Sortie en 1996, cette seconde "leçon de ténèbres", ou "Messe du Milieu", en référence
à l'Office des Ténèbres ( les messes célébrées les trois derniers jours de la Semaine
Sainte ) est encore plus fascinante et inclassable que l'opus précédent.

La musique d'Elend est pour l'essentiel le fruit de l'association de deux compositeurs
de formation classique, ouvertement influencés par le "romantisme noir", Richard Strauss
et le post-romantisme, mais tout autant par le métal sombre ( dark-black-gothique-doom ).

Son apparence formelle est donc orchestrale ( aucun instrument "rock", batterie, guitare
ou basse, pas de structure couplet-refrain ), du moins pseudo-orchestrale, Elend étant
à cette époque totalement underground et dépourvu de moyens financiers, l'essentiel
des instruments - hormis les violons - sont remplacés par leur contrepartie synthétique.
L'élément vocal est représenté par deux sopranos, chantant des textes en latin pour
la plupart, et le tout donne quelques pièces d'une beauté poignante et mélancolique
("Nocturne", "The silence of light" ).
D'autres pièces sont traversées de murmures masculins, en français cette fois, et de
déchirants hurlements d'agonie ou de haine, en anglais et sont proprement effrayantes
de noirceur et de colère ( le feu ) et d'une froideur lunaire dans leur beauté formelle ( la glace )
( "Ethereal journey", "The Luciferian revolution" ).

Comment définir le style de cet album? "dark-gothique néoclassique"? "Romantisme dark"?
Ou même comme je l'ai lu ici ou là, "Black-Métal symphonique, sans le métal"?
En tout état de cause, cet album ferait pour un film vampiro-gothique une bien meilleure
bande-son que toute cette daube néo-indus-machin que les producteurs croient devoir
coller sur tous les films du genre, parce que c'est à la mode chez les djeuns, et qu'on
devra probablement subir dans Blood Rayne et Underworld 2.

Au demeurant, qu'importe. On ne ressort pas indemne des "Ténèbres du Dehors".
Les âmes simples ( et les clercs de Lathandre :rigoler: ) vont probablement s'enfuir
en hurlant, les autres feront un voyage transcendant et unique, de l'Eden aux Abysses.

As I entered the limbs of solitude, the Darkness grew deep inside of me
Reflected in the eyes of the statue of what I once was and no more shall be...