Affichage des résultats 1 à 1 sur 1

Discussion: [Aventurier] Taliesin

  1. #1
    Avatar de Taliesin
    Taliesin est déconnecté Élu de Mystra
    Date d'inscription
    décembre 2004
    Messages 
    34 865

    [Aventurier] Taliesin

    Biographie

    Mes plus anciens souvenirs sont des images fugaces, des impressions fugitives remontant aux premières saisons de ma vie. Certains d’entre eux sont pénibles et ont longtemps hanté mes nuits de cauchemars : un ciel nocturne rougeoyant, une impression d’étouffement due à une épaisse fumée, des hurlements… D’autres, au contraire, sont agréables : je revois un visage triste et doux penché vers le mien, j’entend une voix claire murmurer une chanson. Ces souvenirs-là constituent le plus précieux de mes trésors, car c’est tout ce qu’il me reste de ma mère.

    Je sais très peu de choses à son sujet et une bonne part des informations dont je dispose m’a été fournie par les forestiers humains qui m’ont recueilli alors que je ne comptais guère plus d’une année. Ils m’ont raconté que par une claire journée d’hiver, une elfe avait frappé à la porte de leur maison. Elle était à bout de forces et s’était écroulée sitôt après m’avoir déposé dans les bras du forestier et avoir murmuré mon nom. Elle ne revint jamais à elle et fut enterrée à côté d’une petite source, non loin de ce qui allait être pendant plusieurs années mon foyer.

    Bien qu’ils eussent déjà plusieurs enfants, le forestier et sa femme décidèrent de s’occuper de moi et ils me traitèrent comme leur propre fils. Je vécus donc parmi les hommes, tout en prenant très tôt conscience de ma différence : alors que mes frères et sœurs s’épanouissaient et se fortifiaient rapidement, je mettais plus de temps à grandir et je restais toujours plus frêle qu’eux. Si je ne pus jamais me rendre utile par ma force, mes parents adoptifs découvrirent très vite l’habileté et la dextérité dont je faisais montre. Mon père m’apprit donc à tirer à l’arc et dès lors je l’accompagnais chaque fois qu’il partait à la chasse, participant ainsi activement à la vie de la famille, ce qui me procurait un vif plaisir.

    Les années s’écoulèrent ainsi, heureuses et paisibles, jusqu’à ce jour où, de retour d’une chasse, je pénétrais dans la maison et vit un inconnu assis près du feu. Ce n’étais pas la première fois que cela arrivait : me parents étaient les seuls habitants à des lieues à la ronde et s’étaient toujours montrés très hospitaliers. Pourtant, lorsque le visiteur se tourna vers moi pour me saluer, quelque chose me frappa immédiatement, bien qu’un long moment passât avant que je comprisse pourquoi ses traits me semblaient si familiers : c’était un elfe. Pour la première fois depuis la mort de ma mère, il m’était donné de rencontrer quelqu’un de ma race.

    La soirée se déroula comme chaque fois que nous accueillions un visiteur. Ma mère prépara un repas de fête auquel notre hôte fit honneur. Puis vint le temps de la parole. Nous nous assemblâmes autour du feu et l’elfe nous raconta son histoire. Il se nommait Hafgan et était barde. Il avait parcouru de nombreuses contrées, recueillant sur son passage d’innombrables récits et légendes dont il tirait des poèmes et des chansons qu’il interprétait afin de gagner sa vie.

    Terminant son discours, il prit sa harpe et, pour nous remercier de notre hospitalité, se mit à exercer son art. Dès lors, nous fûmes entraînés par sa musique puissante et profonde, emportés par sa voix mélodieuse et envoûtante, projetés dans un monde étrange et merveilleux. Là, nous fûmes témoins de bien des drames, spectateurs de bien des hauts faits, acteurs de bien des batailles, alternativement pétrifiés par la peur, noués par l’angoisse ou submergés par la joie. Je ne sais combien de temps nous restâmes sous le charme, il aurait pu s’écouler une heure, un jour ou même un siècle.

    J’émergeais finalement de ce voyage onirique pour m’apercevoir qu’Hafgan s’était mis à chanter dans une langue inconnue et, inexplicablement, son air me semblait familier. Mais le plus étrange fut que, sans même en être conscient et bien que je ne comprisse rien aux paroles, je me mis à les chanter en même temps que le barde, poursuivant même alors qu’il s’était tu et continuait seulement à pincer les cordes de sa harpe. Tous les regards étaient tournés vers moi et je m’arrêtais soudain, rougissant autant de l’attention qu’on me portait que de l’incompréhension de mon acte. Hafgan me tira d’une situation bien inconfortable en déclarant qu’il avait joué longtemps et qu’il ne voulait pas priver mes parents de sommeil. Il était effectivement tard et nous allâmes tous nous coucher. Je mis pour ma part longtemps à m’endormir, déconcerté par ce qui venait de se produire.

    Le lendemain matin, Hafgan était toujours chez nous : je le découvris en grande discussion avec mes parents. Lorsque j’entrais dans la pièce, tous se tournèrent dans ma direction. Le barde me salua gaiement tandis que mes parents me fixèrent un moment, les yeux emplis d’une affection encore plus intense qu’à l’accoutumée. Après le petit-déjeuner, Hafgan me proposa de l’accompagner pour une promenade. Je me tournais vers mon père, qui acquiesça.

    Et ainsi je sortis aux côtés de l’Elfe et nous nous enfonçâmes dans les bois. Pendant que nous cheminions, il me fit un étrange récit. Il me conta que, jadis, des hommes et des femmes, ne supportant plus les violences, les passions et les turpitudes qui déchiraient sans cesse le monde, décidèrent de s’en retirer. Ils aspiraient à une vie simple et paisible ou chacun pourrait se consacrer au développement des arts et des sciences et non plus à la recherche constante de l’argent ou du pouvoir. Ils quittèrent donc la civilisation et fondèrent une cité idéale où ils espéraient rendre leur rêve possible. Si les premiers fondateurs étaient des Elfes, ils furent bientôt rejoint par des êtres de toutes les races bienveillantes connues en ce monde. Oubliant les vieilles rancunes, ils bâtirent ensemble une communauté florissante attirant sans cesse de nouveaux idéalistes refusant la fatalité d’un monde de malheur et de souffrance.

    Cette utopie devenue réalité fut longtemps préservée des maux s’abattant sur le reste du monde, grâce à son isolement d’une part mais surtout parce qu’elle ne recelait aucune richesse autre que celles de l’esprit et de l’âme. Aucune armée ne vint donc menacer la cité qui ne possédait ni remparts, ni gardes et dans laquelle aucune arme n’était admise. Pourtant, au fil des ans, cette assemblée grandissante de libres penseurs, refusant toute allégeance et toute implication dans les conflits du monde, accueillant indistinctement tout ceux qui acceptaient leurs règles de vie, finit par inquiéter grandement les royaumes voisins. Ils craignaient la diffusion de leurs idées parmi leurs populations et jalousaient les trésors de savoir accumulés en ce lieu. Ils décidèrent donc de s’unir pour mettre un terme à ce danger grandissant et, une nuit, leurs forces combinées se lancèrent à l’assaut de la cité désarmée.

    Les membres de la communauté étaient conscients de l’hostilité croissante qu’ils suscitaient chez leurs voisins et ils savaient qu’une telle attaque finirait par avoir lieu. Pourtant, sans doute à cause de leur nature bienveillante, ils n’auraient jamais cru que se serait si tôt. S’il n’y avait eu quelque allié ou ami parmi les cours assaillantes pour diligenter un messager afin de les prévenir du danger, ils auraient péri jusqu’au dernier. Même avec cet avertissement, ils furent pris de court et la fuite s’organisait tout juste lorsque apparurent les premiers soudards. La bataille, si l’on peut appeler ainsi le massacre, fut brève. Aucun des habitants ne portait d’armes et aucun ne tenta de blesser ou de tuer un adversaire : ils accordaient un tel pris à la vie qu’ils excluaient d’en sacrifier une pour sauver la leur. Pourtant, ils refusèrent de se soumettre, d’abandonner leur idéal et de livrer à l’ennemi les connaissances qu’ils avaient accumulées au cours des ans. Ils mirent donc le feu aux bibliothèques et aux ateliers et tentèrent de fuir, quelques-uns essayant d’emporter avec eux ce qu’ils considéraient comme leurs biens les plus précieux. Mais très peu réussirent à s’échapper. Beaucoup furent tués par les soldats, frustrés de ne pouvoir ni combattre ni s’adonner au pillage. D’autres furent capturés, ramenés dans les royaumes et sommés de jurer fidélité à leurs souverains, ce qu’ils refusèrent, payant de leur vie leur insoumission. Ce qu’il restait de la ville fut entièrement rasé et il fut interdit de prononcer son nom ou d’en évoquer le souvenir.

    Hafgan termina son récit en déclarant qu’il était un survivant de cette cité. Il avait réussit à échapper au carnage et, depuis lors, il parcourait le monde, tentant vainement de retrouver d’autres miraculés. Il plongea alors son regard dans le mien et me dit qu’après tant d’années, ses recherches avaient enfin abouti, car il m’avait trouvé. J’étais un fils de la cité idéale,.il n’y avait aucun doute. Seul un tel être pouvait connaître les couplets que j’avais chanté la veille, sans même m’en rendre compte, car c’était lui-même qui les avait composés. C’était un signe de reconnaissance, un moyen que les membres de la communauté avaient élaboré pour se reconnaître s’ils venaient à être séparés. Chacun l’avait appris par cœur, les mères le fredonnant à leurs enfants dès leur naissance. Hafgan me dit encore qu’il avait discuté avec mes parents et que les dates concordaient : j’étais arrivé chez eux tout juste quelques mois après le désastre.

    Notre marche avait été longue et nous étions de retour près de la maison. Avant de rentrer, Hafgan me demanda de l’accompagner dans ses voyages. Il était le Gardien des Chroniques de la cité perdue, il me transmettrait son savoir, m’apprendrait son métier et, ainsi, perpétuerait la mémoire des nôtres, prouvant au monde entier qu’une vie meilleure est possible et que, parfois, les rêves deviennent réalité. Il ne me demanda pas de répondre immédiatement, me laissant du temps pour réfléchir. Il resta parmi nous une semaine, pendant laquelle ma fascination et ma sympathie pour cet homme ne cessèrent de croître, de même que la conviction profonde que nos destins étaient liés et qu’il me fallait le suivre, aussi loin que nous porteraient nos pas.

    Ce fut par une fraîche matinée que je quittais la maison qui m’avait vu grandir, laissant derrière moi ceux qui à jamais resteront ma famille. Ce fut un déchirement sans pareille et je n’ai jamais eu, au cours de ma vie, à prendre de nouveau une décision aussi douloureuse. Avant mon départ, mon père me remit son plus bel arc, un objet magnifique que mes mains encore petites maniaient avec difficulté et qui, depuis, ne m’a jamais quitté. Il m’est arrivé à plusieurs reprise de revoir ces gens qui m’avaient prodigué tant d’affection, Hafgan ne manquant jamais de me conduire parmi eux lorsque nous passions à proximité, ce qui atténua quelque peu le chagrin de la séparation.

    Je partis donc sur les routes en compagnie de celui qui était devenu mon maître et, pendant des décennies, nous parcourûmes bien des contrées. Si auparavant mes doigts s’étaient exercés sur des cordes d’arcs, se fut sur celles d’une harpe que Hafgan les mit au travail. Il m’enseigna également l’art du chant et celui de conter les légendes, m’apprit l’histoire et les traditions de mon peuple. Peu à peu, avec patience, il me transmettait son savoir, ses valeurs, son art. Et puis, un jour, il déclara qu’il m’avait enseigné tout ce qu’il savait. J’étais le nouveau gardien des chroniques de la cité idéale, je devais perpétuer sa mémoire, partir à la recherche de ses survivants et, le moment venu, choisir un apprenti. Il me remit alors sa harpe et s’en alla. Je ne l’ai jamais revu.

    Description

    Taliesin étonne beaucoup par le charisme qui émane de sa personne. De haute taille pour sa race, il possède des cheveux blonds dorés qui tombent sur ses épaules et des yeux couleur argent vifs et profonds. Ses traits sont fins et agréables, ses gestes pleins d’aisance et d’élégance. Il trouble par sa voix tous ceux qui l’entendent parler, et à plus forte raison chanter. Ses vêtements sont simples mais choisis avec goût, leur couleur dominante étant le gris, notamment le grand manteau qu’il porte pendant ses voyages et dont il aime rabattre le capuchon pour passer inaperçu. S’il possède un cheval, il préfère souvent marcher, appuyé sur un bâton de voyageur, laissant l’animal à la robe gris-argenté porter ses quelques possessions. A de très rares occasions, si la situation l’exige, Taliesin accepte à regret de revêtir une cotte de mailles et de ceindre une épée longue, cadeaux reçus des mains d’un prince elfe à la cour duquel il séjourna et exerça son art, s’attirant ainsi son estime et son amitié.

    Caractère

    D’un tempérament rêveur et poétique, Taliesin se montre généralement joyeux, parfois même espiègle et facétieux. C’est un bon camarade qui sait s’attirer l’amitié et l’estime de ceux qui le connaissent. Pourtant, derrière son apparente gaieté, on perçoit parfois une profonde tristesse due sans doute à tous ceux qu’il a laissé derrière lui, à tout ce qu’il a perdu ou abandonné. Taliesin a adopté les valeurs qui avaient cours dans la Cité Idéale : c’est un humaniste, un libre penseur, qui méprise richesses et pouvoir et qui éprouve une profonde aversion pour toutes les formes de violence. Malgré tout, il attache un grand prix à la mission confiée par son maître et, par conséquent, il n’hésitera pas à se défendre s’il est attaqué, même s’il tentera de préserver la vie de ses assaillants. De même, si la vie de ses amis ou d’innocents est menacée, il fera une entorse à sa ligne de conduite.

    ------------------------------------------------

    Fiche de personnage

    Nom : Taliesin
    Race : Elfe du Soleil
    Classe : Barde niveau 8
    Alignement : Neutre bon

    Age : 120 ans
    Cheveux : blonds dorés
    Yeux : argentés
    Taille : 1 m 70
    Poids : 55 kilos

    Divinités
    Corellon Larethian : Créateur des elfes, Premier de Seldarine, Couronne d'Arvendor.
    Labelas Enoreth : le fécond, Seigneur du temps, le sage crépuscule.

    Force : 10
    Dextérité : 16
    Constitution : 10
    Intelligence : 16
    Sagesse : 14
    Charisme : 18

    Possessions

    Harpe de Hafgan
    Arc du Forestier +1
    Epée Longue +1 (perdue) et Cotte de Mailles des Elfes
    Bracelets +2 à la compétence de concentration

    ------------------------------------------------

    Quêtes et aventures


    Arrivée à Manost. Alors qu’il vient tout juste de débarquer sur Dorrandin, la rumeur des troubles agitant Manost parvient aux oreilles de Taliesin. Il décide alors de se rendre dans la cité helmite, espérant pouvoir apporter un peu de réconfort à la population. Une fois sur place, il est engagé pour un mois le tenancier du Loyal Paladin et, dans le même temps, retrouve la jeune Althéa qu’il a croisé bien des années auparavant.

    Quête : Oeil pour oeil et dents pour dents
    Althéa ayant été enlevée par son ancien fiancé devenu vampire, le barde participe à la mission de secours, en compagnie de Folken, d’Hugues de Breizh et de Lothringen. L’expédition se termine par l’élimination du vampire et de ses acolytes et la libération d’Althéa mais aussi, malheureusement, par l’étrange disparition du conseiller Folken.

    Au cours de l’aventure, Taliesin découvre par hasard la sépulture encore intacte de l’un de ses concitoyens disparus. A l’intérieur se trouve un journal selon lequel d’autres survivants pourraient être esclaves à Mélandis tandis que deux miraculés seraient parvenus à gagner Luménis. Le barde décide alors de se rendre sur Hélonna, mais auparavant accepte de participer à une mission confiée par Hugues de Breizh.

    Quête : vol d'une relique. Taliesin, en compagnie de Galathée, d'Althéa et de Lothringen, participe à l'enquête mise en oeuvre pour retrouver la relique dérobée dans le Temple de Helm. Elle finit par les conduire jusqu’au Bosquet des Pierres où, après de rudes combats, un compromis est trouvé avec les Druides Noirs qui accèptent de rendre le précieux objet. Les aventuriers sont de retour à Manost juste à temps pour prêter main forte au Grand Emissaire qui, sur la place du Temple, est successivement victime de l’attaque de prêtres renégats et des redoutables Phalanges pourpres.

    Quête : Entre Ombres et Lumière (abandonnée
    )

    Départ de Manost

    Voyage à Luménis. Ses recherches dans la cité de Lathandre s’étant avérées vaines, Taliesin se résout à faire le voyage vers Mélandis. Mais auparavant, il sollicite de l’aide auprès des autorités luméniennes : le conseiller Garfield lui accorde l’aide d’un jeune soldat, Kerdän Grandlord, et affrète un navire pour qu’ils puissent gagner rapidement Dorrandin.

    Aventure (semi) délire :A bord du "P'tite Annick"

    De Glain à Melandis

    Arrivée à Mélandis

    Quête : Le prophète gris Engagé au Mélandinopole pour y donner des concerts plusieurs fois par semaine, Taliesin se taille petit à petit une certaine réputation et, grâce à sa participation à un important festival artistique, il atteint enfin son objectif : entrer en contact avec les hautes sphères mélandiennes. Mais il déchante rapidement : loin de pouvoir obtenir les informations qu’il recherche, il est confronté à la décadence régnant parmi la bonne société, ainsi qu’à la cruauté des dirigeants de la Cité du Chaos. Ainsi le chancelier Mornagest l’oblige-t-il par exemple à assassiner un gladiateur que le barde espérait acheter. Que cet incident ait été un jeu ou une manière de le tester, Taliesin décida de prendre ses distances avec les dignitaires et de poursuivre ses recherches sur une autre voie.
    Il finit par acheter – et secrètement libérer – deux magiciens, Albus et Rhéa, qu’il inscrit comme élèves à l’école du Nécronomicon. Il pense en effet que certains de ces concitoyens asservis à Mélandis ont pu y être employés. Il ne se trompait pas : les deux anciens esclaves rencontrent un nain dénommé Lhorgar qui leur avoue être un survivant de la Cité Idéale.
    Celui-ci ne connaît aucun autre survivant et conseille à Taliesin de rechercher dans les bas quartiers, tout en ajoutant qu’il faudrait faire quelque chose pour tous les pauvres gens qui y vivent. Le barde partage cet avis : il a pu constater leurs horribles conditions d'existence et décide de leur venir en aide. Il tente de le faire de manière discrète mais ses actes de bienfaisance paraissent tellement incongrus à Mélandis qu’il ne tarde pas à être connu par toutes les petites gens sous le nom du Prophète Gris.
    Par ses actes, Taliesin redonne à beaucoup l’espoir d’une vie meilleure. Et ce qui devait arriver arriva : des esclaves se révoltent contre les mauvais traitements de leurs gardiens. C'est le signal d’une insurrection généralisée qui ne tarde pas à gagner toute la Cité du Chaos. Taliesin, d’abord réticent – il n’a jamais été dans ses intentions de déclencher une révolte – finit par prendre la tête du mouvement. Les insurgés sont tout près de l’emporter ; mais la balance penche bientôt en leur défaveur et, après des semaines de combats meurtriers, ils sont repoussés dans leurs derniers retranchements. L’heure de la retraite a sonné.
    Après un dernier coup d’éclat, les insurgés s’emparent des bateaux amarrés dans la port et s'enfuient le long de la Houleuse. Ils doivent cependant abandonner rapidement leurs embarcations et poursuivre à pied. Débute alors la terrible traversée du Désert du Basilic, au cours de laquelle périssent nombre des insurgés, dont Albus.
    Pour les rescapés qui gagnent la côte, le choix est simple : tenter de s’en sortir par eux-mêmes sur Dorrandin, ou gagner Luménis où Taliesin pense qu’ils seront accueillis à bras ouverts. Beaucoup optent pour cette solution.

    Quête
    : L'invasion des ombres
    Après une éprouvante traversée, les fuyards parviennent enfin à Luménis. Taliesin est reçu par Dedalus, l'un des membres du Conseil, et tous deux parviennent à un accord : les anciens esclaves seront accueillis dans deux lieux distincts : un entrepôt sur le port, pour les enfants, les vieillards et les malades, et pour les autres, un campement au cœur des taudis. Il ne s'agit là que d'hébergements temporaires : le conseil s'engage à mettre tout en œuvre pour intégrer définitivement les nouveaux venus à la cité. Malheureusement, les choses traînent, peinent à se mettre en place, et le mécontentement monte parmi les anciens esclaves, surtout chez ceux qui se sont installés dans les bas-quartiers où les conditions de vie sont pour le moins difficiles. C'est alors que Morféa Nwalk entre en scène.
    Il s’agit de l’ancien bourreau de Mélandis qui s’est joint à la rébellion pour d’obscures raisons. Taliesin ne lui fait pas entièrement confiance, mais veut croire qu’il y a du bon, dans ce personnage ténébreux. D’ailleurs, jusqu’ici, il n’a rien à lui reprocher, car le Mélandien s’est vaillamment battu à ses côtés. Morféa, cependant, à des plans bien arrêtés en tête : tandis que celui qu’on a surnommé le Prophète gris passe son temps à négocier avec les autorités ou à veiller sur ceux des réfugiés qui habitent sur le port, il attise la grogne des anciens esclaves. Nourrit leur colère par des insinuations pernicieuses : si les Luméniens tardent tant à améliorer leur sort, c’est qu’ils ne veulent pas vraiment d’eux. Ou qu’ils désirent les asservir à nouveau… Pire : Nwalk commence à parler aux résidents des taudis, mécontents eux-aussi de leur pénible existence. Peu à peu, il tisse une alliance entre anciens mélandiens et pauvres luméniens. Et lorsque le conseiller Dedalus annonce un nouveau délai pour l’installation définitive, les choses dégénèrent et les bas quartiers se soulèvent sous la direction de Morféa. Taliesin tente d’apaiser les siens, mais il est trop tard : il ne peut que permettre à Dedalus de s’enfuir avant d’être lui-même capturé.
    Commence alors une longue période d’emprisonnement qui, peu à peu, sape ses forces et sa raison. Il est enfermé des mois durant au Grand Fort, dans une geôle obscure où il demeure seul avec ses fantômes et ses remords, torturé par la culpabilité d’un désastre dont il endosse, sans doute à tort, l’entière responsabilité. Régulièrement, il reçoit la visite de Nwalk : celui-ci veut le tourmenter, jouir de son ennemi vaincu. Mais pas seulement : chaque fois qu’il voit Taliesin, il est saisi d’étranges malaises. Lesquelles l’intriguent profondément.
    Enfin, il fait transférer l’elfe dans les caves du Palais où doit se jouer un événement important. Taliesin est bientôt amené dans une grande salle où il retrouve Rhéa ,qu’il espérait enfuie. Nwalk compte la torturer sous ses yeux… Taliesin comprend alors ce qui est en jeu : Nwalk est un esprit mauvais qui s’est emparé du corps de Folken, ancien conseiller de Manost qu’il a eu l’occasion de côtoyer par le passé. Et lorsque Nwalk est face à lui, l’âme de Folken, toujours présente, le reconnaît, s’anime, remonte à la surface. Morféa compte profiter de l’aubaine et piéger l’esprit de son hôte involontaire dans une gemme magique, afin d’en être débarrassé à tout jamais. Le barde ne peut accepter que les choses se passent ainsi : rassemblant son courage et ses forces déclinantes, il parvient à s’emparer de la pierre. Manque la détruire… Mais est finalement terrassé.
    Il se réveille bien plus tard, au milieu d’un charnier. Le croyant mort, Nwalk l’a fait jeter là pour que les corbeaux se repaissent de son cadavre. Le garde chargé de l’opération en a cependant décidé autrement… Taliesin ne le saura sans doute jamais, pourtant, son intervention n’a pas été vaine. Loin d’être enfermée dans la gemme, l’âme de Folken s’est retrouvée transférée dans le corps de ce soldat dont elle a pris possession. C’est lui qui fait boire à l’elfe une potion de soin, le soustrayant au trépas.
    Pour Taliesin, c’est le comble de l’horreur. Il voudrait mourir, retrouver la paix. Mais la mort se dérobe. Alors, la haine prend le dessus. La haine contre Morféa Nwalk. Dévoré par ce sentiment, consumé par la volonté de vengeance, il se relève et entreprend de mettre à exécution ses plans. Il libère quelques esclaves, sur le port. En fait ses serviteurs. Ensemble, ils commencent à massacrer des gardes fidèles au régime. Peu à peu, des rumeurs circulent dans la ville : un puissant mort-vivant se serait relevé pour se venger du tyran. On le surnomme le Monstre. Taliesin ne fera rien pour démentir la légende. Bien au contraire.
    Lors du massacre du quartier ouest, orchestré par Nwalk pour le retrouver, il croise une vieille connaissance : Galathée. Celle-ci, accompagnée par un petit garçon qu’elle tente de soustraire à la mort, est aux mains de Gardes Rouges, les soldats d’élite de Morféa, la pire engeance qu’il a pu rassembler. Le barde les tue. Indique à la rôdeuse comment quitter la zone. Puis s’enfuit, désireux d’échapper à ses souvenirs qui pourraient mettre à mal sa détermination démente. Mais la jeune femme l’a reconnu.
    Pendant ce temps, la Résistance au régime prend de l’ampleur. Désireux de frapper un grand coup, le Monstre se rend de nuit chez le Kanter, l’un des fidèles de Nwalk, celui qui a rétabli l’esclavage et reçu en récompense la malheureuse Rhéa qu’il a tué après d’horribles tourments. Des heures durant, le Monstre torture à mort, sous ses yeux, tous les membres de sa famille. Avant de l’exécuter, au petit matin, et d’envoyer un serviteur, seul rescapé de la boucherie, porter sa tête à Morféa. En manière d’avertissement.
    Mais il est allé trop loin : alors que les Luméniens lui étaient plutôt favorables jusqu’ici, ils commencent à craindre cette créature capable de perpétrer de telles abominations. Galathée apprend la chose, elle aussi. Va sur les lieux. Et décide de le retrouver. Pour le sauver.
    Elle y parvient une première fois, en plein cœur de la bataille qui anime les quais de la ville et opposé résistants et Morféens. Le Monstre y participe, entouré de ses compagnons grimés en êtres d’outre-tombe pour terrifier l’adversaire. Il a même croisé le fer avec le Tyran, avant que celui-ci ne se replie. Et lorsqu’il voit Galathée, il tente de l’étrangler. Pour tuer, avec elle, les souvenirs de ce qu’il était autrefois. Cet être bon. Trop bon. Incapable de mener à bien la vengeance qui seule compte pour lui, désormais. Mais il doit se replier à son tour sans avoir terminé sa lugubre besogne.
    Galathée hésite : celui qu’elle a connu est-il à jamais perdu ? Mais elle ne renonce pas. Lui tend un piège, aidée par deux autres jeunes femmes, Althéa et Thémis. Le Monstre ne se défile pas. Fonce au contraire. Il aurait pu les éliminer en un tournemain, toutes les trois, mais préfère jouer avec elles, comme un chat avec des souris. Cependant, il se fait prendre à son propre jeu, est grièvement blessé et, finalement, capturé. La rôdeuse le transporte alors dans les profondeurs du Parc Verdoyant et tente de le soigner.
    Lorsque Taliesin revient à lui, le Monstre est mort. Disparu. Ne demeure plus qu’un être brisé, hanté par ses crimes et ses échecs, qui ne désire qu’une chose : se supprimer. Galathée ne le lui permet pas. Finit même par lui arracher une promesse : il les accompagnera, elle et Victor, désormais orphelin, hors des murs de Luménis. Et tentera de retrouver goût à la vie. Il est certain de ne jamais y parvenir. Accepte, néanmoins. Il a l’impression de lui devoir cela. Après tout, elle a tué le Monstre. Mis un terme définitif à ses crimes…

    Quête : Tentatives
    Dernière modification par Taliesin ; 11/06/2009 à 17h29.
    Admin RP. Pour participer, suivez le guide.et envoyez-moi vos biographies ! Envie de devenir MJ ? Cliquez ici ! Amateur d'imprévu ? C'est par !
    Dirigeant de Melandis. Visitez la Cité du Chaos et découvrez les factions qui y ourdissent sans cesse de nouveaux complots.
    "Sois gentil, pas méchant, c'est pas gentil d'être méchant, c'est mieux d'être gentil..." (La chanson de Dewey)

Discussions similaires

  1. [A] Taliesin
    Par Taliesin dans le forum Présentation des membres
    Réponses: 56
    Dernier message: 09/07/2019, 23h06
  2. [Ailleurs] Au-delà : troisième pillier - Taliesin
    Par Althéa dans le forum Vers Féérune
    Réponses: 20
    Dernier message: 01/05/2014, 22h19
  3. [Quête] Les funérailles de Taliesin
    Par Folken dans le forum Le Complexe Portuaire
    Réponses: 94
    Dernier message: 20/01/2008, 14h59
  4. Le mage au Marché de l'Aventurier
    Par Torn le Noir dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 3
    Dernier message: 02/09/2004, 01h00

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251