Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Huitième thème

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Huitième thème

    Hello !!!

    Et bien, nous n'avons pas fait de rentrée sur l'atelier d'écriture, et il est grand temps !
    Cependant, nous avons eu la chance de voir de nouvelles personnes s'intéresser et poster sur l'atelier d'écriture... Surtout, n'hésitez pas !

    Pour ce début d'année, qui a vu la rentrée des classes, et le début peut être de nouvelles choses pour certains d'entre nous qui ont également "fait leur rentrée". Il est donc temps de repartir dans le passé, donc dans le :

    Souvenir


    Nos petites phrases habituelles que vous avez la liberté d'employer ou non évidemment :
    • J'ai toujours été passionné(e)
    • Comment il s'appelait déjà ?
    • La route est longue
    • Cela fait si longtemps !
    • Retour sur les lieux du crime


    Comme les fois précédentes, les commentaires sont les bienvenus !


    A vos plumes, couronniens et couronniennes !
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2006
    Messages 
    2 429
    La victoire. le pays célébrait la victoire. Cela faisait deux ans que la guerre était finie. Une guerre qui avait duré plus de trois ans. Une guerre dont le président pouvait être fier pour avoir choisi de s'y lancer. Les élections présidentielles approchaient et il pouvait en profiter pour sauter sur l'occasion avec son discours "Vous voyez? Je suis venu, j'ai vaincu, j'ai pris la bonne décision, votez pour moi". A la télévision, on valorisait cette victoire que les gens commençaient pourtant à oublier.
    -Chérie, ferme la télévision.
    L'homme qui avait prononcé ses phrases ne supportait plus de voir ces images. Sa femme s'exécuta donc. Elle aussi avait ressenti un pincement au cœur. Elle répondit alors:
    -Tu as raison. De toute façon, il est temps de rendre visite à notre fille.
    Elle se leva du canapé et chercha les clés de la voiture dans le tiroir. Elle les sortit et se dirigea vers le véhicule sans attendre une réponse de son mari. Quelle importance? ils ne se parlaient quasiment plus de toute façon. Elle savait qu'il viendrait lui aussi. Son mari s'attarda sur une photo posée sur le coin de la table. Il la revit et retint ses larmes. cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas revue. Elle représentait tout son bonheur pour lui et depuis quatre ans, elle lui faisait mal. Elle représentait ses deux enfants qui souriaient : son fils et sa fille lorsqu'ils avaient respectivement huit et six ans. Il se rappelait des bons moments passés ave eux. Pourtant, il ne les voyait plus ou presque. Seule exception, il allait voir avec sa femme sa fille une fois par semaine. Soudain, il entendit le ronronnement du moteur. Il était temps pour lui de rejoindre la voiture.

    Hôpital de Paris, service psychiatrie 16h.
    Le couple avait avant tout rendez vous avec le médecin pour se renseigner sur l'état de santé de leur fille. Le médecin les salua et leur fit signe de s'asseoir sur les deux chaises face à lui. Il sortit le dossier en question et déclara:
    -J'ai une bonne nouvelle, votre fille progresse. Nous lui avons retiré la perfusion car elle recommence à manger.
    Pour une bonne nouvelle, elle l'était. Cela faisait bien longtemps que leur fille ne mangeait plus. Quatre ans environ.
    -Pouvons nous la voir? demanda la femme.
    -Bien entendu répondit le médecin.
    Il les accompagna dans le couloir et pénétrèrent dans la chambre. Leur fille se trouvait là, assise sur son lit d'hôpital. Il ne suffit que de quelques secondes pour le couple pour réaliser que son état de santé n'avait que peu changé. Leur fille conservait le visage inexpressif, comme la dernière fois. Elle ne régit pas lorsque sa mère lui prit doucement la main. Elle avait le regard vide et restait immobile. Elle semblait ne pas reconnaître ses parents. Le couple se lancèrent un regard mélancolique. Ils devaient s'y résigner. Leur fille était peut être perdue pour toujours. A moins d'un miracle, ils ne la retrouveraient pas. Ils rejoignirent ainsi la voiture, quelques minutes après.

    Ils savaient pourquoi ils en étaient arrivés là. Il y a cinq ans, le président avait décide d'aider des alliés à rétablir l'ordre dans un pays africain. Le dictateur avait fui mais une guerre civile s'était déclenchée entre ses alliés et ses détracteurs. Les Etats unis avaient décidé d'agir et la France pour les même raison avaient suivi. Pourtant les Etats Unis auraient mis également fin à la guerre mais la Grande Bretagne et la France s'y étaient joints. Le pays en question possédait parmi les plus grandes raffineries de pétrole du monde entier. Et avec cette intervention, les trois pays conquérants disposaient d'un droit de prélèvement depuis. Le pays était devenu plus riche et plus puissant alors que l'argent n'était pas destiné au peuple. Alors bien sur le pays avait gagné. mais à quel prix? Que penser de cette famille où le fils avaient été contraint de partir à la guerre? Que penser de la mort qu'il avait trouvé dans un attentat suicide? Que penser du gouvernement qui n'avait rendu aucun hommage à ces jeunes recrues? Que penser de la fille de cette famille qui avait subi un choc traumatique et qui se retrouvait incapable de faire le deuil suite à la mort de son frère? Que penser de ce couple qui ne se parlait plus depuis cet évènement?
    Dernière modification par Streen ; 07/11/2011 à 21h09.
    Ma bio rp est ici

  3. #3
    Date d'inscription
    August 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69
    La route est longue. En cette saison d'hiver, le rougeoiement du soleil sur le flan des montagnes me fais penser que l'aube ressemble au crépuscule, comme si aucune renaissance n'était possible avant l'arrivée du printemps. L'hiver a ce quelque chose d'introspectif, de mélancolique comme s'il n'était fait que pour porter le fardeau des souvenirs.
    J'arrive au bureau, et en lançant un hypocrite bonjour enjoué, je me rend compte à la mine dépitée et solennelle de mes collègues qu'il n'ont pas plus de vie que les vieillards dont on est censés s'occuper. Je m'installe et allume mon PC pour cette journée d'éternité à passer dans cet endroit maudit.
    Plus que jamais je me sens prisonnier. Prisonnier de cet endroit, du froid, de la nuit, d'une angoisse latente et d'une solitude immuable, broyant ma joie de vivre en un sourire hypocrite, un enthousiasme déchu.
    Que sont devenus mes rires d'enfance, mes jeux naïfs et innocents ? Où est partie le goût des sucreries, le rêve des vacances et mes supers héros ? Seraient-ils prisonniers, eux-aussi, de cette hiver glacial, auraient-ils glissé sur une plaque de verglas sur cette longue route que je viens de traversé, auraient-ils oublié de payer leurs factures ? Auraient-ils abandonné leur lieux de travail, ont-ils reculés face aux évidence d'une vie d'adulte ? Puis-je encore les retrouver dans ma solitude, tel un enfant égaré dans la nuit ? Jouerais-je encore au loup, quand certains décident d'en devenir ?
    Je m'interroge, me questionne dans l'air glacial d'une vie sans couleur, en attendant le printemps où fleurira les joies de mon enfance, où je pourrais toucher du doigt les souvenirs que cet hiver porte sans jamais les laisser redescendre du ciel.
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

  4. #4
    Smidge Invités
    Encore le téléphone. La combientième fois depuis le début de la journée ? Impossible à dire…


    Extirpant ses nombreuses notes journalières de sa pochette, il les déposa en tas sur son bureau méticuleusement rangé, tandis qu’il décrochait son portable sur lequel s’affichait un énigmatique « Hervé ».


    − Allô ?


    Vite. Trouver le nom. Hervé. D’un regard fiévreux, il passa en revue les cartes postales sous-titrées épinglées sur le mur face à lui.


    − Allô ?, répéta la voix. Thierry ? T’es là ?


    Le cœur de Thierry s’accéléra encore sous la pression.


    − Allez, déconne pas avec tes photos pourries là ! C’est moi, bordel !
    − Ah, oui oui, salut Hervé, tu vas bien ?, finit-il par répondre.


    Il perçut un long soupir à l’autre bout. Son regard débusqua enfin avec soulagement ce qu’il cherchait fébrilement depuis quelques secondes : Hervé, en train de poser au comptoir d’un bar, une bouteille à la main et un sourire radieux aux lèvres.


    − Je crois que j’ai trouvé celui que tu cherches, poursuivit son interlocuteur. Mais ça risque d’être un peu plus cher que prévu.


    Instinctivement, ses yeux se portèrent sur le bureau devant lui. Sa femme, l’accident de voiture. Celui ou celle qui l’avait tuée. « Celui », indiquait le message suivant. Il s’apaisa soudainement, et ses mains cessèrent aussitôt de trembler.


    − Oui, qu’est-ce que tu as ?
    − Une femme, âgée. Une black. Je crois qu’elle est sans-papiers, c’est pour ça qu’elle est jamais venue témoigner.
    − Tu as une adresse ?
    − Comme je t’ai dit, reprit Hervé passablement agacé, c’est pas aussi simple. Je suis tombé sur son fils, un grand baraqué, qui m’a bien fait comprendre qu’un blanc ne pouvait pas venir chez eux et se servir comme ça. Si tu veux que ça passe, il va falloir que t’allonges la thune.
    − C’est pas un problème, répondit aussitôt Thierry, un élan dans la voix. On a jamais eu de piste aussi concrète !
    − Parfait, renchérit Hervé. Je passe chez toi tout à l’heure, et tu me files ça. Je t’arrangerais le coup pour d’ici deux ou trois jours.
    − Tu te rappelles où je suis hein ?, demanda Thierry, en cherchant lui-même des yeux le post-it annoté « ici » sur la grande carte scotché au mur.
    − Toujours dans ton hôtel miteux ?
    − Oui oui…, répondit-il d’une voix absente. 36 boulevard Gorki, chambre 307.


    Son interlocuteur ricana discrètement. Un mauvais pressentiment l’assaillit à l’instant où ses yeux se posèrent sur un coin de page sagement pliée en deux juste sous le trieur de son bureau.


    − Et pas de chèque hein !, ajouta-t-il en éclatant de rire.


    Mais Thierry ne riait pas. Les traces de marqueur rouge qui suintaient sur le verso de cette feuille quadrillée ne lui inspiraient rien de bon. Lentement, sa main en saisit une extrémité, et elle s’ouvrit d’elle-même à peine il la souleva.


    « NE JAMAIS REPONDRE AU TELEPHONE »


    Pas de date, pas de nom. Juste cette phrase énigmatique laissée à l’encre indélébile.


    − Ca va ?, l’interpella une voix déjà lointaine.


    Thierry saisit aussitôt le premier stylo à sa portée, et recopia le message impératif d’une main nerveuse. Qu’avait-il fait… ?


    « Jamais… Répondre… », marmonna-t-il à mesure qu’il reproduisait ces mots en majuscule.


    − Qu’est-ce que tu racontes ? Thierry ? Tu es touj…


    Il retint tout à coup sa respiration. Sa joue moite avait couvert l’écran tactile de son mobile d’une fine pellicule de buée sur laquelle on devinait la trace de son oreille. Le haut-parleur grésilla une toute dernière fois, avant qu’il ne l’achève d’une pression de son pouce sur la touche « raccrocher ». Sans doute trop tard…


    Il savait. Il allait débarquer d’un moment à l’autre sans prévenir, et détruire ce qu’il avait mis tant de temps à construire, et qu’il avait si vite oublié… Pourquoi cet avertissement ? L’encre rouge ne pouvait indiquer que l’extrême importance du message.


    Un silence de plomb emplit soudainement cette chambre improvisée en bureau, à peine perturbé par le crépitement de la pluie sur le double vitrage.




    ***




    L’interphone retentit presque au même instant. Une légère panique l’envahit l’espace de quelques secondes, mais une profonde inspiration le ramena aussitôt à la raison. D’un geste précautionneux, il écarta furtivement les rideaux de la fenêtre et observa la rue, trois étages plus bas. De là, on ne distinguait qu’une touffe de cheveux blonds détrempés par l’averse.


    Qui ?


    Ne manquant en aucun cas à la prudence la plus élémentaire, Thierry glissa sa main dans les différentes poches de son jean : clés, plan de la ville, adresses diverses, un peu de liquide… et un papier épais, roulé en boule dans sa poche arrière.


    L’interphone sonna derechef. Il déposa ce contenu hétéroclite sur son bureau, puis décrocha finalement le combiné beige et gris.


    « Thierry ? T’es là ? », l’implora aussitôt une voix féminine désespérée, déformée par le piètre haut-parleur.
    « Oui ? », répondit-il, circonspect.
    « C’est moi, c’est Lucille ! Ouvre-moi, je t’en supplie ! »


    Thierry hésita une seconde, puis pressa le bouton « open ». Qui était-ce ? Dans tout au plus deux minutes, elle frapperait à sa porte. Il rejoignit son bureau, intrigué par ce papier informe, qui ressemblait de plus en plus à une photo froissée. Les sourcils froncés, il lissa les deux fragments déchirés et chiffonnés qu’il ajusta l’un à côté de l’autre. Un « Lucille » entouré d’un large cœur au feutre rose sous-titrait la photo d’une jeune femme ravissante, sa longue chevelure blonde virevoltant au gré d’un vent qu’on devinait tumultueux.


    Plusieurs coups répétés résonnèrent près de l’entrée. Elle était là. Thierry souleva l’œil du judas, dissipant définitivement tout doute quant à son identité, puis déverrouilla la fermeture magnétique ainsi que la chaîne de sécurité.


    − Oh, Thierry… Qu’est-ce que je suis heureuse de te voir…


    La jeune femme blonde se blottit dans ses bras, l’enserrant de toutes ses forces. Il pouvait sentir l’eau de ses cheveux ruisseler le long de ses bras, imbibant les manches de son sweat-shirt, dans un tourbillon de parfums mêlant l’odeur de la ville et une délicate fragrance de cerise.


    − Lucille ?, se risqua-t-il finalement.


    Elle renforça encore son étreinte, et se mit à sangloter doucement.


    − J’ai eu si peur, Thierry, si peur…


    La jeune femme poussa un profond soupir, et leva son regard vers le visage de Thierry.


    − Il m’a menacée, je n’ose plus retourner chez moi…
    − Qui ? Qui t’a menacée ?, l’interrogea-t-il en la tenant par les épaules.
    − Ecoute ça, tu vas comprendre…


    Elle tira son téléphone portable de sa poche, pianota sur l’écran tactile, puis tendit l’appareil devant elle, telle une offrande.


    « Bordel, tu fais chier, espèce de sale garce ! Je sais pas à quoi tu joues, mais si tu veux jouer à ça, je vais te crever, salope ! Tu m’entends ? Putain… Je passe ce soir, t’as intérêt à avoir changé d’avis ! »


    C’était Hervé. Et le ton de sa voix était sans équivoque. La jeune femme baissa finalement les yeux, dans une profonde expression de tristesse, puis referma son téléphone.


    − Qu’est-ce qui s’est passé ?, s’enquit Thierry en lui prenant doucement la main.
    − Hervé a compris que je sortais avec toi…, avoua-t-elle, et… et il sait que je t’ai tout dit.


    Son visage très sérieux se ferma tout à coup. Depuis son accident, il avait appris à décoder les expressions, même les plus infimes, afin d’identifier aussitôt la sincérité et les intentions de ses interlocuteurs. Il répondit à son regard d’un haussement de sourcils disant « je t’écoute », puis s’assit sur le canapé de la pièce principale, invitant son hôte à faire de même.


    − C’est à cause de lui que ta femme est morte, commença-t-elle. C’est lui qui a provoqué l’accident, il était bourré, et quand il a vu le corps sur la route, il s’est tiré sans vous porter secours. Les médecins ont dit que s’il avait appelé les urgences tout de suite, vous auriez pu être sauvés… tous les deux.


    Elle marqua une pause, cherchant visiblement ses mots.


    − Continue, l’invita-t-il d’une voix sèche et engouée.
    − Hervé est flic. Quand il a vu que tu avais survécu, et que tu cherchais des infos, il s’est proposé pour t’aider à trouver le chauffard… en te laissant fausses pistes sur fausses pistes… Pour que tu ne trouves jamais…
    − Je vois…


    Son intuition ne l’avait pas trompé. Quelque chose clochait, même s’il n’avait pas toutes les clés en main, cela ne lui avait pas totalement échappé. Un sentiment de colère et de victoire mêlées s’empara soudainement de lui. Il allait enfin pouvoir tracer un trait sur tout ça. Et recommencer une nouvelle vie. Avec Lucille.

    Il se leva d’un bond, et ouvrit le premier tiroir de son bureau.


    − Tu peux me conduire jusqu’à lui ?


    Sa voix s’était considérablement durcie, sans même qu’il ne s’en aperçoive.


    − Qu’est-ce que tu comptes faire ?, s’enquit la jeune femme, quelque peu paniquée.


    Au fond du tiroir, un revolver. Magnum, calibre .357. Tapi dans l’ombre, attendant son heure enfin venue. D’une pression du pouce et de l’index, il en vérifia inutilement le barillet, puis glissa l’arme dans la poche droite de sa veste. Il ne devait servir que pour une occasion unique. Et cette occasion unique était aujourd’hui, ou jamais.


    − Je ferais ce qui doit être fait.




    ***




    « … je te promets, elle va me laisser sur la paille avec son divorce à la noix, c’est moi qui te le dis ! Et je te parle même pas de mon beau-père… Avocat, je te rappelle. Enfin, je suis con, tu t’en rappelles sûrement pas…
    − Je…, hésita Thierry. Je… oui, maintenant que tu le dis…
    − Allez, te la joues pas avec moi, hein !, poursuivit-il en éclatant de rire. T’as la cafetière pire qu’une passoire ! Enfin… Tu sais comment sont les femmes…
    − Oui…, répondit-il d’un air absent.
    − Et Lulu, c’est la pire !, conclut-il. Mais bref, assez parlé de mes petits problèmes ! Tu m’as dit que t’avais des questions ?
    − Oui, reprit Thierry d’une voix plus assurée. J’ai relevé quelques articles de journaux, et je voudrais que tu voies si tu peux pas me retrouver une ou deux personnes que le journaliste a interviewées à l’époque. Ça me permettrait peut-être de remonter la piste… Ou… enfin, ou que quelque chose me revienne, on sait jamais…
    − Ça marche, mec ! Fais-moi passer ça au boulot, ou envoie-moi un mail, je te dirais ce que je trouve.
    − Super, Hervé. T’es vraiment un pote. Ah, attends, on sonne en bas, il faut que j’aille ouvrir. Je te laisse.
    − OK. À plus tard !
    − À plus. Et encore merci !




    ***




    Cela devait bien faire plus d’une heure qu’il l’écoutait parler, ne l’interrompant que le temps de griffonner ses notes, ou de lui demander quelques précisions. Elle avait répondu à l’annonce, ce qui était inespéré après autant d’années, mais il n’allait pas se plaindre d’une faveur d’un destin qui ne l’avait jusque là guère épargné.


    Elle s’appelait Lucille. Un très joli prénom, pour une très jolie jeune femme. Les cheveux blonds et lisses, un sourire à la fois expressif et mystérieux, la courbe de son cou se prolongeant jusqu’à son décolleté très léger duquel on devinait la naissance de sa poitrine… Un arôme suave de cerise embaumait la pièce dans laquelle ils se trouvaient tous les deux, ajoutant encore au charme envoûtant de son hôte surprise.


    Leurs regards se croisaient régulièrement, allant parfois même jusqu’à un sourire qu’on aurait pu penser complice. Il profita d’une pause dans son récit pour lui poser une question.


    − Excusez-moi, est-ce que je pourrais…


    Il mima la prise d’une photo avec ses mains.


    − C’est pour mon dossier, vous comprenez… ?
    − Oh, oui, bien sûr !, lui répondit la jeune femme d’un sourire. Il n’y a aucun…


    Elle se tut tout à coup, laissant échapper quelques toussotements secs.


    − Vous voulez quelque chose à boire ?, s’enquit-il aussitôt.
    − Avec plaisir. Vous avez du café ?
    − Je vais en faire, restez assise.


    Thierry se leva, et s’éclipsa dans la minuscule pièce qui servait de cuisine. Il remplit le réservoir de la cafetière d’eau, puis pressa le bouton « chauffe ». Son cerveau était en ébullition. Toutes ces informations sur cette journée maudite… Et cette jeune femme… Lucille… qu’il lui semblait avoir toujours connu. Ses pensées s’embrouillaient. Se dispersaient… lui procurant ce sentiment d’angoisse à la fois si caractéristique et pourtant d’une primeur sans cesse renouvelée. Il releva fébrilement la manche de sa veste, à la recherche d’un point d’ancrage fixe et apaisant, sa montre. 16h38, Vendredi 27 Mai 2005.
    Le voyant rouge de température le tira soudainement de ses pensées tumultueuses, et il actionna la mise en route de la machine. Les deux tasses jumelles se remplirent simultanément dans un vacarme assourdissant.


    − Voilà, c’est prêt ! Avec, ou sans sucre ?


    La jeune femme s’était levée, et observait attentivement les nombreuses photos et notes épinglées au mur au-dessus de son bureau. De loin, on aurait dit une mosaïque désordonnée, fruit de l’imagination tortueuse d’un artiste contemporain en manque d’inspiration. Elle était pourtant le cœur de sa vie actuelle. Sa matrice. Son phare.

    − Ton travail est très impressionnant, Thierry, commenta la jeune femme. Arriver à rassembler autant de choses, malgré ton… enfin, tu vois ce que je veux dire…
    − Oui…, acquiesça-t-il lentement. Tenez, vo…


    Pourquoi la vouvoyait-il ? Elle venait bien de le tutoyer, non ?


    − Tiens, ton café est prêt, se reprit-il rapidement, en déposant la tasse sur la table basse. On en était où, déjà ?


    La jeune femme saisit l’anse nacrée avec délicatesse, et huma lentement l’arôme puissant de l’expresso.


    − Tu sais, Thierry… Je t’ai parlé plusieurs fois de cet endroit où je voulais t’amener… Et… comment te dire… Ça fait maintenant presque 6 mois qu’on sort ensemble… C’est important pour moi, tu comprends ?


    Une panique familière s’empara soudainement de lui. De quoi parlait-elle exactement ? Ses yeux se portèrent instinctivement sur son gigantesque panneau mural, à la recherche d’indices, mais le regard suppliant et irrésistible qui l’implorait en cet instant lui interdisait de les poser autre part que sur ce visage magnifique.


    − Je…, bredouilla-t-il, confus. D’accord.
    − Oh, merci ! Merci !


    Elle se précipita vers lui, l’embrassa sur la joue, et murmura un « je t’aime » à son oreille. Thierry ferma les yeux, le cœur battant à tout rompre.


    − Viens, c’est moi qui conduis !




    ***




    Le vent soufflait à tout rompre. Le ciel d’un bleu éclatant dominait la ville, sur laquelle ils jouissaient d’un point de vue inégalable.


    − J’adore venir ici au début de l’été, expliqua-t-elle. Personne ne sait qu’on peut accéder aux toits, comme ça on est tranquille.


    Il s’approcha d’elle par derrière et la serra doucement dans ses bras, posant sa joue sur ses longs cheveux dorés. Comment en était-il venu à oublier Estelle aussi vite ? Il ne préféra même pas y penser…


    − Tu veux bien prendre une photo de moi ?, lui chuchota-t-elle, un sourire mutin illuminant son visage.
    − Je n’ai pas pris mon appareil, mais je…
    − Ne t’inquiètes pas, le coupa-t-elle en posant son index sur ses lèvres. J’ai amené le mien.


    Elle tira un étrange appareil cubique de son sac à main.


    − C’est un polaroïd. Il était à mon grand-père.


    Elle lui tendit l’objet insolite, puis recula de quelques pas, s’appuyant contre la rambarde qui les séparait du vide, ses cheveux dansant au gré du vent. Thierry cadra sa prise dans le viseur, puis pressa le mécanisme, qui manifesta son action d’un déclic bruyant suivi d’un ronronnement sourd.


    − On va avoir la photo dans pas longtemps.


    Quelques instants plus tard, un épais papier glacé rectangulaire jaillissait de la machine, prenant lentement formes et couleurs tout droit aspirées de cet instant si irréel. Lucille tira un feutre rose de son sac, et cercla son nom d’un cœur sans équivoque.


    − Pour que tu ne m’oublies plus jamais…




    ***




    − Quelle est la suite du programme ?, entonna-t-il joyeusement en ouvrant en grand la porte passager de sa voiture.


    Lucille secoua lentement la tête, dans une moue de dégoût.


    − Lucille ? Ça va ?
    − Tu es vraiment pathétique…


    Thierry cligna plusieurs fois des yeux, incrédule.


    − Tu es un déchet… voilà ce que tu es. Et je vais me servir de toi avant de te jeter aux ordures.


    L’angoisse le saisit à la gorge. Il sentait de nouveau son environnement lui échapper. Où était-il ? Pourquoi se trouvait-il ici ?


    − Je vais te dire ce qui va se passer, poursuivit-elle en esquissant un rictus méprisant. Tu vas rentrer chez toi, et tu vas oublier ce que je viens de te dire… Mais je vais revenir te voir. Et tu vas aller buter cet enfoiré d’Hervé à ma place.
    − Lucille…, s’étrangla Thierry. Mais… pourquoi…
    Pourquoi ?, répéta-t-elle en s’esclaffant. Mais parce que tu es le pigeon parfait ! Tu fais le sale boulot, et je m’évite de laisser le moindre centime dans un divorce ! Et tout ça oublié dans l’heure qui suit ! Tu crois vraiment que je sortais avec un looser comme toi ? Je t’ai fait gober ça en même pas cinq minutes… Regarde-toi… Ton cerveau a oublié de crever ce jour-là, et t’aurais mieux fait de lui rappeler !
    − Non…


    Non… Impossible.


    − Oh, si…, répondit-elle, sardonique. Je vais revenir, Thierry. Je vais te rappeler, j’ai ton numéro, et je vais te faire croire tout un tas de choses… Et tu tomberas dans le panneau encore une fois, crois-moi…


    Il ne pouvait s’y résoudre. Comment avait-il pu se montrer aussi négligeant ? Comment avait-il pu ? Il devait rentrer, au plus vite. Et noter tout ça par écrit. Vite.


    Il démarra en trombe, sélectionnant la destination « maison » sur son GPS.


    « Durée du trajet estimée : 1 heure 25 minutes », indiqua la voix désincarnée. Les pneus crissèrent, et le véhicule s’engagea sur première bretelle en direction de la voie rapide.


    Les immeubles défilaient de chaque côté de la route, tandis que des larmes de rage et de colère coulaient le long de ses joues.


    − Lucille, Lucille, Lucille, LUCILLE !, vociféra-t-il à un feu rouge, s’accrochant désespérément à ses souvenirs qui commençaient déjà à s’étioler.


    Il tira la photo de la jeune femme de sa poche, et la déchira en deux avant de la froisser furieusement au creux de sa main.


    − Je te hais… Je te HAIS !


    Le feu passa au vert. Plus que vingt minutes.


    − Elle ne doit pas me rappeler. Jamais. Ne pas répondre. Plus jamais !


    Cinq minutes.


    L’angoisse commençait à disparaître.


    Ne plus répondre au téléphone.


    Pourquoi ?


    Pourquoi, quoi… Ne plus… Ne plus répondre !


    Deux minutes.


    Sa place de parking l’attendait, comme toujours.


    « 36 boulevard Gorki. Vous êtes arrivé à destination. »


    Téléphone.


    Il monta les marches. Il devait noter quelque chose. Quelque chose d’important.


    Ne plus…


    Le feutre rouge, oui. Le feutre rouge se prêtait parfaitement à cette situation.


    Quelle situation ?


    Dans un effort surhumain, il ferma les yeux, et se concentra sur ce qui quittait déjà les méandres de son cerveau.



    « NE JAMAIS REPONDRE AU TELEPHONE »


    Dernière modification par Smidge ; 10/02/2012 à 08h36.

Discussions similaires

  1. Cinquième thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 10
    Dernier message: 22/10/2012, 19h21
  2. Troisième Thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 7
    Dernier message: 11/05/2012, 09h26
  3. Commentaires : Second thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 21
    Dernier message: 16/01/2011, 09h57
  4. Premier thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 7
    Dernier message: 15/01/2011, 01h09
  5. Second thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/01/2011, 00h47

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250