Informations générales

Nom : Stefanno Gardetourte, mais tout le monde le connaît sous son nom de scène: Diabolo le Magnifique
Race : Halfelin pied léger
Sexe : Masculin
Âge : 24 ans
Classe et niveau : Ensorceleur Lvl 2 (magie sauvage)
Historique : Artiste (Illusionniste de Cirque)
Alignement : Chaotique bon
Faction : Aventurier

Fiche technique

Caractéristiques :

Force : 10 (+0)
Dextérité : 16 (+3)
Constitution : 15 (+2)
Intelligence : 12 (+1)
Sagesse : 8 (-1)
Charisme : 17 (+3)

Maîtrises :

Sauvegarde : Constitution : +4, Charisme +5
Compétences : Arcanes +3 , Persuasion +5, Représentation +5, Acrobaties +5
Armes et armures : Dague, Fléchette, fronde, bâton, arbalète légère
Langues : Commun, Halfelin


Sorts :

Emplacements de sorts : 3
Sorts mineurs : 4: Amis, Illusion mineure, Main de Mage, Message
Sorts connus : 3: Projectile Magique, Charme Personne, Main Brulante

Capacités :

Capacités raciales : Chanceux, Vaillant, Agilité halfeline, Discrétion naturelle
Capacités d'historique : A la demande du public
Capacités de classe : Origine magique (magie sauvage), Source de Magie (2 points)

Équipement :

Arbalète légère (La Vieille Bertha, héritée d'un vieux nain estropié victime de la guerre de Shar qui le lui donna pour le remercier de l'avoir accueilli et nourri quelques jours avant sa mort)
Dague
Robe de représentation
Chapeau haut de forme
Amulette de non détection
Babiole: Boucle d’oreille en or de sa mère

Personnage

Apparence :

Taille : 87.5 cm
Poids : 19 kg
Cheveux : Noirs de Jais
Yeux : Sombres
Peau : Mate

Stefanno est un hafelin séduisant, ses cheveux sont mi-longs, portés en cheval, des favoris ceignent ses joues avant de rejoindre son bouc taillé en pointe. Ses yeux sombres recèlent miles tourments (du moins c'est ce que croient les demoiselles qui se hâtent de le réconforter). Bien que de petite taille il est vigoureux et solide. Ses habits de scène extravagants bien qu'impressionnant révèlent une pauvre facture quand on s'y penche de plus près. Les artifices tentent tant bien que mal de cacher les difficultés financières.

Caractère :

Traits : La séduction est un simple jeu d’illusion, ça tombe bien je suis le meilleur.
J’ai tendance à vouloir aider n’importe qui ce qui m’entraine souvent dans des situations compliquées.
Idéal : Je les sauverais tous si je le pouvais.
Lien : Sa « famille » du cirque.
Défaut : Je suis naïf et on profite souvent de moi.

Histoire :
Stefanno naquis dans un cirque itinerant qui parcourait la côte des épées, entouré de parents aimants. Sa mère Sybil était la partenaire artistique de son père, Réginald, durant ses représentations, ce dernier propriétaire du cirque était un illusionniste de grand talent. Le cirque avait un grand succès, l’argent rentrait dans les caisses et les représentations répandaient joie et bonne humeur aux spectateurs. Il eut donc une enfance heureuse, chaleureusement entouré, couvé notamment par Madame Irma, vieille gnome voyante de son état qui vit en lui le fils qu’elle n’avait jamais pu avoir et Olaf le dresseur d’ours possédant du sang de géant.
Malheureusement, alors que Stefanno entamait sa douzième année, la popularité de Réginald fini par lui attirer la haine et l’envie de Rodrigo, lanceur de couteau demi-elfe, amoureux de Sybil depuis des années, jaloux de la puissance et du succès de son rival, il fomenta un plan atroce dans le but de l’occire et de prendre sa place à la tête du cirque. Un soir, alors que Réginald répétait son nouveau tour de magie, une dague acérée lui traversa l’épaule, elle n’avait à priori pas touché d’organe vital mais c’était sans compter le fait qu’elle était recouverte de venin de wiverne. Son corps fut « retrouvé » à moitié dévoré par les loups au bord du campement par le meurtrier, ce dernier joua fort bien la comédie auprès de la veuve éplorée, prétextant que Réginald lui avait confié avoir voulu rejoindre une femme à la taverne la veille au soir. Il décréta qu’il était le plus à même de reprendre la direction du cirque et promis à Sybil qu’il prendrait soin d’elle et de son fils. Cette dernière écrasée par le chagrin devint l’ombre d’elle-même, incapable de se dresser contre le demi elfe, Madame Irma entrepris de prendre soin d’elle mais malheureusement la folie gagnait peu à peu son pauvre esprit. En ce qui concerne notre héros, Rodrigo fit de sa vie un enfer ne supportant pas l’existence du résultat de l’amour de son pire ennemi et de sa femme. Il lui fit faire toutes les pires corvées, l’utilisait pour s’entrainer au couteau, l’envoyait voler les spectateurs du fait de sa petite taille et le punissait quand ce que l’enfant ramenait n’était pas assez à son gout (ce qui était fréquent), il tenta tant bien que mal de riposter face à son bourreau mais ce dernier utilisait sa mère comme un moyen redoutable de pression.
Très vite, le cirque obtint une réputation exécrable, plus personne ne désirait aller voir ces spectacles où performaient des gens faméliques et apeurés et d’où on sortait avec les cordons de sa bourse tranché. Ce fut bientôt la ruine, et petit à petit Rodrigo exigeait l’exil des membres les plus faibles de la troupe dans le but de « rationner » les ressources. Les années passèrent, Stefanno atteint 18 ans, jusqu’au jour ou Sybil rendit son dernier soupir, épuisée par la tristesse et le désespoir elle arrêta de s’alimenter, n’ayant plus conscience du monde qui l’entourait malgré les bons soins de Madame Irma et de Stefanno qui se mirent à pleurer au chevet de Sybil. Ivre de douleur quand il l’apprit, perdant tout contrôle sur ses émotions, Rodrigo entra dans une rage folle et s’apprêta à tuer la vieille femme et le jeune homme, hurlant qu’elle était morte par leur faute, qu’il aurait mieux fait de les tuer en même temps que Réginald. Alors qu’il s’apprêtait à porter un coup de dague à la vieille voyante, les pouvoirs de Stefanno se réveillèrent enfin sous le coup de la peur, de la tristesse mais aussi de la colère qu’il ressenti envers cet homme apprenant qu’il avait tué son père. Son cœur s’embrasa tandis que la voyante hurlait de terreur, ameutant tous les artistes alentours. Le jeune halfelin comme possédé tendit ses mains devant lui en rugissant et des flames sortirent de ses doigts, léchant le corps et le visage du demi elfe éberlué, des cloques apparurent sur sa peau, ses habits prirent feu en un clin d’œil. Hurlant de douleur, il entreprit de se rouler sur le sol pour étouffer les flammes mais ce répit permis à la vieille femme de courir à l’extérieur, expliquant ce qu’il se passait à Olaf, ce dernier entra en catastrophe dans la roulotte, empoigna le demi elfe carbonisé et inconscient au col et alla l’abandonner au milieu du bois.
Le cirque repartit à l’aube, Olaf supervisant les opérations, après avoir inhumé le corps de la défunte. Sous le choc des évènements Stefanno vécu les jours suivants comme dans un brouillard sans fin, il restait allongé, les yeux fermés, sous l’emprise d’horribles cauchemars. Finalement, après avoir inquiété toute la troupe, il parvint à reprendre conscience. Tous les artistes lui réservèrent une grande fête, tous heureux de voir leur petit gars ne pas se laisser emporter par les griffes de la faucheuse. Madame Irma pris grand soin de lui, elle lui apprit que cette fameuse nuit il avait démontré posséder un don pour l’art, qu’il tenait probablement de son père et qu’il pourrait probablement se montrer très talentueux dans ce domaine.
Tout le monde s’accorda à dire que la direction du cirque lui revenait de droit ce qu’il accepta à condition que ce fut en compagnie d’Olaf et d’Irma. Aux vues de l’état déplorable de leur réputation sur la côte des épées, ils décidèrent tous les trois d’entreprendre un voyage vers Dorrandin, une terre d’opportunités, idéale pour commencer une nouvelle vie. Ils vendirent tout ce qu’ils purent dans le but de financer le voyage qui se déroula sans accroc à la fin de l’an 1378.
Arrivant sur les décombres fumants que laissait derrière elle la Guerre de Shar, la petite troupe entrepris de se refaire un nom aussi bien sur le plan artistique qu’en contribuant aux efforts de reconstruction. Les mois passèrent, après avoir fait son deuil, sachant que sa mère était plus heureuse auprès de son père, Stefanno entrepris d’exploiter son don, travaillant d’arrachepied en compagnie de la voyante pour déterminer ces étranges capacités, dans quelles situations ces dernières se révélaient, petit à petit il apprit à les maitriser, se découvrant un talent et un gout particulier pour l’illusion. Petit à petit le cirque regagna des lettres de noblesse, les spectacles étaient fort appréciés et parfois ils furent invités pour animer divers mariages ou quelques festivals. Plusieurs artistes vinrent renforcer la troupe, mais également quelques infirmes ou des rescapés de la guerre à qui Stefanno voulu octroyer une seconde chance ce qui lui joua souvent des tours.