Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Correction chapitre XXI

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Plus de changements dans celui-ci, et plein de nouveaux passages.


    ______________________________________________
    Les extérieurs du palais étaient habituellement très calmes durant la nuit. La majeure partie des cris et des rires se déroulait dans les salles de banquets, et les jardins extérieurs désertés faisaient l'objet d'une surveillance suffisante pour décourager les indésirables. Seuls quelques amoureux de haut lignage se promenaient à travers les parterres de fleurs, prenant la lune à témoin et se promettant une fidélité extravagante. Oui, la nuit, les abords du palais étaient un havre de paix, paisible et silencieux.
    Jusqu'à ce soir.
    "Vous pouvez répéter ce que vous venez de dire ?"
    La jeune fille recula d'un pas, comme giflée, alors que Mandonius se retournait et la secouait violemment. Son calme et son impassibilité légendaire venaient de voler en éclats en même temps que ses manières. Ses yeux étincelaient de rage, et sa voix oscillait à la limite du hurlement.
    "Je… Gouverneur, vous me faites mal !" protesta Gallaine de Blondhal, cherchant à se dégager. "Lâchez mon bras !"
    Rekk haussa un sourcil étonné devant la réaction de son ancien capitaine. Mandonius avait toujours eu des nerfs d'acier. Lors des guerres Koushites, lorsqu'il avait servi sous ses ordres, il en était venu à apprécier cet homme d'airain, toujours décidé et sûr de lui, audacieux sans être téméraire, qui parvenait en quelques minutes à saisir la situation à laquelle il faisait face, et la meilleure manière de l'affronter. Il semblait bien que l'âge avait effacé tout cela.

    Un muscle joua dans sa joue alors qu'il promenait son regard autour de lui. Les courtisans regardaient Mandonius avec des yeux ronds, une expression d'incrédulité presque comique sur leur visage. Ils allaient attirer une attention mal placée. Le Boucher ne voulait rien tant que passer inaperçu. Il avait assez de choses à gérer ainsi pour ne pas non plus se voir coincé dans des intrigues de palais. Sa main se posa sur l'épaule du gouverneur et ses doigts se crispèrent jusqu'à ce que la prise devienne douloureuse.
    "Du calme, Mandonius, du calme. Elle n'y est pour rien" murmura-t-il.
    Le gouverneur grinça des dents devant la douleur qui sourdait de son épaule, et il se dégagea d'une secousse avant de lâcher la jeune fille. Son visage gardait une expression figée. Il se massa le bras d'une main absente.
    "Ce n'est pas possible ? Où avez-vous entendu cela ? Par qui ?" Alors qu'il reprenait ses esprits, le ton de commandement revenait dans sa voix. "La nouvelle est-elle confirmée ?"
    "On ne parle que de ça dans le palais, Gouverneur. Les couloirs bruissent de rumeurs contradictoires" murmura un des courtisans, s'inclinant obséquieusement. "L'empereur a mal supporté les rigueurs de la chasse, semblerait-il. Il est allé se coucher aussitôt, et son état n'a fait qu'empirer."
    "Ridicule. J'étais avec lui il n'y a pas deux heures. Il était fatigué, voilà tout. En aucun cas il n'avait l'air malade. Vous exagérez beaucoup les choses, comte…" Le nom lui échappa un instant, et il fit une pause. C'était bien un signe de sa nervosité qu'il ne parvienne pas à s'en souvenir instantanément. "… de Lamilcar."
    "Constatez par vous-même, Seigneur. On m'a dit qu'il a été pris de mauvaises fièvres et d'une toux sanglante, et que ses forces le quittaient rapidement. Une telle tragédie"
    Mandonius frémit.
    "On, on ? Qui est ce on, à la fin ? Quelqu'un peut-il me l'amener ? Il sera sans aucun doute beaucoup plus précis que vous ! L'empereur est malade, et personne n'a de nouvelles ?" Il leva les mains au ciel. "J'abandonne. Ecartez-vous, par le Sang, et laissez-moi passer !"
    Joignant le geste à la parole, il repoussa d'un bras rageur les courtisans qui s'agglutinaient autour de lui et s'engagea à grandes enjambées dans le couloir qui menait aux appartement royaux.
    Rekk s'engagea à sa suite, mais il n'avait pas fait deux pas qu'une main se posait sur sa manche et tirait fermement.
    "BaroncFroidVal ? Vous ici ? J'ai entendu dire que vous aviez vaincu Seigneur Semos en combat singulier ?"
    Les courtisans devaient se régaler: les rumeurs allaient bon train, aujourd'hui. Mais, à bien y réfléchir, il n'était pas étonnant qu'une nouvelle aussi importante soit déjà arrivée au palais. Mandonius était bien au courant, d'une manière ou d'une autre.
    "C'est vous, alors ?"
    "Vous l'avez tué ?"
    "Un regrettable accident, j'ai entendu dire"
    "Les armes de bambou, quel malheur ! Quand je pense que mon fils…"
    ".. Pauvre homme, je le savais. On rencontre toujours plus fort que soi…"
    Les courtisans s'amassaient autour de lui, tournant, regardant, palpant, comme s'ils ne pouvaient imaginer avoir devant eux la personne qui avait mis fin à la légende de Semos. Pour un peu, tous semblaient presque avoir oublié leur empereur. Il valait mieux parler directement à un aussi fameux épéiste, plutôt que de gloser et de spéculer sur des bruits de couloir concernant la santé de l'Empereur. Le gravier crissait sous leurs bottes richement décorées, et le froid de la nuit semblait n'avoir aucune prise sur eux tant leur excitation était grande. Rekk grinça des dents. Sa main descendait vers son côté par spasmes successifs.
    "Assez !" hurla-t-il lorsqu'une dame d'un certain âge, au visage masqué par un loup de dentelle, entreprit de lui tâter le biceps gauche avec un regard approbateur.
    "Laissez-moi ! J'ai à faire !"
    "Le tempérament de feu qu'on pourrait attendre d'un tel combattant" gloussa la femme sans desserrer son emprise. "Savez-vous que la Maison Lamilcar pourrait bénéficier des services d'un homme tel que vous ? Mon mari sait être généreux avec les gens qui lui plaisent, et je n'ai aucun doute que vous lui plairez." Sa main se posa brièvement sur sa cuisse. Rekk frémit.
    "Racontez-nous votre combat. Cela a dû être épique, j'en suis sûr ! Maître Semos était un tel épéiste !" Un jeune homme, presque un enfant, qui avait visiblement passé beaucoup de temps à transformer ses quelques poils au menton en un bouc acceptable. Il avait les yeux brillants alors qu'il se glissait devant Rekk. "Je l'ai vu combattre, j'ai étudié sa technique. Vous l'avez eu sur la durée, n'est-ce pas ? J'ai remarqué qu'il s'essoufflait rapidement !"
    "Absurdité ! Il était endurant comme un chêne ! Non, c'est sur le poignet droit qu'il avait une faiblesse, je suis sûr que vous avez profité de cela, n'est-ce pas mon garçon ?" Une main poilue vint lui claquer le dos en signe d'encouragement.
    "Racontez-nous ! Je meurs d'envie de composer une ballade sur vos exploits !" s'exclama un homme vêtu d'un habit chatoyant, agitant sa cape en une parfaite révérence. Un barde de cour, certainement. Cette vermine fleurissait partout où les gens acceptaient de payer. "Laissez-moi y réfléchir. Vous avez un nom qui sonne bien, vous savez ? FroidVal… ovale ? vorpale ? opale, peut-être ?
    Le grand guerrier aux yeux d'opale
    qui nous fut présenté au bal
    vainquit Semos, c'est peu banal
    Acclamons le Baron FroidVal !"

    Rekk grimaça. Même pour son oreille non exercée, les vers étaient exécrables. L'importun était non seulement un barde, mais un mauvais barde.
    "J'ai frappé, il n'a pas bloqué, il est mort. C'est comme ça que se passent les combats, d'habitude" grogna Rekk en tournant les talons.
    Mandonius avait déjà disparu au loin, et il était illusoire d'espérer pouvoir le rattraper dans cette cohue. De plus en plus de carrosses arrivaient dans la cour du palais, probablement attirés par la rumeur de la maladie de l'empereur, et les nobles en sortaient par dizaines. On n'avait jamais vu autant de ducs, de marquis, de comtes, de chevaliers se presser ainsi tels des vautours, attirés par la curée. Au fur et à mesure qu'ils arrivaient, certains s'agglutinaient dans le groupe déjà formé autour de Rekk, et leur mouvement, par réaction, attirait de plus en plus de monde. S'il laissait faire les choses ainsi, il allait se retrouver encerclé pour la soirée par ces abrutis emperruqués, plus désireux les uns que les autres de tromper leur attente en patientant pour des nouvelles de la santé de l'empereur.
    Rekk avait subi sans ciller les moustiques et les chaleurs de Koush, le froid et les avalanches du Nord, les combats incessants dans l'arène. Mais s'il y avait bien une chose qu'il ne pouvait supporter, c'était bien ces courtisans inutiles. Il était mal à l'aise, lorsqu'il ne parvenait pas à régler un problème par l'épée.
    "Ca suffit !" cria-t-il de nouveau, sans plus de succès. "J'ai à faire ! Nous nous reverrons plus tard dans la nuit, si vous êtes toujours là"
    "Dieu des Poètes, mais vous ne restez pas pour avoir des nouvelles de Sa Grâce ?"
    "Mandonius m'enverra chercher s'il le jugera utile. Adieu"
    Il se fraya un chemin à grand peine dans la foule, croisant sur son chemin de nouveaux carrosses richement décorés. Le duc de Cormeral descendait à peine de l'un d'entre eux, et son regard s'éclaira lorsqu'il avisa Rekk.
    "Ah ! Baron Gaffick. N'auriez-vous pas vu mon fils ?"
    "Je n'ai pas le temps, désolé. Voyez avec cette foule. Ils se feront un plaisir de vous renseigner"
    Agitant la main vers la meute qu'il avait sur les talons, Rekk se lança dans un trot soutenu, atteignant les portes du palais alors qu'une nouvelle voiture arrivait, frappée cette fois du blason des Blondhal. Un lion de sable rampant sur fond de gueules. Plus les familles étaient mineures, plus leurs armes étaient ronflantes.
    Ce fut avec soulagement qu'il laissa toute cette agitation derrière lui. Il maintint son allure jusqu'à ce qu'il soit sûr que personne ne le suivait, se retournant plusieurs fois. Ses pensées étaient sombres. Les allusions qu'avaient faites Mandonius sur la culpabilité du prince dérangeaient.

    Rekk se repassa mentalement la scène du bal dans la tête, se souvenant du premier regard qu'il avait jeté sur Théorocle. C'était un être vain, il n'y avait aucun doute à cela. Un garçon mal élevé, mal éduqué, sûr de son pouvoir et de la puissance que lui conférait son titre. Il méritait sans doute une paire de claques, mais était-il réellement coupable des atrocités dont parlait Mandonius ?
    Rekk avait fait beaucoup de choses horribles dans sa vie. Il n'avait jamais été avare de sa lame avec les gens qui se dressaient contre lui, de quelque manière que ce soit. Par ordre de l'empereur Bel, il avait même passé tout un village à la lame de l'épée, pour faire un exemple. Hommes, femmes, enfants. Lorsqu'il se couchait, la nuit, certains de ces visages venaient le hanter. C'avaient été des gens honnêtes, courageux et travailleurs. C'étaient des gens qui mettaient la survie de leurs enfants avant la loi. Le sens de la justice de Rekk en avait été perturbé. Si de telles situations pouvaient se produire, alors c'était la loi qui était mauvaise, et il fallait la changer.
    Mais Bel avait tenu à sévir. Ces gens, impunis, pouvaient planter les graines de la révolte. Ce n'étaient que des paysans ruinés, bien incapables de payer quoi que ce soit, mais la loi ne s'embarrassait pas de détails. Et Rekk avait obéi. Il y avait une fille, en particulier, un bébé dans ses bras, qui avait tenté de couvrir l'enfant de ses bras alors même qu'elle se mourait. Il avait eu du mal à ne pas hurler, alors. Mais il avait accompli sa tâche jusqu'au bout.
    Pourtant, même si Rekk savait que son âme était au-delà de toute rédemption et que le Dieu des Charniers réclamerait sa dépouille le jour de sa mort, comme on accueille un ami de toujours, le Boucher avait espéré que sa famille puisse vivre tranquillement. Toute sa vie, il s'était battu pour leur donner fortune et honneurs, pour compenser l'infamie de son nom et la souffrance de sa réputation. Qu'on touche à sa famille, et il ne connaissait plus de bornes. Prince ou pas prince, le coupable mourrait dans la douleur. Rekk avait mis du temps à se remettre de la mort de sa femme. Il avait espéré épargner ce destin à sa fille.

    Pour la première fois depuis des années, le souvenir de Bishia revint le hanter, et le visage de Deria se brouilla devant ses yeux. Les traits s'étirèrent, les yeux s'étrécirent, et les cheveux déjà blonds s'éclaircirent encore.
    "Bishia…" murmura-t-il doucement.
    Soudain, sa gorge était nouée, et ses dents se serrèrent pour contenir une vague de douleur plus violente que tout ce que Comeral avait bien pu lui infliger. Un goût métallique remontait dans sa bouche. Il se souvenait… il se souvenait.
    Ce n'était qu'une fille à soldats, une courtisane, une fille de rien. Une de ces femmes sans noblesse ni relations, qui se servait de sa beauté comme d'une rapière, et de son intelligence comme d'une armure. Une fille comme il y en avait des centaines à la suite de toutes les armées, prêtes à tout pour quelques piécettes. Mais Bishia était différente. Elle était… tendre.
    Rekk frissonna. Le vent semblait s'être levé, et le froid pénétrait soudain ses vêtements. C'était étrange; il ne s'était pas rendu compte que le temps avait autant fraîchi. Il se frotta les tempes machinalement.
    La tendresse, la douceur. Des hommes comme lui n'étaient pas destinés à en profiter. C'avait été une telle surprise de voir la compassion sur son visage lorsqu'il était revenu d'expédition, son bras en écharpe.
    "Comme vous devez souffrir" avait-elle murmuré, les yeux écarquillés.
    Il avait haussé les épaules et mis pied à terre sans aide.
    "J'ai l'habitude. Ce n'est qu'une blessure superficielle."
    "Je vais vous mettre un bandage tout de suite"
    "Ne me touchez pas" avait-il grondé.
    Tous ici connaissaient sa réputation. Tout le monde l'évitait. C'était un fou furieux, une bête sanguinaire sans le moindre honneur. Seuls ses hommes l'adulaient, comme on idôlatre un dieu. Mais Bishia avait pointé son doigt et lui avait donné une pichenette sur le nez, avant d'éclater de rire.
    "Les hommes, tous les mêmes. Je suis sûr que vous avez plus peur des soins que des blessures. Allez, venez, je vais nettoyer tout ça. Ce serait dommage que ça s'infecte."
    "Je suis le Faiseur de Veuves, le Boucher… le Démon Cornu" avait-il cru bon de préciser.
    "Moi, c'est Bishia. Bon, vous venez, ou il faut que je vous pousse ?"
    C'était plus fort que lui. Il avait éclaté de rire.

    Maintenant encore, alors que les souvenirs remontaient en lui, sa bouche s'étira en une parodie de sourire. La fille n'avait peur de rien, et certainement pas de lui. Elle avait aussi un manque de pudeur total, et une intelligence aiguisée qui l'avait tout de suite mis à l'aise. Un an plus tard, couvert d'honneurs, il l'avait épousée.
    C'était une période glorieuse. Il avait eu toute la vie devant soi. Elle était la seule pour qui il éprouvait quelque chose. Pas de l'amour, probablement pas. Rekk se sentait incapable de l'abnégation et du sens du sacrifice nécessaire à l'amour. Mais de la passion, certainement. Lorsqu'elle lui avait donné une fille, il avait senti quelque chose s'ouvrir en lui, une porte dont il ne soupçonnait même pas la présence.
    Des années durant, il avait obéi à l'Empereur pour que sa femme et sa fille soient bien traitées et accèdent à la noblesse qui lui faisait tellement envie. Il avait accepté son bannissement en serrant les dents, malgré l'éloignement que cela impliquait. Bishia était restée à Musheim.
    Il la voyait peu, mais toujours avec un plaisir non dissimulé. Lorsqu'il se rendit compte qu'elle l'avait trompé, il ressentit beaucoup de tristesse en la tuant.
    Depuis, il n'avait vécu que pour sa fille. Et maintenant… maintenant…
    Il finit par hausser les épaules et chasser ces pensées de son esprit. Avec un peu de chance, Dani avait obtenu quelques informations de son côté. Si tel était le cas, cela ne servait à rien de se torturer de la sorte avant de savoir.
    Lorsqu'il atteignit les premières rues du Centre-Ville, il réfléchissait maintenant à cette soi-disant maladie de l'empereur. Il n'avait pas beaucoup d'amitié pour Marcus, et encore moins de respect. Mais si l'homme mourait, alors le bout de papier qu'il avait dans sa poche perdrait soudain toute sa valeur. Cela, c'était ennuyeux.
    Il avait écouté Mandonius se plaindre du fils de l'empereur et, à dire vrai, comprenait parfaitement le précepteur. Il doutait fortement des capacités de Theorocle à régner justement et équitablement. Mais ce n'était pas son problème. Une fois qu'il aurait vengé sa fille, il rentrerait tranquillement dans le nord. Les soucis et les remous de la vie impériale ne l'affectaient pas, là-bas. Si les prisonniers cessaient d'arriver pour renforcer ses troupes, il quitterait Bertholdton. Que les barbares ravagent l'empire ne le dérangeaient pas plus que cela. Non, que l'empereur meure n'était finalement que de peu d'importance.

    Rekk serra le bout de papier, dans sa poche. La maison de Dani était désormais bien visible, et une porte de guingois offrait un semblant de protection envers les brigands qui grouillaient dans les environs. Mais, même si le palier était totalement ouvert, aucun d'entre eux n'aurait tenté quoi que ce soit. Dame Dani était une icône, dans le quartier. Elle était.. sacrée.
    Il lui avait fallu plus d'un mois pour comprendre comment fonctionnait le réseau de contrebande qu'il ne parvenait pas à juguler, lorsqu'il était Capitaine de la Garde de Musheim. Il avait beau surveiller le canal, et les portes de la ville, et les marchés, les denrées ne cessaient d'arriver, et les armes, et les bijoux. Il avait dû finir par se résoudre à en passer par les clients, les riches nobles désoeuvrés, et en secouer quelques-uns pour apprendre où ils s'approvisionnaient. Bel n'avait pas été content de ce type de méthode. Un mois plus tard, on lui avait dit d'enquêter ailleurs.
    Mais ces quelques semaines lui avaient suffi à découvrir enfin comment ce trafic s'organisait, et surtout autour de qui. C'était une sacrée femme, cette Dani, avec son réseau d'informateurs, et ses multiples cachettes dans la ville; il avait mis du temps à la trouver. Et, lorsqu'il l'avait fait, il n'avait finalement pas sévi.
    Peut-être était-ce la frustration de se voir relevé de ses fonctions ? Ou peut-être la bonté de la jeune femme l'avait surpris, et ému. Il secoua la tête, amusée par cette pensée. Pourtant, de toutes les personnes qu'il avait jamais rencontrées, Dani avait été la seule à réellement penser aux autres avant elle. C'était étrangement rafraîchissant, en un sens. Et en même temps, extrêmement perturbant.
    Il poussa la porte avec soin, prenant bien garde à ne pas faire tout s'effondrer.
    "Il y a quelqu'un ?" demanda-t-il.
    Quelques bruits étouffés lui répondirent, puis la lourde silhouette de Dani se découpa dans la lumière d'une lanterne.
    "Rekk ! Espèce de Boucher de basse-cour, je savais que tu trouverais un moyen de t'échapper ! Et intact, avec ça !"
    "Moi aussi, je suis content de te voir" fit-il, amusé. "Les gamins sont là ?"
    "Oh, pour ça, oui. Tous les trois !"
    "Trois ?"
    "Rentre, au lieu de rester là avec un air ahuri. Je vais t'expliquer. Il y a pas mal de nouveau, tu sais ?"
    Rekk sourit en essuyant ses bottes.
    "Je savais que tes recherches seraient fructueuses, Dani. Je ne connais pas un seul sujet qui t'ait résisté. Tu as trouvé une piste ?"
    "Mieux que ça, mon grand. Je t'ai trouvé un témoin"
    Rekk haussa un sourcil en embrassant la pièce du regard. Malek et Shareen étaient bien là. C'était une bonne nouvelle. Il se demandait si l'un deux, voire les deux, n'allait pas décider de lui fausser compagnie. Le fait qu'ils soient encore là prouvait qu'ils resteraient jusqu'à la fin. Il pouvait encore avoir besoin d'eux.
    Malek venait de se réveiller en sursaut, et son expression était orageuse. Le Banni sourit; il ne se rappelait pas avoir jamais vu Malek arborer une expression avenante. Shareen avait visiblement dormi, elle aussi, mais elle lui dédia un sourire assoupi en se frottant les yeux. Elle était plutôt mignonne ainsi, constata Rekk avec un détachement clinique.
    Lorsqu'il aperçut Laath, toutefois, son expression se raffermit.
    "Alors c'est donc lui, le fameux témoin ? Il ne paie pas de mine"
    "Attends un peu ce qu'il va te raconter, Rekk. Je pense que tu vas apprendre un certain nombre de choses… amusantes"
    Il était évident qu'il allait devoir attendre un moment avant de pouvoir obtenir ces précieuses informations. Laath le regardait avec des yeux exorbités, la respiration précipitée, comme si un fantôme venait brusquement de se matérialiser devant lui. En un sens, ce devait être ça, réalisa Rekk. Dani avait utilisé son vrai nom. Le môme devait donc être au courant. Pas étonnant qu'il réagisse ainsi. Malek et Shareen avaient été tout aussi choqués, au début. Rekk s'accroupit et tenta de sourire. Le résultat n'était pas brillant, au vu des yeux choqués du garçon.
    "Je ne vais pas te manger, petit. Mais j'ai besoin de savoir comment ma fille est morte. Je suppose que tu peux comprendre ça ?" Laath hocha la tête. "Ce n'est pas toi qui l'a tuée, n'est-ce pas ?" Laath hocha la tête. "Donc tu n'as rien à craindre de moi. Je t'écoute."

    Il n'avait jamais été vraiment doué pour mettre les gens à l'aise, et cette fois-ci ne se révéla pas particulièrement plus fructueuse. Seule la douceur et la compréhension de Dani lui firent progressivement se détendre. Les mâchoires serrées, Laath posa la seule question qui lui venait à l'esprit.
    "Vous êtes vraiment… le…" il se lécha les lèvres "boucher ?"
    "Je suis surtout le père de Deria" grommela Rekk, luttant contre le désir d'étrangler son interlocuteur. "Et je… je serais ravi que tu m'expliques ce que tu sais."
    Laath finit par hocher la tête. Shareen lui fit un sourire encourageant.
    Il entreprit de raconter de nouveau son histoire, non sans quelques interruptions de la part de Dani. C'était une chose d'exposer la double vie de Deria à des amis de la jeune fille, c'en était une autre que d'expliquer les mêmes détails directement au père. Shareen constata avec amusement qu'il laissait de côté un certain nombre de détails, tentant pour une fois d'aller à l'essentiel.
    Rekk n'avait pas l'air particulièrement amusé, pour sa part. Au fur et à mesure de la narration, son expression s'assombrissait de plus en plus. Il lâcha une exclamation étouffée lorsque Laath révéla, après avoir tenté plusieurs fois de contourner ces détails, que Deria occupait son temps à cambrioler. Mais ce ne fut rien comparé à sa réaction lorsque Laath laissa glisser qu'il était son petit ami.
    "Quoi ?" rugit-il soudain, interrompant le récit pour attraper le pauvre Laath au collet. "Tu peux me répéter ce que tu viens de dire ?"
    A moitié étouffé, le jeune homme était bien en peine de pouvoir articuler quoi que ce soit. Ce fut Dani qui vint à sa rescousse, essayant de desserrer l'étreinte du Banni.
    "Arrête ça, Rekk, le pauvret ! Tu vas l'étouffer, si tu continues comme ça !"
    "Il ne mérite pas mieux !" rugit Rekk. "Tu l'as entendu ? Il a touché ma fille, il a osé touché ma fille ! Ce fils de catin a…"
    Il ne put terminer. Sans une hésitation, Dani venait de le gifler de toutes ses forces. De saisissement, il recula d'un pas et lâcha Laath. Le jeune garçon glissa sur le sol, suffoquant.
    "Tu as toujours eu moins de bon sens que de poils sur le menton, Rekk, et tu as toujours été particulièrement glabre ! Mais là, je dois dire que c'est la sardine qui fait craquer le filet ! Qu'est-ce que tu essayais de faire à ce pauvre gamin, l'étrangler ? Tu ne crois pas qu'elle était assez âgée pour vivre sa vie, ta fille ?"
    "Elle avait dix-sept ans !" protesta Rekk, touchant sa joue d'un doigt incrédule.
    "C'est déjà bien assez vieux, crois-en ma vieille expérience" ricana Dani. "Et puis, avoue que tu devais t'attendre un peu à ce que quelque chose comme ça arrive, non ? Sinon, pourquoi l'avoir envoyée à la capitale au lieu de la garder près de toi, dans ton château perdu ?"
    "Je voulais qu'elle rencontre du monde, qu'elle se fasse des amis" fit Rekk. "Pas qu'elle couche avec le premier crétin venu ! Mais regarde-le, comment est-ce qu'elle a pu aimer… ça ?"
    "Merci pour moi" fit Laath avec l'ironie du désespoir. Le Boucher fit volte-face pour le confronter.
    "Je n'ai rien contre toi, gamin, mais regarde-toi ! Ce n'est pas ça qu'il aurait fallu à Deria, pas ça du tout ! Il lui aurait fallu… Il lui aurait fallu…"
    "Il lui aurait fallu quoi ? Dis-nous, Rekk, ce qui lui aurait fallu. Tu peux me regarder dans les yeux et me dire que tu aurais accepté qu'un garçon, quel qu'il soit, s'approche d'elle ? Même s'il était grand, beau, fort, intelligent, riche, gentil, patient, doux ?"
    "Merci pour moi" répéta Laath. Il avait maintenant un demi-sourire aux lèvres, comme s'il trouvait la situation comique. Shareen le regarda avec surprise, puis éclata de rire. Le jeune homme semblait être plus vif d'esprit qu'il n'avait paru au premier abord.
    "Tu n'aurais pas accepté son choix, quel qu'il soit, reconnais-le ! Alors, n'étrangle pas ce pauvre garçon sous le prétexte qu'il ne correspond pas à l'image que tu faisais du prince charmant." Dani ricana. "D'autant plus que je ne suis pas sûr qu'il ait eu beaucoup de choix en la matière. Si Deria avait ne serait-ce que le dixième de ton caractère, l'opinion de Laath ne devait pas beaucoup rentrer en ligne de compte si elle le trouvait à son goût"
    "Eh bien, merci de nouveau" fit Laath. "Je peux partir, si vous voulez"
    "Non" grommela Rekk. Pour la première fois, il paraissait faire son âge. "Je suis désolé, mon garçon. Tu as raison. Continue ton histoire" Il regarda de nouveau le jeune homme, et ses yeux étaient emplis d'incrédulité. "Mais quand même…"

    Bientôt, cependant, la liaison entre Laath et Deria n'était plus que le cadet des soucis de Rekk. Il poussa une ou deux exclamations durant le récit, et ses sourcils s'agitaient furieusement. Lorsque Laath eut terminé son récit, il y eut un grand silence.
    "Cet homme… celui qui portait la cape… tu pourrais me le décrire ?"
    Laath secoua la tête.
    "Je ne l'ai pas bien vu. Mais je reconnaîtrais sa cape si je la voyais. Elle était vraiment particulière. Il n'y a aucun doute là-dessus."
    "Mmmh. Je vois. Eh bien, je dois dire que j'ai bien un suspect en tête" grimaça Rekk. "Et tu vas pouvoir m'aider."
    "Moi ?" Laath écarquilla les yeux.
    "Oui, toi. Nous allons au palais. Tu me diras si les gens que je te présente te disent quelque chose." Il haussa les épaules. "De toute façon, il fallait que j'y retourne. L'Empereur est mourant, ou quelque chose comme ça."
    Il y eut un silence, puis tous se mirent à parler en même temps.
    "Mourant ?" balbutièrent-ils.
    "Oui. Du moins, c'est ce qu'il semble. Mandonius croit que c'est l'excitation de la chasse qui… eh bien, quoi ?"
    Laath était devenu blanc comme un linge.
    "Le gouverneur…
    "Eh bien, quoi, le gouverneur ? Mandonius, oui…"
    Malek se leva, hésitant.
    "Il y a quelques petites choses que Laath nous a révélées concernant Mandonius que vous devriez savoir."

    Le jeune androgyne dut reprendre son histoire à deux fois tant les yeux du Boucher étaient devenus froids.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Voilà qui devient intéressant : 2 souvenirs éclairants et 2 révélations pour Rekk par Laath, la tension monte d'un cran !
    J'aime toujours autant le passage avec les courtisans. Tu décris bien la vanité et la vacuité des tristes sires. La mère de Deria nous apparaît enfin plus précisément. Un bon chapitre.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  3. #3
    Opossum Invités
    BaroncFroidVal ? Vous ici ? J'ai entendu dire que vous aviez vaincu Seigneur Semos en combat singulier ?"


    "J'ai frappé, il n'a pas bloqué, il est mort. C'est comme ça que se passent les combats, d'habitude" grogna Rekk en tournant les talons.

    ... pour aller ou ? Je le croyais encerclé ?


    Ah ! Baron Gaffick. N'auriez-vous pas vu mon fils ?"

    Erreur de CTRL-C/V


    Les allusions qu'avaient faites Mandonius sur la culpabilité du prince dérangeaient.

    les allusions LE derangeaient...


    Lorsqu'il se rendit compte qu'elle l'avait trompé, il ressentit beaucoup de tristesse en la tuant.

    J'ai du relire pour etre sur de n'avoir pas imaginé...
    euhh, je ne sais qu'en dire a chaud...
    je reviendrai dessus plus tard... peut etre... :heu:


    Dame Dani était une icône, dans le quartier. Elle était.. sacrée.

    A nouveau, Dani n'est pas une Dame.. et ca m'etonnerait qu'elle laisse les gens user de tes chichis envers elle... meme par devotion !


    Il lui avait fallu plus d'un mois pour comprendre comment fonctionnait le réseau de contrebande
    ...
    Un mois plus tard, on lui avait dit d'enquêter ailleurs.


    Donc cette fois, il n'a pas été remercié du poste de capitaine de la garde, c'est bien ca ? (du a mon intervention ? [<-- tout fioul !!] :hein: )


    Peut-être était-ce la frustration de se voir relevé de ses fonctions ?
    Ah pardon, AUTANT pour moi... :happy:



    Tout comme sieur sahmaz, j'aime aussi ce chapitre !
    je ne pense pas avoir le temps d'aller plus avant ce soir...
    tu sais GreGre, ca me ferait plaisir d'avoir une reaction a mes reactions de temps a autres.. n'est-ce pas sahmaz ? (oui, tu n'es pas la 3 mois, je sais )


  4. #4
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Mais je t'ai donné des réactions à tes réactions jusqu'au chapitre 12, mon oppossumus à mwa que j'ai

    Simplement, comme je le disais, j'ai eu quelques petits soucis de couple qui m'ont changé les idées sur les derniers jours. Mais tout s'arrange donc je reprends les corrections. Et je t'assure que je lis avec la plus grande attention ce que tu me marques, ne serait-ce que pour pouvoir te dire que tu as mal compris (mais la plupart du temps, c'est moi qui ai tort :snif: )

    Je suis sur les starting-blocks pour envoyer le manuscrit, là, je piaffe d'impatience...
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  5. #5
    Opossum Invités
    Mais piaffe seulement Ôh mon maitre Djay d'ail !

    Pourquoi crois-tu que je lis/critique aussi vite en ce moment.. ?

    J'ai d'ailleurs recemment demandé a 2 autres amis de jeter un oeil...
    ils sont par contre plus timides et n'oseront probalement pas poster de commentaires avant d'avoir finis la lecture intégrule...

    Ca, c'est le genre de choses qui poussent au petit-suisside... :notme:


    Courage dans tes evenements de couples... :timide:

Discussions similaires

  1. Correction chapitre IX
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 9
    Dernier message: 26/02/2004, 15h39
  2. Correction Chapitre XVI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/02/2004, 09h47
  3. Correction chapitre XV
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 6
    Dernier message: 23/02/2004, 20h05
  4. Correction Chapitre XIX
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 2
    Dernier message: 17/02/2004, 10h21
  5. Correction chapitre XIV
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 5
    Dernier message: 16/02/2004, 14h44

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251