Affichage des résultats 1 à 25 sur 25

Discussion: Chapitre III

  1. #1
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    « J’ai entendu dire qu’il y avait des éclaireurs barbares dans le coin. C’est vrai ? » demanda Shareen, autant pour se rassurer que pour briser le silence.
    « Oui » répondit Rekk.
    Bien joué. Je suis encore moins rassurée, et le silence est loin d’être brisé…

    Ce n’était pas la première tentative en ce sens qu’elle avait fait. Depuis près de trois heures qu’ils avançaient dans la toundra, elle avait tenté maintes fois d’engager la conversation. Mais Rekk, Rekk le faiseur-de-veuves, Rekk le Démon Cornu… Rekk n’était pas très bavard. Elle soupira.

    Il avait neigé fortement lorsqu’ils étaient partis, mais très vite, les flocons s’étaient espacés. C’était une bonne chose, bien sûr. Shareen ne supportait plus ce froid intense, même si elle avait pu attraper une pelisse plus conséquente au château. Les poils d’ours lui chatouillaient désagréablement le cou, et le vêtement avait une odeur de sueur masculine absolument écoeurante, mais du moins lui tenait-elle chaud.
    Rekk, par contre, parut se renfrogner encore plus lorsque la neige cessa de tomber. Il lançait parfois un regard contrarié vers les belles traces, toutes fraîches, qu’ils laissaient dans la neige. Mais il finit par hausser les épaules avec fatalisme, et il ne se retourna plus.

    Shareen ne pouvait toujours pas se faire à l’idée qu’elle voyageait avec lui. Chevauchant quelques pas derrière lui, elle ne pouvait détacher son regard de ce dos large, de cette épée redoutable qu’il portait en bandoulière et qui avait déjà éteint tant de vies.

    Lorsque les jeunes gens avaient discuté des meilleurs épéistes, quelques semaines auparavant – Quelques semaines ? Déesse Vierge, j’ai l’impression que cela fait un an ! - Rekk était apparu dans la conversation comme un quelconque épouvantail, un croque-mitaine destiné à faire peur aux enfants. Shareen avait de vagues souvenirs, enfant, des menaces que proférait sa mère à son encontre, lorsqu’elle ne voulait pas manger le gruau de blé qui constituait leur ordinaire. Elle détestait le gruau de blé. Sa mère était douce, mais ferme, et lorsque Shareen faisait plus de difficultés qu’à l’accoutumée, elle lui parlait des Démons Faucheurs qui viendraient la chercher dans son lit, des Glavorins errants qui la plongeraient dans des barriques de soupe… et de Rekk le banni, qui viendrait mettre le feu à sa maison. Elle avait toujours mangé sa soupe, alors.

    On racontait des choses affreuses, sur lui. Oh, elle pouvait bien imaginer que les bardes exagéraient. Pour une piécette ou deux, ces piètres chanteurs inventaient toujours les pires horreurs, pour effrayer les enfants et faire frissonner les parents. Mais, même si la moitié n’était qu’exagération, cela laissait toujours le pire boucher que l’Empire ait jamais connu. Et c’est le père de… Déesse, protège-moi. Shareen avait des doutes sur la bienveillance que la Déesse des Vierges voudrait bien poser sur elle, qui ne l’était plus depuis longtemps. Mais la prière venait de son enfance. Le fait qu’elle l’utilise montrait bien à quelle point elle était perturbée.

    Fatiguée, aussi. Il avait voulu partir sur le champ, comme ça. Sans qu’elle n’ait pu manger, ni dormir. Il s’était emparé d’une épée encore plus énorme que celle qu’il avait faite brûler. Il s’était vêtu d’une armure de cuir bouilli, qui avait visiblement vécu bien des combats, mais qui semblait épouser son corps comme un gant. Shareen se rappelait vaguement d’une discussion orageuse avec un homme qu’il appelait « chambellan », et de problèmes qui auraient surgi à la frontière, et de la nécessité de sa présence. Mais Rekk avait balayé tout cela d’un revers de main, affirmé à l’homme qu’il avait toute sa confiance et avait coupé là la conversation.
    Il avait jeté sur ses épaules une cape en peau de loup blanc, s’était rendu dans les cuisines pour prendre quelques provisions, puis avait sauté à cheval. Shareen s’était laissée porter par les événements, toute à son horreur et à sa stupéfaction de découvrir l’identité de l’homme devant elle. Lorsqu’elle avait repris ses esprits, elle était à cheval, à plusieurs lieues de la moindre habitation, en compagnie de l’épouvantail de ses nuits d’enfance.
    « Tu aurais pu me prévenir, Deria » murmura-t-elle misérablement, luttant pour ne pas laisser ses yeux se fermer.

    Mais beaucoup de choses qu’elle ne comprenait pas au sujet de son amie trouvaient maintenant un éclaircissement. Pourquoi elle était aussi secrète, et réservée. Pourquoi elle n’avait jamais parlé de sa famille à Shareen, qui était pourtant sa plus proche confidente. Avec une paternité comme cela, la vie ne devait pas être facile tous les jours !
    Meurtrier, pillard, assassin, violeur, traître… Shareen lança de nouveau un regard inquiet à l’homme qui chevauchait devant elle. Ce n’était peut-être pas une si riche idée, finalement, que de voyager avec lui. Elle baissa les yeux. Il ne lui restait plus qu’à prier.

    « Parle-moi d’elle » fit Rekk de sa voix grave alors qu’elle se préparait à sombrer dans le sommeil.
    Il lui fallut un instant pour revenir à la réalité.
    « Quoi ? »
    « Parle-moi de ma fille. Je ne l’ai pas revue depuis qu’elle est allée dans cette Académie. Comment était-elle ? »
    Shareen leva des yeux craintifs vers l’homme, mais celui-ci ne la regardait pas. Il parlait sans se retourner, dirigeant son cheval avec aisance entre les congères traîtresses. Elle soupira, cherchant une réponse que l’homme apprécierait.
    « Elle était… étrange » finit-elle par dire. « Courageuse, et forte, mais ce n’est pas ce que les hommes attendent des femmes, en général. L’Académie modèle les gens, elle ne voulait pas se laisser modeler »
    Rekk hocha la tête, comme s’il comprenait. Ses épaules s’affaissèrent un peu et, tout d’un coup, il avait l’air moins redoutable.
    « Elle avait des amis ? »
    Shareen resta un moment silencieuse.
    « Je pense qu’elle n’était pas au bon endroit pour se faire des amis. Il est difficile de s’intégrer à la noblesse lorsqu’on n’est pas noble soi-m… »
    Elle se tut brutalement. Si ses souvenirs étaient exacts, Rekk avait été anobli, il y avait longtemps. Il était baron, lui semblait-il, ou comte…
    Rekk semblait lire dans ses pensées. Il eut un sourire cruel.
    « Je suis baron, petite. Baron. Tu sais ce que j’ai du faire, pour cet honneur ? Tu sais les crimes que j’ai dû commettre ? » Il cracha. « Bien sûr, que tu le sais. Les chansons sont pleines de mes exploits. Eh bien, laisse-moi te dire, la baronnie, ce n’est pas tout ce qu’on en dit. C’est du vent. De la pisse de sanglier »
    Ils restèrent un instant à chevaucher en silence, l’un visiblement perdu dans ses pensées, l’autre trop effrayée pour parler. Ce fut lui qui reprit la parole, étrangement hésitant.
    « Est-ce que… est-ce qu’elle était heureuse ? »
    Il avait un air peiné sur le visage, et cette expression s’accomodait mal de ses yeux cruels.
    « Elle ne le montrait pas, et elle se mettait souvent en colère, mais… je pense qu’elle l’était. Je pense que, d’une certaine façon, elle aurait été heureuse en toute circonstance. Elle avait un optimisme inébranlable, et elle était certaine que tout s’arrangerait. Mais… » Shareen haussa les épaules « Elle était frustrée, aussi. L’Académie ne correspondait pas à ses attentes. Je ne pense pas qu’elle ait appris quoi que ce soit à l’épée durant cette année »
    Rekk se retourna enfin. Il avait un sourire étrange.
    « Je ne l’ai pas envoyée là-bas pour qu’elle apprenne l’escrime. C’est moi qui l’ai entraînée, je suis sûr qu’elle aurait pu battre facilement n’importe lequel de ces maudits fils de nobles. »
    « Alors… pourquoi ? »
    Il haussa les épaules, refusant de répondre. Il talonna sa monture, s’éloignant de quelques pas de la jeune fille. Le moment d’intimité était passé.

    Shareen était perplexe. Au château, lorsqu’il avait appris la mort de sa fille, l’homme avait réagi comme une bête sauvage, comme la bête sauvage qu’en faisaient les histoires. Pourtant, à cet instant, il s’était montré différent. Il y avait quelque chose dans ses yeux, quelque chose d’indéfinissable. L’amour d’un père pour sa fille. Cela correspondait difficilement à toutes les légendes qui couraient sur son compte.

    Comme il l’avait dit lui-même, nombreuses étaient les chansons qui contaient ses exactions. Shareen se rappelait particulièrement de l’une d’entre elles, qui l’avait fortement marquée lorsqu’on la lui avait racontée. L’histoire remontait à près de vingt ans. Cette année, la crue du Verdoyant avait été particulièrement forte, et il avait débordé de son lit en plusieurs endroits. Les libellules avaient envahi les champs, et une grande partie des récoltes avait été perdu pour de nombreux villages. L’un d’eux n’avait pas pu, ou pas voulu, fournir l’impôt qui était dû à l’Empereur.


    Il était un village heureux
    Tout perdu au milieu des champs, des champs !
    Un village de briques bleues
    Un village peuplé d’enfants…

    Mais le village mourait de faim
    Le village manquait d’argent, d’argent !
    Pas de récoltes, pas de pain
    Et rien pour nourrir les enfants…

    Et l’impôt ne fut pas payé
    Ils n’avaient pas assez d’argent, d’argent !
    Ce qu’ils avaient, ils le gardaient
    Pour laisser vivre leurs enfants…

    Rekk se contenta de sourire
    Mais ses yeux respiraient le sang, le sang !
    "Si vous ne pouvez les nourrir
    Je vais tuer tous vos enfants..."

    Plus personne n’emprunte ces rues
    Elles sont remplacées par des champs, des champs !
    Ce village n’existe plus
    Il est mort avec ses enfants...


    Cela faisait plus de dix ans que Shareen n’avait plus pensé à cette chanson, mais elle ressurgissait maintenant, avec sa mélodie lancinante et ses notes plaintives. Elle se rappelait le visage du barde, mouillé de larmes alors qu’il faisait gronder sa voix pour imiter celle de Rek, et sa mère qui la serrait très fort contre elle, et son père qui caressait le manche de sa cognée d’une main tremblante.

    Rekk le boucher, le tueur d’enfants, le meurtrier. Il est là, devant moi.

    Shareen tremblait de dégoût. Elle n’avait jusque là pas encore complètement réalisé ce qu’elle faisait, mais la chanson lui remettait les idées en place. Non, la personne en face d’elle n’était pas un simple père éploré pour sa fille. Peut-être était-il triste qu’elle soit morte, mais il avait lui-même égorgé des dizaines d’enfants sans pensée ni remords. Si Shareen n’avait pas aussi bien connu Deria, elle aurait pu dire qu’il s’agissait d’un juste retour des choses. Deesse Vierge, qu’est-ce que je dis ?

    Il y en avait d’autres, des chansons. Des douzaines d’autres, des centaines d’autres, toutes sur des thèmes identiques. Comment il avait massacré des manifestants. Comment il avait étranglé ceux qui lui résistaient. Comment il avait pillé, tué, assassiné sans jamais montrer la moindre pitié. Comment…

    « Pas trop fatiguée ? »

    Shareen revint brusquement à la réalité. L’aube était toute proche, et la neige avait enfin cessé de tomber. Je ne m’en suis même pas rendue compte ! Si elle ne se trompait pas, cela voulait dire qu’ils avaient voyagé plus de six heures ! Elle n’avait absolument pas vu le temps passer, perdue dans ses pensées comme elle l’était.

    Rekk démonta d’un mouvement fluide, puis lui tendit la main pour qu’elle descende. Avec un frisson de dégoût, elle se détourna, puis sauta de selle par elle-même. L’homme fronça les sourcils.
    « Pourquoi est-ce qu’on s’arrête ici ? » s’enquit Shareen. « Je croyais que vous ne vouliez pas vous arrêter avant d’être sorti des plaines gelées ? »

    Rekk haussa les épaules. Il se massait tranquillement les jambes pour faciliter la circulation du sang.
    « Tu ne tenais plus en selle. Je vais te laisser faire quelques pas, histoire de te dégourdir les jambes. On repart dans quelques minutes » Il eut un drôle de sourire.

    Shareen le regarda, les lèvres serrées. La seule raison pour laquelle je suis avec toi, espèce de porc immonde, c’est pour que tu me protèges des éventuels barbares. Dès qu’on est en terrain plus civilisé, je te laisserai te débrouiller tout seul. Et tu pourras bien crever.

    « On n’a vu personne pendant notre voyage, et je n’avais croisé personne non plus en allant à votre château. Vous êtes sûr qu’il y a des barbares dans cette région ? »
    « Vous aimeriez en voir ? ». Le rictus de Rekk était tout sauf plaisant. « Vous en aurez peut-être l’occasion un jour. Remerciez pour l’instant les dieux que vous priez de vous les avoir épargnés »
    « Lorsque je suis venue, vos hommes me gardaient et auraient pu se battre. Mais qu’auriez-vous fait, seul, si jamais nous étions tombés sur des sauvages ? »
    Rekk la regarda comme si elle était stupide.
    « Je les aurais tués, bien sûr »
    « Même s’ils étaient nombreux ? » insista la jeune fille.
    Un sourire apparut et disparut sur les lèvres de l’homme. Si vous ne pouvez les nourrir...
    « Je suis plutôt bon, à ce jeu ». ...je vais tuer tous vos enfants… « De toute façon, nous n’avons pas le choix. Je ne vais pas prendre la responsabilité de dégarnir mes remparts pour assurer ma sécurité » Il cracha sur le sol. « Nous sommes déjà trop peu nombreux, que l’Empereur soit maudit »
    « Vous devez combattre souvent ? »
    Rekk tourna un regard hanté vers elle ;
    « Tout le temps, gamine, tout le temps. Quand ils n’essaient pas de nous contourner, ils lancent un assaut frontal. Lorsqu’ils ne tentent pas de faire passer des éclaireurs, ils incendient les fermes du sud. C’est un massacre perpétuel, et j’ai de moins en moins d’hommes, et l’Empereur ne m’envoie plus personne. A croire qu’il n’envoie plus personne en prison, de nos jours. » Il siffla entre ses dents.
    « En prison ? Comment ça ? »
    Rekk éclata de rire.
    « Tu crois que les hommes d’armes qui sont sous mes ordres viennent de leur plein gré ? Qu’est-ce que tu veux qu’ils gagnent, ici ? La gloire ? L’or ? Les femmes ? L’or, je n’en ai pas, j’ai à peine de quoi nourrir mes troupes. Les femmes, il n’y en a pas, ou alors des petites barbares qui ne survivent pas longtemps. Et la gloire… » Son visage s’assombrit encore plus, si tant est que cela fût possible. « La gloire ne mène à rien dans ce monde s’il n’y a pas un foutu barde pour chanter vos exploits. Et personne à Musheim ne se soucie de ce qui se passe au nord. Personne ! »
    Il tremblait de rage, maintenant, et ses mains serraient convulsivement le manche de son épée.
    …Mais ses yeux respiraient le sang, le sang…

    Shareen secoua la tête pour essayer de se débarasser de cette stupide chanson. Le regard de Rekk était effrayant, mais sa colère n’était pas dirigée contre elle, visiblement. Elle ne comprenait pas vraiment tout ce qu’il disait, mais certaines rancoeurs vieilles de dix, de vingt ans, remontaient enfin à la surface.
    « Alors… ce sont des prisonniers ? » fit-elle enfin.
    Rekk la regarda.
    « Des violeurs, des voleurs, des pillards, des traîtres, des faux prophètes… ou des gens embarassants pour l’Empereur. Plutôt que de les nourrir en prison, il préfère me les envoyer, pour qu’ils meurent bravement en gardant les frontières. Et ils meurent, je peux te dire » Il haussa les épaules. « Certains s’endurcissent. Beaucoup meurent, et sont remplacés par les nouveaux arrivants… mais ce n’est plus le cas, plus depuis deux ou trois ans au moins »
    « Et ils ne cherchent pas à fuir ? A s’échapper ? »
    Rekk eut un rire cruel
    « Pour aller où ? J’ai des guetteurs partout, des hommes à moi, des hommes fidèles. Et tous savent parfaitement le châtiment que je réserve aux fuyards. Et puis… » son regard perdit de son intensité « certains prennent goût au travail que l’on fait. Je parlais de gloire tout à l’heure. On ne gagne pas de gloire, à Château Bertholdon, mais on y regagne peut-être un peu d’estime de soi. Lorsqu’on a commis beaucoup d’erreur, il faut bien trouver un moyen de les expier… d’une manière ou d’une autre »

    Shareen regarda un instant le visage hanté de l’homme devant elle. Peut-être n’était-il pas si mauvais que cela, après tout ? Peut-être… Mais l’étincelle cruelle retourna dans les yeux noirs alors que Rekk secouait la tête.
    « Beaucoup d’hommes sont morts pour protéger ces crétins habillés de soie qui osent se prétendre nobles, alors qu’ils n’ont rien fait d’autre d’exceptionnel que de naître à un bon endroit, du père ou de la mère qu’il fallait. Je crache sur eux et sur leur descendance. Si cela ne tenait qu’à moi, je les égorgerais tous… »
    Il se lécha les lèvres avec gourmandise.
    Les paroles de la chanson revinrent hanter Shareen alors que Rekk remontait en selle.



    Malek donna un violent coup de pied dans la neige, de frustration. Enfin, le brouillard s’était levé, mais cela n’avait plus aucune importance, maintenant. Il allait bientôt faire jour, il avait perdu plusieurs heures à grelotter dans sa cachette, et il était d’humeur massacrante.

    « Que les Dieux soient maudits, eux et leurs jeux stupides » gronda-t-il, avant de cracher sur le sol pour conjurer le blasphème.
    Evidemment, il n’y avait plus la moindre trace où que ce soit. La neige avait tout recouvert et, de toute manière, la piste était désormais froide. Si les hommes qui l’avaient enlevé voulaient du mal à Shareen, alors le pire était déjà arrivé, et il n’avait plus rien à faire ici.

    De dégoût, Malek cracha de nouveau sur le sol.
    « Cela valait bien la peine de déserter, pour un pareil résultat » grommela-t-il. « La prochaine fois, je resterai bien au chaud près du feu. Pah ! »
    Il était bien décidé à rentrer. De toute manière, ses provisions allaient bientôt être épuisées, et elles lui suffiraient tout juste à effectuer le trajet du retour – si tant est qu’il se dépêche.

    Il monta en selle, grimaçant lorsque ses courbatures se rappelèrent à lui. Tenter de dormir dehors alors qu’il neigeait n’était peut-être pas la meilleure idée qu’il ait eu, après tout.
    Mais ce n’est pas la pire, non plus. La pire, c’est d’avoir suivie cette foutue Shareen dans son foutu voyage dans ce foutu pays. Par les enfers, il fait froid !

    Le chemin du retour parut plus long qu’à l’aller. Peut-être parce qu’il avait un but, alors, tandis qu’il se sentait aujourd’hui totalement abattu. Ou peut-être l’adrénaline du combat contre le barbare lui avait-il donné l’illusion d’un voyage court.
    Mais il chevauchait depuis des heures déjà, et toujours le désert blanc était autour de lui. Rien ne changeait, rien ne bougeait ; ça et là, on pouvait voir quelques buissons maigrelets, mais même ceux-ci se ressemblaient d’une lieue à l’autre. Il avait peur de trop pousser son cheval, de trop l’épuiser, et son allure était désespérément lente.
    Avec ma chance habituelle, je vais de nouveau tomber sur des brigands, je le sens. Shareen, je te hais !

    Machinalement, il posa la main sur le pendentif qu’il portait autour du cou. C’était un cadeau de Deria, peut-être le seul qu’elle lui ait jamais fait. A bien y réfléchir, peut-être le seul qu’elle ait jamais fait à qui que ce soit. C’était à l’époque où ils s’entenda ient bien, l’époque où ils s’entraînaient souvent ensemble. C’était à l’époque où elle croyait qu’il était un ami, et qu’un ami ne la regarderait jamais uniquement pour sa poitrine ou ses fesses. Mais, pour dire la vérité, il avait du mal à ne pas laisser son œil vagabonder ; parfois sa main.

    Et où était le mal ? La plupart des filles de l’Académie – Que les enfers m’engloutissent, la plupart des filles de Musheim ! – étaient toutes prêtes à ouvrir leurs jambes pour lui. Pourquoi Deria avait-elle réagi différemment ? Pourquoi avait-elle paru si déçue ?

    Il haussa les épaules, et tripota de nouveau le pendentif. Il représentait une épée à l’intérieur d’un cercle, et il semblait avoir une grande valeur pour la jeune fille. Mais elle le lui avait donné. C’était le jour où il avait finalement réussi à la battre, la seule et unique fois où il était parvenu à rentrer sous sa garde, et la toucher au plexus. Elle lui avait donné le bijou, alors, en souriant jusqu’aux oreilles.
    « Je suis content que quelqu’un ici ait réussi à pénétrer ma garde » avait-elle dit.
    « Mais ce n’est pas la seule chose que j’aimerais pénétrer » avait-il répondu.
    Elle lui avait donné un coup de poing, alors, qui l’avait envoyé à terre. Pas une gifle, mais un coup de poing. En y repensant, sa mâchoire lui faisait mal.

    « Je suis désolé, Deria » murmura-t-il finalement. « Je n’ai rien pu pour toi, et je ne peux rien pour ton amie » Il haussa les épaules, et son sourire se fit mélancolique. « Tu me disais que je ne me souciais de rien… j’aimerais que tu me voies, maintenant »

    Il leva les yeux au ciel. Etait-ce son imagination ? Une étoile parut briller plus intensément.
    Il chevaucha un instant ainsi, le regard tourné vers le ciel. Il se sentait inexplicablement triste. Lorsqu’il revint enfin à lui, il y avait des traces fraîches, dans la neige. Deux chevaux.

    Sans réfléchir, il les suivit.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Silk Invités
    Comme d'habitude Ce soir

  3. #3
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Tu as vu, j'ai mon forum tout nouveau tout beau ! Chuis une stâââr !
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  4. #4
    Silk Invités
    C'est cooool Avec les trente-cinq chapitres, tu as de la place

  5. #5
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Ouais, ouais, et j'attends tes commentaires, moi ô mon unique lecteur !
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  6. #6
    Silk Invités
    Mmmh, très bonne cuvée ce coup-ci Mis à part deux ou trois clichés et quelques platitudes, c'est globalement très bon Je vais lire la suite tout de suite

  7. #7
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Difficile d'éviter quelques clichés en heroic fantasy, helas

    A quels morceaux penses-tu en particulier ?

    En tout cas, content de voir que tu apprécies, ô mon toujours-tout-seul lecteur :notme2:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  8. #8
    Silk Invités
    Je ne sais plus... Tu souhaites qu'on retravaille le texte ?

  9. #9
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Sans aller jusque là, c'est vrai que vos remarques me permettront d'essayer de rendre l'ensemble plus fluide et agréable. C'est quand même mon but: proposer une histoire qui se lit avec plaisir
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  10. #10
    Silk Invités
    Mmh un peu moins de clichés quand elle parle de son enfance, ça fait roman feuilleton parfois

    Avant d'aller plus loin, sache que je suis perfectionniste et que j'exagère souvent, donc prends mes remarques avec précautions Je trouve déjà l'ensemble très bon

  11. #11
    Graoumf Invités
    Mais mais... mais c'est gras! J'adore...
    Bon il ne se passe pasx grand chose tout de même dans ce chapitre là... surtout par rapport au 4ème. Héhé, j'aime bien quand les gentils (enfin là y'en a pas des masses) ne sont pas tout à fait gentils et les méchants de même...

  12. #12
    Silk Invités
    C'est vrai que les intrigues politiques, c'est rigolos Ca fait très pouvoir vérolé, non ?

  13. #13
    Date d'inscription
    July 2003
    Localisation
    Elindore
    Messages 
    2 682
    Pas beaucoup d'action dans ce châpitre, certes, mais tout les châpitres d'un livre ne sont pas tous forcément remplis d'action Ce que j'aime dans cette partie, c'est justement le descriptif des histoires que l'on racontait à Shareen durant son enfance. Ca permet de mieux cerner le dégoût qu'elle éprouve pour Rekk.
    New Barbie Order - CEO

  14. #14
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    C'est vrai que c'est un reproche qu'on m'a souvent fait sur ce chapitre: il ne s'y passe pas grand chose. C'est d'ailleurs un des plus courts.

    Il va falloir que je l'étoffe un peu dans la version finale même si, comme le dit bien Perdigan, j'essayais surtout de montrer la psychologie de Shareen et sa réaction de rejet vis à vis de Rekk.

    Je préfère vous prévenir puisqu'on me l'a déjà fait remarquer: les huit premiers chapitres sont un peu lents. L'histoire prend vraiment de la vitesse et (j'espère) un côté épique à partir de là.

    Si jamais vous me faites l'honneur insigne de me suivre jusqu'à ce niveau-là, j'espère que vous trouverez que ça devient plus excitant

    Et ma chanson ? Elle est pas belle ma chanson ? J'imagine bien les luths et les vielles grincer à la lueur des bougies frémissantes :rigoler:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  15. #15
    Date d'inscription
    August 2003
    Messages 
    536
    Moi j'ai trouvé ça génial, je vais m'attaquer au 4. C'est vrai que la chanson est bien imaginée.
    Lorsque l'humanité aura acquis tout le savoir dont elle peut disposer, elle se détruira d'elle même. Moi."Ce qui ne te tue pas te rends plus fort." Ouais mais avec un bon Clerc, la mort n'est plus qu'un détail. ma bio rp, actuellement (longue) pause rp...

  16. #16
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Fais attention, Balrog, je vais finir par prendre la grosse tête avec tes félicitations !
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  17. #17
    Date d'inscription
    January 2003
    Messages 
    811
    Très sympa, même si je préfère le chapitre 2, celui là m'a un peu rebuté vers le milieu, manquait ptet un peu d'intensité... Autrement, j'ai beaucoup aimé.
    Par contre...
    7 haussements d'épaule, je crois... :hein: Va falloir corriger ça... :eye:
    "La preuve irréfutable qu'il existe de l'intelligence sur les autres planètes, c'est qu'ils n'ont JAMAIS cherché à entrer en contact avec nous..."

    A mort Jaheira ! Je ne cesserai jamais le combat ! Hourra pour Anomen ! Vive lui !

  18. #18
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Oui, on me l'a fait remarquer sur d'autres messages.
    Je sais que j'abuse de ces haussements d'épaule. Mais c'est plus fort que moi, je n'arrive pas à m'en défaire. Rhaaa, le haussement d'épaules me contrôle, il faut que j'entre en cure de désintox, que je me déhaussementdépaulise !

    *bave*

    Ahem...
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  19. #19
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    400
    Moi, je n'aime pas trop les accumulations d'adjectifs sur Rekk : Rekk le banni, le...
    Je trouve que ça fait vraiment "c'est un gros méchant et je vous le rappelle à chaque fois pour pas que vous oubliiez" (je caricature mais c'est un peu comme ça que je le sens) : je pense qu'un seul qualificatif à chaque fois suffit.
    Sinon, ça ne me gêne pas qu'il ne se passe pas grand chose dans ce chapitre, ce ne sont pas forcément les scènes d'action qui font avancer l'histoire : les rappels de chansons sont intéressants pour comprendre les sentiments de Shareen à l'égard de Rekk et pour nous même avoir une idée du passé de Rekk.


    PS: on sent l'inspiration d'une série de romans que tu aimes beaucoup dans ce passage : entre les invasions barbares du nord repoussés par une poignée de condamnés envoyés là plutôt qu'en prison et un Rekk qui, quelque part n'est pas sans rappeler un certain Limier...
    Rassemblant tout son courage devant la situation qui ne tournait pas à leur avantage, Agnetha prit ses jambes à son cou
    Et voilà pour moi : #9F79EE
    Statut : Pas du tout dispo

  20. #20
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    [quote]Originally posted by dunhallym@mardi 25 novembre 2003, 10:47
    [b]
    Pour être honnête, l'idée des prisonniers vient en effet un peu de là, même si le château dans le nord est différent. Par contre, Rekk est quand même différent du Hound par certains côtés. Maintenant que j'y pense, c'est vrai qu'il y a des similitudes... Sing for me, little bird
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  21. #21
    Date d'inscription
    April 2003
    Messages 
    400
    Malheureusement si, ils ont bien traduit Hound par Limier.

    Je ne disais pas que c'était pareil : heureusement non; mais il ya des similitudes... ce n'est pas un reproche, c'est normal de trouver des inspirations dans ce qu'on aime...
    Rassemblant tout son courage devant la situation qui ne tournait pas à leur avantage, Agnetha prit ses jambes à son cou
    Et voilà pour moi : #9F79EE
    Statut : Pas du tout dispo

  22. #22
    Date d'inscription
    September 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Je me doute que ce n'est pas un reproche, ne t'inquiètes pas, je ne me vexe pas facilement

    Mais cette traduction est vraiment lamentable. J'aurais plutôt vu "Corniaud" (comme dans BloodHound, puisque c'est de là que ça vient probablement), à la limite "Traqueur", mais limier, ça fait pas franchement impressionnant


    C'est comme les Warders des Aes Sedai (Wheel of Time) qui ont, je crois, été traduits comme "lige" au lieu d'être traduits Défenseurs, ou Protecteurs.

    Groumpf.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  23. #23
    Date d'inscription
    June 2003
    Messages 
    67
    J'ai bien aimé ce chapitre là aussi ; le rythme est plus lent que dans les autres, mais les caractères des personnages sont plutot assez bien cernés et explicités.
    Comme d'autres personnes ont déjà fait la remarque ici, beaucoup de haussements d'épaule, c'est vrai , de trop nombreux adjectifs sur Rekk (il vaudrait mieux "suggérer" sa violence et sa réputation par des choses moins "concrètes" que des adjectifs, la chanson par exemple est une idée assez géniale)
    Juste une autre petite remarque : tu aurais peut-être du mettre le passage avec Malek ou moment au Shareen "somnole" ; celà donnerait peut-être plus de... "punch" au récit... (ce n'est qu'une suggestion qui n'engage que moi )

  24. #24
    Mad Invités
    Un chapitre paisible mais qui a son charme. J'ai particulièrement aimé l'effet de style qui consiste à insérer des vers de la chanson dans le dialogue entre Shareen et Rekk. Ca rend super bien !
    Un sourire apparut et disparut sur les lèvres de l’homme. Si vous ne pouvez les nourrir...
    « Je suis plutôt bon, à ce jeu ». ...je vais tuer tous vos enfants…
    Rien à dire non plus concernant la partie avec Malek, perso que j'aime de plus en plus :happy:

  25. #25
    Date d'inscription
    January 2003
    Localisation
    Oui.
    Messages 
    847
    Oui, c'est calme, faudra de l'action, pour captiver le lecteur.

    Sinon, c'est toujours bon.
    Lisez Hybris Glace ; on vous félicitera pour votre poil plus soyeux et votre QI moins haut.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256