Biographie du personnage:

Tauron Turindo parle peu de lui-même, encore moins de sa prime jeunesse passée dans les Marches d'Argent de Féérune. Son plus lointain souvenir est celui de l'attaque de morts-vivants ayant décimé sa famille et son clan de Boilune alors qu'il n'était qu'un bambin, et même ce souvenir est flou (à tel point qu'il a fini par oublier le visage, l'identité de ses proches et son propre nom). Seuls les plus jeunes lytharis furent épargnés et emmenés en captivité dans les Montagnes Rauvin pour servir de sujets d'étude à un mage désireux de s'approprier leur pouvoir inné de lycanthropie.

De longues années de calvaire s'écoulèrent. Les prisonniers mouraient les uns après les autres, victimes des mauvais traitements et des expériences de leur bourreau. Tauron mettait ses rares moments de répit à profit pour apprendre en cachette la langue de ses ennemis, dans l'espoir de les surprendre dès qu'il aurait une ouverture. Las! Il n'en eut aucune et, quasiment réduit à l'état de bête tant physiquement que mentalement, il aurait fini par flancher malgré son corps solide et sa soif de vengeance si des soldats lancés dans une campagne contre les ogres infestant les Montagnes Rauvin ne l'avaient délivré par hasard. Alors proche de l'inconscience et de la folie, ayant presque tout oublié de sa courte vie avant sa captivité, Tauron apprit plus tard que c'était l'éclaireur de ses sauveurs, un rôdeur elfe de Lune nommé Maeglin Finrod, qui, pris de compassion, l'avait fait transporter à ses frais jusqu'à une communauté d'elfes sylvestres de sa connaissance située en Haute-Forêt, à proximité de Grand-Père Arbre, afin de l'aider à se reconstruire.

Ce plan fonctionna mais nécessita de nombreux mois de soins et de repos tant les séquelles physiques et psychologiques de l'emprisonnement étaient profondes. Durant toute cette période, Maeglin lui rendit souvent visite et, petit à petit, les deux elfes devinrent amis, ce qui contribua grandement à l'amélioration de l'état de Tauron. Celui-ci réapprenait progressivement à contrôler sa lycanthropie et à vivre avec ses semblables, sans pour autant se montrer très expansif. La haine de notre héros finit par se muer en un dégoût froid et raisonné des morts-vivants et lorsqu'il se sentit guéri, il prit le nom de Tauron Turindo (Tauron = le forestier, le seigneur des forêts / Turindo = maître de son coeur) et demanda à Maeglin de devenir son apprenti, ce que ce dernier accepta avec joie. S'ensuivirent alors quelques années pendant lesquelles Tauron apprit le métier et la vie de rôdeur, toujours au sein de la Haute-Forêt ou de ses alentours. Langue sylvestre, contact avec la faune et la flore, traque, escrime, tir à l'arc, travail du bois... Il progressait vite et lorsque Maeglin sentit qu'il n'avait plus rien à apprendre à son élève, il lui offrit un superbe arc court qu'il avait confectionné à son image, simple et fiable, puis lui fit ses adieux avant de s'en retourner vers Bois Froid, région qu'il affectionnait particulièrement.

Le départ de son mentor poussa Tauron à voyager un peu au-delà de la Haute-Forêt, espérant rencontrer d'autres elfes lytharis. En effet, il était régulièrement confronté à l'incompréhension et au regard désapprobateur des autres et dans les premiers temps, il lui avait souvent fallu argumenter, expliquer, voire se battre pour qu'on cesse de voir en lui un être maléfique mais seulement quelqu'un de différent capable de contrôler une particularité trop méconnue, et il espérait que la vie auprès de ses semblables lui apporterait quelque réconfort. Ce manque d'ouverture d'esprit l'amena à taire sa lycantrophie et à n'accorder sa confiance et son amitié que très rarement. Dernièrement, Tauron a eu vent de quelques rumeurs situant une communauté d'elfes lytharis sur deux grandes îles lointaines et il s'est donc embarqué, depuis Eauprofonde, pour Dorrandin et Hélonna en quête d'informations. Il a choisi de commencer à se renseigner à Manost qui, en temps que plus ancienne ville, est susceptible de disposer d'archives intéressantes.



Fiche de personnage:

Nom: Tauron Turindo.
Sexe: masculin.
Race: elfe lytharis.
Âge: environ 120 ans.
Classe et niveau: rôdeur 1.
Alignement: chaotique neutre.
Religion: se reconnaît principalement dans Fenmarel Mestarine mais recherche aussi à l'occasion le soutien de Sylvanus et Sehanine Archelune.

Langues: 4.
  • d'office: commun, elfique.
  • supplémentaire: abyssal.
  • compétence: sylvestre.

Taille: 1.60 m.
Poids: 52 kg.
Cheveux: longs et argentés.
Yeux: verts.
Couleur de peau: pâle.
Autre info: droitier.

Caractéristiques: 83 points.
  • force: 12 (+1).
  • dextérité: 18 (+4).
  • constitution: 15 (+2).
  • intelligence: 12 (+1).
  • sagesse: 16 (+3).
  • charisme: 10 (0).
  • PV: 10 (8+2).

Aptitudes de classe:
  • maniement des armes courantes.
  • maniement des armes de guerre.
  • maniement des boucliers (sauf pavois).
  • port des armures légères.
  • ennemi juré: mort-vivants.
  • pistage.
  • empathie sauvage.

Don:
  • attaque en finesse.

Compétences: (6+1) x 4 = 28 points. Compétences de classe en italique, compétences avec degré de maîtrise en gras.

 Cliquer ici pour révéler le texte

Équipement:
  • vêtements: peaux, fourrures et cuirs formant une tenue d'explorateur.
  • protection: armure de cuir et dastanas.
  • armes: arc court composite de maître (limite de bonus de force +1) + 30 flèches, rapière, dague, fronde + 20 billes.
  • rangement: sac à dos, bourse, ceinture.
  • nourriture: rations de survie x3, pot de miel, outre d'eau.
  • outils d'artisan: couteau pour travailler le bois, hachette (également utilisée pour couper des branches servant à alimenter un feu), petit marteau, cordes de rechange pour arc, plumes pour empennage de flèches...
  • entretien du corps et du matériel: quelques bandages et herbes médicinales, savon, aiguille et fil à coudre, pierre à aiguiser.
  • éclairage et chaleur: silex et amorce, torche x2, couverture.
  • communication écrite: parchemin x2, plume, encre, étui à carte, morceau de craie.
  • divers: 15m de corde en soie, fiole vide, sifflet, petit miroir en acier, flasque d'eau bénite, 50 po.