Informations générales

Nom : Kerim
Race : Demi-Orque
Sexe : Gender-fluid
ge : 28 ans
Classe et niveau : 1/Rodeureuse
Historique : Enfant des rues
Alignement : Chaotique bon
Faction : Aventurier

Fiche technique

Caractéristiques :

Force : 15
Dextérité : 12
Constitution : 17
Intelligence : 11
Sagesse : 13
Charisme : 7

Sorts :

Emplacements de sorts : écrire ici
Sorts mineurs : écrire ici
Sorts connus : écrire ici
Sorts habituellement préparés : écrire ici

Équipement :

Un petit couteau, les cendres d’un.e proche, un souvenir de vos parents, des vêtements communs et une bourse contenant 3 po, un sifflet en bois.

Personnage

Apparence :

Taille : 2 métres et 12 centimétres
Poids : 115 kg
Cheveux : blanc
Yeux : bleu
Peau : vert clair



Caractère :

Traits : Je suis une personne douce, j'essais de faire attention aux autres. J’aime écouter les gens parler pour entendre ce qu’iels ont à dire.
Idéal : J’aimerais mettre fin aux guerre intestines entre les gens doués de raison
Lien : J’ai un amoureux quelque part. On a beaucoup de choses à se pardonner mais on se retrouvera un jour.
Défaut : J’ai foi en l’individu même quand personne n’y crois ce qui me pousse à être un peu naif.


Histoire :

Kerim n’est pas d’ici et on lui sert souvent ça comme un reproche. Ce n’est pas faute d’avoir essayé de s’adapter mais il y a souvent des choses qu’il ne comprend pas dans ce que les gens attendent ou perçoivent de lui. Elle a peut être trop navigué dans ces natures sauvages pour comprendre ces communautés de vie qui se construisent en société. Les druides qui l’ont élevé ne lui ont pas appris à gérer cette agressivité qui se produit souvent quand un groupes de personnes plus ou moins nombreux se réunit.

Mais il est amoureux et quand on est amoureux on se croit capable de soulever des montagnes. Enfin c’est ce qu’on dit non ? Alors pourquoi pas ? Fazil son amour de toujours est la quelque part, il le sait, il le sent. On dit son navire disparus sur la côte orientale de dorrandin mais elle n’en croit rien. La “solitude bravache” ne se serait jamais échoué dans ces contrées, on a du l’y pousser. Volkan, son tuteur, sous le poid de son insistance a fini par évoqué cette cité : melandis. D’un air las il lui a dit que s’il y avait un espoir assez fou pour retrouver fazil il n’y avait que la qu’il pourrait le trouver. Mais à quel prix ? Le prix il s’en moquait et ou que soit son amour, dans quels fosses il ait été obligé de se réfugier il le retrouverait.