Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Correction chapitre VIII

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Ce revamping est un mélange des anciens chapitres 8 et 9.
    Le petit groupe ne se fait pas intercepter par Mandonius, mais rencontre rapidement Dani.

    Je pense avoir donné une personnalité... particulière à la grosse femme. Votre avis ?

    -----------------------------------------------------------

    Le soleil était déjà bien avancé dans le ciel lorsque Carnogel disparut enfin dans le lointain. Ses tours crénelées restèrent encore un instant visible avant de s'effacer à leur tour à l'horizon. Puis il n'y eut plus que des champs à perte de vue. Ca et là, un arbre ou deux venaient briser la monotonie du paysage. Mais il n'y avait pas aucune forêt digne de ce nom, aucune colline, rien que la plaine. La seule différence avec la toundra qu'ils avaient quittée, finalement, c'était l'absence de neige.
    Les deux chevaux marchaient au pas, langue tirée. La sueur et la poussière maculaient leur robe alors qu'ils tentaient de maintenir l'allure. La jument était en plus piteux état encore. De l'écume s'échappait de sa bouche, et elle roulait follement des yeux.

    Rekk laissa fuser un soupir.
    "Nous sommes assez loin de la ville, maintenant. Arrêtons-nous pour reposer les montures. Nous repartirons dans la nuit."
    Shareen leva des yeux hagards vers Malek, mais le jeune noble ne protesta pas. Il semblait étrangement paisible depuis l'incident de Carnogel. Shareen ne parvenait pas à le comprendre. Elle-même, elle avait l'impression que la présence du Boucher était encore plus palpable maintenant qu'elle l'avait vu à l'œuvre. C'était comme si la légende avait pris corps devant ses yeux, comme si l'épouvantail de citrouille et de potiron de son enfance s'était animé.
    Ils mirent pied à terre dans un même mouvement et attachèrent leur monture à un arbre. Cette fois-ci, Rekk n'interdit pas de faire un feu. Bientôt, de belles flammes dansèrent devant eux, réchauffant l'atmosphère et apaisant la fatigue qui leur brûlait les muscles. Shareen poussa un soupir de contentement en s'enroulant dans ses couvertures. Ce n'était pas aussi confortable que l'auberge qu'on lui avait promise, mais c'était déjà bien mieux que les nuits glaciales qu'elle avait passées à grelotter contre la chaleur de Malek.

    Ils mangèrent lentement, mastiquant chaque bouchée avec application. La viande séchée était presque épuisée, et ce qu'il restait avait une consistance de cuir.
    "On dirait que quelqu'un nous en veut particulièrement" fit lentement Rekk autour d'une de ses bouchées. "J'espérais ne pas être reconnu. C'est fâcheux."
    Malek fixa pensivement les flammes. Ses yeux ne cillaient pas, et des larmes lui montèrent aux yeux devant leur brillance.
    "C'est notre description, qu'ils avaient. La personne qui les a envoyé savait que nous serions avec vous"
    "Oui. La personne n'avait pas une idée précise de mon visage, mais elle se doutait qu'en vous trouvant, elle tomberait sur moi" Rekk eut un petit rire. "Huit pièces d'or. C'est une belle somme, je devrais être flatté."
    "Je ne comprends pas. Qui pourrait avoir intérêt à faire quelque chose comme ça ? Ca n'est pas logique"
    Rekk eut un rire déplaisant.
    "Pourquoi crois-tu que quelqu'un a cherché à m'assassiner dans mon château avant que vous n'arriviez ? Et pourquoi penses-tu que la nouvelle de la mort de ma fille a été cachée ? Réfléchis un peu, gamin"
    "Parce que… quelqu'un avait peur de votre réaction ?" tenta Shareen alors que Malek restait silencieux. "Quelqu'un savait que vous voudriez vous venger ?"
    Rekk hocha la tête.
    "Exactement, petite. Et, visiblement, ce quelqu'un n'a pas envie de me voir revenir à Musheim pour une raison ou pour une autre. Hmm. Qui que soit cette mystérieuse personne, elle a l'air d'être foutrement bien informée."
    Ce fut au tour de Malek d'acquiescer. L'apathie qui le frappait semblait se résorber alors qu'il considérait le mystère qu'il avait devant les yeux.
    "Très bien informée, même. Cette personne savait que nous quittions l'Académie pour vous prévenir et nous connaissait assez bien pour diffuser notre signalement. Elle était aussi au courant de la mort de Deria." Il haussa les épaules. "Ca pourrait être n'importe qui de l'Académie."
    "Non, pas n'importe qui. Tu oublies que très peu de monde sait que je suis le père de Deria. Même vous, vous ne le saviez pas. C'était un secret bien gardé, pour sa sécurité – et pour la mienne. Sans compter que dix pièces d'or représentent une somme non négligeable. N'importe qui ne peut pas la payer." Il se rembrunit.
    "Alors c'est vous qui avez les éléments de réponse. Qui savait que Deria était votre fille ?"
    Rekk grimaça un sourire.
    "Deux personnes. Peut-être plus, si ces deux-là ont parlé."
    "Qui ?" demanda Malek, mais elle connaissait déjà une des deux réponses.
    "Semos, le maître de l'Académie. Et l'Empereur, bien sûr."
    "L'Empereur ?" firent les deux jeunes gens, presque en même temps.
    "Lui-même. Nous entretenions une certaine… correspondance, depuis quelques temps. Mais si l'Empereur me voulait mort, il pourrait utiliser des méthodes bien plus efficaces que quelques chasseurs de primes miteux."
    "Alors, Semos ?"

    Rekk se leva souplement, et laissa son regard vagabonder sur la plaine. Le soleil commençait à descendre à l'horizon. Les journées étaient encore courtes, et la nuit n'allait pas tarder à tomber. Déjà, son ombre s'allongeait contre le rocher comme celle d'un géant. Lorsque ses poings se serrèrent, Shareen eut l'impression que le roc allait se briser dans ses mains.
    "Semos, ou bien quelqu'un à qui il a parlé. Maudit soit l'homme et sa langue trop bien pendue. Lorsque je le trouverai, je lui ferai cracher les réponses dont j'ai besoin, et je lui fermerai sa foutue gueule avec du fil et une aiguille" Il eut un rire bref. "Si je n'en trouve pas, j'utiliserai mon épée comme aiguille, et ses entrailles comme fil. Il devrait aimer ça."
    Malek haussa un sourcil.
    "Je vous ai vu combattre, et je ne remets pas en cause votre habileté, mais… Semos est le champion de l'Empereur. Il a vaincu Gundron Un-Œil au tournoi de l'année dernière. Et, si je me rappelle bien, Gundron vous avait battu autrefois." Rekk ne répondit pas. Enhardi par son silence, le jeune noble continua: "Même si vous arriviez à le voir, il n'est pas seul. Il commande l'Académie de Musheim. Il est entouré de gardes en permanence. Il ne sera pas aussi facile de le battre que vous semblez le croire !"
    Rekk se contenta de sourire, un sourire sans humour qui n'atteignit jamais ses yeux. Mais il ne répondit pas.

    Les ombres s'étendirent et le soleil finit par disparaître à l'horizon. Bientôt, seules les flammes généreuses de leur feu de camp leur permettaient de s'entrevoir. Malek plongea son regard dans les étoiles, et s'endormit en rêvant de batailles.
    En plein milieu de la nuit, Rekk les réveilla. Malgré leurs courbatures et la fatigue qui s'accumulait, les deux jeunes gens montèrent à cheval sans protester.
    Le voyage se passa sans autre incident majeur. Shareen se sentait de plus en plus à l'aise sur sa selle. Les douleurs de l'aller n'étaient plus qu'un mauvais souvenir, et elle commençait à supporter la marche forcée qu'imposait Rekk.
    De temps en temps, Malek allait vers elle pour demander si tout allait bien, mais elle lui souriait, et il lui lançait un regard perplexe. Il semblait penser qu'elle avait un besoin permanent de protection, et se sentait démuni en voyant qu'elle se débrouillait bien toute seule. Lentement, une lueur de respect semblait briller dans ses yeux. Shareen essayait de croire qu'il ne s'agissait pas que de son imagination. Dans le doute, elle se jura de ne plus se plaindre du trajet.

    Malgré son désir d'augmenter l'allure, Rekk n'osait pas suivre la Route Royale du Nord, bien pavée et solidement balisée. Si des chasseurs de primes les recherchaient partout, lors il devait y en avoir dans toutes les bourgades du coin, et le chemin le plus direct jusqu'à Musheim devait être truffé d'embuscades et de chausse-trappes. Si Rekk avait été seul, il n'aurait certainement pas hésité. Mais il semblait s'être résigné à traîner les deux jeunes gens avec lui.
    Ils voyagèrent donc majoritairement à travers les champs, suivant un chemin plus ou moins parallèle à la route, mais s’écartant le plus possible dès lors que quelques habitations venaient à surgir à l’horizon. C’était un voyage long, mais agréable. Plus ils descendaient vers le sud, plus la végétation renaissait, et le soleil se montrait généreux. Finalement, Shareen et Malek durent desserrer leurs manteaux pour se rafraîchir un peu. Rekk ne se changea pas. Shareen avait dans l’idée que, dans la toundra comme dans les steppes brûlantes de Koush, le Banni ne ferait aucune concession à son manteau de peau de loup et son armure de cuir bouilli.

    "S'il y a vraiment une récompense pour notre tête" protesta un jour Shareen, alors qu'ils se fondaient une nouvelle fois dans les broussailles, "est-ce que c'est vraiment une bonne idée de nous rendre à Musheim ? Je suppose que beaucoup risquent de nous attendre là-bas, surtout s'ils savent que c'est notre destination finale." Elle hésita. "Nous pourrons difficilement passer inaperçus là-bas, n'est-ce pas ?"
    "Ma vengeance se trouve à Musheim. C'est à Musheim que j'irai" répondit Rekk sans même la regarder. "Je me soucierai de ce qui m'attendra là-bas lorsque j'y arriverai."
    "Et vous tuerez tous ceux qui chercheront à vous barrer la route ?"
    "Quelque chose comme ça, oui."

    Lorsque la nuit tombait, ils cherchaient un endroit éloigné, si possible en plein cœur de la végétation, pour s’installer. Ils allumaient de plus en plus rarement un feu pour ne donner aucun signe de leur position, et ils mangeaient leur nourriture froide et crue. Puis, ils allaient dormir. Rekk semblait leur faire assez confiance pour s’endormir avant eux, mais jamais Malek ni Shareen ne doutèrent qu’il se réveillerait au moindre signe de danger, l’épée au poing, prêt à tuer toute personne qui lui barrerait la route. Il semblait ne pas considérer utiles les tours de garde, tant son sommeil était léger.
    "Tu crois qu'il est vraiment humain ?" chuchota Shareen, mal à l'aise. "Je me demande pourquoi les gens l'ont appelé le Démon Cornu. Démon, je veux bien, mais pourquoi cornu ?"
    "La corne, c'est son épée, non ?"
    "Peut-être…" fit Shareen, dubitative. "Et peut-être pas."
    "Demande-lui, si ça te tracasse tellement. Après tout, vous avez l'air d'être de grands amis, maintenant"
    Shareen fronça les sourcils devant le ton acerbe du jeune noble.
    "Comment ça ?"
    Sans répondre, Malek fit avancer son cheval. La conversation était terminée.

    Les cartographes avaient prévu un voyage de treize jours pour aller de Musheim à Carnogel en suivant la Route Royale. En l'évitant ainsi qu'ils le faisaient, ils auraient dû rallonger le trajet d'au moins deux jours. Mais Rekk forçait le rythme, tirant le meilleur de leurs montures, les obligeant souvent à marcher à côté d'elles pendant quelques temps lorsqu'elles donnaient un signe de fatigue. Ils rejoignirent la Route Royale sur la dernière lieue, au matin du douzième jour.

    Si proche de Musheim, la Route était large de plusieurs dizaines de coudées, et une foule immense se pressait aux portes de la ville. Il y avait de lourds chariots à bœufs, avançant péniblement, pleins de maïs et de blé et d’orge issus des précédentes récoltes, destinés à alimenter les nombreux marchés de la ville. Il y avait des colporteurs, poussant leur carriole devant eux, emplie à ras bord de bijoux de pacotille et de babioles sans intérêt. Il y avait des rebouteux, des sages de campagne, appelés par quelque habitant de la ville et tiré de leurs cavernes. Ils agitaient des gris-gris et des talismans en chantant des mélodies sans paroles. Il y avait des éleveurs qui tiraient une douzaine de cochons derrière eux, et des fermiers qui venaient avec leur unique poule. Il y avait des pèlerins et des moines, nus tête pour exhiber leur tonsure, venus pour visiter les douze temples sacrés des dieux. Il y avait des voyageurs vêtus d’habits poussiéreux, s’appuyant sur une branche d’arbre noueuse pour avancer et se frayer un chemin dans la foule. Il y avait des nobles et des riches bourgeois en litière, entourés de gardes du corps, qui faisaient donner du bâton pour faire s’écarter la foule.

    Et il y avait les gardes, les gardes de l’Empire, qui allaient et venaient des deux côtés de la route, lance dans une main, bouclier dans l’autre. Leurs cottes de mailles brillaient sous le pâle soleil hivernal alors qu’ils canalisaient violemment le flot de personnes, poussant les resquilleurs de côté et empêchant quiconque de quitter la route. Ils étaient là pour éviter que la bousculade ne dégénère, bien sûr. Ils étaient aussi là, le cas échéant, pour aider lors des accidents inévitables, aider à remettre les essieux des chariots droits et les roues sur les dalles. Mais, la plupart du temps, ils regardaient ailleurs avec affectation pour ne pas salir leurs armures par cette tâche dégradante.
    Le tout formait une masse grouillante, affolante, vibrionnante, tourbillonnante, un gigantesque serpent humain, une rivière alimentée par de nombreux affluents, qui venait s’écraser en grondant contre les portes de la ville.
    "Musheim est bien telle que je me la rappelais" murmura Rekk, vaguement amusé. "Nous n'aurons aucun problème à nous fondre dans cette foule et à passer inaperçus. Shareen, garde bien ta capuche baissée. Il ne devrait y avoir aucun problème, mais il vaut mieux ne pas tenter les Dieux"

    C'était étrange d'entendre le Boucher parler ainsi de dieux. La jeune fille acquiesça, remontant encore plus son capuchon sur son visage. Rekk avait l’air confiant, mais elle ne pouvait s’empêcher d’éprouver une anxiété croissante alors qu’ils s’approchaient des gardes. Si sa tête était vraiment mise à prix, et que quelqu’un la reconnaissait, qu’allait-il se passer ? Savoir que Rekk la protégeait n’était qu’un réconfort partiel. Elle avait déjà vu bien trop de sang couler.
    Comme s’il avait compris ce qu’elle ressentait, Malek lui tapota doucement l’épaule, et lui fit un sourire encourageant. Sur les conseils de Rekk, il avait enlevé son pourpoint brodé et frappé de la licorne pour revêtir un bliaut de couleur unie, qui ne trahirait pas son rang. Etre noble pouvait leur permettre de dépasser tous les paysans, bien sûr, et d’entrer rapidement, mais cela attirerait beaucoup trop l’attention.

    Ils se fondirent sans aucun problème dans la foule. A peine une heure plus tard, après s’être fait emporter par la marée humaine, ils arrivaient enfin devant les portes de la ville. Les gardes leur lancèrent un regard, mais ils étaient visiblement plus intéressés par les marchands. Pour faire entrer des marchandises dans la ville, il fallait payer une taxe, et le produit terminait le plus souvent dans des poches anonymes. Mais trois voyageurs en habits poussiéreux, sans rien à vendre, cela ne méritait pas qu’ils perdent leur temps. D’une main nonchalante, le sergent leur fit signe de passer lorsque Malek eut pressé une petite pièce entre ses doigts.
    Et Musheim se referma sur eux.
    "Ca y est…" murmura Malek, dissimulant nerveusement son visage.
    "Nous sommes dans la ville" renchérit Shareen. "Je croyais qu'on n'y arriverait jamais !"
    Rekk fit volter sa monture, l'air furieux.
    "Ca ne se serait pas passé aussi facilement quand j'étais Capitaine de la Garde. C'est absolument intolérable de voir une telle corruption par ici. Comment la situation a-t-elle pu se dégrader autant depuis que je ne suis plus là ?"

    Shareen le regarda avec incrédulité, mais elle avait assez de bon sens pour tenir sa langue. Ils avancèrent lentement dans les grandes rues de la capitale.
    C'était la fin de la matinée, et Musheim était encombrée jusqu'à l'explosion. Ses gigantesques artères aux statues colossales étaient envahies par une foule bigarrée, qui venait proposer ou acheter des marchandises au cœur des centaines de marchés. Les échoppes étaient toutes ouvertes, et la fumée des forges se mêlait à celle des fours à pain. L'odeur du purin côtoyait celles des corps mal lavés et les parfums, plus subtils, des aristocrates qui chevauchaient au milieu de la plèbe, l'air hautain, comme si la ville leur appartenait.
    Musheim était un prodige d'architecture, et Shareen se trouva à écarquiller les yeux de plus en plus alors qu'ils avançaient, jusqu'à ce qu'elle ait l'impression qu'ils lui tombent du visage. Elle avait passé toute son enfance par ici mais, servante dès sa naissance, elle n'avait pu se promener dans les endroits qu'elle aurait voulu. La rue des Epées lui était totalement inconnue, comme l'Avenue du Palais et sa centaine de peupliers plantés de guingois. Elle n'aurait jamais imaginé que tant de beauté pouvait se trouver dans sa ville.

    Les habitants, blasés, ne regardaient même plus ces merveilles. Ils marchaient tous, la tête droite, plongés dans leurs pensées. Personne n'accorda un regard au petit groupe. Le peuple avait assez à faire avec ses propres problèmes pour ne pas essayer de s'occuper de ceux des autres.
    "Musheim, eh ?" murmura Rekk. "Aujourd'hui, je tue."
    "Où allons-nous exactement ?" bailla Malek. Il avait l'air fourbu, avec ses vêtements de travers. Une barbe de deux semaines recouvrait ses joues. Poilu comme il l'était, ces deux semaines représentaient un fin duvet à peine visible, qui lui donnait un air vaguement sale. "Ce serait peut-être bien de nous installer dans une taverne, non ? Si nous voulons rester discrets, autant ne pas rester comme ça à la vue de tous ?"
    "Si nous voulons rester discrets, autant ne pas discuter de ça en pleine rue" rétorqua Rekk avec un soupir exaspéré. "Tiens ta langue, gamin." Il chevaucha ainsi pendant quelques temps, silencieux, avant de répondre enfin à la question. "Nous allons dans le Centre-Ville."
    "Pour venger Deria ?"
    "Pour nous installer. Je connais du monde là-bas. Quelqu'un qui devrait pouvoir nous héberger sans poser trop de questions." Rekk haussa les épaules, le visage fermé. "Cela fait près de deux mois que ma fille a été assassinée. Personne ne se souviendra de sa mort si nous cherchons au hasard. Je suppose que ce genre de morts est hélas assez fréquent dans le coin"
    Malek fronça les sourcils. Il n'avait pas songé à cela.
    "Mais alors ?"
    "Alors, j'avais de nombreux contacts dans le centre ville. Je ne suis pas sûr qu'ils seront ravis de me revoir, mais c'est par là que j'ai l'intention de commencer. Ces gens-là connaissent la ville comme leur poche. S'il y a quelque chose à savoir, ils le sauront. Seulement…" Il plissa le nez. "Je ne suis pas sûr de les retrouver. Les hommes que je cherche sont comme des rats. Ils puent comme eux, et ils se cachent comme eux. En trente ans, je suis sûr que tous ont dû mourir au fond d'une impasse quelconque, un couteau entre les omoplates. Personne ne me reconnaîtra."

    "Mmh mmh" fit Shareen, pensive. Elle cherchait depuis un moment à mettre le doigt sur un détail qui la troublait. "Les chansons disent que vous étiez Capitaine de la Garde, autrefois. C'est là, que vous avez acquis cette mauvaise réputation ?"
    Le Banni ne répondit pas. Ils marchèrent ainsi en silence pendant plus de cinq minutes. Le soleil était à son zénith, et les rues s’encombraient au fur et à mesure de milliers de travailleurs, de camelots, de marchands et d’acheteurs de tous poils. Les étalages se montaient alors que les paysans arrivaient de la province environnante, et il devint rapidement difficile d’avancer.
    "C'était il y a très longtemps" finit-il par dire. "Et ce ne sont pas des souvenirs très agréables. Mais, oui, j'étais Capitaine de la Garde pendant quelques années. J'ai fait de Musheim une cité sûre, dans laquelle il était agréable de se promener. Il n'y avait plus de meurtres, et le commerce était florissant…" Il avait les yeux dans le vide. "Mais tout ce dont les gens se souviennent dans les chansons, ce sont les méthodes que j'ai employées ?"
    "Quelles méthodes ?" pressa Shareen, connaissant d'avance la réponse.
    "Les techniques habituelles. J'ai tué tous les gens qu'on suspectait de viol. J'ai pendu tous ceux qu'on accusait de vol. J'ai abattu sous leurs yeux la famille des meurtriers, avant de les faire écarteler." Il eut l'air amusé. "Le nombre de dénonciations de brigands par leurs propres parents a augmenté de manière impressionnante, une fois qu'ils ont su que ça leur permettrait d'avoir la vie sauve"
    Shareen frissonna, et Malek leva des yeux outrés. Tout ce qu'il y avait de licornéen en lui se révoltait contre cette horreur.
    "Il y avait forcément des innocents dans le tas ! Des erreurs, des dénonciations malveillantes ? Et vous les avez tués avec le reste ? Et qu'est-ce que c'est que cette histoire de pendre les voleurs ? Un morceau de pain vaut-il une vie ?"

    Rekk haussa les épaules.
    "Ce ne sont pas mes problèmes. On m'a demandé de rétablir l'ordre, et c'est ce que j'ai fait. C'est une véritable guerre. Et dans toute guerre, il y a des victimes."
    "C'est répugnant !" cracha Malek. "Parfois, j'oublie qui vous êtes réellement. J'oublie ce qu'on dit de vous, et je me mets à penser que vous avez un bon fond. Et, tout d'un coup, vous dites des choses comme ça !"
    Avoir retrouvé les rues familières de Musheim rendaient Malek plus courageux, semblait-il. Shareen regarda le jeune homme un instant, puis se tourna vers Rekk, attendant l'explosion de colère qui n'allait pas manquer d'arriver.
    Pourtant, le Boucher restait calme et composé. Tranquillement, il enleva ses gants et les passa à sa ceinture.
    "Pense ce que tu veux, gamin. Pense ce que tu veux. Ah. Je vois que le Centre-Ville n'a pas tellement changé depuis que je suis parti ! Nous y voici."
    Shareen n’avait pas besoin de lui demander comment il le savait, lui qui n’avait pas mis les pieds ici depuis près de trente ans. La coupure était vraiment très nette. D’un côté, on avait des échoppes noires de monde, de la vie, des maisons en bon état et des casques coniques de gardes visibles au-dessus de la foule. De l’autre, les rues se changeaient en ruelles boueuses et sales, les maisons tombaient en ruine, et les gens se faisaient rare. Machinalement, Shareen porta la main à son épée, et elle vit que Malek faisait de même.

    "Je ne suis pas sûr que ce soit une si bonne idée" murmura-t-elle. "C'est un quartier vraiment dangereux. Que se passera-t-il si on nous agresse ?"
    Ses parents lui avaient toujours dit d'éviter cet endroit, et ils avaient suffisamment connu la pauvreté pour savoir ce dont ils parlaient. Si son père, qui était rentré dans tant de combats de tavernes lorsqu'il travaillait aux docks, refusait de pénétrer ici, alors elle n'était pas sûre que ce soit judicieux de le faire.
    "Si on nous agresse, le preux redresseur de torts abattra la vermine de son épée étinceltante, qui détermine les coupables des innocents !" persifla Malek.
    S'il avait espéré froisser Rekk, ce fut peine perdue. L'homme hocha tranquillement la tête, prenant ce qu'il venait de dire au premier degré.
    "Exactement. Mais je ne crois pas que ce soit nécessaire. Les brigands travaillent rarement avant le milieu de l'après-midi. Ca non plus, ça n'a pas changé."
    De fait, les rues semblaient réellement aussi désertes qu’elles avaient paru au premier abord. Ce n’était pas particulièrement rassurant. Shareen se rapprocha instinctivement de Rekk, de sa présence… rassurante.
    Il ne fallut pas plus de cinq minutes pour atteindre l’endroit que le Banni recherchait. Il arbora un sourire satisfait alors qu’ils s’arrêtaient devant une petite maison identique aux autres. Il paraissait étrangement intimidé.
    "Ca fait trente ans, et je gardais le contact par lettre. La dernière remonte à deux ans, et elle m'a répondu. Il n'y a pas de raison qu'elle ait déménagé depuis – ou qu'elle soit morte" ajouta-t-il après une pause.

    L’endroit ne payait pas de mine pourtant, terne et humide comme le reste du voisinage. Il régnait une atmosphère de saleté presque palpable, et une odeur d’urine et d'excréments qui provenait des nombreux caniveaux. La peinture des volets était passée et écaillée depuis longtemps, sans que personne ne se soit jamais soucié de les réparer.
    Rekk ouvrit la porte sans frapper, puis s’introduisit dans la maison sans un regard en arrière. Il tira néanmoins son épée. Shareen et Malek firent de même derrière lui.
    "Dani !" cria Rekk alors qu'il rentrait dans la première pièce. "Ohé ? Dani ?"
    Seul le silence lui répondit. Pourtant, quelqu’un vivait clairement ici. La poussière et la saleté, omniprésentes à l’extérieur, semblaient disparaître une fois le perron franchi. Quelqu’un tenait cette maison avec amour malgré sa localisation, c’était évident. Il y avait peu de meubles, mais tous étaient propres également, et quelques bibelots traînaient dessus. Shareen fronça les sourcils en les regardant. C'était un miracle qu'ils ne se soient pas voler, alors que la porte n'était même pas verrouillée.
    "Dani !" répéta Rekk, haussant encore la voix.
    "Je peux savoir ce que vous faites à foutre de la boue partout dans ma maison, mes salopiaux ?"

    La voix était digne et profonde, pas le moins du monde effrayée. Si la femme qui venait d’apparaître était surprise de voir arriver trois personnes armées dans sa demeure, elle ne le montrait pas. Elle était grande, avec des épaules de bûcheron et la voix qui allait avec. Ses cheveux filasses avaient probablement été noirs autrefois, mais ils tiraient maintenant sur le blanc. De nombreuses rides parcouraient son visage, en lui donnant l'air digne d'une grand-mère austère. Elle portait un tablier de cuisine, et la farine qui maculait ses doigts prouvait qu’on venait probablement de la déranger alors qu’elle faisait cuire le pain. Mais elle tenait une arbalète dans ses mains en ce moment, et le carreau visait clairement Rekk.
    "Dani ?" fit-il, hésitant.
    "Dani, c'est moi. Mais je ne me souviens pas d’une foutue tête de coq comme la tienne, et pourtant j’ai une bonne mémoire. Alors tu vas me dire pourquoi tu amènes tes bottes sales ici, ou je te cloue contre le mur d’en face, et je me sers de tes couilles pour recharger mon arbalète !" Elle gesticula en direction des deux jeunes gens. "Quant à vous, mes mignons, vous seriez bien mieux à vous embrasser sous un porche plutôt que de rentrer comme ça dans la maison des gens. Peut-être que quand j’en aurai fini avec le vieux, là, je m’ocuperai de vous pour vous apprendre à ne pas faire de bêtises !"

    Rekk avait ouvert trois fois la bouche pour parler, mais autant tenter d’arrêter une avalanche. Ses protestations étaient noyées sous les paroles, et le carreau ne bougeait pas d'un pouce, pointé vers son cœur. Il finit par soupirer et attendre tranquillement la fin du discours.
    "Tu n'as pas tellement changé, Dani" fit-il enfin en souriant. "Un peu vieilli, un peu grossi, mais toujours le même tempérament de cochon !"
    La femme ouvrit la bouche, furieuse, mais ses yeux s'étrécirent soudain.
    "Rekk ? Rekk, c'est toi ?" Elle éclata de rire. C'était étrange, ce rire musical, provenant d'une femme aussi épaisse. "Que les démons me flagellent les fesses, c'est bien toi ! Tu as toujours su parler aux femmes, et ça non plus ça n'a pas changé, eh ? Eh oui, j'ai grossi, c'est l'âge. Tu n'es pas trop mal, toi, par contre. Ca te va bien, ces cheveux gris. Et ces ridules, c'est mignon comme tout !" Elle abaissa l'arbalète comme si l'affaire était réglée. Apparemment, avoir le Boucher de Musheim, le Démon Cornu, le Faiseur de Veuves dans son salon ne semblait pas l'émouvoir outre mesure. Tout en avançant vers eux, elle prit à peine le temps de respirer avant de recommencer à parler. La femme était comme un torrent de montagne ! "Si tu es venu jusqu'ici après autant de temps, c'est que tu es dans les emmerdes jusqu'au cou, j'ai raison, pas vrai ? Sinon, tu te serais contenté de tes maudites lettres sans intérêt. Tu sais peut-être parler, mais tu ne sais pas écrire. Qu'est-ce que j'en avais à faire, de tes messages de dix mots du genre Tout va bien. Je suis en vie. Les barbares ne nous ennuient pas trop. Ha ! Et qui sont ces deux gredins qui se cachent derrière toi comme si j'étais une ogresse ? Tes enfants ?" Elle pointa un doigt épais comme une saucisse en direction de Shareen. "Ca serait Deria, alors ? C'est que ça pousse, hein, quand on regarde pas. Eh bien quoi ? Qu'est-ce que tu as à me regarder avec ces yeux écarquillés, petite ? Ton père ne t'a jamais parlé de toi, je suis sûr ! C'est bien son genre…"

    "Il va falloir qu'on parle, Dani." Rekk avait les yeux baissés. Il avait l'air plus humble qu'il ne l'avait jamais été. "Beaucoup de choses se sont passées, et j'ai besoin de toi. Cette gamine… ce n'est pas ma fille. Ma fille… ma fille est morte."
    Le sourire glissa du visage de la femme comme une truite dans une rivière. La peau pendait de ses joues alors qu’une véritable tristesse semblait l’envahir. L’arbalète tomba de ses mains.
    "La petite ? Morte ? Comment donc, mais comment ça ? Quand ça ? Non, ne réponds pas tout de suite. Tu as l'air d'un déterré, mon Rekk, et les gamins sont pire que toi. Je vais amener un peu de thé, et nous allons discuter. Vous restez bien ici un moment, n'est-ce pas ? Je n'ai pas beaucoup de confort, mais assez pour vous héberger au moins pour cette nuit. Maintenant que je t'ai sous mon aile, je ne te lâche plus, petit démon cornu ! Allez, je parle, je parle, et j'oublie le thé. Ne restez pas là la bouche ouverte, les enfants, asseyez-vous, j'arrive dans quelques minutes."
    Plutôt que quelques minutes, il s'agit réellement de l'affaire de quelques secondes. Malek et Shareen n'avaient pas plus tôt pris place, échangeant des regards stupéfaits, qu'elle revenait déjà, chaloupant de ses grosses hanches. Ses mains portaient un plateau et quelques tasses.

    "C'est un thé des îles de Mordagg, le meilleur qui puisse se trouver dans l'Empire" fit-elle, claquant de la langue avec satisfaction. "Enfin, moins bon que celui qu'on peut trouver à Koush, mais mon réseau ne s'étend pas jusque là. Bon, voilà ce qu'on va faire. Je vous sers, et tu me racontes pendant ce temps dans quelle histoire tu es encore allé te fourrer. On va voir ce que la vieille Dani peut faire pour toi, mon chou."
    Rekk se contenta de hocher la tête. Pour la première fois, il semblait dépassé par les événements. Il prit bien garde de ne pas salir les tapis de ses bottes sales, et s'installa avec précaution sur le fauteuil qu'elle lui désignait. Pendant que la grosse femme servait le thé, il entreprit d'expliquer en détail ce qu'il lui arrivait. Shareen le regarda faire avec des yeux ronds. Il leur demandait de tenir leur langue, et voilà qu'il allait tout raconter à la première venue ?
    Seulement, il était visible que Dani n'était pas la première venue. Au fur et à mesure du récit, la consternation envahit ses traits flasques. Ses mains se mirent à trembler, et quelques gouttes de thé se répandirent sur la table. En hâte, elle reposa la théière.

    "Ici, à Musheim ? Tuée et violée ?" Elle entreprit de nettoyer les tâches qu'elle avait faites à grands coups de tablier. "C'est terrible, ça, terrible. C'est la pire manière de partir, ça. Si jamais je voulais mourir, ce serait avec un carreau dans le cœur, ça, c'est propre. Mais là… oh, la pauvre petiote !" Soudain, une étincelle de compréhension passa dans son regard. "Ah, mais je vois ! Tu es là pour la venger, ta fille ! Pour essayer de retrouver le fils de putain qui a fait ça ? J'ai raison, hein ? Je te connais bien, va !"
    "Oui, j'ai bien l'intention de le retrouver, et de l'éviscérer" fit Rekk calmement. "Mais pour ça, il faudrait que nous puissions rester discrets pendant quelques jours. Ton offre d'hébergement tient toujours ?"
    La grosse femme leva des yeux outrés.
    "Bien sûr, pour qui me prends-tu ? Tu penses que je vais te jeter dehors lorsque tu as besoin de moi ? J'ai encore une dette envers toi, souviens-t'en !" Elle tourna un regard décidé vers leurs habits. "Bon, on va commencer par vous déshabiller, les enfants. Je vais faire chauffer de l'eau. Il y a une grande bassine là-bas, vous allez vous plonger dedans, pendant que je termine de discuter avec Rekk. Ca vous va ?"
    Shareen rougit jusqu'aux oreilles.
    "C'est que…" bredouilla-t-elle, alors que Malek bafouillait une excuse en même temps qu'elle.

    Le visage de Dani se coupa en deux dans un sourire monstrueux.
    "Mais c'est qu'ils sont gênés, les petiots ! Trois poils au sexe, et ça se croit grand, eh ? Bah, passez en deux fois, si vous voulez. Mais ne gaspillez pas mon eau, ou alors allez la chercher au puits si vous en avez le courage. C'est bien compris ?"
    Poussés, cajolés, menacés, les deux jeunes gens se retrouvèrent à monter les escaliers, une épaisse serviette entre les mains. Les marches étaient raides, mais le premier étage était aménagé avec beaucoup plus de recherche et de goût que le rez-de-chaussée. Là encore, les meubles étaient rares, mais Malek siffla entre ses dents en apercevant une chaise de bois d'ébène délicatement incrustée, et une table de marbre ciselée avec soin.
    "Elle a de l'argent, la vieille" murmura-t-il.
    "Et elle a de bonnes oreilles, aussi !" hurla Dani d'en bas. "Savonnez-vous bien, les enfants, si vous ne voulez pas que je m'en occupe ! Je compte jusqu'à trois ! Un… deux… "

    Les échos du compte n'avaient pas disparu que Shareen bousculait le jeune noble pour rentrer dans la pièce. Le lourd baquet de cuivre trônait au milieu de la pièce, assez imposant pour pouvoir contenir la vieille femme en entier. Des dizaines de baquets d'eau étaient entreposés sur les côtés, et un bon feu brûlait dans la cheminée.
    Malek sentit sa gorge se nouer alors qu'il regardait Shareen. Ses yeux s'attardèrent un instant sur les courbes modestes de ses seins, avant qu'il détourne le regard, piteux.
    "Tu ferais mieux d'y aller en premier. Je garderai la porte"
    "Non, non. Tout va bien ! Passe en premier, Malek. Je ne suis qu'une servante."
    "Je t'en prie, vas-y. Tu es une fille"
    "Je ne peux pas !"
    "C'est un ordre !" grinça Malek, et Shareen recula d'un pas, les yeux écarquillés. Ces derniers jours, elle se permettait des libertés qu'elle n'aurait jamais osé envisager le mois précédent. Son univers changeait à une telle vitesse qu'elle avait du mal à réagir, et ses pommettes s'empourprèrent alors que Malek sortait de la pièce.
    Détachant avec précaution la première lanière de sa cotte de mailles, elle tendit l'oreille avec précaution pour vérifier qu'il était bien parti. Ce fut ainsi qu'elle entendit le bruit violent.

    Avec un craquement sec, la porte d'en bas vola en éclats, projetant des morceaux de bois dans toute la pièce. C’avait été une solide porte, de bon chêne robuste, près d’un pouce d’épaisseur. Pourtant, elle avait explosé comme un mur de paille séchée.
    Un homme s’introduisit dans la maison d’un pas tranquille. Il était grand, il était fort, et il portait une épée aussi grande que lui dans les mains. Dans le nuage de poussière et de gravats, il inclina sa cape pour se protéger le visage, puis la déploya en un large salut.
    "Bien le bonjour. Je suis désolé pour la porte, mais je pense qu'il est temps pour vous de mourir."
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    juin 2003
    Messages 
    67
    Le chapitre met du temps à démarrer, mais ensuite, c'est encore impécable dans les descriptions (la foule avant la ville, la description de Musheim en elle même est fabuleuse de véracité). Avec Dani, tu introduis de manière fracassante un personnage au caractère plutôt... interressant :notme2: et aux répliques diablement percutantes. Bravo pour le personnage, rien à redire

    Et comme il faut bien critiquer quelque chose

    Il était grand, il était fort, et il portait une épée aussi grande que lui dans les mains.
    Evite de répéter le mot grand, ça sonne mal dans la phrase Il était grand, il était fort, et il portait une épée aussi immense que lui dans les mains.

  3. #3
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Musheim : tes descriptions manquaient dans la version précédente et je l'avais imaginée comme une petite capitale à la tête d'un empire trop grand. Ici, tu redonnes une mesure correcte à la cité et le choix d'envoyer Rekk chez Dani dès le début est très bonne car elle évite certaines incohérences de forme et de fond. Surtout de mettre trop vite Rekk au devant, avec tous les risques que cela peut comporter...
    Début lent mais qui permet de faire réagir Shareen par rapport à la décision de Malek. Mais celle-ci reste un peu incompréhensible : qu'est-ce qui a fait basculer Malek de sa réserve vis-à-vis de Rekk pour le faire tomber dans le désir de vengeance ? Ca ne cadre pas...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Hmm, si même Calaquendi critique mon début, c'est qu'il doit vraiment être lent ;

    Dommage, pour une fois que je m'essayais à plus d'introspection, il faut croire que ce n'est pas mon style. Je vais essayer de couper dans le gras pour le rendre plus malléable.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  5. #5
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Il faut cependant un équilibre et des moments où les interactions des personnages se déroulent devant le lecteur, révélant leur évolution, sont nécessaires, surtout dans un roman avec une trame comme la tienne. L'allègement ne se justifie dès lors que si les élémens apportés ne font en rien avancer l'histoire. Dur, dur !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  6. #6
    Helnea Invités
    Détails :

    - Ils mirent pied à terre dans un même mouvement et attachèrent leur monture à un arbre.

    LeurS montureS, il y a plusieurs chevaux

    - La jeune fille acquiesça, remontant encore plus son capuchon sur son visage.

    Elle baisse la capuche sur son visage non ? le mouvement se fait du haut vers le bas, on remonte son col et on rabaisse sa capuche

    - Musheim était un prodige d'architecture, et Shareen se trouva à écarquiller les yeux de plus en plus alors qu'ils avançaient, jusqu'à ce qu'elle ait l'impression qu'ils lui tombent du visage.

    Bizarre comme forme de phrase…

    - La peinture des volets était passée et écaillée depuis longtemps, sans que personne ne se soit jamais soucié de les réparer.

    Bizarre aussi, je crois que personne ne s’est jamais soucié de les repeindre plutôt

    - "Mais c'est qu'ils sont gênés, les petiots ! Trois poils au sexe, et ça se croit grand, eh ? Bah, passez en deux fois, si vous voulez. Mais ne gaspillez pas mon eau, ou alors allez la chercher au puits si vous en avez le courage. C'est bien compris ?"

    Pliée ! :happy:

    - Il était grand, il était fort, et il portait une épée aussi grande que lui dans les mains.

    Pour compléter la remarque de Cala, je dirais même C’était un être immense, visiblement fort, et il portait une épée aussi grande que lui …

    Général :

    Ca met peut-être un moment à démarrer, mais on sent comme une pression monter. On finit par s’attendre à quelque chose et la fin est une vraie surprise à la hauteur des lenteurs du début, donc je dirais que ce n’est pas une mauvaise chose. J’adore le passage des politesses pour le passage au bain.

  7. #7
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    En fait, cette phrase était censé être un clin d'oeil au fameux: "il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud"

    Mais bon, c'est raté :snif:


    - Ils mirent pied à terre dans un même mouvement et attachèrent leur monture à un arbre.

    LeurS montureS, il y a plusieurs chevaux
    Oui, mais chacun n'en a qu'un
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  8. #8
    Helnea Invités
    Originally posted by Grenouillebleue@vendredi 06 février 2004, 19h55
    En fait, cette phrase était censé être un clin d'oeil au fameux: "il était grand, il était beau, il sentait bon le sable chaud"

    Mais bon, c'est raté* :snif::
    j'y ai pensé t'en fait pas pour ça mais la répétition va pas stou

    d'ailleurs l'original c'est il etait mince il etait beau il sentait bon le sable chaud

  9. #9
    Opossum Invités
    euhhh, alors la, j'ai fait une grosse boulette...
    j'ai lu le chapitre pour moi, puis je l'ai relu pour les corrections (comme je le fais souvent) j'ai sauvé mes notes sur words, puis appelé d'urgence chez un client je susi parti, et terminé en w-e sans repasser par le boulot...
    et maintenant, lundi matin, je ne me rappelle plus avec precision de ce que mes remarques voulaient dire, d'ou j'en étais.. et j'ai pas la patience de tout relire une 3eme fois...

    je te livre donc mes commentaires du moment, un poil en vrac, sorry... :

    Déjà, son ombre s'allongeait contre le rocher comme celle d'un géant. Lorsque ses poings se serrèrent, Shareen eut l'impression que le roc allait se briser dans ses mains.

    Je ne comprend pas la phrase… Rekk tient-il une pierre dans les mains, ou son ombre semble-t-elle enserrer le rocher ? Ou encore une solution ?


    Bientôt, seules les flammes généreuses de leur feu de camp leur permettaient de s'entrevoir

    Si les flammes sont généreuses, j’espère qu’ils se voient carrément… et faire un feu est une chose, en faire un gros en est une autre, niveau discrétion…


    Nous n'aurons aucun problème à nous fondre dans cette foule … Ils se fondirent sans aucun problème dans la foule

    Non seulement, il y a répétition, mais si Rekk dit : Ca ne se serait pas passé aussi facilement quand j'étais Capitaine de la Garde. C'est absolument intolérable de voir une telle corruption par ici. Comment la situation a-t-elle pu se dégrader autant depuis que je ne suis plus là ?" C’est bien qu’il ne s’y attendait pas ? Comment peut-il donc être si sûr de lui juste avant ?


    Elle avait passé toute son enfance par ici mais, servante dès sa naissance, elle n'avait pu se promener dans les endroits qu'elle aurait voulu

    même pour aller chercher une quelconque marchandise ou exécuter un ordre pour un noble ? Honnêtement je doute que quelqu’un qui a passé 18 ans dans la même ville puisse ne pas connaître les grandes artères… surtout si elles sont ouvertes aux marchands, et non pas réservées aux nobles…


    "Si nous voulons rester discrets, autant ne pas discuter de ça en pleine rue"

    N’a-t-il pas dit jusgt avant : "Musheim, eh ?" murmura Rekk. "Aujourd'hui, je tue."

    0o


    ce ne sont pas des souvenirs très agréables. Mais, oui, j'étais Capitaine de la Garde pendant quelques années.

    N’ai-je pas lu dans ta version précédente que la 1ère et quasi seule chose qu’a fait Rekk en tant que capitaine de la garde était de faire la lumière sur le trafic de Dani ? Et que cela lui avait valu son poste, de par les méthodes employées qui avaient fortement déplus… je ne pense donc pas qu’il y soit resté plusieurs années…



    encore sorry pour le vrac... :..:

  10. #10
    noemye Invités
    je vais essayer de ne pas reprendre les critiques des autres

    "Le soleil était déjà bien avancé dans le ciel lorsque Carnogel disparut enfin dans le lointain. Ses tours crénelées restèrent encore un instant visible avant de s'effacer à leur tour à l'horizon. Puis il n'y eut plus que des champs à perte de vue. Ca et là, un arbre ou deux venaient briser la monotonie du paysage. Mais il n'y avait pas aucune forêt digne de ce nom, aucune colline, rien que la plaine. La seule différence avec la toundra qu'ils avaient quittée, finalement, c'était l'absence de neige."==> Pour moi ce début est vraiment trop lourd,je verrais plutôt ==>
    "Le soleil fut déjà bien avancé dans le ciel lorsque Carnogel disparut enfin dans le lointain. Ses tours crénelées restèrent visible encore un instant avant de s'effacer à leur tour. Des champs à perte de vue avec ça et là un arbre ou deux venant briser la monotonie du paysage. Aucune forêt digne de ce nom,aucune colline,rien que la plaine.Finalement la seule différence avec la toundra qu'ils avaient quittée était l'absence de neige"

    "Les deux chevaux marchaient au pas, langue tirée. La sueur et la poussière maculaient leur robe alors qu'ils tentaient de maintenir l'allure."==> Leur robe? n'ayant plus lu depuis qq jours j'ai peut être oublié qu'ils étaient tous en robe dorénavant :..:

    "La jument était en plus piteux état encore."==> encore à la fin de la phrase,pas beau du tout ==>"Quand à la jument,son état était encore plus piteux ou La jument était en plus piteux état ; je pense que l'on comprend très bien qu'elle est plus mal en point que les autres sans le mot encore
    "De l'écume s'échappait de sa bouche, et elle roulait follement des yeux."==> toujours cette virgule qui n'a pas sa place devant le et je sais je me répète mais comme cette faute revient partout je préfère le resignaler de temps à autre :notme:

    "Arrêtons-nous pour reposer les montures."==> il manque qqchose là non ? "Arrêtons nous pour laisser les montures se reposer ou Arrêtons pour que les montures puissent un peu se reposer"

    "Ce n'était pas aussi confortable que l'auberge qu'on lui avait promise, mais c'était déjà bien mieux que les nuits glaciales qu'elle avait passées à grelotter contre la chaleur de Malek."==> contre la chaleur de Malek hum,contre le corps chaud de Malek et encore avait il vraiment chaud :notme2:

    "Malek fixa pensivement les flammes. Ses yeux ne cillaient pas, et des larmes lui montèrent aux yeux devant leur brillance."==> répétion du mot yeux et trop lourd je verrais plutôt un truc dans le genre "Malex fixa pensivement les flammes sans ciller des yeux. Des larmes y apparurent devant une telle brillance."

    "Semos, ou bien quelqu'un à qui il a parlé."==> pas de virgule

    "En plein milieu de la nuit, Rekk les réveilla. Malgré leurs courbatures et la fatigue qui s'accumulait, les deux jeunes gens montèrent à cheval sans protester."==> "... qui s'accumulaient.."

    "Si des chasseurs de primes les recherchaient partout, lors il devait y en avoir dans toutes les bourgades du coin, et le chemin le plus direct jusqu'à Musheim devait être truffé d'embuscades et de chausse-trappes."==>"Si des chasseurs de primes les recherchaient partout alors il devait y en avoir dans toutes les bourgades du coin et le chemin ......"

    "S'il y a vraiment une récompense pour notre tête" protesta un jour Shareen, alors qu'ils se fondaient une nouvelle fois dans les broussailles, "est-ce que c'est vraiment une bonne idée de nous rendre à Musheim ?"==>"est ce vraiment une bonne idée..." enlèver le que car ca alourdit la phrase et ce mot n'apporte rien de plus

    "Ils allumaient de plus en plus rarement un feu pour ne donner aucun signe de leur position, et ils mangeaient leur nourriture froide et crue. Puis, ils allaient dormir."==> "Ils allumaient de plus en plus rarement un feu pour ne pas donner leur position,mangaient la viande froide et crue puis allaient se coucher" je trouve que c'est moins lourd

    "Rekk semblait leur faire assez confiance pour s’endormir avant eux, mais jamais Malek ni Shareen ne doutèrent ..."==> pas de virgurle devant mais

    "Il y avait des rebouteux, des sages de campagne, appelés par quelque habitant de la ville et tiré de leurs cavernes. Ils agitaient des gris-gris et des talismans en chantant des mélodies sans paroles. Il y avait des éleveurs qui tiraient une douzaine de cochons derrière eux, et des fermiers qui venaient avec leur unique poule. Il y avait des pèlerins et des moines, nus tête pour exhiber leur tonsure, venus pour visiter les douze temples sacrés des dieux. Il y avait des voyageurs vêtus d’habits poussiéreux, s’appuyant sur une branche d’arbre noueuse pour avancer et se frayer un chemin dans la foule. Il y avait des nobles et des riches bourgeois en litière, entourés de gardes du corps, qui faisaient donner du bâton pour faire s’écarter la foule."==>"Il y avait des rebouteux ... " tu as cité ce début une fois pas la peine de le remettre à chaque fois donc après "des mélodies sans paroles." commence directement par "Des éleveurs qui ..." idem pour la suite

    " Ils étaient là pour éviter que la bousculade ne dégénère, bien sûr. Ils étaient aussi là, le cas échéant, pour aider lors des accidents inévitables, aider à remettre les essieux des chariots droits et les roues sur les dalles. Mais, la plupart du temps, ils regardaient ailleurs avec affectation pour ne pas salir leurs armures par cette tâche dégradante."==> répétition "ils étaient là" j'écrirais plutôt "Ils étaient là pour éviter que la bousculade ne dégénère bien sûr,également,le cas échéant,pour aider lors des accidents inévitables,replacer des essieux de chariots et les roues sur les dalles. Mais,la plupart du temps,ils regardaient ailleurs ..."

    "Le tout formait une masse grouillante, affolante, vibrionnante, tourbillonnante, un gigantesque serpent humain, une rivière alimentée par de nombreux affluents, qui venait s’écraser en grondant contre les portes de la ville.'==> pas de virgule après le mots affluents

    Voilà en gros mes critiques,un chapitre qui comme d'habitude m'a beaucoup plus mais avec une délectation plus particulière à partir du moment où ils retrouvent Dani,un vrai régal




Discussions similaires

  1. Correction Chapitre XVI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 4
    Dernier message: 26/02/2004, 09h47
  2. Correction chapitre II
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 12
    Dernier message: 18/02/2004, 15h51
  3. Correction chapitre XXI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 4
    Dernier message: 17/02/2004, 15h30
  4. Correction Chapitre VI
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 12
    Dernier message: 16/02/2004, 11h08
  5. Chapitre VIII
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 22
    Dernier message: 14/12/2003, 14h12

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251