Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Chapitre 4

  1. #1
    Seina Invités
    ............................. ACTE 4 : Combat Sanglant et Désespoir </span>

    Tant de lumières, tant de couleurs, chaque soir je reste ébloui par tant de beauté, de grâce. Je comprends le surnom de cette cité : « La ville Lumière ». Parfois je me dis que je vais aller voir de par la monde s’il existe des lieux aussi lumineux. Mais je ne peux me résoudre à priver mes yeux de ce panorama époustouflant. Cela me rappelle les Campagnes Militaires Romaines, alors que les troupes installaient le campement le soir avant la bataille du lendemain et que sur les collines s’allumaient les mille feux de camp de l’armée. Un spectacle si fascinant qu’il m’avait poussé à suivre Jules César et ses légions au delà des Alpes. Ici, alors que la lune couve l’humanité d’un regard bienveillant, telle une ruche les bâtiments se parent d’une multitude de lumières aussi improbables que fascinantes : rouges, bleus, blanches… La première fois que ce spectacle me fut donné d’être vu, je me suis senti perdu. Les hommes avaient réussi à produire des flammes éternelles de couleurs, par quel miracle ! Même nous, les Immortels n’avions pas réussi un tel prodige… Ce miracle portait deux noms : « électricité et verre ». C’est un philosophe contemporain portant le titre de physicien qui me l’avait appris. Il m’avait expliqué le fonctionnement de cette puissance considérable que l’on nommait « électricité » la manière de la créer et de l’utiliser… Impressionnant. Il m’avait ensuite expliqué qu’en mettant cette « électricité » dans du verre coloré on obtenait une lumière de la couleur que l’on souhaité. Fascinant l’ingéniosité dont font preuve les hommes. Je ne les aime que d’autant plus…


    Mon point de repère dans cette multitude de couleurs est cet édifice inutile mais si excentrique qu’ils nomment « Tour Effel ». Cet édifice fait entièrement de métal est une quintessence de luminosité. Ses lumières éclairent le firmament exprimant tout l’orgueil et la futilité de l’homme.


    J’ai déjà passé des nuits entières, perdu dans mes pensées, fasciné par les Lumières de la Cité. C’est un spectacle qui ne me lasse guère. Pourtant ce soir, je me sens énervé, ces sautes d’humeurs me perturbent dans ma contemplation. Très vite je me rend compte que ces sentiments fougueux et violents ne viennent pas de moi, mais de mon protégé : Gabriel.


    Je tends mon esprit vers le sien. Insidieusement, sans qu’il s’en aperçoive je fouille son esprit pour trouver la cause de sa colère. Ainsi donc mon protégé m’en veut, il m’en veut de mon manque d’attention envers lui. N’a-t-il toujours pas compris qu’en permanence je suis avec lui ? Quand cessera-t-il de ne percevoir que les apparences pour se concentrer sur la réalité ? Je n’ai pas besoin de le voir, pour être avec lui, il le sait, pourtant il aime passer du temps avec moi, parler avec sa voix plutôt que par la pensée. Typiquement humain ça… Avec le temps il deviendra plus sage, alors je ferai de lui mon enfant… Je ne désire pas qu’il lui arrive le destin de mes derniers Infants. La Mort ultime… Il y a tant de dangers pour nous, mais il n’en a pas encore conscience… Avant de lui offrir le Don Ténébreux, je veux qu’il soit prêt. Prêt à supporter la puissance, prêt à supporter l’éternité, prêt à survivre. Il ne sait pas ce que c’est que de voir mourir ses proches, siècles après siècles, il ne sait pas ce qu’est tuer pour se nourrir, il ne s’est pas ce qu’est de se faire chasser comme une abomination. Je dois lui enseigner bien des choses avant qu’il ne soit prêt. Mais pour l’instant, il n’est pas encore assez sage pour comprendre mes enseignements. Mais bientôt…


    Je ne vais pas apaiser son cœur de ma volonté implacable. Il faut qu’il apprenne à gérer ses émotions car je ne serai pas toujours là pour veiller à ce qu’il ne fasse rien de stupide… Et puis, cela pourrait être amusant de voir ce qu’il va faire à présent. Laissons le se débattre avec sa colère et son sentiment d’injustice.


    IL parcourt les rues animées de Paris tel un esprit follet, sans but, sans envies… Il ne fait pas attention au monde qui l’entoure. Il a tord, il apprendra que l’attention est la clé de la survie. Le moindre détail peut s’avérer crucial. Au fil du temps, on apprend à dissocier son esprit, une infime partie de notre âme enregistrant toute seule les détails de ce que l’on voie sans pour autant interrompre nos méditations muettes.


    Lui qui rêve tant de rencontrer la grande Famille, il ne s’est pas aperçu qu’il a croisé déjà deux de mes congénères. Des Jeunes… Sans aucuns doutes, mais affiliés à la Famille, je l’ai senti. Pour l’instant ils resteront donc en vie… Tant que ce ne sont pas des renégats…


    Gabriel parcourt la Ville sans relâche, il passe par les Champs de Mars sans un regard pour la Tour Effel. Il la trouve sans intérêt. Un jour je devrai lui enseigner à reconnaître les véritables chefs d’œuvre de l’humanité. Un défaut de mon protégé est qu’il n’a réellement aucun goût artistique ! Ce défaut à l’air de se propager plus vite que la peste chez la nouvelle génération du Troupeau. Quelle honte !


    Je rétracte les fils invisibles de mes perceptions pour me fondre totalement dans l’esprit de mon protégé, voir ce qu’il voit, entendre ce qu’il entend uniquement, je deviens lui. C’est assez reposant parfois de ne plus être conscient du monde qui vous entoure. Alors que mon corps est debout face à la baie vitrée, mon esprit voyage avec celui de Gabriel.


    Son attention se focalise sur deux hommes à la stature imposante. Je devine déjà les pensées de Gabriel avant qu’elles n’apparaissent. Voilà deux hommes à la hauteur de sa force. Il a trouvé un adversaire potable pour se défouler. Gabriel n’est pas un être sadique se complaisant dans la souffrance et la torture, il préfère le challenge, le combat loyal à l’issue incertaine. Si sa force est prodigieuse, ces deux hommes ont une corpulence plutôt développée et à deux contre un, ils ont une chance… Enfin. Aucune… mais le combat durera un peu… Il s’arrête pour les jauger un peu plus.


    Ils sont sales et dépenaillés. La boue macule leurs chaussures et leurs pieds nus. Leurs pantalons sont déchirés et couverts de saletés. Ne parlons même pas de leurs longs manteaux chiffonnés qui ressemblent plus à des lambeaux de tissus qu’à un vêtement digne de ce nom. Ils sifflent des bières tels des soulards patentés. Brisant les bouteilles lorsqu’elles sont finies. Des loubars… Des déchets de la société. Je sens la colère sourdre en lui. Il hait ce genre de personnes, qui méprisent l’humanité et se complaisent dans la déchéance. Ils cassent pour le plaisir, ils ne respectent rien… Ils polluent l’humanité. Sa colère se mue en une envie irrépressible de briser ces deux vermisseaux.


    Il s’avance calmement vers eux, le regard fixe, le visage fermé. Un prédateur. Il s’arrête juste derrière eux et leur adresse quelques mots. Non… ce n’est pas le style de mon enfant d’attaquer sans sommation.


    « Ca vous amuse de polluer comme ça… Vous feriez mieux de dégager avant que l’air nauséabond que vous exaltez ne m’indispose plus… »


    Comme piqués par une abeille, les deux hommes se retournèrent de concerts. Ils avaient un regard de bête sauvage, le visage dissimulé par une épaisse barbe mal entretenue. Je peux sentir par Gabriel leur haleine empestant l’alcool et la viande pourrie. D’une voix gutturale un des mécréants s’adresse avec irrespect à mon protégé. Je souris à l’idée que celui ci va s’empresser de lui rappeler la notion de peur et de respect.


    « Casse toi Vermisseau où je te brise en deux comme une brindille… »


    Je sens les traits de Gabriel se plisser. J’imagine le sourire narquois qui a du naître sur son visage. Quel délice. L’adrénaline commence à monter en lui, il sent le combat approcher et il l’attend avec impatience. Mais il ne donnera pas le premier coup… ce ne serait pas loyal. Lui appelle ça « la beauté du sport ».


    « Ouah, c’est fou ce que tu m’impressionnes ! J’en frémis de peur… A moins que ce ne soit de dégoût… Faut dire qu’avec une haleine pareille tu dois en faire fuir pas mal… Tu ne connais pas le mot « dentifrice » ? »


    Le loubar se mit à rugir, son cri me rappelle vaguement celui d’un tigre furieux… En moins bestial peut être… Ca y est je le sens… Gabriel s’apprête à agir, ses muscles se tendent. Son esprit se focalise sur ses deux proies. Il va faire exploser toute la rage que contient son âme.


    Son adversaire fit jaillir son bras avec une rapidité étonnante pour un humain. Mon protégé est presque surpris. Mais mes enseignements ont visiblement porté leurs fruits. D’un mouvement gracieux et précis il esquive de très peu la main énorme et poilue de son adversaire. Esquiver sans mouvement inutile, pas de mouvement futile, juste éviter de se faire toucher… Voilà la clé… Et il a bien appris sa leçon. Je sens au travers de ses sens que le bras de son adversaire lui a frôlé le visage. Néanmoins je perçois une petite inquiétude dans son esprit. Il est surpris par la vitesse de son adversaire. Il se reprend immédiatement et profitant du mouvement effectué pour esquiver le coup de son adversaire, il pénètre sa garde et lui assène un violent coup de coude dans le plexus. Il ne se contente pas de ce seul coup, profitant de son élan il se retourne pour faire face à son adversaire et lui jette son poing dans la figure, juste au dessous de l’arcade pour la faire exploser dans une gerbe de sang jouissive.


    Mais son coup n’atteint jamais le visage de l’homme. Son bras fut saisi au passage par le deuxième homme. Une once d’inquiétude me traverse l’esprit. Sensation désagréable encore aujourd’hui…Gabriel a mal jaugé ses adversaires. J’ai une longue expérience des affrontements… Il faut dire qu’en quatre millénaires, j’ai du me battre plutôt souvent. Trop à mon goût. Enfin… Ses deux hommes ne sont pas de simples bagarreurs, musclés et sans cervelles. Ils ont montré plus de vivacité qu’ils n’en laissaient supposer. Mon enfant va avoir du mal… Sa simple force ne suffira pas.


    Après avoir saisi mon garçon, l’homme l’envoya valdinguer dans des poubelles d’un mouvement sans effort. Etonnant. Je ne peux m’empêcher de grimacer en sentant l’odeur nauséabonde des détritus qui recouvrent désormais mon garçon. Celui ci d’ailleurs apprécie autant que moi. A présent il est dans une colère froide et incontrôlable. Les deux hommes vont mourir pour leur affront.


    Alors que les loubars explosent d’un rire bestial à la vue de leur adversaire recouvert de saletés en tout genre, mon protégé se concentre, je le sens. Les rires gras de ses adversaires lui coulent dessus sans l’atteindre. Il est en lui là, il cherche mon sang, il le trouve et le fait bouillonner en lui. Ce sang enflammé irrigue ses muscles, il puise une puissance surhumaine de mon sang. Il veut tuer. Sa haine et son envie de meurtre envahissent mon esprit telle une déferlante. Il a perdu le contrôle… C’est mauvais. Ne jamais perdre le contrôle.



    D’une poussée formidable sur la chaussée il se propulse d’un seul bond sur son adversaire. Celui ci n’a pas eu fini de rire qu’il recevait un coup de pied sur la nuque, asséné de toutes les forces de mon enfant, de toute sa rage. Je soupire… Mon protégé vient encore de tuer un homme, il va falloir que je nettoie encore derrière lui. Sa rage l’aveugle et lui fait perdre toute prudence. Un détail me chiffonne. Je n’ai pas eu la sensation caractéristique des os qui se brisent sous le coup de mon enfant. Au travers de lui, je n’ai pas perçu les os broyés du cou, je n’ai pas senti l’aspect fragile du cou d’un humain. Je me recentre sur mon protégé inquiet…


    Le loubar qui a reçu le cou se trouve bien affalé sur le sol, quelques mètres plus loin, inerte… Normal… et l’autre regarde d’un air peiné son compagnon… Il devrait plutôt se préoccuper de son sort. Finalement je me suis inquiété pour rien. Mon enfant va rapidement expédier l’autre et j’enverrai ensuite mes esclaves nettoyer la zone.


    Gabriel a perçu quelque chose, je laisse son esprit guider le mien à son insu. Le pauvre diable à qui il a brisé la nuque bouge encore. Son compagnon explose d’un rire sadique. D’une voix rauque et bestiale il s’adresse à mon enfant.


    <span style=\'color:green\'>« Tu va souffrir mon ptit gars, t’es gaillard, mais tu fais pas le poids… A présent on va prendre plaisir à te faire souffrir. »



    Je sens Gabriel s’amuser des paroles de son adversaire. Il le prend pour un fou qui frime à l’heure de sa mort… je ne suis pas loin d’être de son avis. Mais… J’ai un doute, un frisson gênant au creux du cou… Comme si un grain de sable bloquait le mécanisme d’une horloge. Impossible à trouver mais présent.


    Le mort se redresse. Grognant de colère, il pousse un long hurlement sombre qui fit frémir mon enfant. Il déchire son manteau. Gabriel, malgré lui, est impressionné tant par la musculature très développée de l’homme que par le nombre de cicatrices qui strient son torse. Son compagnon se met à rire sournoisement, et hurle à la mort, imitant son compagnon. Cela ne présage rien de bon. Je suis pris d’un effroyable doute. Ais je manquer d’attention ? Je dois m’en assurer, je quitte précipitamment l’esprit de Gabriel. Je deviens un esprit éthéré contemplant dans son ensemble la scène et je scrute au delà des apparences. Les choses s’enveloppent d’une aura imperceptible, révélatrice de la réalité. Je suis estomaqué et la peur commence à envahir mon esprit. Des Lupus ! Mon jeune fou de protégé se bat avec des Lupus ! Sacré nom de Zeus ! Il va se faire déchiqueter bêtement par ces terribles adversaires ! »


    D’une poussée gigantesque j’envahis l’esprit de mon protégé.


    « Fui ! Je te l’ordonne ! Enfuie toi de suite ! »


    Mais ce bougre de fou me repousse. Il me combat, moi, son maître ! Il arrive à m’expulser de ses pensées par la force de la rage et de la colère qui lui emplissent le cœur. Il veut les tuer. Le fou ! Il ne sait pas la puissance des Loups Garous !


    Les deux hommes hurlent à la lune. On entend les craquements de leurs os qui se déforment, on voit rouler sous leur peau leurs muscles qui se replacent. Bientôt leur peau se recouvre d’une fourrure luxuriante et soyeuse. Mon esprit s’emplit d’effroi et je n’arrive plus à capter l’esprit de mon enfant. Des larmes de rage et de sang maculent mon visage. Pas mon Gabriel ! Non pas lui ! Pas encore !


    Mon esprit fou de douleur virevolte autour de la scène, désemparé, impuissant. A présent les Deux Lupus ont achevé leur transformation. Ils mesurent bien plus de deux mètres, ils regardent mon enfant, mon pauvre et condamné Gabriel d’un regard acéré et pervers. Ils vont me le déchiqueter. Et lui les regarde d’un regard froid, calculateur. Il a sortit ses deux lames et a pris une position d’attaque. Il veut les affronter, il n’a pas conscience de leur puissance. Ou plutôt il le sait et cela l’émoustille. Il aime tant frôler la mort.. Mais là, là il va la trouver. Non Gabriel ne te jette pas sur eux !!! Non !


    Je hais ces deux Lupus ! Je les déchiquetterai ! Je les broierai de ma volonté implacable. Gabriel à présent se bat courageusement. Il est au sommet de son art, esquivant, feintant frappant ! Mon Gabriel ! Je n’ai jamais été aussi fier que toi qu’en ce moment ! Que durant ce combat inégal ! Tu te bats comme un Caïnite avec fougue, tu te laisses plonger dans tes plus ténébreuses pulsions pour en tirer la quintessence de ton pouvoir. Mais tu n’es pas de taille. Et tu vas perdre… Déjà tu te fatigues… Bientôt tu vas succomber…


    Je le contemples se battre désespérément, il multiplie les coups et le sang macule désormais la fourrure des Lupus, mais pour chaque coup donné il en reçoit deux. Et il n’est pas aussi endurant que ses adversaires. Il endure toutefois la souffrance avec fierté, ne laissant pas ses blessures affaiblir ses coups. Il ne tente pas de fuir. Ici et Maintenant c’est vaincre ou mourir. L’un des Lupus le prend à revers et … Nooooooooooooooon ! Le lien est rompu. Mon enfant, mon si brave protégé vient de rendre l’âme.


    Mon hurlement de rage doit résonner jusqu’au bout de la ville. Sous mon cri la baie vitrée explose dans des milliers de morceaux. Je saute du haut de mon Loft dans la rue. Peu m’importe la Mascarade de mes Frères. Je vais venger mon Fils. Je vais détruire ces deux Lupus.

  2. #2
    Avatar de Mornagest
    Mornagest est déconnecté Chantre du mauvais goût
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Juste derrière vous, prêt à hurler BOUH !
    Messages 
    16 920
    Hum... il a mal jaugé son approche... Je me demande si Gabriel aurait pu remarquer qu'il s'agissait de loups-garous, si Constantin lui avait laissé consulter ses ouvrages en la matière...

    Sinon, j'ai l'impression qu'à travers le regard de Constantin, c'est le tien qui transpire sur ton texte... critique envers l'humanité, mais admirateur de certaines de ses prouesses.

    C'est très bon, je ne comprends pas pourquoi personne ne poste :snif: :sad:
    Administrateur général, également en charge des sections The Witcher, Torment, Icewind Dale et Morrowind. Je modère dans cette couleur.

    Rejoignez Melandis, la Cité du Chaos
    La biographie de Mornagest ainsi que ses quêtes et sa couleur RP #6C84FF ; la biographie de Henk et sa couleur RP #3BBB34

    "Ne vous imaginez pas être différente de ce qu'il eût pu sembler à autrui que vous fussiez ou eussiez pu être en restant identique à ce que vous fûtes sans jamais paraître autre que vous n'étiez avant d'être devenue ce que vous êtes."
    (Lewis Caroll)

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages 
    1 298
    Ca sent le tour de passe passe vampirique à plein nez . Si Gabriel se réveille avec deux bras en trop et la gueule de bois , qu'il ne s'étonne pas .

    Le tout reste très bien écrit et l'utilisation des différents Je dévoile peu à peu tout ses avantages .
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  4. #4
    Seina Invités
    @ Mornagest : mon regard transparait par certains aspects dans tous les personnages... A vous de trouver ce qui est fiction et ce qui est réalité


    @ Link : grillé :notme:

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250