Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Aventurière] Surya

  1. #1
    Date d'inscription
    March 2013
    Messages 
    482

    [Aventurière] Surya

    Prénom : Surya (signifie soleil dans sa langue d'origine)
    Race : Humaine
    Age : 27 ans
    Taille : 1m47
    Poids : 48 kg
    Alignement : chaotique neutre (limite chaotique bon)
    Classe : barde (et agent ménestrel... débutante)
    Niveau : 4 (barde 2, agent ménestrel 2)
    Apparence : Elle porte plupart du temps d'amples vêtements aux couleurs vives, et cache souvent sous une large capuche sa peau noire, tatouée de symboles rituels de sa tribu d'origine, et ses cheveux à l'étrange texture crépue, qui ont tendance à éveiller la curiosité de ceux qui la croisent.
    Religion : Là d'où elle vient, on vénère Ubtao, omniprésent dans chaque pierre et chaque arbre de la nature environnante. Après les nombreuses années passées dans notre monde, elle se découvre une certaine affinité avec Tymora, déesse de la chance et du hasard.

    Caractéristiques :
    For 10
    Dext 17
    Const 12
    Int 16
    Sag 11
    Char 17

    Principales Compétences (à mettre à jour suite à changement de niveau de fin de quête... j'y réfléchis !) : concentration (5), déguisement (5), déplacement silencieux (6), diplomatie (8), discrétion (5), équilibre (6), escalade (4), estimation (4), évasion (5), perception auditive (3), psychologie (2), renseignements (6), représentation (6 et 4), survie (1), acrobatie (4), arts de la magie (3), connaissances (folklore local, histoire et géographie : 6 ; nature : 5, mystères*: 4 ; autres domaines : 3) ; décryptage (4), escamotage (4), langues (2) ; profession : chanteuse et musicienne ; artisanat (fabrication d’instruments)

    sorts :
    sorts connus niveau 0 (3 utilisables par jour) : berceuse ; convocation d’instruments ; manipulation d’objets à distance (max 2,5kg) ; lecture de la magie ; ouverture/fermeture ; détection de la magie
    Sorts connus niveau 1 (3 utilisables par jour) : Hypnose, charme-personne, compréhension des langages
    Sorts connus niveau 2 (1 utilisable par jour) : invisibilité ; soins modérés

    Description :
    Si petite qu'on pourrait la prendre pour une jeune adolescente, le visage souvent en partie dissimulé dans l'ombre d'une capuche, on ne voit d'abord d'elle que ses yeux noirs, généralement brillants de curiosité. Sa peau noire, lorsqu'elle la dévoile, surprend dans les régions peu fréquentées par les voyageurs, suscitant parfois la méfiance chez ceux qui associent instinctivement cette couleur aux drows des profondeurs.
    Lorsqu'elle monte sur scène, c'est sa voix qui surprend, séduit, envoûte. Une voix puissante au timbre chaud, grave, un peu rauque, qui sait aussi bien conter que chanter. Parfois, lors de certains spectacles, lorsqu'elle « sent » bien son public, elle laisse apparaître ses cheveux à l'étrange texture crépue et sa peau noire tatouée de symboles rituels, et charme son auditoire en chantant de longues mélopées aux accents venus d'ailleurs, au rythme syncopé soutenu par d'étranges percussions dont elle joue à la perfection.
    Lorsqu'elle était petite, sa joie de vivre permanente était notoire. Son histoire difficile a certes ramené un peu de gravité dans son caractère, mais ses capacités de résilience étaient suffisantes pour lui permettre, encore et toujours, de vouloir voir la vie éternellement du bon coté. Entre le verre à moitié vide et le verre à moitié plein, c'est toujours le second qu'elle voit, et elle se montre parfois agacée face à ceux qui ne partagent pas son optimisme. Voyageuse infatigable, elle a parcouru maintes routes et sentiers de Féérune mais ne se lasse jamais de découvrir de nouvelles contrées et d'aller à la rencontre de ceux qui les peuplent.
    Curieuse, avec une volonté sans faille de tout apprendre et de tout comprendre, elle manque pourtant souvent de recul et de réflexion sur les conséquences de ses choix. Elle agit dans le feu de l'action, suivant son instinct du moment. Sociable et d'un caractère plutôt enjoué, elle reste souvent superficielle, ne se dévoilant pas facilement, n’accordant guère sa confiance. On pourrait la taxer d'égoïste, tant la vie lui a appris à compter surtout sur elle-même.
    Elle n'aime rien tant que conter, chanter, et danser la magie comme on le dit dans son pays natal (car là-bas la magie barde a une composante non seulement musicale, mais aussi gestuelle, dont elle n'a jamais pu se défaire)... mais aussi -et surtout- écouter et apprendre.

    Possessions :
    un luth offert par son mentor Rynn, un krar (sorte de petite lyre de son pays d'origine), des calebasses comme récipients à tout faire, qu'elle transforme en percussions lorsque l'inspiration lui vient, des bâtonnets striés, instruments de musiques traditionnels de sa tribu, une peau de chèvre tendue sur du bois. Deux épées courtes, quelques dagues de jet qu'elle manie avec adresse. Des peintures corporelle en souvenir de qui elle était. Bien sûr quelques effets personnels. Et également un minuscule singe facétieux, répondant (quand ça lui chante) au nom de Tempo. Il connaît quelques petits tour mais n'est pas toujours très coopératifs.


    Biographie détaillée :


    « Que ceux qui ont des oreilles pour écouter entendent... Que tous écoutent l'histoire du Prince Yonas Selassié, fils de Sembad, qui osa défier Ubtao... »
    Surya écoutait le conteur, fascinée, envoûtée. Elle savait qu'elle était sensée dormir, mais jamais elle n'avait su résister à l'appel de la voix du griot. Peu importait que les contes de la soirée soit réservés aux adultes et qu'elle n'ait que six ans. Elle aimait le son des percussions qui agrémentait le récit, celui du djembé mais aussi de la flûte ou du krar, une lyre qu'il avait lui-même fabriquée et dont il agrémentait parfois la soirée. Elle aimait ces chants qui s'élevaient dans la nuit. Un jour elle serait griote, elle aussi. Elle l'avait annoncé à sa mère, à son père, à la chamane du village. Personne ne s'était moqué. Tous avaient approuvé son voeu. Et demain, le griot lui donnerait sa première leçon. Demain, on allait pour la première fois la parer des peintures rituelles signifiant à tous sa condition d'apprentie... Elle allait devenir celle qui conte, qui chante, qui danse la vie et la magie du monde. Elle était sans nulle doute l'enfant la plus heureuse de la jungle lorsqu'elle s'endormit enfin.

    *****

    « Ta curiosité te jouera des tours... ». Cette phrase, combien de fois l'avait-elle entendue*? Au moins trois fois par jour durant presque neuf années, cela faisait, heu, 3 fois 365, fois 9...
    Elle était si concentrée sur ses calculs qu'elle sursauta lorsque le griot lui adressa la parole.

    - A quoi rêves-tu encore ?
    - Au monde... A ce qu'il y a au-delà de la jungle... S'il te plaît, raconte-moi.
    - Tu poses encore et toujours les mêmes questions, comme si tu n'en était jamais rassasiée... N'es-tu pas heureuse, ici ? On me dit toujours que tu irradies la joie, que tu es un véritable rayon de soleil. C'est ce qui t'a valu ton nom...
    - Oui bien sûr, mais je voudrais tant connaître ce qu'il y a ailleurs...
    - Pourquoi ?
    - Pour savoir, c'est tout... Tu dis qu'il existe d'autres terres, d'autres peuples, peut-être ne vivent-ils pas comme nous, peut-être qu'ils ne nous ressemblent pas ?... J'aimerais tant les rencontrer...
    - Plus tard, tu pourras voyager, si tel est ton désir. Partir à la rencontre du vaste monde. Mais auparavant il te faudra connaître leur langue, et aussi leurs coutumes...
    - S'il te plaît, enseigne-moi...
    Tout ce que lui contait le griot la passionnait. Ses récits étaient si fantastique qu'elle doutait parfois de leur véracité : des êtres vivant plusieurs centaines d'années et pratiquant des magies bien plus puissantes que celle de la chamane, de véritables cités volantes, des dieux multiples alors qu'eux ne vénéraient qu'Ubtao sous toutes ses formes. Des légendes qui se transmettaient de griot à griot. Étaient-elles véridiques ? Elle buvait son enseignement sans jamais en être rassasiée.

    *****

    Elle n'avait d'yeux que pour les humains à l'étrange peau décolorée assis près de la chamane. Elle avait entendu les autres enfant chuchoter qu'ils devaient être atteints d'une maladie grave pour avoir une peau aussi étrange. Blanche. Alors que chacun sait qu'Ubtao a créé l'homme avec une peau sombre pour mieux se dissimuler sous le couvert des arbres. Elle avait ri. Elle savait par son mentor que d'autres peuples avaient la peau claire. Mais tout de même c'était la première fois qu'elle en rencontrait.
    - Ils disent que votre fille a un véritable don pour le chant et la musique, traduisait le griot. Ils l'ont entendue hier lorsque je la faisait répéter. Ils disent qu'ils pourraient l'emmener avec eux pour faire connaître à tous, au-delà de la jungle, notre existence et nos talents. Et même lui apprendre d'autres sortes de musiques.
    - Mais elle n'a que 10 ans, objectait sa mère. Elle sentait la tension qui l'habitait à l'idée de laisser partir son enfant chérie si loin d'elle. Ils pourraient choisir quelqu'un d'autre, un adulte !
    - Ils promettent de prendre soin d'elle, de veiller sur elle. Le griot traduisait, sans laisser transparaître son avis. Il savait, pourtant, combien elle désirait partir...
    - Elle est beaucoup trop jeune, trancha la chamane.
    - Mais je veux y aller ! finit-elle par intervenir malgré le regard courroucé des adultes de l'assemblée. Je veux voyager, explorer le monde! Je veux partir!
    Ni la tristesse de sa mère, ni les injonctions de son père, ni les mises en garde de la chamane et celles -elle ne comprenait pas pourquoi- du griot, ne parvinrent à l'ébranler. Elle partirait avec ces étrangers. C'était là qu'était son destin, elle le sentait. Elle le voulait.

    *****

    Assise sur les talons, Surya laissait son regard glisser le long des planches mal ajustées. Elle en connaissait le moindre petit défaut. Elle donna un coup de pied rageur dans l'espèce d'arbuste en pot parachevant le décor de sa cage. Car c'était bien une cage, quoiqu'ils en disent, elle le savait. Bien sûr, le premier soir, elle n'avait pas voulu le voir. Après des semaines de marche à travers la jungle, et une traversée tout aussi interminable de la mer, ils avaient accosté dans une région dont elle ignorait le nom - le Calimshan. Ils avaient marché, encore, dans les rues d'une grande ville – elle n'avait jamais rien vu de tel et ses yeux écarquillés ne parvenaient pas à en enregistrer tous les détails-, jusqu'à une vaste étendue couverte de tentes colorées, grouillant d'humains mais aussi d'autres races, dans des costumes étranges, en train de répéter divers spectacle de jonglerie, acrobatie, musique. Il y avait des scènes de bois surélevées pour qu'on les voie mieux. Et de grands parcs clôturés de grilles derrière lesquels se trouvaient des animaux tous plus étranges les uns que les autres. On lui avait montré sa place : une scène surélevée, entourée, au fond et sur les côtés, par des parois de bois peintes aux couleurs de la jungle, et avec un arbre grotesque au milieu. Et surtout, fermée à l'avant par des barreaux de bois. Pour ne pas qu'elle se sauve ? Pour la protéger de tous ces gens qui la regardaient avec tant de curiosité ? On lui avait donné ses instruments, et elle avait commencé à jouer, à chanter. Le public affluait. Elle n'avait pas voulu comprendre tout de suite qu'ils venaient avant tout pour voir l'étrange fille à la peau noire et aux cheveux crépus, au corps nu couvert de tatouages et peintures, l'enfant sauvage ramenée des jungles de Chult, et ses bien étranges instruments de musique. Le ton de leur voix était celui de la curiosité, pas celui de l'admiration d'un public pour une chanteuse.

    Elle ne comprenait pas leur langue, malgré les quelques rudiments enseignés par son mentor. Ils ne connaissaient pas la sienne. Elle voulait qu'ils comprennent qu'elle n'était pas une bête, qu'ils n'avaient pas à l'enfermer, qu'elle était une conteuse, une musicienne. Elle devait apprendre leur langage, le comprendre, le parler. Alors, elle pourrait leur dire tout ça. Ils comprendraient... ils comprendraient sûrement.
    Alors, depuis des semaines qu'elle était ici, elle ouvrait ses yeux, ses oreilles, analysait le moindre son sortant de la bouche des personnes qui lui apportaient sa ration quotidienne de nourriture. Il fallait qu'elle comprenne ce langage. Elle avait cessé de chanter, délaissé le krar et les calebasses. Elle avait cessé de se peindre le corps. Mais pour attirer le public on lui avait remis des couches de maquillage, de peinture, sans se soucier qu'il s'agisse de symboles attirant le mauvais œil au lieu de la toile protectrice qu'elle avait appris à tracer dès son plus jeune âge. On lui avait clairement fait comprendre qu'elle devait coopérer, continuer à se donner en spectacle, sous peine de représailles. Elle avait fait mine d'obéir mais ne chantait plus, se contentant de jouer parfois de ses calebasses. On lui avait ôté ses lourds bracelets d'or, reçus à chacun de ses anniversaires et sensés la préserver de la maladie. Elle s'en fichait. Elle se réfugiait sous sa couverture. Il faisait froid. La jungle lui manquait. Sa famille. Elle ne les reverrait jamais. Et elle pouvait blâmer personne d'autre qu'elle-même, son entêtement, sa curiosité maladive. « Ta curiosité te jouera des tours »... Y avait-il quelque part un dieu pour les enfants perdus ? Oui, elle devait le croire.


    *****

    - Ce sont des instruments de musique de chez toi ?
    Dans l'obscurité de la nuit tombée, elle coula un regard noir vers l'homme. Elle avait reconnu sa voix : c'était le barde engagé depuis quelques jours, un homme d'âge mur, qui chantait en duo avec une femme à la voix magnifique. Elle en avait ressenti une telle pincée de jalousie qu'elle s'était bouché les oreilles. C'était elle, qui aurait dû chanter sous les applaudissements. C'était ce qu'on lui avait promis...
    - Tu me montres comment on fait ? Celui-ci, je vois bien, ça ressemble à une lyre, mais ça... -Il désignait le sistre- et ça -deux drôle de bâtons crénelés-, je ne connais pas du tout...
    Elle serra les dents sans répondre.
    - Tu ne comprends pas ce que je dis ?.... Alors, je les prends, je les étudierai tout seul.
    - Non, c'est à moi !
    Elle croisa le regard de l'homme. Il avait souri en l'entendant parler. Il ne paraissait pas méchant, ni agressif, mais comment savoir ?
    - Tu parles, donc... Alors dis-moi... j'aimerais apprendre à en jouer. Veux-tu me montrer ? insista-t-il.
    Elle hésita.

    - Si toi tu ouvres la porte, finit-elle par dire. Elle avait bien fait d'apprendre leur langue. Peut-être ce soir pourrait-elle enfin s'échapper ?
    Il hésita à son tour.

    - Si je fais ça, on me renverra... je viens juste d'être embauché...
    Il revint le lendemain.
    - Pourquoi veux-tu que j'ouvre cette porte ?
    - Toi tu aimes chanter dans cage ?
    - Non bien sûr... Tu sais, j'ai été voir le directeur, j'ai essayé de lui dire qu'il fallait te laisser sortir, il ne veut rien entendre... Il a peur que tu t'échappes, ou peut-être que tu sois récupérée par une troupe concurrente, je ne sais pas... Et puis, si je t'ouvre, que feras-tu une fois dehors ? Tu n'as nulle part où aller...
    Il avait raison. Elle le savait. Même si elle ne voulait pas l'admettre. Elle sentit les larmes couler le long de sa joue et préféra lui tourner le dos.

    Il revint encore. Avec sa femme. Elle avait une silhouette toute légère, aérienne. De drôles d'oreilles. Une elfe.

    - Quel âge as-tu ?
    - Dix ans. Bientôt onze.
    - Et tu sais vraiment jouer de tous ces instruments ?
    - Oui. J'apprends pour être Griot. C'est lui qui chante les histoires, chez moi.
    - Ici on dit Barde.
    - Je sais.
    - Tu nous montres ?
    - Tu ouvres la porte ? Peu importait pour aller où, finalement.
    Ils se regardèrent.

    - Si tu as du talent comme barde, on pourrait te prendre avec nous, monter notre propre spectacle... Ils en avaient apparemment longuement discuté. On ne peut pas te laisser errer dans la ville toute seule, mais pas non plus te laisser ici, ce n'est pas humain... Montre-nous ce que tu sais faire.

    Elle regarda les instruments, au bord des larmes. Elle ne ressentait plus l'élan qui l'avait toujours poussé vers eux.
    - Alors ?
    - Je ne sais pas chanter dans une cage... Mes mots sont enfermés.
    La femme s'accroupit.
    - Libère-les. Prend un instrument, laisse la musique envahir ton âme, ton esprit. Laisse-la porter, sublimer ce que tu ressens. Laisse-la se mettre au diapason avec ta souffrance. Alors ta voix sortira...
    Elle n'avait pas reconnu tous les mots. Mais elle avait compris.
    Elle avait commencé par les percussions, doucement puis plus fortement, laissant le rythme obsédant vider son esprit. Et soudain sa voix s'était envolée, rauque, en un chant rythmé et syncopé qu'elle-même ne connaissait pas, qui ressemblait à une prière, une lamentation, exprimant sa souffrance, ses espoirs déçus, et pourtant, tout au fond, l'Espoir, celui qui ne s'éteint jamais et qui fait croire en un avenir meilleur. Quand elle avait eu fini, beaucoup l'écoutaient. Elle lisait la curiosité dans leurs yeux. Mais n'osait pas y lire l'admiration.
    Deux nuits plus tard, le barde tint parole. Il vint à bout de la serrure en quelques instants. Et ce fut cachée sous une couverture dans un chariot bâché qu'elle quitta la ville en pleine nuit, en compagnie du couple. Ils s'appelaient Siwiel et Rynn.


    *****

    Il lui fallut du temps pour leur faire confiance. Des mois, des années peut-être. Elle avait trop à leur faire payer. L'elfe avait une patience et une foi inébranlable, elle laissait glisser les moments de tension, alors que l'homme laissait paraître sa souffrance et sa déception. Il lui ressemblait trop. Elle savait où appuyer pour lui faire mal, elle savait leur rendre la vie impossible. Il lui fallut du temps pour admettre qu'ils ne souhaitaient pas l'exhiber comme une bête et respecteraient ses désirs. Jamais ils ne l'obligèrent à monter sur scène avec eux, préférant attendre que l'envie lui revienne. Et l'envie fut longue à revenir... mais un jour elle se surprit à laisser ses doigts tapoter sur une calebasse renversée. Puis elle prit le krar. Et finit même par fredonner en sourdine... Le sourire lui revint, petit à petit. Le rire. La joie.
    Siwiel lui donna quelques conseils pour mieux placer sa voix ; malgré leurs timbres très différents, elles eurent plaisir à chanter en duo. Ce fut elle également qui lui enseigna ses premières notions de magie. Rynn lui apprit à jouer du luth, et se montra lui-même un élève particulièrement attentif lorsqu'elle lui expliqua les rudiments de sa musique tribale. Au fil des années, elle prit de l'assurance, et finit même par ressentir une certaine fierté à jouer sur scène. Oh, toujours le doute subsistait : dans le public, combien venaient seulement pour voir l'étrange petite femme à la peau noire et au corps tatoué venue de la jungle, avec ses étranges instruments de musique ? Mais d'autres semblaient apprécier sincèrement son talent. Et ses nouveaux mentor le lui répétaient, du talent, elle en avait. A commencer par une voix exceptionnelle. Et, lorsqu'elle osait laisser son corps entrer en transe et se lier à la musique, comme elle l'avait toujours vu faire dans sa tribu, elle lisait dans les regards une admiration non feinte.

    *****

    Elle avait 23 ans lorsque Rynn, qui commençait à ressentir le poids des ans, fut emporté par une pneumonie, après un hiver particulièrement rigoureux. Treize ans d'une vie d'errance, allant de ville en ville proposer leurs talents, une saison ici, une autre là. Sa soif d'apprendre étant revenue, intacte, elle avait appris le nom des continents, des fleuves, des villes, mais aussi les contes, les chants, les légendes. Rynn avait également insisté pour lui enseigner les rudiments de combat à l'épée. Souple et leste, elle aimait « danser » avec deux épées, et savait profiter de sa petite taille pour esquiver les attaques, mais manquait de puissance dans les siennes. En revanche, elle devint vite imbattable au lancer de couteau ! Parfois, dans certaines grandes villes, Rynn s'absentait, rejoignant ses pairs, lors de réunions interminables. Comme elle le pressait de question, il avait fini par laisser échapper quelques informations sur sa caste de Ménestrel. Et elle n'avait eu de cesse de le devenir à son tour, désireuse de représenter et de faire entendre la voix des peuples oubliés de la jungle. Rynn avait plaidé sa cause, et elle-même avait plaidé celle de son peuple, répondant à un interrogatoire poussé, avant de subir les rites d'initiation et de prêter serment.
    Elle appréciait cette vie. Parfois elle songeait à sa famille, à la jungle du Chult où elle était née. Elle avait fait un choix, 14 ans plus tôt. Un choix qui avait bien failli s'avérer funeste. Mais qui finalement l'avait amenée presque là où elle l'avait rêvé... Elle ne le regrettait plus. La chance l'avait guidée... Ou Tymora ? Toujours, elle irait de l'avant. Ne jamais se retourner...
    Siwien pleura longuement le décès de son époux. Longuement à l'échelle humaine. Mais pour un elfe, une année ou deux n'est rien. Après de longues discussions, Surya convint que le moment était venu d'apprendre à voler de ses propres ailes. La séparation fut progressive, Siwiel lui laissant le temps de prendre confiance en ses capacités. Elle avait encore trop souvent cette impression que seule la curiosité, et non son talent, attirait les spectateurs. Elles firent encore quelques spectacles ensemble, Surya dans le rôle de la musicienne accompagnant les chants de l'elfe. Mais de plus en plus, Siwiel la laissait volontairement seule sur scène.

    *****

    Il y a maintenant quelques années que Surya parcourt seule les terres de Féérune. Elle a joué dans de nombreuses villes et hameaux, rencontré d'autres bardes et voyageurs ambulants, vu des choses étranges, traversé des moments de joie ou de tristesse, animant des cérémonies d'adieu, de prière, et même un départ au combat. Parfois, elle retrouve avec une immense joie Siwiel, lorsque le hasard les amène dans des régions voisines. Sa soif d'apprendre et de voyager reste insatiable.
    Son apparence est toujours un sujet de curiosité. Elle a appris à la dissimuler sous d'amples vêtements à capuche, jouant le plus souvent du luth, moins exotique, et ne dévoilant ses tatouages et peintures corporelles que lors de rares spectacles, lorsqu'elle se sent suffisamment en confiance pour sortir ses percussions et redonner vie, un instant, à la griote qu'elle a toujours voulu être. Et il lui arrive même parfois de danser la vie et la magie du monde, comme une transe issue d'un autre temps, d'un autre lieu, toujours présent dans sa mémoire...

    Elle est retournée dans la jungle, en quête de nouvelles de sa famille, de sa tribu. Elle ne les y a pas trouvés : la jungle est vaste et pleine de dangers, et rares sont les aventuriers d'autres peuples qui osent affronter les reptiles, sauriens et autres dinosaures qui y vivent. Elle a interrogé d'autres griots. On lui a parlé des trop nombreux chercheurs d'or qui hantent la région, des dommages qu'ils causent à la nature, des épidémies qu'ils propagent. Peut-être sa tribu a-t-elle été victime de l'une de ces épidémies. Ou peut-être s'est-elle enfoncée plus loin dans la jungle, à la recherche de terres plus tranquilles, moins convoitées. Il y a plusieurs années, en tout cas, que personne n'a eu de leurs nouvelles. Mais la jungle est si vaste... Cela dit, elle n'est pas revenue complètement bredouille de ce voyage aux sources : un minuscule singe répondant au nom de Tempo, arraché à des trafiquants qui comptaient sans doute le vendre à un cirque, ne la quitte plus d'une semelle.
    Elle est donc retourné sur le continent, faisant aux ménestrels un rapport détaillé, insistant pour qu'ils aident à mettre un terme à la cupidité de ces chercheurs d'or qui détruisent sa jungle et tuent son peuple. Elle a été entendue, elle sait que d'autres missions seront envoyées là-bas. Quant à elle, on lui demande désormais de se rendre sur un autre continent dont elle n'a guère entendu parler : Dorrandin. Hélonna. Des rumeurs de guerre en proviennent, inspirées peut-être par Cyric. On lui demande d'aller se rendre compte par elle-même. Elle sera donc les yeux et oreilles des ménestrels dans cette partie du monde.
    Dernière modification par Voyageuse ; 03/09/2018 à 22h06.

Discussions similaires

  1. [Aventurière] Eldrina
    Par missElder dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 1
    Dernier message: 28/03/2018, 22h50
  2. [Aventurière] Talianna
    Par Brutus dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 1
    Dernier message: 21/06/2016, 10h27
  3. Quête : Guerre des Plaines Brûlantes – Galariel et Surya
    Par Kasumi dans le forum Le Bosquet des Pierres
    Réponses: 588
    Dernier message: 13/07/2014, 09h00
  4. [Quête] La guerre des Plaines brûlantes : Surya
    Par Kasumi dans le forum La Côte de la Lumière
    Réponses: 28
    Dernier message: 29/03/2013, 22h56
  5. [Aventurière] Sylveneige
    Par Féérune dans le forum Fiches de personnages
    Réponses: 0
    Dernier message: 01/02/2013, 20h06

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250