Page 1 sur 6 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 30 sur 176

Discussion: [Bâtiment] La Boutique d'Eldurvellir du Val Bise, Mage Extérieur

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616

    [Bâtiment] La Boutique d'Eldurvellir du Val Bise, Mage Extérieur

    Légèrement en retrait de l’Esplanade Impériale, une étroite maison de pierre et de bois montre ses deux vitrines, de chaque côté d’une vénérable porte de chêne massif.

    L’accès se fait par cinq marches donnant sur un palier muni d’une balustrade élégante et massive à la fois. Les vitrines en sont assez exceptionnelles : de hauts panneaux vitrés, ce qui représente une prouesse technique pour l’artisan qui les a conçus. La vitre en est un peu inégale, semblant plus épaisse par endroits et donnant une transparence qui déforme quelque peu ce qu’on aperçoit à l’intérieur.
    Avec ces menus défauts, la façade de la maison dégage un charme étrange.

    [description des vitrines à venir, après l’installation d’Eldurvellir]

    ******* BOUTIQUE D'ELDURVELLIR *******
    Produits proposés...........prix......contenant.....description

    Potions défensives
    potion de soin.....................50 po.......fiole..........meilleur soin à Dorrandin, composée à partir d'herbes rigoureusement sélectionnées
    potion de grand soin............80 po.......fiole..........meilleur soin à Dorrandin, composée à partir d'herbes fraîches
    antidote.............................50 po.......fiole..........indispensable dans les régions du nord, notamment contre les araignées
    potion de force....................80 po......fiole...........la plus durable de Dorrandin
    potion d'endurance..............80 po......fiole...........a été bienvenue lors de la guerre, succès mérité

    Potions offensives
    acide.................................25 po...... fiole...........les trolls n'y résistent pas
    haleine de feu.....................60 po......fiole...........pour éloigner durablement les indésirables
    poison..............................100 po......fiole...........attention, non conçue pour tuer
    potion de confusion..............80 po......fiole...........idéal contre vos meilleurs ennemis - ou pour s'amuser entre amis !

    Potions diverses
    huile....................................1 po......fiole...........indispensable pour protéger vos mains sous les gantelets
    eau de nettoyage des plaies..15 po......flasque.......non piquante, très bien pour les bobos des enfants
    encre.................................10 po......fiole............tenue parfaite sur tous types de parchemin et sur vélin

    Onguents - crèmes
    arnica................................12 po......petit pot......petit soin rapide, évite la tuméfaction
    arnica................................50 po......grand pot....pour les bagarreurs soucieux de leur apparence
    crème anti-moustiques..........5 po......petit pot......pour être tranquille lors de vos balades vespérales
    crème anti-moustiques........40 po......grand pot.....indispensable pour les grandes promenades
    crème pour dames : visage..50 po......petit pot.......pour conserver la finesse de votre grain de peau
    crème pour dames : corps....80 po.....grand pot......pour adoucir la peau et le bonheur de votre ami de cœur
    onguent intime..................100 po......petit pot.......pour demoiselles en détresse (paiement à tempérament possible)

    Poudres
    talc......................................1 po.....petit pot.......pour le soin intime des bébés et des grands malades
    talc....................................18 po.....grand pot......en version économique
    craie....................................1 po.....5 bâtons.......les meilleures craies de la région, finition maison
    autres poudres : sur commande

    Spécialités
    galettes surnourrissantes......50 po.....10 galettes....vous acquérez l'autonomie lors de vos explorations :
    galettes surnourrissantes....450 po......100 galettes..composées de viandes séchées, fruits secs, liant farines et graisses
    eau aux herbes énergisantes.10 po......fiole.............permet de tenir sans sommeil plus de 80 heures
    eau aux herbes énergisantes.45 po......flasque.........indispensable dans tout donjon et face à tout dragon

    La Boutique fournira d'ici peu de menus objets de cuir : carquois spéciaux pour billes et fléchettes, bourses de toutes tailles
    Dernière modification par Eldurvellir ; 20/05/2016 à 16h44.
    Eldurvellir

  2. #2
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    [Quête solo : l'Installation d'Eldurvellir]

    en provenance de : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post343433

    Chez Béroalde, Eldurvellir passa une soirée fort agréable, suivie d'une nuit plus plaisante encore. Le mage partit tôt le matin, espérant passer au Luménien Noyé pour rencontrer l'homme qui devait lui faire visiter la maison.

    - Messire ! messire !

    Le jeune mage se retourna. Son potentiel vendeur était là. Un soupçon passa brièvement dans l'esprit d'Eldurvellir : l'homme les avait-il suivis ? Il chassa cette pensée et sourit aimablement.

    - Bonjour messire. Je comptais aller au Luménien Noyé pour vous y trouver.
    - Eh bien, pour tout vous avouer, je suis un peu grillé là-bas... La dernière cuite que j'y ai prise m'a causé quelques soucis.
    - Ah ! parfois on se laisse un peu trop aller...
    - Exactement ! vous serez d'accord avec moi, il faut bien profiter de la vie ! et un commerçant ne doit tenir rigueur à ses bons clients d'une attitude un peu... Un peu vive, dirons-nous, après une bonne beuverie. Que serait le tavernier sans les buveurs ?
    - Je suis bien d'accord avec vous. Donc vous allez me proposer d'aller visiter la maison dès maintenant ?
    - Voilà. Exactement. Vous lisez dans mes pensées.

    Eldurvellir eut son petit sourire en coin et ils marchèrent le long de l'Esplanade, l'homme devisant gaiement.

    - Vous allez voir, la maison est tout à fait charmante, bien située. Elle vous plaira, j'en suis sûr.

    En lui-même, Eldurvellir songeait que l'homme était trop expansif pour être tout à fait franc, comme ces commerçants pressés de vendre une marchandise médiocre.

    - Mon cher, vous êtes si pressé de vendre ?
    - Ou-oui. Oui, je vous l'avoue. Oh, je serais bien resté, mais j'ai accumulé quelques dettes ici et là... Auprès des négociants, il y a toujours moyen de discuter, mais les guildes de bandits sont autrement plus redoutables... Bref, je file d'ici.

    L'homme se tourna légèrement et regarda Eldurvellir.

    - Mais je vous assure bien qu'il n'y a pas de défauts à cette maison, c'est une très bonne construction. Tenez, là voilà.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 29/01/2014 à 21h22.
    Eldurvellir

  3. #3
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    La maison était non mitoyenne, et la minuscule placette qui la séparait de l'Esplanade Impériale tout à fait propre. Quelques marches en parfait état menaient à un perron spacieux, où des traces rondes révélaient l'emplacement de pots de fleurs. La porte était de qualité, en chêne épais, la serrure ancienne mais fiable. Eldurvellir constata que les deux vitrines étaient propres, après que l'homme eût retiré les panneaux de bois qui les protégeaient.

    - On peut remplacer ces panneaux par des volets, plus faciles à manipuler ; mais si vous comptez faire des vitrines un peu élaborées, les panneaux sont préférables, ou vous aurez à défaire votre présentation pour fermer les volets.
    - Ah, oui, j'avoue que je ne pensais pas à cela.
    - Naturellement, vous pourrez payer un homme à tout faire pour placer vos panneaux le soir et les enlever le matin. N'importe quel costaud vient ici louer ses bras pour quelques piécettes de cuivre, auprès des marchands de l'Esplanade.
    - Excellente idée.

    La visite des lieux fut plaisante. La boutique était bien sûr au rez-de-chaussée ; elle était spacieuse et se composait d'une grande pièce en devanture. Une pièce plus petite en arrière-salle révélait une trappe, laquelle donnait sur un escalier menant au sous-sol ; là une cave de belle taille, éclairée par des soupiraux précautionneusement grillagés, offrait un espace suffisamment grand pour y stocker moult marchandises.

    Au fond de la grande pièce, un petit couloir menait à une porte ouvrant sur un jardin. Une petite cahute qui servait de lieux d'aisances, un puits et un potager nanti de quelques arbres fruitiers complétaient ce petit paradis. Le potager permettrait au mage de faire pousser les plantes nécessaires à ses potions, lui permettant ainsi une économie non négligeable. Un couple de vieux corbeaux se tenait sur la margelle du puits.


    - Des animaux à vous ?
    - N-non. Vous pourrez les tuer, s'ils vous gênent. D'ailleurs j'aurais dû le faire depuis longtemps, mais j'ai le coeur tendre...

    Cela sonnait faux. Eldurvellir n'insista pas, mais il alla regarder de près les oiseaux. Leur regard était triste et fatigué.

    Les deux hommes rentrèrent dans la maison et montèrent l'escalier.

    Les pièces du premier étage étaient les pièces de vie : cuisine, grande salle avec une belle cheminée, et une autre pièce qui pouvait lui servir d'atelier. La grande salle plut immédiatement au mage : elle était munie de bibliothèques solides. L'une courait sur tout le mur du fond, sur la droite face à la cheminée ; les autres étaient installées de chaque côté des deux grandes fenêtres ornées de vitraux transparents en leur milieu, eux-mêmes ceints d'autres vitraux plus petits et vivement colorés. Entre les deux fenêtres, il y avait suffisamment de place pour installer une table, qu'Eldurvellir imagina en demi-lune.

    Au deuxième étage, mansardé, se trouvaient deux chambres, ainsi qu'un débarras situé au point le plus bas du toit. La première chambre était assez spacieuse, munie d'une fenêtre ouvragée aux élégants vitraux de teintes pastel ; la pièce était la seule où l'on pouvait tenir tout le long sans se cogner la tête. Elle comportait deux grands coffres de belle facture, ainsi qu'un grand lit aux montants de bois ouvragé. L'autre était minuscule, mansardée presque sur toute sa surface, nantie d'une lucarne en guise de fenêtre et d'un unique coffre plus petit et très sobre, cependant de belle qualité ; un lit étroit et bas était situé sous la lucarne.

    Redescendant les escaliers, il aperçut sur le mur les couleurs vives des vitraux des fenêtres répercutées par le soleil, dans une superbe harmonie de teintes. Cela lui parut de bon augure et il décida sur le champ de discuter le prix pour la maison.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 16/09/2015 à 08h43.
    Eldurvellir

  4. #4
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Tiamandis choisit ce moment pour s’éveiller et sortir de la chemise de son maître. Eldurvellir lui susurra quelque mélopée à l’oreille : la pipistrelle se mit à humer l’air et émit un son ténu d’approbation.

    La transaction fut rapide : le prix était abordable, et Eldurvellir décida d'investir sans barguigner les gemmes et l'or qu'il avait reçu lors de la fouille de la crypte avec le bandit Fhiongan. Il avait aussi l'or de sa soeur de sang Sombria, mais était désireux de le lui conserver. Cependant s'il devait en utiliser une partie, nul doute que son commerce permettrait rapidement de lui rembourser.

    L'homme de loi du quartier fut rapidement mandé et vint immédiatement. Il rédigea, installé sur la table de la cuisine, l'acte de vente et enregistra le nom d'Eldurvellir du Val Bise, Mage Extérieur de l'Ecole du Necronomicon, sur le titre de propriété. Il le lui remit ensuite solennellement, assorti des parchemins établis lors des précédentes cessions. Un historique de la maison, en quelque sorte. Le vendeur sortit un vieux vin de la cave et l'affaire se conclut de manière fort conviviale ; pour finir il remit les clefs à Eldurvellir.

    La loi mélandienne autorisait des transactions simples et rapides, avec jouissance immédiate du bien si la totalité du paiement avait été versée. L'ancien propriétaire pouvait choisir de reprendre ses meubles ou non. Souvent les propriétaires d'une maison la cédaient avec les meubles : en effet, les grandes pièces de bois massif, très lourdes, étaient très difficiles à déplacer... Et les escaliers, étroits, rendaient les choses plus compliquées encore. On pouvait croire que bibliothèques et coffres avaient été assemblés dans les pièces qu'ils garnissaient ! et c'était parfois le cas.

    Tandis que le vendeur achevait de réunir ses derniers objets à déménager, Eldurvellir écrivit un mot à Béroalde afin de lui proposer de célébrer son acquisition. Il fit porter la lettre par un des coursiers de l'homme de loi moyennant un petite rétribution. La carriole du déménagement fut bientôt prête et le vendeur partit, heureux de sa maison vendue. Bourse pleine, il n'aurait pas trop de mal à se défaire de quelques affaires qui lui posaient de graves soucis... Il avait acheté un passeport pour la liberté ! malgré ses nombreuses malversations, il avait de quoi suborner les autorités désireuses de le jeter en prison. Et de conserver encore pas mal d'argent pour recommencer un nouveau négoce dans une autre ville.

    Eldurvellir commença à prendre possession des lieux. Il lui faudrait une servante pour s'occuper de son intérieur ; il ferait passer annonce par le crieur public dès demain.

    Une grande heure se passa, fort agréable, à découvrir les moindres recoins de la maison. Alors qu'il s'apprêtait à gagner le deuxième étage, un coup de heurtoir retentit. Il redescendit rapidement l'étroit escalier, sûr qu'il s'agissait de Béroalde.
    Eldurvellir

  5. #5
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Ouvrant la porte, à hauteur d'yeux il trouva le vide.

    - Hé !

    Le mage baissa le regard. Une petite Naine le considérait d'un air narquois.

    - Que veux-tu, toi ?
    - Il paraît que vous cherchez une servante.
    - Ou-oui. Mais qui t'a dit cela ?
    - C'est sûr. Vous n'allez pas tenir une maison tout seul. Surtout si vous avez déjà un commerce à vous occuper.
    - Certes. Et puis-je savoir en quoi cela te concerne ?
    - Je suis très bien...
    - Oh je n'en doute pas.
    - ... comme servante.
    - A ton âge ?
    - Je suis capable de tout, pour échapper à l'orphelinat.
    - Oui, mais là-haut, il n'y a pas écrit "paladin", dit le mage en désignant son front.
    - Heureusement. Les paladins, ils ont un balai dans le...
    - Dis donc, où as-tu appris à parler comme cela ?
    - Mais aucune importance, vous voulez une servante ou non ?

    Curieusement, Eldurvellir ne parvenait pas à perdre patience face à la petite. Quel âge avait-elle, dix ou onze ans ? En tous cas, elle parlait comme une adolescente de quinze ans, aussi délurée et vive qu'une fille d'auberge.

    - Et pourquoi prendrais-je comme servante une fillette mal dégrossie ?
    - Parce que je suis propre, travailleuse, forte, que je sais fabriquer moi-même du savon, laver les sols et le linge, je sais même un peu cuisiner et je suis honnête. Enfin presque.
    - Le "presque" est inquiétant...
    - Je serai honnête avec mon employeur, pas forcément avec les autres.
    - Et tu as des défauts ?
    - Oui... J'ai peur du noir.

    Eldurvellir éclata de rire.

    - Alors là, je ne pourrai rien pour toi. Si tu avais été plus âgée, encore...
    - Mais je sais comment y remédier.
    - Ah ! très bien. Et comment ?
    - Faut que vous me donniez un chien. Il dormira avec moi et je n'aurai plus peur.
    - Tu ne manques pas de culot !

    Le mage rit encore plus. Il se tenait littéralement les côtes de rire.

    - Tu mérites une pièce, pour m'avoir fait rire...
    - Mais je n'ai pas fini, pour mes qualités !
    - Ah ? Et pour tes gages, tu as sans doute une idée ?
    - Je sais lire et écrire, je compte très bien. Et c'est pour cela, dit rapidement la petite, que je demande les mêmes gages qu'une servante adulte.
    - Ben voyons, ricana Eldurvellir.

    Une servante sachant lire et écrire, ce n'était pas si fréquent. Et les Nains, résistants et forts, étaient de fort bons travailleurs. Assurément la petite marquait un point. L'inconvénient, c'était son âge. Le mage, fidèle à son caractère, avait envisagé une servante jolie et accorte avec laquelle il eût été possible de folâtrer... Les rapports avec une servante encore enfant seraient évidemment d'une toute autre nature.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 16h06.
    Eldurvellir

  6. #6
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Bon alors, vous vous décidez ?
    - Donc, si je récapitule : je dois t'employer parce que tu es malpolie, exigeante et que tu réclames un chien, c'est ça ?
    - On m'avait dit que vous étiez intelligent...
    - Qui ça, "on" ?
    - Donc qu'on pouvait vous parler franchement...
    - Bien sûr, mais on peut aussi être poli, si cela ne t'embête pas... Naturellement tu n'as pas de lettre de recommandation à me présenter ?
    - N-non...
    - Et ce "n-non" signifie ?
    - Je vous dirai après.
    - Après quoi ?
    - Après que vous m'aurez embauchée.

    Eldurvellir soupira. Une fillette, mais qui savait lire et écrire. N'était-ce pas une perle rare ?

    - Bon. Je te prends à l'essai une semaine.
    - Oh merci ! merci !
    - Mais tu m'appelles "messire" et tu ne me coupes pas la parole.
    - Oui.
    - Oui qui ?
    - Oui messire.
    - Alors tu as quelque chose qui ressemble à une lettre de recommandation ?

    La fillette lui tendit la lettre. Le mage lut :

    "Mon Vellir chéri,
    Bravo pour ton acquisition ! je ne doute pas que tu aies fait une excellente affaire, les maisons ici se vendent vite et à petit prix, nous parlerons un jour de tout ça.
    Je sais que tu auras besoin d'une servante... Je sais aussi tes faiblesses en matière de femmes ! donc, pour t'éviter des déconvenues et m'éviter des peines de coeur, je t'envoie une petite protégée d'Uwelane.
    Non qu'Uwelane pratique la bonté vis à vis des orphelins de Melandis, mais la petite est si intelligente que la laisser dans son ignorance crasse eût été simplement du gâchis.
    Elle te sera fort utile, non seulement pour tenir ton ménage, mais pour t'aider à rédiger tes recettes, tenir les comptes ménagers, discuter pied à pied les prix... Elle est aussi très habile de ses mains.
    La seule chose qui peut t'agacer, c'est quand elle te réclamera un chien ! c'est son rêve, on dirait, elle en parle tout le temps.
    D'un autre côté, tu pourrais avoir un chien ratier ! les maisons sont vite envahies de souris ou de rats, si l'on a pas un animal pour les chasser. Pense qu'il poserait moins de problèmes qu'un chat, qui te réclamera avec constance la peau de Tiamandis... Ou qui la prendra le jour où tu auras le dos tourné. De plus, un chien suffisamment sous-alimenté mangera souris et rats, alors qu'un chat viendrait juste les déposer aimablement dans tes chausses.
    Sur ces considérations - dignes de ton intérêt, j'espère ! - je t'embrasse... Sans autre fioriture, la petite sait lire ! et elle est assez curieuse.
    Ton Alde."


    - Je ne vois pas ce qu'elle vous trouve, en fait. Vous seriez ravissant, certes, si vous étiez une femme. Mais là, non, vraiment... Vous n'êtes pas très musclé, pas grand, pas velu...
    - Non mais dis donc, toi ! veux-tu que je change d'avis ?
    - Ah non ! quand on a dit, on a dit.
    - Alors tu seras polie avec moi, ou il n'y a rien de fait. Malgré la lettre de Béroalde.
    - Bon. D'accord. Messire.

    Eldurvellir parvint à contenir son hilarité face à la mine déconfite de la fillette. Décidément, il allait s'amuser ! même si la petite était peu compétente au début, il avait l'impression qu'il ne regretterait pas de l'employer.

    - Allez, entre.
    - Ah ben pas trop tôt !
    - On reprend : "merci messire"
    - Merci messire. Ca risque d'être un peu pénible, votre politesse, là.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 16h08.
    Eldurvellir

  7. #7
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le mage fut pris d'une nouvelle crise de rire. Il parvint finalement à reprendre un tant soit peu de sérieux et examina la petite.

    Elle-même était propre et sentait le savon. Ses vêtements l'étaient moins et étaient très rapiécés, comme s'il s'agissait de vêtements ayant appartenu successivement à plusieurs enfants. Leur couleur était sombre et indéfinissable. Peut-être avaient-ils été bleus ou gris ? Son visage était hâve et ses traits tirés révélaient un manque de sommeil chronique. Malgré tout l'enfant n'inspirait pas la pitié, tant on sentait qu'elle était capable de bien s'en tirer dans la vie. Au reste, Eldurvellir n'était pas accessible à ce sentiment et il l'aurait plutôt méprisée si elle l'avait inspiré.

    Eldurvellir écarta le piètre manteau de la Naine et constata qu'elle manquait de la rondeur caractéristique des petites personnes. Elle était maigre, même.


    - On vous nourrit, à l'orphelinat ?
    - Oh oui, on a du pain et un brouet de gruau le matin, une soupe grasse et encore du pain le soir. Et des pommes, des poires autant qu'on veut... Enfin, si on sait se débrouiller.
    - Au moins, tu ne coûteras pas cher à nourrir.
    - Mais attention ! je ne mange pas les restes, hein ! je suis une personne ! par contre le chien, lui, il les aimera, les restes...
    - Il faudra vraiment que tu apprennes la politesse... Quant à manger, ne t'inquiète pas, si tu fais la cuisine, tu la feras aussi pour toi.

    Autant qu'elle mange correctement, si on voulait qu'elle travaille bien et soit fiable.

    - Viens faire le tour de la maison. Comment t'appelles-tu, au fait ?
    - Non.
    - Pardon ?
    - Je n'ai pas de nom. Donnez-moi celui que vous voudrez. Pas celui qu'on me donnait à l'orphelinat.

    Eldurvellir contempla l'enfant, surpris. Elle était au bord des larmes.

    - Je ne veux plus jamais jamais entendre le nom qu'ils me donnaient là-bas ! je veux oublier l'orphelinat, ne plus jamais entendre parler de cet endroit !

    Ce fut dit avec moult sanglots. Le mage la considérait d'un air quelque peu dépité. Rassurer un enfant, ce n'était certes pas dans ses compétences.

    - Tais-toi. Tu portes le nom que ta mère t'a donné !
    - Je ne sais même pas comment elle m'a appelée ! elle m'a abandonnée !
    - Elle s'appelait comment, ta mère ?
    - Je ne sais pas...

    Cette fois, la fillette était en larmes, son petit visage avait viré au cramoisi.

    Le mage était agacé. Béroalde aurait pu lui dire son nom, cela aurait simplifié les choses. Il reprit la lettre : aucune indication du nom de la gosse.


    - On te trouvera un nom qui t'ira, mais arrête de pleurer.

    Il la saisit par les bras et la regarda droit dans les yeux. Des yeux gris sombre.

    - Griselda, ça irait ?
    - Non, c'est laid.
    - Ygerne ?
    - Mais c'est trop bizarre !
    - Tu n'es pas un peu difficile ?

    Au moins elle avait cessé de pleurer. Elle renifla, sortit de sa poche un mouchoir beaucoup plus propre qu'on aurait pu penser et se moucha presque avec élégance.

    - J'ai trouvé.
    - Dites, alors !
    - Perle.
    - Trop court.
    - Perline.
    - C'est trop élégant, pour moi.
    - Eh bien, tu devras y ressembler, à ce nom qui est le tien. Apprendre à être polie et élégante dans tes manières, c'est ton deuxième but dans l'existence. Le premier est de tenir la maison propre et nette.
    - Troisième but. Et deuxième.
    - Quel est donc le premier ?
    - Avoir un chien.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 16h10.
    Eldurvellir

  8. #8
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir eut son petit sourire en coin. Elle y tenait, à son clébard.

    - Pour commencer, je vais te montrer où tu pourras t'installer.

    Il la mena à la minuscule chambrette.

    - Là tu as un coffre pour tes affaires. Je t'installerai une table de chevet, et tu auras une bougie dessus. Comme cela, tu t'endormiras sans crainte.
    - Pas de chien...
    - Hmmm ? Lâche un peu ton idée fixe.

    Ils finirent de visiter la maison et commencèrent à s'organiser. Eldurvellir donna à Perline quelque argent et l'envoya s'offrir des vêtements neufs. De son côté, il retourna à l'auberge du Luménien Noyé afin de donner son congé et prendre ses affaires. Puis il alla chez un menuisier pour passer quelques commandes, dans une boutique de literie ou il passa également commande, puis fit son marché. Lorsqu'il revint chez lui, il trouva la petite qui l'attendait devant la porte, engoncée dans un manteau vert sombre un peu grand pour elle.

    - Tu l'as pris un peu grand, ton manteau...
    - Comme ça, il me fera longtemps. Je vais grandir encore un peu, vous savez !
    - Alors c'est bien. Je te préviens, tu as eu là un acompte sur tes gages.
    - D'accord. Je garde la monnaie, alors !
    - Oui.

    Ils entrèrent. Eldurvellir ordonna à Perline de préparer une soupe pour le soir. Il s'assit à même le sol dans la grande salle et commença à trier ses possessions, tout en parlant.

    - Je suis passé chez un menuisier... J'ai déjà réservé quelques petits meubles, ils seront livrés ce soir. Nous aurons nos tables de chevet ! j'ai pris aussi des lanternes, pour protéger les bougies. Pas envie de mettre le feu dans la maison bêtement... J'ai commandé une table en demi-lune, pour mettre entre les deux fenêtres du séjour... Et aussi des fauteuils et un canapé...
    - Ah, ça sera une belle maison !
    - On va essayer d'en faire quelque chose de bien.

    Les coursiers du menuisier et de la boutique de literie arrivèrent assez tôt dans la soirée. Les tables de chevet furent installées, ainsi que des matelas neufs. Eldurvellir avait pris deux tables de nuit pour sa chambre, munie d'un grand lit, et une petite pour la chambrette de Perline. Le mage avait aussi acheté draps, couvertures, édredons et oreillers, livrés en même temps. Perline était ravie, elle n'avait jamais dormi dans une literie confortable de sa vie.

    Ils redescendirent enfin, mangèrent de bon appétit. La soupe de la petite était très correcte, Eldurvellir y ajouta un peu de crème et elle devint délicieuse. Pain, fromage et poire terminèrent ce premier repas à la maison.
    Le mage installa une lanterne sur la table de chevet de Perline, pendant que la petite était partie se laver près du puits.

    Lorsqu'elle revint, fraîche et vêtue d'une épaisse chemise de nuit en laine, l'enfant fut enchantée de la lanterne et assura qu'elle n'aurait pas peur la nuit.


    - Bien ! et nous aménagerons le débarras en cabinet de toilette, pour éviter d'avoir à sortir pour nous laver.
    - Ha ! on voit bien que ce n'est pas vous qui allez monter l'eau !
    - On peut aménager une citerne qui récupère l'eau de pluie... Il y a un truc à faire, je suis sûr...Je verrai ça avec un artisan doué...
    - Mais si c'était si simple, tout le monde aurait ça !
    - Les riches, ceux qui peuvent se l'offrir. Ou les inventeurs habiles. On peut avoir l'eau courante, tu sais ?
    - En tous cas, je n'ai jamais vu un truc pareil.

    Perline commença à ranger ses affaires neuves dans le petit coffre tout en bavardant.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 16h11.
    Eldurvellir

  9. #9
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Ils sont sinistres, les deux corbeaux, dehors. Vous voulez les garder ? Si vieux, on peut les tuer...
    - Mais qu'avez-vous donc tous à vouloir la mort de ces bêtes ? On ne touche pas aux vieux animaux, c'est un principe.
    - Pourquoi donc ?
    - C'est indigne, voilà pourquoi.
    - Elle est bizarrement placée, votre dignité, je dis.
    - Tu aimerais qu'on tue ta grand-mère simplement parce qu'elle est vieille ?
    - Oh je m'en fiche bien, ma famille m'a abandonnée, alors...

    Eldurvellir craignit que la petite ne se remette à pleurer, mais elle se mit simplement à bâiller.

    - Va te coucher, j'allume ta lampe.
    - Oui. Bonne nuit. Messire.
    - Bonne nuit, Perline.

    Le mage alluma la lampe puis alla se coucher.

    La première nuit fut étrange. Les bruits étaient inhabituels, Eldurvellir crut entendre des gémissements. Il ne croyait guère aux lieux hantés, son expérience de la vie lui ayant plutôt révélé que les lieux étaient souvent hantés par des êtres très vivants... Et parfois simplement roublards. Il ne dormit que fort avant dans la nuit, tant et si bien qu'il n'entendit pas Tiamandis faire sa chasse aux insectes, ni même Perline se lever.
    Une odeur délicieuse lui chatouilla les narines.
    Lorsqu'il ouvrit les yeux, le soleil traversait les vitraux pastel de la fenêtre dans une vision féérique de couleurs douces. Le mage sourit. Nul doute que Béroalde adorerait la chambre.

    Eldurvellir s'habilla en hâte et descendit dans la cuisine. Perline n'y était pas, mais elle avait mis du lait sur le fourneau, coupé des tranches de pain et les avait tartinées d'une chose indéfinissable et très parfumée. Il goûta une tartine. La petite savait faire du caramel ! vraiment, il avait une perle. Il grogna à l'idée de boire du lait et se contenta de le retirer du fourneau. Il lui faudrait aller au puits s'il voulait se faire un thé. Où donc était Perline ?

    La tartine en main, il alla dans le jardin. La petite se précipita vers lui.


    - Le lait ! j'ai laissé le lait sur le feu !
    - Je l'ai retiré, tu penses bien. Où as-tu trouvé du lait ?
    - Je l'ai acheté, pardi ! vous me devez quatre pièces de cuivre.
    - Tant que ça ? Combien en as-tu acheté ?
    - Oh... Suffisamment. Le laitier passe le matin très tôt. J'ai commandé pour demain matin.
    - Tu bois tant de lait que ça ? Parce que moi, je n'en bois quasiment jamais...
    - Et les tartines ? Vous aimez les tartines ?
    - Ah oui, délicieuses. Qui t'a appris à faire du caramel ?
    - Pas du caramel. De la confiture de lait.

    Ah, elle marquait un point.


    - Mais tu ne vas pas utiliser tout ce lait pour des gâteries ?
    - N-non, mais ne vous inquiétez pas, on en a toujours l'utilité, du lait...

    Eldurvellir décida de ne pas insister. Pour l'instant. Que Perline boive du lait, cela lui permettra de regagner un peu de poids. Il donna ses pièces de cuivre à la petite.

    - D'ailleurs il faudra que vous me donniez un peu d'argent pour le ménage. J'ai trouvé un balai, je ferai des chiffons à partir de mes vieux vêtements, mais je n'ai pas de quoi préparer des savons pour nettoyer. Et je suppose que je ferai aussi les courses de bouche.
    - Oui, je te donnerai de l'argent pour la semaine. Cela te va ?
    - C'est bien. De mon côté, je noterai toutes les dépenses, que nous voyons s'il faut tancer les commerçants qui abusent...

    Le mage rit.

    - Ne nous mets pas tout le monde à dos, hein ?
    - Oh non. Mais on ne nous prendra pas pour des pigeons.
    - Alors c'est parfait.

    Un curieux bruit se fit entendre dans le jardin.

    - Encore ces fichus corbeaux... fit la petite.
    - Bon... Je file... Je dois passer à l'Esplanade. Voici l'argent pour la semaine.
    - Vous reviendrez pour ce midi ?
    - Probablement. Mais fais quelque chose qui se prépare au dernier moment, au cas où. Si tu as faim, ne m'attends pas.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 19h44.
    Eldurvellir

  10. #10
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir partit d'un pas vif pour l'Esplanade, après avoir remis Tiamandis dans son écharpe. Il arriva près de la boutique-atelier d'Uwelane, la héla joyeusement et entra.

    - Bonjour Eldurvellir ! tout se passe bien, dans ta nouvelle maison ?
    - Très bien. C'est donc toi qui m'a envoyé la petite ?
    - Oui... J'espère qu'elle te conviendra... Elle est très vive. Et amusante, malgré ses débuts difficiles dans la vie.
    - J'ai juste quelques questions à te poser à son sujet.

    Uwelane baissa soudain les yeux.

    - Je ne sais pas, Eldurvellir... La petite est très susceptible sur certains sujets. Elle a déjà ses secrets...
    - Justement. Je dois savoir. Elle a déjà bien pleuré, sur la question de son nom, ce qui me semble assez extraordinaire. Elle m'a demandé de la nommer moi-même.
    - Et tu l'appelles ?
    - Perline.

    L'artisane le contempla. Un léger sourire lui vint.

    - C'est un nom plutôt précieux.
    - Je veux qu'elle lui ressemble, à ce nom, qu'il lui donne envie d'être plus que ce qu'elle est... Qu'elle progresse, en fait.
    - Alors c'est un nom qui convient.
    - Comment est-elle arrivée chez toi ?
    - Oh... Comme ça...
    - Comme ça, comment ?

    Le visage d'Uwelane s'était assombri. La Naine devint triste tout à coup.

    - Eldurvellir... Un secret pour un secret.
    - Je ne comprends pas...
    - Si, tu comprends. Tu comprends parfaitement. Je voulais te faire une boîte précieuse, qui te ressemble... Tu n'as pas oublié ?
    - Non.
    - Alors tu dois me raconter ton passé. Et je ferai une boîte qui te ressemble, qui sera toi. Et tu as un secret.
    - Je...
    - Tu as un secret, je le sais. Je sens ces choses. Et je te donne le secret de la petite pour le tien.

    Eldurvellir la regarda et réfléchit intensément. Enfin il hocha la tête.

    - Brique. Ils l'ont appelée Brique.

    Son visage était plus sombre et triste que jamais.

    - Elle a été trouvée, minuscule, rougeaude...

    Le mage la regardait, éberlué. Elle continua un récit de plus en plus décousu.

    - Comment pouvais-je la garder ? Je la haïssais, pour être venue après qu'il soit parti pour toujours... Après m'avoir séduite, presque forcée... J'ai voulu sa mort... J'ai voulu la tuer ! mais je n'ai pas pu. Alors... Alors je l'ai abandonnée, en espérant qu'elle mourrait pendant la nuit. Et elle n'est pas morte.

    Uwelane tremblait de tout son corps.

    - Ils l'ont prise, elle a été emmenée à l'orphelinat... Je ne l'ai plus vue pendant des années... Et puis, elle a réapparu. Elle faisait des courses pour l'orphelinat. Déjà. Elle était encore toute petite, cinq ans ! mais elle était déjà vive, intelligente et elle aurait été gaie si elle avait été bien traitée.

    Eldurvellir, assis sur un tabouret aux côtés de l'artisane, la prit dans ses bras. Lentement, il lui dit son propre secret.

    Béroalde les trouva une demi-heure plus tard, enlacés. Elle faillit se méprendre sur ce qui se passait entre eux, mais lorsqu'elle aperçut leurs visages bouleversés, ne dit rien. S'assit près d'eux alors que le mage s'écartait d'Uwelane.


    - La petite s'appelle Perline.
    - Uwe, il sait ?
    - Oui.
    - Cela vaut mieux.

    Elle prit la main d'Eldurvellir.

    - Tu n'as plus qu'à aller quatre boutiques plus loin, chez Derok-Korh, qui cède des chiots ratiers ! la petite aura son chien et toi tu n'auras pas de rongeurs à la maison.
    - On dirait, oui... Viens avec moi, Alde, je te ferai visiter la maison.
    - Volontiers !

    Béroalde fit un signe d'adieu à Uwelane, le mage fit de même et ils partirent vers le magasin de Derok-Korh.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 11/06/2014 à 17h32.
    Eldurvellir

  11. #11
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    La boutique du Gnome était à peu près de la même taille de celle d'Uwelane, mais beaucoup moins ordonnée. Une multitude de petits outils rutilants étaient exposés au regard du chaland. Derok-Korh les accueillit de sa manière rude mais joviale.

    Béroalde prit la parole.


    - Bonjour messire. Vous avez des chiots, paraît-il.
    - J'avais ! j'ai cédé le dernier hier. Le dernier de la portée était un peu boîteux, je l'ai vendu à petit prix.
    - Ah, dommage ! connaîtriez-vous quelqu'un d'autre qui aurait des chiots à vendre ?
    - Non, malheureusement.

    L'artisan se tourna vers les marchandises.

    - Si vous bricolez, j'ai tout ce qu'il vous faut ! de bons outils, des clous, vis à bois, et même ! ah, vous allez être épatés, mon invention ! de petits meubles à monter soi-même !

    Eldurvellir fut soudain très intéressé. Il aurait besoin de petits meubles à étagères pour ses parchemins, ou les livres qu'il souhaitait garder à portée de main dans la chambre. Et Perline serait peut-être contente d'avoir une petite bibliothèque pour elle-même.
    Il discuta quelque temps avec Derok-Korh, qui lui présenta quelques modèles intelligemment conçus. Au final il promit de lui livrer en fin d'après-midi deux meubles à étagères et une table à tiroirs très astucieuse, idéale comme table de travail pour un érudit et permettant de cacher de menus objets précieux.

    Béroalde et le mage arrivèrent enfin à la maison. La barde admira la devanture.


    - Magnifique ! tu pourras mettre en vitrine d'un côté tes potions, de l'autre les petits objets de cuir. Tu apprendras à Perline à en faire ! tu ne vas pas regretter de l'employer.
    - Vraiment dommage, elle n'aura pas son chiot.
    - Oh, tu en trouveras bien... Ne la gâte pas non plus, hein !
    - Pas de danger. Mais j'ai promis à Uwelane qu'elle serait bien soignée.
    - Il y avait des pots de fleurs, sur le perron, on dirait. Tu devrais en remettre, ce sera pimpant.
    - D'un autre côté, ce n'est pas une boutique pour dames !
    - Oh, bien des dames pourraient venir chercher des potions... Disons définitives, pour leur vieil époux.

    Ils rirent tous deux et entrèrent.

    - Tu vas voir, il y a même un jardin derrière la maison !

    Perline arriva en trombe du jardin.

    - Oh c'est vous !
    - C'est vous qui ?
    - Messire.
    - Ah.

    Béroalde rit. Tiamandis, réveillée, sortit de l'écharpe du mage et commença à voleter.

    - Tu ne vas pas t'ennuyer, Vellir...
    - Non... L'enseignement de la politesse semble difficile.
    - Tu te plais ici, Perline ?
    - Oui.
    - Mais rien ne manque ?
    - Non...
    - Même un chien ?

    Perline n'eut pas le temps de répondre. Un gémissement suivi de cris aigus et furieux se firent entendre.

    La petite servante se précipita dans le jardin, suivie de près par Eldurvellir et Béroalde.

    Tiamandis, toute sa fourrure hérissée, tenait fermement l'oreille d'un tout petit chien pataud.


    - Perline, tu as acheté un chiot sans m'en parler ?

    Eldurvellir décrocha l'oreille du malheureux petit chien des petits crocs aigus de la pipistrelle.

    - Oh ! je voulais vous en parler... Mais c'était une affaire, un bon petit ratier pour presque rien !
    - Perline, il fallait m'en parler avant de prendre l'animal...
    - Mais il est très bien ! vous en serez content !

    Le mage grommela. Quelle servante ! cependant, la boutique avait été nettoyée, on sentait une bonne odeur de cuisine... Inutile de la gronder.

    Béroalde examinait le petit chien.


    - Tiamandis lui a fait un joli petit trou dans l'oreille... Tu pourrais en profiter pour lui mettre un petit anneau avec ton adresse.
    - C'est une bonne idée.
    - Ah non alors !

    La réaction de Perline venait du coeur.


    - On ne mettra pas de choses bizarres à l'oreille de mon chien ! il aura un collier.

    La barde rit.

    - Eh bien, Vellir, voici ton premier petit objet de cuir à faire. Un collier pour chien.
    - C'aurait été pratique, l'anneau, pourtant. Mais enfin, il aura son collier. Et peut-on savoir comment il s'appelle ?

    Perline eut un large sourire.

    - Il s'appelle Bémour.
    - Bémour ?
    - Oui, bébé d'amour réduit.
    - Ah il y a de l'idée... Espérons juste qu'il ne devienne pas un énorme monstre !

    La petite prit un air déconfit ; Béroalde et Eldurvellir rirent, taquinèrent aimablement le chiot et rassurèrent Perline.

    - Ton chiot boîte, je crois.
    - Oui, un petit peu. Mais ce n'est pas grave !
    - Il est possible qu'on y puisse quelque chose. Je ferai un onguent et tu lui masseras sa patte malade avec.
    - Ah merci ! messire !
    - Il faudra aussi que Tiamandis s'habitue à lui, qu'elle ne lui fasse pas morsure sur morsure... Il y aura un petit travail d'apprivoisement entre les deux.
    - Mais c'est possible, qu'ils s'habituent ?
    - Certainement. Allez, si c'est prêt, à table !

    Béroalde et Eldurvellir s'installèrent autour de la table, Perline servit et s'installa à son tour, le chiot sur ses genoux. Ils mangèrent avec appétit. Bémour était trop petit pour manger solide, Perline lui coupait de temps à autre de minuscules bouts de viande. Voyant cela, Tiamandis réclama sa part avec moult sifflements et crachements rageurs à l’adresse du chiot. Le repas fut donc animé et très joyeux.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 19h48.
    Eldurvellir

  12. #12
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Perline débarrassa la table et apporta de l’hypocras et des dragées.

    - Dis donc, où as-tu trouvé ces gâteries ?
    - En bas, figurez-vous ! votre vendeur a laissé pas mal de choses… Heureusement, vous qui n’aviez rien…
    - Rien ? Oh sang de dieu !

    Béroalde rit.

    - Oh toi… Toi, tu as oublié ton auberge !
    - Complètement oublié… Vraiment ! le tenancier doit me croire mort… J’avais payé la semaine, heureusement… Ma chambre contient quelques objets encore, mon gros barda, mais j’avais l’essentiel dans ma besace et mes poches ! rien ne m’a vraiment manqué… J’aurais juste eu du mal à rendre mes devoirs à ma déesse…

    Le mage se tourna vers Perline.

    - Nous boirons une boisson chaude aux épices, après le repas. L’hypocras ne sera sur la table que les grands jours.
    - Ah sûr, c’est mieux, si on ne veut pas rouler sous la table…

    Béroalde éclata de rire alors qu’Eldurvellir fronçait les sourcils.

    - Perline, tu devrais t’habituer à répondre avec un peu plus de sobriété.

    La barde se tenait les côtes.

    - Il faut dire quoi, alors ?
    - « Oui, messire » était suffisant.
    - Ah mais votre invitée s’amuserait moins.

    Le mage rit à son tour.

    - Tu n’as pas tort ! mais un de tes buts est de devenir une jeune fille accomplie.

    A sa consternation, il vit les joues de la petite gonfler sous son rire contenu.

    - Oui, messire.
    - Bon… ça ira…

    Béroalde reprenait son sérieux.

    - Avec tout ça, il va falloir que tu passes au Luménien Noyé chercher tes affaires.
    - Cela m’embête un peu, j’avais compté profiter de la journée pour commencer à inventorier les ingrédients des recettes de potions qui se vendent le mieux.
    - Eh bien, si tu veux je peux y passer… Le tavernier me connaît bien, il me fait confiance. Je lui ai envoyé pas mal de clients, lorsque je faisais mes tournées dans tout Dorrandin.
    - Emmène Perline, elle t’aidera.
    - Alors allons-y ! dès que la petite a fini.

    La petite servante posa son torchon et se précipita vers la porte.

    - Je suis prête… Et mon Bémour aussi !
    - Non, Perline, le chiot reste à la maison. Il est encore trop petit, il ne doit pas sortir dans des ruelles sales, où il risquerait d’attraper quelque maladie.
    - Ah… Bon.
    - Va avec Béroalde, je veillerai à ce que Tiamandis ne dévore pas ton précieux petit chien.

    Soupirant, la petite partit avec la barde. Eldurvellir se leva et s’apprêta à descendre à la cave pour voir ce qui s’y trouvait encore. S’il le vendeur avait laissé de l’hypocras, peut-être y’aurait-il encore des choses plus intéressantes.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 10/08/2019 à 18h54.
    Eldurvellir

  13. #13
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir descendit au rez-de-chaussée. Sa future boutique. Il contempla un long moment la salle. Vraiment, après un petit nettoyage et un blanchiment des murs, la pièce serait accueillante. Les vitres, assez propres, laissaient passer les rayons du soleil ardent, donnant une chaleur non négligeable.

    Espérons que la cave reste fraîche, elle… La chaleur n’est pas bonne pour la conservation des potions et onguents, il faudra en tenir compte.

    Il se dirigea vers l’arrière-salle et s’apprêta à descendre par la trappe.
    Les deux soupiraux laissaient passer une lumière suffisante pour y voir, mais la partie de la cave qui en était la plus éloignée restait plongée dans une semi- pénombre.

    Hum… Pas de torche, mais on mettra des lampes à huile. Ou des lanternes.

    Un petit aboi se fit entendre.


    - Tiamandis ? Où es-tu ?

    La pipistrelle voleta vers son maître, tandis que le chiot couinait à l’entrée de la trappe.

    - Pas de bêtises, ma belle. Rien ne dit qu’il ne soit pas utile, ce petit Bémour.

    Eldurvellir remonta jusqu’à la cuisine, où il prit une lampe à huile. Il l’alluma avec précaution et redescendit.
    Il donna une bourrade amicale au chiot. Pris d’un doute, il le souleva.


    - Evidemment… Les chiots, ce ne sont pas des animaux finis… Tu devras apprendre, toi !

    Bémour prit un air un peu contrit. Une petite flaque odorante révélait son excitation. Le mage grommela et remonta dans la cuisine chercher de quoi nettoyer.

    - Bon, maintenant…

    Il prit le chiot et l’emmena à la cave.

    - Autant que tu connaisses les lieux… Tu seras convié à en tuer les rats !

    Le chiot lança un petit aboi joyeux et commença à se faufiler le long des murs et entre les tonneaux. Eldurvellir se concentra sur la découverte des trésors du sous-sol.

    Il commença par examiner les tonneaux. Tous n’étaient pas utilisés, mais deux d’entre eux contenaient du vin de qualité, deux autres de la bière. Trois tonneaux étaient vides. Un dernier fût, immense, lui donna des espérances. Malheureusement il rendit un son clair lorsque le mage frappa doucement sur sa paroi.


    - Dommage… Tiamandis, que se passe t-il ?

    La pipistrelle s’était mise à voleter en poussant des cris suraigus. Un faible son lui répondit, semblant émaner du grand fût.
    Eldurvellir

  14. #14
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir retoqua sur la paroi. Rien. Aucun son autre que le frappement léger de ses phalanges. Il observa son familier. La petite chauve-souris s’était posée sur le grand tonneau et crachait, furieuse, après quelque ennemi invisible.

    Le mage appela le petit chien.

    - Bémour ! viens ici !

    Le chiot, qui folâtrait vers les soupiraux, lança un bref aboi en réponse. Et n’obéit naturellement pas. Eldurvellir vint le chercher et le mit devant le grand fût. Bémour flaira, aboya et s’oublia une nouvelle fois.

    Le mage soupira. On ne pouvait pas compter sur un chiot. Et c’était un peu fatigant de passer son temps à nettoyer derrière lui. Il saisit Bémour un peu rudement et remonta l’escalier.


    - Toi, tu iras pisser tout ton soûl dans le jardin. Vivement que tu sois adulte ! et apte à chasser les rats…

    Eldurvellir faillit percuter Tiamandis qui voletait elle aussi vers le jardin. Il l’attrapa au vol et entreprit de la calmer avant même qu’elle ait eu le temps de se mettre en colère.

    - Viens avec moi, toi. Inutile d’avoir encore une altercation avec un si petit chien. Il ne comprend pas qu’on lui morde les oreilles, trop petit.

    Il rit et repartit derechef au sous-sol, prenant sa dague au passage.

    Arrivé devant le grand fût, il en tâta le contour. Le cercle de métal semblait absolument normal. Rapprochant la lampe à huile, il scruta attentivement le tonneau, qui paraissait enfoncé dans le mur. Il examina la jointure du bois et du cerclage de fer. Rien de particulier. Puis il transféra son attention sur le panneau de façade en bois : une légère décoloration, comme l’aurait fait un frottement, était visible. Eldurvellir tenta de pousser légèrement le panneau à cet endroit, mais ne parvint à rien. Déçu, il frappa du poing sur le bois. Et entendit un léger déclic. Le panneau ne céda pas.

    Eldurvellir ouverture de porte panneau du grand fût.
    Eldurvellir

  15. #15
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Enfin le panneau révéla son secret : une pièce secrète… C’était bien cela. Un souffle court se fit soudain entendre. Eldurvellir aperçut un être étendu à terre. Il avança vers lui, serrant sa dague.

    - Qui êtes-vous ?
    - Ah… Je suis… Je suis le fils aîné de la maison… Donnez-moi à boire !
    - Après. Quel fils aîné de la maison ? A qui la maison est-elle ?
    - Je… Je vais mourir… A boire…
    - Non. Dites-moi d’abord qui possède cette maison !

    En son for intérieur, Eldurvellir se sentit soudain fort inquiet.

    Il s’accroupit auprès de l’homme et l’observa de près. Son visage ressemblait à celui de l’homme qui lui avait vendu la maison, mais il était émacié, comme s’il avait été privé de nourriture ou très mal nourri pendant un long temps.


    - J’attends.

    Le ton d’Eldurvellir était froid.

    - C’est mon frère… Mon frère… Où est-il ?
    - Comment voulez-vous que je le sache ?
    - C’est lui… Lui qui m’a enfermé ici.

    Aïe, songea le mage. Nous y voici. La maison n’était pas chère, mais j’ai grand-peur d’en avoir découvert la raison…

    - Pourquoi donc ?
    - Il prétendait que j’étais fou, il me punissait en m’enfermant ici…
    - Par pure méchanceté, vraiment ?

    Le ton d’Eldurvellir était devenu intense, mais glacial.

    - Non… Il voulait la maison… Pour lui seul… Donnez-moi une potion de soins… Je me meurs…

    Le mage posa son oreille sur le cœur de l’homme : il battait très faiblement. Enfin il se leva.

    - Je vais vérifier vos dires… Vous tiendrez bien encore une petite heure.

    Eldurvellir sortit, l’esprit en ébullition et un sentiment de haine sombre au cœur.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 02/04/2016 à 19h54.
    Eldurvellir

  16. #16
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Revenu dans son salon-bibliothèque, le mage fourragea dans les papiers de la maison, l’acte de propriété remis par l’homme qui la lui avait vendue et l’acte de vente établi par l’homme de loi.

    Ce n’était donc pas le vrai propriétaire… Alors, qui était-ce ?

    Eldurvellir prit le titre de propriété :

    « Eldurvellir du Val Bise, Mage extérieur de l’Ecole du Necronomicon, nouveau propriétaire de la Maison sise à Melandis, quartier de l’Esplanade Impériale, place de la Miette-aux-Corbeaux.

    Le vendeur Maître Gonfulf Beaujeu, fils aîné de Maître Branard Beaujeu et Dame Tierceline Graindorge, reconnaît avoir cédé ce jour, la Maison icelieu sise pour la somme totale de 6 250 pièces d’or, 50 pièces d’or revenant à Maître Pierresault, homme de loi, dont l’étude sise à Melandis, quartier de l’Esplanade Impériale, impasse du Lien-d’Or, est dument certifiée par les Autorités mélandiennes.
    »

    Sur le titre de propriété était décrit la maison et le montant détaillé pour son achat : Eldurvellir avait payé en pièces d’or et en pierres précieuses, pour lesquelles l’homme de loi était habilité à faire l’estimation. Il avait naturellement proposé, comme la loi mélandienne le recommande, de faire refaire l’estimation par un bijoutier avant de valider définitivement la vente, mais Gonfulf Beaujeu – ou celui qui prétendait se nommer ainsi – avait décliné la proposition, arguant avoir toute confiance en Maître Pierresault.

    Ainsi le vendeur n’était pas Gonfulf Beaujeu… Probablement son frère cadet. Eldurvellir soupira. Ah, je me serais fait avoir… Tiens donc !

    Il reprit sa lecture et tomba sur un passage qui lui parut étrange.

    « Attendu que Maître Branard Beaujeu et Dame Tierceline Graindorge son épouse, propriétaires de la Maison de la place de la Miette-aux-Corbeaux, ont disparu sans laisser de traces depuis une décennie entière, est déclaré propriétaire de leurs biens Maître Gonfulf Beaujeu, sous réserve qu’il prenne soin de son frère Ysardin Beaujeu, placé ainsi sous tutelle pour avoir de notoriété publique, été condamné à la déchéance de ses droits civils et militaires. »

    Ysardin serait donc celui qui m’a roulé en vendant une maison qui n’est officiellement pas à lui et Gonfulf l’homme emprisonné au sous-sol… Intéressant.

    Eldurvellir rangea soigneusement ses documents.

    Quoi qu’il en soit, je suis seul à savoir ce qu’il en est. Seul… Enfin presque.

    Il s’apprêtait à redescendre à la cave, quand un bruit de voix joyeux lui apprit le retour de Béroalde et Perline.
    Eldurvellir

  17. #17
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Ah. Gonfulf Beaujeu devra attendre, songea Eldurvellir. Il ferma la trappe et s’approcha de la porte qui s’ouvrait.

    - Alors, quelles nouvelles du Luménien Noyé ?

    Il débarrassa Béroalde des effets qu’elle apportait et ils montèrent au salon. Perline suivait. Après avoir déposé les affaires du mage à même le sol, la petite servante rit. Béroalde, impatiente de parler, se lança, bientôt interrompue par une Perline tout aussi impatiente.

    - Oh, Vellir chéri, tu aurais dû venir ! il s’en passe de belles, là-bas !
    - Ah çà, oui ! vous avez raté !
    - Mais quoi donc ? Attendez, ne dites rien… Perline, où est l’hypocras ? Autant faire de votre récit un moment agréable…

    Perline prit la bouteille sur l’étagère et versa le liquide parfumé dans les gobelets.

    - J’ai le droit à mon ale légère, près tout ça ? Et mon Bémour, où est-il ?
    - Oui, Perline, mais un « messire » de temps en temps serait parfait. Ton chiot s’est comporté comme tout petit qui se respecte… Il est dans le jardin.
    - S’il vous plaît. Messire.
    - Bien… Alors, ce récit palpitant ?

    Béroalde et Eldurvellir s’installèrent autour de la table, tandis que Perline courait chercher son petit chien.

    - Figure-toi que des Appariteurs de l’Ecole du Necronomicon étaient là !
    - Non ?
    - Incroyable, non ? Ils étaient à la recherche de gens qui détenaient des renseignements.
    - Des témoins ?
    - Oui… Mais les Appariteurs ne sont pas des anges… Les renseignements, ils ne font pas que les demander…
    - Et ils ont bien raison. Ils ont arrêté ces gens ?

    En son for intérieur, Eldurvellir pensait qu’il s’agissait certainement de Clémentine et d’Alexandre. Ils détenaient des renseignements sur la secte que les autorités mélandiennes combattaient, les Appariteurs étaient certainement allés à l’auberge dans le but de les interroger.

    Perline revint avec Bémour et s’assit avec lui sur le sol.


    - Ah, les Appariteurs ! ils sont impressionnants… Je n’aimerais pas les avoir comme ennemis…
    - Mais ont-ils arrêté les personnes qu’ils recherchaient ?
    - Non, c’est là que cela devient palpitant ! quelqu’un les a aidés à s’enfuir ! les Appariteurs étaient furieux, c’était d’un drôle !
    - Oh oui !

    Le mage n’eut pas longtemps à réfléchir pour savoir qui avait pu aider les jeunes gens. Silmandel Songevent, très certainement… Je ne vois guère Asmodeus s’en mêler !

    - Et ce n’est pas tout… J’ai reconnu un personnage d’importance, à la taverne.
    - Ah ? Qui donc ?
    - Un homme discret, qui sait se rendre invisible à l’occasion… Mais je l’ai croisé une fois, lors d’un petit tour de chant que j’ai donné à la Guilde des Lames Pourpres. Je jurerais qu’il est très utile à la ville, même s’il n’est pas un personnage en vue. Malheureusement, je ne sais pas son nom… Fort dommage, il est beau garçon…

    Devant l’air taquin de Béroalde, tout le monde rit. Perline, qui jouait avec Bémour, eut la même mauvaise surprise qu’Eldurvellir.

    - Ton chiot m’a fait le coup deux fois… C’est pour cela qu’il a fini dehors. Je ne suis pas sûr d’accepter qu’il dorme dans ta chambrette, Perline.
    - Bien sûr que si ! ça vous plairait, à vous, de dormir dans le jardin ?
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 16h19.
    Eldurvellir

  18. #18
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le mage haussa les épaules et rit.

    - Après tout, c’est toi qui nettoieras ! tu monteras un peu de paille pour éviter les dégâts.
    - Oui, voilà.

    Devant l’air soudain sévère de son maître, Perline ajouta :

    - Messire !

    Béroalde se leva.

    - Vellir chéri, je dois partir. J’ai un récital privé ce soir.
    - Reviens après !
    - Oh, j’aimerais bien ! mais cela se passe chez un personnage trop important pour que je puisse en partir tôt.
    - Très bien. Mais si tu changes d’avis, la porte est bien sûr toujours ouverte pour toi !
    - Au revoir, Vellir.
    - Je te raccompagne, Alde chérie.

    Ils descendirent ensemble l’escalier. Eldurvellir tenait encore son verre à la main. Ils s’embrassèrent et le mage referma la porte après avoir renouvelé son invitation à Béroalde.

    Perline descendit à son tour.


    - Il faut acheter quelque chose pour ce soir. Je pensais prendre du poisson, ça vous dit ? Messire ?
    - Oui, bonne idée. Et reprends aussi du pain.
    - Bien. J’y vais. Bémour est dans le jardin.

    La petite servante sortit, son panier sous le bras.

    Eldurvellir retourna à l’arrière-salle et ouvrit la trappe. Il marcha jusqu’au grand fût, l’ouvrit et pénétra dans la pièce secrète où l’homme gisait toujours.


    - Gonfulf Beaujeu, c’est donc toi ?
    - Ou-oui… Sauvez-moi…

    L’homme était encore en vie, mais son souffle se faisait plus court, sa voix plus faible encore. Le mage s’assit à terre près de lui et lui glissa son gobelet entre les dents.

    - Bois. Et dis-moi ton histoire.

    Gonfulf Beaujeu but avidement. Bien, songea Eldurvellir. L’hypocras devrait dans un premier temps lui donner un semblant d’énergie, sans vraiment l’abreuver ni le soigner.

    - N’avez-vous point une potion de soins ?
    - Ah, j’ai… Dis-moi ton histoire d’abord.

    L’homme se souleva à demi, retomba. Et parla.

    - J’habitais ici avec mon frère et mes parents. Le commerce d’herboristerie n’allait pas très bien, mais cela n’empêchait pas mon frère Ysardin de dépenser l’argent lors de ses beuveries quasi quotidiennes. Lorsque nos parents décidèrent de lui couper les vivres, ils décidèrent du même coup de prendre l’argent que je gagnais de mon côté, par de menus travaux sur l’esplanade. La boutique n’allait vraiment pas fort, et il fallait régler les traites.

    Le souffle de Gonfulf s’accéléra.

    - Mon argent ! c’était mon argent ! alors qu’Ysardin multipliait les frasques, moi je thésaurisais, dans le but d’accroître la richesse familiale !

    Les yeux de l’homme brillèrent d’un éclat mauvais. Pas de doute, ça sent l’avarice, où je ne m’y connais pas, pensa Eldurvellir.

    - Alors j’ai fini par m’entendre avec mon frère, un soir qu’il rentrait moins soûl que de coutume. Il avait trouvé de l’argent, beaucoup d’argent, en volant pendant une grande fête dans un domaine voisin. Il s’était fait embaucher pour servir les vins fins et les plats raffinés des nobles. Son travail terminé, il s’était caché et avait profité du bruit, de la musique des bardes pour crocheter quelques coffres bien remplis.

    Gonfulf respira avec quelque difficulté, puis reprit son récit.

    - J’ai proposé d’utiliser une partie de l’argent pour louer les services d’un mage puissant et peu scrupuleux. Ysardin trouva un mage de sa connaissance, parmi le milieu douteux qu’il fréquentait désormais. Ce mage accepta de nous débarrasser de mes parents, par un sort qu'il nous dit être permanent.
    - Les corbeaux…
    - Oui. Les corbeaux.
    - Merci de ta franchise… Qui était ce mage assez puissant pour obtenir un tel résultat ?
    - Je ne sais… c’est mon frère qui le connaît. Et mon frère m’a trahi et s’est enfui !
    - Oui, il semble bien.
    - Nous avons vécu assez tranquilles, mais Ysardin avait recommencé ses beuveries de plus belle ! j’ai supporté ses nombreuses incartades durant dix ans. C’est le temps qui doit légalement s’écouler après une disparition pour que les biens meubles et immeubles d’un disparu reviennent à ses héritiers. Lorsque les hommes de loi mélandiens ont décidé que la maison était légalement nôtre, mon frère s’est lancé à corps perdu dans la dilapidation de l’héritage. Beuveries quotidiennes, visite aux bordeaux huppés, où il traînait sa ribambelle de compagnons… Bref j’avais pris l’habitude, pour chaque dépense qu’il faisait, de me payer sur ses vols et escroqueries. C’était facile, il était si souvent ivre !

    Gonfulf ricana.

    - Alors je l’ai fait déclarer incapable, arguant de son ivrognerie notoire. Il s’est retrouvé sous ma tutelle, déchu de ses droits d’héritier, sans même le savoir !

    Le sourire narquois de l’homme se mua en une grimace de haine.

    - Mais un matin, il s’est levé malade et a décidé de rester à la maison. Le lendemain aussi, puis le jour suivant. Il a alors mis son nez un peu partout, y compris dans le grand coffre où je mettais mes affaires les plus secrètes… Il a trouvé l’or que je lui prenais, et quelques gemmes magnifiques qu’il avait volées et que je lui avais à mon tour prises... Et surtout, les papiers de tutelle.

    Il soupira profondément.

    - Ysardin s’est mis dans une rage folle ! il a décidé de tout envoyer paître en quittant la ville et de se débarrasser de moi. Il m’a enfermé ici, en me disant que j’aurais de la chance ou non… Il ne tenait pas à me tuer de sa main.

    Eldurvellir se releva.

    - Fort bien. Cela dit, la cruauté ne t’effrayant pas, tu comprendras que je te laisse à ton sort. Un sort bien doux, note bien, pour un quasi-parricide.
    - Non… Non !
    - Au final, la chance n’est pas avec toi… Adieu, l’ami.

    Le mage quitta la pièce.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h57.
    Eldurvellir

  19. #19
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Il referma le panneau de bois derrière lui. Maintenant il faut être sûr que Perline ne risque pas d’entendre la voix de l’agonisant, pensa t-il. Quoi qu’il ne devrait plus en avoir pour bien longtemps, le désespoir aidant.

    Sifflotant, Eldurvellir remonta après avoir soufflé la lampe. Il ferma soigneusement la trappe. Dehors le soleil baissait, plongeant la boutique dans une clarté douce. Le mage alla examiner de près les casiers de bois qui garnissaient le mur. Ils étaient encore en assez bon état. Il suffirait probablement de les passer au brou de noix pour les foncer et faire disparaître les rayures et petites imperfections du bois.
    Le comptoir, quant à lui, était trop défraîchi pour être encore utile. Quelques chocs, probablement dus aux discussions violentes de la famille Beaujeu, avaient contribué à en fendre le bois. Le pied du comptoir ne devrait pas tenir bien longtemps. Il faudrait le changer, pour faire une boutique pimpante.

    La porte d’entrée s’ouvrit et Perline entra.


    - J’ai deux magnifiques poissons, des truites. Des petites carottes, du beurre et du pain. Un festin tout simple pour ce soir, mais ce sera très bon.
    - Hmmm ? Parfait.
    - Et j’ai réussi à avoir un peu de beurre en plus. J’ai dit au crémier : « vous aurez une bonne pratique, avec Messire Eldurvellir qui apprécie vos produits ». Il était très souriant et m’a donné une mesure de plus.
    - Eh bien ! excellent.
    - Et j’ai insisté auprès du poissonnier, qui voulait me vendre des soles… Ses soles, c’étaient des plies ! j’ai choisi les truites, qui sont belles, mais je crois que je tenterai une autre poissonnerie la prochaine fois.
    - Oui, tu feras bien, je pense.

    Vraiment, elle ne volait pas son nom. Intelligente et finaude, elle l’était sans nul doute. Eldurvellir prit le panier de Perline et ils montèrent l’escalier après avoir été prendre le petit Bémour qui gémissait derrière la porte du jardin.

    La soirée se passa agréablement. La discussion porta essentiellement sur l’aménagement de la boutique.


    - Il faudra que je change ce comptoir, il a été assez maltraité.
    - Oh certainement ! j’ai discuté avec le crémier, il a bien connu la famille qui vivait là.
    - Ah ?
    - Il paraît qu’un des frères était infernal, qu’il tapait sur tout et n’importe quoi, à tel point qu’il a été déchu de ses droits et il a même été question de le placer sous tutelle tant il buvait.
    - Les hommes qui se laissent porter par leur passion pour le vin finissent assez souvent ainsi.
    - C’est terrible… A l’orphelinat, une des maîtresses buvait beaucoup, elle en avait le nez comme une fraise flétrie… Elle était devenue affreuse et d’un caractère bizarre.
    - Eh oui… Je vais rester ranger un peu ce que nous avons laissé là.
    - Vous n’avez pas rangé pendant que je suis partie ? Je pensais que c’était pour que je le fasse.
    - Euh… Non… Enfin, peu importe.

    Ils débarrassèrent la table, puis Perline fit la vaisselle.

    - Je commence à avoir sommeil…
    - Va te coucher, je vais traîner à ranger tout ça et monterai plus tard.

    Perline alla faire sa toilette au jardin, prit une bougie et un peu de paille pour son chiot et monta dormir.

    Eldurvellir rangea lentement, sans se presser. Il mit ses gamelles de voyage dans le placard de la cuisine, ses parchemins sur une étagère de la bibliothèque. Sortant avec précaution ses objets de culte, il les inventoria avec lenteur et vénération.

    Les gobelets de bronze furent soigneusement alignés sur une étagère à mi-hauteur, sur leur ardoise sculptée. Il plaça ses boîtes d’encens à la droite des gobelets et enfin son vêtement sacré.

    Bien longtemps que je n’ai pas rendu les rites que je dois à Tiamaat... Le mage reprit son vêtement, sa cape de lin blanc bleuté et entrepris de se déshabiller. Il laissa ses vêtements de ville à terre et mit la cape sacrée. Il prit l’ardoise et les gobelets, les posa au sol, prit les boîtes d’encens et prépara son rituel.

    Les parfums des onguents montèrent, densifiant l’atmosphère. De la gorge d’Eldurvellir sortit le son rauque et bas qui préludait à la transe. Il pria sa déesse pour la remercier sur ses missions réussies, pour sa nouvelle maison, pour sa réussite future à Melandis, pour la disparition de la famille Beaujeu.

    Il finit le rite évanoui, les entêtants arômes des onguents ayant eu raison de sa conscience. Tiamandis avait planté ses petites griffes dans sa poitrine sans qu’il ressente la moindre douleur et s’était ainsi endormie.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h56.
    Eldurvellir

  20. #20
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Le soleil jouait dans les vitraux des fenêtres lorsqu’il sortit de son lourd sommeil. Eldurvellir s’habilla en hâte et descendit l’escalier, alla dans l’arrière-boutique et ouvrit la trappe. Tiamaat a-t-elle exaucé mon vœu ? Il ouvrit la porte dissimulée dans le grand fût et marcha vers Gonfulf, étendu à terre.

    - Vite, il faut le sauver !
    - Perline ! que fais-tu ici ?
    - Je vous ai suivi… Quelle bonne idée d’être entré, vous allez pouvoir le sauver !
    - Pas sûr, Perline, il est probablement déjà mort.

    Le mage eut fort à faire pour se retenir de maudire sa servante.

    - N’approche pas. Monte plutôt chercher un linge imbibé d’eau fraîche, mais je pense qu’il est trop tard.

    Perline courut vers l’escalier. Eldurvellir s’accroupit près de l’homme. Sa respiration était erratique. Le mage le releva rudement par les épaules, laissant sa tête basculer à l’arrière, afin de gêner encore plus la respiration.
    Gonfulf eut un bref râle ; son regard se figea et ses yeux devinrent vitreux : enfin, il est mort, pensa Eldurvellir avec soulagement. Merci, Tiamaat.

    La petite servante revint avec un linge trempé d’eau fraîche et un gobelet d’ale.


    - Tenez, donnez-lui ceci.
    - Inutile, Perline. Il est mort.
    - Oh !
    - Il a dû mourir cette nuit. Remonte, et prépare-nous le petit-déjeuner, après ces émotions nous en avons bien besoin.

    Perline soupira et repartit vers l’escalier. Eldurvellir la suivit.

    Silencieusement ils s’occupèrent : la servante à préparer le petit-déjeuner, le mage à ranger ses objets sacrés.
    Apportant le plateau du repas, Perline ne put s’empêcher de faire une de ses petites remarques.


    - Dites, quel tumulte cette nuit ! j’ai failli me lever, mais je n’ai pas pu… Quelque chose m’a empêchée de me lever, comme si je pesais très lourd… Et je crois que je suis tombée dans un sommeil anormal… J’ai rêvé d’un grand dragon, féroce mais malgré tout bénéfique pour moi. J’aurais dû avoir peur, mais curieusement non…
    - J’ai fait un rituel à ma déesse, cette nuit. C’est cela que tu as ressenti, la puissance de Tiamaat.
    - Ah ! mais vous êtes pire que je pensais !

    Eldurvellir éclata de rire tout en prenant une tartine de fromage frais.

    - Vous riez, mais on a un mort sur les bras. Il va falloir prévenir les autorités.

    Le mage faillit s’étrangler.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h54.
    Eldurvellir

  21. #21
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    - Bon sang, Perline, tu parles sérieusement ? Et la boutique ?
    - Quoi, la boutique ?
    - Quelle réclame ! un mort chez messire Eldurvellir du Val Bise, Mage Extérieur de l’Ecole du Necronomicon ! la clientèle, Perline !
    - Justement ! la clientèle se pressera pour voir la maison où on a trouvé un homme mort de façon si dramatique… Et pour assurer la pratique d’un honnête commerçant, qui n’a pas hésité à s’adresser aux autorités malgré les risques que court son négoce !

    Ce qui n’était pas faux. De plus, rien ne liait le mage à l’homme mort, personne ne savait qui il était. Sauf lui, bien sûr.

    - Tout de même… Il y a certainement moyen de le jeter dans quelque trou…
    - Ah ouiche !
    - Oui messire, dit machinalement Eldurvellir.
    - Et le jour où quelque voleur pénètre dans le sous-sol et trouve le cadavre ? Là ça risque de clabauder ! et vous serez bien avancé, si l’on vous soupçonne de l’avoir tué !

    Comme de coutume, Perline marquait un point. Mais après tout, qui irait me soupçonner ? pensa le mage. La petite est témoin que j’ai découvert l’homme en même temps qu’elle, nul ne saura que j’ai contribué à sa fin. D’un autre côté, mentir aux autorités… Non, vraiment. Il faut être digne de Melandis.

    - Je ne sais pas, Perline. Il y aura une enquête, je ne pourrai pas ouvrir la boutique rapidement…
    - Oh les autorités mélandiennes agissent vite, vous savez !
    - Oui… Certainement. Mais je n’ai pas encore la validation définive de mon statut de commerçant.
    - Et vous devez penser plus avant…
    - Pardon ?

    Le ton d’Eldurvellir était devenu glacial. Il était contrarié.

    - Je ne voulais pas dire que vous ne savez pas penser, hein !
    - Ah.
    - Pas dans mon genre de dire ça.
    - Sûr.
    - Ni de prétendre que je pense mieux que vous. Messire.
    - Perline, sors.
    - Vous croyez ?
    - Oui.

    Le mage était livide de colère et serrait les poings d’inquiétante façon.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h53.
    Eldurvellir

  22. #22
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Perline retourna dans la cuisine. Prudemment éloignée d’un Eldurvellir furieux, elle passa la tête à la porte et lança son opinion définitive :

    - De toute façon, vous ferez ce que j’ai dit, parce que vous savez bien que c’est la démarche la plus intelligente ! messire !

    Le mage ne répondit pas. Fiévreusement, il prit sa cape rituelle et s’assit à même le sol. Il enfouit son visage dans le vêtement et resta ainsi un long moment, dans une semi-méditation.

    La servante rangea, nourrit et joua avec Bémour, puis monta s’occuper des chambres. Lorsqu’elle en descendit, Eldurvellir méditait toujours. Enfin il se leva, sourit à Perline et taquina le chiot.

    - Je vais me laver au puits.
    - Attendez, je vous donne une serviette propre. Il faudrait laver vos vêtements, prenez-en d’autres.
    - Je n’en ai pas beaucoup… Et rien de propre, d’ailleurs.
    - Voulez-vous que je vous fasse venir un tailleur ? Il prendra vos mesures et pourra vous faire une chemise neuve très vite. Et des chausses, aussi. Vous les aurez ce soir !
    - C’est une bonne idée. Va.

    Perline embrassa tendrement Bémour, le posa à terre et descendit l’escalier en courant. Eldurvellir descendit après elle et alla dehors.
    Le jardin était inondé de soleil. Le mage s’installa au puits pour sa toilette. Les corbeaux étaient là.


    - Je vais vous narrer les derniers événements…

    Eldurvellir avisa un seau de bois : Perline y laissait un gant de crin et un épais morceau de savon. Il fit descendre le grand seau du puits, l’entendit atteindre l’eau et le remonta lentement. Puis il commença sa toilette, s’adressant toujours au couple de corbeaux.


    - Vous êtes donc les dame et sire Beaujeu. Fort bien. J’ai grand peur que cette maison ne vous appartienne plus… C’est la mienne, désormais. Pour compenser votre malheur, je ne peux que m’engager à ne pas me débarrasser de vous. Je peux même être bon prince : je vous nourrirai.

    Eldurvellir se tut, se savonnant avec application. Puis il entreprit de se rincer en versant l’eau du seau sur les différentes parties de son corps. Le seau, lourd, devait être manié avec précaution. Enfin le mage prit la serviette et s’enroula dedans.

    - Non seulement je vais être bon prince, mais je fais mieux. Voici une information qui vous sera probablement plaisante : un homme est mort cette nuit, j’ai trouvé son corps dans le sous-sol.

    Inutile d’être trop précis. Si les corbeaux reprennent un jour leur forme originelle, inutile que les Beaujeu puissent témoigner contre moi. Cela m’étonnerait fort, mais sait-on jamais ?

    - Peut-être le mage qui vous a fait ce mauvais tour ? Ou celui qui l’a commandité ?

    Eldurvellir scruta le regard des sombres oiseaux. Il fut certain d’y voir briller une lueur d’intense détresse. Ainsi les Beaujeu sont assez fous pour aimer leurs fils monstrueux.

    - Quoi qu’il en soit, vous serez bien traités. C’est tout ce que je peux faire pour vous. Si d’aventure vous retrouvez votre forme humaine, vous vous en souviendrez… J’espère.

    Il se leva, près à retourner à l’intérieur. Puis se ravisa et revint vers les corbeaux.

    - Comment ai-je su ? J’ai lu dans quelles circonstances vos fils avaient hérité… Une disparition fort opportune. Mais je doutais que vos propres enfants, aussi abominable soit leur caractère respectif, vous aient occis de leurs mains. Restaient les mauvaises fréquentations de l’un et l’avarice de l’autre pour comprendre comment ils avaient pu se débarrasser de vous.

    Le regard des deux corbeaux devenait de plus en plus désespéré, au fur et à mesure qu’Eldurvellir expliquait ce qui s’était passé. Enfin il repartit dans la maison, laissant derrière lui le sentiment noir des Beaujeu, quasi palpable par son intensité.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h52.
    Eldurvellir

  23. #23
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    De retour au premier étage, Eldurvellir décida de se ranger à l’avis de Perline : il irait voir les autorités mélandiennes. Comment s’en sortirait-il ? C’était un peu risqué, mais sa sécurité était à ce prix.

    Perline revint, radieuse, traînant derrière elle un petit tailleur du quartier. Il prit les mesures du mage, proposa des échantillons de tissu, et repartit sifflotant et heureux de sa nouvelle clientèle. Eldurvellir avait choisi un lin bleu-gris pour ses chemises, une laine d’un gris sombre pour ses chausses.

    - Ah, vous serez élégant ! et vous sentirez meilleur !
    - Perline !
    - C’est vrai, vos vêtements imprégnés de crasse, ça vous fait sentir le bouc. Messire.

    Le mage se prit la tête dans ses mains, hoquetant de rire.

    - Alors j’attendrai d’être élégant pour aller voir les autorités !
    - Oh non, allez-y maintenant. C’est préférable. J’ai acheté des essences qui sentent bon, vous serez parfumé de telle manière qu’on ne sentira plus l’odeur de vos vêtements.
    - Qui t’a autorisée à acheter cela ?
    - Vous voulez une maison bien tenue ou non ?
    - Perline… Tu dois absolument t’habituer à un minimum de politesse…
    - Oui, mais là encore j’ai raison. Vous voulez une maison bien tenue, moi je fais en sorte qu’elle soit bien tenue et digne d’un Mage Extérieur. Point.
    - Bon… Mais je te demande aussi de mettre un peu de formalisme lorsque tu t’adresses à moi.
    - Oui, oui. Messire.

    La servante s’approcha d’Eldurvellir avec une serviette humide et parfumée et tapota ses vêtements.

    - Là ! vous pouvez y aller !
    - Merci.

    Le mage redescendit l’escalier et sortit.

    Il marcha vivement, pensant comment présenter la mort de l’homme. Le plus simplement serait probablement le mieux. Fallait-il tout dire ? Ne risquait-il pas de se voir au final refuser son installation à Melandis ? Plus Eldurvellir y songeait, plus il était persuadé qu’il prenait un gros risque. Si Perline était dans l’erreur, le prix à payer serait terrible.


    http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post346570
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h51.
    Eldurvellir

  24. #24
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    En provenance de : http://www.baldursgateworld.fr/lacou...tml#post347832

    Eldurvellir marcha d'une traite jusqu'à l'esplanade, saluant distraitement Derok Korh qui le héla de sa boutique. Il ne s'arrêta pas, mais promit de passer pour les petits meubles démontables ingénieux du gnome.

    Enfin la maison ! le mage entra et appela sa servante, un peu plus sèchement qu'il ne l'aurait voulu. La petite arriva, son chiot dans les bras.


    - Perline, une escouade va venir enquêter. Si l'on t'interroge, dis simplement ce que tu as vu.
    - Z'avez l'air d'une humeur de dogue... Ils ne vous ont pourtant pas fait un trou de plus !
    - Je te conseille de t'en tenir à la politesse dont je t'ai déjà parlé. Plus qu'un conseil, c'est un ordre.
    - Oui. Oui messire.

    Perline fila sans discuter. Brave, elle l'était, mais nullement téméraire. Et elle tenait à sa place, sachant qu'il s'agissait encore de sa semaine d'essai. Que deviendrions-nous, moi et Bémour, si le mage nous chassait ? Pis, il pourrait garder mon chiot... A titre de dédommagement, ou tout autre prétexte qui l'arrangerait... Cette perspective l'inquiétait plus que tout.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h51.
    Eldurvellir

  25. #25
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    34 986
    HRP : Tu as volé la couleur RP de mon personnage pour la donner à un PNJ... Alors je volerai la vie du tien pour la donner aux dieux démoniaques !

    Le temps passa, les heures succédèrent aux heures sans qu'Eldurvellir ne reçoive aucune visite d'aucune sorte. Et sans doute commençait-il à se demander si l'officier ferait bien ce qu'il avait dit lorsqu'on toqua enfin à la porte. Sur le perron se tenaient cinq hommes du guet, portant des uniformes similaires hormis pour l'un d'eux, dont les insignes indiquaient qu'il s'agissait d'un sous officier.

    -Sergent Lokhart,
    annonça l'intéressé. On vient pour examiner le cadavre et la scène du crime.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  26. #26
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir, qui avait ouvert lui-même la porte, les pria d'entrer.

    - Bonsoir sergent, messires... Entrez, je vous prie.

    Il les guida au fond de la pièce, jusqu'à la trappe accédant au sous-sol.

    - Faites attention, les marches sont étroites.

    Tiamandis choisit ce moment pour sortir de la chemise de son maître et se mit à voleter dans la cave. Eldurvellir, concentré sur l'enquête du guet, ne parut pas s'en apercevoir.

    - Tenez, c'est cette barrique qui recèle une porte secrète.

    Le mage l'ouvrit et laissa les hommes du guet entrer.

    - Le corps est sur la droite, on ne le voit pas quand on est juste à la porte. Je n'ai fait qu'apercevoir une forme vague la première fois que j'ai ouvert la porte. J'ai entendu ma servante rentrer suis remonté de suite, sans réaliser ce qui se trouvait dans cette pièce secrète.

    Des pas précipités se firent entendre. C'était Perline qui arrivait.
    Eldurvellir

  27. #27
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    34 986
    Les membres de l'escouade n'étaient pas restés groupés : l'un était resté au seuil de la demeure d'Eldurvellir, un autre près de la trappe menant à la cave, et un troisième s'immobilisa près de la porte secrète. Au final, ce fut un unique garde qui accompagné Lockhart au-delà de l'ouverture.
    -Encore heureux pour vous qu'il n'y ait eu qu'un cadavre ici, fit le sergent. Parce que les gens cachent des tas de trucs pas nets dans ce genre de salles secrètes, y compris des monstres...
    L'instant suivant, il se mettait à examiner le cadavre, tandis que son acolyte jetait des regards attentifs aux lieux.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  28. #28
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Perline serrait son chiot contre elle. Il lui donnerait, pensait-elle, le courage de ne pas montrer sa crainte.

    C'était une mauvaise idée, peut-être, de dire au maître d'aller voir le guet... Il va me renvoyer, s'il a le moindre souci... Et il y en aura sûrement... Mauvaise, mauvaise, mauvaise idée !
    Ainsi pensait la jeune servante. Elle était si inquiète qu'elle serra Bémour un peu fort : le chiot geignit. Perline l'embrassa vivement.


    - Perline, va rechercher une autre lampe, celle-ci lâche.

    Eldurvellir montra la lampe à huile, qui fuyait. La flamme vacillait. Aïe, pensa t-il, Lockhart risque de penser que j'éloigne ma servante à dessein, pour qu'elle ne témoigne pas... Je n'ai rien à craindre, mais il va certainement songer cela... Tiamaat, ma déesse, ne m'abandonne pas !

    Prudents, les gardes s'étaient postés de manière à couper toute possibilité de fuite. Eldurvellir admira la logique tactique. Mais il ne fuirait pas. Il se sentait, tout au fond de son âme dévouée à sa déesse et à la ville qu'il avait choisie, innocent. Comme pour tranquilliser son maître, Tiamandis vint se poser sur son épaule.


    HRP : suis terrorisée... Perline s'exprimera désormais en #ffff00
    Dernière modification par Eldurvellir ; 06/03/2014 à 15h49.
    Eldurvellir

  29. #29
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est connecté maintenant Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    34 986
    Le sergent, toutefois, ne parut pas s'offusquer du départ de la servante. Il se contenta de poursuivre son examen avec minutie et professionnalisme.
    -Avez-vous touché au corps ou l'avez-vous laissé exactement comme vous l'avez trouvé ? s'enquit-il au bout d'un moment. De même, avez-vous modifié quoi que ce soit sur les lieux du crime ? je veux dire, dans cette pièce ?


    HRP :Hé, je plaisantais ! Sinon, comme c'est toi qui a inventé cette histoire, s'il y a des indices à trouver, ce serait bien que tu les décrives dans ton prochain post ou que tu me les communiques par MP.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

  30. #30
    Date d'inscription
    avril 2013
    Messages 
    616
    Eldurvellir ferma les yeux, se remémorant la scène.

    - Je suis allé auprès du corps, qui était affaissé le long de ce mur, presque assis. On pouvait croire qu'il était en vie, je me suis agenouillé et l'ai soulevé : il était mort. A la lumière d'une lampe à huile, on ne voit pas bien... Je n'ai rien constaté de particulier, malheureusement. Pas de traces particulières. Rien d'autre que ce corps adossé au mur.

    Le mage caressa distraitement sa pipistrelle.

    - Lorsque je suis allé faire ma disposition à la caserne de l'Abysse Céleste, l'officier de permanence m'a reproché de ne pas avoir eu la curiosité d'explorer cette pièce secrète, pour des raisons évidentes de sécurité. Je dois avouer que je n'ai pas tout de suite pensé à d'éventuels passages secrets... Pour moi, c'était une pièce où les Beaujeu dissimulaient peut-être leurs biens les plus précieux, point. Ou peut-être a t-elle servi, avant ou après que les Beaujeu tiennent en ces lieux leur commerce d'herboristerie, à quelque trafic douteux.Ce ne sont que mes spéculations personnelles, je m’empresse de vous le préciser.

    Perline revint, une lampe à huile à la main. Elle l'installa à la place de celle qui fuyait et posa la lampe défectueuse sur le sol.

    - Voilà, messires. J'attends que la lampe abîmée refroidisse un peu...

    La servante la ramassa enfin, la plaça dans une écuelle et mit un peu de paille sur le sol, pour absorber l'huile refroidie tombée de la vieille lampe.

    - Je reviendrai nettoyer plus tard.

    Un petit aboi strident se fit entendre.

    - J'arrive, Bémour !

    Perline courut vers la trappe et remonta l'escalier.
    Dernière modification par Eldurvellir ; 08/03/2014 à 18h25.
    Eldurvellir

Page 1 sur 6 123 ... DernièreDernière

Discussions similaires

  1. À l'extérieur de Melandis
    Par Zakam dans le forum Les Remparts de la Cité
    Réponses: 166
    Dernier message: 28/10/2013, 19h38
  2. [BOUTIQUE] Drakonya.com
    Par Le Marquis dans le forum Les autres Jeux Vidéo
    Réponses: 1
    Dernier message: 30/08/2013, 12h31
  3. Réponses: 22
    Dernier message: 02/06/2013, 13h45
  4. [IWD2][SOLUCE] Oeil du dragon : J'ai tué Izbellah en extérieur et je ne peux pas entrer
    Par Darian dans le forum Le Monastère du Corbeau Noir (Icewind Dale 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/04/2008, 21h34
  5. [TUTU] Les voix résonnent en extérieur...
    Par Torn le Noir dans le forum Baldur's Gate Reloaded : les mods TUTU et Baldur's Gate Trilogy
    Réponses: 4
    Dernier message: 10/10/2005, 15h08

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258