Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Troisième Thème

  1. #1
    Date d'inscription
    avril 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages 
    5 275

    Troisième Thème

    Bonjour à vous tous !

    Voici à présent le troisième thème de l’atelier ! Je vous remercie tous encore une fois pour cette participation active et chaleureuse, à la fois dans vos écrits et vos commentaires.

    Je ne vous fais pas languir plus longtemps, voici donc le nouveau thème :

    Voyage

    Comme les autres fois, vous êtes libres d’écrire dans, en marge ou complètement hors du thème. L’important est qu’il puisse vous inspirer quelque chose. De même que les phrases que je vous propose :

    • C’est par où ?
    • Il poursuivait sa route sur ce chemin qui ne menait nulle part
    • Je n’aime pas le silence qui ponctue habituellement mes pérégrinations
    • Terminus, tout le monde descend !


    Bon courage à tous !
    Dernière modification par Ailyn ; 16/01/2011 à 10h22.
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2006
    Messages 
    2 429

    Re : Troisième Thème

    Enfin il y était parvenu. Il avait à présent le choix entre une plaine ou un désert. Lequel choisir? Il opta pour la plaine et s'y rendit. Autour de lui, il s'meerveillait de l'endroit dans lequel il se trouvait. Dans la plaine, le parterre était parsemé de fleurs, l'herbe verdoyante et les arbres gigantesques. Il ceuillit une fleur, prit bien soin de ne pas l'abîmer et la déposa délicatement au dessus de son oreille. Il examina les arbres garnis de fruits. Il voulut en ceuillir un mais redoutait la sanction qui pouvait y découler. Heuresement, une personne qui remarqua sa timidité lui fit signe de se servir. L'homme ceuilla une poire et en donna une à la la personne qui l'avait invité à manger. Il s'agissait d'une femme. La description qu'il pouvait en faire s'avérait flou mais cela n'avait que peu d'importance. Tandis qu'ils dégustaient leurs fruits, ils parlèrent de tout et de rien. Lorsqu'ils eurent fini, ils se dirent adieu avant de reprendre chacun leur route. Il continua le coeur joyeux, marchant au milieu des gens assis sur la pelouse. Les gens le dévisagèrent avec curiosité mais aucun d'entre eux n'émit un jugement quelquonque. Ils lui adressèrent tous un sourire de bienvenue. Quel endroit paradisiqaque! Qui pourrait résister, rester de glace face à la beauté de ce lieu. Les gens qui voyageaient ne prenaient pas tout le temps de goûter à la beauté des lieux. Ils rataient quelque chose.


    -Hé ho, tu rêvasses ou quoi? C'est l'heure de prendre ta douche.
    Sortant de ses pensées, il prit docilement ses affaires et se dirigea vers les douches avec lassitude entraversant les couloirs froids et sombres. Il se redonna du courage. La douche n'était qu'une parenthèse. Lorsqu'il reviendra, il s'imaginera cette fois de se trouver dans un désert. C'était le seul moyen d'échapper à la dure réalité de la prison dans laquelle il se trouvait.
    Ma bio rp est ici

  3. #3
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages 
    10 187

    Re : Troisième Thème

    "Au Père Lachaise, s'il-vous plaît."

    Elle était entré dans son taxi et avait parlé d'une voix douce. Presque un souffle. Mince, cheveux roux, peau diaphane. L'haleine de la nuit lui avait soufflé au visage quand il avait ouvert la porte de son taxi. C'était l'heure avant que l'aube chasse les ombres, l'heure incertaine entre chiens et loups. Il ne s'en formalisait pas. L'heure tardive lui permettait de rencontrer les noctambules anonymes, les fêtards pénitents, les amants repentis rentrant au domicile. Il en avait vu des choses ...

    "Taxi sept, pour vous servir ma petite dame"

    Elle ne cilla pas, regarda au dehors, recroquevillée dans son siège. Il réajusta sa casquette sans rien ajouter de plus. De ça aussi, il en avait l'habitude. Il la vit frissonner. C'est vrai qu'il faisait froid dans son véhicule. Il n'aimait pas mettre le chauffage pour économiser le carburant.

    Durant le trajet, il la regarda à la dérobée. Belle frimousse constellée de tâches de rousseur. Un travail d'orfèvre. Mais ce silence ... Une pointe de surnaturel. Dehors, la brume où la lune projetait sa lueur argentée. Et cette passagère silencieuse. Seule, sûrement. Son taxi crachotait, au rythme de la suspension chaotique. Les routes n'étaient plus ce qu'elles étaient. Il la vit resserrer son chandail autour de ses épaules, recroquevillée à la recherche d'un peu plus de chaleur. Fatiguée, vulnérable, presque irréelle.

    Le taxi arriva finalement devant les grilles. Elle descendit et paya sans un mot.

    "Alors, vous en êtes, vous aussi. Je vous ramenais chez vous ?"

    Elle écarquilla les yeux, surprise. Il lui désigna le cimetière. Elle fronça les sourcils.

    "Oh, vous savez, il n'y a pas de quoi être gêné. J'ai l'habitude, vous savez"

    Elle secoua la tête en silence. Il repartit penaud.

    "Bonjour Zélie"

    La jeune femme sursauta. Elle ne l'avait pas entendu venir.

    "Bonjour Victor. Tiens, il m'en est arrivé une belle ..."

    Elle lui raconta. Le vieux taxi, le froid, la casquette d'un autre âge. C'est alors qu'elle comprit.

    "Victor, je crois que j'ai vu un fantôme."
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  4. #4
    Avatar de missElder
    missElder est déconnecté entend la belette chanter
    Date d'inscription
    mars 2010
    Localisation
    Paris
    Messages 
    2 439

    Re : Troisième Thème

    Ce matin, je me réveille avec un grand sourire aux lèvres. Sur le mur, Johnny Cash me le renvoie poliment, en plus énigmatique cependant. Pour la millième fois, je me dis que ce mur est bien terne en blanc, et que je devrais le repeindre ; mais pour une fois, je m’en moque complètement. J’ai mieux à faire !

    Je me dirige vers le placard du salon. J’ouvre. Comme d’habitude, je découvre un paquet de céréales périmées, dont la mascotte – un ours étrangement bleu – me regarde avec un air de reproche. Pas grave, je mangerai du pain. Je me dis que je devrais faire le tri dans ce placard une bonne fois pour toutes ; mais qu’importe ! J’ai tellement mieux à faire.

    Un carton plein de bouquins se rappelle à mon souvenir, ou plutôt à celui de mon pied gauche, qui le heurte violemment et m’entraîne dans sa chute. « Eh oh, ça fait plus d’un mois que j’attends, moi ! » semble vouloir me dire sa grande bouche béante. Il n’a pas tort ; mais je ne m’en soucie pas. J’ai tellement mieux à faire aujourd’hui !

    J’allume ma vieille chaîne audio. Je l’ai achetée une bouchée de pain dans une brocante ; jamais compris comment son ancien propriétaire avait pu vouloir se séparer d’un appareil en parfait état de marche ; peut-être qu’il a vendu tous ses vinyles également ?

    Quelques notes, et quelques mots en zoulou ; puis Johnny Clegg commence à chanter. Tiens, encore un Johnny ! C’est assez amusant, il ne manquerait plus que je croise l’autre Smet dans la rue…

    Je commence à préparer mes affaires. De voir mon sac, là, en, face de moi, je me sens toute émue. J’ai envie de sauter partout. D’ailleurs, c’est ce que je fais. De me dire que bientôt, ça y est, je me lance, j’y vais, je pars, ça me donne des frissons partout.

    Depuis les haut-parleurs de ma chaîne – tiens, en voilà une qui va me manquer !- ce cher Johnny me hèle : Are you ready ? Oh oui, si tu savais comme je suis prête ! Je le salue une dernière fois en dansant comme une zoulou, ou plutôt en essayant.
    Après m’être lamentablement pris les pieds…dans les pieds (je n’ai même pas l’excuse d’avoir heurté quelque chose d’autre, mais bon, j’ai l’habitude), je me calme. Un peu. Parce que quand même, je me sens toute chose. Si on pouvait mesurer les battements de mon cœur, je suis sûre que j’entrerais dans le Guiness Book !

    On sonne à la porte. C’est ma mère, bien sûr. Comme si elle aurait raté ce jour !

    « Alors ça y est, le grand jour, chérie… »
    Elle me sourit, toute émue. Même si ça fait un bout de temps maintenant que j’ai quitté le cocon familial, c’est la première fois que je m’éloigne autant d’elle. C’est pour ça qu’elle est presque aussi agitée que moi.
    « Ne mange pas trop de choucroute, d’accord ? »
    C’est tout elle, ça. Elle ne veut pas me montrer à quel point elle a envie de pleurer, alors elle fait de l’humour. Un peu douteux, je le reconnais. Comme si les Allemands ne mangeaient que de la choucroute ! Non mais ! Ils mangent des Knackis aussi.

    Si elle évoque le glorieux pays de Goethe, ce n’est pas pour rien. Eh oui, car je pars en Allemagne là, tout de suite, maintenant, aujourd’hui. Paris – Berlin à pied, ou en stop, on verra bien. Frankreich-Deutschland, mon rêve. Sur la route pendant…ouh là…très longtemps, seule avec moi-même et le reste du monde, à simplement vivre. Un trip, comme on dit. Dans tous les sens du mot !

    Après une scène d’adieux très émouvants, je le reconnais (« Promets-moi de ne pas abuser de Curry-Wurst ! » « D’accord, mais surtout, prends soin de mes vinyles ! »), je me mets en route. Enfin. On croirait que ça fait une vie que je n’attends que ça !
    En RP, Eldrina s'exprime en 3DB220.
    Modératrice des sections The Witcher et Divinity, et super-modo à mes heures perdues.
    Always look on the bright side of life.

  5. #5
    Smidge Invités

    Re : Troisième Thème

    L’atmosphère était lourde. La détente éphémère qui accompagnait traditionnellement chaque soir s’était totalement évanouie, et laissait en cet instant sa place à une tension encore plus grande.


    « Maman, qu’est-ce qu’il se passe ? Il est où papa ? »



    Le garçon était déjà presque un jeune homme, à maintenant quatorze ans. Sa mère empaquetait leurs maigres provisions, le regard vissé sur les minces interstices qui laissaient filtrer de l’extérieur quelques timides raies de lumière orangée, le visage dur et inquiet à la fois. Ses longs cheveux bruns trempés par la moiteur de la pièce autant que par son zèle retombaient en mèches collées sur ses épaules.

    Elle ne lui avait pas répondu, et cela ne laissait rien présager de bon. Il pouvait deviner l’angoisse se propager dans la pièce, ramper sur les murs, s’insinuer en chacun d’eux. Le crépuscule salvateur de chaque soir aurait dû leur apporter leur répit quotidien, mais cela n’était en rien le cas aujourd’hui.


    « Où est papa ? », insista le garçon.



    Il n’était plus un enfant, et on ne pouvait plus lui cacher une vérité dérangeante en l’ignorant simplement. Il pressentait déjà la réponse, mais préféra en avoir le cœur net en la posant à celle qui « savait ». Sa mère l’ignora une nouvelle fois, et sa question n’eut pour effet que de la replonger dans le travail qu’elle avait quitté une poignée de minutes auparavant. Au dehors, on percevait encore quelques derniers hurlements rauques, s’éloignant à mesure que l’astre du jour déclinait. La jeune femme se mouvait avec une dextérité incroyable, sans émettre le moindre son. C’était une caractéristique qu’il avait toujours remarquée chez elle, même avant la venue de la Grande Mort.



    « Maman ! »



    Elle sursauta à son injonction, et se tourna enfin vers lui, les sourcils froncés en un regard désapprobateur.



    « − Moins de bruit, chuchota-t-elle durement.

    − Il va faire nuit. On peut…
    − Pas encore complètement. »


    Son ton se voulait sans réplique. Elle déposa les dernières conserves, entassées sur un monticule de sachets de chips et autres biscuits secs, puis laça le grand sac de toile déplié sur leur lit dans un léger froissement.



    « − On part cette nuit, déclara-t-elle solennellement.

    Quoi ??, manqua de s’étouffer le jeune homme. On part ?? Et papa !? »


    Elle ferma les yeux, et il devina qu’elle-même luttait pour ne pas pleurer. La vie n’avait pas été facile ces dernières semaines, c’était même peu de le dire, mais ils avaient réussi à fonder en ce lieu un fragile havre de paix, au prix de nombreuses souffrances. Il ne restait qu’eux trois. Et s’il avait deviné juste, peut-être même n’étaient-ils plus que deux.



    « Ça va grouiller dès demain matin à l’aube quand ils auront trouvé le cadavre, se reprit-elle d’une voix plus assurée. On ne peut pas rester là, c’est trop dangereux. »



    Sa phrase, même prononcée de la façon la plus neutre possible, résonna un long moment dans l’esprit du garçon. Il s’était préparé à cette éventualité, bien sûr. Contraint et forcé. Mais il n’était pas possible d’y être véritablement paré − qui le pouvait, de toute façon ? −, en particulier face à l’horreur quotidienne qui les encerclait chaque jour depuis ces deux derniers mois. Et sous la carapace à la fois salvatrice et insupportable de sa mère, il savait que pour elle non plus.



    Il poussa un long soupir, presque horrifié de sa propre résignation. Il était encore en vie, c’était l’essentiel. Du moins tentait-il de s’en convaincre. Ce n’était plus le cas de sa sœur… Un goût amer sur la langue, il saisit le revolver noir sur sa table de chevet puis le passa à sa ceinture trop large après en avoir vérifié le barillet. Il s’empara enfin du premier sac à dos à sa portée, et le hissa à son épaule. Il n’y avait plus le temps de traîner. Dans moins de douze heures, les premiers cadavres partiraient à la recherche des survivants. Et dans moins de douze heures… son père en ferait partie…



    Il fallait aller de plus en plus loin pour trouver de la nourriture encore consommable, et il n’y avait plus la moindre goutte d’essence à des kilomètres à la ronde depuis une éternité. Et si le voyage devait durer plus d’une nuit… le risque de se voir dévorer par ces caricatures de vie humaine s’en trouvait grandement augmenté. Ce qui avait été le cas de son père, à n’en pas douter.

    La plupart des centres commerciaux des environs avaient été pillés dès les premiers jours, et se révélaient à présent très pénibles à explorer, en raison de l’odeur pestilentielle dégagée par les victuailles pourrissantes à la chaleur de l’été. Il fallait arpenter les immeubles particuliers, quartiers après quartiers, placards après placards, pour espérer trouver de quoi survivre quelques jours de plus. Jusqu’à quand ? Et dans quel but… ?


    Il secoua soudainement sa tête, se vidant de ses pensées inutiles, voire handicapantes, en se concentrant sur la tâche présente. Les préparatifs ne durèrent qu’un quart d’heure tout au plus, leur situation plus que précaire les condamnant à être parés à un départ précipité en toutes circonstances.



    « Nous allons essayer de rejoindre l’estuaire, expliqua sa mère d’une voix terne. Je pense qu’on devrait encore trouver de la nourriture là-bas, ainsi qu’un refuge assez isolé pour ne pas qu’on nous repère. »



    Le garçon ne répondit rien. Il ne s’agissait pas d’une question de toute façon. Son regard erra quelques instants sur les titres des journaux usés qui calfeutraient leur abri de fortune. « La Grande Mort arrive ! », « Restez tous abrités ! », « Ne vous coupez pas, lavez-vous les mains ! ». Et le dernier en date : « L’armée distribue enfin les vaccins ! »… Quelle ironie… Ils y étaient tous restés. Jusqu’où s’étendait la pandémie à présent ? Impossible de le savoir. Ces dernières semaines, les messages d’informations que captait le vieux transistor de son grand-père se faisaient de plus en plus rares, sur des ondes de plus en plus longues. Et puis plus rien. Ce qui ne laissait rien présager de bon. Dans un élan d’espoir et de nostalgie stupides, il en replia l’antenne, puis le suspendit à la fermeture-éclair de son sac. Il était prêt. Du moins autant que pouvait l’être un garçon de quatorze ans perdu au beau milieu des enfers.



    La serrure de l’entrée grinça plusieurs fois lorsque sa mère en défit les verrous. Sa gorge se serra. Le mur de pragmatisme artificiel qu’il avait érigé entre lui et ces évènements surréalistes et terrifiants se fissura soudainement. Et quelques larmes coulèrent le long de ses joues.



    « Papa… »



    Il tourna ses yeux embués vers sa mère.



    « On ne va pas le laisser là, hein ? »



    Sa voix, ainsi que son cœur, étaient redevenus ceux d’un enfant. Rien ne lui avait jamais paru aussi triste que le visage de sa mère en cet instant. Son regard croisa le sien, dans une éphémère suspension du temps.



    « Arrête de pleurer. Et n’oublie pas les piles pour la lampe. »



    Le choc de sa réponse lui arracha un hoquet de surprise. Il déglutit péniblement, la gorge serrée. La porte s’ouvrit, et la réalité le rattrapa soudainement. Il n’était plus question de s’émouvoir, c’était une question de vie ou de mort.

    Ils empruntèrent tous deux les escaliers obscurs en colimaçons qui menaient au rez-de-chaussée. Le garçon retint un haut-le-cœur, puis bloqua sa respiration le temps de leur descente. Le faisceau de lumière de la lampe torche illuminait chaotiquement leurs pas, dévoilant immondices et autres corps démembrés jonchés à même le sol. Puis enfin, la rue. L’air. Vicié et si pur à la fois.


    Une légère bourrasque chaude souleva les déchets amoncelés depuis trop longtemps sur la route. Il tourna le regard en direction du bâtiment derrière lui, masse sombre et invisible à la faveur de la nuit, puis se ravisa aussitôt.



    « C’est par où ? », lança-t-il à voix basse.



    Sa mère s’arrêta. Lentement, elle se retourna dans sa direction, puis contre toute attente l’enlaça dans ses bras.



    « Moi aussi je suis triste, lui murmura-t-elle à l’oreille. Mais il faut qu’on parte. »



    Tout aussi soudainement, elle rajusta la sangle de son sac à dos, inspira profondément, puis s’engagea sur le trottoir qui bordait cette rue autrefois si fréquentée.



    Ce n’était pas un voyage. C’était une fuite. Une fuite vers l’avant, en direction de l’inconnu. Et dans le silence qui sied aux randonneurs solitaires, ils poursuivirent leur route, sur ce chemin qui ne menait nulle part.

  6. #6
    Date d'inscription
    novembre 2004
    Localisation
    Paris
    Messages 
    1 994

    Re : Troisième Thème

    Un thème de retard, pour changer...

    Le tambour de la machine tourne et les images du catalogue de voyage défilent. L’Amérique du Nord.

    « Vous connaissez New-York ? »

    Elle se retourne. Une femme, petite quarantaine, douloureusement ordinaire. Non, répond-elle, elle ne connait pas New-York mais a pour projet d’y aller. La quadragénaire la regarde avec envie, ça doit être grandiose New-York. La page suivante est collée, et New-York continue de les narguer toutes les deux. Quatre cent quatre-vingt-dix-neuf euros l’aller-retour, hors saison évidemment.

    Ses parents y sont allés pour leur lune de miel, mais c’était il y a quarante ans ; mais tout de même quelle chance l’interrompt la quadragénaire. Manhattan, Broadway, la statue de la liberté, au fait je m’appelle Janis –car ses parents adoraient Janis Joplin—et Laura ne sait toujours pas pourquoi elle fait la conversation à une inconnue dans cette laverie.

    C’est vrai que la rue dehors est triste, et qu’à New-York ce serait surement plus animé. Comme à la télévision, par exemple dans... oh, Janis ne regarde pas la télévision. Trop de travail à la maison, mais Laura ne peut pas savoir, elle n’est qu’étudiante.

    Un jeune homme entre vider un sèche-linge déjà arrêté depuis une dizaine de minutes puis repart.

    Les laveries là-bas doivent être différentes. Mais je devrais arrêter de dire des sottises, concède Janis. On ne va pas croquer la Grande Pomme pour visiter les laveries. Oui, c’est excitant, peut-être qu’on devrait y aller, toutes les deux ?

    Un homme entre dans la laverie et parcours la pièce du regard. New-York, Laura ! Par pitié, New-York. L’homme s’approche et saisit Janis par le bras et la tire vers la porte. New-York ! New-York ! Laura !

    Et l’homme et Janis sont déjà dehors. A part la machine de Laura, aucune autre ne tourne. Elle se précipite dehors, mais Janis et l’homme ont déjà disparu dans la nuit. Elle tient toujours dans sa main le catalogue de voyage, ouvert. Quatre cent quatre-vingt-dix-neuf euros l’aller-retour, hors saison évidemment. Oui, c’est excitant, peut-être qu’on devrait y aller, toutes les deux ? Janis ?
    Lies are never forgotten, they go on and they grow
    Chat orange et D'Oghmatique.
    Rodolpho Remington, barde/boulanger, s'exprime en FF99CC > Bio RP

  7. #7
    Date d'inscription
    mars 2008
    Messages 
    921

    Re : Troisième Thème

    Oui, je sais, je débarque de... et bien, de nulle part, mais ce thème vient de m'inspirer un bête dialogue griffonné en cinq minutes .



    Je me réveillai en sursaut. Il faisait encore nuit. Nous roulions toujours sur une autoroute plus ou moins déserte. Un coup d'oeil au cadran de la voiture m'appris qu'il était cinq heures et demie du matin.
    Jetant un oeil à Claire, je vis qu'elle était parfaitement éveillée, son habituel gobelet de café à portée de main. Ne voyant aucun panneau indiquant où nous étions, je décidai de sortir de mon mutisme:

    "- Où sommes nous ? demandais-je d'une voix rauque.
    - Nulle part, me répondit-elle d'un air détaché, comme si ça allait de soi.
    - Ne sommes-nous pas quelque part ? rétorquais-je en souriant, décidant de jouer le jeu.
    - Peut-être, bien que quelques fois, nulle part ne soit rien d'autre que ce qu'il est.
    - N'est-ce pas évident ?
    - Pas toujours. Cela dépend du point de vue.
    - Le verre à moitié vide ou à moitié plein.
    - Exact. Parfois, nulle part et quelque part ne sont que deux visions d'un même lieu."

    Nous nous tûmes pendant quelques instants.

    "- Et rien de plus ? repris-je, décidé à aller jusqu'au bout.
    - Peut-être pas. Il reste l'ailleurs.
    - Comment ça ? fis-je, étonné.
    - Et bien, dit-elle lentement, si nous venons de nulle part, mais que nous ne sommes pas encore arrivés, nous sommes entre nulle part et ailleurs."

    Méditant ces paroles, je vis soudain un panneau indiquant "Atlanta-20 miles".

    "- Oui, bon, tu aurais pu me dire qu'on était toujours en Georgie, râlais-je.
    - Ca n'aurait pas été aussi drôle, dit-elle en riant."



    Voilà, voilà, comprenne qui pourra
    . Peut-être des erreurs de mise en page, mais je ne suis pas trop au fait des conventions .

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2009
    Localisation
    Lyon
    Messages 
    69

    Si je pars

    Si je pars, tu m'aimes ?
    Si je reste, m'aimeras tu ?
    J'ai toujours rêvé de voyage sans même le soupçonner. Je crois que nous rêvons tous de voyage jusqu'à notre mort. La mort elle même est un de ces voyages dont on rêve mais dont la seul idée nous provoque une terreur telle que nous nous refusons de l'envisager.
    Si partir est mourir un peu, autant le faire, apprivoiser la mort. Peut être que, au bout du voyage, je l'aurai suffisamment apprivoisée pour ne plus en avoir peur.
    Mais si je pars m'aimeras tu... A mon retour regretteras tu mon absence, tout ce temps passé loin de toi ? Verras tu la mort au fond de mes yeux et à ton tour, n'auras tu pas peur de moi ?
    Si je pars, peut être notre voyage se terminera là... Et la mort je l'affronterai seul dans les ténèbres que j'aurai apprivoisé tout ce temps.
    Si je pars m'attendras-tu ou à mon retour fuiras-tu ma mort pour apprivoiser la tienne... loin de moi ?
    Rorchach
    Voilà le jet d'un texte court et introspectif. Ce n'est pas de l'écriture intuitive, mais presque.
    J'avais écris un texte plus narratif, mais il était un peu long et difficile à travailler. Et puis vous savez ce que c'est... Quand l'inspiration est là, il est dommage de passer à côté !
    Je préfère partir plutôt que d'entendre ça plutôt que d'être sourd.

Discussions similaires

  1. [BD] Le Troisième Testament
    Par Umbre dans le forum La Grotte aux BDs
    Réponses: 2
    Dernier message: 05/02/2010, 15h54
  2. [BUG] Bug au troisième rêve avec Irenicus
    Par dunhallym dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 10
    Dernier message: 03/03/2009, 06h21
  3. Règle d'D&D troisième édition
    Par Nightmare dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 7
    Dernier message: 09/06/2008, 17h37
  4. [QUETE] Passer la troisième épreuve
    Par Saiko dans le forum L'île de Vvardenfell (Morrowind)
    Réponses: 2
    Dernier message: 18/07/2004, 10h10
  5. [Bug] Sur le bateau lors de la troisieme quete
    Par Elissa Keens dans le forum Kim
    Réponses: 3
    Dernier message: 30/01/2004, 17h52

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258