Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: Maria Callas : exposition à l'Ile Seguin

  1. #1
    Date d'inscription
    janvier 2012
    Localisation
    Paris
    Messages 
    4 637

    Maria Callas : exposition à l'Ile Seguin

    Jour de congé, jour de fête ! j'avais pour projet de ne pas rater l'exposition à la Seine Musicale (loin loin loin de Paris, faut traverser la Seine à partir du métro Pont de Sèvres, c'est dire) sur la cantatrice Maria Callas.

    Née le 2 décembre 1923, Maria s'est éteinte le 16 septembre 1977 dans l'appartement qu'elle avait rue Georges Mandel, entre ses petits chiens, son piano et ses souvenirs.
    -callaspianoappartementparisien.jpg -callaschiensappartparisienannees1970.jpg
    Souvenirs hélas pour l'essentiel bazardés lors d'une vente aux enchères à l'hôtel Drouot... Ce qui fait que l'exposition ne comprend qu'un seul de ses costumes de scène, mais heureusement celui d'un rôle emblématique, celui de Norma (opéra de Bellini).
    -callasnormacostume.jpg

    Au centre de l'exposition, une salle aménagée en mini salle de concert, dans laquelle sont diffusés des extraits de ses grands récitals.
    On y constate que la diva se glisse en quelques instants - ceux que lui donne l'ouverture orchestrale de chaque morceau qu'elle chante - dans le rôle voulu. La coquetterie, la joie, la supplication, la haine se succèdent sur son visage aux traits extrêmement mobiles. Elle révèle ses talents de tragédienne en "rajeunissant" visiblement lorsqu'elle interprète une jeune fille, son regard s'obscurcit quand elle chante la tristesse ou devient lointain quand elle aborde la mélancolie.
    -callasrecital1.jpg -callasrecital2.jpg -callasrecital3.jpg
    A ses côtés, tantôt des chœurs galvanisés par sa présence, tantôt un chef d'orchestre inspiré (Georges Prêtre notamment, pour ses derniers récitals en France).
    -callasrecitalgeorgespretre.jpg

    Les extraits télévisés sont là, et défilent silencieux. Un audioguide permet de sélectionner la plage correspondant à l'extrait recherché et on entend l'interview au casque audio... Parfois passionnant, parfois anecdotique.
    -callasinterviewannees1960.jpg -callastelevisionannees1950.jpg
    -callastelevisionannees1960.jpg -callastelevisionannees1970.jpg
    Un extrait de la Juilliard School of New-York, où Callas a donné des master classes, se trouve parmi les derniers pans de l'exposition.
    -callasmasterschoolusa.jpg

    Une des pièces les plus intéressantes est un enregistrement vidéo "pirate" de la Norma 1953 (paraît-il). Personnellement je pencherais pour une année ultérieure, il me semble avoir reconnu Giulietta Simionato dans le rôle d'Adalgisa et non Ebe Stignani qui chantait ce rôle en 1953. Au moins sur le disque enregistré à l'époque, sous la direction de Vittorio di Sabata.
    -callasextraitvideonorma2.jpg -callasextraitvideonorma1953.jpg

    Va falloir que je reprenne mes bouquins, moi... Je vois des "erreurs" qui n'en sont probablement pas !!!

    Quelques disques affichés, parmi cette belle exposition... Des "pirates", enregistrés en douce, certains publiés sous le magnifique label BJR créé par le trio Bennett-Johnson-Rodriguez.
    -callasdisquebjr.jpg -callasdisquebjr2.jpg -callasdisquebjr3.jpg

    Hop ! on va essayer d'insérer quelques photos pour étoffer tout ça...

    Encore quelques beaux portraits des grands rôles du répertoire de Maria Callas :

    Dans Norma (Bellini) : -callascoulissesnorma.jpg

    Dans Madama Butterfly (Puccini) : -callasbutterflyentreesortie.jpg
    La deuxième photo s'explique par un huissier venu lui remettre un acte de la part de son ancien impresario jusque dans sa loge !

    Dans Il Trovatore (Verdi) - je crois ! pas sûr... -callasiltrovatore.jpg

    Ici Medea (Cherubini) : -callasmedeaepidaure1960.jpg

    J'allais oublier l'incursion de Callas dans le cinéma : un unique film, Medea, réalisé par Pasolini, ci-dessous.

    -callasmedeafilm.jpg -callasmedeapasolini.jpg

    Voici la tessiture de la diva, qui couvrait quasiment 3 octaves, en faisant réellement une "soprano assoluta"

    -callastessiture.png

    Maria Callas a débuté sa carrière en 1937, une petite carrière de rien, en Grèce. On la balance un peu dans tous les rôles, de Fidelio (Beethoven) à Kundry (Parsifal, Wagner). Il reste quelques témoignages audio de ses débuts, qui ne sont malheureusement pas exposés.
    Sa prof, Elvira de Hidalgo, la persuade d'aller faire carrière en Italie, où elle trouvera les rôles correspondants à sa voix de soprano coloratura. Je vous vois, ô vous les connaisseurs, pousser des cris d'orfraie : aborder Kundry, pour une coloratura, ça n'a aucun sens ! certes, mais la jeune Maria Kalogeropoulos prenait les rôles qu'on voulait bien lui donner...

    En Italie, elle rencontre Battista Meneghini, qu'elle épouse et qui devient son impresario. Amateur éclairé, il l'introduit dans les bons milieux et elle entame une collaboration fructueuse avec la Scala de Milan. Nombre d'enregistrements de Maria Meneghini Callas porteront la marque Teatro Alla Scala.

    L'idylle dure jusqu'à un fatal soir de janvier 1958, où se joue "Norma" à Rome ; le président italien est présent, mais la diva malade... Elle tient avec des injections de cortisone tout le premier acte, se fait porter pâle au deuxième. Le président, prévenu et compréhensif, quitte l'opéra. Les autres spectateurs, eux, font un bel esclandre qui restera connu sous le nom d'"il scandalo di Roma" chez les mélomanes (mélomaniaques, plutôt...)

    Pour Maria redevenue simplement Callas (un divorce plus tard), c'est la fin de sa grande période. Elle aura un passage à vide après 1959-60 et ne reprendra sérieusement son art que vers 1963-65. Elle arrête une seconde fois, refait une tournée de récitals avec son ami Giuseppe Di Stefano, très beau ténor italien, dans les années 1970, se fâche avec lui, recommence une tournée seule... La dernière.

    Elle meurt à Paris, après avoir fait un peu le vide autour d'elle, peut-être par besoin de se sentir enfin seule. On suppose qu'un problème respiratoire l'a conduite à arrêter sa carrière, problème de santé soigné de telle façon que la médication est pire que le mal... Un arrêt cardiaque la terrasse à 53 ans et 9 mois.

    C'est une voix très particulière que celle de Callas, pas réellement belle mais extrêmement prenante. Unique, on la reconnaît immédiatement.

    Hop ! Medea !
    https://www.youtube.com/watch?v=fK68dI6OGH8

    ... 1957... Si vous trouvez l'excellent Medea dirigé par Leonard Bernstein, c'est nettement plus brillant. Bernstein emporte son monde de manière absolument ébouriffante.
    Dernière modification par Féérune ; 07/11/2017 à 22h02.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250