Page 8 sur 8 PremièrePremière ... 678
Affichage des résultats 211 à 216 sur 216

Discussion: [Bâtiment] Le Palais des Murmures

  1. #211
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais des Murmures

    Lorsqu'Hadlis pénétra dans Manost, c'est presque s'il pouvait sentir l'odeur du chaos. Certes l'ordre était maintenu et la garde poursuivait son travail malgré les troubles qui pouvaient également agiter ses rangs, mais les tensions étaient palpables. Elles se traduisaient par des accrochages de ci de là, souvent juste verbaux comme entre deux prosélytes un peu trop excités, parfois physiques. Et là où autrefois la présence de la soldatesque suffisait d'elle-même à être dissuasive, la garde fut contrainte à la répression plusieurs fois sous ses propres yeux.
    Hadlis descendit de son cheval à l'entrée de la Citadelle où régnait le calme rassurant du cadre militaire. A mesure qu'il marchait vers le parc où se trouvait sa destination, tirant par la bride sa monture, les bruits de la ville s'estompaient. Évoluer au milieu de la verdure dans cet espace urbain avait quelque chose d'apaisant. Il n'avait que rarement eu l'occasion d'entrer dans le bâtiment où séjournait d'ordinaire le conseiller à la diplomatie, son devoir l'appelant généralement par définition au palais du conseil. A chaque fois qu'il y passait cependant, il regrettait ne pas avoir le loisir de profiter du cadre magnifique. Comme quoi, on pouvait être soldat et s'émerveiller des belles choses de la nature.

    Le soldat détacha le coffre longiligne que lui avait confié Ravestha une fois arrivé au pied de l'édifice pour lequel il avait fait tout le chemin depuis la Tour de Vigie. Il pénétra dans les lieux, le bruit de ses pas et de sa cotte de maille blanche attira l'attention de plusieurs personnes qui se tournèrent vers lui pour le dévisager. Il est vrai que le voyage ne devait pas l'avoir arrangé. Un peu plus de la trentaine, des cheveux mi longs et noirs, sa courte barbe lui donnait facilement une demi douzaine d'années de plus. Il était grand, pas spécialement beau de visage notamment du fait d'un nez légèrement tordu - vestige d'une belle fracture - mais on devinait le corps d'un athlète. Les regards se portèrent sur la broche tenant une cape aussi blanche que la tunique qui surplombait la cotte de maille. Pour tous ceux qui connaissaient l'uniforme, il ne fut pas long de deviner l'identité du visiteur. Comme il ne savait pas à qui s'adresser, le jeune homme lança à la volée :


    - Bonjour, je suis Hadlis Jen, de la garde personnelle du Grand Emissaire. Je dois parler au Conseiller Lothringen.
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  2. #212
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Quête : Le Poing Levé

    Les gardes du Palais, à sa vue, s'étaient animés sensiblement : un membre de la garde personnelle du Grand Emissaire - alors qu'on en était à se demander si elle n'avait pas été massacrée avec lui ! Ils eurent néanmoins suffisamment de professionnalisme pour laisser leurs questions mourir au bord des lèvres. Sentant qu'il s'agissait d'une visite d'importance, ils s'empressèrent d'aller prévenir l'officier responsable de la sécurité du bâtiment, lequel vint en personne escorter le messager. En cette fin de matinée, le conseiller était rentré au Palais après une longue visite au fort ; nul doute qu'il voudrait sur-le-champ recevoir toute personne susceptible de lui donner des nouvelles de Ravestha.

    Après les contrôles de sécurité d'usage - fouille et magie de détection : ils avaient été singulièrement renforcés ces derniers temps, mais on ne trouva rien de suspect - l'officier conduisit Hadlis à l'étage, jusqu'à la large porte de la rotonde où se trouvait le bureau de Lothringen. Comme il s'y était attendu, il reçut l'autorisation d'entrer dès qu'il annonça l'identité du visiteur. Demeurant en retrait près de la porte, il laissa ce dernier s'avancer.

    Le semi-drow s'était levé de son siège et dévisageait l'émissaire sans mot dire. Oui, il reconnaissait ce visage... Se souvenant d'avoir à l'accueillir, il prononça enfin d'une voix blanche :


    "Je vous écoute, messire. Toute nouvelle dont vous seriez porteur vaudra mieux que l'ignorance où nous baignons..."
    Dernière modification par Lothringen ; 10/02/2011 à 15h25.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  3. #213
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Quête : Le Poing Levé

    "Conseiller Lothringen."

    Le garde manostien gratifia le conseiller d'un salut martial appliqué. Hadlis n'avait jamais eu à faire directement à Lothringen mais sa fonction l'amenait régulièrement en sa présence, aussi s'était-il habitué à la couleur sombre de sa peau de semi drow et à la blancheur de ses cheveux. L'homme gardait une posture raide, acquise par habitude du protocole, tenant entre ses mains une boite en bois simple, fermée par un loquet. Hadlis commença.

    "Je vais tâcher de ne rien oublier mais d'être synthétique."

    Le garde prit une inspiration avant de commencer à faire son récit, tentant d'être le plus neutre possible et de ne porter aucun jugement.

    "Il y a plus d'une semaine maintenant Elric de Vage et moi-même avons escorté le Grand Emissaire à travers la ville. D'abord au temple de Helm, puis celui d'Ilmater et enfin celui de Torm. A sa sortie du temple, nous sommes rentrés directement au palais. Avec le recul, vu le visage marqué qu'il avait sur le trajet, je présume que c'est là bas qu'il a apprit la...". Hadlis marqua une petite hésitation. Pour être membre de la garde à ce niveau, il fallait certes des aptitudes martiales évidentes, mais il fallait aussi faire montre d'une grande ferveur dans sa foi. La mort de Helm avait bouleversé plus d'un coeur, et la page n'était pas facile à tourner pour lui-même. Il déglutit et reprit sur le même ton. "la chute de notre Seigneur. Pendant une journée le Grand Emissaire n'a pas quitté le palais. Puis nous fûmes tous les dix convoqués durant la nuit suivante où il nous annonça que nous avions une heure pour préparer nos affaires. La moitié fut envoyée aux écuries pour prendre des chevaux et les emmener hors de la cité. L'autre, dont je faisais partie, l'a accompagné dans un passage connu seulement des plus anciens membres de notre coterie. Du palais, il débouchait au delà des murailles est et nous avons pris la route vers la Tour de Vigie. C'est sur le trajet, lors d'une halte pour la nuit, qu'il nous a annoncé la terrible nouvelle de la mort du Vigilant dans une lutte contre Tyr dont Tymora était l'enjeu. Le capitaine Hathars a demandé quelle était notre destination. Il a refusé de nous la donner : "Pas suffisamment loin pour vous mettre en danger, je ne priverai pas Manost de bras si bien armés pour la guerre" furent simplement ses mots. Nous avons ensuite rallié la Tour de Vigie et c'est là qu'il m'a ordonné de faire demi-tour afin de vous donner ceci en personne."

    Il tendit à Lothringen la boite qu'il tenait de ses deux mains tout en reprenant son souffle après sa longue tirade.

    "En l'absence du Grand Emissaire et en tant que membre du conseil de Manost, considérez mon épée comme vôtre."
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  4. #214
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Quête : Le Poing Levé

    Lothringen avait écouté avec attention le récit du garde. Il ne lui apprenait malheureusement pas grand chose qu'il n'ait pu deviner à sa simple présence. Ainsi, Ravestha avait gagné la Tour de Vigie. Dans un but particulier, ou simplement parce que c'était la place forte la plus proche ? Le mystère dont il entourait ses déplacements, ne confiant que le strict minimum, et encore avec réticence, à ses propres compagnons de route, avait quelque chose de surréaliste, vue la situation... C'était comme si le semi-elfe n'était pas au courant qu'il était à la tête d'un état qui traversait une situation de crise sans précédent, et que Manost, aujourd'hui cité moins bénie que maudite, avait plus que jamais besoin de sa présence. Mais il y avait peut-être une bonne raison à cela, un projet secret, une manœuvre audacieuse, une idée de derrière ? Bref, une explication - une réponse au creux de ce coffret ?

    A la dernière réflexion du garde, Lothringen hocha distraitement la tête. En la situation actuelle, tout renfort était bienvenu... Mais cela signifiait aussi que le Grand Émissaire n'attendait pas de retour à son message, et il ne savait qu'en penser.

    « J'en serai honoré. La situation n'est pas bien reluisante ici, Hadlis. L'armée et le clergé sont complètement désorganisés, le peuple s'agite, et l'armée mélandienne a passé la frontière... Gageons que votre épée ne manquera pas d'exercice. »

    Il baissa les yeux sur la boîte, qui n'était pas scellée, et, plutôt que de spéculer trop longtemps sur ce qui pouvait nécessiter un tel contenant, préféra l'ouvrir tout de suite.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  5. #215
    Date d'inscription
    November 2002
    Messages 
    1 258

    Re : [Bâtiment] Le Palais des Murmures

    Hadlis préféra s'abstenir de répondre au conseiller, celui-ci ayant ouvert la boîte il valait mieux le laisser à ses pensées. Lorsque le semi drow releva le couvercle, la lumière fit parcourir un éclat sur le métal aussi luisant qu'un miroir. Malgré cela, son aspect semblait terne, comme si l'épée que le Manostien avait sous les yeux faisait elle-même son deuil. La lamelune du Grand Emissaire gisait sur un simple tissu, masquant en partie une enveloppe dont la sceau ne semblait pas avoir été cassé.

    En faisant sauter la cire à la marque reconnaissable de Ravestha, Lothringen put lire le papier qui lui était destiné.


    Mon cher Lothringen,

    Nous n’avons jamais vraiment échangé de familiarités aussi trouverez vous ce « cher » peut être un peu déplacé. De toute façon c’est écrit maintenant, et je n’aime pas gâcher le papier. Si vous lisez ce message, c’est qu’Hadlis a bien rempli sa mission, remerciez le pour moi.

    Vous n’aurez pas manqué de le constater, je suis parti depuis un moment déjà et à l’heure qu’il est je suis bien loin de Manost. Les nobles gardes qui m’ont accompagné ne sauraient tarder à se manifester pour rejoindre vos forces dans cette guerre où chaque guerrier comptera. Mais moi, Lothringen, je ne reviendrai pas. Il aurait été plus correct de vous dire adieu directement mais les reproches probablement mérités auxquels j’aurais eu droit n’auraient pas changé la démarche que j’ai entreprise, ils l’auraient seulement rendue plus difficile.

    Il souffle aujourd’hui un vent de légèreté dans mon esprit, comme si soudain je flottais dans le vide d’une vie qui a perdu son sens. Mais je ne flotte pas, évidemment, je chute. Le sol sur lequel j’avais bâti ma vie, une ville, une nation s’est soudainement dérobé sous mes pieds. Comment imaginer que mon Seigneur et Maître puisse un jour disparaître comme ça, de la main d’un dieu qui incarne soi-disant la justice. Helm est mort et le Grand Emissaire avec, qu’on se le dise.

    Le spectre d’Artryl la laïque revient et je vois déjà les corbeaux tourner autours de la cité bénie d’un dieu mort, flairant l’odeur macabre du cadavre de notre organisation et avides de se repaître des restes de notre ordre. Ils s’agglutinent à nos portes, s’arrachant les âmes égarées que Helm a laissées derrière lui. Qu’ils aillent tous en enfer. Manost ne sera jamais plus Manost, seulement une imposture. Je ne la verrai pas – je ne veux pas la voir - aux mains de Torm, d’Ilmater, de Tempus, de Waukyne ou qui sais-je encore. Il n’y a pas de continuité possible pour cette ville que j’avais rêvée et que j’ai connue toutes ces années durant. Cette ville, c’était Helm. La nouvelle, je n’y ai aucune place, je n’y veux aucune place.

    Depuis vingt ans j’ai œuvré pour que l’Eglise Helmite soit le guide et le gardien d’une ville puis d’une nation. Je suis parti de rien pour qu’au final sous les mêmes bannières soient réunis tout un peuple qui nous a rendu sa confiance. Jamais les Helmites n’ont flanché et notre Eglise, contre vents et marées était devenue une armée, un gouvernement, une justice, une institution. J’ai appris à guetter beaucoup de choses, les Helmites ont toujours tenté d’être attentifs pour maintenir la sécurité, anticiper le danger ou le combattre. Mais je gage que le Vigilant n’avait pas vu sa propre chute. Je suis un conservateur, Lothringen, mais que signifie ce mot quand il n’y a plus rien à conserver ?

    Je me rappelle encore lorsque j’ai accepté votre présence au conseil. Je vous avais accusé de trahison, Helm pour Tymora. Là où d’autres vous auraient juger sur vos origines, je ne vous méprisais que pour votre changement d’obédience. Que m’étais-je trompé. Par bien des égards vous avez été plus helmite que la plupart des Helmites. Vous avez montré en chaque instant une fidélité sans faille à Manost depuis que vous y avez mis un pied. Vous avez soutenu un système dans lequel vous étiez isolé et deviez vous sentir bien seul. Vous iriez, j’en suis certain, jusqu’à donner votre vie pour cette ville. Vous avez toujours beaucoup donné sans presque jamais recevoir. Mais par-dessus tout, j’ai toujours pu compter sur votre soutien et vos conseils. Je n’ai pas eu réellement l’occasion de vous exprimer tout le respect et l’amitié que je vous porte parce que malgré mon attitude, vous avez toujours su montrer ce respect envers moi et l’ensemble des Helmites. J’ai ma fierté, et avouer que j’ai eu tort il y a quelques jours encore m’aurait contrarié. Aujourd’hui, je le fais avec joie.

    Il est dès lors ironique de constater que votre dame était l’enjeu de ce duel qui a causé la fin de notre monde helmite. Je ne peux m’empêcher de lâcher un sourire en y pensant. Il est des clins d’œil parfois cruels.

    Le précédent que vous aviez créé en entrant au gouvernement sera finalement peut être le salut de cette cité sans maître. Par votre place au conseil vous incarnez l’ouverture, par votre rôle vous incarnez le dialogue, par votre poste vous incarnez l’autorité. Le renouvellement, Lothringen, c’est vous. J’ai bâti Manost sur un modèle unique, j’ai fédéré autour d’une même foi mais désormais c’est d’un autre espoir dont la ville a besoin. Et cela je ne lui apporterai d’aucune manière. Pour donner de l’espoir, il faut en avoir. Le futur c'est vous, Lothringen, je ne suis déjà plus qu'une ombre du passé. Si je n'avais qu'une chose à vous demander, c'est de ne pas laisser tous ces charognards piétiner ce passé.

    Je m’en vais désormais dans ce voyage sans retour tenter d’apporter ma pierre à l’édifice, ou plutôt empêcher ce dernier de s’effondrer totalement. En ce monde je n’ai plus qu’une certitude, et si par bonheur ou par un dieu ayant pris mon âme en pitié, je réussis, elle aussi disparaîtra, m’emportant avec elle vers un plan de fugue où nul ne viendra me chercher. Alors la menace sur Manost sera mise à mal et vous reconstruirez sereinement.

    Le présent que je vous fais avec cette lettre vous semblera peut être inutile puisque nul ne pourra jamais l’empoigner, mais c’est ce que j’ai de plus précieux. C’est le meilleur témoignage que j’ai pu trouver de ma reconnaissance , comme une partie de moi dont je me sépare. Loin d’elle je me dépéris, mais pas assez vite pour ne pas finir ce que j’ai entrepris.

    Vous m’avez toujours respecté sans forcément parvenir à me comprendre, puissiez vous en cette heure faire une dernière fois de même.

    Puisse Tymora vous apporter la chance dont vous aurez besoin dans vos entreprises, à Manost ou ailleurs.

    Loué soit le Vigilant

    Ravestha Klerens
    "Quand tu es poursuivi, rien ne sert de courir plus vite que la menace, il faut courir plus vite que tes potes". Proverbe gobelin

  6. #216
    Date d'inscription
    February 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 340

    Quête : Le Poing Levé

    Lothringen avait été stupéfait de découvrir la lamelune du Grand Émissaire dans la boîte. Sans être grand connaisseur des traditions elfiques, il savait que ce genre d'épée crée un lien magique avec son porteur, et que loin d'elle, le semi-elfe dépérirait. Il savait aussi qu'une lamelune n'accepte pour utilisateur qu'un individu du même sang que le précédent propriétaire, et aux dernières nouvelles, Ravestha n'avait pas d'héritier. Allait-on apprendre l'existence d'un fils caché ? En décachetant la lettre, il se demandait encore quel sens tout cela pouvait-il bien avoir.

    Il la lut à plusieurs reprises, analysant chaque mot, jusqu'à la moindre virgule, pour s'assurer qu'il avait bien compris. Son cœur battait à tout rompre, tiraillé entre des sentiments contradictoires où il entrait de la tristesse, de la colère, et une pointe de panique. Épuisé de se torturer l'esprit de la sorte, Lothringen s'assit, tentant de remettre ses idées en ordre.

    « Le modèle des sentinelles, le grand chantre de l'ordre, de la rigueur et de la protection des populations... celui dont ils attendent tous qu'il les rappelle à leur devoir et mette fin à ce chaos par son verbe et sa force d'âme... il déserte. », constata-t-il avec amertume. Il s'était attendu à tout sauf à cela.
    « Il faut le comprendre. » Cette objection l'agaça.
    « ...Non seulement ça n'est pas vraiment nécessaire, mais je n'en ai pas le temps. Que va-t-on dire aux soldats tentés de déserter, désormais ? « Faites ce qu'on vous dit, pas ce que font vos dirigeants ? » Et que va-t-on dire aux citoyens ? « Pas de panique, on vous abandonne » ? ou aux helmites ? « Votre vie n'est pas perdue, c'est juste votre chef qui se suicide » ? Et comment conserver la moindre légitimité à ce gouvernement acéphale, à présent ? Il a beau jeu de me demander d'assurer la transition ! Sans lui, mon autorité se réduit à néant. Il ne me reste plus qu'à présenter la démission du gouvernement...»
    « Et si on ne leur disait rien ? Tout le monde va savoir que tu as reçu cette lettre de lui et cela va te redonner un peu de champ libre. Cela va en outre rassurer ceux qui croyaient le Grand Émissaire enlevé ou décédé. En revanche, tu es encore le seul à connaître le contenu de sa missive... »
    Lothringen s'arrêta quelques instants sur cette suggestion. Il n'aimait pas l'idée de ce mensonge, mais il savait au fond de lui que c'était la seule solution. Pour éviter la panique, pour gagner un peu de temps, pour négocier au mieux... Il fallait que l'on croie que Ravestha pouvait revenir. Le semi-drow préférait repousser encore un peu les échéances, le temps de digérer lui-même la nouvelle. Et ce n'était pas une mince affaire.
    « Comment ose-t-il nous faire cela ? C'est... c'est lui qui a déclaré cette guerre, en plus ! L'entité a laquelle il a voué sa vie n'est plus, et alors ? Le sens du devoir serait-il mort avec Helm ? Les manostiens aussi ? Mais je le connais trop. Il préfère courir à sa perte que de faire l'effort de s'adapter à un monde qui change ! J'ai vu de simples paladins plus courageux que lui, Hadlis est plus courageux que lui ! »
    « Peut-être ce qu'il va faire nécessite-t-il un certain courage aussi... »
    « Ce qu'il va faire ? Mais probablement se jeter à corps perdu dans quelqu'un de ces beaux gestes inutiles dont il a le secret, à l'image de ce cadeau sinistre qui va tuer lentement le donneur sans rien apporter au destinataire... »
    « Ce n'est pas de ta faute. »
    « Qu'est-ce que cela vient faire ici ? »
    « ...et tu ne peux pas sauver tout le monde, a fortiori ceux qui ne le souhaitent pas. »
    « Bon sang, cette tête de mule a bien fait de mettre quelques centaines de lieues en lui et moi avant de m'envoyer cette lettre ! Il a raison, je l'aurais harcelé de reproches et je ne l'aurais pas lâché, quitte à le traîner devant Mornagest afin qu'ils aient tout loisir de discuter entre eux des mérites comparés de la mort sans dieu ! Faut-il croire que j'attire les dirigeants mégalomanes, dépressifs et suicidaires... »
    « Une comparaison intéressante... Mais si tu as sauvé la vie de Seina, tu oublies qu'il s'est retourné contre toi ensuite. Quant à Mornagest... Mornagest était capable d'évoluer, il l'a prouvé, et tu avais une certaine emprise sur lui... Ravestha ? Peut-être a-t-il fini par te considérer comme un ami, mais il n'a jamais oublié de se penser ton supérieur. Tu ne l'aurais pas fait changer d'avis. »
    « Comment le savoir sans avoir essayé ? Mais à quoi bon parler de cela ; je ne vais pas le poursuivre, de toute façon. Ce n'est pas l'envie qui m'en manque... mais je n'en ai pas le temps. J'ai un rendez-vous à Lumenis à midi, et quelle que soit leur réponse, ce sera plus constructif que de ruminer ceci encore et encore... »

    Accablé à la pensée du destin que le semi-elfe s'était choisi, il plia le parchemin, le rangea dans son justaucorps et, détachant avec effort son regard de la prestigieuse mais inutile épée, il releva la tête. Hadlis et l'officier n'avaient pas bougé, mais le dévisageaient d'une drôle de manière. Lothringen referma la boîte d'un coup sec, avant de remarquer que de là où ils étaient, ils n'avaient pas pu voir son contenu, caché par le couvercle.

    « Comme c'est mignon... Ton mouchoir est dans ta poche droite, mon petit drow. »
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

Page 8 sur 8 PremièrePremière ... 678

Discussions similaires

  1. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Perdigan Foxglove dans le forum Le Quartier du Gouvernement
    Réponses: 489
    Dernier message: 26/06/2019, 15h39
  2. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Duo dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 16
    Dernier message: 31/12/2018, 20h01
  3. [Bâtiment] Le Palais de Justice
    Par Folken dans le forum Quartier du Gouvernement
    Réponses: 114
    Dernier message: 15/12/2014, 22h00
  4. [Bâtiment] Palais de Melandis
    Par dragum dans le forum Le Havre Bourgeois
    Réponses: 19
    Dernier message: 21/11/2013, 21h57
  5. [Bâtiment] Le Palais du Conseil
    Par Folken dans le forum Quartier du Gouvernement
    Réponses: 89
    Dernier message: 26/10/2009, 15h53

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256