Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Septième thème

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 276

    Septième thème

    Bon soir à toutes et à tous !

    Voici un nouveau thème pour ces vacances, cette fois-ci inspiré par Smidge. Encore une fois, je vous rappelle que vous pouvez proposer des thèmes que vous aimeriez voir abordés .

    Invisible


    Une petite série de phrase que vous pouvez choisir d'utiliser... ou pas :
    • Tu es seul
    • C'est une présence qui m'entoure
    • Je ne vois qu'un seul remède à tout ça
    • La disparition est éphémère, cela devrait s'estomper avec le temps
    • Ca tient quand même à peu de choses...


    N'oubliez pas que vous pouvez commenter les textes que les membres mettent en ligne. Exprimez-vous !


    A vos plumes, couronniens et couronniennes !
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Date d'inscription
    June 2006
    Messages 
    2 429
    La porte grinça soudainement. Elle sursauta lorsqu'elle entendit ce bruit. Comment se faisait il que la porte se soit ouverte? Elle était certaine de l'avoir pourtant verrouillée à double tour. C'est alors qu'elle comprit. Il était revenu alors qu'elle croyait s'être débarrassée de lui. Et ce soir, il venait pour elle. Elle le savait. Elle le connaissait. Elle sentit à ce moment là, les palpitations de son cœur. La peur qui s'était emparée d'elle la faisait trembler de tous ses membres. Elle prit le couteau de cuisine qui était présent sur la table. D'habitude elle ne s'en servait que pour couper les aliments mais elle savait que cela serait suffisant pour éliminer son adversaire. Elle n'avait le droit qu'à un seul essai. Elle le savait. Il se pouvait que son ennemi frappe le premier. La tâche ne serait pas d'autant plus aisée. Son adversaire disposait d'un énorme avantage sur elle. Il était invisible à l'œil nu et elle devrait frapper à l'aveuglette et faire mouche sinon...elle savait ce qui l'attendait. Elle s'approcha à pas de loup en tenant le couteau dans sa main tremblante. Soudain elle éternua. Son rhume, elle avait omis de le soigner. C'était fichu, elle venait de tout faire capoter.
    Soudain un homme d'un quarantaine d'années portant une chemise à fleurs et des lunettes de soleil pénétra dans la pièce et déclara:
    -Coupez! On refait cette scène.
    Ma bio rp est ici

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 111
    Cette fois, ça y est, il est invisible. Ils ne le voient pas. Il est libre de faire ce qu'il veut. Celle-là, il ne l'aime pas. Elle l'embête tout le temps à la cantine. Il lui passe devant en faisant la grimace. Elle ne réagit pas. C'est à peine si elle souffle. Alors, c'est pour de vrai, cette fois ? Il faut s'en assurer. Vite. Il fonce tout droit sur "Monsieur Non", celui qui l'empêche de faire tout ce qu'il veut. Un vrai despote, celui-là. Il remue son popotin en cadence et lâche même un pet de mépris. Pas d'odeur. Et c'est à peine si l'autre bouge. Cette fois, il y est arrivé, en se concentrant bien. Depuis le temps qu'il en rêvait, qu'il appelait en silence ses supers pouvoirs. Ils sont là, maintenant. Du coup, il peut le faire. Filer au nez et à la barbe de tout le monde. Le mur ne lui fait plus peur. Il fonce tout droit.

    Mal de tête. Odeur de désinfectant caractéristique de l'infirmerie. Et des voix qu'il entend à peine.

    "Ben oui, le patient de la 404 a encore fait une crise."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Date d'inscription
    April 2007
    Messages 
    388
    Invisible


    1675, nuit du 17 juillet au abord de Marseille ... un évènement qui fut oublié dans l'histoire mais qui laissa un écrit.


    Ils furent dix à le découvrir. Dix dans le secret. Neuf préférèrent oublier. Quand au dernier ...

    "_ Qu'est que ...
    _ Pas un mot. Fuyons !"

    Ils se mirent à courir ensemble à toute jambe. La ville semblait alors former un labyrinthe sans fin. Puis, quand vînt la fatigue et les poings de côté, les dix s'arrêtèrent en crachant leurs poumons. Ce n'était pas des athlètes endurcis ni des hommes entraînés pour ce genre de course.

    "_ Sommes-nous assez loin ? tenta de dire l'un d'eux avec espoir.
    _ J'espère que personne ne nous a vu courir, pria un autre.
    _ Si la garde l'apprend et qu'il le découvre ..."

    Le "il" fit frissonner les cœurs fragilisés par l'effort. Mais "il" était aussi indéfinissable. Les dix n'avaient jamais rien vu de tel et préférèrent avoir eu une hallucination plutôt d'y croire.

    "_ Est-ce l'effet de la peste ?
    _ Par dieu ! serions-nous atteint ? Que devons-nous ...
    _ Calmez-vous ! La peste ne fait pas ... une telle chose.
    _ Qu'en sais-tu ?
    _ J'en sais rien, avoua le précédent. Mais la peste n'agît pas comme ça."

    Pouvaient-ils y croire ? Et que devaient-ils croire en fin de compte. Cette histoire sentait le souffre et aucun d'eux n'y étaient préparés. Toutefois, le dernier poursuit son explication.

    "_ Nous avons découvert quelques choses qui n'est pas réel, lança-t-il d'un seul coup.
    _ Pas réel ? J'ai trébuché dessus. Ça existe !
    _ Mais on ne l'a pas vu. C'était comme du verre sans l'être.
    _ C'était mort ! fini par dire l'un d'eux qui ne pouvait plus se contenir."

    Les dix regardèrent autour. Parler de mort attiré les ennuis. Et ils ne voulaient pas en avoir davantage.

    "_ Retournons là bas, finit par dire le plus rationnel du groupe.
    _ Sans moi !
    _ Tu es seul.
    _ N'attends aucune aide de notre part."

    *************

    Il revînt lentement sur ses pas. Il avait peur. Terriblement peur. Mais il devait être sûr et découvrir la vérité. Une fois arrivée, l'angoisse. Mais au final, cela tenait à peu de choses ... Il était suffisamment déterminé pour aller jusqu'au bout.
    Ses mains s'approchèrent du sol et tâtèrent le vide. Il cherchait pendant quelques minutes, sans succès. Il sentait pourtant sa présence au alentour. Ce fut alors un faible rayon de lune qui le guida. Comme le reflet dans un verre d'eau, le faisceau lumineux lui indiqua la présence exacte de la chose.
    Il eut le cœur retourner et se retînt de vomir. Il trouva toutefois la force de regarder. Le corps d'un homme. Partiellement visible par son aspect. Autrement, ça n'avait rien d'humain. S'approchant d'un pas hésitant, il distingua mieux à quoi il avait affaire. Sa vision fut contre verser. Et puis tout bascula.

    "_ Nous ne sommes que des poltrons, ah ah. Des lâches et des fous. J'en ai tellement honte à présent."

    La folie l'emportait et il se parlait à haute voix tout en riant. Il avait découvert la vérité et se demandait ce qu'il allait faire. Il regarda à nouveau la chose.

    "_ Je ne vois qu'un seul remède à tout ça, lança-t-il en se frottant les mains."

    *************

    Avec le temps, tout finit par disparaître. Neuf oublièrent et le dernier acquit de la sagesse. Une doctrine fit alors son apparition :

    "_ Les peurs naissent dans ce qu'on ne perçoit pas. Mais la vérité dans un éclat de cristal apporte autant de réconfort qu'une lanterne dans l'obscurité."
    Dernière modification par balduran[fx] ; 29/08/2011 à 20h33.
    " Pour le combat et la victoire ! "
    Balduran

  5. #5
    Smidge Invités
    • 06h18.


    Un petit « clac » retentissant, puis le petit réveil vert délavé fit résonner ses deux énormes cloches en forme de macaron. Tous ces téléphones hi-tech avaient beau offrir mille applications, monsieur Petit préférait les modèles « à l’ancienne ». Avec de vrais rouages, de vraies aiguilles, et une vraie sonnerie. Raymond Petit se leva aussitôt, releva le store de sa chambre qui lui servait aussi de bureau, puis se dirigea sans attendre en direction de la salle de bain.
    À 06h38, sa cravate délavée ornait l’une de ses nombreuses chemises à carreaux.


    L’eau de son café commençait paisiblement à s’agiter au fond de la casserole en étain − qu’il tenait de sa grand-mère − et il mettait toujours ce temps à profit à beurrer deux tartines, et peler trois quartiers de pommes. À 06h58, la table était nettoyée, le lit fait, et son pyjama rayé bleu et blanc plié sur sa table de chevet.


    Il était enfin temps de se consacrer à ses expériences.


    Monsieur Raymond Petit travaillait dans un grand cabinet d’assurance. Pas à la relation clientèle, sûrement pas, mais plutôt sur tout ce qui était administratif. La paperasse, ça, il connaissait. D’une discrétion exemplaire, pour ne pas dire maladive, il s’attelait chaque jour à son travail le plus consciencieusement du monde. Jamais une pause, jamais en désaccord avec la hiérarchie, jamais une demande d’augmentation de salaire. À cinquante et un ans, il avait dû en tout et pour tout cumuler trois journées d’arrêt de travail pour maladie. Un employé parfait. Parfait, et invisible. Trop, vraisemblablement.


    Ses heures perdues − et sans femme ni enfant, elles n’étaient pas en reste − Raymond Petit les consacrait à la chimie amateur. Cela le détendait. Ce n’était sans doute pas le passe-temps idéal à partager entres amis, mais il n’avait pas encore eu l’occasion d’avoir un ami avec qui le partager.


    À 06h59, il s’installa devant ses éprouvettes, surveillant ses décoctions et autres filtres et alambics. Son dernier projet datait d’un mois. Et en ce premier jour de la semaine, il était enfin prêt.




    • Un peu plus de 09h30.


    Trop de lumière… Quel jour, déjà ? Les yeux encore collés de sommeil, il tapota sur le matelas d’une main hasardeuse. Un sein, nu. Comment s’appelait-elle déjà ? L’une d’elle se prénommait Natacha, il en était sûr. La blonde peut-être. Aucune importance. Elle avait intérêt à dégager rapidement.


    − Poupée, il faut que je te laisse, lança-t-il d’une voix rauque. On est lundi, et je suis censé être au boulot.
    − Hmm… quelle heure il est ?, soupira la jeune femme brune en s’étirant lascivement.
    − C’est bon, casse-toi, j’ai pas que ça à foutre !


    Elle l’énervait. Le lundi l’énervait. Devoir se lever avant midi aussi, l’énervait. Il enfila le premier caleçon à sa portée, et tira une cigarette du paquet de la poche arrière de son jean, lui-même en équilibre sur l’accoudoir d’un fauteuil en cuir d’alpaga.


    − Reste avec moi mon chou, gémit une petite voix aguicheuse derrière lui.
    − Je t’ai dit de te tirer, t’es sourde ?


    Richard De Villeneuve passa son revers de main sur sa barbe naissante. Pas le temps de se raser, de toute façon. En quelques minutes, il enfila un costume règlementaire, croqua deux pastilles à la menthe forte et quitta sa suite privée en trombe, manquant de renverser la femme de chambre sur son passage. Un taxi l’attendait, comme tous les matins.


    − Au siège social « De Villeneuve », marmonna-t-il au chauffeur en lui tendant le premier billet que son portefeuille dévoila.




    • 10h07.


    Tout se passait comme d’habitude. Personne n’avait encore éparpillé sa merveille de rangement qu’était son bureau. Ses collègues passaient simplement de temps à autres déposer quelques « tas », la plupart du temps sans un mot, qu’il se chargeait ensuite de traiter le plus efficacement possible. Comme d’habitude. Et pourtant, il sentait son cœur battre anormalement fort et vite. Cela faisait vingt-neuf ans et cent quarante trois jours qu’il travaillait pour les assurances « De Villeneuve ». Vingt-neuf ans qu’il était invisible. Une fourmi dévouant son existence à sa ruche. Et le voici qui se retrouvait exclu de son nid. Le plus ironique devait être qu’il avait lui-même posté son préavis de licenciement, un courrier froid et impersonnel qu’il avait découvert avec stupeur noyé parmi les piles innombrables de plis à trier.


    Et pour la toute première fois de sa vie, il avait décidé de se rebeller.




    • Presque 11h.


    Des travaux sur la voie avaient retardé son taxi. Combien de fois devrait-il rappeler à son père qu’il avait besoin d’un chauffeur privé ? Enfin, autant penser à autre chose. Dès le lendemain, l’une de ses ex avec qui il avait renoué contact viendrait « travailler » au bureau − le plan idéal pour tout homme d’affaire surmené. Au pire, elle apprendrait le boulot sur le tas. De toute façon, sa fonction principale serait davantage sous le bureau qu’au-dessus.

    À son arrivée, Nathalie l’attendait devant la porte, dans un tailleur impeccable et maquillée « à point ». Il se demandait encore pour quelle raison il l’avait larguée.


    − Salut, Richard, annonça-t-elle en se déhanchant au-delà du nécessaire.
    − Suis-moi poupée, tu vas voir ton bureau.




    • 11h06.


    La dernière expérience. Sa plus grande réussite, à n’en pas douter. Raymond scruta attentivement le pack de vingt bières au bas de son bureau. « Pour son pot de départ », avait-il pensé. C’était d’ailleurs ce qu’il avait annoncé en arrivant, 2 heures et 11 minutes plus tôt, sous les yeux ébahis de ses collègues, la plupart entendant le son de sa voix pour la première fois de leur vie. « Et certainement aussi leur dernière », pensa-t-il aussitôt. C’était le genre de départ qu’il était impensable de ne pas fêter.


    La porte de son bureau s’ouvrit tout à coup. Un jeune homme, la trentaine, les cheveux blonds en bataille contrastant avec l’irréprochabilité ostensible de sa veste, fit une apparition incongrue, de dos. Une jeune femme agrippée à lui, la jupe de son tailleur passablement relevée, le poussait vraisemblablement en arrière en émettant de bruyants suçons.


    − Oh !, s’exclama-t-elle en découvrant leur hôte. Je ne savais pas que…


    Le jeune homme se retourna, interloqué, puis éclata de rire. Monsieur Petit ne riait pas du tout en revanche.


    − Richard, repris la jeune femme, écarlate, en lissant prestement son tailleur, je… je repasserai demain, ce sera…
    − Non non, t’inquiètes pas poupée. C’est juste l’autre tâche que j’ai dû virer pour toi.


    Il éclata de rire derechef.


    − En fait, je savais même pas qu’il y avait quelqu’un ici, poursuivit-il. On s’est marré quand j’ai demandé aux autres s’ils se rappelaient le nom du blaireau au 117. La moitié savait même pas qu’il était occupé !


    Raymond Petit se leva. Debout, il devait à grand peine atteindre l’épaule de son interlocuteur. Son visage terne et rond ne dégageait aucune expression, même si quelqu’un le connaissant parfaitement aurait pu le deviner en intense conflit intérieur. Hélas, personne n’entrait dans cette catégorie. Il souleva péniblement le large caisson de bière brune, puis le déposa sur un coin de table. Il en détacha les bouteilles une à une, qu’il entreposa ensuite méticuleusement en deux lignes de dix sur son bureau.


    Les deux autres l’observaient, bouche bée.


    Il tira un instrument de la poche avant de sa chemise, avec lequel il décapsula le flacon central, qui émit un puissant rejet de gaz coloré flottant au-dessus de la bouteille.


    Monsieur Petit fit trois pas en avant et, sans un mot, arracha la cigarette de son supérieur.


    − Hé !, s’exclama le jeune homme. Qu’est-ce que vous fou…
    − Monsieur De Villeneuve, le coupa l’autre. Vous êtes un rustre.


    D’un geste sûr, il déposa le mégot rougeoyant à l’intérieur du goulot encore fumant, qui implosa dans le dixième de seconde qui suivit en une formidable détonation.




    • 11h09.


    Dernière vision : un fragment de bras. De plusieurs bras. Ça tient quand même à peu de choses





    • Fin de l’expérience.

    Dernière modification par Smidge ; 29/08/2011 à 01h26.

  6. #6
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages 
    792
    Elle blottit son nez dans sa couverture comme si elle était un chat et rêvasse un peu pour essayer de dissiper le froid. L'alcool ne marche pas, et elle s'afflige toujours d'en voir croire qu'une bouteille de gros rouge assurera leur survie physique ou morale.

    La couverture est une chose laide et raidie par la crasse, mais elle est en laine et tient chaud. Elle a été rouge, probablement, un jour, mais tout finit toujours dans les gris et bruns du bitume et de la terre battue des parcs. Sous la couverture, elle serre ses doigts et les frotte entre eux, mais pas trop parce que l'agitation l'empêcherait de dormir.

    Lorsqu'elle ressort de temps en temps le visage, un nuage de buée lui flotte devant la figure. Elle n'y voit déjà pas très clair en temps normal, mais les jambes qui passent ne valent pas beaucoup d'attention de toute manière. En revanche, il y a l'arrêt de bus en face. Il est en miroir du sien, et elle a la sensation désagréable d'y voir son reflet. Elle ne lui ressemble pas beaucoup, pourtant, c'est une jeune femme avec très peu de cheveux, accroupie par terre, l'air très las et absent. Un jeune homme qui pourrait être son frère ou son copain, dans un anorak bleu terne, passe son bras sur ses épaules en lui parlant doucement. Il y a aussi des trous dans ses chaussures. Elle soupire. Celle d'en face a au moins un compagnon.

    Elle regarde le carton aplati où l'homme au chien était encore hier. Ils n'avaient pas vraiment discuté, c'est vrai. Elle ne connait même pas son nom, en fait. Mais tout de même... Si elle pouvait se désengoncer de sa couverture et traverser le monde pour rejoindre l'arrêt et les jeunes d'en face, elle le ferait. Mais il fait très froid et elle n'ose plus sortir de son igloo.

    Elle aime bien l'image de l'igloo, quelque chose de très petit, de perdu au milieu d'une immensité morne, d'apparence toute aussi gelée, mais de très chaud à l'intérieur. Des fois, elle a parfois aussi un rêve qui fait beaucoup rire le master de psychologie au fond d'elle, où une mère ourse géante, une ourse polaire d'ailleurs, l'enveloppe dans sa fourrure, referme ses pattes sur elle-même en protégeant ses petits, et elle en fait partie. Le blizzard peut siffler dehors, la fourrure blanche couvre ses oreilles et son visage, et elle est heureuse de se rouler en boule sans avoir à réfléchir.

    Ce ne sont pas de vrais rêves, d'ailleurs, plus des fantasmes qui surviennent entre éveil et sommeil, parce que les rêves qu'elle fait, les vrais, n'ont jamais le calme d'un cocon par temps de neige arctique ; ils sont, comme tous les songes, chaotiques. Souvent assez tumultueux pour qu'elle se réveille couverte de sueurs froides, sa couverture à moitié jetée sur le trottoir. Dans ces cas-là, elle a du mal à se rendormir, d'autant qu'elle ne sait trop si elle a chaud ou froid, à cause de la fièvre.

    Pour passer le temps, elle se raconte aussi des histoires, elle réfléchit beaucoup, et ne mendie pas. Elle ne peut pas, et elle ne comprend pas. Cet hiver, elle a passé la moitié de ses journées à insulter copieusement, quoique intérieurement, l'auteur de « La petite fille aux allumettes ». Pas d'une grande utilité, mais la rage a réussi à maintenir à distance la dangereuse léthargie du froid.
    C'est le matin. Elle regarde les jambes passer.
    Dernière modification par Zyl ; 02/09/2011 à 21h37.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  7. #7
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Marck // Pas De Calais
    Messages 
    585

    Lecture

    Dire « bonjour » à cet arrêt de bus et ne rien entendre en retour. Passer incognito tel un fantôme. Entrer dans ce bus. Sortir de ce bus. Et personne qui ne vous a vu. Mis à part le chauffeur. Parfois. Quand vous présentez votre carte. Mais même lui, il ne vous voit pas. Il ne vous voit plus tellement il est habitué à faire aussi « parti des meubles ».

    N'être qu'une poussière au milieu de tout un tas d'autres poussières. N'être rien aux yeux des autres.

    Passer devant l'épicier, compter sa monnaie et se dire que l'on n'a pas de quoi s'acheter une seule friandise. Avancer . Continuer. Se dire qu'il nous a peut-être remarqué même si c'est une illusion.
    Se faire rire au nez par un banquier parce que « vous comprenez, vous n'avez aucun revenu, vous n'êtes rien ». Pour être, il faut avoir une situation professionnelle. Ou des revenus. Avoir un intérêt quelconque.
    Filer au son du vent. Voir les portes se claquer devant vous. Comme ci vous n'existiez pas. Pourtant vous êtes là. Enfin, il vous semble. Avec le temps, vous n'êtes plus sûre du tout. Peut-être n'êtes-vous qu'une errance dans ce monde, qu'un fantôme perdu dans une autre dimension.

    N'être qu'une poussière au milieu de tout un tas d'autres poussières. N'être rien aux yeux des autres.

    Puis un jour, quelqu'un vous regarde. Vous sourit. Vous parle. Vous n'êtes plus invisible pour les yeux du commun des mortels car, avec lui, il n'y a plus personne autour de vous. Eux deviennent les fantômes sans intérêts. Eux ne sont plus rien. Une bulle, une effervescence, une source de réconfort.
    Mais le temps passe. Assassin. Cruel futur déjà présent. Il vous renvoie tout en pleine face : il rentre le soir, il ne vous calcule même pas. Vous n'êtes désormais plus rien. A l'occasion, il remarquera peut-être que vous avez fini le jambon à midi. Il râlera que vous n'avez pas fait les courses. Mais il ne vous cherchera pas pour vous demander ce que vous avez fait aujourd'hui ni ce que vous avez ressenti.

    Vous retomberez dans votre anonymat. Ombre au milieu d'autres ombres. Inlassablement, le même chemin, le même silence, les mêmes mouvements jusque la fin. Bus. Boulot. Dodo. Juste une âme errante. Juste... CA.

    N'être qu'une poussière au milieu de tout un tas d'autres poussières. N'être rien aux yeux des autres.

    Une fin. Seule comme le reste de cette vie. Invisible aux yeux de tous. Et même rendue invisible face à vos propres yeux. Même eux ne voulaient plus vous observer dans le miroir. Car vous n'étiez même plus cette poussière au milieu des autres poussières. Vous n'étiez plus qu'une tâche au milieu du décor. Et maintenant, il ne reste plus que cette tâche rouge au milieu du papier peint. Une bâche. Un rapport. Plus rien. Classée. Oubliée. N'ayant jamais existé.

    N'être plus rien aux yeux des autres.
    Tu manques...

    Les mots que l'on n'a pas dits sont les fleurs du silence. {Proverbe japonais}


  8. #8
    Date d'inscription
    August 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69

    Larmes

    • Tu es seul
    • C'est une présence qui m'entoure
    • Je ne vois qu'un seul remède à tout ça
    • La disparition est éphémère, cela devrait s'estomper avec le temps
    • Ca tient quand même à peu de choses...

    Cette présence qui m'entoure, m'étreint, m'étouffe. Salle bondée, bruyante, sans âme et sans saveur. Michel Berger l'a chanté : "D'où vient ce sentiment bizarre, que je suis seul ?". Je sirote le fond de mon jus d'orange dont le son est étouffé par le vacarme alentour, de la musique que crient les hauts parleurs, les caprices des enfants sautillants, trébuchants, et le bruit des cuisines, de la vapeur, des serveuses passant commande, des couverts, des ordinateurs. Les cartes bleus et les plaques de cuisson chauffent. C'est le coup de feu de midi et tout le monde s’affaire comme de petites fourmis. Le monde qui m'entoure s'installe en groupes d'amis, de collègues, de connaissances. Je pense à elle avec mélancolie. A ses manies lorsqu'elle me fait face dans ces instants. Sa manière de manger doucement par petites bouchées tout en donnant l'impression de ses baffrer et de se régaler d'un immense festin, à coups de langues sur ses lèvres pamplemousses, me fixant de ses yeux pétillants.
    Je me dit que cela tient à peu de chose, que cette disparition est éphémère et pourtant je suis obligé de me résoudre au deuil quotidien de vivre mes jours loin d'elle. Ce n'est pas éternelle ? Eh bien si, en un sens. Le 15 octobre 2011 n'arrivera plus jamais, et cette journée loin d'elle sera gâchée, éternellement. Même si je la retrouve, loin d'elle ma flamme traverse un hiver loin de tout, près de tous, sans jamais trouver âme soeur avec qui partager mon existence, mon essence. Une salle bondée sans personne. Une salle bondée sans elle.
    Le coeur gros et l'âme vide, je perd mes mots, mon lexique et mon amour pour cette terre ingrate. Attendons nous la guerre, la maladie, la catastrophe, pour nous rapprocher ?
    Loin de tout, près de tous, je garde mes larmes égoïstes dans ce monde cacophonique. Mes yeux bien que secs, cherchent à travers cette foule, une âme qui comprenne le poids des larmes. Le coeur lourd et l'âme sourde un samedi 15 octobre... A Mc Do...
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

Discussions similaires

  1. Quatrième Thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 8
    Dernier message: 28/02/2012, 18h46
  2. Commentaires : Second thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 21
    Dernier message: 16/01/2011, 09h57
  3. Second thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 7
    Dernier message: 10/01/2011, 00h47
  4. [DRAM]Le septième sceau d'Igmar Bergman
    Par Althéa dans le forum Cinéma, Vidéos et Télévision
    Réponses: 3
    Dernier message: 11/11/2005, 17h08
  5. [MOD] Rajouter un septième personnage
    Par Oblivion dans le forum Le Bazar de l'Aventurier
    Réponses: 2
    Dernier message: 11/10/2005, 22h40

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256