Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Festoiement orgiaque .

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages 
    1 298
    Ou en termes plus évasifs et volatiles : Pot de départ du camarade Roborune , vaillant cheval d'arçon et accessoirement , première dame de Folrune

    La quête en Ombreterre avait , comme qui dirais , remis la tête sur les épaules à Roborune , désormais pressée par le fatal destin , elle comprenait qu'il était temps pour elle de partir , tels les éléphants à la fin de leur vie , dans la forêt pour que de jeunes Apollon trolls la recouvre de feuilles de bananiers . En outre , elle décida de retrouver ses parents , son oncle , et Elvis Presley qui est toujours caché , par la bas .

    Elle avait fait ses affaires : une demi douzaine de valises et sac en tout genre et avait annoncé d'un ton solennel :
    - Adieu , ma destinée m'a rattraper , il est temps pour moi de partir
    - Ah bon , ok , n'oublie pas de fermer la porte en sortant , et si tu repasses par la , n'hésite pas à venir nous faire un petit coucou .
    Puis , elle était parti , à l'heure ou l'aube guimauvit la campagne , sur les coups de cinq heures de l'après midi , pleurant toutes les larmes de son corps pour le non respect du Lution pathétique , son fou pathétique , son château pathétique et son système de penderie pathétique , qui , il est vrai , marchait quand il avait le temps . Son voyage , s'arrêta sur le perron de la porte , qu'elle inonda fort gracieusement de ces petites gouttes ovaloïdes que l'on nomme larmes .

    Pendant ce temps , entre deux parties de chat perché ( la variante Folrunienne est beaucoup plus expressive , il s'agit de sauter à pieds joints sur un chat dans une base délimitée par des petits carrés verts , mais c'est compliqué à raconter comme ça ) le Fou exprima l'idée que Roborune ne fut peut être pas partie bien loin et qu'en plus la porte grinçait depuis deux jours :
    - Peut être que c'était un appel à l'aide ? Ou alors , Roborune ... les choses de la vie ... hum ... enfin vous comprenez ?
    - Et le roi avait fendit son visage d' un grand : naaaaaaaaaan .
    - En termes plus concret , peut être qu'elle veut avoir des enfants ? Pour assurer sa descendance et conquérir le monde ou monter une équipe de base ball , les elfes sont commes ça ....

    On était parti sauver la demoiselle et on lui avait suggéré l'idée , quelques coups de valises plus tard , elle avait enfin osé répondre :
    - Je dois partir , c'est dans mon sang , et mon agenda depuis que je l'ia marqué .

    Les visitations de l'apôtre aux contrées barbares étaient donc maintenus , mais cette fois ci , on jugea plus respectueux à la gloire de tout le travail accompli d'organiser une petite reception . C'était une erreur . La deuxième fut de laisser soin à Filamp d'inviter qui bon lui semblerait .
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  2. #2
    Le Fou Invités
    -Laissez-moi vous aider ! Ma très chère Reine Bas-Fondienne ! Vos seize valises semblent bien lourdes pour vos si frêles et elfiques bras ! Restez donc avec nous ! Nous avons de l'alcool et des orties-apéritifs !

    Ainsi fut fait, et tandis que le palais se remplissait des invités qui n'avaient pas reçu d'invitation, la future ex-Reine s'empiffra de biscuits et se saoula au cidre.
    C'est ce moment que choisis le Fou pour mériter son nom. S'approchant silencieusement de si aimée Majesté, armé d'un seau rempli de neige, il bondit et ouvrit le col de sa proie pour en déverser le contenu gelé.

    -C'est une coutume d'adieu, dans mon pays, annonça-t-il, triomphant en regardant sa Reine sautiller à travers la salle en hurlant "C'est froid ! C'est froid !"
    -Mais, fou, tu viens de Lumenis, et on a pas de telle coutume.
    -Sire, vous vous embarassez de bien peu...

  3. #3
    Roborune Invités
    La fête battit son plein, mais la reine s'était éclipsée, parce que ces vêtements dégoulinants et glacés handicapaient un peu sa grâce naturelle. Et l'on en pouvait qu'admirer les efforts que faisaient les convives pour conserver leur entrain, alors qu'ils étaient plongés dans l'affliction de cette disparition. Les invités du Fou baissaient leurs pantalons à tout bout de champ, qui pour s'embrasser les fesses, qui pour urinaient dans les pots de plantes ou dans les vases, tandisq ue les autres convives, plus sensible aux convenances, se contentaient de batailles effrénées de glaces au chocolat, à la fraise, à la vanille, au goudron, de yaourts, de gruyère fondu et de plasma. Bref, le dévouement de cette foule pour surmonter le deuil et distraire le Roi, qui cachait habilement les ténèbres qui avaient couverts son regard pour les lueurs de joie du fou rire qui l'avait saisi.

    C'est alors que la reine de la fête et de Folrune revint, changée, et tennt à la main un tuyau. Elle cria "FEU!!!" , et l'eau jaillit, en jet puissant. Tous les invités furent fauchés par ce raz-de-marée, prouvant bien que le fait d'être fauché n'était pas pour rien dans leur venue à un buffet gratuit. bref, ce fut un horrible monceau de corps empêtrés, surnageant vaguement, tous plus cognés qu'endoloris, après avoir heurté de plein fouet le mur du fond. Seuls en avaient réchappé le Fou, qui avait bondi pour se supsendre au lustre, et le Roi, qui, du fait de sa petite taille, avait pour coutume de s'assoeir au ghaut du dossier du trône, et non sur le siège, afin de présenter la hauteur due à son rang. Il avait ainsi échappé au jet ravageur.

    Roborune, satisfaite, contemplait le spectacle des assomés hors de combat. Elle déposa délicatement le tuyau en l'envoyant à travers la pièce, manquant de peu le fou, qui chavira et manqua de tomber. Elle se tourna alors vers le Roi, et l'émotion troublait sa voix enchanterrese que certains poètes avaient comparé au doux chant de la corneille :

    _ Link, mon Roi, mon non-époux l'heure du départ a sonné... Elle se retourne, et hurle dans le couloir "L'HEURE DU DEPART A SONNE, J'AI DIT!!". On entendit un bruit de course, puis un carillon résonna.
    _ L'heure du départ a donc sonné, et ce n'est pas sans peine que je vous quitte. Oh, ne dites rien, je sais combien cela vous est pénible, et combien cependant vous savez être magnanime! dit-elle à Link, dont l'impassabilité était teintée d'indifférence. Je sais le deuil qui va tomber en cette gaie demeure, surtout si vous restez seul avec le Fou. Mais, qu'y puis-je? la destinée est inflexible, le temps passe et sa course ne connaît point de frein, car la vie est une longue traversée dans l'incertain dont seul le port nous est connu.
    Pourtant,
    enchaîna-t-elle d'une voix tonitruante pour couvrir les ronflements du Fou et du Roi, et, accessoirement, les réveiller, ne croyez pas qu'en ma poirtine batte un coeur de pierre. C'est un coeur en velours rouge, brodé de fil d'or, réalisation de Christian Lecercle, qui y palpite, et c'est la mort dans l'âme, la rage au coeur et aux dents, la larme à l'oeil et la goutte au nez que je vous quitte.
    Elle se mit à pleurer comme Io, quand elle se vit transformée en vache, et ses reniflements avaient tout le charme que l'on peut trouver aux bovins.
    _ Oh, Liiiink, je ne t'oublierai jamais, et, promis, j'essaierai de revenir pour te voler tes bretelles! Bon, et puis, sinon, comme cadeau de départ, je veux le Fou.

    Cette révélation fracassante fit bondir ce dernier et Link. Ils manquèrent de boire la tasse, puis remirent pied à terre. Après des heures de pourparlers, où Roborune se vit refuser ses désirs les plus fous, justement (un abat-jour en peau de Fou, une robe en peau de Fou, un collier en dents de Fou), on parvint à un accord. Le Fou enverrait une lettre d'amour par semaine à Roborune, dont le silence glacial pour tout réponse lui ferait souffrir mille morts à détailler dans la missive suivante. Sinon, à son retour, elle aurait droit à sa robe en peau de Fou.

    Et c'est ainsi que le Fou se mit à prier pour son prompt retour, tandis qu'avaient lieu les ultimes effusions lacrymales.

  4. #4
    Date d'inscription
    November 2002
    Localisation
    Un peu partout sur les murs
    Messages 
    1 298
    L'heure des départs était arrivée .

    Malgré un léger contre temps à cause d'un carrosse changé en balle de tennis , il vint le temps des "aurevoirs", des "on se téléphone on se fait un elfe farci ? " et des " je t'aime mais tu vois , c'est mieux pour mon karma intérieur que l'on vive à 800 km séparés l'un de l'autre ".

    Du haut de la première marche de sa voiture , Roborune faisait de grands signes de la main , et ce qu'ils prirent pour des adieux étaient de vaines tentatives pour chasser les mouches . De toute façon , elle avait voulu imposer le choix de la gazelle ailée comme moyen de transport , mais on n'avait pu accomplir ses désirs d'étoile puisque c'était pile poil la saison ou les braves bêtes partent migrer dans les boucheries chevalines ... chaque race à ses secrets ...

    Tout était si beau , si féerique , si enchanteresque que Link pleura et il pensait que sa belle fut aussi saisie de larmoyites aigues alors que celle ci s'enlevait un moucheron coincé dans l'oeil . Dures sont les lois de l'amour .

    Enfin la carèche s'ébranle et bientôt la reine n'est plus qu'un petit point à l'horizon , ce qui ne la change guère , elle qui ne fut qu'un tout petit point dans l'Histoire .

    Pas moins de 34 secondes après , on pleure encore Roborune , mais moins , et on se demande surtout qui sera la prochaine reine de Folrune .
    Un beuah joue, un beuah boit mais un beuah ne dort jamais


  5. #5
    Le Fou Invités
    -Ma Reiiiiiiiiiiine !! Hurla le Fou en courrant derrière la calèche. Je vous ai apporté des détritus, pour vous rappeler votre enfance !! Majestééééé !!!!!!

    Mais elle était bien trop loin, maintenant, en témoignant l'odeur pestilentielle qui s'étanuait à mesure de l'éloignement de l'ex-Reine.
    Le Fou revint en traînant les pieds, la tête baisse. Son Roi avait détourné la tête pour ne pas affronter la douloureuse épreuve de voir le fidèle serviteur tentant vainement de ratraper sa maîtresse.

    Les yeux emplis de larmes, sa Majesté dit à son bouffon :
    -Fou, je sais que tu es triste, malheureux. Mais ne te laisse pas aller ainsi, la vie continue !
    -Oh, Sire, dit le fou d'une voix peinée, ce n'est pas pour le départ de votre femme que je suis triste, c'est par rapport à sa demande me concernant, pour les lettres hebdomaires.
    -Eh bien, quoi ?
    -Sire... Votre femme ne sait pas lire !

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256