Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Chapitre 9

  1. #1
    Seina Invités
    Chapitre 9 : L’éveil des ténèbres !</span>


    Les Ténèbres…

    Des ténèbres insondables…

    Rien d’autre…

    Est-ce donc cela la mort ?

    Je ne suis donc plus qu’une âme sans attaches et sans destinée ? Condamné à errer sans fin dans une noirceur sans limite ? Où est donc Dieu ? Où est la porte des enfers ? Dans toute religion, la mort n’est qu’une étape… J’ai plutôt l’impression que c’est une fin… une fin bien minable d’ailleurs… Sans épilogue… Le héros mourut et… C’est tout… Vraiment pathétique... J’aurai peut être dû essayer de vivre un peu plus au final… Foutus garous… On dirait bien que je suis tombé sur un os… Chiément gros l’os d’ailleurs… je me suis pris une de ces volées… Et voilà où cela m’a mené… La mort… pas terrible…


    Vais-je rester ainsi pour l’éternité ? Conscience improbable, condamnée à penser. Condamnée à me perdre dans cette noirceur infinie ? Plutôt nulle comme fin… J’ai beau sonder ces foutues ténèbres mais il n’y a rien…


    Combien de temps vais-je rester ainsi ? Simple conscience au milieu du néant ? Mais qu’est donc que cette notion temporelle face à l’éternité de la mort ? Je regrette bien de ne pas avoir prêter attention aux paroles des Philosophes. Peut-être comprendrais-je alors mieux ce que je suis en train de vivre… Drôle d’expression de la part d’un mort… Et comment puis-je penser si je suis mort ? Je ne comprends vraiment rien.
    « Tac »

    Que ? Quoi ? Qu’est ce que c’était ? J’ai cru entendre un bruit !

    « Tic »

    Là ! Encore ! Mais bon Dieu ! Que se passe-t-il !!! C’est quoi ce truc pourri qu’est la mort !

    « Tic… Tac… Tic… Tac »

    Les bruits reviennent, réguliers désormais… Avec un rythme de métronome… On dirait vaguement le claquement d’une vieille horloge rouillée, mais comme atténué par une épaisse couche de plomb.

    Mon esprit se focalise sur cette unique source de… de quoi d’ailleurs? Bon, en gros, la seule chose qui me sorte de la contemplation de ces putains de ténèbres.



    « Tic… Tac… Tic… Tac »


    Fébrile et étouffé, la mesure claquante de ces tintements s’amplifie crescendo. Ce rythme continu commence à réellement devenir oppressant. Il devient, au fur et à mesure, omniprésent et si retentissant qu’il me déchire l’âme.


    « Clac……. Clac……. Clac……. Clac…….. »


    A ce capharnaüm de claquements retentissants se mêle parfois le crissement aigu et dérangeant de pièces métalliques qui se frottent. Je me sens tel une petite fourmi, enfermée dans l’engrenage d’un gigantesque horloge. Cette cacophonie strie mon âme de vrilles de douleur. Impuissant, je ne peux que subir cette attaque intangible, sans rien pouvoir faire. Je ne peux même pas tenter d’occulter ces bruits opprimants et obsédants.. Je suis sans défense. Est ce cela l’Enfer, souffrir sans jamais comprendre d’où vient la souffrance ? Sans jamais voir son tortionnaire ? Une simple torture de l’âme…


    Je voudrais tant que ma conscience s’éteigne. Ne plus subir cette torture auditive et psychique. Mais cela va en empirant. A la complainte oppressante de « l’horloge » rouillée se mêle à présent un chuintement insidieux ponctué parfois de crépitements. Comme si… Comme si un feu gigantesque était devant moi ! Oui c’est cela… Comme si je me tenais devant un gigantesque incendie… la chaleur en moins…


    Comme si un orchestre symphonique se mettait en branle, les sons se superposent successivement pour former un brouhaha intenable ! Des craquements sinistres, résidus d’un pas lourd sur un vieux parquet, les cris stridents d’oiseaux de fortune… les cliquetis incessant de l’acier… Une vague déferlante de sons puissants et amplifiés…C’est comme si.. Comme si on me projetait tous les bruits insignifiants de la vie terrestre, amplifiés une centaine de fois. Me torturer l’âme de sons stridents et opprimants, tout en me faisant miroiter tout ce qui compose la banalité d’une vie.. Vie que j’avais désormais derrière moi… c’est trop… c’est trop dur… la folie va me détruire.. Je ne serai bientôt plus qu’une coque vide incapable d’aligner deux pensées cohérentes.


    Arrêtez-moi ça ! Qui que vous soyez, où que vous soyez ! Arrêtez ça ou je vais devenir fou !


    Telle l’aube déchirant les ombres de la nuit, un son, moins discordant que les autres, frappe mon esprit… un son doux et fascinant… une note de musique… Affamée, acculée, je me jette, âme intangible et délirante, vers cette source d’ordre, loin du chaos ambiant de cette dissonance de sons familiers. Une deuxième note jaillit des ténèbres ambiantes, puis une troisième… l’une après l’autre elles jaillissent, déchirant le voile de folie de mon esprit. Je ne peux désormais plus me détacher de ces notes qui prennent forme dans le néant de ma mort. Cette mélodie grave et sensuelle est si douce à mon âme. Mon esprit virevolte autour de la jouissance de la mélopée. Jamais, lors de mon vivant, musique ne m’avait paru si belle.


    Imperceptiblement, la musique fantomatique occulte la chaotique dissonance qui me faisait souffrir, remplaçant la douleur par une douce chaleur bienfaisante. Je ne peux plus détacher mes pensées de cette musique.. Elle est moi et je ne suis qu’elle… Elle m’attire, m’attire vers un point blanc si loin… un point blanc que je n’avais pas remarqué depuis l’instant de ma mort. La porte du paradis ? Est ce donc cela le grand dessein ? Si t’es assez futé pour trouver la porte, tu va au paradis… Sinon tu continues à chercher ?


    La mélopée semble provenir de cette ouverture qui se dessine bientôt face à moi… Sans plus réfléchir, je me jette dedans, avide de connaître la source d’une si voluptueuse musique. Puis…














    Une douleur intense me vrille l’âme. Comme si dix milles dards s’enfonçaient dans mon cerveau, chaque blessure suffisante pour tuer un homme. Mais je suis déjà mort, je ne peux donc que souffrir pour l’éternité. Telle semble être ma croix, et je commence à m’y résigner. Après des ténèbres insolubles, je me retrouve au milieu d’une luminosité absolue, tout aussi douloureuse et oppressante, cela étant dit… Non seulement je ne suis pas bien avancé sur ce que je suis en train de vivre, non seulement cette foutue lumière me vrille l’âme de douleurs, mais les sons discordants sont toujours aussi présents, toujours aussi douloureusement puissants….Et la musique, omniprésente, plus belle et vibrante qu’auparavant. Est-ce donc la Mélodie du paradis, destinée à apaiser les âmes des défunts ? Non… j’ai du sang sur les mains, je ne peux pas être au paradis. Je n’arrive plus à réfléchir. Cette lumière me fait si mal. Elle est insupportable.


    Un grondement sinistre monte, monte, monte… Un cri d’agonie et de souffrance. Ce cri me déchire… Ce cri est si puissant. Mais… je reconnais cette voix… Cette intonation… Même si elle semble plus basse, plus gutturale et bestiale, la voix n’en reste pas la même… A qui appartient cette voix ? Un nom me vient à l’esprit, mais je n’arrive pas encore à le saisir… Si ! J’y suis ! Gabriel ! Mais… c’est moi ! C’est ma voix qui hurle à la mort, exprimant une si cruelle souffrance et une colère si noire ? Je ne comprends pas… Comment une âme peut-elle hurler ? Serais-je donc plus que cela… ne serais-je pas mort ? Et si je ne suis pas mort… que m’est-il donc arrivé ? Et cette musique.. Cette si pétillante mélodie qui m’obsède, qui me berce, qui m’empêche de penser…


    Il faut que je sorte de ma fascination auditive ! Allons Gabriel ! Ressaisis-toi ! Si tu peux crier… c’est que tu n’es pas mort.. . donc… tu es vivant… alors pourquoi je ne sens pas mon corps ? Quel chaos dans mon esprit ! Laissez-moi ! Vils sons ! Satanée cacophonie de bruits ! Laissez-moi seul avec cette musique si douce à mon oreille ! Non ! Gabriel ! N’écoutes pas la musique ! Réfléchis ! Bougre de bougre ! Concentres-toi !


    Une voix plus puissante que le tonnerre, annihilant tous les autres sons. Imprimant chaque lettre au plus profond de mon être. Eteignant d’un coup mon cri de rage et de douleur. Me faisant périr par sa force. Revivre par sa présence. Une voix unique. Chaude et sensuelle. Douce avec une pointe de sarcasme, une pointe de sadisme. Une seule entité peut avoir une si terrible voix. DIEU ! Non, Constantin…



    Sa voix est si horriblement puissante, elle résonne en moi comme un torrent de montagne. Me brûle l’âme telle la lave d’un volcan en éruption. Seulement quelques phrases… Mais une éternité de souffrances ainsi qu’une jouissance infinie.




    « Et des ténèbres vint une lumière éclatante, un feu dans la nuit
    Et l’Archange Michel apparut à Caïn, Premier d’entre nous
    Il offrit le pardon à Caïn pour le meurtre d’Abel
    Qui le refusa, sacrifice unique pour sa liberté


    Et ainsi Caïn fut maudit
    Condamné à souffrir du feu éternel
    Condamné à brûler sous le joug
    Des flammes du paradis »



    Je comprends, je ne suis pas mort… Je suis en vie… Mon corps est là, enclavant mon âme en son sein. Il me suffit juste de le retrouver. Mais je ne peux me concentrer. Mon esprit est désormais entièrement focalisé sur la voix de mon Maître. De quoi me parle-t-il ? Que signifie tout cela ? Est-ce une épreuve ? Lentement, le chaos de mon esprit semble reculer. Les milles sons qui torturaient mon esprit semblent s’atténuer, pour retrouver leur intonation normale. La musique s’est tut depuis quelques instants… Depuis que Constantin s’est adressé à moi… Mais s’adresse-t-il réellement à moi ? Et pourquoi ne suis-je pas mort ? Où suis-je ?


    Et ce silence, désormais pesant… parles Constantin ! Continue ! Berce-moi de ta voix si suave ! Semblant répondre à mes prières muettes il reprend ! Loué en soit-il ! Je me laisse bercer par cette voix, si puissante, si hypnotisante.




    « Et voilà que Raphaël, Protecteur de l’Est vint à Caïn en planant,
    A son tour il offrit le pardon au fils d’Eve,
    Caïn demanda l’oubli, pas pour l’amour d’Abel, mais pour ce qu’il était
    Et ainsi, Il encourut le courroux divin de l’Archange.


    Alors le fils d’Adam et sa descendance furent à nouveau maudits,
    Désormais, l’Aube, symbole du renouveau, lui serait interdite,
    Et les rayons du Soleil seraient désormais ses ennemis
    Brûlant son âme et sa chair dans d’horribles souffrances »




    Cette voix… Je n’en peux plus… Je suis amoureux de son intonation, je désire son accent ancien. Cette voix est ma vie… Si belle, si puissante. Maudite soit cette lumière qui m’obscurcit l’esprit, qui me déchire les entrailles. Mes yeux doivent être ouverts, subissant les affres du soleil. Mais je ne sens rien… je ne vois rien… je suis un corps disloqué, sans sensations.. Et toujours… toujours ce silence pesant d’un coup… Il me blesse, me rend fou…. Parles Constantin ! Empli mon âme des notes harmonieuses de tes paroles… Emplis-moi de joie et de désir ! Parles !


    « Alors Caïn se réfugia au plus profond des entrailles de la Terre,
    Dormant d’un sommeil maudit, attendant que le soleil s’en fut.
    Alors il entendit un battement d’ailes se précipitant vers lui,
    Et il vit, Uriel, l’Ange de la Mort, le Sombre Uriel qui rôde dans la nuit.



    D’une voix calme et aimante, l’Ange noir appela Caïn
    Une troisième fois, Caïn se vit offrir le pardon
    Et encore une fois Caïn le refusa,
    Refusant la bonté de Dieu, désireux de vivre par lui-même.




    Alors par la voix de l’Ange impartiale, il fut une troisième fois maudit,
    Condamné à marcher pour l’éternité dans les Ténèbres,
    Condamné à ne plus trouver de plaisir dans les bras de Bacchus,
    Ne trouvant plus que goût pour le Sang du vivant »




    Je veux le voir ! Je n’en peux plus ! Constantin ! Me racontes-tu donc la Genèse des êtres de l’Ombre ? J’ai besoin de le voir, contempler son visage, voir briller de malice son regard… Sa voix fait monter en moi un désir fou, incontrôlable. Une sensation de puissance et de vulnérabilité. Il me faut affronter cette lumière qui me brûle l’esprit. La faire mienne… Des ombres virevoltent fugitivement dans cette lumière absolue, des esquisses, des silhouettes floues sans texture.


    Continue à me faire découvrir les secrets de la Famille Constantin ! Parles, que ta voix me guide vers le réel, chassent toutes ces barrières qui me privent de mes sens… Je t’en supplie continue !



    « Alors, dans sa grande Miséricorde Dieu appela Gabriel,
    Seigneur de la Bonté, Aimé parmi les Aimés,
    Il lui dit en quel point il prenait pitié Caïn qui refusait le pardon,
    Il lui dit qu’il offrait à son fils maudit une voie, un chemin de Bonté.


    Et Gabriel, dans un battement d’ailes apparut au Fils d’Eve,
    Le regard plein de la compassion de Dieu,
    Il rapporta les paroles du Tout Puissant,
    Il lui offrit un nom à mettre sur la voie que lui offrait Dieu : Golconde.

    Ainsi était la Bonté et la Générosité du Tout puissant,
    Qui dans un souffle offrait une chance aux enfants de son fils maudit
    De retrouver l’illumination dont leur père les priverait
    Alors dans un déchirement de voile, les ténèbres furent dissipées»




    Est-ce donc ainsi que la race des Damnés est née ? CaÏn est-il donc le premier d’entre les premiers ? Alors Dieu existerait vraiment… j’en veux plus… Je veux le savoir… le savoir infini de mon maître… je veux sa voix… Mais… elle semble s’être éteinte définitivement.


    « Tic…Tac… »



    Le claquement régulier de l’horloge me rend fou… Il me nargue… Un bruit me déchire les tympans… Un grincement, le hurlement retors de ressorts gémissant alors qu’ils se distendent. Constantin a du se lever d’un fauteuil… Je commence à contrôler mon audition… Les bruits ne sont plus aussi douloureux qu’auparavant… J’entends comme les pas légers et virevoltants d’un homme qui s’approche.. Sûrement mon maître. Au travers du voile éblouissant de cette lumière infinie, il me semble distinguer une silhouette qui se meut. Mon maître, car ce ne peut être que lui, s’approche de là où je dois me tenir… Mais je ne sens toujours pas mon corps… Et sa voix… sa voix me manque… Je voudrais qu’il continue, me faisant ainsi oublier la douleur cuisante de mon esprit embrumé par une lumière sans fin…


    La silhouette floue se tient désormais devant moi. Elle reste immobile. Quand soudain… Une douleur insupportable, véritable fléau, vient assaillir mes sens…. Mon cri de rage et de douleur hante l’atmosphère mystique de la pièce où je dois me trouver… Cette douleur est bien plus intense et sensuelle que tout ce que j’ai connu. Mon cri se prolonge alors que la douleur ne s’efface pas…



    Une odeur enivrante assaille mes sens… requiert toute mon attention… la première odeur que je ressens depuis que je suis sorti des ténèbres… Plus rien n’existe à part elle… Plus forte que le bouquet d’un vin ancien, plus sensuelle que le plus doux des parfums, plus poétique que le parfum de la fleur la plus pure… une odeur qui fait monter en moi un désir irrépressible… une soif intangible… Mon cri de douleur s’éteint dans un râle pathétique… Le monde n’existe plus… Il n’y a que cette odeur qui m’attire irrépressiblement… Et c’est dans un état second que les paroles de Constantin atteignirent mon esprit…


    « Alors Caïn rencontra la reine des Damnés,
    Lilith, première femme du Père,
    Lilith, qui s’opposa au très haut
    Lilith, qui trouva la liberté dans les ténèbres


    Elle éveilla Caïn à son propre pouvoir
    Lui offrant le nectar de son sang,
    Le plongeant au plus profond des ténèbres
    Lui montrant la Quintessence du Sang »



    J’entends un cri déchirer l’espace vide laissé par la voix de mon Maître qui s’éteint. Un cri bestial provenant de ma gorge insensible, résidu de la deuxième vague de douleur qui me vrille le cerveau. Similaire à la précédente, peut être plus douloureuse encore. Et l’odeur obsessive me monte au cerveau me rendant délirant… Je ne comprends pas… Cette soif si forte qui monte en moi, causée par ce parfum liquoreux et suave… Soudain… Cela me frappe avec la force d’un éclair… Du sang… Cette odeur exaltante ne peut provenir que de sang… Et ces douleurs si insoutenables ne peuvent être que la conséquence de blessures infligées à mon corps… Je ressens une chaleur cuisante aux endroits où mon corps est meurtri…


    Mes sensations me reviennent petit à petit… Je commence à ressentir mon corps… je sens subrepticement le sang qui s’écoule des plaies dont doit être parcouru mon corps… Plaies que m’inflige Constantin dans je ne sais quel but… Et ce sang, mon propre sang m’excite… je ne sais pourquoi mais j’aimerai le lécher, m’en abreuver dans une extase infinie… Oui… Je commence à sentir mon corps, mais le processus est lent… très lent… obsédé que je suis par ce parfum omniprésent et si tentant de mon propre sang….



    « Lilith initia Caïn aux sombres secrets
    Lui enseignant à se mouvoir tel l’éclair
    A s’approprier la force de la Terre
    Elle lui montra comment commander l’obéissance


    Et toujours plus loin allait Caïn
    Avide de découvrir les secrets de la Nuit Eternelle
    Il découvrit comment altérer les choses
    Et comment se dissimuler aux chasseurs


    Alors, la Reine des Damnés lui ordonna d’arréter
    Car Caïn allait trop loin dans les ténèbres
    Mais le premier des Premiers refusa
    Et continua son introspection


    Au creux des Etoiles, loin dans le Firmament
    Il découvrit la voie de la Puissance
    L’origine de tous les Pouvoirs
    L’Ultime Voie, provenant du Sang. »


    Le discours de Constantin est fascinant, ancienne prophétie venue des Âges Anciens… Je commence à frôler la réalité… Mais je n’ose y croire… La voix langoureuse et mystique de Constantin laisse la place à un chuintement métallique vibrant… Celui d’une lame que l’on sort de son fourreau et…


    Une douleur infinie vient me déchirer les entrailles, s’ancrant au plus profond de moi. Comme si je m’éveillais, je sens la lame se planter dans mon cœur. Les chairs se déchirent pour laisser pénétrer ces quelques centimètres de métal. La douleur est cuisante, jouissive d’un certain coté… malsaine… je me perds dans les tréfonds de mon âme, profitant de la sensation exquise d’une souffrance inédite… Désir pervers, sensation de puissance… Alors que la lame se fiche au milieu de mon cœur, je ne sens pas la mort venir… mon corps s’éveille d’un seul coup, d’une manière si intense, accentuée par la douleur qui me vrille le torse, découverte violente et unique de mes sens, … je ne meurs pas… Je ne suis pas mort, malgré la lame qui est fichée dans mon cœur… Je viens de comprendre… Je ne peux plus douter.


    Comme si la compréhension m’ouvrait de nouvelles perspectives, mes yeux semblent s’être habitués à la lumière et je découvre où je suis, je découvre avec un regard neuf la texture de la réalité. Encore floue, je discerne enfin la scène que je suis en train de vivre. Je savoure avec extase le visage de mon Maître, devenu autre chose, je le soupçonne. Face à moi, dans un brouillard s’atténuant, je vois Constantin se léchant avec plaisir ses doigts maculés de sang… Mon sang… Il me regarde avec insistance, guettant sûrement le moment de ma « résurrection » , l’instant fugace où je comprendrai enfin… Et ça y est, il doit le sentir, j’ai enfin compris.


    Un rire sardonique, irrépressible, jaillit de ma gorge… Un rire aux accents démoniaques. Un rire puissant que la douleur ne fait qu’accentuer… Le rire d’une créature qui prend conscience de sa nature et de son pouvoir. Avec un sourire démoniaque et paternel, Constantin s’approche de moi, d’une main poisseuse de sang il me prend le menton et me relève la tête pour me fixer dans les yeux. Il me caresse le visage de son autre main. Sa main est glacée… Mais son contact me fait frissonner comme jamais…



    « Au commencement il n’y avait que Caïn
    Caïn qui sacrifia son frère dans un geste d’amour
    Caïn qui fut banni
    Condamné à vivre pour l’éternité dans les ténèbres
    Caïn qui fut maudit par le désir du sang
    Tous nous descendons de lui, Il est le Père de nos Pères.


    Désormais tu es aussi son Fils, Gabriel
    En toi coule la quintessence du sang des Anciens,
    Désormais tu as fait un pas de plus vers la Puissance,
    Ton corps mortel n’est plus, tu es des nôtres désormais.

    Bienvenue dans la Non Vie, Mon Fils. »



    Ses lèvres glacées se posent délicatement sur mon front, dans un baiser de fraternité, de tendresse. Puis il relâche ma tête qui retombe mollement sur mon torse. Je suis encore trop faible pour ne serais-ce que garder la tête droite… Je me complais dans la sensation qui disparaît des lèvres de mon Père… Dans l’extase et l’excitation de ce que je suis. Je continue à rire. Fou. Délirant. Jouissif. Alors que ma conscience commence à effleurer ma nouvelle condition, ma voix se fait plus rauque, plus bestiale, plus sifflante et mon rire s’en trouve modifié. Il prend des accents démoniaques et effrayants. A présent, je ris à gorge déployée, des larmes de sang maculant, peu à peu, mes joues.


    Mon rire se déploie dans l’atmosphère telle les tentacules d’une pieuvre maléfique… Je ne suis plus humain… Je suis une créature de l’obscurité désormais… Les blessures sur mon torse me lancent mais je m’en moque… Simples piqûres d’insectes… La lame de la dague fichée dans mon cœur me dérange… Je m’apprête à l’enlever, jubilant d’avance à la sensation que va me procurer le frottement de l’acier sur mes chairs meurtries.. Mais…. Alors que j’ai retrouvé les sensations de mes membres, alors que même très faible je me sens capable de cet acte, mon bras refuse de bouger… Ou plutôt ne peut pas bouger… Qu’est ce donc que ça ? Une douche froide calme brutalement mes ardeurs. Je prends conscience d’où et surtout de comment je me trouve.

    Mes bras sont encerclés par de solides chaînes d’acier. Ses chaînes m’empêchent tout mouvement, je ne peux que rester suspendu pathétiquement, les jambes trop faibles pour me soutenir. Quelle est donc cette mascarade ! Pourquoi après m’avoir offert le Don ténébreux, me retrouvais-je enchaîner au mur ainsi ? Je ne comprends pas… Quelle raison pousse Constantin à m’immobiliser de la sorte.


    Je sens que je n’aurai pas la force de relever la tête, je ne peux que regarder piteusement mon torse, duquel s’écoule mon sang. Mais je veux comprendre. Je veux comprendre pourquoi je me retrouve enchaîner à ce mur, le métal glacé des menottes me déchirant la peau, et surtout pourquoi, pourquoi, suis-je si faible… Alors que je suis un être des ténèbres. Je bande ma volonté.


    J’arrive dans un effort insupportable à monter un genou et, prenant appui sur ses chaînes qui se révèlent enfin utiles, je me redresse piteusement, lamentablement. Toujours la tête fixant le sol. Centimètre par centimètre je vois le sol s’éloigner de ma vision. Je sens mes jambes vaciller, mais supporter le poids de mon corps. Alors, alors, dans un dernier effort, chancelant, m’appuyant aux chaînes et au mur, je redresse la tête vers mon Sir.


    Constantin me regarde avec un sourire narquois, se moquant muettement de mes pathétiques efforts pour me relever.



    « Pourquoi, Père ? »


    D’un coup son regard se durcit, ses yeux se rétrécissent pour ne plus former que deux fines fentes aussi dangereuses que des lames. Je sens un frisson me parcourir l’échine. J’ai peur… Constantin ne m’a jamais regardé de la sorte. Dans un sifflement il s’approche de moi à une vitesse qui me sidère. Je n’ai pas encore le temps de comprendre qu’il a bougé qu’il se retrouve déjà devant moi. Dans un rugissement, il me lance à la figure.


    « POURQUOI ? »


    Sa main vient saisir ma gorge d’une poigne implacable. Sous la douleur mes jambes fléchissent. Mais peu importe. D’une seule main, il me soulève comme une plume, me plaquant brutalement contre le mur. Il me tient au-dessus de lui et me regarde sévèrement. Je n’esquisse pas un geste. Je suis sidéré par la peur. Une peur viscérale. Une peur au-delà de la perspective de la mort. Constantin EST la peur. Elle s’échappe de lui telle un tourbillon de fumée qui viendrait s’infiltrer en moi.


    « Pourquoi ? Crois-tu que tu m’aie laissé le choix jeune inconscient ? Crois-tu que j’avais choisi de faire de toi mon Infant ! Tu n’étais pas prêt ! Il te fallait encore du temps. Mais toi jeune fou ! JEUNE INCONSCIENT ! Tu t’es fourré dans un pétrin tel que tu as encouru la mort …»


    Sous le joug de la colère, les yeux de Constantin brillent d’une lueur intense et folle. Lui si calme d’ordinaire… Je prends conscience de ma folie téméraire. Sans lui j’aurai péri sous les coups de ces loups-garous. Ils m’auraient déchiqueté et dévoré. J’étais trop faible, moi qui me croyais puissant. La voix furieuse et hystérique de Constantin retentit encore


    « Et j’ai été obligé de t’offrir le Don Ténébreux trop tôt ! Tu m’as forcé la main ! Je l’ai fait par amour et non pas par sagesse comme je le souhaitais ! Je te maudis Gabriel ! Tu m’as fait frôler l’échec ! »


    De quel échec parle-t-il ? Est-il en train de délirer ? Sous le coup de la colère, les marques vampiriques sont apparues sur son visage. A présent il ressemble à une bête sauvage des temps perdus, créature mythologique du passé. Tout à coup, un sourire s’affiche sur son visage et la colère disparaît de ses traits.


    « Mais par ton acte inconsidéré, tu m’as offert un moment inoubliable, une peinture vivante comme jamais je n’avais eu l’occasion de vivre… »


    Il me repose délicatement sur le sol. Mes jambes tremblent trop et sont trop faibles… Je ne peux tenir debout et m’affale lamentablement. Retenu en position droite que par la solidité de ces entraves abjectes qui m’enserrent les poignets. Je dois avoir l’air pitoyable, mais pour l’instant je suis plus préoccupé par les sautes d’humeur impressionnante de mon Sir…


    Ce dernier, me tourne le dos et fait les cents pas dans l’immense chambre dans laquelle nous nous trouvons. J’utilise ces quelques secondes de calme pour observer les lieux. Une chambre de style Renaissance, avec un immense lit à baldaquins aux draps de soie contemporains. C’est bien le style de Constantin que de mélanger deux époques, pour un résultat équivoque… Sur les murs de magnifiques peintures signées de la main de mon Sir. Quelques braseros éclairent légèrement la pièce. Je ne comprends pas pourquoi ais-je été ainsi ébloui quand je vois la nature de l’éclairage de la chambre. Encore un mystère à résoudre… Tant de choses à découvrir… Il a raison, je n’étais pas prêt…




    « Quelle extase alors que je te donnais la vie… Quelle jouissance alors que tu absorbais mon sang, à demi conscient. Le spectacle devait être magique ! »


    Alors que je tente désespérément d’encaisser le choc de toutes ces révélations, Constantin se retourne à nouveau pour me scruter. Un sourire sadique aux lèvres, une expression sérieuse sur le visage.

    <span style=\'color:orange\'>«Tu étais encore trop attaché à l’humanité pour accepter le Don ténébreux, pour le savourer, pour l’utiliser à bon escient… Je n’ai pas eu le temps de te préparer… Mais tu verras les étoiles comme un véritable membre de la Rose, ce soir. Je vais parfaire ton éducation… CE SOIR JE VAIS T’EVEILLER…

    Ce soir tu va découvrir ce que sont réellement la haine et la colère… Tu va découvrir la souffrance de l’amour et le mal qui en découle… Ce soir tu va découvrir ta propre puissance… Tu va sentir ton pouvoir… Tu seras grand Gabriel. Un digne Infant de la lignée d’Arikel. Je vais te faire découvrir ta véritable nature dans la poésie et la majesté. Mais pour cela tu dois te détacher de ton passé, tu dois t’éloigner de ton humanité récurrente et faible pour t’ouvrir à quelle chose de plus grand…Et c’est moi qui vais te guider…»



    Il jubile. Je le sens. Ses yeux brûlent des flammes de l’excitation. Il prépare quelque chose. Quelque chose en rapport avec mon « éveil » à la non vie. Me détacher du passé ? Je ne comprends pas. Je n’ai plus rien depuis bien longtemps. J’ai tout perdu. J’ai même perdu l’espoir. Je n’étais plus rien avant de le rencontrer. Et maintenant je Suis. Mon passé n’a plus aucune importance, ne l’a-t-il pas compris encore ?


    Il me regarde d’un air fou. Un regard de sagesse infinie. Ses yeux sont d’un bleu fascinant. Tout mon être se tend vers cette beauté. Plus rien n’existe d’autre. Je voudrais parler. Mais je ne peux. Je voudrais l’interroger, mais je n’ose. Je voudrais comprendre, mais cela m’effraie. Alors je me perds dans l’azur du regard de mon Sir. Pendu à ces chaînes qui me déchirent les chairs, de minces filets de sang glissant sur ma peau lisse et parfaite, une lame fichée dans le cœur, je lutte pour maintenir ma tête, pour ne pas perdre de vue l’immensité des océans que dissimulent les yeux de Constantin. Mon esprit obscurci ne prête que peu d’attention à la double porte qui vient de s’ouvrir. Je m’en moque. Je ne veux que disparaître, me fondre dans ces deux joyaux de lapis-lazuli.


    Mais je suis trop faible. Inexorablement ma tête flanche. Mes yeux se ferment. Je sens une somnolence fascinante m’envahir. Attirante, envoûtante. Pourquoi ne pas se laisser aller au sommeil ? Oui, pourquoi ? Après tout… Quelque chose me tire loin d’elle. Me ramène vers la réalité. Un parfum. Un parfum du passé. Un parfum si longtemps aimé. Le parfum de mon premier amour. Qu’est ce que cela signifie ? Lentement je refais surface. Je dois comprendre. Mes paupières se décillent douloureusement, le simple fait d’ouvrir les yeux et d’affronter la lumière fébrile de la pièce m’est supplice. Le parfum est devenu omniprésent. Je le sens envahir mon espace. Il faut que je relève la tête pour comprendre. Quel rapport entre ce parfum et mon éveil ? Que veux Constantin ? Il faut que je comprenne. Je dois relever la tête. Mais c’est trop dur. Je suis trop faible. Dans un soupir je murmure le nom de Constantin.

  2. #2
    Seina Invités
    Dix neuf visites et pas un seul commentaire

  3. #3
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages 
    536
    Désolé. Dis-toi qu'on est muet d'admiration.
    J'ai adoré ce passage. Je trouve que tout est vraiment bien raconté.

    C’est quoi ce truc pourri qu’est la mort !
    lol... C'est long l'éternité ?
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  4. #4
    Seina Invités
    Voui l'éternité c'est plutot long.

    Je trouve que ce passage est ce qu'il est principalement grace à l'histoire de Cain. Comme les rolistes l'auront remarqué, cette histoire s'inspire grandement du Monde des Ténèbres de White wolf. L'histoire de Cain a été tirée du Livre de Nod bien que j'en ai remanié la teneur.

    Pour le chapitre 10 je bloque. J'ai écris toute cette histoire juste pour le chapitre 9 et le 10... j'espère que leprochain sera à la hauteur de tout ce que j'ai dans ma tete, j'ai les images mais j'arrive pas à le coucher sur papier :snif:

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250