Synopsis officielle: Dans un XVIe siècle ravagé par les guerres, le capitaine Solomon Kane est une redoutable machine à tuer, aussi brutale qu'efficace. Armé des pistolets qui font sa marque, de sa dague et de sa rapière, lui et ses hommes laissent libre cours à leur soif de sang alors qu'ils combattent au nom de l'Angleterre d'un continent à l'autre. Pourtant, lorsque Kane décide d'attaquer une mystérieuse forteresse quelque part en Afrique du Nord, sa mission va prendre un tournant fatal... Un par un, ses hommes sont décimés par des créatures démoniaques, jusqu'à ce qu'il reste seul face à l'envoyé du diable, venu des profondeurs de l'Enfer pour s'emparer de son âme atrocement corrompue. Kane parvient à s'échapper, mais il sait qu'il doit maintenant se racheter en renonçant à la violence et en se consacrant désormais à une vie de paix et de pureté.Sa nouvelle spiritualité ne tarde pas à être mise à l'épreuve lorsqu'il revient dans une Angleterre dévastée par des hommes diaboliques à la solde d'un être masqué terrifiant, l'Overlord...


Tout d'abord, il convient de revenir sur Solomon Kane et sa création par Robert E. Howard.
Solomon Kane fut crée aux alentours de 1922 par Howard, alors qu'il avait tout juste 16 ans. Il fut le héros d'un certain nombre de nouvelles plus ou moins courtes qui furent publiées dans Weird Tales, un des magazines d'aventures de l'époque (appellés Pulp Magazine si ma mémoire est bonne ).
Et, Howard nous le dit clairement, Solomon Kane est plus un fanatique fou qu'un justicier divin. Il traque le mal (ou ce qu'il juge comme tel) et l'abat sans pitié ni remords.
Et, SURTOUT, Howard ne nous dit rien, ou presque, de ses origines. A peine sait-on que c'est un britannique originaire du Devonshire.


Pour en revenir au film: le film se veut un prologue de Solomon Kane tel qu'il est décrit dans les histoires de Howard. Et, pour ma part, je l'ai trouvé franchement mauvais. Point de mystère sur le personnage comme dans le livre (logique, me direz-vous), point d'ambiance sombre et désolée, rien qu'une succession de combats et d'aventures se déroulant en quasi-totalité en Angleterre (alors que la majorité des nouvelles écrites pas l'auteur se déroulent en Afrique).
Bref, pour ma part, je n'ai pas du tout aimé, et vous conseille plutôt de lire l'intégrale du personnage publiée il y a un an et demi aux éditions Bragelonne, qui est franchement meilleure.

Source: Intégrale de Solomon Kane, éditions Bragelonne.