Informations générales

Nom : Runhildë Filetmignon
Race : Humain
Sexe : Féminin
Âge : 41
Classe et niveau : Clerc (Domaine de la Vie) Niveau 3 / Moine Niveau 1
Historique : Héros du Peuple
Alignement : Chaotique Bon
Faction : Manost

Fiche technique

Caractéristiques :

Force : 15 +1
Dextérité : 11 +1
Constitution : 15 +1
Intelligence : 9 +1
Sagesse : 15 +1
Charisme : 10 +1

Sorts :

Emplacements de sorts : 3 x Sorts Mineurs ; 4 x Sorts de Niveau 1 ; 2 x Sorts de Niveau 2.
Sorts mineurs : Stabilisation, Thaumaturgie, Réparation.
Sorts connus : Bénédiction (Niveau 1), Soins (Niveau 1), Détection du Poison et des Maladies (Niveau 1), Purification de Nourriture et d'Eau (Niveau 1), Arme Spirituelle (Niveau 2), Restauration (Niveau 2).
Sorts habituellement préparés : Bénédiction (domaine), Soins (domaine), Arme Spirituelle (Domaine), Restauration (Domaine).

Équipement :

  • Vêtements lourds de sœur hospitalière (gris) pour la saison froide.
  • Vêtements légers de sœur hospitalière (gris) pour la saison chaude.
  • Symbole sacré d'Ilmater (mains jointes et liées), variante des pénitentes de la Paume de Fer (sous forme de gantelets liés par des ronces)
  • Tenue de route bleue nuit de sœur pénitente.
  • Tabard blanc.
  • Côte de maille.
  • Paire de gantelets en acier liés par une corde de prière écarlate.
  • Sac de chirurgien remplis d'accessoires pointus et tranchants.
  • Sac d'apothicaire avec onguents visqueux et aux odeurs propres à chasser les maladies.
  • Mannequin d'entraînement en bois rudimentaire et démontable.
  • Une robe trop étroite avec des dentelles.
  • Sous-vêtements affriolants en fourrure d'origine douteuse.
  • Roman pour ménagère "Les aventures sulfureuses de Fabiox le Barbare".
  • Boîte de fruits confits entamée.
  • Conserve de pâté d'Oie et de Cochon.
  • Outre de vin "bien sûr que c'est pour les vêpres!"
  • Fiole de cordial "médicinal, y a des herbes dedans"


Personnage

Apparence :

Taille : 189cm
Poids : 115kg certains jours...
Cheveux : Blonds
Yeux : Gris
Peau : Pâle

Sœur Runhildë est une grande femme bien en chair, aux épaules larges ; ses cheveux blonds, son regard clair et sa structure osseuse trahissent une ascendance nordique. Toujours chargée de sacs multiples lorsqu'elle quitte le temple, elle arpente rues et chemins avec l'autorité naturelle d'une mornifle de forain et la grâce d'un taureau lancé tête baissée.
Voix forte et poigne de fer caractérisent souvent le premier contact que les gens ont avec sœur Runhildë.

Caractère :

Traits : Ma mère disait toujours "Au château à la nuit tombée, demande poliment l'hospitalité. Et si la porte est fermée, utilise un bélier."
Idéal : Mon papa disait toujours que la plupart des gens sont vraiment bons et tendres, au dedans... Sinon il avait un marteau pour les steaks coriaces.
Lien : Les gens arrivent à se faire mal sans faire exprès, et le monde est plein de gens franchement tordus qui se fichent d'écraser les arpions des autres, quand ils ne le font pas carrément exprès. Stopper ces gens-là, c'est de la médecine préventive à mon avis.
Défaut : Ilmater nous apprend à endurer les tourments de cette vie, pour les blessures on a les onguents, pour l'âme on a la prière... Sinon il y a aussi les sucreries, je trouve que ça marche pas mal, et puis les beaux gars bien bâtis, ça se marie bien avec l'huile.

Sœur Runhildë a grandi dans une maison heureuse où on respectait les plaisirs simples et la bonne chair, souvent au contact des gens du peuple, Runhildë les comprend bien et modère sa spiritualité d'une bonne dose de réalisme, sachant qu'il faut traiter les maux immédiats avant de penser à la vie d'après.
Se trouvant à l'extrémité de la chaîne des mauvaises décisions, côtoyant misère et douleur au quotidien, Runhildë tolère mal l'arbitraire et l'exercice de la violence à l'encontre des faibles.
Ayant été initiée dans un ordre pénitent et militant, Runhildë pratique une médecine sans chichis, et a l'habitude de se comporter de façon autoritaire et brusque.
Personne n'étant une forteresse de solitude et de stoïcisme, Runhildë apprécie sa vie nouvelle parmi les hospitaliers, dans sa ville natale ; elle en profite pour se rattraper sur les petits choses faisant cruellement défaut au cloître des pénitentes de la paume de fer: les pâtisseries et les compétitions de lutte masculine dans la boue.
Sous son armure austère, Runhildë est une fille tendre comme les steaks de feu son papa.

Histoire :

Née de l'union improbable entre une guerrière du Nord (Lita Grimbolt) et le boucher de la rue du canasson (Maurice Filetmignon) à Manost, Runhildë a grandi dans l'idée qu'elle pouvait faire ce que tout homme faisait (si ce n'est mieux, à son humble avis) ; elle s'est ainsi attirée bien des ennuis avec les groupes d'enfants des rues, révoltée par l'aisance de certains membres du clergé. Petites dégradations et plaisanteries irrévérencieuses ont fini à faire place à des vols et autres troubles à l'ordre public, les parents désolés ont fini sans autre solution que d'envoyer leur progéniture aux bons soins d'un ordre de sœurs pénitentes d'Ilmater: l'Ordre de la Paume de Fer.

Comme le nom l'indique, une telle sororité n'est guère amusante et dur sur le fondement pour une jeune novice indisciplinée.

Le postérieur endurci de Runhildë a pourtant été percé d'un trait assassin lors d'une bataille à laquelle elle prenait part avec son ordre (cette morue de sœur Pétronille racontant que c'était une cible difficile à rater), la jeune sœur militante a ainsi fini aux bons soins d'un délicieux apothicaire, qui a pratiqué une apposition des mains sur la zone concernée... Convainquant Runhildë qu'elle faisait vraiment fausse route, et que sa vocation était définitivement avec les hospitaliers d'Ilmater.

Mais Ilmater nous enseigne que la vie est une purée grise de tourments à base de navets, sans jus de viande ; ainsi Runhildë s'est trouvée apprentie d'un vieux chirurgien acariâtre dont elle a fini par prendre bien des détours et expressions. Ses aventures sur la route lui ont valu une réputation pour avoir la main leste ; le cœur brisé par un barbare, elle a fini par tourner à nouveau ses pas vers la cité de sa naissance pour s'occuper de ses vieux parents.

Runhildë a passé la plus longue partie de sa vie d'adulte dans le sang et les pleurs, que ce soit amputer un soldat, accoucher une paysane et ses vaches, ou anesthésier un ogre à coups de gifles pour lui arracher une dent... Elle ne tolère pas de ses co-religionnaires l'indécision ou toute forme de préciosité, comme elle aime à le dire "Là, il faut trancher", et à ce jeu-là, la fille du boucher est très forte.