La saga Divinity comprenant à présent un grand nombre de jeux, il peut être difficile de s’y retrouver et de savoir où situer, en particulier, le dernier-né : Divinity Original Sin 2, dont les événements sont extrêmement liés à ceux des premiers jeux de la saga, contrairement à Original Sin qui prenait place plus d’un millénaire avant.

Cette chronologie est issue d’une traduction personnelle, un peu adaptée, de la chronologie publiée par Larian Studios en 2014 à l’occasion du crowdfunding du premier Original Sin, de précisions apportées par le lore book « Modern Chronicles of Reaper’s Coast, by Cranley Huwbert » que j’ai reçu après avoir soutenu Original Sin 2 sur Kickstarter, et de diverses informations distribuées par les développeurs ici ou là.

Les spoilers seront évités autant que possible et précisés en balise. J’indique en italique le jeu concerné, le cas échéant. J’ai traduit « The Void » par Néant, comme dans D:OS2, bien que la traduction française de D:OS1 ait parlé du Vide.


L’histoire de Rivellon
par Jodocus Lipsius, historien de la cour, et Cranley Huwbert, de la Guide historique d’Arx

Note sur les abréviations chronologiques :
AR : Anno Rivellonis. L’ancienne manière d’identifier les années.
AD : Anno Deorum. La manière actuelle de compter les années, en l’honneur des Sept Dieux.

8800 AR - Dragon Commander
Divinity : Dragon Commander (2013)

Ces événements prirent place il y a si longtemps qu’il pourrait bien s’agir de sagas, plutôt que de vérités, mais d’anciennes âmes jurent qu’ils se produisirent exactement comme il est décrit ci-dessous. Je laisse à mes lecteurs le soin de se faire leur propre avis et de séparer ce qu’ils pensent être la réalité de ce qu’ils pensent être la fiction.
 Cliquer ici pour révéler le texte

Les siècles perdus
Quasiment rien n’est connu de ces temps perdus. Il est seulement possible de déduire que l’empire uni par ledit Chevalier Dragon dut sombrer, ou basculer dans la décadence. Demeura-t-il debout durant un millénaire ? Deux millénaires ? Peut-être ne le saurons-nous jamais.
Durant ces époques perdues, il est un conflit cataclysmique qui prit place de façon quasi certaine : les Guerres des Magiciens, prolongées et brutales.

4 AR - Original Sin
Divinity : Original Sin (2014)

Je dois malheureusement admettre qu’une fois de plus, mon savoir concernant ces temps oubliés depuis bien longtemps est, au mieux, minime. On sait fort peu de choses des événements étranges et spectaculaires qui arrivèrent à deux « Traque-Source ». Néanmoins, si l’on peut prêter foi aux histoires fragmentaires racontées par les anciens magiciens, ils empêchèrent et mirent en branle, tout à la fois, des événements qui changèrent la destinée de Rivellon elle-même.
 Cliquer ici pour révéler le texte

Je vendrais mon âme pour en savoir plus, mais ces satanés mages sont si satanément réticents ! Zandalor sait tout, j’en suis convaincu, mais même deux carafes de vin elfe épicé ne peuvent pousser sa langue à parler de ce qui se produisit en ces temps. Quelque chose a bien dû se produire ! Peu de temps après, nous changèrent jusqu’à la façon dont nous comptions le temps ! Des AR aux AD … Était-ce vraiment uniquement pour honorer les dieux ? L’histoire de ce monde : décidément, on en ignore plus qu’on n’en sait.

100 AD – La première ascension et la première chute du Chaos
En cette année noire, un nouvel ennemi attaqua Rivellon, plus vicieux que tout ce qui était venu jusque-là. On l’appelait Chaos et il avait été adoré et conduit au pouvoir par des forces sinistres, à l’oeuvre depuis ces temps mêmes dont Zandalor refuse de parler. Pourrait-il y avoir un lien ? Ce n’est qu’une pure supposition de ma part, mais nous savons tous ce que l’on dit de la fumée et du feu – et quand une épaisse fumée jaillit de la pipe du magicien et qu’il me lance son regard sévère lorsque je le presse sur le sujet, je commence certes à suspecter des actes mauvais et complexes. Mais ce n’est ni le lieu ni le moment, et il suffit de dire qu’après de longues et brutales batailles, l’ennemi – personnifié par le démoniaque Seigneur du Chaos – fut défait par les armées naines. Eux seuls protégèrent le monde de succomber au Chaos durant ces temps, et ils méritent toujours d’abondantes louanges pour ce fait.

611 AD – La seconde ascension et la seconde chute du Chaos

Le Démon du Chaos avait été défait des siècles auparavant, mais un magicien sournois du nom d’Ulthring (oh, le regard de Zandalor lorsqu’on mentionne ce nom) avait rallié le démon blessé et amassé de nouvelles armées. Cette fois, Rivellon aurait sûrement sombré, n’eût-été le Sacrifice des Sept : habilités et rendus puissants par les Sept Dieux, un humain, un nain, un elfe, un lézard, un diablotin et un orc donnèrent leurs vie pour que le Seigneur du Chaos puisse être défait. Parmi eux, le duc Ruben Férol, et c’est son apprenti Ralph qui quitta le champ de bataille avec l’épée d’Ulthring : l’Épée des Mensonges, de sinistre mémoire.

1218 AD - Divine Divinity
Divine Divinity (2002)

Je suis attristé de dire que le mal s’étendit de l’intérieur : des humains, loyaux aux Hordes Damnées, cherchèrent non seulement à assurer le retour de leur sombre maître, mais à donner à sa forme démoniaque une apparence humaine, afin qu’au lieu de détruire Rivellon, il puisse la gouverner. Ce groupe, connu comme le Cercle Noir, étaient proches d’atteindre leur but et auraient sans nul doute réussi, s’il n’y avait eu à la fois la vigilance sans faille de Zandalor et le destin éclatant d’un aventurier nommé Lucian.
 Cliquer ici pour révéler le texte


1233 AD – La Guerre du Chaos
 Cliquer ici pour révéler le texte

Damian prit place comme le chef du Cercle Noir renaissant, et une guerre cataclysmique s’ensuivit bientôt. Une bataille finale eut lieu, et l’Ordre Divin semblait condamné … mais Lucian arracha la victoire des crocs de la défaite.
Lucian confronta Damian et ses forces au coeur de la patrie des elfes. Là, il utilisa une arme qui avait le pouvoir de changer le monde – une arme connue comme le Brouillard mortel. Lorsque le Cercle Noir se fut assez approché, Lucian activa le Brouillard mortel, rendant létal l’air lui-même. Le Cercle Noir fut effacé sur le champ.
Damian était mort. Le jour était victorieux, mais le coût était énorme. L’Ordre Divin souffrit de terribles pertes. Les elfes furent décimés et leur patrie devint inhabitable.
Et Lucian, mon coeur se brise de l’écrire, périt également. Le Divin se sacrifia pour nous sauver tous du Cercle Noir et du Néant éternel.

1234 AD Lucian, le Divin, est mort
En souvenir de ses grands accomplissements, une festivité annuelle fut déclarée. Chaque année, les pèlerins affluent à la cité d’Arx pour prendre part aux célébrations du Jour de Lucian, venus pour rendre hommage à la tombe de leur sauveur tombé, et réciter la Prière Sans Fin. La popularité de cette fête a encore cru alors que la menace du Néant refaisait surface. La croyance s’est répandue de façon générale, selon laquelle un nouveau Divin va émerger si l’on honore le précédent.

1234 AD Les premiers Anéants apparaissent
Peu le savaient à l’époque, et ceux qui le savaient n’ont pas réussi à comprendre son importance, mais les suites de la grande bataille lors de laquelle le Divin donna sa vie pour que nous puissions être sauvés apportèrent plus que du deuil. D’étranges créatures émergèrent du Brouillard mortel – des versions souillées et tordues des bêtes fières et superbes qui honorent le monde de leur présence. Nous les appelons Anéants et peu sont ceux, à travers le monde, qui ont échappé à ce fléau. À mesure que le temps passait, les Anéants ont hanté le monde, toujours plus nombreux. Ces viles créatures, annonçant la fin de l’existence elle-même, menacent quotidiennement les gens ordinaires de Rivellon. Au moment même où nous obtenions la paix, une nouvelle menace se présenta. Et du Divin Lucian et de tout ce qu’il apporta en ce monde, seul demeure l’Ordre Divin.

1235 AD L’Ordre Divin après Lucian
Sous Lucian, l’Ordre Divin avait grandi, et après sa mort il se fractura. Sa fonction originelle demeurait – servir le Divin – mais Lucian n’était plus. Sans Divin, l’Ordre se divisa et eut du mal à protéger le peuple des Anéants. L’espoir apporté par la victoire durement remportée par Lucian fut rapidement remplacée par le désespoir parmi le peuple et des tensions au sein de l’Ordre. Résoudre ce conflit est l’un des principaux problèmes du nouveau leader de l’Ordre : Alexandar, le seul fils survivant de Lucian.

1238 Beyond Divinity
Beyond Divinity (2004)

Damian n’avait pas été tué, mais banni dans un autre plan, Némésis.
 Cliquer ici pour révéler le texte


1242 L’ascension d’Alexandar
Divinity : Original Sin 2 (2017)

Même sous l’autorité d’Alexandar, l’Ordre Divin affrontait un énorme défi en tentant d’éradiquer les Anéants. Du moins, jusqu’à ce que l’ordre fasse une découverte qui changeait absolument tout. Étudiants les rapports émanant de tout le pays, ils découvrirent que l’apparition des Anéants était liée à l’utilisation de la Source. Les Ensourceleurs étaient la cause des attaques des Anéants. Alexandar pouvait donc protéger le monde des Anéants en protégeant le monde des Ensourceleurs …

1300 AD La saga du Chevalier-Dragon
Divinity II : Ego Draconis (2009), Divinity II : The Dragon Knight Saga (2011) et Divinity II : Developer's Cut (2012)

Accusés d’avoir trahi le Divin dans la guerre avec Damian, les Chevaliers-Dragon furent pourchassés et tués jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une seule d’entre eux : Talana. Traquée, mortellement blessée, elle finit par confier ses pouvoirs à un des jeunes Chasseurs de Dragons, qui devint de facto le dernier Chevalier-Dragon. Avec l’aide de Zandalor, celui-ci se mit en quête d’un moyen de terrasser définitivement Damian, qui de son côté tente de retrouver les technologies perdues depuis le temps de l’empereur Sigurd en 8800 AR ...