A Velen, en sortant du premier village rencontré (Valmûrier) et en vous dirigeant vers la gauche, vous croisez au bord de la route, à mi-chemin, un prêtre du Feu Éternel, culte que ceux qui ont déjà joué au premier jeu connaissent (hélas!) assez bien. Le prêtre vous confie une mission de prime abord assez simple : beaucoup de corps ont été laissés sans sépulture sur le champ de bataille, et les groupes de charognards empêchent le prêtre de leur rendre les derniers sacrements. Il vous charge donc d'aller enduire d'huile sainte puis brûler lesdits corps pour lui. Les trois emplacements sont indiqués sur votre carte.

Si vous les accomplissez dans l'ordre de la quête, les deux premiers endroits ne posent guère de problèmes : quelques goules, un putréfacteur (ce qui vous débloque l'entrée de bestiaire correspondante) et des chiens. Ensuite, approchez-vous des corps pour y utiliser l'huile, avant de lancer un bon coup d'Igni.

Mais au dernier emplacement, une surprise vous attend : il y a quelqu'un qui semble bien vivant ! Intervenez pour éliminer les goules et le sauver, et il vous racontera une bien intéressante histoire. Le prêtre l'a engagé pour faire du trafic, notamment du fisstech, la drogue locale, jusqu'à ce qu'il lui envoie des hommes de main pour l'éliminer. Il en a très certainement été de même pour les autres sites, et le prêtre aura trouvé très bon de recruter un sorceleur pour se charger opportunément de la disparition des cadavres, le tout sous couvert d'une pieuse action ... Il ne vous reste qu'à retourner confronter le prêtre, qui vous attend près de l'embarcadère pour Novigrad.

Lorsque vous le mettez face à ses mensonges, il vous propose d'acheter votre silence. Acceptez et il vous remettra une modique somme. Refusez, et il vous attaque avec ses deux gardes. Vous trouverez sur le corps du prêtre 200 orins, ce qui fait nettement plus que ce que le prêtre vous donne si vous acceptez la corruption ... et puis, en plus, vous avez la conscience tranquille.