Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Second thème

  1. #1
    Date d'inscription
    April 2004
    Localisation
    Le nez dans un bouquin
    Messages
    5 276

    Second thème

    Bonjour à toutes et à tous !

    J'ai été plus que ravie par toutes les participations du premier thème . Je vous remercie encore et c'est pourquoi je vous en propose aujourd'hui un second.
    Avant de l'exposer, j'aimerai simplement vous dire (notamment à ceux qui n'ont pas participé) qu'il restera pour l'instant ouvert à la participation si le coeur vous en dit, ou alors si vous avez envie d'écrire un nouveau texte sur le même thème .

    Pour l'heure, il est grand temps de vous présenter un nouveau thème, le second donc :

    Paroles


    Les phrases que je vous propose :

    • Qu'en dis-tu ?
    • Le silence est d'or
    • J'entends sa voix
    • Elle écoute


    Comme pour le premier thème, vous êtes libre d'utiliser ces phrases, comme vous l'êtes d'être plus ou moins proche du thème .

    A vos plumes et bon courage à vous !

    La suite dans une quinzaine de jour .
    RP : Ailyn, ensorceleuse entropiste déjantée. Quête : La morsure du cobra Calimshite
    Venez écrire et lire dans notre atelier d'écriture !
    Un problème ? Une question ? Une idée ? Un thème à proposer ? Par ici !

  2. #2
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Pas très loin de Fossy :p
    Messages
    10 070

    Re : Second thème

    Elle écoute le silence sacré et le recueillement. Les pas indifférents crissent dans les allées. Sa maison, son territoire. Elle entend leurs voix. Paroles d'inéluctable, de souvenirs, de regrets. Son domaine est la fin du voyage. Territoire symétrique où règne l'immobilité presque parfaite. Souvent, ils passent près d'elle sans la voir. Certains lui adressent un regard indigné, comme pour la prendre à témoin. Témoin de cette absence. Elle garde le silence. Elle ne sait que répondre. Un jour, un petit plaisantin l'a coiffée d'un bonnet. Elle l'a gratifié de son sempiternel sourire. Elle n'avait pas froid dans son immobilité de pierre. De même qu'elle ne craint pas la neige ni l'angoisse de la nuit. C'est elle qui rassure de son regard si doux. Ses yeux fermés ont déjà vu tant de choses. Et pourtant, elle ne prononcera nulle parole. Et pourtant, elle est là. Gardienne des vivants autant que des morts.

    Silencieuse statue de vierge dans un cimetière ...
    Super modératrice (oui, ça pète ) et modératrice de Pillars of Eternity, de la section cinéma et littérature. J'interviens dans cette couleur.
    Mon personnage rp : entre ombre et lumière, entre été et hiver : Angèle d'Aulfray, paladine de Tyr.

  3. #3
    Date d'inscription
    June 2006
    Messages
    2 429

    Re : Second thème

    Paroles? Sans vouloir dire, cela me parait trés entendu comme thème ou alors il s'agit de paroles sacrés mais c'est un peu vague. Je fais donc un texte mais j'ignore si je suis dans le sujet.

    Nous marchâmes tous inlassablement tels un troupeau errant suivant une ligne droite. Je sentis la chaleur du sable sous mes pieds tout comme le climat torride que nous imposait le soleil alors que nous étions perdus en plein désert. J'avais faim, soif et je manquais de sommeil. En était il de même pour les autres? Depuis combien de temps marchions nous? Je ne saurais le dire. Où allons nous? Je ne pourrais y répondre. Je me contentais de suivre les autres sans savoir pourquoi. Mais malgré la fatigue, la chaleur et l'errance, il existait quelque chose de pire auquel aucun d'entre nous n'y échappait. Il s'agissait de l'absence de paroles de notre part. Le silence total, ambiance morne.
    Dernière modification par Streen ; 07/01/2011 à 19h24.
    Ma bio rp est ici

  4. #4
    Date d'inscription
    August 2009
    Messages
    2 100

    Re : Second thème

    Dans la lueur de la journée finissante, deux adolescents tendaient l'oreille. Les gouttes d'humidité verdâtres froissaient la surface lisse de la mare à côté d'eux. Au dessus, le haut plafond de la caverne était déjà sombre :
    - "Qu'en dis tu ? Crois tu qu'"elle" nous entende ?" demanda-t-il, d'un air ironique
    Le froid était saisissant ; pourtant elle ne tremblait pas sous sa couverture.
    - "Chut, tais-toi. Elle écoute. Je le sais"
    Il écarquilla les yeux et se rapprocha d'elle. Dans son regard, le crépuscule déjà se reflétait.
    Il chuchota :
    - " Quand reviendront-ils, alors ?"
    - "Je ne sais pas. J'ai si peur"

    Plus tard, alors que les ombres s'allongeaient dans la vallée plus bas, il se leva et resta quelques minutes à l'entrée de la caverne. Elle le rejoignit.
    -"Pourquoi ne pas partir ?"
    - "Pour aller où? Ils nous ont dit d'attendre ! Nous étions trop lents, tu te rappelles ? C'était juste l'affaire de quelques heures !"
    - "Mais cela fait déjà si longtemps...et puis il y a eu ces bruits, et Elle...j'ai si peur, s'il te plait ! Je ne veux pas dormir ici de nouveau !"

    Ses traits étaient fatigués, pourtant sa sœur était si jolie, si douce. Il baissa la tête et lui prit les mains
    "- Je ne crois pas qu'il y ait de "elle", tu sais. Ce que je crois c'est qu'il n'y a rien dans cette grotte"

    Le fond de la caverne était à présent dans l'obscurité. Ils avaient essayé de l'explorer, mais sans lumière ils étaient vite perdus dans les ténèbres. Et puis ils avaient fini par trouver quelque chose.

    "- Ce que tu crois...et ça alors ?"
    Elle tira de son sac à dos ce qu'elle avait trouvé plus tôt. C'était un os. Et ils savaient tous les deux de quoi il s'agissait. Elle avait décidée qu'il ne pouvait s'agir que d'une "Elle". Une "Elle" à laquelle elle s'identifiait, une "Elle" qu'elle ne voulait pas devenir en restant une nuit de plus ici...


    Quelques heures plus tard, la nuit vint enfin. Le clapotis des gouttes avait enfin cessé. L'entrée béante de la caverne était nimbée d'étoile, dessinant une porte titanesque dans l'obscurité. Depuis déjà une heure, elle dormait. Lui, veillait. Ils avaient mangé quelques fruits, et avaient pris la décision de partir vers l'est au lever du soleil afin de retrouver leurs parents. Cette randonnée, dans cette contrée reculée et déserte, n'avait pas été de tout repos. Mais à présent l'attente avait fait place à l'inquiétude. Toute la journée, les bruits d'éboulements n'avaient pas cessé au plus profond de la caverne. Si elle pensait qu'il s'agissait de l'esprit d'"Elle", lui pensait à autre chose. Il fallait partir dès demain.

    Enfin, l'aube vint. Elle ouvrit les yeux. Un bruit l'avait réveillée. Celui du jour précédent. Un grondement lointain et lourd.
    Elle tourna sa tête vers lui. Il dormait, enfin. Son visage défait reflétait son inquiétude.
    Alors qu'elle tournait la tête vers l'intérieur, le bruit se fit plus présent. Plus sourd, plus massif. Elle plissa les yeux.
    Une ombre au fond de la caverne sortait à présent des ténèbres. Dans ses yeux, s'illumina le disque clair du soleil levant à l'horizon. Mais ce n'était pas la joie du départ que reflétait son regard. C'était la mort.
    Dernière modification par Inarius ; 09/01/2011 à 16h10.
    "Je crois que deux et deux sont quatre, Sganarelle, et que quatre et quatre sont huit"
    Molière - Don Juan -

  5. #5
    Smidge Invités

    Re : Second thème

    « Un café, et un grand verre d’eau. »


    À vrai dire, elle aurait commandé n’importe quoi. Elle n’était pas ici pour consommer. Simplement pour être seule. L’ambiance feutrée lui avait plu, et elle était entrée, sans se poser davantage de questions. Il lui fallait changer de lieu, c’était la seule chose dont elle fût sûre. L’air au dehors était irrespirable, ou du moins ne parvenait-elle pas à s’y oxygéner, et quant à son appartement… elle préféra éviter d’y laisser voguer son esprit tant la colère que cela lui inspirait menaçait de lui faire perdre à nouveau toute contenance. Il y avait quelque chose de différent ici. Une certaine « neutralité », qu’elle apprécia à sa juste valeur. Sa respiration se calma puis, les mains encore tremblantes, elle fouilla le contenu de son sac à main dont elle tira son porte-monnaie. Se focaliser sur l’instant présent l’apaisait, même si quelques mouvements encore incontrôlables perturbaient sa relative accalmie.


    « Ce sera tout ? », l’interrompit une voix masculine en déposant sur sa table la tasse d’expresso dans une coupelle décorée de deux sucres en forme de trèfle, accompagnée d’un long et étroit verre d’eau plate sur lequel s’agrippait une fine rondelle de citron.


    Elle le dévisagea un instant sans comprendre ses mots, le regard perdu dans le vague, puis acquiesça en hochant lentement de la tête.


    « − Vous allez bien ? , s’enquit le jeune homme.
    − Oui oui…, répondit-elle aussitôt, machinalement. »


    Comme si elle allait bien… Le serveur qui venait de lui apporter sa commande avait à peine bougé, et la fixait d’un œil inquiet. Ou peut-être pas. Elle n’en avait rien à faire de toute façon. Elle saisit l’un des sucres d’une main tremblante, qu’elle tapota un instant contre le rebord de sa tasse, avant de le laisser rejoindre les flots sombres et bouillonnants de son breuvage.
    La raison qui la poussa à ouvrir à nouveau ses lèvres qu’elle s’était jurée de sceller à tout jamais demeura parfaitement obscure à son esprit. Elle ferma les yeux, et prit une légère inspiration.


    « Non, en fait, ça ne va pas vraiment… »


    C’était insensé. Elle ne voulait pas en parler. Elle ne devait pas en parler.


    « Excusez-moi, se reprit-elle aussitôt. Je vous dois combien ? »


    Si son estomac avait encore contenu quelque chose, elle l’aurait certainement rendu sur place. Son angoisse la submergea à nouveau, et elle porta spontanément une main à son cœur qui reprenait insidieusement ses battements douloureux. Le jeune homme ne répondit pas, et s’installa en face d’elle, les bras croisés, immobile.
    Cela l’avait-elle agacée, ou au contraire soulagée ? Elle aurait incapable de se prononcer. Vraisemblablement un savant mélange des deux. Des images, de violence et de colère, se bousculaient à la limite de ses pensées, et elle dut lutter quelques secondes pour parvenir à les refouler.


    « Je n’en peux plus…, soupira-t-elle d’une voix faible. Je n’en peux plus, de… de tout. »


    Elle leva les yeux vers son interlocuteur, toujours silencieux, et secoua lentement la tête. Il n’avait pas bougé, calme et patient, et semblait simplement attendre qu’elle se livre à lui, comme une évidence. Une évidence irrationnelle qu’elle-même ne parvenait pas à écarter.


    « On s’est engueulé ce matin, récita-t-elle dans un demi murmure. Sur… comme d’habitude… »


    La colère se changea en mélancolie, et ses yeux se mirent à briller.


    « Il est distant, il ne m’écoute pas, il… il se fiche de ce que j’ai à lui dire, ou de ce qui m’arrive. La seule chose qui compte, ce sont ses petits projets à lui. J’ai… J’ai l’impression qu’il ne m’aime plus. »


    Sa phrase lui laissa un goût amer sur ses lèvres. Pourquoi se livrait-elle ainsi ? À un parfait inconnu ? Il l’écoutait toujours, semblait-il. À sa propre surprise, elle poursuivit, de la même voix blanche :


    « Pourquoi il fait ça ? Je bosse comme une folle, j’en ai par dessus la tête. Et il s’intéresse même pas à ce qui m’arrive. Je demande pas grand-chose… Parfois, j’ai l’impression qu’il le fait exprès. Ou pire, qu’il s’en fiche. Il peut pas comprendre qu’à me parler comme il fait, je vais finir par péter les plombs moi ? Je suis pas son chien, j’ai une vie moi aussi. J’en peux plus… J’ai envie de le frapper, tellement il m’énerve, je… je le… »


    Elle s’arrêta subitement, les yeux écarquillés, se sentant à nouveau submergée. Qu’était-elle en train de faire ?


    « Je lui avais demandé d’annuler cette sortie… On se voit déjà que pour le week-end. J’existe pas, c’est ça ? Ouais, ça doit être ça. Il a qu’à se trouver une ******* à son goût, moi c’est bon, j’ai donné ! Faut pas non plus me prendre pour une imbécile ! »


    Sa rancœur jaillissait de ses mots comme un serpent crache son venin. De son pouce, elle écrasait impitoyablement les quelques grains de sucre en poudre qui n’avaient pas trouvés le chemin de sa tasse. Son regard dément se porta sur son interlocuteur, puis sur l’anse ridiculement étroite qu’elle saisit brutalement entre le pouce et l’index. Elle hésita un instant, puis porta le café à ses lèvres, se délectant à la fois de son arôme et de la souffrance que lui procura la chaleur excessive du liquide sur sa langue.

    Elle ne pouvait dire pourquoi, mais le jeune homme ne semblait pas la juger. Elle s’était attendue à ce qu’il l’a réconforte − qu’il la drague, plutôt − ou qu’il en profite pour abonder dans son sens, ce qui n’aurait pas manqué de la faire à nouveau exploser. Mais non, il n’était rien de tout cela. Il était resté assis, et silencieux, à suivre le flot ininterrompu de sa voix.


    « J’ai essayé de lui dire calmement…, reprit-elle d’une voix à peine plus posée. Et puis je me suis mise à crier. Bon, ça m’arrive souvent. Mais… mais cette fois… Je… »


    Elle déposa la tasse sur son support dans un très léger tintement de céramique, puis fit craquer les articulations de sa main droite. Non, il ne pouvait pas s’être passé ceci. Ça n’était qu’un rêve. Qu’un cauchemar.


    « Oh mon dieu, qu’est-ce que j’ai fait…?, s’étrangla-t-elle tout à coup. Je… Je l’ai frappé. De toutes mes forces. Il… est tombé à la renverse, et sa tête a heurté… Et je suis… »


    Elle ne pouvait pas parler d’avantage. Ni même respirer d’ailleurs. Elle prit sa tête à pleines mains, et plaqua ses paumes sur ses pommettes jusqu’à en rendre la douleur insupportable. Puis elle se relâcha tout à coup, se rendant à l’évidence comme on se rend à l'échafaud. Car elle ne pouvait plus la nier, à présent. La colère avait cédé sa place à un tout autre sentiment, à la fois terrible et bien plus complexe, mêlant regrets et culpabilité.
    Lui. Lui, qui était tout pour elle. Sa colère l’avait donc égarée jusqu’à ce point ?


    « Je l’ai tué. », murmura-t-elle d’une voix étouffée, toujours en aveugle.


    Elle attendit. Quelque chose, n’importe quoi. Une parole. Mais rien ne vint. Fébrilement, elle ôta enfin ses mains de ses joues marquées à blanc par la pression.

    Elle était seule.

    Quelques secondes s’écoulèrent alors hors du temps, dans cet improbable décor d’un café en milieu de matinée, où la vie semblait à nouveau renaître. Elle resta immobile, se laissant envahir par les sons et les couleurs du monde extérieur.
    Elle tira son téléphone portable de son sac à main, y pianota quelques touches, puis porta l’appareil à sa joue, une boule d'angoisse au ventre.

    Les premières sonneries résonnèrent sans fin à ses oreilles, espacées par des silences interminables. Qui s’interrompirent tout à coup.


    « Allô ? »


    Pas de réponse.

    Un souffle ? Ou plutôt son imagination.

    Elle aurait donné sa vie pour entendre cette voix à nouveau. Sa voix…

    L’espoir s’envola, comme le dernier éclat des étoiles aux premiers rayons du soleil.


    « Oui ? »


    Enfin.

    Les larmes qu’elle avait retenues tout ce temps glissèrent le long de ses joues.

    Il était là.

    Elle ne répondit rien.

    Savourant cet instant de silence.
    Dernière modification par Smidge ; 08/01/2011 à 11h34.

  6. #6
    Date d'inscription
    March 2006
    Localisation
    dans les limbes...
    Messages
    1 006

    Re : Second thème

    Les paroles et les voix s'emmêlent et s'embrouillent jusqu'à se réduire à un fragment à peine audible et interprétable par l'oreille humaine. Ces sons tordus et corrompus par la présence humaine prolifèrent puis se répercutent aux alentours comme pour emprisonner, étouffer et s'emparer de tout l'espace qu'ils envahissent progressivement. Ils se percutent, se heurtant entre eux pour rebondir de plus belle, laissant échapper à chaque impact de nouveaux sons, eux-mêmes rebondissant de manière chaotique et produisant à nouveau profusion cacophonies, symphonies assourdissantes et distordantes. Les échos sont expulsés de cette masse dans toutes les directions qu'ils peuvent emprunter, faisant ainsi fuir le silence, la paix et la tranquillité qui les précédaient.
    Cependant, alors que tous ces sons atteignent leur apogée et se transforment en tonnerres violents et destructeurs, en tempêtes bruyantes, rafales chaotiques et fracassantes, ils commencent à perdre de leur vigueur. Les échos commencent à se perdre dans le néant, puis s'éparpillent pour de bon pour finir par disparaitre entièrement. La masse bruyante commence par perdre substance, par se désagréger progressivement avant de rejoindre définitivement le néant.
    Gary se postait là, les mains en sang, un sourire au visage, des larmes de douleur, de souffrance et de rage suintant de ses yeux noyés et ne laissant presque voir qu'un vide blanc.
    Elle, la victime qui l'avait connu dès sa naissance, et au vu de ce qui s'était passé, ayant lamentablement échoué dans son rôle, avait écouté ce qui s'était tenu dans ce vide blanc menaçant, vide dans lequel elle se voyait entièrement disparaître.

    notes hors-sujet:ceci est juste un essai, je ne suis pas vraiment friand d'écrire particulièrement sur des thèmes imposés.
    Dernière modification par loqueteux ; 09/01/2011 à 10h30.
    "l'étranger:je ne porte pas de masque" "Camilla: (terrifiée, à Cassilda)Pas de masque?Pas de masque!"
    "Mon nom est Légion, car nous sommes plusieurs..."
    Poids liche...
    La voix de Lester s'entend en #C39C39

  7. #7
    Avatar de Zyl
    Zyl
    Zyl est déconnecté Verte Charognarde
    Date d'inscription
    July 2008
    Localisation
    Dans un sachet de biscuits.
    Messages
    792

    Re : Second thème

    On disait d'elle qu'elle possédait une oreille attentive. Ce qui était... Plus ou moins vrai. Elle savait parfaitement faire semblant d'écouter, en tout cas, quelle que soit la situation. Déterminer si elle le faisait était plus problématique, mais la plupart des gens l'ignoraient. Ils la regardaient avec un sourire triste ou des larmes aux yeux puis continuaient de lui débiter leurs malheurs en des détails qu'ils n'auraient même pas donnés à leur famille. Ils n'attendaient pas d'elle qu'elle leur réponde, oh non. Ils voulaient simplement goûter à ce réconfort étrange de la voir hocher du chef et battre des yeux doucement préoccupés à leur égard.
    Sa famille se confiait à elle. Perpétuellement. Les angoisses de sa mère qui craignait le divorce avec son propre père, son père qui, lui, traversait le plus sombre des moments de son existence, celui où toute la vase déposée lors de son enfance au fond de son esprit était remuée par un grand poisson noir et se mettait à troubler son existence entière, elle avait tout entendu, toutes les confessions. Son frère qui voulait partir, la passion enthousiaste et naïve de celui-ci pour une amie désapprouvée des instances familiales. Ses cousins, même, qu'elles ne connaissait presque pas, venaient spontanément vers elle à la moindre occasion si son oreille était libre, lui débiter leurs malheurs sans fin.

    Bien sûr, elle ne s'en plaignait jamais.

    Combien de fois une connaissance, même pas forcément un ami, ne l'avait-elle prise doucement par le bras, l'air embarrassé, et tirée jusque dans un coin d'une salle déserte avant de fondre en larmes et de se mettre à vomir à flot des malaises longtemps retenus ?

    Beaucoup.

    Elle savait à peu près tout. Et ce qu'elle ne savait pas encore, elle le saurait bientôt. Elle avait, au fil des années, acquis ce don incident à celui de servir de confidente aux trois-quarts de son univers. Les psy coûtaient cher, après tout, et les gens voyaient toujours en elle un réceptacle de confiance pour leurs souffrances les plus intimes.

    Elle ne dirait jamais rien à personne, hein ? On pouvait lui faire confiance. Elle écoutait. Elle ne faisait que cela, elle ne jugeait pas. Il fallait en parler à quelqu'un ! Et qui de mieux qu'elle pour cela ? Oui, elle. Il fallait lui en parler. On pouvait pleurer sur son épaule sans retenue. Elle se contenterait d'un regard profond, d'une petite tape sur l'épaule, d'un serrement de poignet. C'était tout ce qu'il fallait. Non, même pas. Tout ce qu'il fallait, c'était une oreille, deux même c'était mieux, et elle était là, avec deux oreilles, et l'avantage inimitable de ne jamais trahir les secrets, pas vrai ?

    Brave jeune femme.

    "Je ne sais plus s'il m'aime." Renifla la rouquine. Elle devait s'appeler Lisa, si la mémoire de la jeune femme était bonne. Lisa ou peut-être Isa. Aucune importance, songea t-elle.
    Qu'est-ce-que tu crois que ça peut me foutre ? Signa t-elle en retour. La rouquine lui lança un regard humide.
    "M-merci. Mais j-je ne parle pas les... Je veux dire... Je ne sais pas te répondre !"
    Personne ne sait. Vous êtes mignons.
    "J'imagine que c'est... Universel. Oh, Maureen, je suis tellement contente que tu sois là ! Il va me laisser tomber, je le sens. J'ai besoin d'en parler."
    Laisse-moi deviner. Trois semaines, hein ? Et ton monde tourne déjà autour de lui. C'est adorable.
    La jeune muette sourit. Sardoniquement, mais la rouquine y lut de la compassion. C'était formidable ce que les gens pouvaient s'imaginer lire dans un sourire, quand ils le voulaient. Ou même dans des signes. Personne ne prenait la peine de les apprendre. Ils pensaient que c'était instinctif. Ils devinaient ce qu'ils voulaient deviner.
    J'ai de la choucroute dans mes chaussettes. Signa t-elle.
    "Merci, Mau..."
    Mon aéroglisseur est plein d'anguilles !

    "J'aimerais savoir quoi dire... Je suis désolée, je ne suis pas comme toi, je n'arrive pas à trouver mes mots..." La rouquine éclata en sanglots qui faisaient penser aux aboiements d'un petit chien agaçant.
    Sûr, allons parler à la muette dans son coin ! Elle a l'air mystérieuse ! Et prophétique ! C'est tellement prophétique de ne pas pouvoir causer ! Et surtout tellement pratique ! Vous aussi, réservez dès maintenant votre confident muet !
    "Qu'est-ce-qu'il y a, Mau ?"
    Le petit Timmy est tombé dans le puit ! Peut-être qu'on aurait dû m'appeler Lassie, tu ne penses pas ?
    "Je crois. J'aurais dû m'en douter. Mais je pensais vraiment que ça allait marcher. Je suis trop naïve."
    Je ne te le fais pas dire. Tu es déjà persuadée que je t'écoute. Tu es persuadée d'être le centre du monde.
    "Je ne sais pas quoi faaaaaaaaaaaaaaire."
    Si tu pouvais arrêter de te moucher dans ma chemise... Fit la jeune femme en repoussant doucement la rouquine de la main. Celle-ci renifla et ravala ses larmes dans un bruit beaucoup moins poétique que ce que les films voulaient nous faire croire.
    Tu penses que tu as des problèmes ? Personne ne m'écoute. N'essaie même de prendre la peine de comprendre ce que je dis. Ils sont tous persuadés que je suis forte, whouhou, un exemple pour nous tous, tellement mature et compatissante ! J'aimerais une seule fois qu'on me dise au nom de quoi je suis forcée d'entendre vos jérémiades pitoyables quand personne ne veut prêter d'attention aux miennes. Enfin c'est ça, persuade-toi que je suis en train de te parler de la vie, l'univers et le reste.

    La rouquine sourit à travers ses larmes. Probablement le genre de sourire qui aurait été qualifié de "rayon de soleil perçant la pluie" s'il n'avait pas été à ce point stupide et plein de morve.
    "Tu ne peux pas savoir ce que ça signifie pour moi, Maureen. Merci de m'écouter. Merci, merci, merci !"
    Tu parles.
    Sheaxie, sorcière demi-orque paranoïaque. / Les zombies sont vos amis !

  8. #8
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Paris
    Messages
    1 991

    Re : Second thème

    [Bon allez, je me lance. L'écriture créative et moi ça fait bel et bien deux ]

    Le lit est froid ce matin, et le café n’est pas fait. Jour 12 de l’apathie post-rupture. Ma vie à récemment prit un intéressant tournant entomologique. Je suis un papillon sous valium qui vit sa métamorphose à l’envers retournant lentement mais inéluctablement vers l’état larvaire.

    En dehors du lit, rien de vraiment plus accueillant. Je n’ai même pas jeté le carton à pizza d’hier. Par contre je m’en suis servi pour griffonner des brouillons de messages que je ne t’enverrai jamais. Dur destin que celui d’iPoète maudit, condamné à écrire des SMS sans destinataire. « Récupérez l’amour perdu, il n’y pas d’application pour ça.»

    Et m*** ! Le café sur ma chemise ! Tiens, comme le matin de notre dispute. Vu la manière dont on s’est mutuellement inondé d’insultes, je ne pense pas qu’on puisse parler d’un problème de communication entre nous. Alors quoi ? Pourquoi ce claquement porte si définitif (penser à remettre le miroir de l’entrée de niveau) ?

    ***

    J’ai dormi habillé ? Jour 16 de la descente dans les abîmes du célibat. Ma chemise fleure bon le pub anglais un soir de match, je devrais récupérer une canette de bière rien qu’en l’essorant… Toi, tu n’aimais pas mes soirées arrosées et tu me le faisais savoir.

    « Tu es horrible quand tu es ivre. Tu te fais honte et tu me fais honte à moi en sautant sur tout ce qui bouge et avec ton humour qui n’amuse que toi ! »

    Alors bien sur, à ce moment là je te serrais dans mes bras, et les vapeurs d’alcool de mon haleine devaient suffire à assommer ta colère pour la nuit. Et avant même le petit-déjeuner j’étais absout, ayant passé la nuit à demander pardon dans un langage qui ne nécessitait aucune parole. Jusqu’au jour où ça n’a plus marché.

    « Lâche-moi ! Et va prendre une douche, tu pues ! » Puis tous les clichés de la symphonie en rhum-mineur : le regard noir, la nuit sur le canapé, les « je te l’avais bien dit » jusqu’à ce qu’on parte travailler…

    ***

    Grande nouvelle : je me suis mis à fumer ! Jour 20 du moyen-âge social, sentimental et hygiénique consécutif à ton départ. L’odeur du tabac froid s’accroche aux murs et des cendriers servent de sentinelles aux places fortes de ma nouvelle vie : à côté de la télévision, devant l’ordinateur et sur le micro-onde.

    Tu te moquerais bien de moi, n’est-ce pas ? Toi que je maudissais pour tes six/sept clopes à la journée. « J’adore, j’ai l’impression d’embrasser un cendrier ! » ou « Tu crois pas qu’on aurait autre chose à faire de notre argent que d’acheter tes paquets de clopes ? » ( -Ah oui ? Financer tes virées au bar ? Ta réponse fétiche parce qu’imparable.)

    Comme quoi, on s’est vraiment pris la tête pour pas grand-chose. Maintenant c’est moi qui ai les dents jaunes et, si l’ironie du sort existe, c’est toi qui dois sentir l’alcool à l’heure qu’il est.

    ***

    La sonnette me tire du lit. Jour 26 de mon retour progressif à la nature. Pas rasé, pas lavé, sans même savoir si je porte mes vêtements de la veille, un pyjama ou le tapis du salon autour de la taille, j’ouvre.

    Tu me dévisage avec surprise, un bouquet de fleur à la main. « Je… heu… bon. On n’a pas été très bons en paroles, alors s’il te plaît, lis au moins ça. » Et tu me tends une lettre en me demandant si ça va.

    ***

    Jour numéro 27. Je suis éveillé et te regarde dormir à mes côtés et je me demande si je t’ai jamais dit que je t’aimais. En tout cas il va falloir.

    Et si j’allais me raser ? Allez, jour numéro 1, je vais aussi préparer le petit-déj’. Et dans le lit, tu t’étires et m’appelles. « J’arrive, ne bouge pas. » On a tellement de choses à se dire…
    Dernière modification par Garfield ; 10/01/2011 à 21h33.

Discussions similaires

  1. Commentaires : Premier Thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 18
    Dernier message: 16/01/2011, 08h46
  2. Premier thème
    Par Ailyn dans le forum L'Atelier d'Ecriture
    Réponses: 7
    Dernier message: 15/01/2011, 00h09
  3. Liste des sujets à thème
    Par Smidge dans le forum Le Comptoir
    Réponses: 0
    Dernier message: 28/02/2010, 10h41
  4. Equipe à thème : styles de combats
    Par turim dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 10
    Dernier message: 13/12/2007, 16h06
  5. Équipes à thème : films, livres, jeux...
    Par Valmoer dans le forum Le Comptoir d'Amn
    Réponses: 90
    Dernier message: 27/06/2004, 18h38

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256