Affichage des résultats 1 à 11 sur 11

Discussion: Chapitre 8

  1. #1
    Seina Invités
    Acte 8 : Quand les Puissants s'en mèlent..</span>


    Ces Maudits Loups-garous viennent de tuer mon jeune protégé. Je ne les laisserai pas le dévorer, Gabriel, mon ténébreux garçon, tu auras droit à la sépulture que tu mérites. Tu dormiras pour l’éternité auprès de mes Infants morts et de mes protégés décédés avant l’heure dans le Mausolée de ma famille. Tu n’es pas le premier à mourir avant d’avoir atteint l’apogée de ton Moi. Mais ta mort est la plus douloureuse. Elle fait rejaillir en moi la souffrance de milliers d’années d’existence. Toi, si jeune, si beau, si fort. J’aurai fait de toi un Vampire très puissant. Un Ancien, Un Mathusalem. Et tu aurais été une œuvre d’art. La quintessence de la condition vampirique. Mais on ne m’en a pas laissé le temps. Le temps. J’en ai à revendre. Et pourtant encore une fois il me manque. Je n’ai eu le temps de t’enseigner tout ce que je souhaitais. Ils paieront.

    Ces enfants de putain m’ont détruit le chef d’œuvre de mon existence. Après des siècles d’expectation j’avais enfin trouvé le matériel idéal à ma création. Un humain capable de supporter le poids de notre existence. Un humain digne de devenir un Mathusalem. Ils sont rares de nos jours ceux du troupeau qui ont le cœur et l’âme digne de la Malédiction. A présent, ils sont irrespectueux, arrogants et imbus de leur propre puissance. Aveugles, ils ne se rendent pas compte qu’ils ne sont que des jouets de puissances cachées. Quant aux autres, ils ne sont pas capables de supporter le poids de leur propre puissance. Je suis sûr que toi, toi tu aurais réussi, tu serais devenu un Immortel digne de ce nom, nul n’aurait pu t’atteindre, nul n’aurais pu te vaincre. Tu aurais vécu l’éternité avec passion et foi.

    La folie me guette… Alors qu’à une vitesse faramineuse je traverse la ville, soufflant sous ma vitesse les vitres des immeubles. Peut me chaut de braver les Interdits de ma race, de révéler notre existence au troupeau. Seule ma vengeance et ma colère ont de l’importance. De toute manière ce brave François règlera la situation. Je lui sacrifierais mon Fou pour l’en remercier.

    Pour l’heure, je m’en vais détruire ces sales cabots. Ils vont souffrir. On ne s’attaque pas impudemment à Constantin I, Fondateur de Constantinople, Empereur romain ! Je massacrerai ces chiens… Je n’en peux plus de perdre un à un mes enfants, de les voir tomber sous les griffes acérées de la folie ou sous les coups de leurs adversaires. Je vais te rendre un dernier hommage Gabriel, le sang et les cris de douleurs de ces deux Lupus te serviront de chant funéraire.


    Les Bâtiments parisiens s’effacent de mon esprit pris par la folie. Ma course folle dans la cité se transforme en une course éperdue dans mes souvenirs…




    *
    * *

    Londres, 1666, Règne de Charles II Stuart

    L’incendie a débuté dans la nuit du 2 septembre, simple foyer il s’est développé pour désormais englober toute la cité. A présent Londres brûle. Les flammes s’élèvent fièrement, impétueusement dans le ciel londonien. La ville n’est plus que chuintement, explosions et cris de douleurs. Déjà trois jours que le feu se propage telle la peste. Déjà trois jours que le troupeau lutte sans relâche pour abattre cet ennemi fulgurant et implacable. Leurs efforts ont été vains. La Cité ne sera bientôt que ruines et désolation.

    Debout, au sommet du clocher de la Cathédrale Saint Paul, un homme se délecte du spectacle époustouflant des flammes léchant la cité Anglo-Saxonne. Il rie à gorge déployée, les bras en croix se repaissant de la chaleur montante qui vient peu à peu envahir l’atmosphère oppressant de la Cathédrale.

    La porte du clocher s’ouvre doucement. Un deuxième homme, enroulé dans une cape sombre brodée d’or monte sur le clocher. Il s’approche doucement, sans un bruit. Deux mains fines et soigneusement entretenues émergent de la protection de la cape pour saisir la capuche et la rabaisser. L’individu possède un regard clair empreint d’une profonde tristesse. Son visage, à la peau extrêmement blafarde, semble irréel, inhumainement beau, sans défauts, deux fines canines transparaisse de sa bouche exquise.

    « Andrew, qu’as-tu donc fait jeune fou. »

    Le premier homme cesse son rire sadique pour se retourner vers son interlocuteur. Il pose son regard sur l’homme, un regard où règne en maître la Folie.

    « Constantin, Père » dit-il d’un ton narquois et ironique.

    « Contemple mon œuvre. Voilà mon chef d’œuvre à MOI ! » Fit Andrew, tendant les bras pour englober la totalité de Londres en proie aux flammes destructrices.

    « Pourquoi as-tu plongé dans la folie Andrew? Pourquoi cette soif de destruction ? » Répondit Constantin d’une voix où s’entremêlaient tristesse et compassion.

    « Tu ne le comprends toujours pas Père ? Tu m’as donné la Malédiction alors que je n’en voulais pas.. Tu m’as rendu Immortel, mais qu’est ce que l’Immortalité alors que tout part en fumée au fur et à mesure des années ? J’ai vu passer, faner tout ce qui faisait ma vie. L’Immortalité m’a enlevé l’étincelle de créativité qui conditionnait ma vie ! Cette nuit j’ai créé un chef d’œuvre et je partirai avec lui ! »

    Le Vampire fou partit dans un éclat de rire démentiel. Déjà plusieurs siècles que la Non-Vie lui avait été offerte. Il avait été la fierté de Constantin qui avait cru avoir enfin trouvé l’humain parfait pour son grand dessein… Encore un échec… Andrew désirait se suicider, emportant avec lui, les cendres de Londres.

    Des larmes de sang coulèrent sur les joues de marbre du Mathusalem. Il ne parviendrait pas à sauver son Infant, la folie était trop implantée en lui. L’âme brisée par un nouvel échec, Constantin fit demi-tour et sortit de la Cathédrale. Les flammes commençaient à lécher l’édifice qui bientôt brûlerait, emportant dans la mort son plus cher enfant.

    *
    * *

    Mon pauvre Andrew, tu n’avais pas su apprécier ce qui t’avait été offert, te focalisant sur ce qui t’avait été enlevé. Tu fus détruit par les flammes londoniennes, mêlant tes cendres à celles de la Cité anglaise.

    Les Champs Elysées défilent autour de moi sans que j’y prête la moindre attention. Je n’ai qu’un seul but, une seule destination. Gabriel je te vengerai.


    *
    * *

    Barcelone, 1504, Règne des Rois Catholiques

    <span style=\'color:#EEDD82\'>La Cité Méditerranéenne flambe de milles lueurs volatiles. Joyau des Conquistadors, Barcelone est devenu une puissante ville portuaire, au creux d’une mer d’encre claire. Un homme marche lentement dans une ruelle sombre et malodorante du Port. Il se dirige d’un pas sûr vers un bouge nommé « la couleur de la Culotte ». Taverne malfamée des quais où se retrouvent filous, brigands, marins désœuvrés et putains. IL avance les épaules voûtées, semblant porter le poids du monde sur ses épaules. On peut distinguer, moulée dans sa cape sombre dans laquelle il semble se fondre, la forme caractéristique d’une rapière. Etrangement les badauds et autres ivrognes ne semblent pas le voir, détournant subrepticement les yeux sur son passage. Il ne désire pas être importuné, ce soir il doit effectuer son devoir. La mort dans l’âme, il le fera.
    A quelques dizaines de mètres du bouge il s’arrête.. Il semble humer l’air. Immondices, viande rôtie et alcool frelaté, voilà les odeurs que l’on perçoit, émanant de la taverne. Pourtant lui sent autre chose. Quelque chose de fort, d’enivrant et de tentant. L’odeur du sang. Une odeur forte, intense, omniprésente dans la ruelle. Il a trouvé sa proie. Ses épaules semblent se voûter encore plus.

    Il reprend sa course et d’un geste de la main ouvre la porte de la taverne. Dans un cri lugubre le vent s’engouffre dans l’ouverture. Sur le pas de la porte, l’homme contemple le spectacle. Une scène sinistre et macabre, un véritable charnier. Les tables renversées sur le sol, à moitié brisées, les chaises ne sont plus que brindilles. Pas un bruit ne vient déranger la salle, hormis le cliquetis incessant du lustre se balançant sous l’effet du vent entrant dans le bâtiment.
    Partout dans la pièce : des cadavres. A moitié affalés sur les tables, désarticulés sur le sol . Des traces de sang maculent les murs et le sol. Des marres parfois. Tous semblent avoir été déchiquetés, lacérés, la gorge à moitié arrachée. Tous affichent une expression d’horreur sur le visage. Putains, marins ou brigands… rien n’a été épargné… Un bruit de succion goulue sortit l’homme de ses tristes pensées face à ce charnier. Il tourne alors son regard vers la provenance de ce bruit persistant.

    Dans un coin, deux formes gisent au sol. Ce qui visiblement fut une catin et penché sur elle, un homme vêtu à la mode. Les vêtements dégoulinant de sang… Le sang de ses victimes. Une main sur la hanche de la catin, l’autre lui agrippant les cheveux avec violence. Il se gorge du sang de cette ultime victime avec délectation. Dans un dernier soupir de plaisir la pauvre femme expire.
    L’homme relève la tête la bouche encore ouverte, savourant l’extase du moment. Deux fines canines effilées contrastent avec le reste de sa bouche si bien proportionnée. Avec délice, il lèche les dernières gouttes de sang qui perlent à la commissure de ses lèvres. Puis, jetant le corps négligemment loin de lui il se relève pour faire face à son visiteur.

    « Constantin, je ne pensais pas te voir ici. Quel dommage, Père, que tu ne m’ais pas prévenu. Je t’en aurai laissé un peu… »

    D’un geste large et narquois, il montre la scène morbide dans son ensemble. Un véritable carnage.

    « Alejandro, Qu’es-tu devenu ? Tu es un véritable monstre. Un danger pour notre espèce. Tes frasques sont de moins en moins dissimulables. Tu n’as aucun respect pour le troupeau. Te nourrissant non pas par nécessité, mais pour le plaisir de la chasse et de la mort. Le Prince a lancé une chasse au sang à ton encontre. »

    Alejandro partit d’un rire démoniaque.

    « Que les laquais de ce pantin chétif ose m’approcher ! Ils ne peuvent rien contre moi. Je suis bien plus puissant qu’eux. Tu m’as offert ta force Constantin ! Je les réduirai en poussière ! »

    Constantin eut un triste sourire. D’un geste il fit tomber sa cape au sol. Vétu d’un ensemble pourpre, digne des plus grands duellistes, une rapière au fourreau et une main gauche à la ceinture il fit face à son infant.

    « C’est pourquoi je suis ici. Il est de ma responsabilité de t’arrêter. Tu es un véritable monstre. Ma puissance t’est montée au cerveau… Tu semblais si prometteur… Mais tu as fait des choix que je condamne. Je dois te tuer mon doux et ténébreux Alejandro. »


    *
    * *

    Alejandro, mon Alejandro… j’avais mis de grands espoirs dans ta création ! Mais le pouvoir ta corrompu jusqu’au plus profond de ton âme. Tu es devenue une bête assoiffée de sang, chaque tuerie devait être plus macabre que la précédente. J’ai du te tuer de mes mains afin de t’arrêter dans ta folie. Ce fut le moment le plus dur de ma vie. Jamais auparavant je n’avais du tuer l’un de mes infants. Quand la mort est provoquée par un tiers, on a au moins quelqu’un à haïr.. Quelqu’un sur qui passer sa colère et assouvir sa vengeance…

    C’est le cas aujourd’hui. J’ai deux créatures à haïr… Et chaque goutte de mon sang si ancien les déteste. Je vais détruire ces deux lupus, je détruirai leur meute, j’exterminerai leur clan si cela ne suffit pas à apaiser ma colère. Ils vont comprendre la puissance des véritables Vampires.

    Au loin la Tour Eiffel pointe. Je ne suis plus loin, encore quelques secondes et je pourrai alors réellement m’énerver. L’attente est insupportable. Des larmes de sang coulent sur mes joues. Elles s’étiolent sous l’effet de la vitesse. Gabriel, mon Gabriel… Suis-je maudi comme les Anciens infants de Malkav ? Ma malédiction est-elle de voir mes enfants chéris mourir les uns après les autres ? Cette fois ci, je n’ai même pas pu lui faire Don de mon Sang. Ais-je trop attendu cette fois ci ? Etait-il prêt et je ne l’aurai pas vu ? Si sa transformation avait été effectuée, il aurait massacré ces deux louveteaux… Alors que là, il était sans défenses… Un chaton inoffensif face à deux chiens enragés.

    Une odeur forte de sang envahi mon esprit. Oui, je ne suis plus loin. Le sang de Gabriel a une saveur particulière, unique. Il provoque chez moi une rage destructrice. Mon beau visage serein se transforme en un rictus lugubre et effrayant. Constantin arrive mes deux petits cabots… Préparez-vous à mourir.

    Au loin j’aperçois une bataille. Je reconnais aisément les formes caractéristiques des deux loups-garous. Immenses, puissants, une fourrure argentée caractéristique des Crocs d’Argents… La troisième forme m’est inconnue par contre, vaguement familière mais sans plus. Un Vampire à coup sûr, comte tenu de son aura. Une belle femme, et puissante avec ceci. Le combat semble acharné. Que fait cette Femme ici ? Pourquoi se bat-elle ? De toute manière je la tuerai aussi si elle me prive de ma vengeance. Mais les chances sont maigres. Elle n’est pas assez puissante je le sens, et ils sont deux…

    Le combat est acharné et violent. Il n’y a aucune technique ni stratégie dans ce combat effréné. Coups pour coups… sang pour sang. C’est une lutte à mort sans merci. Les garous assènent d’effroyables coups de griffes à la guerrière dans de grands hurlements primaires. Celle ci encaisse sans broncher, ne semblant pas faire cas des innombrables blessures que lui ont faites les deux bestioles. Elle leur rend coup pour coup. La bouche grande ouverte, les yeux exorbités dans une expression de colère et de folie profonde. Elle est en frénésie, c’est évident. Elle ne ressent plus rien excepté la soif de violence qu’émet la Bête en elle. Ses mains sont pourvues de griffes aussi acérées que celles des Lupins.. Une Gangrel apparemment. Cela explique qu’elle soit encore en vie… mais plus pour longtemps. Même la frénésie ne la sauvera pas… Elle la précipite plus vers la mort. Car la fuite ne lui viendrait même pas à l’esprit. Le combat touche à sa fin.

    Je bande mon esprit pour pénétrer son âme. Je fonce vers elle tel un ectoplasme, devançant mon corps. Mon âme plonge dans la sienne et la domine. Cette subite intrusion va lui être fatale. Décontenancée par cette attaque psychique, ses gestes ont perdu de leur précision. Les lupins se jettent sur elle, ravis de cette aubaine, pour en finir. Trop tard pour eux. Car je me suis emparé du corps de la belle rousse. J’ai repoussé la Bête au plus profond de son cœur et pris le contrôle de la guerrière. Je ne suis pas un débutant. Et je sens ce que je dois faire pour la sauver. Mon esprit la force à un ultime effort. Son sang bouillonne une dernière fois pour lui fournir la puissance nécessaire à un dernier miracle. En un instant son corps se disloque en une multitude de grains de poussières. Les griffes des garous ne fauchent que le vide inconsistant de la forme brumeuse de la Gangrel. Je quitte précipitamment son corps pour rejoindre le mien. Peut m’importe désormais ce qui lui adviendra, je viens de lui sauver la vie… je ne vais pas la materner. Qu’elle survive si elle en a la volonté ! Moi j’ai d’autres chats à fouetter.

    Ces sales cabots se regardent interloqués. Dans un souffle de vent furieux et puissant je m’arrête en un éclair devant eux. J’aime voir ce mouvement de peur et de recul chez mes adversaires alors que j’apparais devant eux. Ils sont incapables de capter mes mouvements, pour eux cela doit s’apparenter à de la téléportation. Ils ne sont pas au bout de leur surprise.

    Maintenant vous allez mourir mes gaillards… Je bade ma volonté pour faire jaillir le pouvoir hors de moi, un pouvoir antique, qui n’a cessé de se développer, de s’accroître depuis l’antiquité. Il déferle dans l’air, quasi tangible. Il enveloppe subtilement les deux loups-garous et les pénètre violemment. Leurs yeux s’adoucissent, leurs crocs se rentrent. Ils me regardent désormais avec amour et admiration. Je suis devenu leur Dieu… Leur seule raison de vivre. Leurs muscles se détendent et ils s’agenouillent devant moi. Calmement, froidement je m’avance vers eux. Je les caresse derrière les oreilles comme de vulgaires chiens. Une offense mortelle pour l’un de leur race. Pour eux, un honneur immense.

    Qu’est ce que cela peut m’amuser de les voir ainsi avilis ! Je veux les voir souffrir, les torturer, les humilier avant de leur accorder la grâce de la mort. Ils ont osé tuer mon Gabriel, mon enfant ! Ils n’auront jamais l’occasion de le regretter. Mais avant je vais prendre un infime plaisir à les réduire en charpie, je vais étancher ma colère dans leur sang.

    Ils ont osé tué mon enfant, celui qui promettait le plus, peut être le chef d’œuvre de ma longue vie. Mon regard se pose sur le corps désarticulé de Gabriel. Une flaque de sang s’est formée sous lui. Le ventre déchiqueté, il gît dans une dernière attitude de défi, la douleur et la bravoure inscrites sur son visage angélique. Mais… non… Imperceptible j’entends encore un faible battement de cœur. Dernières étincelles d’une vie, derniers espoirs… je peux encore le sauver… Mon sang le sauvera… Je ne reculerai plus…

    Fébrilement je m’approche de son corps étendu sur l’asphalte pour saisir doucement sa tête entre mes mains. La serrant contre mon torse je le berce doucement. Mon si bel enfant. L’heure de ta naissance arrive mon Gabriel. Je vais te faire don de mon pouvoir, je t’offre ma Malédiction, ouvre-toi au Don Ténébreux.

    Je me mords le poignet pour en faire jaillir à flot mon sang. Rouge vermeil, épais, il commence à couler le long de mon avant bras. Goutte à goutte je le fais couler au fond de la gorge de mon protégé. Réaction naturelle et incontrôlable sa gorge se contracte pour absorber ce liquide incandescent. Inconscient il ne doit pas comprendre ce qu’il se passe. Mais son corps, lui, réagit. Je regrette que tu ne sois pas réveillé. Car la création d’un Vampire est un acte sensuel, beau, que j’aurai aimé te faire vivre. Mais je n’ai pas le choix.

    Sa bouche se colle à mon poignet et aspire avidement mon fluide vital. Sensation vertigineuse que de se gorger du sang d’un Ancien. Afin que cela soit unique, je lui ai toujours offert mon sang dans une coupe de cristal, afin que le jour de sa création soit magnifique, irréel. Mon sang imprègne son corps, soignant ses blessures, régénérant la chaire meurtrie. Alors qu’il continue, toujours plus avidement à boire son cœur s’arrête de battre. Son corps se contracte doucement pour se relâcher dans un soupir de plaisir. La vie vient de te quitter mon enfant, mais je la remplace par une noirceur fascinante, une noirceur qui t’élève au-delà des limites de l’humanité. Sois en digne mon fils…

    Je sens ses canines se modifier, s’effiler, s’allonger dans ma chair à vif, la plaie devient plus profonde, lui offrant plus encore de ce nectar unique, quasiment divin. Inconsciemment je ne peux m’empêcher de pencher en arrière ma tête, rugissant de plaisir, d’extase face à la naissance de mon plus bel Infant.

    Le tableau doit être magnifique vu d’en haut. Au cœur des Champs de Mars, Paris la ville de Lumière. Un homme immortel depuis plus de deux milles ans agenouillé dans une marre de sang. Dans ses bras, un enfant avide de vie, avide de non-vie. A ses cotés, deux loups-garous ensanglantés par des combats sans merci, dans une position de soumission totale hurle à la mort pour mêler leur joie au cri de plaisir de leur nouveau Maître. Sa naissance est parfaite.

    De force, affaibli, je retire de force mon poignet le privant de sa source inconsciente de plaisir. Gabriel est toujours inconscient. Il est si beau en cet instant. Et il restera ainsi toute sa non-vie, tel qu’il est là, sous mes yeux. Inconscient de la scène mélodramatique qui vient de se passer, mon nouveau Fils dort du sommeil des puissants. Dors mon enfant… A ton réveil tu seras des nôtres. A ton réveil tu seras mon Infant. Je t’ouvrirai alors les portes du pouvoir.

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 908
    Sympa le concept d'immiscer son âme en Maryne en tout cas ça lui a sauvé la mise, pour l'instant

    Je me doutais bien qu'il ne mourrait pas mais je ne savais pas non plus que les vampires naissaient de cette façon... est-ce que c'est toujours aussi rapide ?

    Sinon, pour le style c'est parfait les extraits des histoires de ses anciens infants sont bien faits, surtout celui de Carlos

    Bravo continue
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    J'ai beaucoup aimé ce chapitre, même si les noms des infants déments laissent supposer une identité qui, euh, agresse la vraisemblance.

    Bien écrit, mis en scène, etc. En fait la grande faiblesse de ce chapitre... c'est son titre. :notme:
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  4. #4
    Seina Invités
    Originally posted by Lothringen@jeudi 08 septembre 2005 à 19:58
    J'ai beaucoup aimé ce chapitre, même si les noms des infants déments laissent supposer une identité qui, euh, agresse la vraisemblance.*

    Bien écrit, mis en scène, etc. En fait la grande faiblesse de ce chapitre... c'est son titre.* :notme:
    [snapback]229809[/snapback]

    c'est mieux le titre là ? ( tu as raison j'aimais po le titre, j'ai changé le scénario en route )


    pourquoi le nom des infants ?

  5. #5
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Mieux le titre.

    pourquoi le nom des infants ?
    Et bien, il y en a un qui s'appelle Charles sous Charles II Stuart, et l'autre qui s'appelle Carlos sous les rois catholiques... :notme2:
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  6. #6
    Seina Invités
    Damnation je ne m'en était pas rendu compte !

    si je change en : Andrew et Alejandro c'est mieux ?

  7. #7
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    Mais c'est un véritable appel au flood cette question. Evidemment que ça résout le problème.
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  8. #8
    Seina Invités
    ce qui est drôle c'est que personne n'a poussé de hauts cris à un sous entenduque j'ai fait planer sur Constantin.. Enfin, pas un sous entendu mais plutôt un indice sur sa vrai identité.

  9. #9
    Date d'inscription
    février 2004
    Localisation
    Sur la route, encore
    Messages 
    7 391
    L'indice est gros comme une montagne. Mais si tu veux j'exauce tes désirs...


    AAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHH!!
    Administratrice en charge de la Forge et des sections BG.
    Code Couleur : #7AC5CD I Arrivée à Manost et Biographie RP
    Rp en cours : Les Caprices de Fortune (MJ / Joueur)

  10. #10
    Seina Invités
    Ce que j'adore avec le simili drow c'est qu'il n'en faut pas beaucoup pour le faire flooder :happy: et moi, qu'il m'en faut encore moins :notme2:

    Et bien justement cet indice, je viens de m'apercevoir qu'il fait quasi bugguer mon histoire... Va falloir que je trouve quelque chose de béton pour justifier ça... Car dans un chapitre précédent, le quatrième si je ne m'abuse, je parle d'un temps plus ancien... Donc celà signifie que Constantin était déjà vampire à l'époque de ************ ... Donc c'est po logique ... parfois je suis un boulet

  11. #11
    Date d'inscription
    août 2003
    Messages 
    536
    C'est un pendu ???

    C*O*N*S
    Ok j'arrête là. Euhm... Dur en effet.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251