Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Correction chapitre XX

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Le récit de Laath, revu et corrigé et, espérons-le, plus fluide et sympathique !

    __________________________________________

    La nuit était complètement tombée et les lumières s'allumaient les unes après les autres dans la ville. Les échoppes fermaient, les chariots se remplissaient, et les fermiers amorçaient le retour chez leurs femmes et leurs enfants. Le serpent humain que les jeunes gens avaient vu à leur arrivée dans la ville repartait maintenant dans l'autre sens, lentement, obstinément. Les rares torches qui brûlaient encore donnaient à Musheim une aura malsaine, comme des feux follets tremblotant à la surface d'un marécage.
    Le vent souffla dans la Rue des Potiers, puis s'engouffra avec bonheur dans la porte à moitié réparée. Un silence irréel régnait dans la petite maison de dame Dani. Les meubles avaient été rangés sur le côté, les débris balayés dans un coin. Tous étaient montés à l'étage pour s'installer dans les chaises encore intactes. Trois paires d'yeux fixaient Laath sans ciller.
    La grosse femme avait pris les choses en main avec sa vigueur habituelle. En quelques aboiements rauques, elle avait congédié l'homme qui réparait sa porte, et réuni les deux jeunes gens autour d'elle. Elle avait pris le temps de leur trouver un endroit où s'installer, de vérifier qu'on ne pouvait pas les entendre du rez-de-chaussée, et de faire chauffer du thé. Maison dévastée ou non, Dani ne serait pas Dani sans son thé. Elle revint rapidement, chaloupant de ses amples anches, pour apporter des tasses à ses trois invités. Tous s'en emparèrent machinalement sans même lever le regard.
    Malek restait frappé de stupeur. Il observait le jeune garçon avec des yeux ronds, mais il évitait son regard, baissant les yeux avec obstination. Shareen paraissait tout aussi stupéfaite, bouche ouverte, cherchant à trouver ses mots.
    "Arrêtez de le regarder comme une bête curieuse, va, le pauvre" protesta finalement Dani, brisant le silence de sa voix profonde. "Il a l'air tout terrorisé, le petiot ! Mais on ne va pas te manger, eh ? Tu as peur de la vieille Dani ?"
    Le jeune homme secoua la tête, un geste qui pouvait aussi bien signifier oui que non. Avec un effort manifeste, le garçon leva des yeux craintifs vers Malek et Shareen. Il n'avait pas l'air habitué à être le centre de l'attention générale et, clairement, cela le terrifiait. Tout aussi visiblement, il n'avait aucune envie d'être là. Il affichait une moue à la fois boudeuse et obstinée.

    "Laath ? Tu t'appelles Laath ?" fit Shareen doucement. "Enchanté. Moi, c'est Shareen. Et celui qui te regarde avec de grands yeux, là, c'est Malek. Nous étions des amis de Deria. Tu n'as pas à avoir peur"
    Elle se sentait étrangement attirée par le jeune homme, qui frappait son instinct maternel comme jamais personne ne l'avait fait. Elle avait envie de le faire se moucher, de lui ordonner de se tenir droit, de ne pas s'agiter nerveusement comme ça. Elle avait envie de le gifler, aussi, et de lui dire de se prendre en main. Etonnant qu'une personne puisse provoquer autant d'émotions contradictoires, rien qu'en la regardant. Déesse Vierge, mais il avait de beaux yeux !
    "Je crois que tu as beaucoup de choses à nous dire" murmura Malek, regardant le jeune garçon d'un air incrédule. "Beaucoup…" Ca ne pouvait pas être possible ! Deria, sa Deria, ne pouvait pas être tombée amoureuse de… de ça ! "Alors comme ça, tu étais le… l'ami de Deria ?"
    Laath hocha la tête de nouveau, un petit mouvement bref.
    "Oui. Enfin… je crois" ajouta-t-il après réflexion.
    "En voilà un autre qui est bien dégourdi, allez !" ricana Dani. "Comme si je n'avais pas déjà assez à faire avec les deux amoureux sur les bras !"
    Malek se raidit sur sa chaise. Le rouge lui montait au visage, mais il était incapable de déterminer s'il s'agissait de colère ou d'embarras.
    "Amoureux ? De quoi est-ce que vous parlez ? Et toi" cracha-t-il en se tournant vers Laath, "essaie d'être plus cohérent dans tes réponses. Ca veut dire quoi, je crois ? Tu couchais avec elle, oui ou non ?"
    Le voleur se recroquevilla sur sa chaise devant la vindicte du jeune noble. Son visage était livide.
    "Je…"
    "Du calme, Malek, du calme. Il va parler, ne le bouscule pas" Dani se pencha, difficilement en raison de sa corpulence, et posa sa main sur l'épaule du garçon. "Ne t'inquiètes pas, petit. Ce sont des amis de Deria, des grands amis. Ils ont beaucoup voyagé pour elle." Elle eut un sourire amusé. "Comprends leur réaction, ils ne savaient même pas que tu existais. Je pense que tu as beaucoup de choses à leur dire, tu ne penses pas ? Ensuite, nous parlerons de cette histoire de…" elle hésita "Sijwoural."

    Laath resta un instant silencieux.
    "Vous avez raison" finit-il par dire. Il avait une voix profonde et grave, qui ne correspondait absolument pas à son physique. C'était une voix de barde, de chanteur, de conteur, une voix habituée à captiver les gens. "Deria ne vous a pas parlé de moi, alors ?"
    Il y avait une expression de douleur, sur son visage.
    "Pas du tout" fit Shareen, pleine de sympathie. "Parfois, elle faisait le mur de l'Académie, mais elle prétendait qu'elle avait besoin de respirer un peu, de se promener en dehors de ces murs. Elle n'a jamais eu un grand respect pour l'autorité, et elle ne s'en cachait pas. Je n'aurais jamais imaginé, par contre, qu'elle soit… elle était très secrète" finit-elle misérablement.
    Shareen se sentait furieuse et humiliée. Durant plus d'une année, elle s'était convaincue qu'elle était la meilleure, voire la seule, amie de Deria, et que celle-ci lui faisait des confidences qu'elle ne faisait à personne d'autre. La jeune fille semblait rechercher sa compagnie et être heureuse avec elle, pourtant elle ne s'était absolument pas ouverte à Shareen de ses escapades nocturnes, et de l'existence même de ce garçon. C'était frustrant. C'était même presque insupportable; Deria lui mentait ? Deria lui cachait des choses ? L'image parfaite qu'elle s'en était faite vacilla imperceptiblement. Et puis, comment sa maîtresse avait-elle osé faire semblant de ne pas s'intéresser aux garçons et de ne pas se soucier de leurs regards, dédaignant toute conversation légère avec sa servante ? Quelle désillusion !
    "Je peux comprendre ça" murmura Laath. "Je ne suis pas sûr qu'elle ait été très… fière de moi, en fait"
    Malek gronda sourdement. Lui aussi sentait la colère l'envahir devant cette lavette, mais pas pour les mêmes raisons. Durant près d'un an, il avait tenté de courtiser Deria. Il s'était montré sous son meilleur jour. Il avait combattu avec elle de nombreuses fois. Il avait rêvé d'elle la nuit, pensé à elle en se levant. Il n'avait jamais éprouvé cela pour aucune autre fille. Et le fait qu'elle le repousse n'était mitigé que par le fait qu'elle se comportait de manière pire encore pour toute autre personne qui tentait de l'approcher. Il lui suffisait de fermer les yeux pour se remémorer comme s'il y était les rebuffades qu'avaient essuyées quelques-uns des séducteurs de l'Académie, des grandes gueules pleines d'assurances que Deria avait renvoyé avec un coup de pied au derrière. Et que dire de celui qui avait tenté de lui rendre visite, la nuit, et dont elle avait déboîté l'épaule ?

    Apprendre que toute cette façade de… de pureté n'était qu'une image, apprendre qu'elle avait un amant, était quelque chose qui lui faisait perdre pied. Et pourquoi quelqu'un comme ça ? Pourquoi avait-elle refusé ses avances, si c'était pour s'enticher d'une telle loque ? Il s'était déjà rendu compte à plusieurs reprises que les goûts des filles étaient inexplicables – et souvent ridicules – mais tout de même…
    "Il y a de quoi" cracha-t-il. "Regarde-toi ! Tu ne méritais pas une fille comme Deria ! Aaaah… personne ne la méritait, mais certainement pas quelqu'un comme toi ! Alors prends-toi en main, et décide-toi à nous dire ce que nous voulons savoir. Plus tôt tu auras fini de tout nous expliquer, plus tôt tu pourras et retourner te rouler dans la fange que tu viens de quitter" Il surprit le regard hautement désapprobateur de la grosse dame, mais il ne se laissa pas démonter. "Quoi ? Il ne sent pas mauvais, peut-être ? Mais qu'est-ce qu'il croyait, ce garçon, en venant ici ? Qu'on lui ferait un grand sourire ? Pour ce qui me concerne, je ne comprends pas Deria, et je ne sais pas ce que…"
    "Malek, ça suffit maintenant" fit Shareen, posant la main sur son épaule. "Je sais que tu es énervé, moi aussi. Mais ce n'est pas sa faute, à lui. Il n'y est pour rien !"
    "Comment ça , pour rien ? Et s'il l'a embrassée ? Et s'il a couché avec elle, il n'y était pour rien, aussi ? Il était en train de penser à autre chose ?"
    "Ce n'est pas ce que je veux dire, et tu le sais très bien. Calme-toi, Malek.."
    Les mots étaient fermes alors qu'elle pressait son bras. Ses muscles se crispèrent puis, lentement, il se détendit. Son visage prit une expression hantée.
    "Tu as raison. Je suis désolé. Je suis désolé, Laath. Je ne sais pas ce qu'il m'a pris. La fatigue, probablement. Ne fais pas attention à tout ce que je viens de dire.. Ce n'est pas contre toi que j'en ai."
    Laath essaya un sourire timide. Il avait l'air d'un enfant, caché derrière les jupes de Dani. Pourtant, il se redressa et avança vers les deux jeunes gens. Le mouvement semblait lui coûter, mais il le fit quand même.
    "Non. Vous avez raison. Elle me le disait, elle aussi. Elle me disait de me prendre en main" Il haussa les épaules, un mouvement timide. "Elle disait qu'il y avait du fer en moi, et que cela deviendrait de l'acier un jour. Que cela viendrait avec le temps. Mais elle se trompait. Je suis un lâche"
    "Eh ? Elle aimait bien les métaphores de forgeron, on dirait ?" sourit Dani. "C'est bien, une bonne manière d'élever les garçons, ça. J'aurais aimé la connaître, cette Deria."

    Malek ne voyait certainement pas de métal, quel qu'il soit, dans le garçon en face d'eux. C'était un cloporte mou et larmoyant, sans la moindre once de volonté. Il y avait beaucoup plus de courage et d'énergie dans Shareen, bien que ce fût une fille, que dans celui qui leur faisait face. Et il n'avait pas besoin de regarder Dani pour savoir qui, parmi eux, avait une âme d'acier. Les dents serrées pour ne pas dévoiler ses pensées une nouvelle fois, il s'absorba dans la contemplation de sa tasse de thé. Soufflant doucement pour refroidir le breuvage, il en prit une gorgée, puis se renfonça dans son siège. Calme et serein. Il resterait calme et serein.
    "Fascinant" fit-il, le sourire lui vrillant douloureusement les mâchoires. Mais encore ?"
    Laath prit une grande inspiration. Il leva les yeux, regardant tour à tour Shareen et Malek. Il semblait rassembler son courage.
    "J'étais présent lorsque Deria est morte" murmura-t-il. "J'ai vu beaucoup de choses. Ce qui s'est passé…"
    "Minute, minute" interrompit Malek. "Explique-moi d'abord comment vous vous êtes connus, et depuis combien de temps ?"
    "Ca n'a pas d'importance pour l'instant, Malek" protesta Shareen.
    "Ca en a pour moi. Ca m'aidera à comprendre"
    "Je peux faire court, si vous voulez" proposa Laath. Il se troubla de nouveau quand les deux le regardèrent. "Très bien. L'histoire complète, alors ? Bon. J'ai rencontré Deria il y a quatre mois environ, alors qu'elle cherchait à… à cambrioler une maison"
    Malek hoqueta. Shareen ouvrit des yeux ronds.
    "Cambr… Cambrioler quoi ?"
    "Oh, vous ne saviez pas non plus ?" Il eut un sourire nostalgique. "Elle disait qu'elle s'ennuyait dans cette ville. Elle trouvait qu'il n'y avait rien à faire, aucun danger, aucun ennui. Elle affirmait qu'elle avait vécu son enfance dans un monde de violence et de guerre, et que ça lui manquait. Elle était étrange, mais ça la rendait si belle…" Il eut un sourire rêveur.
    "La suite" gronda Malek. Ses mains s'ouvraient et se refermaient nerveusement. "La suite"
    Le sourire de Laath s'évapora. Il déglutit bruyamment.
    "Oui. Oui, bien sûr. La suite. Elle était en train d'escalader cette maison, dans le quartier des bijoutiers. Et le hasard voulait que je sois sur le toit de la même maison. Pour… affaires, également"
    "Tu peux parler franchement, Laath" fit Dani. "Que tu sois un voleur ou non, je pense que ce n'est pas ça qui risque de les choquer"
    "Pas un voleur. Un cambrioleur" protesta Laath. "Je ne suis pas comme ces tire-laine qui cherchent à couper les bourses dans la foule. Je choisis mes cibles avec attention. C'est beaucoup plus difficile d'être un bon cambrioleur qu'un vide-gousset, vous savez ?"
    "Je m'en fiche !" cracha Malek. "Que tu sois balayeur, serviteur, cambrioleur ou tout-ce-que-tu-veux en eu si ça te fait plaisir. La suite !"
    "Du calme" fit Shareen de nouveau. Elle eut un gentil sourire pour le garçon, comme si elle parlait à un enfant. "Ne lui en veux pas, il est très tendu en ce moment, il en oublie ses bonnes manières. Mais ne fais pas attention à lui, continue ton histoire"
    Laath détourna les yeux alors que Malek tentait de foudroyer du regard simultanément Shareen et lui. L'effet en était un strabisme tout à fait perturbant.
    "Toujours est-il que… nous nous sommes croisés sur ce toit. Il pleuvait à verse, et elle n'avait pas prévu ça, je pense. Elle n'était pas très bien équipée, elle glissait sur les tuiles. Elle allait faire beaucoup de bruit et attirer la garde si elle tombait, alors je l'ai aidée à se rétablir"
    "Tu l'aurais laissée tomber si ce n'avait pas été pour le bruit ?" fit Shareen, choquée.
    "Bien sûr. Je ne la connaissais pas, après tout" Il eut un sourire bref. "Mais je suis content de ne pas l'avoir fait"

    Il cligna des yeux, cherchant à éclaircir sa vision alors que la pluie tombait à verse. Le manteau qu'il avait emporté ne se révélait pas une protection suffisante; les gouttes coulaient à l'intérieur du capuchon, glissant dans ses cheveux puis sur son visage. C'était un sale temps, donc une nuit parfaite pour les cambrioleurs. Les toits étaient plus glissants, mais les gardes étaient moins regardants. Ils se serraient autour des braseros, sous les poternes, à l'abri de la pluie. Lorsqu'ils patrouillaient, ils essayaient de boucler leur parcours le plus rapidement possible, et ils levaient rarement les yeux au ciel. Non, ils avaient la tête baissée pour se protéger de la pluie. Avançant ainsi, ils auraient aussi bien pu ne pas être présents, pour ce que cela concernait Laath.
    Le jeune homme était confiant. S'il y avait bien une chose en laquelle il mettait sa foi, c'était ses talents d'escalade et de crochetage. Cela faisait deux jours qu'il observait la boutique, et le trafic qui s'y déroulait. Les gemmes étaient gardées ailleurs, et même lui n'était pas assez fou pour tenter de les subtiliser. Mais, pierres ou non, la maison devait regorger de richesses et de trésor. Si jamais tout se passait comme prévu, Laath serait enfin riche. Il pourrait enfin quitter l'impasse boueuse dans laquelle il dormait, et manger à sa fin. Il montrerait aux autres voleurs qui se moquaient de lui de quel bois il était fait. Ils cesseraient de l'appeler Laath-rine et de se détourner ostensiblement lorsqu'il arrivait.
    Et il avait fallu que cette fille débarque. Pourquoi cette nuit ? Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ?
    Plaqué contre les tuiles, il l'avait regardée monter, appréciant malgré lui l'habileté et la souplesse dont elle faisait preuve. Elle était loin d'être aussi douée que lui, bien sûr – mais personne ne l'était. Pour une débutante, elle se débrouillait plutôt bien. Ses mains trouvaient instinctivement les failles dans la pierre, et sa progression, bien que lente, n'en était pas moins sûre.
    Lorsqu'elle avait enfin mis le pied sur le toit, les tuiles glissantes l'avaient prises par surprise. Elle agita les bras, dérapa, et sa jambe partit dans le vide. Instinctivement, Laath s'était jeté en avant.
    Et voilà ce que ça lui avait rapporté. Les muscles tendus par l'effort, il tenait la jeune fille par le bras. Elle se balançait doucement dans le vide. Elle n'avait pas crié, en tombant. Les gardes ne penseraient pas à lever les yeux.
    "Merci" fit-elle d'une voix tranquille. On aurait pu croire qu'elle était tranquillement en train de siroter son thé dans un palais pour toute l'émotion qu'elle laissait transparaître. Elle leva les yeux, accrochant fermement son regard. "La pluie a rendu le toit glissant"
    "Je ne pourrai pas te tenir longtemps" grogna Laath, les dents serrées. "Je glisse"
    "Tu peux me hisser ?"
    "Je n'ai pas assez de force !"
    "Je vois" murmura la jeune fille. Elle commença à se balancer.
    "Arrête ! Tu vas me faire lâcher ma prise !"
    "Tout ira bien, ne t'inquiète pas. Et cesse de crier, tu vas attirer les gardes"
    Laath faillit la lâcher de stupéfaction. Elle avait raison. Il venait de hurler. Comment avait-il pu faire une telle erreur ? Malgré l'orage, si jamais une patrouille était à proximité… Un nouveau cri lui monta aux lèvres alors qu'elle se tordait dans son étreinte, cherchant à retrouver une prise contre le mur.
    "Je vais lâcher !" siffla-t-il.
    "Parfait, j'y suis !"
    Ses doigts glissèrent, mais la jeune fille s'était déjà assurée une position stable. En quelques instants, elle remonta sur le toit. Cette fois, son regard était clairement méfiant alors qu'elle regardait les tuiles.
    "Saleté" murmura-t-elle.
    "Tu peux le dire" fit Laath. Il bougea ses doigts nerveusement. Sa main lui faisait mal.
    Ils restèrent un instant allongés sur le toit à laisser la pluie leur tomber dessus, récupérant lentement de leurs émotions. Au-dessus d'eux, l'orage se déchaînait. Les éclairs déchiraient le ciel en violentes éclaboussures de nuit.
    Ce fut elle qui se redressa la première, passant la main dans ses cheveux trempés. Laath en eut le souffle coupé..
    "Tu es ici pour cambrioler la maison ?"
    "On peut le dire". Il hésita. "Toi aussi ?"
    "Oui. Mais je vois que tu étais là le premier. Je vais te laisser à ton travail" Elle lui sourit, et lui planta un baiser sur la joue. "C'était gentil, ce que tu as fait. Beaucoup de voleurs m'auraient laissé tomber"
    "Je n'ai pas vraiment réfléchi" avoua-t-il.
    "C'est comme ça que l'on devient un héros"



    "Et vous avez dévalisé la maison ensemble, finalement ?" demanda Shareen, captivée par la voix hypnotique du jeune homme. Il avait un véritable talent. Ses mots lui faisaient presque sentir la pluie sur sa peau, et elle remonta le col de son manteau avec un frisson.
    "Oui. Je ne voulais pas qu'elle parte, et puis, la maison était assez riche pour deux. De toute façon, elle n'était pas vraiment intéressée par l'or. Elle me disait qu'elle faisait ça par goût du danger. A la fin, elle m'a tout laissé."
    "C'est quand même extraordinaire" murmura Shareen. "Je ne me suis jamais douté qu'elle menait une double vie, comme ça. Passer sa nuit sur les toits à cambrioler ! Elle disait tout le temps qu'elle avait besoin de sensations fortes, mais là, ça dépasse tout !"
    "Et vous vous êtes retrouvés, ensuite, je suppose ?" fit Malek. "Pour d'autres cambriolages ?"
    "Oui. Elle manquait de technique, mais elle avait un potentiel extraordinaire. Elle m'apprenait à me battre. Elle était très douée, vous savez. Et elle voulait que je lui apprenne tous mes trucs, comment forcer une serrure sans laisser trop de traces, et comment briser une fenêtre sans bruit, et beaucoup d'autres choses encore" Il sourit fièrement. "Je suis le meilleur monte-en-l'air de la ville, je suis sûr"
    "Et c'est la seule façon dont vous… montiez en l'air ?" demanda Malek, soupçonneux.
    "Malek !" fit Shareen, choquée. Dani gloussa. Le son paraissait déplacé, venant d'un corps si imposant. "Ce ne sont pas des choses qui se disent !"
    Laath se contenta de hausser les épaules.
    "Nous nous aimions, je pense que c'est le plus important"
    "Tu l'aimais ? Comment tu pouvais l'aimer après aussi peu de temps, foutu bâtard ?" cracha Malek. "Comment est-ce qu'elle pouvait t'aimer, alors que tu n'as même pas le courage de me regarder en face ? Allez ! Regarde-moi en face !"
    Laath leva les yeux. Un tic nerveux agitait sa joue.
    "Je n'ai pas l'intention de me battre, mais je n'aime pas non plus me faire traiter de bâtard" fit-il, et soudain sa voix était aussi froide que celle de Rekk. "Si vous voulez, je peux aussi bien partir maintenant. Sijwoural sera déçu de tes services, Dani."

    La grosse femme exhala un soupir puis se redressa de toute sa taille, ce qui représentait un véritable exploit. Les poings plantés sur les hanches, elle avança vers le jeune noble.
    "Malek, s'il te plaît. Je comprends que tu sois traumatisé, mais ce garçon aussi. Et tu n'es pas vraiment sympathique avec lui, je trouve. Essaie de mettre ta fierté dans ta poche, juste deux secondes. Sinon, je sais lequel des deux sortira de ma maison. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?"
    Malek se mordit la lèvre un instant. Il se sentait coupable, et même un peu honteux, mais il serait mort plutôt que de l'avouer. Lentement, la couleur reflua de son visage.
    "Je… suppose que je peux faire un effort" murmura-t-il finalement. Il détourna ostensiblement les yeux, regardant le morceau de ciel qui s'insinuait à travers la fenêtre. Les étoiles le regardaient avec tendresse. Elles, au moins, ne le jugeaient pas.
    Dani vint se rasseoir, satisfaite. Un demi-sourire flottait sur ses lèvres en voyant l'air boudeur du jeune noble.
    "C'est tout ce que je demande ! Laath, nous sommes tous attentifs. Continue ton histoire, je t'en prie."
    "Ignore-le pour l'instant" murmura doucement Shareen, se penchant en avant. "Il est perturbé, mais c'est un bon compagnon. Tu verras qu'il ne fera pas la tête trop longtemps"
    "J'ai entendu !" cria Malek en retour.
    "Qu'est-ce que je disais ?" La jeune fille redevint sérieuse. "Peu importe pour l'instant de savoir vraiment les relations que tu avais avec Deria. Mais raconte-nous comment elle est morte"
    Laath lança un regard hésitant vers Malek, puis haussa les épaules. Il paraissait troublé.
    "Très bien, très bien. Mais ce n'est pas facile à dire… J'aurais… j'aurais dû intervenir, et…"
    Dani secoua gentiment la tête.
    "Nous ne sommes pas là pour te faire des reproches, mais pour comprendre, et pour savoir qui l'a tuée. Si tu as vu la scène, alors il faut nous le dire"

    Laath prit la peine de prendre une gorgée de thé avant d'acquiescer faiblement.
    "C'était affreux…" murmura-t-il. "Elle est venue me voir, les yeux brillants, alors que je n'attendais pas du tout sa visite. Je… j'habite dans un endroit qui n'est pas très agréable à voir, et elle n'était jamais venue jusqu'à maintenant. Je savais que ça lui ferait un choc. Mais elle n'a pas réagi. Elle s'est jetée dans mes bras, en grognant qu'elle avait gagné, et qu'elle était tellement heureuse qu'elle voulait me le faire partager. Elle me disait, que les gens là-bas étaient tous des abrutis sans aucun…" il s'interrompit, bouche ouverte, et resta un instant muet en réalisant ce qu'il venait de dire. "Je veux dire, elle prétendait que certains en particulier la rendaient folle. Je ne sais pas de qui elle voulait parler, mais certainement pas de vous puisque vous étiez ses amis. J'espère que vous ne l'avez pas pris personnellement." Malek ne répondit rien. Il fixait obstinément le sol.
    "Toujours est-il que je l'ai félicitée comme j'ai pu. Nous sommes allés nous promener sur les rives du Verdoyant. C'est très beau, la nuit, surtout aux limites de la ville, là où plusieurs maisons ont été détruites. Il y a beaucoup de place, c'est agréable" Il grimaça devant le regard impatient de Shareen. "J'y arrive, j'y arrive. Nous n'étions pas installés depuis plus de quelques minutes que nous avons entendu les rires et les cris de fêtards qui revenaient d'une taverne. Ils étaient nombreux, et ils avaient beaucoup bu."

    Brièvement, sobrement, il raconta de nouveau l'histoire qu'il avait livrée à Gundron et Mandonius. Les jeunes gens étaient pendus à ses lèvres, et même Dani ne l'interrompit pas avec ses sempiternelles questions. Il ne dissimula pas sa fuite, et ne détourna pas les yeux lorsque le regard de Malek se chargea de mépris. Mais ce ne fut qu'une fois l'histoire terminée que le noble explosa.
    "Tu l'as laissée seule contre ces assassins ?" hurla-t-il. "Tu ne l'as pas aidée ? Tu n'as pas au moins essayé d'appeler la garde ?"
    "J'étais terrorisé !" protesta le jeune garçon, levant les bras pour se défendre.
    "Terrorisé, c'est facile d'être terrorisé ! Mais comment est-ce que Deria a pu tomber amoureuse de quelqu'un d'aussi lamentable ! N'importe qui d'autre se serait interposé ou aurait essayé de calmer les choses ! Peut-être qu'elle serait encore en vie, à l'heure qu'il est. Peut-être… qu'elle serait encore avec moi, à l'heure qu'il est !"
    La main de Shareen sur son bras le fit sursauter, et il s'interrompit. Doucement, presque maladroitement, il répondit à cette pression. Ses yeux étaient humides, mais il se calma.
    A la place, ce fut Laath qui bondit de sa chaise, le regard brûlant.
    "Tu crois que je ne me suis pas déjà dit ça ? Dix fois, cent fois ? Tu penses que ça ne me ronge pas de l'intérieur ? Tu crois que je ne regrette pas ? Bien sûr, que je regrette, mais les regrets ne me la ramèneront pas. Mais je tenais à elle. Je… tenais à elle."

    Aussi soudainement qu'il s'était levé, il se rassit, secoué de sanglots sporadiques. Il paraissait réellement vulnérable ainsi, son âme à nu, complètement déchiré. Shareen dut se faire violence pour ne pas le serrer dans ses bras et le bercer. Il était comme ça, Laath.
    Malek et Shareen se regardèrent un instant, silencieux.
    "Et cette cape bleue avec la tête de cerf… tu sais à quoi ça peut bien correspondre ?"
    Laath secoua la tête.
    "Pas du tout. Mais ça doit être quelqu'un d'important, parce que c'est de là que viennent tous mes ennuis. Lorsque j'ai raconté cette histoire au Capitaine Gundron et au Gouverneur Mandonius, ils sont devenus comme fous ! Ils ont…"
    "Attends une minute…" Malek fronça les sourcils. "Tu as parlé de ça à Mandonius ?"
    "Bien sûr ! Oh, je regrette maintenant, mais je croyais qu'il était aussi compréhensif et généreux que le disaient les histoires qui couraient sur lui. Mais il n'a pas été particulièrement compréhensif lorsqu'il a demandé à ses hommes de me tuer. Et généreux, il l'a surtout été pour fixer le montant de la prime sur ma tête…"

    Shareen n'avait pas parlé depuis un long moment. Silencieuse, les bras croisés, elle avait tout absorbé sans relever la moindre chose. Maintenant, elle releva la tête.
    "Ce… Mandonius. Ca n'est pas l'ami de Rekk ? Celui qui l'a amené devant l'empereur ? Ils avaient l'air de bons amis. Pourquoi est-ce qu'il n'a rien dit ?"
    Malek fronça les sourcils.
    "Je ne sais pas. Peut-être pour protéger la personne qui porte ce fameux manteau ?"
    "Comment ça ?"
    "Ca paraît logique ! Regarde, si jamais il connaît cette personne – parce qu'un tel manteau d'une couleur aussi criante, ça ne doit pas être banal – il a dû avoir peur que Rekk réagisse de manière totalement incontrôlable et décide de la tuer tout de suite pour venger sa fille."
    "Mmmh…" Shareen se mordilla la lèvre inférieure. "Tu penses ?"
    "J'en suis presque sûr ! Je ne vois pas d'autre raison. Et puis, ça colle avec tout ! C'est aussi pour ça qu'il a souhaité éliminer Laath. Pour que personne d'autre ne sache. Oui, tout correspond."
    "Ca me paraît un peu simple" fit la jeune fille, dubitative.
    "Un assassinat, des mensonges, le Gouverneur et le Capitaine impliqué… ça ne m'a pas l'air particulièrement simple, à moi" protesta Dani.
    Elle se leva et entreprit de débarrasser la table. La plupart des tasses étaient encore remplies. Tout à leur discussion, personne n'avait réellement profité du thé. Elle empila les tasses sur son plateau. Une expression de douleur infinie lui traversait le visage.

    "Dans quoi est-ce que Rekk s'est embarqué, Dieux Infernaux. Dans quoi est-ce qu'il a mis les pieds ? Oh, je vous en prie, faites qu'il ne lui arrive rien de grave et qu'on ne me l'abîme pas…"
    La prière était étrange. Elle fit s'incurver les lèvres de Malek, la grimace la plus proche d'un sourire qu'il ait faite depuis l'arrivée de Laath.
    "Jusque là, ce sont plutôt les autres qui ont été abîmés."
    Le regard de Laath allait de l'un à l'autre, chargé d'incompréhension. Il hésita un instant avant de poser la question qui le démangeait.
    "Ce… ce Rekk, dont vous parlez ? Qui est-ce, exactement ?"
    Malek se tourna vers lui. Sa grimace se changea en un sourire jusqu'aux oreilles, et sa voix était chargée de sarcasme.
    "C'est vrai que vous n'avez pas été présentés. Laath, il faudra absolument que tu rencontres Rekk. Le Boucher, le Maudit, le Démon Cornu… revenu d'entre les morts pour devenir ton beau-père."
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    J'ai bien aimé l'humour présent dans ce chapitre, par endroits, ainsi que le récit de Laath et la réplique finale de Malek.
    Mais 2 remarques :
    - Malek devrait avoir reconnu le sigle du prince. Fils de duc, il a dû apprendre très jeune les blasons et autres signes distinctifs des maisons et personnages de l'Etat. Histoire de ne pas commettre d'impair en confondant le prince avec un vulgaire laquais par exemple ! Or, il ne réagit pas du tout à la description de Laath. Suspect ça : ça risque de passer pour une intervention forcée de l'auteur...
    - Le ton général du chapitre est un peu mélo. Les interventions de Malek sont intéressantes, certaines réactions (Shareen voir Laath à la fin qui dit combien il s'en veut), mais les interventions de Dani sont un peu beaucoup infantilisantes. C'est cela, le chapitre remet les 3 jeunes à une position infantile et Dani fait office de Big Mama. C'est un peu déroutant dans le cadre général du roman et au vu du contenu. Je pense également à l'impasse que tu as faite sur la mort de Deria, renvoyant au chapitre précédent. Je comprend tout à fait que tu ne veuilles pas te répéter mais c'est un moment fort pour les persos que ce récit qui motive tous leurs actes depuis le début. Ne passes-tu pas dessus un peu vite ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  3. #3
    Opossum Invités
    les fermiers amorçaient le retour chez leurs femmes et leurs enfants

    Ah bon, ils habitent pas chez eux, mais chez leurs femmes ?


    Les rares torches qui brûlaient encore donnaient à Musheim une aura malsaine

    qui brulaient ENCORE ?
    c'est pourtant le debut de la nuit, non ? ou alors je comprend plus rien a ton texte, et il est temps que je m'arrete... :8:


    dans la petite maison de dame Dani

    Elle est gentille et on l'apprecie tous, mais Dani est loin d'etre une dame... :blush:


    Elle revint rapidement, chaloupant de ses amples anches

    Une chose me trouble, je mets 2 H a hanches..., mais Word reconnait les 2 mots, avec et sans le double H... :snif:


    Arrêtez de le regarder comme une bête curieuse, va, le pauvre"

    Arretez/va ne sont pas accordés...


    L'image parfaite qu'elle s'en était faite vacilla imperceptiblement.

    Ce n'est pas si imperceptible que ca, en fait... :omg:


    Malek ne voyait certainement pas de métal, quel qu'il soit, dans le garçon en face d'eux. C'était un cloporte mou et larmoyant, sans la moindre once de volonté.

    MORT DE RIRE ! :hein: :happy:


    Je ne suis pas comme ces tire-laine qui cherchent à couper les bourses dans la foule. Je choisis mes cibles avec attention

    Il a pensé le contraire plusieurs chapitres avant : son seul contact avec la noblesse etait lorsqu'il arrivait a voler une bourse a un noble !!

    Laath détourna les yeux alors que Malek tentait de foudroyer du regard simultanément Shareen et lui. L'effet en était un strabisme tout à fait perturbant.

    MORT DE RIRE AGAIN ! :happy:


    Il montrerait aux autres voleurs qui se moquaient de lui de quel bois il était fait

    Ne voudrais-tu pas reprendre l'expression de metal de Deria ?


    elle n'était jamais venue jusqu'à maintenant

    Une autre formule me paraitrait plus approprié... je ne trouve rien de vraiment probant.. peut etre : jusqu'a lors...


    même Dani ne l'interrompit pas avec ses sempiternelles questions

    elle ne l'a pas tant interrompu que ca, Dani...


    Lorsque j'ai raconté cette histoire au Capitaine Gundron et au Gouverneur Mandonius,

    Il est vraiment si bête que ca ? Sijwoural lui a dit qui était son maître, puis lui donne le nom d'un contact : Dani.. il annonce a Dani que Mandonius veut sa mort.... c'est stupide au possible... ou alors tu dois adapter dans le chapitre d'avant et faire en sorte que Sijwoural ne devoile pas le nom de son patron...


    C'est vrai que vous n'avez pas été présentés. Laath, il faudra absolument que tu rencontres Rekk. Le Boucher, le Maudit, le Démon Cornu… revenu d'entre les morts pour devenir ton beau-père."

    Mais t'es pas vrai toi !
    J'adore l'humour dans ce chapitre !! :happy:

    smack mon krapo !!



  4. #4
    Opossum Invités
    apres le post portant uniquement sur la technique, voici mon avis rapport a la trame, et a la reponse de sahmaz :

    je suis d'accord avec le fait que Malek & Shareen sont (peut etre trop, a mon gout) ramené a de simples enfants, mais d'un coté, leur rôle d'adulte leur est tombé vite sur les bras.. des passages ou ils se sentent libérés de ce poids, s'appuyant sur Mamy Dani sont logiques apres tout...

    pour ce qui est du passage relatants la fin de Deria, j'ai trouvé logique, qu'une fois arrivé au passage deja relaté, on passe plus vite... cela ne m'a pas choqué du tout... (si tu veux relire le passage, reprend donc son chapitre... )

Discussions similaires

  1. Correction chapitre IX
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 9
    Dernier message: 26/02/2004, 15h39
  2. Correction Chapitre XVI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/02/2004, 09h47
  3. Correction chapitre XV
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 6
    Dernier message: 23/02/2004, 20h05
  4. Correction chapitre XXI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 4
    Dernier message: 17/02/2004, 15h30
  5. Correction chapitre XIV
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 5
    Dernier message: 16/02/2004, 14h44

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258