De Pascal Elbé

Pour changer d'Adèle Blanc-Sec

Une banlieue, une arrestation musclée. Des jeunes se regroupent autour de la voiture de police présente sur les lieux. Les forces de l'ordre les font se disperser. La voiture s'en va. Quelques jeunes se retrouvent sur le toit d'un immeuble. De là, ils avisent la voiture d'un urgentiste munie d'un gyrophare. Excités par ce qui vient de se passer, voulant se venger de l'autorité, ils commencent à lancer tout et n'importe quoi sur la voiture. L'un d'entre eux, Bora, suivant le mouvement se saisit d'un cocktail molotov et le balance sur la voiture. Ses copains, conscients qu'ils sont allés trop loin se dispersent. Lui reste un peu pour regarder en bas. L'urgentiste assommé est resté dans sa voiture, qui commence à être la proie des flammes. Le jeune homme descend de son perchoir, sort courageusement l'urgentiste de la voiture et appelle les secours sans divulguer son identité.

Au même moment, un homme dont la femme fait un malaise cardiaque attend vainement les secours ...

L'urgentiste quant à lui est transporté à l'hôpital, dans le coma. Son frère, inspecteur de police, révolté par l'affaire recherche activement le coupable. Le maire qui a en charge la banlieue veut faire un exemple, mais cherche aussi celui qui a sorti l'urgentiste de la voiture.

On retrouve Bora grâce à l'appel qu'il a passé aux secours. Il est alors considéré comme un "héros", sur le point de recevoir la médaille du mérite. C'est sans compter le poids de sa culpabilité ...

J'ai beaucoup aimé ce film. On est loin des clichés et des idées reçues qui laissent à penser que tous les jeunes y sont des délinquants en puissance sans foi ni loi. Il y en a certes, mais sont au milieu d'une majorité silencieuse qui tentent de vivre tant bien que mal au milieu des immeubles tristes et des contrôles de police.

Tête de turc est une émouvante galerie de portraits, subtilement joués avec énormément de nuances. L'urgentiste (Pascal Elbé), bien que blessé qui cherche avant tout à comprendre ceux qui l'ont accidenté. Son frère (Roschdy Zem), le policier brisé par une sombre histoire de famille qui pense qu'il a une dette à payer envers les siens. Bora ( Samir Makhlouf) tiraillé par sa culpabilité. Sa mère (Ronit Elkabetz, sublime) qui essaye de faire vivre sa famille avec un immense courage ... Et tous les autres.

Pas de guimauve, pas de personnages tous blancs ou tous noirs. Pas de ptérodactyles non plus.

Si vous avez l'occasion ...