J'adore essuyer les plâtres d'une rubrique, surtout quand je sais que je vais délibérément
ignorer la moitié des consignes .
Je ne donne pas de note à un album. Une oeuvre d'art n'est pas une copie scolaire.
Je ne trouve pas le track-by-track très intéressant non plus; sauf à vouloir se pencher
sur l'excellence d'un morceau en particulier, l'atmosphère et la cohérence générale
d'un album sont un aspect bien plus intéressant que le dépiautage clinique.

Cela étant dit, je vais violer une autre consigne et me livrer à un plagiat éhonté, mais j'en
ai le droit, puisque c'est moi l'auteur de la chronique ci-dessous, originellement publiée
sur mon propre forum, à propos du groupe Catamenia et de leur album Eskhata, paru
en 2002 et dont voici la pochette:



Pour les fans de Black symphonique, je voudrais rappeler
( ou informer de ) l'existence d'un excellent groupe dans
le genre: Catamenia, qui souffre d'être coincé entre Cradle
of Filth
et Dimmu Borgir, mais mérite mieux qu'une simple
étiquette de clone.

Si à la première écoute, on dirait un peu Dimmu of Filth :rigoler: , ou
l'inverse, une seconde écoute plus attentive révèle un
éventail de styles et d'influences moins restrictif. Certes
c'est du black-métal, avec blastbeats et voix de gargouille
écartelée, mais du black symphonique et mélodique, à l'opposé
des dissonnances malsaines d'un Darkthrone.
Moins théâtral que Cradle, moins pompeux que Dimmu,
et surtout des liens davantage affirmés avec le métal
traditionnel. La structure des morceaux et les mélodies
rappellent parfois le Maiden des 80s ( "Flames", "Vortex" ),
parfois un Evergrey qui aurait glissé du dark au black
( "Beyond the starlight" ).
Il y a de nombreuses parties sans blastbeats, avec harmoniques
de gratte et chant clair, des touches prog' ici et là.

Pour peu qu'on accepte le style Black, c'est franchement
agréable à écouter, ça décoiffe sévère mais sans donner
l'impression qu'un TGV vient de vous passer dessus à la
fin de l'album comme c'est parfois le cas avec Anorexia
Nervosa
par exemple ( que j'aime bien, par ailleurs ).

Si l'on devait vraiment reprocher quelque chose à cet album,
ce serait éventuellement une certaine linéarité dans les compos,
particulièrement dans les structures mélodiques, mais c'est un peu
la loi du genre dans ce style désormais assez formaté. Et de toute
manière ce sera toujours plus agréable que les 40 minutes de
hurlements haineux enregistrés au fond d'une cave moldave et
qui constituent l'essentiel d'un album de soi-disant "true-black"

Catamenia ou la solution ultime pour écouter du Black sans faire
fuir vos gosses ( pour les anciens ) ou vos parents ( pour les djeuns )