Informations générales

Nom : Sieben
Race : Demi-Elfe
Sexe : Mâle
Âge : 30 ans
Classe et niveau : Moine (Voie de la Paume) (Niveau 4)
Background : Amuseur (Acrobate, danseur, Musicien)
Alignement : Loyal Neutre
Camp : Aventurier
Divinités : Eldath, Helm et plus récemment Hoar.

Fiche technique

Caractéristiques :

Force : 12
Dextérité : 16
Constitution : 14
Intelligence : 10
Sagesse : 14
Charisme : 15

Maîtrises :

Sauvegarde : Force +3 Dextérité +5
Compétences : Acrobaties, Athlétisme, Discrétion, Perception, Représentation et Survie
Armes et armures : Aucune armure. Armes courantes et épée courte.
Outils : Luth, Kit de déguisement
Langues : Commun, Elfe, commun des profondeurs.


Capacités :

Capacités raciales : Vision dans le noir, Héritage des fées, versatilité (Perception et Survie)
Capacités de background : A la demande générale.
Capacités de classe : Défense sans armure, Arts Martiaux, Ki, Mouvement sans armure, Tradition monastique (Voie de la Paume), Parade de projectiles, Chute ralentie.

Équipement :
Un baton, un luth, une étoffe brodée (d'une rapière, d'un bâton et d'une hache), une cape, une bourse, une corde, un jeu de dés et de cartes, des bandages, matériel "d'aventurier" (sac de couchage, vivres, silex et amadou etc.), un âne, une paire de chaussures.
Objet magique (peu commun) : carafe intarissable
Babiole : l'acte d'une parcelle de terrain inconnu

Personnage

Apparence :

Taille : 1m86
Poids : 90 kg
Cheveux : Blond foncés
Yeux : Verts
Peau : Pâle

Sieben est un demi-elfe à l'allure athlétique. Il entretient une belle barbe blonde de quelques jours qu'il taille dès qu'il le juge nécessaire. Ses oreilles sont légèrement retroussées mais dissimulées sous une masse de cheveux raides qu'il laisse libre et qui sont du coup, bien souvent ébouriffés. Ses yeux sont d'un vert clair et légèrement en amande mais c'est son teint pâle tirant presque sur le bleu-argenté qui pourrait trahir son ascendance elfique. Sous une cape à capuche, il porte une tunique simple mais de bonne facture composée d'une chemise beige et d'un pantalon large. Ses avants bras et ses pieds sont dénudés. Il porte des bandages, des mains jusqu'aux coudes et sur les pieds.

Caractère :

Traits : J'aime que les choses soient bien faites. Pas de demi mesure.
Idéal : L'Art est le reflet de notre âme. Il nous montre tel que nous sommes et nous permet d'améliorer le quotidien de chacun.
Lien : Mon luth est précieux à mes yeux. Il me rappelle des moments de bonheur.
Défaut : Je suis perfectionniste et malgré ma volonté de m'améliorer, je peux être susceptible et particulièrement têtu. Je ne parle pas facilement de mes émotions.

Sieben à été éduqué en communauté. Le bien être personnel bien que très important pour son équilibre peut être mis de côté pour le bien être de la communauté. Il élève ses talents martiaux à une forme d'Art et il régente sa vie dans le but de toujours s'améliorer même si pour cela il doit en souffrir et se blesser. Il peut paraître secret mais il est juste réservé. Il ne parle pas souvent de ce qu'il ressent puisque son éducation martiale l'a poussé à ne jamais s'étendre sur le sujet. Mais depuis qu'il s'est mis à la musique, il se laisse quelquefois envahir et ses représentations peuvent être très émouvantes.

Histoire :

Je m'appelle Sieben. Je suis ce que vous appelez un Demi-Elfe et si vous voulez entendre mon histoire sachez qu'il n'y a ni héros, ni dragon. Il y avait une princesse et de vrais salauds mais ne vous attendez pas à des légendes. Mon histoire est le plus strict reflet du meilleur et du pire de la vie...

J'ai été élevé dans une communauté de Eldath, La déesse des Flots Chantants et la Mère des bosquets. Pour ses fidèles le pacifisme est une vertu. Il faut aider son prochain et fuir les conflits. Ces naïfs justifient l'entretient de combattants pour la sécurité des communautés qu'ils appellent aussi les Bosquets. Et c'est avec ses principes que j'ai grandi. Je ne connais pas mes parents, ils m'ont laissé à la charge du monastère de ma communauté, probablement par soucis de mon bonheur et sûrement pas par manque d'amour envers le fruit illégitime de deux peuples différents, faisant de moi un paria dans chacune de leurs sociétés respectives. Quoiqu'il en soit, il fut décidé pour moi que je rejoindrai les rangs de nos moines protecteurs. Je dois admettre que je leur en suis reconnaissant car ce faisant, ils m'ont permis de trouver ma voie.
Ma "formation à la défense" de nos communautés et mon éducation ne me laissaient que peu de temps libre si l'on rajoutait à cela les heures de corvées. Le peu de temps que j'avais pour moi fut utilisé pour m'échapper dans les bois et partir à la rencontre des étrangers et de nos "voisins " elfes. Beaucoup de forestiers, de chasseurs et même quelques druides venaient nous rendre visite. Les récits de leurs pérégrinations me faisaient tourner la tête de plaisir.
Je pense que mon ascendance elfique faisait écho en moi et je me sentait particulièrement proche de nos voisins elfes. Je passais donc quelques rares journée à jouer avec les jeunes elfes. Puis un jour je me rendis compte que bien que j’eus l'avantage du point de vue de la force et de l'endurance grâce à mon entraînement martial, ils me surclassaient largement sur la dextérité, la grâce de leurs mouvements et la rapidité de leurs réflexions. Mes compagnons de jeux m'apparurent alors comme irréels, voire divins.
Je pense que c'est par fierté que je me suis acharné à l’entraînement à partir de ce jour là. Je voulais devenir aussi merveilleux qu'eux. Ce que je ne devins jamais bien entendu. Maintenant que j'y repense, je ris de la naïveté dont je faisais preuve. Mais j'ai pu m'améliorer martialement à force de consacrer aux entraînements chacune des minutes disponible que je trouvais. A tel point que le jour de mes quinze ans j'avais atteint le niveau des meilleurs combattants de ma communauté. Je n'avais pas la puissance musculaire ni l'expérience du combat mais mon niveau technique était bien présent et je brûlais de m'améliorer encore plus. Ainsi mes supérieurs me proposèrent d'entreprendre le chemin initiatique. Ils m'expliquèrent que c'était une très vieille tradition qui avait presque disparue et qui consistait à cheminer de Bosquets en Bosquets tout en aidant les populations rencontrées et en défiant en combat amical les combattants les plus impressionnants que je pourrais trouver sur ma route. Mon esprit s'enflamma aussitôt de visions de combats héroïques dans lesquels j'étais bien évidemment invaincu...

Je pris donc la route le lendemain matin après avoir fait mon baluchon et pris un bon petit déjeuner. Je m’entraînais en route, j'aidais les fermiers, les marchands, les soldats pour leurs corvées en échange du gîte, du pain ou de combats amicaux. Dans chaque Bosquets que je visitais je m’entraînais avec mes frères d'armes. J'acquis encore plus d'expérience bien qu'il me fut nécessaire de revoir à la baisse mes visions de combattant invaincu. Mes défaites les plus instructives, bien que cuisantes, étaient bien souvent face à des hommes qui n'avaient pas l'air de combattants chevronnés et mes victoires les plus décevantes, face à des combattants à l'allure invincible et aux récits les plus extraordinaires.
Bien entendu les routes n'étaient pas toujours sécurisées et il me fallu plus d'une fois rebrousser chemin ou me cacher pour ne pas avoir à faire avec des bandits, des animaux sauvages ou des dangers encore plus importants. Je m’évertuais à fuir les conflits, acceptant de me battre uniquement pour échanger des connaissances ou défendre ma vie si besoin était. Bref je suivais avec assiduité les principes que l'on m'avait inculqué.

Puis un jour, en sortant d'une vallée, j'entendis un air de flûte qui me parut très entraînant. C'est ainsi que je tombai sur un Nain, assis au bord de la route, une flûte au bec. Nous avons fait connaissance et nous avons partagé un repas ensemble. Il parlait fort et riait encore plus fort. Il racontait toujours des histoires qui me paraissais inventées de toutes pièces. Mais chaque fois que je lui annonçait que je ne croyais pas à ses contes, il me fournissait une preuve comme témoignage de sincérité. Il était grossier et têtu mais il traitait l'âne chargé de transporter ses possessions avec amour. Et il était un guerrier hors normes. J'en vins à la conclusion qu'il me plaisait bien. Nous avons donc fait route commune. Comme il n'avait pas d'obligation et que finalement moi non plus nous prenions notre temps. Il m'appelait Gamin et moi Nabot. Nous nous racontions des histoires, nous nous entraînions ensemble et il m'appris énormément de choses sur les peuples nains tandis que moi je lui parlais des elfes et des humains. Il était joaillier. En fait tout son clan était de merveilleux tailleurs de pierres précieuses et il parcourait les grandes villes humaines pour rappeler à tous la gloire de son clan. J'appris beaucoup de choses sur l'art de la guerre. Nous avons eu beaucoup de discussion houleuse sur mes principes.
Selon lui j'avais acquit un bon niveau de combattant et il ne comprenait pas pourquoi je "filais la queue entre les jambes dès qu'un imbécile haussait le ton". Il me répétait souvent que malheureusement pour moi ce devait être une tare transmise par mon ascendance elfe.
Nous nous chamaillions souvent mais une grande affection est née entre nous.

Puis vint le troisième membre de notre groupe. Nous venions de sortir d'une ville ou mon ami de petite taille venait d'acheter un objet magique de grand pouvoir... Une carafe intarissable. Depuis qu'il en avait entendu parler, il n'avait pas ménager ses efforts pour se l'approprier. Ce que le vendeur s'est bien tenu de lui dire c'est que cet objet ne produisait que de l'eau de source ou de l'eau salée. Vous imaginez bien que la déception de mon ami était à la démesure de sa taille. Cet amateur de bière naine s'était fait arnaquer et en plus il ne pouvait toujours pas boire de sa boisson favorite... Il était tellement déçu qu'il m'appela même par mon prénom.
Tiens Sieben... C'est pour toi. Comme t'as du lait qui sort encore par le nez tu vas continuer à boire cette saloperie pendant un moment avant de passer à une vraie boisson...
Il s'en voulait tellement de s'être fait berner par le vendeur qu'il décida de ne pas rester une minute de plus dans cette ville gouverné par le mal. Nous étions donc reparti quelques heures après, non sans avoir acheté quelques vivres. Ce n'est qu'en milieu d'après midi, alors que nous étions au milieu des bois, que nous avons entendu le bruit d'un groupe de personnes qui cherchaient visiblement à se faire discrets. Après avoir attaché son âne, nous nous sommes mis à ramper en direction d'un groupe d'arbustes sous lesquels nous pouvions apercevoir une clairière. Nous vîmes un groupe de six individus. Deux hommes, trois femmes et un enfant. Tous étaient sveltes et leurs mouvement avait une grâce qui m'était familière. Ce ne fut qu'en voyant leur chevelure blanche et leur peau sombre que j'identifiais...
Des drows... me souffla mon ami à l'oreille. Faut pas traîner gamin, s'ils nous voient ils vont transformer nos culs en hérissons. Déguerpissons maintenant...
Attend... Je n'en ai jamais rencontré avant. Ils montent le camp et ils ont l'air épuisés. Je ne pense pas qu'ils se montreront hostiles
Ça se voit que tu ne les connais pas. Ils sont terribles. Ils sont assoiffés de sang et vouent une haine sans bornes à toutes des races de la surface. Les drows gagnent à ne pas être connu...
Attends encore cinq minutes...

Je senti plus que je ne vis mon ami rebrousser chemin tout doucement en direction de son fidèle destrier. Je m'installais dans une meilleure position pour observer le petit groupe monter le camp. Ils firent preuve de rapidité et de discrétion. Chacun sachant ce qu'il devait faire. Même l'enfant participait et le camp fut monté rapidement sans qu'il n'y ait eu une parole d'échangée. Je compris que si nous avions pu les entendre c'était uniquement grâce à une chance incroyable. Nous aurions pu passer à vingts mètres d'eux sans soupçonner leur présence. Je me focalisait sur les deux hommes. Des combattants à n'en pas douter. Ils portaient deux cimeterres et je ne doutais pas un seul instant qu'ils savaient s'en servir. Je continuai mon inspection du camp à la recherche de ces fameux arcs qui auraient raison de nous si nous venions à être découvert. Je les trouvaient enfin dans les mains de deux des femmes qui tirèrent sur quelques volatiles qui passaient à proximité. Je compris mieux la remarque de mon compagnon. Il ne fit aucun doute que nous serions abattus avec une dextérité quasi divine. Je m’émerveillai de leur mouvements gracieux pendant que les hommes installaient des pièges autour du camp et que les femmes montèrent deux tentes côtes à côtes. Puis une fois le feu allumé, tous se regroupèrent autour. C'est alors que la dernière femme abaissa son capuchon, secoua la tête pour libérer ses cheveux en une cascade d'argent tandis qu'elle s’emparait d'une harpe dans un étui. Si les deux archères étaient belles, la musicienne était resplendissante. Les derniers rayons de soleil frappèrent sa chevelure illuminant tout le paysage. Ses yeux en amandes couleur lilas captait votre regard et vous perdait dans des abysses de beautés, ses caresses sur les cordes de sa harpe promettaient d’indicibles douceurs et lorsqu'elle ouvrit la bouche, sa voix venait caresser vos oreilles, vous inondait la tête de pensées merveilleuses et transperçait votre cœur pour que jamais plus vous ne vous remettiez de cette rencontre.
Ce ne fut que lorsqu'ils allèrent se coucher après avoir mangé que je me rendis compte que la nuit était déjà bien avancée. Lorsque je fini par retrouver mon compagnon, il avait monté un camp de fortune sans faire de feux pour ne pas alerter nos sombres voisins. Il me posa quelques questions sur leur campement et je me fis une joie de tout lui raconter. Parler de la musicienne me procura beaucoup de plaisir. Il ne se moqua pas de moi.
Ils font sans doute parti des quelques drows qui tournent le dos à leur noire déesse, mais fais attention, si tu venais à la rencontrer, elle pourrait tout aussi bien t'arracher le cœur que t'embrasser... Il est tard, fini ton bol et va te coucher, petit. Cette nuit je prends la garde.
Il savait faire preuve de gentillesse parfois...
Je mis longtemps à m'endormir et c'est deux heures avant l'aube que je senti la main de mon ami me secouer.
Y'a du bruit vers le campement drow. Va y avoir du grabuge dans peu de temps. Des hommes essaient de s'approcher doucement. Ils ont pas l'air de vouloir faire amis-amis. Viens on va voir.
Je m'habillais et retrouvais mon ami dehors. Armé de sa hache et de son bouclier il semblait être prêt à affronter une armée.
Tu ne pense tout de même pas qu'on va se battre ? Ce sont des drows. Tu l'as dit toi même, ils sont terribles et sans cœur.
Tes prêtres t'ont peut être appris que les drows étaient mauvais et qu'il fallait les tuer à vue et Moradin sais que j'aime pas tes cousins à la peau noire mais ceux là ont rien fait de mal et ils ont un petit. Alors je vais pas les laisser se faire trucider sans rien faire. me répondit-il avant de s'enfoncer entre les arbres. Je pris mon bâton et le suivis sans trop savoir quoi faire.
Lorsque nous arrivâmes aux abords de la clairière, nous nous couchâmes pour observer le campement. Tout était silencieux et tous les elfes noirs étaient dans leur tente. Aucune sentinelle. Erreur.
Nous entendîmes finalement les hommes qui approchaient le plus silencieusement possible. Visiblement les drows ne doutait de rien, tout était calme dans le campement. Puis un des hommes s'approcha et lorsqu'il ne fut plus qu'a quelques mètres des tentes, il fut fauché par un des pièges. A la même seconde les drows masculins, cachés sous des couvertures recouvertes d'herbes se ruèrent en direction des attaquants tandis que les deux archères sortirent d'une tente et criblèrent de flèches l'homme qui essayait de se relever. Tout ne fut plus que chaos, les attaquants étaient des hommes supérieurs en nombre. Ils furent durement touchés par les bretteurs drows qui en tuèrent six avant de succomber de leur blessures. Un des bandits mis le feu aux tentes faisant sortir la musicienne et l'enfant. Puis les groupes se mélangèrent, laissant tomber leurs arcs, les archères sortirent des rapières et le combat s'engagea de plus belle. Les hommes se firent tuer dans un balai de lames aériennes mais finalement, en raison de la fatigue et du fait que les deux drows essayaient de protéger le petit et la musicienne, ils finirent par être encerclés. Il ne restait que six bandits. Cinq bretteurs et un archer qui repris son arc et se mis en retrait. Je me tournais alors vers mon ami pour voir sa réaction et je me rendis compte qu'il n'était plus là. Après une minutes d'observation je le vis plus loin essayant de contourner le campement. Le silence qui régnait sur le campement fut brisé par celui qui semblait être le chef des bandits :
Enfin on vous tient. Z'avez tué un paquet d'mes gars mais vos protecteurs sont morts et vous allez nous le payer. On va vous bruler mais avant j'crois qu'on va s'faire un p'tit plaisir les gars et moi. J'me suis jamais fait d'elfe noir et pourtant z'êtes pas moches mes mignonnes. Des rires gras s’élevèrent des rangs des attaquants pendant que leur chef détaillait les drows.
Tuez le gamin pendant que j'm'occupe d'la musicienne…
Ce fut plus que je ne pouvais en supporter. Allongé sous les arbustes je croyais que je ne me sentais pas bien à l'idée des meurtres qui avaient eu lieu mais je crois plutôt que c'était l'idée que ce porc puisse faire du mal à cette merveilleuse musicienne qui me mit dans une rage froide.
Après un bref coup d’œil à mon ami qui était deux mètres derrière l'archer, je sortis de sous les arbres et marcha directement sur le violeur. Mon irruption franche au milieu de la clairière prit tout le monde de cours. Je parcourus trois mètres de plus alors que tout le monde était figé personne ne sachant qui j'étais et dans quel camp j'étais. Tous me regardaient avec étonnement mais celui qui fut vraiment estomaqué fut mon ami. Il était juste derrière l'archer, yeux ronds bouche bée et la hache suspendu au dessus de sa tête prêt à porter un coup fatal.
Un des bandits se repris plus vite que les autres et se mit entre son chef et moi. Je déviais son épée courte avec mon bâton avant de lui casser le nez. Mon coup partit de bas en haut dans le but de casser l'os et de le faire remonter au cerveau. Je réussi et continuais ma route avant même qu'il ne touche le sol. Malgré la brume rouge qui flottait devant mes yeux je percevais très nettement ma cible. Le violeur. Alors que je tuais le premier bandit, la clairière reprit vie. J'entendis le claquement caractéristique d'une hache s'abattre sur un dos. La flèche de l'archer fusa à travers les feuilles des arbres, les bandits tournèrent dos aux elfes pour faire face à un nain lourdement armé et ce qui semblait probablement être un pèlerin avec son bâton de marche. Les drows en profitèrent et se jetèrent sur leurs armes. La folie meurtrière dans laquelle j'étais plongé m'empêche de vous raconter le combat en détails mais les deux archères et l'enfant furent tués, mon ami sauva in extremis la musicienne et moi je fis du chef des bandits un sac de frappe sur lequel je m'acharnais.
Lorsque ma raison me revint je me tenais au milieu du camp, le cadavre du chef aux pieds, les mains rouges de sang. Mon ami de petite taille était essoufflé mais avait l'air d'aller bien si ce n'est qu'il me regardait avec un air grave.
Le silence s'abattit à nouveau sur la clairière. Nous n'étions plus que trois, et encore, je me trouvais dans un état de choc suite au combat. Les préceptes avec lesquels j'avais grandis étaient en pleine confrontations avec mes récents et sanglants actes. Puis je fut pris de haut le cœur et je me précipitait dans les buissons pour vomir. Après la méfiance passée, nous nous occupâmes des morts. La musicienne prit soin de ceux de sa famille tout en pleurant. La complainte qu'elle chanta était si triste et émouvante que je pleurais en entassant les cadavres des brigands. Je ne m'attarderais pas plus sur cette nuit particulière mais disons que les bandits n'en étaient pas vraiment. Il s'agissait de mercenaires de l'ordre de Tyr qui poursuivaient et tuaient sans véritables raisons ceux qu'ils jugeaient être des mécréants. Nous passâmes deux jours ensemble et nous finîmes par tous nous entendre à merveilles. Notre nouvelle compagne était une barde et bien qu'elle connu quelques difficultés en raison de ses origines, je n'ai jamais rencontré de barde plus talentueux. N'ayant plus de famille, elle décida de se joindre à nous. C'est grâce à elle que la musique entra dans ma vie. Nous cheminions de ville en ville et chacun de nous avait ses propres buts. L'artisanat des gemmes pour mon ami à la belle barbe, les contes et les chansons pour ma belle musicienne et pour ma part j'étais toujours avide d'en apprendre plus sur la science des combats.
C'est au milieu de la campagne, un beau matin d'hiver, alors que je m’entraînais en enchaînant des mouvements de combat, que notre compagne me demanda si je savais danser. Je m'arrêtai dans l’exécution de mes techniques pour la regarder avec curiosité. Elle me dit que mes techniques exécutées avec lenteur lui faisait penser à une danse et qu'avec quelques modifications de sa part et un peu de lâcher prise de la mienne, elle pourrait faire de moi un bon danseur ou un acrobate. Elle ne m'apprit pas vraiment à devenir acrobates mais je me rendis compte que ce genre d'exercice était bon pour le renforcement musculaire. Et elle m'apprit à jouer du luth. Avec ce savoir nous avons commencé à faire quelques représentations. Nous gagnions notre pain et le gîte en échange de spectacles. Elle racontait des histoires, jouait et chantait. Je faisais quelques cabrioles et égrenait quelques note sur mon luth et parfois, quand elle parvenait à convaincre notre ami de jouer de la flûte, nous dansions tous les deux. Ce fut les plus belles années de ma vie. Un jour elle revint avec une étoffe rouge sur laquelle était brodé une rapière noire, un bâton argenté et une hache brune. Elle nous avait trouvé un emblème. Pour elle nous étions un Trépied. C'est sous ce nom, un rien idiot, que nous nous sommes fait connaître.
Pourtant n'allez pas croire que nous avions des facilités pour jouer. Même si les bardes sont bien souvent accueilli à bras ouvert, les bardes drow en revanche, ont plus de mal à se faire accepter. Plus d'une fois nous avons du rebrousser chemin et bien souvent, nous nous sommes fait attaquer. J'ai donc eu maintes occasions de réfléchir sur les préceptes d'Eldath. Je fini donc par lui tourner le dos. Puisque la beauté peut émerger d'une des plus viles races connu, et que le mal corrompt jusqu'à ceux qui se disent des protecteurs du bien, en faisant d'eux des tueurs de sang froid et des sadiques, écrasants des populations ne sachant ou ne pouvant plus se défendre alors peut être serait-il juste de se battre pour eux. Ne serait il pas juste de défendre des innocents ? Peut importe qu'ils soit humains, elfes, drows ou orcs...
Je me battais avec différents concepts mais une chose était sûre. Je me battais pour mes deux amis. Je décidais de les protéger du mieux possible. Et nous en avons essuyé des combats. Tous faisant de moi un vétéran. Certains en raison de la haine des populations envers les drows et d'autres par appât du gain. Quoiqu'il en soit un jour, en traversant un bosquet pour nous rendre dans une ville se trouvant à quelques kilomètres de là, nous tombâmes dans une embuscade. Nous nous sommes battus avec rage et je tuais plusieurs hommes. Mes compagnons aussi. Pourtant le piège avait été savamment organisé et nous nous fîmes déborder. Et lorsque je vis mon ami nain en difficultés, je me précipita vers lui mais trop tard. Il fut touché par un carreau d'arbalète qui perfora sa côte de maille. Il tomba assis le dos contre un tronc. Lorsque je m'accroupis à côté de lui je savais qu'il ne lui restait plus que quelques minutes. Je ne fis pas attention et un homme m'attaqua par derrière avec son épée longue. Son coup m'aurait décapité si mon très cher compagnon dans un effort ultime ne leva pas son bouclier à temps. L'arme glissa sur le métal et le plat de la lame vint me frapper à la tête. Dans une explosion de douleur, je tombais inconscient.
Je me réveilla quelques heure plus tard, la tête pleine de croûtes de sang coagulé. Je trouvais mon cher compagnon d'armes dépouillé de tout ce qui pouvait avoir de la valeur. Le cadavre reposant au milieu de la boue et du sang. Je pleurais et hurlais à m'en briser la voix mais lorsque je trouvais le corps sans vie, violé et torturé de ma petite musicienne je sentis quelque chose craquer dans mon cœur et dans ma tête…

Depuis ce jour je maudis les dieux devant les atrocités de ce monde. Je prends parti des faibles et je me nourris avec une joie inépuisable de la vengeance. Je me suis damné pour retrouver ces salopards et ils ont payé leur crime. Je les ai torturés pendant des heures. Des jours pour les plus endurants mais tous ont fini par mourir. En me regardant dans les yeux et me suppliant de leur laisser la vie sauve. Moi. Le dernier membre d'un Trépieds. Un bâton durci par les coups, le feu et le sang des batailles, dressé au milieu d'un charnier, une rapière et une hache reposant à ses pieds.
Et toujours meurtri…