Age*: 24 ans
Sexe*: féminin
Classe*: Expert 1 (maître verrier)/barde 3
Alignement*: neutre bonne

Caractéristiques*:

Force 9
Constitution 8
Dextérité 18
Intelligence 14
Sagesse 14
Charisme 18

Description physique*: Ce qui frappe d'abord chez Amélie est son aspect fragile, presque évanescent et en même temps agile et aérien. Ensuite, c'est son sourire bonhomme et un tantinet espiègle que l'on retient. Elle a des grands yeux sombres quelque peu bridés et de longs cils et ses cheveux longs jusqu'au bas des épaules sont bruns. Elle est d'une taille moyenne pour un poids assez léger. En tant que maître-verrier, elle est sensible aux couleurs et aime en user avec parcimonie pour s'habiller.

Description morale*: On peut dire d'Amélie qu'elle est plutôt «*bonne-pâte*», se fâchant rarement. Si elle se lie assez facilement, ce n'est pas pour autant quelqu'un de naïf. De par son apprentissage dans la verrerie, elle sait se montrer patiente et cultive un goût pour le travail bien fait. Elle aime se montrer précise dans ses paroles autant que dans ses gestes. Mais elle est loin d'être une personne totalement hiératique. Elle a un petit coté espiègle qui finit toujours par transparaître. Aussi, elle aime parfois transformer la réalité pour l'enjoliver, parfois la rendre moins pénible ou pour protéger quelques petits secrets. C'est aussi une bonne vivante qui a un sacré coup de fourchette, de qui on peut se demander où passe tout ce qu'elle peut manger. Elle a depuis toujours un léger souci qu'elle n'est jamais arrivée à éradiquer*: elle a le hoquet quand elle est contrariée, ce qui lui arrive heureusement assez rarement.

Biographie*:
Fille unique de deux maîtres-verriers, on pouvait dire que la vocation d'Amélie Malone était déjà trouvée et son avenir tracé. Bien sûr, la jeune femme apprit auprès d'eux le métier qu'elle trouva passionnant. Aussi, à seize ans elle ne rechigna-t-elle pas à partir en apprentissage sur les routes de Dorrandin pour un voyage de quatre ans. Au fil de ses pérégrinations, elle croisa la route de plusieurs aventuriers dont quelques bardes. A leur contact, elle découvrit la musique, le plaisir de raconter des histoires et de changer le monde par de simples mots. Une véritable révélation. Entre deux villes et façonnages de vitraux, elle s'entraîna à son tour, apprit le violon et le luth. Si elle aimait chanter – ce qu'elle faisait plutôt bien – elle aimait par dessus tout raconter des histoires. Mais loin de vouloir abandonner sa première vocation sur un coup de tête et aussi pour préserver ses parents, elle se laissa le temps de finir son apprentissage afin de réfléchir. A son retour, elle fut capable de réaliser le «*chef-d'oeuvre*» attendu pour être admise dans la corporation. Elle s'installa à coté de chez ses parents louant une petite maison munie d'un atelier. Elle honora quelques commandes avec un certain plaisir même si elle savait que sa vie n'était pas vraiment là. Quand elle eut pris son courage à deux mains pour l'avouer à ses parents, elle fut surprise de les voir accueillir la nouvelle avec un grand sourire. Sa mère pragmatique lui conseilla de ne pas abandonner totalement le monde plus concret du vitrail. Rien d'autre. Le jour de son anniversaire, elle comprit pourquoi …

La journée s'annonçait pourtant agréable. Un jeune homme du nom de Marvin qu'elle avait rencontré quelque temps auparavant lui avait proposé de renouer contact et elle en était heureuse. Elle en aurait volontiers parlé à ses parents si sa mère n'avait pas posé devant elle un énorme paquet de lettres. Elle semblait nerveuse et totalement désolés. Comme elle l'avait regardée sans comprendre, sa mère lui avait avoué qu'elle n'était pas véritablement leur fille mais l'enfant d'une certaine Morgan Novembre avec laquelle elle correspondait en secret depuis vingt ans. Selon la volonté de cette illustre inconnue, ils avaient attendu cette date fatidique pour l'en avertir. Une crise de hoquet dévastatrice l'empêcha de répondre. Sa mère «*adoptive*» - il lui coûta beaucoup d'user de cette définition – voulut l'apaiser, murmurant que le silence n'avait été facile pour aucun d'eux trois. Morgan avait voulu la préserver au maximum, voulant attendre qu'elle soit assez âgée pour pouvoir comprendre sa décision de la confier à quelqu'un d'autre. Son père lui promit qu'elle et «*ses*» mères l'aimaient et que rien ne changerait véritablement. Pour toute réponse, elle se leva brusquement et alla s'enfermer dans l'atelier parmi les vitraux. Durant toute une journée, elle pleurant en hoquetant pitoyablement. Puis la colère se dissipant, elle parvint à réfléchir. Peut-être fallait-il qu'elle arrive à comprendre pour pouvoir pardonner. Et elle savait que la clé se trouvait dans les lettres.

Elle les parcourut toutes. Au fil de la correspondance, elle découvrit son évolution complète depuis ses trois ans – date à laquelle elle avait "changé" de parents. Ses premiers mots, ses progrès, ses peurs, ses drames, ses rêves et ses fou-rires. Elle constata avec une certaine ironie qu'elle avait bien changé. Elle redécouvrit la facette bienveillante de sa mère, chaque fois admirative. Elle rapportait tout, même la fois où elle avait demandé s'il arrivait aux sunites d'avoir des flatulences. Et puis, elle fit la connaissance de Morgan. Une femme étrange, plutôt paradoxale qui l'avait laissée parce que la force de l'amour qu'elle éprouvait pour elle l'avait soudain effrayée. Elle n'avait pas agi sur un coup de tête et avait plusieurs fois retardé l'échéance. Elle ne l'avait pas confiée dès sa naissance comme il était prévu. Dans une très longue lettre, elle racontait cet émerveillement qu'elle avait provoqué en entrant dans sa vie. A ce moment là, elle avait crû pouvoir tout affronter, changer sa vie et ses penchants. Puis au fur et à mesure qu'Amélie grandissait et que s'enracinaient les liens, elle s'était rendu compte qu'elle ne ferait jamais une maman à sa mesure. Elle n'était pas capable d'offrir la stabilité familiale – elle n'en connut la cause que plus tard – dont elle avait besoin. Elle pensait qu'elle ne serait jamais une mère respectable et n'aurait pas supporté qu'on les montre du doigt. Amélie ne devait pas connaître l'ombre d'une vie marginale mais une existence agréable parmi «*des gens de bien*».
Méfiante dans un premier temps – après tout, personne ne lui avait donné son avis pour décider de son avenir – constatant que même à distance, Morgan l'avait toujours suivie, même à distance. Par contre, aucune des deux femmes ne mentionnait son père d'origine. Peut-être parti ou mort, il était pour l'instant la seule grande inconnue. Elle était donc une de ces personnes qui avaient non pas deux mais quatre parents. Et elle finit par l'accepter.

Pour ses vingt et un ans, Morgan se présenta en chair et en os sur le pas de sa porte*; à l'improviste comme elle en avait l'habitude. Amélie, non préparée au choc prit peur et refusa de la voir. Morgan dépitée repartit à Manost. Elle s'en voulut longtemps, persuadée que dégoûtée de son accueil elle ne chercherait plus à la voir. Elle fut donc agréablement surprise de recevoir la lettre qu'elle lui adressa directement cette fois. Dedans, Morgan s'excusait pour son impulsivité et la priait de pardonner sa conduite quelque peu cavalière de s'être ainsi imposée. Elle lui proposait d'entamer une correspondance afin de faire sa connaissance. Ensuite, peut-être voudrait-elle lui donner une chance de la voir. Si elle avait mis quelques jours à ouvrir l'enveloppe, elle prit à peine quelques heures pour répondre. Pendant trois ans, leurs lettres circulèrent entre Manost et Cojum. Elles se parlèrent de tout, et puis de presque rien … Du temps qui passe. Elles échangèrent quelques chansons, quelques poèmes. Et lorsque Morgan déplora de ne pas entendre leur musicalité, Amélie lui proposa de revenir à Cojum pour pouvoir l'écouter …

Leur unique rencontre fut au début assez stressante – il était difficile de rattraper tout le temps perdu – mais au bout du compte agréable. Et quand Morgan repartit ce fut avec la promesse qu'Amélie viendrait la voir à Manost après être venue à bout d'une commande de vitrail.

Quelques mois plus tard, elle franchissait les portes de la cité du vigilant. Mais arrivée à l'adresse indiquée, elle ne trouva qu'une paladine tyrite qui venait d'hériter bien malgré elle de la maison de Morgan …