Bonjour/bonsoir chers couronniens !


Je viens ici vous parler d'un groupe que, sans nul doute, la majorité d'entre vous ne connait pas et que 95% d'entre vous n'apprécieront également pas à cause de la voix du chanteur (hélas).

Mais passons d'abord, avant toute critique, à la présentation de ce groupe qui n'en est pas vraiment un. Pour cela, je vous propose un copier/coller de l'historique (grandement raccourci) de leur site officiel (ici => http://paris.violence.free.fr/url/historique.htm ) qui en parlera mieux que je ne le ferai moi-même.



1994-1998 : Les Années grises

Si l'on désire réellement remonter au plus haut de la généalogie de Paris Violence, on peut peut-être en dater les premiers pas, de 1991-1992, lorsque Flav (voix et guitare) et Jérôme (batterie) décident de jouer plus ou moins régulièrement ensemble. Assez vite, c'est Thierry qui remplace Jérôme à la batterie, le second continuant cependant d’apporter régulièrement une participation intermittente. En 1993, un premier choix décisif est fait: celui d'utiliser une boîte à rythme afin de donner aux compositions un aspect plus froid et mécanique et de s'inscrire dans la lignée des groupes comme Pigalle ou Métal Urbain qui déjà influencent beaucoup les compositions.

Mais c'est en 1994 la véritable naissance de Paris Violence, parmi plusieurs noms proposés par Flav, Thierry choisit: "Violence à Paris", proposant d'intervertir et d’inverser les deux termes pour rendre un effet plus percutant. Par ailleurs, l'achat d'un 4 pistes oriente d'ores et déjà le groupe vers un travail d'enregistrement et de recherche sonore au détriment d'une éventuelle présence scénique. Le répertoire est alors varié, alliant à une dominante punk des genres divers allant de la new-wave à chanson réaliste. C'est à cette période que les premiers véritables morceaux sont composés, dont "Angoisse", "Les complexes d'Alphonse Larvis", "Sur le front", "Spleen et banlieue", "Nuits urbaines" et bien d'autres - qui passeront à la trappe. Les textes, toujours rédigés par Flav, trouveront peu à peu leur tonalité propre: réalisme urbain, grisaille, déprime, vision désabusée du monde contemporain.


1999-2001 : Les Années froides

En 1999 un virage s'opère: l'acquisition d'un 8 pistes permet d'améliorer le son des enregistrements, tout en continuant à travailler en home studio; surtout, Paris Violence se réduit brutalement à un "one man band", Jérôme partant s'installer en Belgique et Thierry s'étant quelque peu lassé du groupe. Ce n'est guère un problème en fin de compte pour Flav, ayant déjà réalisé de nombreux titres en solo. C'est sous cette formule nouvelle qu'il entame, à l'été 1999, le chantier d'un second album, achevé à l'automne.

Dans la foulée, Flav enregistre, toujours seul, un troisième album entre juin et août 2000. il propose à Spirou d'effectuer cette fois non seulement le mastering mais le mixage de ces 10 titres de Oi! teintée de punk et de new-wave, où les synthés prennent une place de plus en plus importante ; la durée des morceaux s'allonge et les arrangements gagnent en complexité: Le concept de Oi! progressive serait-il né? La pochette est confiée à Ben, dessinateur des Zabriskie Point, dont le style vient trancher sur les habitudes d'illustration de Paris Violence, amenant une forme intéressante de nouveauté dans l'esthétique du groupe. Les derniers imprévus de dernière minute réglés, L'Âge de Glace voit enfin le jour, avec un peu de retard certes, en juin 2001 (édition 33 tours).


2001-2003 : Les Années pourpres

Entre-temps, Spirou a rejoint le navire, ainsi stabilisé sous la formule d'un duo. Paris Violence ayant toujours été, grâce à cette technique d'auto-enregistrement permanent, une entreprise extrêmement prolixe, de nombreux morceaux inédits en chantier sont toujours disponibles. C'est alors plus particulièrement le cas pour quelques morceaux enregistrés en même temps que l'album mais destinés à une éventuelle production distincte, et auxquels a participé Daniel, guitariste virtuose et ami de longue date retrouvé un peu par hasard, dont les solos très techniques apportent des tonalités plus métal à l'ensemble.
En juin 2002 sort Cauchemar Abyssal, 4ème EP du groupe et, sans doute, le plus abouti. La qualité de la production n'a donc plus de commune mesure avec l'époque des premiers disques. De nouveaux horizons s'ouvrent, aussi bien musicaux (nouveau son) que thématiques (diversification des sujets des textes, tout en gardant le cachet Made in Flavland) ou esthétiques (pochette assez éloignée des habitudes du genre).

Dans la foulée, Flav enregistre la maquette d'En attendant l'Apocalypse, que le groupe enregistre l'hiver suivant. L'artwork bénéficie d'une attention plus grande encore qu'avant, avec le concours du peintre Alexis Bert qui exécute pour l'occasion une superbe pochette. La qualité du son, la richesse des arrangements en font une oeuvre professionnelle, qui obtient enfin d'accéder à la "grande" distribution. Quant à l'atmosphère générale du disque, elle se situe dans la lignée des Décadents de la fin du XIX° siècle; esthétisme, dandysme, attirance du macabre et du bizarre, ambiance de pourpre et d'opium.

2003-… : Les Années de Guerre

L’idée est alors d’enchaîner sur un nouvel album et un nouvel ep qui verraient le jour fin 2003. Dès l’été, Flav tenait en effet prête une maquette d’une vingtaine de nouveaux titres. Une maquette de 3 titres fut aussi enregistrée sur 8 pistes pour le ep, dont le thème serait le Japon traditionnel et l’œuvre de Yukiô Mishima, thèmes nouveaux pour le groupe.

Dans l’intervalle, Spirou signifie que ses « vacances » seront plus longues que prévues… l’album, prévu pour fin 2003, se voit donc encore repoussé, et pour l’heure réduit à l’état de simple maquette. Le recours à un second guitariste soliste/bassiste à « plein temps » est donc nécessaire, et la place échoit à Tony (Chaos 83), qui enregistre en été 2006 une nouvelle série de titres avec Flav et Sylvain en vue des deux projets de splits en cours : l’un avec le groupe britannique mythique Foreign Legion, l’autre avec le jeune groupe espagnol Hetairoi. Ces deux œuvres font figure de retour aux sources, ou plutôt de reprise d’un chemin interrompu après l’Apocalypse : retour à des thèmes traditionnels de P.V. ( la guerre de 14-18 pour les deux titres du split ep, le malaise existentiel pour les trois du split lp), jeu carré, gros son, tout en conservant par les claviers la touche symphonique de l’Apocalypse et la touche martiale des Mondes Flottants.


Actuellement, le groupe Paris Violence est un doublet de thème avec un album dans la veine décadente de "En attendant l'Apocalypse" et deux EP's dans une thématique nietzschéenne.



Maintenant, parlons un peu de la musique en elle-même. Tout d'abord, ce groupe offre une compilation musicale extrêmement varié, tant au niveau des mélodies que des thèmes ! Tout y passe : la culture militaire orientale, l'univers des dandys fin de siècle du 19ème, le spleen urbain tout droit exhumé des entrailles un roman policier et mis sur un son de cold-wave dans la pure tradition du genre. Jusqu'ici, j'ai beau avoir cherché, je n'ai guère trouvé de groupes qui possèdent un tel florilège de thème abordé !

Ensuite, la qualité des textes est absolument irréprochable. Si les débuts peuvent parfois paraître simplistes sur les premiers albums, les textes gagnent en profondeur, les références culturelles se multiplient... Le poids des mots prend ici tout son sens ! N'écoutez pas Paris Violence si vous ne vous intéressez pas aux textes !
La mélodie est correcte, avec une réelle recherche esthétique, sans pour autant être à la hauteur de Hendrix. Mais on note quand même une réelle amélioration au fil des albums.

Le seul bémol de ce groupe ? La voix. Disons que si vous écoutez du gros son comme de la Noise ou des groupes de métal, elle ne devrait guère vous déranger. Autrement, elle aura un peu de mal à passer. Et il ne vous serait pas très difficile, sur certaines chansons, de gagner un karaoké contre Flav (ce dont il ne se cache pas d'ailleurs...). Alors voilà, c'est vraiment dommage, surtout pour un groupe où le texte est extrêmement important. Mais cela vaut le détour, à écouter au moins une fois !



En parallèle, sachez que Flav a également développé un projet Cold-Wave sous le nom du groupe de "Saison froide". L'ambiance est froide, mécanique, dans une pure tradition cold-wave françaises des 80's, et la voix est posée, calme, sans comparaison avec la violence qui ressortait dans Paris Violence. A écouter aussi, vous ne serez sans doute pas déçus.

Voilà voilà, j'espère que vous vous intéresserez un peu à ce groupe, que je trouve vraiment excellent pour ma part.