâche entrouverte révélait trois tonneaux et les deux garçons.
    " Je pense qu'il doit pouvoir dessiner de mémoire le mur du couloir."
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  4. #1234
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    -Bah, il faut qu'il se réhabitue : cela fait des années qu'il n'est plus allé à l'école...
    Il eut un sourire tranquille.
    -Et s'il est vrai que Victor n'est pas très discipliné, il a cependant un excellent fond, sans compter que dans les situations qui l'exigent, il sait se montrer étonnament responsable, je puis en témoigner.
    Tout en reconnaissant ses défauts, il n'allait pas, non plus, accabler son fils.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  5. #1235
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ce fut Baptiste qui lâcha un rire étouffé.
    " Oh ça va toi, hein, premier de classe de mes deux ! s'exclama Victor.
    — On ne se bat pas à l'arrière ! s'exclama le brasseur d'un ton joyeux. Ça doit être sport, avec tous les garçons que vous avez à la maison. Moi j'ai deux filles, ce sont des anges.
    — Des anges, des anges.... grommela Victor.
    — Des anges parfaitement oui !"
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  6. #1236
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    Taliesin ne dit rien mais n'en pensa pas moins.
    Nombre de parents envisageaient en effet leurs rejetons comme de petits anges exempts de tout torts : tenter de les dessiller, c'était s'exposer à une bonne brouille, ni plus, ni moins.
    Ceci dit, il était fort possible que Grégoire plaisante.

    -Victor aussi est un ange. A sa manière, dit-il d'un ton léger.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  7. #1237
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " Et toi non plus, n'en remets pas ! gronda Victor à l'attention de Taliesin, manifestement convaincu qu'il s'agissait là d'une boutade. Qui voudrait être un ange, de toute façon ? C'est d'un rasoir !"
    Le brasseur rit joyeusement.
    " C'est sûr que pour les anges, c'est probablement très rasoir, mais pour leurs parents, c'est très reposant."
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  8. #1238
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    -Pas faux.
    Son sourire s'élargit.
    -Ceci dit, pour ne prendre qu'un exemple parmi d'autres, Victor est un ange avec sa petite sœur et son petit frère. Et ça nous aide beaucoup.
    Cette fois, le gosse ne pouvait que se rendre compte qu'il le soutenait !
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  9. #1239
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " Ah, ça c'est sûr que c'est un avantage." dit le brasseur.
    Ses boeufs paisibles avaient atteint la grand route et avançaient vaillamment vers la cité, d'un pas régulier à défaut d'être rapide. Mais la journée était belle, d'une fraîcheur agréable grâce à la brise.

    " Espérons que ça ne changera pas quand ils commenceront à parler, à poser mille questions, à toucher à tout, surtout à ses affaires, et à vouloir sans cesse l'imiter.
    — Ils vont vraiment faire ça ? demanda Victor, un peu alarmé.
    — Sans aucun doute."
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  10. #1240
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    Taliesin rit.
    -N'allez donc pas me le décourager !
    Il se tourna vers Victor.
    -Allez, tu verras : non seulement tout se passera bien mais, en plus, ce sera chouette. Surtout que Tristan et Héloïse sont... deux petits anges.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  11. #1241
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " Plus que des anges, même." dit Baptiste, sans épiloguer.
    Victor lui jeta un regard aigu, comme s'il craignait qu'il en dise davantage, mais l'autre garçon lui retourna un regard placide.

    " Mais je ne suis pas surpris, à vrai dire, reprit Grégoire. Le village se souvient encore des frasques de Jean Desmoulins. Il y a même un vieux pommier, dans le champ des Vairons, qu'on appelle le Pommier de Jean, en l'honneur de ton arrière-grand-père."
    Cette déclaration laissa Victor muet de stupeur.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  12. #1242
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    -Tiens donc !
    Il jeta un regard à Victor, revint au brasseur.
    -Et pour quels exploits se souvient-on de lui ? J'avoue être très intéressé !
    Et sans doute Victor l'était-il aussi.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  13. #1243
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " C'était un sacripant de première qualité, avec toujours mille et une bêtises en tête. Mais je ne vais pas les raconter, je ne voudrais pas donner des idées à ce drôle !"
    Il rit joyeusement.
    " Demandez à l'occasion à Boniface de vous chanter La Balade de Jean-Sans-Gêne, vous aurez tout le répertoire d'un coup. C'est la version locale de La Balade de Jimmy-Belle-Gueule, vous devez connaître."
    Il se tourna vers Victor.
    " Disons que ton aïeul avait le chic pour trouver des usages originaux aux bestioles des champs : limaces, grenouilles, abeilles et... sauterelles, accessoirement. Il y a un couplet sur les écrevisses, aussi. Brrrr, rien que d'y penser, je me dis que j'aurais mieux fait de ne pas t'en parler."
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  14. #1244
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    -Je demanderai sans faute à Boniface. Cette ballade fait partie du patrimoine de la famille Desmoulins, il faut la coucher par écrit.
    Il dédié un sourire encourageant à Victor, dont il ne savait pas vraiment comment il prenait la chose, puis ajouta :
    -Ceci dit, il faut garder à l'esprit que ce genre de chanson est généralement très exagérée. C'est le même principe que pour les légendes.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  15. #1245
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    " J'ai encore de la famille, dans la région ? demanda Victor.
    — Je ne suis pas un spécialiste de la généalogie, mais tu as sûrement des cousins quelque part... pas directs, parce que ton père était fils unique, et que la génération précédente a été durement frappée par les guerres mélando-luméniennes des années 50. C'est le genre de choses que Boniface saura peut-être, ou bien Guido, si tu as le courage d'aller jusqu'à Grisemine."
    Le petit garçon acquiesça. Baptiste s'était retiré vers l'arrière du chariot et son frère lui jeta un coup d'oeil rapide, avant de grimacer.
    " Je crois que je vais faire une sieste. Merci pour les informations.
    — Avec plaisir."
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  16. #1246
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    December 2004
    Messages 
    34 654
    Sans doute valait-il mieux changer de sujet, oui...
    Avec ce qui arrivait à Baptiste, Victor devait s'interroger sur sa propre famille et, en ce sens, les révélations de Grégoire étaient tombées à point nommé. sauf qu'elles avaient visiblement brassé Baptiste...
    Bref, ce serait un domaine qu'il faudrait fouiller, pour le petit Desmoulins, mais cela attendrait.
    Et en attendant, il tenterait, mine de rien, d'amener la discussion sur une autre voie.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  17. #1247
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Cela ne fut pas difficile : Grégoire, en bon commerçant, était capable de bavarder aisément d'un peu près n'importe quoi. Ils parlèrent bière et houblon, Grégoire s'informa sur les tentatives de brassage de Guillhem (Taliesin n'était pas au courant des derniers développements), comparèrent les mérites de la bière hélonnienne et de celle du continent, des nains, de Dorrandin, le brasseur chambra un rien Taliesin sur les maigres compétences des elfes en la matière, puis ils continuèrent sur d'autres considérations agraires. La route se chargea bientôt en autres voyageurs, cavaliers, promeneurs et chariots, ils échangèrent des salutations avec les uns et les autres, de menues nouvelles de la région (il ne se passait rien de bien spécial ces derniers temps mais il y avait des récits de l'étrange vague entropique qui méritaient d'être relatés), et ceux qui apprirent que Taliesin allait prendre la mer le félicitèrent pour son choix de saison, propice, avant les premières tempêtes de l'automne.
    Ils alternèrent les moments de silence et de relative solitude avec des moments où la route paraissait presque encombrée, à la faveur d'un hameau ou d'une densité soudain trop importante de charrettes. Comme Grégoire circulait à vide, il cheminait plus rapidement que la plupart des autres et ils arrivèrent en vue de Luménis vers midi.


    HRP : tu peux poster aux portes pour faire la transition
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  18. #1248
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    RP Solo : Des racines et des ailes

    Pendant les premières heures qui suivirent leur départ de Maleval, Albérich et Hubert n’échangèrent pas un mot. Le prêtre savait que son ami avait besoin de temps pour digérer les derniers événements et il devina à sa posture, de moins en moins voûtée, qu’il retrouvait sa maîtrise et son optimisme. Ils allaient à présent progresser en moyenne montagne un moment avant de descendre vers la Brève. Au printemps, vu la fonte des glaces, on ne pouvait pas la traverser n’importe où, mais ils devaient de toute façon se rendre à Moraison pour interroger Caronis. Si le temps se maintenait, si la route demeurait en bon état, ils y seraient avant la nuit. Ils avaient ensuite le projet de rejoindre la route principale qui reliait Antelucas à Luménis et de la quitter un peu après avoir croisé la Ronde, pour longer la Forêt Maudite jusqu’à Respelm et entrer ensuite dans les bois, jusqu’au vallon noir. Même s’il savait la chose nécessaire, Albérich n’était pas pressé et sa motivation s’étiolait. Tout allait pour le mieux, était-il vraiment nécessaire d’aller se confronter à ce passé terrible ? Il n’était plus certain de savoir exactement ce qui l’y poussait. Oui, il avait été hanté… traumatisé même… par ce qui s’y était produit. Il en avait souffert toute l’année précédente, avait manqué se tuer, par maladresse et désespoir, était devenu méfiant de tous, avait eu des moments de dissociation où il s’était détaché du réel pour se réfugier en lui-même… Il savait qu’il avait refoulé certaines choses atroces, qu’elles existaient pourtant, quelque part sous la surface, mais tout cela paraissait désormais si trivial, si ancien, si distant… Et cela datait d’à peine un an et demi. Pas plus. Comment être sûr qu’en cas de drame, tout ne ressurgirait pas pour le terrasser ? Une catharsis, voilà ce qu’il cherchait, une confrontation avec l’indicible, une ultime fois, pour y mettre un terme. Il avait survécu, il avait grandi, il était plus fort que jamais. Il pouvait vaincre l’ombre qui l’avait meurtri autrefois. Il fallait le faire.
    Tout en y songeant, il réalisait que malgré tout ce qu’il y avait entre Hubert et lui, il ne lui avait jamais raconté ce qui s’était passé dans la Tour. Il avait eu envie d’en parler à Thibault, à Eredhun, quand les plaies étaient vives et que le Sunite, égocentrique, ne songeait qu’à ses propres petites histoires d’amour et d’art incompris. Mais il n’avait jamais éprouvé le besoin de s’en ouvrir à Hubert. Peut-être parce que le paladin l’aimait avec une force qui rendait ce récit inutile. Ou dangereux. Il savait que son ami ne le jugerait pas mais il avait peur de sa compassion et de sa fureur.

    « A quoi penses-tu ?
    — Oh. Hum. A rien.
    — Mais encore ?
    — A la suite. Au vallon. »
    Un pli se dessina dans le front du paladin mais il ne trouva pas les mots. Albérich ne lui en voulut pas : Hubert était ainsi, cela n’avait pas d’importance. Son souci était suffisant. Fragilisant, aussi.
    Et il y avait Lathandre. Sans doute était-ce pour Lathandre, et leur lien, que retourner à la Tour était le plus critique. C’était l’endroit où ils s’étaient perdus, dans des circonstances dramatiques. Ils devaient pouvoir s’y retrouver, sans honte et sans rancune, c’était un test nécessaire.

    « Si tu ne veux pas y aller, tu ne dois pas.
    — Si. Je dois. Je ne peux pas fuir, à nouveau, devant le pouvoir de Shar. Il y a un an et demi, là-bas, j’ai été vaincu.
    — Albérich…
    — Laisse-moi terminer. La devise de Shar… La nuit règne en tout lieu… Ils ont voulu me démontrer qu’elle régnait en moi, aussi, cette nuit, en mon âme… Je dois l’en purger complètement. Je dois aller là où elle m’a envahi… et m’en défaire… définitivement. »
    C’était difficile à expliquer, cette conviction intime d’avoir à le faire, en dépit du coût terrible de cette expédition.
    « Sinon même en pleine lumière, je fuis, tu comprends ? Je ne veux plus avoir peur.
    — Oui, je comprends. »
    Albérich sourit. Hubert disait ça pour lui faire plaisir, il le voyait dans ses yeux. Il était conscient qu’il était impossible, pour le paladin, de mesurer vraiment ce qu’il ressentait. Mais en réalité, tout ce qui importait, c’était qu’il était prêt à le soutenir jusqu’au bout. C’était inestimable.
    « Ne t’en fais pas. Je ne serai pas toujours morose. »
    Hubert sourit en hochant la tête.
    « Je vais tâcher de m’en assurer. » dit-il avec un petit air fripon et Albérich rit de bon cœur.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  19. #1249
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils atteignirent Moraison au crépuscule. Le village, niché contre la Brève, jouxtait un pont de pierre large et solide, d’inspiration naine. Il était tard pour faire irruption au Temple de Lathandre, aussi les deux compagnons cherchèrent-ils une auberge pour y passer la nuit. La rivière grondait, gonflée par les myriades de torrents qu’avait renforcés le dégel, et heurtait les piles du pont avec violence. A en croire la manière dont elle emplissait son lit, léchant les berges, elle n’était pas loin de son niveau maximum. Il n’y avait heureusement pas signe d’inondation.
    Albérich et Hubert posèrent leurs fontes à la Truite aux Herbes, une des deux hostelleries du bourg, tenue par un halfelin rubicond qui les accueillit chaleureusement et les installa dans une chambre rustique aux lits de bois ancien. Les sommiers grinçaient abominablement et Hubert était presque trop grand pour le sien, mais cela ne l’empêcha pas d’y basculer Albérich un moment pour lui redonner le sourire. Il leur fallait encore manger, cependant, et ils redescendirent goûter à la truite, délicieuse, grillée, au thym et au laurier, au citron et à l’ail, agrémentée d’un petit vin blanc d’Antelucas de toute beauté. Ensuite, ils regagnèrent leurs pénates et ne tardèrent pas à se coucher. Il leur serait impossible de dormir ensemble — ce serait déjà un défi pour le paladin de trouver seul une position confortable, mais ils s’installèrent cependant l’un contre l’autre un moment, dans cette ambiance de douce félicité à laquelle ils commençaient à s’habituer. Ils demeurèrent silencieux, profitant de l’instant, de la peau et des lèvres de l’autre, de ces caresses dont ils avaient éternellement faim, jour après jour, sans que jamais ne vienne la satiété.

    « Je te promets que je te raconterai ce que tu veux savoir. »
    Hubert acquiesça, en lui frôlant la joue du bout des doigts.
    « Je sais. Je suis juste… dépité… que tu ne puisses retirer autant de lumière que moi de ce voyage.
    — Ce n’était pas l’objectif. Et tu n’es pas responsable. Et puis, depuis Evendum… Tout a été merveilleux. Notre périple en montagne… Ta famille… J’ai profité d’une chaleur inestimable. Non. Tout se déroule exactement comme nous aurions pu le rêver. Qu’il y ait une étape difficile… C’est aussi ce que nous avions prévu. Et j’ai pris des forces, grâce à tout ça. Tu ne dois pas t’en faire. Je te demande juste… d’accepter cette ombre… le temps que je m’en défasse.
    — Bien sûr. »
    Ils se turent, s’embrassèrent encore un moment, avant que la fatigue et les perspectives des jours suivants ne les forcent à se désunir. La nuit fut noire mais sans rêves difficiles, puis vint l’aube grise et ils se faufilèrent hors de la Truite pour rejoindre le Temple de Lathandre et, avec un peu de chance, Caronis.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  20. #1250
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    Le sanctuaire du dieu de l’aube était une structure simple mais lumineuse, ouverte à l’est, de bois et de pierre. La statue de Lathandre, derrière l’autel de quartz rose, était particulièrement bien réussie et Hubert se demanda si c’était la proximité d’Antelucas qui expliquait la présence d’une telle œuvre dans un lieu aussi modeste. Ils s’installèrent à l’arrière de la nef, mais la congrégation était peu nombreuse et le paladin ne fut donc nullement étonné lorsque, à la fin de la cérémonie, la prêtresse qui l’avait dirigée ne vienne droit vers eux, une expression d’embarras joyeux mais incrédule sur les traits.
    « Monseigneur, c’est une heureuse surprise de vous voir en ces lieux. » dit-elle en dévisageant Albérich.
    Il s’y était attendu, lui aussi.

    « Bonjour Alhena. Evitons les titres ronflants, veux-tu ? Tu ne m’as jamais appelé Monseigneur.
    — Ah mais tu as changé de statut, aussi ! » s’exclama-t-elle.
    Il secoua la tête.

    « Plus aujourd’hui. »
    Il se tourna vers Hubert.
    « Hubert, je te présente Alhena. De Luménis.
    — J’étais novice quand Albérich est rentré d’Eredhun, expliqua-t-elle.
    — Presque confirmée.
    — Presque. »
    Le paladin lui serra la main.
    « Enchanté. Hubert.
    — Paladin de l’Aster. Je me souviens de vous.
    — De moi ? »
    Elle lui décocha un sourire radieux.
    « Hubert de Maleval. Ha… J’avais quinze ans… »
    Elle rit doucement.
    « Quoi ? Vous ne saviez pas que les novices du Temple allaient espionner les paladins à l’entraînement ? Tous ces beaux jeunes gens suant dans la poussière ? »
    Il haussa les sourcils.
    « Quelle horreur…
    — Sur la terrasse est. Derrière la rangée d’hortensias. On a une vue magnifique. »
    Albérich rit doucement. Alhena soupira.
    « Ah, ça ne nous rajeunit pas. Mais je parle, je parle… Bienvenue à Moraison. Vous avez petit déjeuné ? »
    Sans attendre leur réponse, elle les entraîna vers l’arrière du temple et une porte latérale. Hubert était mortifié : il n’avait absolument aucun souvenir de la jeune femme. Elle disait l’avoir connu autrefois, et c’était sûrement vrai : il avait vécu à Luménis près de quinze ans, des dizaines de clercs devaient l’avoir connu ! De son côté, s’il s’était rendu au Temple de multiples fois, il avait l’impression de n’en n’avoir rien conservé… C’était lamentable. Bien sûr, il avait été obnubilé par sa formation, ses pairs, son devoir, mais de là à n’avoir aucun souvenir clair des prêtres… Il avait pourtant été à la commanderie tandis qu’Albérich était au Temple… en parallèle… pendant plus de trois ans. Il ne voulait même pas y penser.

  21. #1251
    Date d'inscription
    July 2013
    Localisation
    Hélonna
    Messages 
    3 301
    « Qu’est-ce qui vous amène à Moraison, alors ? » demanda Alhéna en leur servant du thé, sur un banc à l’extérieur, à l’ombre d’un cerisier.
    Elle devait avoir moins de trente ans, blonde, souriante, et Hubert songea à Pernille, qui avait la même énergie, cette spontanéité très lathandrite, particulièrement de bon matin.

    « Nous cherchons Caronis, expliqua Albérich. Je ne l’ai pas vu ce matin… »
    Alhéna sourit.
    « Il a parfois du mal à se lever et je dois avouer que je le laisse tranquille… Une aube sur deux, ce n’est déjà pas si mal à son âge. Mais il est toujours vaillant. Presque aveugle, maintenant, mais toujours vaillant. Il ne devrait pas tarder à pointer le bout de son nez… »
    Le paladin réalisa subitement qu’il était sur le point de rencontrer la personne qui détenait le secret de ses origines et ressentit une brusque bouffée d’angoisse. Ces dernières heures, le malaise grandissant d’Albérich, les nuages noirs qui s’étaient accumulés dans son regard, sur ses épaules, l’avaient arraché à ses propres soucis, mais subitement, ils retrouvaient le devant de la scène. Quelque chose se serra dans son ventre et il croisa le regard du prêtre, puisa un peu de sérénité dans son léger sourire, et le souci sincère qui émanait de son expression.
    « Quand on parle du loup… »
    Un vieil homme venait d’apparaître dans l’embrasure de la porte. Il avait les yeux un peu laiteux, les cheveux blancs et la barbe fournie, mais il était encore grand et fort, les épaules larges, et Hubert eut l’impression d’une de ces statues de marbre, si réalistes, comme on en trouvait sur certaines places à Luménis.
    « Alors tu es revenu… dit Caronis. Je me demandais si tu le ferais jamais. »
    Son regard trouble s’était tourné vers Hubert et celui-ci se sentit rougir.
    « Je perçois ton aura. La même qu’autrefois, mais cent fois plus vive. Viens, donne-moi ton bras, marchons un moment. J’imagine que tu veux des réponses. »
    Le paladin se leva et rejoignit le vieux prêtre, qui lui sourit doucement, l’expression pensive, comme s’il le jaugeait, puis, sans rien ajouter, ils partirent dans le jardin, abandonnant Albérich et Alhéna à leur tasse de thé. Ils marchèrent un moment dans l’herbe rase, au milieu des fleurs printanières, pivoines épanouies et fleurs d’églantier, myosotis, jonquilles, quelques coquelicots précoces. Hubert ne parvint pas à formuler le début d’une première phrase.
    « Je te vois mal, même si je te sens… très fortement… As-tu… développé des pouvoirs ?
    — Oui.
    — Des ailes ?
    — Elles sont en train de pousser. »
    Le vieux prêtre sourit.
    « Une force du bien, un chevalier de la lumière. Tout ce potentiel… et il est là, enfin, révélé. Je me demandais si tu étais toujours vivant, ce que tu étais devenu… Un paladin, alors ? Je perçois aussi cette aura-là.
    — Oui. Paladin de Lathandre.
    — Bien sûr. »
    Il s’arrêta, posa les mains sur les épaules d’Hubert puis lui toucha le visage. Le paladin ne bougea pas.
    « Et tu as trouvé Albérich Megrall. Voilà une association intéressante. Il attire la lumière, je ne suis pas surpris. »
    Il relâcha Hubert et reprit son bras. Ils se glissèrent sous un cerisier en fleurs.
    « Tu veux savoir d’où tu viens, n’est-ce pas ? C’est ce qui explique ta présence en ces lieux reculés…
    — Oui.
    — Alors je vais te dire ce que je sais. »
    Il y avait un banc près d’une petite mare, il s’y assit. Hubert resta debout, incapable de le regarder.
    « Je ne suis pas ton père. Si je l’étais, je t’aurais gardé. Ta mère… ta mère t’a confié à ma garde, autrefois, parce qu’elle ne pouvait pas s’occuper de toi, tu n’appartenais pas à son monde… C’était une déva du nom d’Ayil. Elle m’est apparue un jour, sur la route qui relie les villages frontaliers de la Forêt, avec toi, tout juste né, entre ses bras. Je la connaissais de nom parce que ton père m’avait parlé d’elle… mais ton père était déjà mort, à cette époque. »
    Il secoua la tête.
    « Je mélange tout. Pardonne l’esprit embrouillé d’un vieillard. Ton père, Urien, était un de ces défenseurs de la lisière… Un chasseur, si tu veux, qui vivait en bordure de la Forêt, et dont la mission était protéger les villages alentours des invasions démoniaques… Une vie rude, sans beaucoup de joie… Mais Urien était un homme solide. Il avait ta rousseur… et ta taille, c’était un fils du pays. Moi, à l’époque, je patrouillais le long de l’orée, de village en refuge, apportant des nouvelles, des remèdes, des soins, la bénédiction de Lathandre à ceux qui formaient ce rempart entre les morts-vivants et la civilisation. C’était avant les guerres mélando-luméniennes, mais la forêt crachait déjà ses horreurs, jour et nuit, sans que jamais ce flux monstrueux ne se tarisse. Je connaissais un peu Urien, comme je connaissais tous les braves de cette région. C’est lui qui m’a parlé de ta mère, de comment un jour, il avait vu un éclair dans les bois voisins et s’était rendu à sa source. Il l’avait trouvée, blessée, dans les broussailles, et l’avait ramenée chez lui. Il n’était ni prêtre, ni magicien, il l’avait soignée avec les moyens du bord, et petit à petit, elle avait repris des forces. Elle lui avait expliqué qu’elle appartenait à une armée extraplanaire, qu’elle avait été blessée en pourchassant des créatures infernales qui cherchaient à s’introduire dans notre monde. Il en est tombé amoureux… »
    Il haussa les épaules.
    « Elle était évidemment divinement belle, comme le sont les célestes, Urien était désarmé… Quand il m’a parlé d’elle, elle était déjà repartie dans son plan, et il était perdu, avec tout cet amour dont il ne savait que faire, il avait peur de ne plus jamais aimer… Nous avons parlé. Il ne m’a jamais dit qu’il avait eu des relations charnelles avec elle… et je ne m’en suis pas douté. Il est mort quelques mois plus tard, au cours d’une attaque particulièrement féroce de créatures guidées par une liche. Il a combattu parmi d’autres et nous avons perdu beaucoup d’hommes et de femmes courageux pendant ces jours noirs… La Forêt Maudite est un lieu détestable… Des mois plus tard, quand Ayil est revenue avec toi, le fruit de leurs amours, elle a trouvé sa cabane vide… et elle est venue vers moi car il lui avait parlé de moi, comme de quelqu’un qui pourrait l’aider, alors qu’elle était alitée… Mais elle avait refusé qu’il révèle son existence aux autres hommes, craignant ce qu’ils feraient d’un tel savoir. Je t’ai pris, comme elle le désirait, mais j’étais tout à fait désemparé… Je n’ai jamais eu d’enfant, ce n’était pas mon domaine, je n’avais aucune idée de quoi faire avec toi, comment te nourrir, te vêtir, te faire dormir… Alors j’ai contacté Myra, à Fondnoir. Nous avions été novices ensemble. Elle était prêtresse et sage-femme, j’ai pensé qu’elle pourrait m’aider à te garder en vie, petit nourrisson à la fois si lumineux et si fragile. Et c’est comme ça qu’elle est venue te chercher. Je ne lui ai pas dit ce que tu étais. Je ne m’en suis pas senti le droit. Mais j’avais foi en elle et cette famille qu’elle t’avait trouvée. Et aujourd’hui que tu es là, grand, fort, imbu de toute cette formidable énergie, je vois que j’ai eu raison. »
    Hubert demeura debout, essuya les larmes qui lui étaient venues des deux paumes. Son père était mort avant même sa naissance et sa mère était quelque part, ailleurs, insaisissable. Il eut un sourire à travers son émotion. C’était ce qu’il avait supposé, quelque part. Que l’humain était mort, sans quoi il n’aurait pas été adopté, c’était ce qu’avaient dit ses parents, à Maleval, qu’il était orphelin. Que le céleste avait repris sa route. Il n’avait pas imaginé que ce serait sa mère, il avait eu cette image caricaturale de la jeune fille tombant amoureuse de l’ange descendu du ciel.
    « Merci. » dit-il.
    Caronis s’était relevé et posa une large main sur son épaule.

    « Je suis heureux d’avoir pu te revoir, mon garçon. Je me suis toujours demandé quels chemins tu avais empruntés… Si ton essence avait pris le dessus… Tu as en toi un pouvoir qu’il est ta responsabilité d’utiliser contre l’ombre…
    — Je sais. Je suis… basé dans la Lande des Sirènes, désormais.
    — Ah. Voilà un défi à ta mesure, effectivement.
    — Mais je pourrais revenir à la Forêt Maudite…
    — Chaque chose en son temps. Que tu sois de sang céleste ne signifie pas que tu dois sauver le monde entier. Tu feras ta part et tes descendants feront la leur ensuite.
    — Mes descendants ?
    — Tu engendreras des aasimars, bien sûr. »
    Hubert demeura paralysé par ces paroles et le vieux prêtre se méprit sur son silence. Il se mit à rire doucement.
    « Si tu ne t’y es pas encore mis, il faudrait peut-être commencer à y songer. »
    Dernière modification par Galathée ; 13/06/2018 à 09h18.

  22. #1252
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Lorsqu’Hubert et Caronis reparurent, Albérich devina tout de suite, à l’expression du paladin, que quelque chose n’allait pas. Hubert tentait de faire bonne figure, pourtant, et à ses côtés, le vieux prêtre paraissait serein.
    En leur absence, Albérich et Alhéna avaient discuté de Luménis. Ne sachant pas ce qu’il pouvait révéler des secrets d’Hubert, il s’était contenté d’indiquer que le paladin et le clerc s’étaient connus autrefois, puis la conversation avait bifurqué sur le temple de leur jeunesse, et Alhéna, qui était allée à Luménis plus d’une fois au cours de l’année écoulée, lui avait parlé de l’atmosphère dans la capitale, des reflets de la guerre, d’Alaric menant la barque du temple avec brio. Elle ne lui avait fait aucun reproche, mais il ne pouvait pas s’empêcher de s’en vouloir, intimement, d’avoir abandonné le navire. Bien sûr, tout était de la faute des Sharites, au départ, mais il n’arriverait jamais à s’ôter de la tête que quelqu’un de plus fort, de plus résilient, aurait relevé la tête et aurait persévéré en dépit de la souffrance.
    Ce n’était pas lathandrite. Les Lathandrites n’ont pas de regrets.
    Masquant sa surprise, il accueillit les deux hommes d’un sourire, tandis qu’Hubert guidait Caronis vers le banc voisin et qu’Alhéna lui servait une tasse de thé. Le vieux prêtre était manifestement ravi.

    « Bienvenue Albérich. Je n’aurais jamais imaginé que tu poserais un jour tes bottes à Moraison.
    — J’ai suivi Hubert.
    — Oui, je vois ça, Lathandre en soit remercié. Et ton aura est vive. Nous sommes nombreux, très nombreux, à nous réjouir de ton retour parmi nous.
    — Merci. »
    Le paladin était resté debout, incertain, mais il finit par les rejoindre. La conversation s’orienta vers l’influence lathandrite dans la région, les maléfices de la forêt voisine, les Sunites d’Antelucas et leur mainmise sur le cœur des gens, les conséquences de la guerre et les joies de la retraite, si bien qu’il était presque midi quand le prêtre et le paladin prirent congé de leurs homologues pour regagner leur auberge et préparer leurs chevaux. Rien n’avait filtré quant à la discussion qu’avait eue Hubert avec Caronis, mais Albérich préféra lui laisser l’initiative. Son compagnon demeura muet pendant un long moment, même après qu’ils eurent traversé le pont et repris leur voyage vers le nord, abandonnant les montagnes et la campagne antelucienne un peu plus à chaque pas.
    Ils cheminèrent sur une piste de taille moyenne, incurvant leur trajectoire vers l’ouest pour rejoindre la voie principale. Ils quittèrent définitivement les hauts plateaux et descendirent en plaine, dans cette campagne que le printemps électrisait de verts magnifiques, parsemée de bocages, de collines, de haies et de petits bois, de pâturages, de champs, de grandes étendues encore sauvages où broutaient, hésitants, des troupes de biches et de chevreuils. Le ciel d’abord clair se plomba jusqu’à la pluie et Albérich sourit de ce ciel qui se faisait reflet des pensées sombres de son ami.

    « Est-ce que c’était si terrible ? » demanda-t-il finalement, alors qu’une éclaircie généreuse leur permettait enfin de baisser leur capuchon.
    Hubert parut s’arracher à un songe.

    « Quoi ? Non. Non, ce n’était pas terrible. Excuse-moi. J’étais… Hum. Je digérais. »
    Albérich lui sourit, encourageant.
    « Tu ne dois pas me raconter si tu n’en as pas envie.
    — Oh si, bien sûr… »
    Et Hubert lui relata ce qu’avait dit Caronis, le chasseur et la déva, comme dans un roman d’Angélique Mystéria, s’aimant dans la pénombre d’une cabane en bordure de la forêt, avant d’être rattrapés par la tragédie.
    « Je suis désolé, dit finalement Albérich.
    — Ne le sois pas. Je sais que je suis orphelin. Mes parents me l’ont dit.
    — Ta mère est sans doute toujours vivante.
    — Mais loin, inaccessible, si elle se souvient seulement de moi. Et ce n’est pas vraiment ma mère. Ma mère est à Maleval.
    — Je sais.
    — Je n’ai pas l’intention de la chercher, Albérich. Ce n’est pas nécessaire et j’ai mieux à faire.
    — Indubitablement. » répondit le clerc avec le sourire.
    Il posa la main sur son bras et le paladin la couvrit de la sienne. Grand Vent et Printemps supportèrent de marcher épaule contre épaule un moment, mais le tempérament facétieux de l’étalon evendin ne le permit pas très longtemps. Il y avait toujours quelque chose de tu, dans le regard du paladin, dans la courbe de ses épaules, la tension de ses mains, de sa mâchoire, mais Albérich ne se permit pas d’aller plus loin. L’aveu viendrait, il le savait, mais il fallait lui en laisser l’espace. Hubert était ainsi, prisonnier de ses troubles et de ses secrets, depuis longtemps.
    Il faisait déjà nuit quant ils atteignirent la route qui remontait vers Luménis.
    Dernière modification par Galathée ; 09/07/2018 à 17h34.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  23. #1253
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Les deux compagnons n’avaient pas l’intention de suivre la courbe de la rivière, qui les ramènerait vers le sud, aussi obliquèrent-ils rapidement vers le nord-est, profitant des champs en jachère et des espaces que la nature conservait envers et contre tout. Ils demeurèrent dans l’intérieur des terres jusqu’au soir puis bivouaquèrent en pleine nature, retardant leur arrivée en bordure de la forêt. Albérich savait que c’était là une concession de la part d’Hubert, un dernier soir tranquille avant de menues hostilités : il avait l’intention, le prêtre ne l’ignorait pas, de « faire son paladin » et de guetter les endroits où son épée pourrait servir. Lui-même se sentait à nouveau oppressé.
    Cependant, au silence qui régnait autour du feu, ce soir-là, il devina qu’il n’était pas le seul, puis il se souvint pourquoi.

    « C’était dans ce coin-ci, le village ? » demanda-t-il.
    Hubert releva les yeux puis sourit, un peu embarrassé.

    « Un peu plus au nord. Nous y serons demain, sans doute. Nous étions basés à Fortin… le village s’appelait Tiernach. Juste à côté. Je n’ai nul désir de m’y arrêter, Albérich, soyons bien clairs. Ni à Tiernach, ni à Fortin. C’était il y a seulement dix ans. On va fatalement me reconnaître. Je n’ai nulle envie de revivre tout ça.
    — Je n’ai rien dit.
    — Je sais. Mais ça doit fatalement te paraître bizarre… Toi qui reviens ici pour affronter tes démons. Tu dois me trouver lâche. »
    Albérich écarquilla les yeux. Tourné vers sa propre histoire, il n’y avait même pas songé.
    « Pas du tout. Je pense que… tu as réussi à guérir sans… moi je ne peux pas. Il n’y a pas de voie royale, avec le trauma… chacun fait son chemin comme il le peut. Ce sont des épisodes définitoires, pour toi comme pour moi mais… mais leur essence est différente. Et la manière dont nous les avons traversés… »
    Hubert lui toucha la main. Albérich soupira.
    « Je sais que le jour approche… et peut-être devrais-je t’en parler avant d’avoir franchi la lisière…
    — Quand tu es prêt. » dit simplement Hubert.
    Albérich eut un sourire triste, puis haussa les épaules. Ce n’était pas le bon moment, pas ce soir.

    « Bref, je ne juge en rien ta manière de gérer le passé, sérieusement, crois-moi. Et tu es la personne la moins lâche que j’ai jamais rencontrée. »
    L’expression d’Hubert se tendit.
    « Je refuse d’entendre encore parler de ce fichu dracoliche ! » ajouta rapidement le prêtre.
    Hubert rit.

    « Pardon. Pas de dracoliche. »
    Albérich leva les yeux au ciel.
    « Est-ce que ça veut dire que nous allons camper en bordure de la forêt ?
    — Non. Il y a des villages toutes les deux trois lieues environ, qui forment comme une première ligne de défense. Nous pouvons nous arrêter ailleurs. Camper n’est pas très prudent. Pas franchement dangereux pour nous, mais nous risquons de peu dormir. »
    Albérich posa la main sur l’une des ailes du paladin. Déployées, elles faisaient presque trois pieds, désormais.
    « Tu sais que chaque éclat accélérera le processus.
    — Oui. Mais comme c’est trop tard de toute façon… »
    Il replia les ailes et les nicha contre son dos. Elles commençaient à dépasser de ses épaules, même quand il les plaquait contre ses omoplates.
    « C’était ce que faisait mon père, défendre la lisière… Mon géniteur. Peu importe. C’est mon métier. Alors oui… s’il y a des morts vivants…
    — Tu ne dois pas te justifier. Et tôt ou tard, nous irons dans la forêt. Nous serons immanquablement servis. »
    Hubert se frotta les mains. Il faisait de plus en plus froid.
    « Il y a des saletés, dans ces bois.
    — Je sais bien. »
    Le paladin acquiesça et se leva, vérifiant une dernière fois que les chevaux se portaient bien avant de se glisser dans leur tente. Albérich l’y rejoignit, après un tour rapide de ses glyphes, et ils se nichèrent l’un contre l’autre.
    « C’est toi, la personne la moins lâche, dit finalement Hubert. C’est facile d’être courageux quand on est fort… Toi…
    — Chut. Pas ce soir. Je n’ai pas envie de parler de ça ce soir. Nous serons dans l’ombre de la Forêt bien assez tôt. »
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  24. #1254
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ce fut le cas dès le lendemain en milieu de matinée. Le soleil se levait derrière les arbres et ils parvinrent à l’orée des bois avant qu’il ne s’en soit complètement extirpé. Il y avait une piste qui longeait la lisière, à environ une demi-lieue des premiers troncs, reliant les différents villages qui la bordaient, et ils la suivirent vers le nord. Le terrain s’accidenta et ils grimpèrent un moment, toujours à bonne distance de la forêt. Ils dépassèrent un village autour de midi, un second un peu plus tard. Ils virent, au loin, des fermiers, des bergers, de minuscules silhouettes humaines vaquant à leurs occupations sous le soleil, quand les monstres dorment. Ils finirent par rencontrer un groupe de cinq hommes qui charriaient le corps de deux sangliers ventrus, à pied.
    « Holà, cavaliers ! » leur lança l’un d’entre eux, un homme large d’épaules, aux cheveux clairs, armés d’un épieu encore rougi.
    Hubert et Albérich s’arrêtèrent, et sans le vouloir, le prêtre chercha un air de famille chez l’étranger, comme s’il pouvait être un cousin, un oncle ou un frère du paladin.

    « C’est une région pas commode, par ici, vous savez ça ? »
    Hubert acquiesça et Albérich révéla le cercle rosé de l’église de Lathandre, marquant son pourpoint sous le manteau.
    « Nous servons le Seigneur du Matin. Nous ne craignons pas la non-vie. »
    L’expression des chasseurs se modifia.
    « Vous êtes paladin ? demanda un autre homme, plus jeune, d’un ton plein d’espoir, et Albérich comprit que les désirs d’Hubert allaient être exaucés.
    — Je suis paladin et mon compagnon est prêtre. »
    Des sourires de soulagement bourgeonnèrent sur les visages.
    « Alors vous allez p’t’être pouvoir nous donner un coup d’main, messires ? »
    Hubert leur rendit leur sourire.
    « Nous sommes à votre disposition. »
    Albérich manqua rire, mais il ne nia pas pour autant. Hubert mit pied à terre, il l’imita, restant en retrait, observant les expressions, la nervosité et l’enthousiasme, tout en prêtant l’oreille à leur récit. Il existait de nombreuses théories sur l’origine de la perversion de la Forêt. Elle avait été elfique, autrefois, et certains disaient que c’étaient les elfes eux-mêmes qui avaient provoqué la catastrophe, en cherchant à protéger leurs bois sacrés contre l’envahisseur. Les elfes, bien évidemment, réfutaient cette explication et accusaient les humains d’en être responsables, d’avoir joué avec la magie nécromantique sans bien la comprendre, sans respecter les cycles fondamentaux de la nature, et d’avoir détruit l’âme des lieux. Certains pensaient, et Albérich en faisait partie, qu’il existait plusieurs sources, qu’il y avait sans doute eu autrefois un événement déclencheur, mais que depuis, des âmes mauvaises — notamment des prêtres mélandiens pendant les guerres récentes — avaient renforcé la décrépitude ambiante. La Forêt était « maudite », comme le voulait son nom, depuis plusieurs siècles, désormais, et les textes luméniens les plus anciens en avaient toujours parlé comme d’un endroit dangereux. Il n’y restait quasiment plus d’elfes, certainement aucune cité digne de ce nom, et les morts-vivants y régnaient en maîtres. Quelques braves s’y aventuraient de temps en temps, en quête de trésors ou de sensations fortes, ou pour en assainir quelques arpents. En réalité, la lutte consistait surtout à en contenir l’expansion : à la masse, à l’épée mais aussi à la hache, et c’était une frontière à surveiller en permanence, davantage que le rivage les séparant de Dorrandin. Certains espéraient un jour parvenir à en comprendre la souillure, et par là à l’en laver. Perran, du Temple de Luménis, était l’un des experts de la question, et Albérich savait qu’il passait beaucoup de temps dans les sous-bois ou à Dargyll, un site hors de la forêt, mais qui en partageait certaines caractéristiques. Les dernières choses qu’Albérich avaient lues à ce sujet, quand il était encore conseiller, traitaient de croisées ombreuses, menant vers Gisombre, et il se souvenait que Perran essayait d’obtenir de monter une expédition au plus profond de la forêt… Il n’y avait pas donné son accord, mais peut-être Alaric avait-il été plus sensible à ses arguments.
    « Alors ? » demanda Hubert et Albérich revint à l’instant présent.
    Le paladin rit.

    « Tu n’as rien écouté. »
    Deux des chasseurs étaient repartis vers le nord, tandis que les trois autres et leurs carcasses de sanglier descendaient vers le village croisé plus tôt. Hubert, de son côté, remontait en selle.
    « Désolé. Hum. Qu’en est-il ?
    — Un moulin en ruines. Sans doute une sorte de fantôme.
    — Je suppose qu’il y a une histoire sordide autour de ce moulin ? Un suicide, un accident, un meurtre ?
    — Non. Il a brûlé pendant un orage, il y a une dizaine d’années. Ils voulaient le rénover. Il est à une distance respectable des bois. »
    Ils s’étaient remis en route sur la piste des chasseurs qui les précédaient.
    « Ils y sont retournés depuis l’incendie ?
    — Oui. Apparemment, c’était un lieu de jeu pour les enfants du coin.
    — Diable.
    — On fait ce qu’on peut avec ce qu’on a.
    — Un moulin en ruines en bordure de la Forêt Maudite. Ce n’est pas très approprié.
    — Les quais de Luménis étaient mieux fréquentés ?
    — A peine, sans doute. »
    Il soupira.
    « Des morts ?
    — Des animaux, pas d’humains.
    — C’est déjà ça. Depuis combien de temps ?
    — Un peu plus d’une veille.
    — Alors il ne peut pas encore être très gros. »
    Ils aperçurent les lieux, une butte sur leur droite, un cylindre de pierre grise, à moitié effondré.
    « On peut essayer de faire ça sans trop de… lumière, peut-être. Sauf si tu veux que la région entière parle de toi d’ici la fin de la veille.
    — Haha. Non. Mais c’est quand même moi qui m’en occupe, d’accord ? Toi et tes… fichus pouvoirs… Tu vas me gâcher le plaisir.
    — Les spectres ne sont pas toujours sensibles aux épées ordinaires.
    — Alors je rendrai mon épée moins ordinaire, et puis je m’en occuperai.
    — Oui chef. »
    Les deux chasseurs les attendaient et ils reprirent des mines de circonstance avant les rejoindre. Hubert dégaina son épée mais ne revêtit pas son armure et Albérich n’emporta rien de particulier : sa masse l’aurait gêné dans ses incantations. Leurs compagnons se gardèrent bien de faire le moindre commentaire et ne les suivirent pas lorsqu’ils s’approchèrent de la ruine.
    « Tu as l’air contrarié.
    — Oui. La forêt est distante. Que la souillure arrive jusqu’ici n’est pas bon signe. Elle doit passer par le sol.
    — Ou alors c’est un mort-vivant qui s’est retrouvé perdu dans la campagne au moment du lever du soleil et qui s’est réfugié ici.
    — Ces gens sont capables de gérer un zombie égaré, Hubert. On le leur apprend au berceau. »
    Le paladin haussa les épaules tandis que le prêtre les bardait de sortilèges protecteurs, les enveloppant de lueurs dorées, roses et bleues. Hubert conféra une magie guerrière à son arme, puis se glissa sous l’arche basse où s’était autrefois trouvée la porte.
    Les événements se succédèrent ensuite très vite. A peine Hubert fut-il à l’intérieur que la créature se matérialisa, une âme-en-peine ordinaire, et le combat dura, en tout et pour tout, moins d’une minute. La bestiole avait mal évalué l’adversaire, imaginant sans doute avoir affaire à un paysan du coin. Albérich rit doucement et posa la main sur l’épaule de son ami dépité.

    « Je vais nettoyer les lieux. Ce serait dommage qu’il soit hanté par des rats ou des hiboux fantômes. Mais reste avec moi, sinon tu risques d’être recruté pour tous les menus travaux de la région.
    — C’est quand même bête qu’il y ait si peu de prêtres et de paladins pour gérer tout ça.
    — Il y en a. Mais ils ne peuvent pas être partout à la fois. »
    Brandissant son symbole sacré, il repoussa la non-vie et perçut, à la lisière de sa conscience, qu’il y avait eu des créatures fantômes dans les recoins, impuissantes victimes de la faim de l’âme-en-peine, avant qu’il ne les renvoie au néant.
    « C’est bon. »
    Ils ressortirent au soleil. Les chasseurs étaient stupéfaits que les choses aient été réglées aussi rapidement et se répandirent en remerciements. Hubert lâcha quelques grandes phrases, Albérich les bénit volontiers, et ils repartirent, acceptant un peu de fromage et du pain en guise de récompense. Hubert était frustré mais aussi fier de lui, Albérich devina à son expression qu’il s’interrogeait sur quelque chose, sans doute sa juste place en ce monde, compte tenu de son pouvoir. Pour un prêtre, évidemment, il y avait mille possibilités. Pour un paladin, la voie était plus claire et elle était parsemée de combats. Ils mangèrent un peu plus tard, dans une pommeraie fleurie, devisant de Clairétoile, de l’organisation politique en gestation, de l’avancement des travaux dans le Temple de Lathandre. C’était bienvenu : par moments, Albérich avait l’impression qu’à présent qu’ils s’en étaient arrachés, ils n’y retourneraient jamais. L’engagement d’Hubert, pourtant, était indéfectible : les Landes étaient à sa mesure, les défis de Clairétoile lui correspondaient. Que ce ne soit pas son cas était secondaire… ou peut-être pas. Il repensait aussi à ce qu’avait dit le Planétar, sur les chemins divergents. En même temps, c’était ridicule : il n’avait nulle part où aller. Etienne et Marthe avaient besoin de soutien, Marcus l’attendait, et d’autres encore. C’était la Forêt qui le faisait penser de travers, la Forêt et le souvenir. Plus que jamais, dans ces moments tranquilles, sous le soleil printanier, il doutait de ce qui l’avait mené jusque là. Pourquoi briser cette quiétude en retournant la boue ?
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  25. #1255
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils dépassèrent Tiernach puis Fortin dans le courant de l’après-midi. L’un et l’autre étaient des villages de belle taille, le premier s’ouvrant librement dans la campagne, le second perché sur sa butte, derrière un rideau de rondins. Ils croisèrent quelques habitants du cru, les saluèrent sans s’attarder, puis prirent le petit galop pour rallier le hameau suivant avant la nuit. Ils n’y parvinrent pas tout à fait et comme de bien entendu, ils en furent pour leurs frais. Trois squelettes, deux zombies, une goule, que Grand Vent piétina en ralentissant à peine. La route s’était incurvée vers les bois, dangereuse, comme si elle avait voulu jouer avec le feu. La Forêt n’était pas aussi sombre qu’on eut pu l’imaginer, ou même l’espérer. Elle brillait, ici et là, de lueurs rouges ou verdâtres, et on entendait de temps en temps un cri s’en échapper, hurlement de loup ou de spectre, sinistre et hanté. Enfin, ils aperçurent les lumières plus accueillantes d’un village et bifurquèrent dans sa direction.
    « J’espère qu’ils ne vont pas nous prendre pour des morts-vivants, remarqua Hubert en approchant.
    — Je vais m’en assurer. »
    Albérich les engloba d’une aura chaleureuse, aux reflets d’aube, ce qui leur permit de rassurer les guetteurs et ils pénétrèrent dans l’enceinte du bourg sans heurts. Printemps était nerveux, Grand Vent tranquille, et une dizaine de personnes vinrent à leur rencontre pour observer et accueillir les visiteurs. Rassurés sur leurs bonnes intentions, les paysans les guidèrent vers la taverne et les deux compagnons passèrent la soirée à deviser avec leurs hôtes, des menus malheurs de la région, des fantômes et des bandits, des orages et des corneilles, de la soufflante et des rats. Ils promirent de s’attarder dans une combe voisine pour la nettoyer de ses créatures indésirables — peut-être un couple de blêmes — puis allèrent dormir chez l’habitant, séparément pour la première fois depuis les événements d’Evendum.
    Albérich dormit à peine, et mal. Chaque heure en selle les rapprochait de Respelm, et de là, de la plongée dans les ténèbres. Il n’avait pratiquement aucun souvenir de son retour à Luménis, après son sauvetage. Des bribes de l’intervention des mercenaires… La jeune femme au sommet de la tour, le chef des Sharites, un retour dans la neige, soutenu par des étrangers, le rôdeur demi-elfe, et Taliesin, le barde elfe, puis le noir, et ces allers-retours entre torpeur et veille, le fruit d’une dose radicale de plantes, derniers instants de paix relative avant la déchirure. Ils n’étaient pas rentrés par Respelm, pour cacher ce qu’ils faisaient, ce qu’ils transportaient et dans quel état. Les Sharites avaient accusé Maelwedd d’être derrière son enlèvement, mais Albérich savait que c’était un mensonge, une graine empoisonnée, semée pour provoquer le chaos. Il ne s’y était pas attardé… et c’était un bien. Il ne fallait pas y revenir aujourd’hui : il devait guérir et marcher dans la lumière, sans hésiter.
    Au bout de mille retournements, le jour fut. Heureusement, prier eut l’effet escompté, mais il dut à nouveau lever sa fatigue d’un sortilège, ce qui lui attira une grimace inquiète d’Hubert. Le paladin, cela dit, n’avait pas l’air d’avoir beaucoup plus dormi.

    « Mauvaise nuit ? »
    Ils avaient quitté le village et marchaient vers la combe hantée, au pas tranquille de leurs montures.
    « Tiernach, Fortin, Maelwedd, bref. Ça va me passer. C’est une bonne chose que je ne puisse pas aller à Luménis : j’aurais trop envie d’aller lui écraser mon poing sur la figure. Mais ça ne me rassure pas que toi, tu y ailles, qu’il y soit… même s’il ne te veut pas de mal. »
    Albérich ne put s’empêcher de sourire. Voilà quelque chose qu’il ne devrait jamais suggérer.
    « Je n’ai pas l’intention d’aller voir Maelwedd. J’irai au Temple, c’est tout. Je n’y passerai sans doute même pas la nuit.
    — Allons. Tu leur offriras bien une cérémonie.
    — Il n’est pas question que je me substitue à Alaric. A aucun moment. »
    Il ne dit pas qu’il comptait faire ses adieux à la ville. L’arpenter une dernière fois. S’imprégner des odeurs, des images… puis partir sans se retourner, mais serein. Il avait fui, autrefois. Il y avait quelque chose à réparer.
    « Tu crois que tu iras voir… ta famille ?
    — Je ne sais pas. Je continue à porter leur nom… Les gens me connaissent ainsi. Je devrais peut-être aller voir mon… père… et lui dire que je sais tout, que je lui pardonne, quelque chose comme ça.
    — Tu es bien gentil.
    — Ce serait clôturer quelque chose. C’est plus sain pour tout le monde. Aller de l’avant demande de bonnes bases, fermes. C’est tout le sens de ce voyage.
    — Je sais. » dit le paladin en acquiesçant.
    Ils étaient parvenus à la combe boisée et une odeur forte s’en dégageait.

    « Ça sent la blême, c’est sûr. » remarqua Hubert.
    Albérich se pencha sur ses fontes et chercha un morceau d’étoffe dont il pourrait se protéger le visage.

    « Tu devrais y résister… moi c’est moins sûr.
    — Tu peux rester ici. »
    Le prêtre rit doucement.
    « Décidément, à quoi je sers ?
    — Bah, ce n’est pas ta tasse de thé, si ? »
    Albérich haussa les épaules.
    « C’est bon, tu as raison. Je t’attends ici. »
    Hubert sourit et dirigea Grand Vent vers la lisière du bois encaissé. Printemps parut parfaitement satisfait de rester en arrière et Albérich mit pied à terre pour le laisser brouter. Les minutes s’égrenèrent sans qu’il se passe quoi que ce soit. Le vent soufflait doucement sur la combe, le soleil jouait à cache-cache avec de petits nuages blancs, inoffensifs, et quelques oiseaux chantaient. Des mouches agaçaient Printemps, qui donnait de grands coups de queue en agitant les oreilles. Il y avait des papillons, un oiseau de proie plus loin sur la gauche, l’herbe verte piquetée de fleurs couvrait la campagne vallonnée. Un printemps parfait. Albérich avec les tripes serrées.
    Il pouvait reculer, ça aurait été si simple : bifurquer vers l’ouest, éviter Respelm, regagner la route puis Luménis. Hubert ne refuserait jamais. Mais il resterait toujours quelque chose dans l’ombre, de tapi, ce qu’il avait enfoui, refoulé, la peur et la souffrance, l’insoutenable, prêt à resurgir pour le terrasser. Il n’avait pas oublié ce qui l’avait saisi, à Solarcis, lorsqu’il avait cru qu’on complotait contre lui. Les choses avaient changé, bien sûr, ils avaient triomphé des Enfers, des Ithiliens, d’eux-mêmes, et Hubert était un rempart contre lequel il pouvait s’appuyer et derrière lequel il pouvait se cacher au besoin. Mais si leurs routes divergeaient ? Et si l’adversité le frappait à nouveau, d’une manière ou d’une autre ? Des bases saines, il venait d’en parler.

    « Tu rêves de nouveau. » lui dit Hubert.
    Il secoua la tête.

    « Un zombie aurait pu se glisser jusqu’ici et t’occire sans que tu te rendes compte de rien.

    — Printemps m’aurait prévenu.
    — Tu veux dire cette petite tache là-bas, sous le cerisier ? »
    Albérich étouffa un juron : son cheval s’était éloigné d’une bonne vingtaine de toises sans qu’il en prenne conscience.
    « Ça a été, les blêmes ?
    — J’ai fait de la lumière. Tu ne t’en es pas rendu compte non plus.
    — Ah… Désolé. C’était rude ?
    — Elles étaient onze. Je voudrais que tu ailles assainir le nid : il y a sans doute quelque chose de vicié dans le sol, cette fois, pour de vrai. Grand Vent va veiller sur Printemps. »
    Ils descendirent vers la combe et y pénétrèrent. Hubert avait déjà tracé un chemin assez large dans les broussailles, qu’il leur suffit de suivre. La puanteur était toujours terrible mais elle se dissipait déjà, peu à peu, dans l’air printanier. Les arbres et les buissons étaient tordus mais relativement verts. C’était un lieu frontière, où la nature résistait encore à la souillure. Le nid des blêmes dégageait une telle odeur qu’Albérich en eut les larmes aux yeux.
    « Je ne savais même pas que ces choses se reproduisaient… dit Hubert.
    — Ce sont d’anciens êtres vivants… Il doit y avoir eu un massacre en forêt, il y a très longtemps, ce qui explique la profusion de morts-vivants…
    — Quand tous les cadavres auront été réanimés et tués définitivement, le flux se tarira, alors ?
    — On pourrait voir ça comme ça… sauf s’il y a une source de cadavres qui se renouvelle.
    — Une source ? Comme ça une source ?
    — Je n’en sais rien. Une source. Via un autre plan. Ou un portail. Imagine, je ne sais pas… que les cadavres de Mélandis… arrivent ici par un portail. Dans le fond de leur nécropole, un passage et hop, ils nous balancent les corps de leurs pauvres, de leurs esclaves, directement dans un sol souillé où les morts se relèvent.
    — Une sorte de… fosse commune à distance ?
    — Ce n’est pas impossible. Mais c'était juste un exemple.
    — Je ne veux même pas le savoir. »
    Albérich lança deux sortilèges pour assainir les lieux. Il ne pouvait pas les protéger mais au moins étaient-ils propres… un temps. Il valait mieux ne pas trop y penser.
    Ils repartirent peu après, récupérant Printemps encore un peu plus loin, avec l’aide de Grand Vent car le petit cheval évendin avait décidé de se montrer facétieux. Il n’aimait pas la forêt et Albérich le comprenait : il fallait espérer qu’il accepterait d’y circuler sans se rebiffer car le Luménien n’était pas cavalier à dompter une monture récalcitrante.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  26. #1256
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Ils cheminèrent à bonne allure pendant toute la journée et atteignirent un nouveau village en fin d’après-midi. Cette fois, ils jouèrent la sécurité et y posèrent leurs fontes, dans une petite auberge accueillante, plutôt que de risquer une étape supplémentaire. Ils n’étaient pas les seuls voyageurs, cette fois : un colporteur et son épouse occupaient une seconde chambre et, chose rare en ces lieux, une jeune barde s’était aussi arrêtée dans le modeste bourg. Il y avait donc foule dans la taverne au crépuscule et Albérich et Hubert en profitèrent pour aller marcher dans le village, encore nimbé des ultimes rayons du soleil.
    Albérich avait du brouillard dans l’esprit, ou peut-être une tempête. Le silence d’Hubert lui renvoyait son trouble et malgré son aura, le paladin ne pouvait le soutenir efficacement. Or, ce serait pire dans les jours à venir. Bien pire.
    Ils s’arrêtèrent près d’un muret et un instant, en observant la campagne, Albérich fut renvoyé à Murgris, sur la Côte du Soleil. Ils s’étaient trouvés là, près d’un mur, et ils avaient parlé d’Eredhun, de la cabale ourdie par Noir Dessein à l’intérieur de la tête d’Aubin. Il avait tu tant de choses alors, son lien avec le barde, le pouvoir que le Sharite avait sur eux. Il ne voulait plus rien taire.

    « Tu vois… Ce n’est pas tellement ce dont je me souviens, qui m’effraie… C’est ce dont je ne me souviens pas. »
    Hubert ne dit rien, mais il perçut son regard sur lui, inquiet et bienveillant.
    « Je sais que c’est quelque part en moi… L’empreinte de ce qui s’est passé… En général, je suis… capable… de garder tout ça à sa juste place, loin, à un endroit où cela ne peut plus me nuire mais… je ne suis pas serein. Plusieurs fois, déjà, toute cette… terreur a ressurgi et dans ces moments, je suis totalement démuni. Je pourrais penser que la vie, désormais, sera toujours et éternellement rose mais ce serait… me voiler la face, non ? Je sais qu’en tant que Lathandrite, je devrais avoir foi… mais je pense que c’est une mauvaise compréhension de ce que nous sommes… Notre foi, notre espoir, est d’autant plus fort qu’il est établi sur une connaissance ferme de la réalité. Et en tant que chantres de l’aube, nous devons insuffler l’espoir aux autres avant tout.
    — Tu t’égares, souffla doucement Hubert.
    — C’est vrai. »
    Il ferma les yeux. L’aura du paladin était rayonnante, juste à côté de lui, il en percevait les ondulations, les filaments qui l’enserraient, repoussaient la nuit naissante, comme une caresse infiniment douce, du soleil, du bout d’un doigt aimant, d’un baiser.
    « Ils m’ont torturé. Abominablement. Je ne sais pas ce qu’il y a de plus à en dire. »
    Hubert posa la main sur son épaule.
    « Moi non plus, Albérich. Peut-être rien. »
    Il sourit douloureusement. Si seulement c'était aussi simple...
    « J’étais tellement… Ce n’était pas de la fureur, non… C’était du désespoir. Du désespoir absolu. Que Lathandre… »
    Il frissonna.
    « Je ne devrais pas dire ces choses.
    — Si, dis-les. Lathandre sait, de toute façon, et vous vous êtes retrouvés.
    — Je me suis senti abandonné. C’est ce qui a mouché la flamme. Impuissant, seul, et sans plus le moindre espoir. Quand les secours sont arrivés… C’était trop tard. Il n’y avait rien à ranimer. Je m’étais fermé à mon dieu. Je ressentais… de la colère, oui. De la déception. Un sentiment total de trahison. Mais je n’ai rien fait, Hubert. Rien. Je n’ai pas déchu.
    — Je n’ai jamais pensé une chose pareille, Albérich. Je n’ai jamais pensé que Lathandre avait pu se détourner de toi. »
    Le prêtre sourit à nouveau, un sourire dur, amer.
    « Je n’en ai même pas eu l’opportunité, pour tout dire. J’ai été privé du moindre mouvement, de la moindre initiative… On ne m’a jamais rien demandé. Même pas de me tourner vers Shar. Tout ça était implicite. Comme une solution obligatoire. La seule possibilité. Me rendre à Shar pour retrouver un contrôle sur mon existence. Mais ils n’ont pas compris qu’ils avaient été trop loin… qu’ils avaient détruit toute volonté, même de vengeance… Ils ont essayé de se rattraper ensuite, mais ils n’ont jamais réussi… C’est un succès en soi, je suppose.
    — Bien sûr que c’est un succès. Mais je pense que ce que tu appelles… le vide… C’est ta bonté intrinsèque. La haine… Elle n’a jamais eu de prise sur toi. La colère, la déception, la révolte, oui… Sûrement… Et c’est sain. Mais la haine… Elle ne t’effleure même pas. »
    Albérich posa la tête contre l’épaule d’Hubert.
    « Tu es gentil.
    — Je suis sérieux. »
    Le prêtre relâcha sa respiration dans un soupir.
    « J’ai craqué, en somme. J’ai rejeté Lathandre et je me suis enfoncé dans le noir. Et puis ils sont arrivés… les mercenaires. Comme pour me prouver que j’avais eu tort de cesser de croire. Me prouver que mon désespoir était une honte. Mais j’ai craqué. Je n’avais pas la force. Je me croyais… quelqu’un d’autre. A quelques jours près…
    — Tu as été torturé, Albérich. C’était leur objectif.
    — C’est un maigre réconfort. J’ai erré dans le noir si longtemps, à cause de ma faiblesse. »
    Sa voix flancha et il se tut, au bord des larmes. Hubert lui massa l’épaule puis le prit contre lui et Albérich resta là, les yeux fermés, les tempes douloureuses, dans les ténèbres et cette chaleur, mal à en crever et en même temps, immensément reconnaissant pour ce qu’il avait aujourd’hui.
    « Tu ne devrais jamais penser que tu as été faible parce que tu as cédé sous la torture. Tout le monde cède sous la torture. Un de ces hommes était un Loviate, tu me l’as déjà dit. Ils ont tué… des personnes que tu aimais. Tu vis… dans un monde parallèle… où tu imagines que d’autres auraient tenu bon… Mais tu n’en sais rien. C’est dans les contes, que les gens résistent. Dans la réalité, les gens s’effondrent, et c’est normal. » murmura Hubert à son oreille.
    Il se contenta de frissonner.

    « Albérich. Tu dois te purger de cette culpabilité. Tu n’as jamais été coupable de rien. »
    Il soupira à nouveau.
    « Je sais. Je le sais et en même temps, je n’arrive pas à… à m’en défaire. C’est mon seul moyen de contrôle. Pour empêcher que cela se reproduise. »
    Hubert le serra plus fort.
    « Mais cela ne se reproduira pas. »
    Le paladin n’ajouta rien mais Albérich devina ses pensées, son désir de le protéger du mal, où qu’il soit, et sous n’importe quelle forme. Il aurait voulu lui dire : tu ne seras pas toujours là, mais le dire, c’était comme le tenter, et il ne voulait pas le formuler, jamais. Aussi resta-t-il silencieux et se gorgea-t-il de ce contact et de cet amour. Inébranlable.
    Il finit par reculer d’un pas, pressant le pouce et l’index au coin des yeux.

    « Je ne suis de toute façon plus le même homme. Même si j’étais à nouveau confronté à l’ombre… Les choses ne se passeraient pas de la même manière. »
    Hubert sourit.
    « Non. Bien sûr. »
    Albérich recouvrit sa main, toujours posée sur son épaule.
    « Les jours à venir vont être difficiles. Je suis heureux que tu sois là.
    — Je ne voudrais être nulle part ailleurs, tu sais ça. »
    Le Luménien acquiesça. Il était temps de retourner vers leur chambre pour y chasser durablement les ténèbres.

    A l’aube, Lathandre se glissa un moment dans leur intimité, chaleureux et irrésistible, les transbordant de sa puissance divine, et Albérich se sentit soulagé de le retrouver avec une telle force en dépit de ses pensées vespérales. Ils ne s’attardèrent pas dans le bourg et reprirent leur route vers le nord, suivant les courbes de la forêt sans jamais la frôler. Les arbres paraissaient noirs, presque pétrifiés, et leurs cimes s’hérissaient de feuilles acérées. Ils virent une créature noire s’en extirper, un grand loup, quelque chose du genre, mais qui y retourna aussitôt qu’il les aperçut. Pendant un moment, Albérich craignit que la bête ne revienne avec sa meute, mais il n’en fut rien : il avait peut-être eu peur, au final, capable de percevoir leur aura comme un avertissement. La route se détacha encore des bois, pour serpenter dans des champs et des pâturages. On devinait, à intervalles réguliers, de hautes tours de guet. Ils dépassèrent un village sur leur gauche, puis un autre, plus audacieux, sur leur droite. Enfin, dans le lointain, se dressa la butte de Respelm, avec le clocher du Temple de Lathandre, veillant sur la campagne. C’était déjà la fin d’après-midi, la journée avait été tranquille, mais le ciel devenait noir, signe qu’ils essuieraient bientôt un orage et ils franchirent la distance qui les séparait du bourg au petit galop.
    Dernière modification par Galathée ; 27/07/2018 à 10h29.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  27. #1257
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    La route de Respelm était longue, et ils ne parvinrent à Tournebride qu’au coucher du soleil, ce qui arrangeait parfaitement leurs affaires, désireux qu’ils étaient de rester discrets. Trouver la maison de Léoric ne fut pas très compliqué : c’était l’unique forge du hameau. Ils abandonnèrent leurs chevaux dans la prairie voisine puis se présentèrent à la porte. Léoric leur ouvrit, manifestement surpris d’avoir de la visite à une heure aussi tardive, mais se reprit rapidement et les accueillit avec chaleur.
    Léoric avait été informé de toute la saga de Maleval par Clémence, qui était apparemment une correspondante prolixe. Le forgeron plaisanta qu’il en savait davantage sur les ragots de la montagne que ceux qui y vivaient au quotidien. Zélia, sa fille âgée d’une douzaine d’années, n’avait jamais rencontré Hubert et ils firent poliment connaissance tandis qu’Albérich interrogeait Léoric sur les dernières nouvelles luméniennes. Il n’y en avait pas vraiment : la cité gérait toujours les retombées de l’après-guerre, une défaite sans en être véritablement une, puisque Manost avait dû payer la participation luménienne en leur cédant un comptoir. Albérich s’interdit d’entrer dans une discussion sur le sujet. Tout ça ne le concernait plus et le forgeron ne paraissait pas particulièrement féru de politique. Hubert, qui apprenait les Hermines à sa nièce, esquissa un sourire qui en disait long. Albérich laissa la famille de Maleval renouer et alla se coucher tôt : il comptait partir pour Luménis à l’aube.

    C’est ce qu’il fit. Hubert émergea pour l’étreindre avant qu’il n’enfourche Printemps.

    « Deux jours, peut-être trois. Pas plus, je te le promets.
    — Tu vas déjà avoir besoin d’une journée pour arriver jusque là. Contacte-moi. Avec ce sortilège que tu affectionnes tant.
    — C’était bien mon intention. »
    Ils s’embrassèrent puis Albérich grimpa sur son cheval.
    « Ne va pas ennuyer Maelwedd.
    — Je ne dirais pas que ça ne m’a pas traversé l’esprit, mais… non. Je ne suis pas complètement fou. J’ai l’intention de faire profil très très bas.
    — Ah, j’aimerais venir avec toi.
    — Pas cette fois. »
    Hubert secoua la tête, fit un pas en arrière.
    « Bonne route.
    — A bientôt. »
    Albérich fit volter sa monture — il devenait presque bon cavalier, après toutes ces heures passées en selle — et prit le petit galop sur la route qui menait à la capitale.
    Dernière modification par Galathée ; 24/03/2019 à 12h33.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  28. #1258
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 413
    Quête Solo : Des Racines et des Ailes

    De Luménis, le trajet jusqu’à Tournebride prit la journée entière, comme la première fois. Albérich s’arrêta vers midi pour que Printemps puisse se reposer à loisir, puis reprit son chemin sous un léger grésil, qui l’accompagna jusqu’à destination. Hubert l’attendait sous le porche de la forge avec une couverture et leur étreinte de bienvenue dégénéra en quelque chose de beaucoup plus langoureux, que Zélia interrompit en ouvrant brusquement la porte. Ce n’était cependant une surprise ni pour la fillette, ni pour son père : Clémence avait vendu tous les secrets du paladin dans son courrier, et Albérich et Hubert en furent pour un peu de confusion, mais pas davantage.

    Ils dînèrent d’une volaille rôtie et Hubert prit, du bout des lèvres, des nouvelles de Luménis. Albérich resta évasif : la véritable conversation aurait lieu plus tard, lorsqu’ils seraient en privé. Il mentionna néanmoins le courrier de Molwen. Ils étaient encore au début du mois de Kythorn, mais atteindre Eredhun dans les temps n’était pas garanti, aussi convinrent-ils de repartir le lendemain en début d’après-midi : Hubert tenait à ce que son frère ferre Printemps à neuf avant de s’élancer dans un aussi long périple. Après le repas, ils compulsèrent la carte de la région en sirotant un petit vin du terroir luménien. Il n’y avait pas de grand mystère, cependant : ils rejoindraient la route de Rohan, puis de Rohan monteraient à Eredhun. Albérich connaissait le chemin par cœur ; la campagne était tranquille de bout en bout, sans dragons, écorcheurs ou zombies à redouter. Peut-être des loups, ou une bande de brigands mal avisés, s’ils étaient vraiment très malchanceux. Ils étaient loin des Landes, des abords de la Forêt Maudite ou de la région sauvage d’Evendum. La côte ouest d’Hélonna était civilisée depuis très longtemps et il y aurait des auberges à chaque étape. Le souci principal était l’allure de moins en moins ordinaire du paladin mais Hubert et son frère avaient passé la journée à bricoler une sorte de grand col métallique en demi-lune, à rajouter sur l’armure, duquel pendait une cape bleu ciel. C’était bizarre, pour dire le moins, mais pouvait passer pour une fioriture martiale exotique et de cette manière, les ailes demeuraient dissimulées sous de la toile. C’était une solution très temporaire, ils en étaient tous conscients, mais Albérich n’avait nulle intention de contraindre Hubert à se révéler avant l’heure.

    Une fois dans l’intimité de leur chambre — c’était celle que Léoric avait occupé avec son épouse autrefois et qu’il n’avait toujours pas trouvé le courage de réinvestir — Hubert revint à la charge.

    « Alors ?
    — Alors… Ce n’était pas évident. Les gens ont été charmants, bien sûr, ce qui a rendu la chose encore plus difficile, peut-être…
    — Je suis désolé. C’est de ma faute, si tu ne peux pas rentrer.
    — Non. Ce n’est pas de ta faute. Même si tu n’étais pas là, je ne pourrais pas cohabiter avec Alaric. Et même si Alaric n’était pas là… Les autres se sont montrés très accueillants, mais la confiance… Ce n’est pas quelque chose d’aisément réparable. J’ai flanché. Je pourrais prétendre que je ne flancherai plus jamais, mais quelle preuve en ai-je ?
    — Les circonstances étaient… extrêmes, abominables…
    — Je sais mais… ils n’en ont pas su la moitié… et de toute façon, si Clairétoile nous a bien appris quelque chose, c’est que c’est exactement quand les choses sont extrêmes et abominables que les meneurs ne peuvent pas flancher. Je n’étais pas à la hauteur, à l’époque. Que je le sois aujourd’hui… Ça n’a pas d’importance. C’est trop tard. Et puis… Tu as raison, je ne voudrais pas reconstruire ma vie dans un endroit qui t’est interdit. »
    Ils se lovèrent l’un contre l’autre.

    « L’ironie, c’est que Maelwedd est impopulaire, en ce moment, à cause de la guerre qu’on lui attribue… Il va y avoir de nouvelles élections, sans doute… On parle d’une démission du conseil. »
    Hubert le repoussa doucement.
    « Ah misère, je te prive vraiment de tout…
    — Non. Je viens de te le dire… Ça ne changerait rien. Ou plutôt ça changerait tout pour moi. Sans toi, je ne serais jamais revenu jusqu’ici. Je n’aurais jamais eu la force, ou l’élan, de rien. Alors arrête de dire ça… Oui, c’est difficile de revenir à Luménis, c’est difficile d’en repartir, mais c’est l’ordre naturel des choses, et que ce soit difficile ne signifie pas qu’il faut trouver une solution… C’est juste… une émotion normale que j’exprime. Je te demande juste de m’écouter.
    — Oui, excuse-moi, je voudrais toujours…
    — Ne t’excuse pas. Tu fais tout ce qu’il faut. »
    Le paladin soupira. Albérich lui frôla les ailes du bout des doigts.
    « J’ai été voir Armand.
    — Ah.
    — Il était heureux d’avoir de tes nouvelles. »
    Hubert resta silencieux une seconde.
    « Je n’étais jamais revenu aussi près de Luménis. Avec les événements des derniers jours… Je n’y ai plus repensé avant aujourd’hui. Je te jure, j’avais envie d’aller jusque là, d’entrer, de défier Maelwedd d’oser me mettre aux fers… »
    Albérich l’entendit rire sans joie.
    « Mais je peux tempérer ma stupide témérité, de temps en temps… »
    Le clerc l’embrassa doucement.
    « Tu sais, nous pourrions travailler à faire casser ce jugement… Il date d’une autre ère, où l’impunité des puissants était encore tolérée…
    — Tu en as parlé à Armand ? s’étonna Hubert.
    — C’est lui qui m’en a parlé, en fait. Il est prêt à nous servir de relais à Luménis. »
    Le paladin posa une main sur sa bouche.
    « Ne dis plus rien. »
    Albérich obtempéra. La main d’Hubert se relâcha.
    « Laver mon honneur…
    — Cela ne se fera pas en deux jours.
    — Je sais.
    — Penses-y.
    — Oui. Sûrement. »
    Il poussa un bref soupir.
    « Je pense que j’aimerais ça.
    — Alors nous en reparlerons. »
    Le silence s’installa. Ils demeurèrent enlacés un moment mais ni l’un ni l’autre ne dormait. La maison autour d'eux était tranquille, les lattes du plancher craquaient de temps en temps. Rien d'autre. Léoric et Zélia devaient être endormis.
    « Tu sais, je ne me suis pas subitement transformé en verre, murmura subitement Albérich.
    — Quoi ?
    — Je dis… Je ne suis pas en verre. Je ne suis pas plus fragile qu’avant. Au contraire.
    — Je n’ai jamais…
    — Nous n’avons plus fait l’amour depuis que je t’ai raconté la Tour. »
    Hubert relâcha sa respiration. Pendant une seconde, Albérich crut qu’il allait trouver une mauvaise excuse ou une explication soi-disant très rationnelle. Il n’en fut rien.
    « Je sais.
    — Tu as peur de me brusquer ? Il ne s’est rien produit. Je me suis juste souvenu.
    — Je sais, c’est juste… Oui, j’ai peur, sans doute. Je suis désolé.
    — Est-ce que c’est parce que tu me trouves… sale ?
    — Non, grands dieux, Albérich, non, jamais ! »
    Il resserra son étreinte.
    « Je te l’ai déjà dit, et je te le dirai mille fois : je ne te reprocherai jamais rien de ce qui s’est produit. Encore moins aujourd’hui que je sais… Simplement, à la lumière de tout ça, je me dis que… je me suis peut-être… mal comporté à ton égard.
    — Hubert. J’étais prêt. Je le reste. A aucun moment, aucun… Ah… Ne comprends-tu pas qu’il n’y aucune similarité entre ce qui m’est arrivé, une fois, dans la Tour et ce que nous partageons ?
    — Je suis désolé.
    — Ne dois pas désolé. Ce n’est pas ça que je veux. »
    Hubert frémit et Albérich comprit qu’il allait devoir prendre les choses en main, au propre comme au figuré. Mais le paladin s’écarta légèrement, comme s’il pressentait l’escalade.
    « C’est juste… Ecoute, je ne veux pas ramener la couverture à moi, Albérich, pas du tout, mais… hm… il m’est arrivé… autrefois… d’être… hum… d’être contraint. Et… je sais que ça n’a rien à voir, et c’est un autre contexte, j’étais jeune, dans des situations troubles et je ne savais pas ce que je voulais, et les choses ont dérapé, et donc je sais que ça n’a rien à voir, du tout, je n’oserais jamais comparer ce qui t’est arrivé à quelques mésaventures nocturnes, bien sûr, mais je me souviens… que ce n’était pas si simple… ensuite… de… m’en libérer… »
    Albérich soupira à son tour.
    « Hubert, je suis désolé si je t’ai ramené à des souvenirs pénibles. »
    Il le tira dans sa direction, doucement mais fermement, jusqu’à ce que leurs visages soient à la même hauteur.
    « Mais comme tu l’as dit toi-même… Je ne suis pas toi et… nos expériences ne sont pas comparables. Tu dois me croire quand je te dis que… je vais bien. Vraiment bien. »
    Il l’embrassa doucement sur les lèvres, puis lui attrapa une main et la mit d’autorité sur ses fesses.
    « Maintenant, arrête de regarder sans cesse derrière ton épaule. Ou derrière la mienne, plutôt. C’est devant toi, que je suis. Maintenant. Je sais que les Lathandrites adorent demain, mais c’est dommage, d’attendre toujours demain quand tout est là, maintenant, à disposition. »
    Hubert rit doucement et déplaça sa seconde main. Albérich ferma les yeux mais perçut la lumière qui irradiait à l’intérieur de lui-même, qui pulsait dans l’aura du paladin, qui embrasait peu à peu leur petite chambre obscure, invisible mais toute puissante.
    « Tu me le dirais, n’est-ce pas, si je faisais quelque chose… qui ne convenait pas ?
    — Hubert, tais-toi. » rétorqua le clerc.
    Le paladin se tut mais ne demeura pas inactif pour autant et la nuit, au final, ne régna plus nulle part.


    Au petit matin, ils allèrent prier, vaseux, dans un vaste champ fleuri. Kythorn était un mois magnifique et Albérich songea qu’il aurait pu rester toute la journée, allongé dans l’herbe, à regarder les nuages. Ce n’était évidemment pas le programme. Il passa la matinée dans les rues du village, avec Zélia, qui l’aida à rassembler des provisions chez les paysans voisins. La gamine était manifestement très déçue qu’ils repartent déjà, mais aussi très fière d’avoir « un ange » pour oncle. Elle savait, bien sûr, que c’était un secret, mais Albérich ne donnait pas cher de celui-ci. Il ne put s’empêcher de se demander ce que devenait Ruth, l’Elue de Tymora qu’Hubert avait gardée un moment sous son aile. Peut-être pourraient-ils se renseigner sur le chemin du retour… ou pas. Il n'était pas certain que le paladin en aurait vraiment envie : l'expérience avait été plutôt douloureuse.
    Hubert, de son côté, resta avec son frère tandis qu'il ferrait Printemps à neuf, vérifia l'état de leur matériel et étudia, une dernière fois, le parcours. Au final, les deux compagnons profitèrent d’un dernier repas, rapide, avec Leoric et sa fille, puis reprirent leur route, vers le nord, sous un soleil resplendissant.
    Dernière modification par Galathée ; 07/04/2019 à 10h31.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Page 42 sur 42 PremièrePremière ... 32404142

Discussions similaires

  1. [D&D] Monde de campagne
    Par Duo dans le forum L'antre du rôliste
    Réponses: 28
    Dernier message: 10/04/2005, 19h35
  2. [TECH] 1.65 problème campagne
    Par Hiko dans le forum L'Académie de Padhiver (NWN 1)
    Réponses: 3
    Dernier message: 21/02/2005, 16h59
  3. Loup-Garou, Kit et Campagne ?
    Par Sous Nain dans le forum Idées
    Réponses: 2
    Dernier message: 30/06/2004, 11h21
  4. Résultats de la campagne du Pub...
    Par EricDesMontagnes dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 6
    Dernier message: 14/12/2002, 14h37

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250