Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Relance de l'Atelier d'Ecriture : Neuvième thème

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Relance de l'Atelier d'Ecriture : Neuvième thème

    Bonsoir à toutes et tous !

    Après une longue absence, l'Atelier d'écriture rouvre aujourd'hui ses portes. Comme auparavant, chacun est invité à participer avec la contribution qu'il souhaite : quelques lignes, des tas de paragraphes... laissez vos doigts courir sur le clavier, c'est le moment !
    D'ailleurs, j'oserai même dire que c'est le moment de se laisser porter parce que... dans un mois s'ouvrira le Nanowrimo !
    Le Nanowrimo, c'est le National Novel Writing Month. Galathée en avait déjà un peu parlé ici. Il s'agit d'un "concours" destiné à vous faire écrire un roman de 30 000 mots en un mois, du premier au 30 novembre !
    A cette occasion, je vous proposerai de participer à un mininanowrimo, avec des exigences moins grandes évidemment, on est pas des bêtes . Ca donnera peut être l'occasion à ceux qui écrivent un peu, mais aussi à ceux qui écrivent beaucoup, de proposer de nouvelles aventures .

    Pour l'heure, il est est temps de reprendre l'aventure (ou bien de la démarrer pour certains, qui sait ? ) là où nous l'avions laissée avec un neuvième thème :

    Ding Dong !


    Voici quelques phrases qui peuvent vous aider à démarrer et à attiser votre inspiration :
    • « Va ouvrir ! »
    • Je n’attendais personne
    • Pourquoi si tôt ?
    • « Qui est-ce ? »


    Et maintenant, je vous laisse ouvrir le bal !
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Smidge Invités
    « Encore un petit peu… Juste un petit peu… »


    Il n’allait pas être possible de rester cloîtré ici bien plus longtemps… Les cris sauvages quelques pièce à côté s’amplifiaient de minutes en minutes, compromettant son isolement savamment orchestré. Si quelqu’un pénétrait dans la pièce à cet instant…


    Non, il préféra ne pas y penser.


    À contrecoeur, Damien pressa son index sur l’écran tactile de l’appareil qu’il tenait fermement entre les mains, qui afficha un « off » sardonique en guise de réponse.


    Soupir… L’Adagio pour cordes de Samuel Barber allait être son seul rayon de soleil de la journée… Il ôta consciencieusement ses écouteurs, replia le long fil entortillé, et dissimula son trésor dans la large poche ventrale de sa veste. Ou plutôt de son déguisement…


    Le pas lourd, la mine basse, il se traîna hors de sa cachette, tentant au mieux de masquer sa déprime grandissante.


    L’instant d’après, la porte s’ouvrait avec fracas.


    – Wesh, gros !, lui lança une voix colorée, accompagnée de multiples mouvements de poignet acrobatiques. T’étais où, mec ? Y’a Sam’ qui fait un strip dans l’salon ! Elle est trop bonne c’te meuf !


    Anthony, dit « Tony-le-ouf ». Il ignorait son nom de famille en revanche. Comme celui de tous ceux présents ici. Grand, mince, basané. Athlétique, même. Arborant en permanence un maillot aux couleurs criardes d’une obscure équipe de basket-ball américaine.


    – Comment j’te jure, elle a trop la dalle la meuf…, poursuivit–il. Elle veut trop faire genre j’ai les cinq zéros, quoi !


    Anthony était le plus pur cliché de banlieue qu’on pouvait imaginer. Il forçait certainement le trait, d’ailleurs. Au nom des « cinq zéros du Ding Dong »… Damien lui répondit d’un demi sourire forcé, ne sachant de quelle façon réagir à son commentaire. Ni plus simplement s’il était tenu de le faire ou pas…


    Sans véritablement lui demander son avis, Anthony le tira par le bras, l’entraînant quelques pièces plus loin, dont on percevait dans les murs et même sur le sol les vibrations des basses surpuissantes d’une musique électronique.


    Samantha était effectivement là, au beau milieu d’un salon immense au design « new age pour ploucs », entourée d’une petite dizaine de caricatures du jeune cool et branché, affalés sur des canapés bariolés. Au fond de la pièce, sur un écran de télévision gigantesque, défilaient des chiffres et des pourcentages, qui explosaient périodiquement en quelques cœurs et étoiles filantes.


    Mattéo, Liza, Kloé, Gregory, Kévin, Jody, et une autre fille dont il ne parvenait jamais à se remémorer le prénom… Et il y avait Ophélie. Tous, vautrés, une canette de soda à la main, à hurler leur plus profonde sauvagerie à chaque vêtement que retirait la jeune fille…


    Il ne savait pas ce qui l’écoeurait le plus. Ce… spectacle avilissant en lui-même, ou cette fascination quasi hypnotique dans le regard de ses congénères, à suivre l’effeuillage en règle de leur colocataire. Et même Ophélie… qui semblait ravie de participer à cette « ambiance » qui lui faisait tant défaut…


    Les hurlements se changèrent tout à coup en huées. Samantha s’était soudainement immobilisée, le visage pétrifié, retenant tant bien que mal contre sa poitrine son soutien-gorge bleu dégrafé d’un bras tremblant.


    – Allez ! Fais pas ta tepu !, ordonna le chef de la meute, Mattéo. Sa-man-tha ! Sa-man-tha !


    Tous scandèrent avec lui, en suivant les percussions de la boite à rythmes qui pulsait toujours ses décibels. Mais Samantha se mit tout à coup à pleurer, ramassa autant d’affaires qu’elle put à sa portée, et s’enfuit en direction des chambres.


    – Mais quelle salope !, s’insurgea Mattéo, en coupant aussitôt le son d’un geste agacé de télécommande.


    Damien était resté à sa place, debout, dans un coin de la pièce. Transparent. Le plus transparent possible, en fait.


    – De toute façon, t’as vu les cuisses qu’elle avait ?, couina Jody, en dépliant ostensiblement ses jambes filiformes aux trois quarts nue. Il serait peut-être temps de penser à arrêter le Nutella !
    – T’es jalouse parce que t’as pas de seins !, ricana Kloé dans le suraigu.


    Mattéo se leva tout à coup, rétablissant un silence presque craintif dans la pièce.


    – Pourquoi, une de vous deux veut la remplacer ?, suggéra-t-il en jouant avec la télécommande.
    – T’es trop fort, Matt, renchérit Gregory.
    – À poil les gonz’ !, clama Kévin.


    Curieusement, l’enthousiasme que semblait partager la gente féminine à déshabiller Samantha s’était évaporé en un instant.



    « DING DONG ! »



    Le cœur de Damien se serra tout à coup, à la limite de la panique. Il croisa un instant le regard d’Ophélie, mal à l’aise, puis tourna avec tous les autres les yeux en direction de l’écran géant.


    Le moment du verdict… Pourquoi si tôt… ? Un étrange sentiment de soulagement, mais aussi d’appréhension, le tiraillait de toute part. Il transgressait déjà les règles… et celles-ci étaient plus clémentes à l’égard des perdants qu’à celui des tricheurs… Ce qui était peu dire…


    Une voix caverneuse s’éleva alors dans la pièce.


    « Je vous salue, vous tous… Quelqu’un a sonné, et l’un d’entre vous doit l’accueillir. »


    – Wesh, Dam’, va ouvrir, gros !, lui lança Anthony, qui semblait, suite à un fâcheux malentendu, se souvenir de sa présence.


    Damien n’avait aucune envie de se déplacer jusque là, mais il savait au fond de lui-même qu’il ne pourrait résister très longtemps s’il se retrouvait seul contre tous.


    – Ch’uis sûr que c’est pour Sam…, pouffa Gregory. C’est qui qui l’a balancée, bande de bâtards ?
    – Vas-y !, rétorqua aussitôt Kévin, se défendant préventivement d’un regard accusateur. T’es un bouffon ou quoi ? C’est une meuf qui l’a balancée.
    – Ouais, c’est ça ! T’as trop l’seum parce qu’elle t’a plaqué !, intervint Liza, le piquant au vif.



    « DING DONG ! »



    De nouveau.


    Damien n’était plus vraiment là. Il ne l’avait jamais vraiment été, en réalité. Seule Ophélie comptait. Etait-il en colère ? Oui, sans doute un peu. Mais il l’aimait vraisemblablement plus que ça…


    – J’y vais , trancha finalement Mattéo.


    Il se déhancha artificiellement, laissant apparaître la marque de son caleçon par-dessus son jogging tombant, et disparut dans le « couloir de la mort ».


    – C’est clair que c’est pour Sam…, reprit plus sobrement Jody, une fois Mattéo parti.
    – Elle avait qu’à pas faire sa salope, répondit Kévin d’un ton catégorique.


    Damien sourit presque involontairement à cette dernière remarque. « Faire sa salope », acclamation enflammée quelques minutes plus tôt, pire des insultes l’instant d’après…


    Il avait échappé la fois précédente à l’humiliation publique par il ne savait quel miracle. Et cette fois-ci, c’était cette pauvre Samantha qui allait s’attirer les foudres de pervers frustrés à sa place. On pouvait sans doute appeler ça de la chance…


    La porte du fond s’ouvrit de nouveau, laissant apparaître Mattéo, toujours sûr de lui, accompagné d’un homme aux lunettes noires dont le costume plagiait honteusement celui des « Men in Black ».


    Tout le monde se tut.


    – Mesdemoiselles, Messieurs, commença-t-il d’un ton monocorde. Les cinq zéros sont toujours en place.


    « Ahhh » d’approbation. C’était la réponse rituelle à cette annonce tout aussi rituelle elle aussi.


    – Mais je ne viens pas que pour ça…, poursuivit l’homme en noir. Le DING DONG a sonné pour l’un d’entre vous…


    Samantha n’était toujours pas revenue, malgré les deux injonctions de la sonnerie. Etait-elle toujours dans sa chambre ? À pleurer de honte toutes les larmes de son corps ? C’était une fille superficielle, suffisante, désagréable, et dont le seul centre d’intérêt semblait être le maquillage et la chirurgie esthétique. Mais en cet instant présent, il éprouvait tout de même pour elle une certaine compassion.


    L’homme saisit la télécommande sur la table basse, et aussitôt, la lumière ambiante se tamisa dans le spectre rouge, baignant la pièce d’une lueur anxiogène. La chaîne Hi-Fi s’enclencha à son tour, émettant une discrète mais pesante musique digne des plus grands films d’horreur.


    Plus personne ne parlait, hypnotisé par les évènements.


    L’écran grésilla un instant, et s’alluma enfin, dévoilant le nom tant attendu.



    « Damien »



    Stupeur.


    − Damien, tu as enfreins les règles, expliqua l’homme en noir.


    Comment était-ce possible… ? Il était pourtant certain d’avoir été hors du champ de toutes les caméras.


    − Tu as amené un baladeur avec toi, et tu as écouté de la musique !


    Les huées reprirent de plus belle, reléguant celles à l’encontre de Samantha à de bienveillants encouragements. « Bouffon », « Bolosse » et autres « Blédard » parvirent à ses oreilles, mais Damien ne pensait pas réellement à ça.


    Oui, il avait enfreint les règles. N’importe quel humain normalement constitué aurait enfreint ces règles tôt ou tard. Un puissant soulagement s’empara soudainement de lui, qu’il laissa courir tout le long de son corps. Seule Ophélie n’avait pas encore réagi. Elle le dévisageait, simplement. Et c’est son regard qui lui fit verser une première larme.


    − Damien, reprit l’homme en noir une fois le temps des insultes révolu. Vous devez me suivre. Je dois vous conduire dans le couloir de la mort, pour un aller simple…


    Damien inspira profondément, se remémorant une dernière fois cette odeur de faux cuir trop neuf en guise de nostalgie malsaine.


    − Je sais, conclut-il d’une voix neutre.


    À la seconde suivante, les mêmes qui avaient craché sur son nom se placèrent sur son chemin en une haie d’honneur improvisée, lui déclamant toute leur amitié et leur soutien dans cette épreuve difficile…


    Il n’avait qu’une seule envie, les frapper de toutes ses forces, de préférence avec le premier dictionnaire à sa portée.


    Le cœur lourd, il traversa le salon, se retourna, et croisa une dernière fois le visage d’Ophélie.


    « C’est fini. »


    Elle n’avait pas vraiment parlé, mais il était sûr d’avoir lu sur ses lèvres. Il était trop tard pour faire demi tour, de toute façon…


    Une larme roula sur sa joue.


    Damien suivit l’homme et en noir, et s’engagea dans le couloir de la mort.


    Quelques secondes plus tard, il franchissait la porte métallique qui le séparait de l’autre monde… pour toujours.



    ***



    « Et voilà, Mesdames et Messieurs, c’est Damien qui est éliminé cette semaine !!


    Qui empochera finalement les « cinq zéros » ?
    La cagnotte se monte actuellement à…. 400 000 euros !!


    Pour soutenir Samantha, envoyez « SAM » au 10 30 30 !
    (0.99 € en plus du SMS facturé par votre opérateur)


    Et restez avec nous ! DING DONG continue, juste après la pub ! »


Discussions similaires

  1. [Lieu-dit] Le neuvième pont sur la Houleuse
    Par Tar Ael Velluthra dans le forum Le port de Melandis
    Réponses: 13
    Dernier message: 03/02/2014, 12h31
  2. L'Atelier d'Ecriture
    Par Ailyn dans le forum Actualités et News
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/01/2011, 11h20
  3. Présentation de l'Atelier d'Ecriture
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 2
    Dernier message: 20/12/2010, 09h17
  4. [BG1][TECH] Le jeu ne se relance pas après réinstallation réussie
    Par Koenigsburp dans le forum La Taverne de Château-Suif (Baldur's Gate 1)
    Réponses: 3
    Dernier message: 20/11/2009, 17h06

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256