Située au coeur de l'Antre des miséreux, la prison de Melandis représente le pouvoir. Telle une forteresse au sein même de la ville, elle impose le respect et la peur de par ses proportions et ses fortifications. L'ancienne prison fut détruite par les insignifiants "insurgés", ces esclaves révoltés contre l'autorité naturelle et la loi du plus fort. C'est pour cette raison que le Chancelier Suprême, Mornagest, a souhaité que la nouvelle prison rappelle à tous qui dirige Melandis et de quelle façon.

Le bâtiment est entourée d'une fosse de 5 mètres de large et de 4 mètres de profondeur. La fosse contient environ deux mètres d'eau de laquelle émergent des pics acérés. Ainsi, le malheureux qui ne finit pas embroché sera probablement noyé. La seule et unique entrée se trouve derrière un pont-levis qui ne s'abaisse que sur l'ordre du gardien de la porte. Une fois cet obstacle passé, il faut encore attendre que la lourde herse se lève à son tour. Entre les murailles, hautes d'une quinzaine de mètres, se trouve une petite cour qui sert principalement à promener les chiens de la garde. Du haut du chemin de ronde et entre les créneaux, les gardes surveillent l'intérieur et l'extérieur de la prison. Les geôliers sont impitoyables et les "accidents" ne sont pas rares.

Les prisonniers sont à l'abri, d'un certain point de vue, derrière d'épaisses grilles de fer et par sécurité, les meurtrières se trouvent uniquement du côté de la cour.

Dans les entrailles de la prison, près des oubliettes et des conduits des eaux usées, se trouve la vaste salle de torture. Au centre de la salle, un siège métallique sur lequel on peut attacher un prisonnier avec de solides lanières de cuir. A côté de ce fauteuil de torture, il y a une table sur laquelle sont disposés les différents instruments de torture pour trancher, piquer, gratter, arracher, brûler, amputer, bref, procurer toutes formes de souffrance.

Divers instruments plus massifs sont disposés partout dans la salle, on notera par exemple un pilier en métal que l'on fait chauffer à blanc dans le grand fourneau avant d'y attacher le prisonnier et surtout une vierge de fer qu'on pourrait décrire comme un sarcophage dont l'intérieur est hérissé de piques et où on enferme la personne à torturer.