Affichage des résultats 1 à 20 sur 20

Discussion: Correction Introduction

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Suite aux critiques que vous m'avez faites, celles du forum JoL et celles de plusieurs amis beta-lecteurs, j'ai refondu quelques chapitres pour essayer de rendre l'histoire plus fluide. Ca n'est toujours pas ça, mais c'est déjà (j'espère) plus cohérent.

    Je vous livre donc l'intro, version 1.2, complètement changée (et quand je dis complètement, pas une seule ligne ne ressemble) pour intégrer le fait que Shareen est une servante à l'origine, et non une noble - ce qui rend sa progression plus intéressante, et évite mes histoires d'orphelinat-mais-en-fait-non que j'avais au début.

    J'aimerais votre avis sur l'intérêt de ce chapitre, qui est peut-être par moments un peu trop cucul...
    ---------------------------------------------------------

    "Regarde, ça n'est pourtant pas compliqué. Tu serres les doigts comme ça… voilà, plus fort, n'aies pas peur ! Parfait… Et maintenant, tu tiens ton épée comme ça. Non, plus droite, l'épée. Ne fais pas sortir ton coude ! Non, non, non !"
    Shareen ferma les yeux, au bord des larmes.
    "Tu vois bien que je n'y arrive pas… et puis ça ne sert à rien, de toute façon"
    Elle savait que Deria allait encore insister durant de nombreuses minutes, et qu'elle allait finir par s'énerver. Mais ça ne servirait à rien. Quels que fussent les efforts fournis, elle n'arrivait décidément pas à tenir son arme correctement.
    Deria secoua la tête d'exaspération.
    "Ne pleure pas. Surtout, ne pleure pas ! Tu sais combien de servantes rêveraient d'être à ta place ? C'est quand même utile, d'apprendre à se battre ! Si jamais tu te retrouves dans une situation où, où…" Elle s'interrompit un instant, cherchant un exemple dans lequel la jeune cuisinière aurait besoin de se servir d'une épée. "Tiens, si jamais des chiens t'attaquaient, tu pourrais les tenir à distance !"
    "Mais on n'autorise pas les chiens dans l'enceinte de l'académie" protesta Shareen, la mine boudeuse.
    "Des invasions barbares, alors. On ne sait jamais de quoi demain sera fait Si jamais des sauvages envahissent le château, qu'est-ce que tu feras, alors ?"
    "Je m'enfuirai" fit simplement Shareen. "De toute façon, s'ils arrivent jusqu'à moi, c'est qu'ils auront déjà vaincu tous les gardes, alors qu'est-ce qu'une fille avec une épée pourrait y faire ?"
    Une lueur d'agacement dansa dans l'œil de Deria, puis disparut.
    "Je croyais que je t'avais déjà montré ce dont une fille avec une épée était capable" soupira-t-elle. "Mais si tu ne veux pas apprendre, ce n'est pas moi qui vais te forcer. Allez, file, et va me préparer un bon bain. Ca va me faire du bien."

    Reconnaissante, Shareen hocha la tête et se précipita vers le feu pour y chauffer les baquets d'eau. Voilà qui était plus dans ses cordes. Elle était très forte pour préparer les bains. Elle mettait l'eau juste à la bonne température, et elle ne renversait jamais une seule goutte. Shareen était sûre que sa maîtresse se détendrait rapidement dans les vapeurs brûlantes, et cesserait de vouloir à tout prix lui enseigner des choses inutiles. Deria était une bonne maîtresse, une des meilleures qu'elle aurait pu espérer avoir, mais elle avait parfois des idées… étranges.
    Une servante avec une épée ! Shareen haussa les épaules devant une telle absurdité. Et pourquoi pas une noble avec une quenouille dans la main ? Non, les choses étaient bien comme elles étaient. Il y avait des nobles, il y avait des servantes, et les servantes ne se préoccupaient pas d'épées ni de combat.
    Il y eut un froissement d'étoffe derrière elle alors que Deria laissait tomber ses vêtements au sol. Shareen ne tourna pas la tête, trop occupée à surveiller le feu qui couvait sous les baquets.

    "Tu vas être le centre de tous les regards, ce soir" commenta-t-elle sur le ton de la conversation. "L'Epée d'Or, rien que ça ! Ils vont te sacrer meilleure lame de l'académie, et devant le duc, en plus. Tu devrais mettre la robe rouge à flanelles pour l'occasion"
    "Ne me parle pas de robe. Je ne supporte pas ces corsets étriqués. Non, je mettrai un pantalon et un pourpoint, et ce sera parfait"
    Shareen prit le temps de poser le seau avant de porter la main à sa bouche, horrifiée.
    "Mais les gens ne comprendront pas !"
    "Laisse parler les gens, et remplis-moi plutôt le bain" sourit Deria. "Si tu laisses chauffer cette eau encore quelques secondes, je te garantis qu'elle va s'évaporer !"
    "Que… oh !"
    La servante pâlit et s'empressa d'ôter les seaux du feu, serrant les dents lorsque le métal lui brûla la main. C'était déjà trop chaud, mais elle rajouta deux baquets d'eau froide pour réduire la température. Plongeant son index dans l'eau, elle sourit joyeusement. C'était absolument parfait !
    Quelques instants plus tard, Deria se laissait glisser dans la grande cuve avec un soupir de plaisir. Désœuvrée, Shareen entreprit de lui démêler les cheveux.
    "Tu as de très beaux cheveux, Deria. J'aimerais avoir les mêmes. Je suis sûre que tous les regards seront sur toi lors de la cérémonie. Je suis sûre qu'ils attendent avec impatience de te revoir dans ta belle robe rouge. En particulier Malek" ajouta-t-elle, malicieuse

    Un concert de bulles lui répondit alors que la jeune noble plongeait la tête sous l'eau. Lorsqu'elle la ressortit, elle s'ébroua comme un petit chien, projetant de l'eau dans toute la pièce.
    "Pourquoi est-ce que tu me parles de Malek ? Je ne vois pas pourquoi est-ce que tu l'amènes dans la conversation – et je t'ai déjà dit que je ne mettrai pas cette robe"
    "Pas la tête sous l'eau ! Je te l'ai déjà dit cent fois ! Comment veux-tu que je te peigne si tu défais tout ?"
    "Oh, excuse-moi. Pourquoi est-ce que tu mentionnais Malek ?"
    "Eh bien, je parlais de lui parce qu'il semble avoir pris un intérêt tout particulier envers toi, ces derniers temps. Combien de duels avez-vous faits ? Vingt ? Trente ?"
    "Vingt-six" concéda la jeune fille. "J'en ai gagné vingt-cinq."
    "Ah, alors il a réussi à te battre une fois ?"
    "Il a eu de la chance !" rugit Deria. "J'ai glissé sur une flaque de boue, ça peut arriver à tout le monde !"
    "Oui, oui" concéda Shareen. "En tout cas, on vous voit beaucoup ensemble, tous les deux"
    "Pour discuter tactique et stratégie, rien de plus. Ce garçon a un esprit vif, et j'aime bien discuter avec lui, c'est tout"
    "C'est tout ?"
    "C'est tout"

    Shareen supprima un sourire. Elle ne savait pas si sa maîtresse s'intéressait au jeune homme, mais elle était par contre certaine que la réciproque était vraie. Certains regards ne trompaient pas, et Malek ne cessait de dévorer la jeune noble des yeux, et de trouver divers prétextes pour passer du temps avec elle. Comment Deria pouvait-elle être aussi aveugle ?
    "Non, Malek est quelqu'un de bien" continua Deria, laissant ses muscles se dénouer sous la caresse experte de Shareen. "Pas comme les autres. Ils me veulent tous dans leur couche. Les porcs ! Incapables d'accepter une fille parmi eux !"
    La servante ne pouvait qu'acquiescer. Ce devait être horrible d'être le fruit de tant de convoitises. Elle-même n'avait pas ce problème, heureusement. A seize ans révolus, et à son grand désespoir, elle n’avait toujours pas beaucoup de poitrine. Son nez était un peu trop fin, son visage trop long. Et, quand elle se regardait de profil dans le miroir de la chambre, elle se trouvait trop grosse. Seuls ses cheveux d’un noir de jais pouvaient attirer les regards. Et ses yeux. Avec satisfaction, Shareen se confirma qu’elle avait de beaux yeux, très expressifs. Oui, certains jours, elle se trouvait belle. Mais, même ainsi, elle n'arrivait certainement pas à la hauteur de sa maîtresse.

    Shareen repensa avec un amusement teinté de nostalgie à la fameuse arrivée de la jeune fille dans l'Académie, près d'un an auparavant. Elle avait fait irruption dans la cour à cheval, galopant comme si le bâtiment lui appartenait. Elle avait manqué renverser plusieurs personnes alors qu'elle tirait sur les rênes, puis sauté à terre et avancé vers le responsable de l'école.
    "J'apporte une lettre de mon père, et je viens me joindre à vous pour quelques temps" avait-elle dit à Maître Semos, en le regardant dans les yeux. "On m'a dit que vous étiez un épéiste renommé. J'aimerais vous affronter, un jour, pour voir"
    Onze mois ne l'avaient pas changée. Elle était toujours aussi brutale dans ses propos, toujours aussi peu soucieuse des convenances. Elle souriait à tout le monde, savait rire et plaisanter avec parfois autant de grossièreté que les hommes, et pourtant jamais elle ne s'était vraiment liée d'amitié avec qui que ce soit. Plusieurs garçons avaient tenté de la séduire des semaines durant, mais c'est comme s'ils n'existaient pas pour elle. Furieuse de leurs avances incessantes, elle leur avait un jour confié qu'elle ne s'intéressait qu'aux hommes capables de la battre à l'épée. Ils avaient tous renoncés, alors.
    Sauf Malek.
    "Malek a dit qu'il aimait bien votre robe rouge" fit doucement Shareen
    "Et alors ? Tu penses que ça va me faire changer d'avis ? Non, ce sera pantalon et pourpoint, et puis c'est tout"


    L'obscurité refluait lentement dans l'Académie alors que les lanternes étaient allumées les unes après les autres. Le soleil venait de se coucher: le temps des réjouissances s'approchait.
    L'Académie avait toujours été riche. Il suffisait de voir combien les nobles étaient obligés de débourser pour que leurs progénitures viennent apprendre l'histoire, le combat, l'équitation et les sciences dans la meilleure Académie du royaume. Les pièces d'or coulaient à flot et le train de vie était fastueux. Mais aujourd'hui, les Maîtres s'étaient surpassés. Le duc Ronarl des Marches de l'Ouest et son fils allaient faire l'honneur de leur présence, et rien n'était assez beau pour recevoir des personnages aussi importants.
    Les intendants avaient acheté de magnifiques tentures, qui nécessitaient plus de cinq hommes pour parvenir à les accrocher, tant elles étaient lourdes, précieuses et encombrantes. Les lourds bancs de bois qui faisaient le quotidien de l'académie étaient toujours là, mais plusieurs sièges confortables en bois précieux avaient été rapprochés de la grande table. Une nappe de soie, qui terminerait sans nul doute souillée de mille taches de vin, cachait les nombreuses traces de couteau et les précédents désastres alimentaires. Dans la cheminée ronflait un bœuf entier, alors que les cuisiniers se démenaient en un ballet incessant pour apporter les premiers plats sur la table. Il y avait même deux jongleurs, un cracheur de feu et quatre ménestrels, qui attendaient patiemment, dans un coin de la pièce, qu'on veuille bien leur demander de distraire les convives. Shareen ne les trouvait pas particulièrement impressionnants, avec leurs visages tristes dans leurs costumes multicolores, mais elle avait pourtant entendu dire que leur prestation allait coûter très cher. Il y avait intérêt à ce qu'ils soient bons. On murmurait que le Prince n'était pas facilement distrait. Shareen soupira et se tourna vers sa maîtresse.

    "C'est tellement beau…"
    "Je me sens ridicule, dans cette robe rouge" grommela Deria. "J'aurais dû mettre un pantalon"
    "Ce qui est fait est fait" sourit malicieusement la jeune servante. "De toute façon, les maîtres n'auraient pas apprécié que tu viennes dans un tel accoutrement, et ça aurait probablement fini par provoquer un scandale. Devant le duc !"
    "Et alors ? Les Maîtres ne sont pas tout-puissants, Shareen. Ce ne sont que des professeurs, avec leurs qualités et leurs défauts. Heh, je suis même sûre que je suis plus habile que le professeur d'escrime lui-même, alors pourquoi m'en faire ?"
    "Ils pourraient vous renvoyer !" chuchota Shareen.
    Mais Deria se contenta de rire.
    "Si seulement c'était possible ! Je n'attends que ça ! Mais non, mon père refusera que je sois renvoyée, quoi que je fasse. Il veut que je passe du temps ici, et que je m'y fasse des… amies. Pah !"
    Shareen jeta un regard stupéfait à Deria. C’était bien la première fois que la jeune noble parlait de son père. C’en était presque irritant. Depuis presque un an qu’elles se connaissaient et depuis près de huit mois qu'elles étaient devenues presque amies, elles n'avaient jamais… eh bien, vraiment discuté. La discipline de fer, ici, incitait les gens à se rapprocher, et les confidences à fleurir. Ce n’avait pas été le cas avec la jeune fille. Oh, elle parlait bien sûr. De tout, de rien, mais surtout pas d'elle.
    "Ton père ? C’est lui qui t’a fait venir ici ?"
    Deria haussa les épaules. Au mépris de toutes les convenances, elle se servit elle-même un verre de vin, et le vida dans le même mouvement.
    "C’est lui qui m’a appris à me battre"
    "Ce devait être un fameux escrimeur…" murmura Shareen, les yeux brillants.. "Et probablement un noble très puissant, pour avoir autant d'influence… Je le connais ?"
    "Non"
    "Je suis sûre que si !" défia la jeune servante. "J'ai une bonne mémoire pour ce genre de choses, tu sais. Tous ces noms de ducs et de barons et de comtes et de marquis, je les connais presque tous ! C'est pour ça, j'aimerais tellement savoir, oh, s'il te plaît " Deria hésita un instant, et Shareen poussa son avantage. "Tu disais que c'était un bon escrimeur. C'est vrai ? Meilleur que toi ?"
    Deria se resservit un verre, but deux gorgés, et se détendit imperceptiblement.
    "Il n'y a pas de comparaison possible entre nous. C'est le meilleur guerrier que j'aie jamais vu. Le meilleur guerrier que le monde ait jamais connu. Plus de vin, s'il te plaît"
    Shareen fronça les sourcils. Le meilleur, vraiment ? Elle remplit de nouveau le gobelet de la jeune fille.
    "Tu veux dire qu'il est si doué que cela ? Il est forcément connu, alors ?"
    "Autrefois, peut-être. Maintenant, c'est un vieil homme, un obscur baron. Le seigneur des Marches du Nord"
    La jeune servante se gratta pensivement le menton.
    "Le seigneur des marches du nord ? Ca me dit quelque chose. Alors ton père, ce serait Ternebrunt de Verner ?"
    "Non. Plus au nord, bien plus au nord" Elle eut un sourire carnassier. "Ne cherche pas, tu ne trouveras pas. Je ne sais même pas si l'empereur est encore au courant de qui est mon père, aujourd'hui"
    Shareen écarta ses bras, embrassant l'académie du regard.
    "On dirait que si… puisque tu es ici"
    "Eh oui… on dirait que si…" Deria reposa son gobelet sur la table. Il était vide. "Je suppose que si je te parle de Château Bertholdton, ça ne veut rien dire pour toi ?" Devant le regard inexpressif de la jeune servante, elle éclata de rire. "Aaah, ça n'a aucune importance, de toute façon. Un jour, je parviendrai à dépasser son niveau, et je ferai en sorte que personne ne m'oublie, moi. Je taillerai ma propre légende à la pointe de l'épée."
    "Tu serais la première fille à te faire connaître par tes talents guerriers…"
    "Ca ne m'effraie pas. Je n'ai pas beaucoup de respect pour les convenances."
    "Oh…"
    "Au fait, et en parlant de convenances, tu crois que Malek risque de t'en vouloir ? Ca faisait deux ans qu'il était Première Lame, et voilà que tu lui voles son titre".
    "Non, je ne pense pas. C'est un grand couillon, mais il n'a pas un mauvais fond." Elle sourit presque tendrement. "Et puis il est persistant, c'est bien. Il progresse à chaque fois que nous nous battons. Un jour, il finira par gagner"
    "Et pas plus tard que demain, je parie" fit une voix profonde derrière eux, les faisant se retourner brutalement. Malek leur souriait ironiquement, et ses yeux bleus pétillaient de malice. "Le grand couillon vous salue, mesdemoiselles !"
    S'il avait espéré la faire rire, il avait échoué. Deria le regardait froidement, les lèvres pincées.
    "Malek" fit-elle, glaciale. "Qu'est-ce que tu viens faire ici ?"
    "Je suis arrivé en retard" s'excusa-t-il. "Il n'y a plus de place nulle part, alors il faudra bien que je supporte ta présence durant le repas" Il s'assit et poussa un soupir de contentement. "De quoi parliez-vous ? J'ai cru entendre mon nom."
    "Qui voudrait parler de toi ?" grogna Deria, refusant obstinément de le regarder. "Non, nous parlions de… de…"
    "Des épéistes légendaires" fit Shareen, les yeux brillants. Deria pouvait bouder dans son coin, mais la jeune servante avait toujours bien aimé Malek, et elle ne lui tournerait certainement pas le dos pour faire plaisir à sa maîtresse. "En fait, nous nous demandions qui était la meilleure lame du royaume"
    Malek se tourna vers la jeune servante et lui dédia un grand sourire, visiblement content de pouvoir aussi facilement s'intégrer à la discussion.
    "Une question difficile, ça. C'est vraiment une question de perspective, et de réputation" Il haussa les épaules. "Il y a un an, j'étais convaincu que personne ne mettrait jamais en danger mon titre de Première Lame, et voilà qu'une fille sortie de nulle part me ridiculise. Je suppose que c'est la même chose avec tout le monde. Personne n'est jamais le combattant parfait. Tout le monde finit par tomber sur un ennemi plus fort. Et lorsque ça n'est pas le cas, eh bien, c'est le temps qui se charge d'affaiblir les hommes et les esprits."
    "Tu es morbide, aujourd'hui" grommela Deria, manifestement mal à l'aise. "Tu devrais prendre du vin, comme moi."
    Joignant le geste à la parole, elle tendit son gobelet. Shareen hésita, mais Deria la foudroya du regard et elle s'exécuta, renversant quelques gouttes sur le sol dans son empressement.
    "Non, merci" sourit Malek. "Mais revenons au sujet. Je pense que Maître Semos est en tout cas une des meilleures lames qu'il soit"
    "Ce porc ?" cracha Deria, et Shareen sursauta, effrayée. Mais Malek ne s'en offusqua pas, semblant même s'en amuser.
    "Un porc, peut-être, mais un porc doué. Il a remporté tous ses duels jusqu'à maintenant. Et il a vaincu Gundron Un-Œil l'an dernier"
    "Il a eu de la chance, voilà tout. Gundron était meilleur…"
    "…jusqu'à ce qu'il perde son œil" corrigea Malek. "Il reste bon, oui, mais je ne dirais pas qu'il est le meilleur"
    Deria haussa les épaules. Elle prit une gorgée de vin, la faisant passer d'une joue à l'autre avant de la boire. Shareen gémit intérieurement. La jeune fille avait des manières de soudard.
    "Même ainsi, je ne dirais pas que Semos est de l'étoffe des héros" répondit enfin Deria. "Il est bon en duel, oui, mais je ne crois pas qu'il se soit jamais battu pour sa vie. On ne peut pas vraiment tester quelqu'un, si on ne l'a jamais vu dans une telle situation"
    "Et tu t'y connais bien en combats à mort, c'est ça, Deria ?" ricana Malek.
    "Mieux que toi, probablement" fit froidement la jeune fille.
    Shareen resta un instant perdue alors que les deux jeunes gens se toisaient du regard. Tentant désespérément de rompre le silence, elle avança sa propre suggestion.
    " Le duc Demeorn ? "
    "Il sait se battre, lui aussi, mais je pense que sa légende provient plus des bardes qu'il entretient que de ses véritables talents" grommela Deria, méprisante. "C'est tellement plus facile, lorsqu'on a de l'argent"
    "Tu es difficile, je trouve ! Lamdon le vagabond, alors ? on raconte qu'il voyage depuis des années pour se perfectionner dans toutes les guerres qu'il peut trouver, et qu'il est jusque là resté invaincu"
    "Peut-être" fit Deria, dubitative. "Même si on ne m'enlèvera pas de l'idée que s'il n'a jamais perdu une guerre, c'est qu'il a toujours choisi le camp le plus fort"
    Malek sourit.
    "Que de cynisme chez une si belle fille. Feoril Lame-de-Vent, alors ?"
    Shareen fronça les sourcils.
    "Ca fait au moins vingt ans qu'il est mort."
    "Personne n'a dit qu'on parlait des meilleures lames vivantes" fit Malek avec un grand sourire. "Et je suis sûr qu'aucun de ceux qu'on a cités n'arrivent au niveau de cet homme. C'était un véritable héros. Le type d'homme dont on fait les légendes." Il soupira. "J'aurais aimé le connaître. Quelle pitié qu'il soit mort aussi bêtement"
    "Les gens morts, ça n'est pas du jeu" protesta Shareen. "Sinon, Rekk le Banni est sûrement plus fort. C'est lui qui a tué Feoril, non ?"
    Malek hocha la tête. Deria se resservit, l'air encore plus sombre qu'avant. Elle avait toujours eu l'alcool triste.
    "Oui, mais c'est loin d'être un héros. Un gladiateur, un brigand, qui voudrait s'identifier à lui ?"
    "Ma mère me menaçait avec lui, quand j'étais petite" gloussa Shareen. "Elle me disait que si je ne finissais pas ma soupe, Rekk le démon viendrait me dévorer." Elle surprit le regard maussade de Deria et s'empressa de rajouter: "Mais je n'y crois plus, bien sûr"
    "De toute façon, il est mort maintenant" observa Malek. "Comme Feoril. Et, pour ma part, je crois que nous serons les nouvelles légendes de ce siècle." Il sourit. "Une fille aussi belle que toi, qui se bat aussi bien… je suis sûr que tu te tailleras une réputation impressionnante ! Et moi aussi, en toute modestie…" Il toussa discrètement.
    Deria ricana.
    "Je crois que…"

    Elle s'interrompit. Un sourd murmure venait de remplacer le bruit des conversations autour d'elle et tous les yeux convergèrent vers la porte de la salle. Le duc et son fils faisaient son entrée sous les applaudissements de la foule.
    "Il est si beau" murmura Shareen, fascinée.
    "Qui, le duc ? C'est un vieux vautour qui tourne autour du trône, rien de plus" fit Deria, haussant les épaules.
    "Pas lui, voyons ! Son fils ! Regarde, est-ce qu'on ne dirait pas un véritable prince de légende ?"
    Elle n'avait pas tort. Le garçon était beau, sans aucun doute, et vêtu avec élégance. Ses habits étaient dorés et brillaient doucement dans la faible lueur des torches alors qu'il avançait vers son fauteuil. Il portait une cape de soie jaune fermée par une broche en or massif, et un bandeau du même métal tirait ses cheveux en arrière pour lui dégager le front. Deria le regarda longuement. Il aurait pu être beau, mais il arborait une expression de vague mépris et d'ennui calculé qui la fit instantanément détester ce jeune homme.
    "Je ne l'aime pas" grommela-t-elle. Elle entreprit de se servir seule un verre de vin, et le but d'un trait sous le regard réprobateur de sa servante.
    "Comment peux-tu dire ça ?" protesta Shareen. "Tu l'as vu deux minutes seulement"
    "Je sais ce que je dis"
    "Tu as surtout trop bu" observa finement Malek.
    "Mêle-toi de tes testicules" grogna Deria.
    "Toujours aussi rafraîchissante" ricana-t-il, puis il fit silence car la cérémonie allait commencer.

    Maître Semos entra dans la salle avec dignité, accompagné de deux hommes aux bras chargés des fameuses récompenses. La voix vibrante, il commença à appeler les étudiants vers lui.
    Un à un, les prix furent égrenés, devant le regard de plus en plus impatient du duc. L'Académie de Musheim se flattait de donner à ses élèves un esprit acéré dans un corps affûté, et son enseignement était réputé dans tout le royaume. Les prix de sciences naturelles, de médecine, de science des potions, d'équitation, de tir à l'arc et d'histoire passèrent comme dans un brouillard alors que Deria sirotait lentement son verre. A l'appel de son nom, le meilleur élève se levait sous les acclamations et s'avançait au centre de la pièce, où les Maîtres lui remettaient solennellement la statuette qui représentait ses talents. La récompense en elle-même avait peu de valeur, mais elle offrait un prestige important à ses possesseurs et leur offrait parfois des responsabilités que leur sang et leur fortune ne suffisaient pas à acheter.
    "J'aurais bien aimé une troisième babiole à mettre sur mon étagère" souffla Malek, entre tristesse et amusement. "C'est rare de perdre aussi brutalement son titre de Première Lame"
    "Tu ne le méritais pas" observa Deria joyeusement.
    Malek la regarda.
    "Tu sais" fit-il pensivement, "ce qui est irritant, c'est de ne pas savoir si ta gentillesse et ton tact sont naturels, ou bien inspirés par l'alcool. "
    "Quoi ?" fit Deria, clignant des yeux.
    "C'est l'alcool" trancha Malek. Il haussa les épaules. "Bon, ça va bientôt être à toi. C'est le dernier prix"
    Shareen frémit. La jeune noble avait déjà bu cinq verres. Que diront les gens si jamais elle titubait pour venir chercher son prix ? Ce serait horrible ! Et le blâme retomberait encore une fois sur elle, comme d'habitude.

    "Et à notre grande surprise" fit Maître Semos, le regard froid, "la récompense due au meilleur escrimeur change aujourd'hui de destinataire. Malek de Carmelan n'est plus, à compter de ce jour, la Première Lame de notre académie, après avoir été sauvagement vaincu par Deria ici présente". Il sourit, mais aucune bienveillance ne brillait dans ses yeux. Il n'avait jamais apprécié la jeune fille. "Deria, lève-toi et viens récupérer ta récompense"
    "Il aurait pu éviter de m'insulter comme ça" grommela Malek. "Je n'ai pas été sauvagement vaincu, j'ai juste été battu. Ca arrive à tout le monde" Shareen acquiesca vigoureusement, mais il ne la regardait pas. Ses yeux étaient rivés aux fesses de Deria alors que la jeune fille se levait et titubait vaillamment vers Maître Semos pour récupérer son prix.

    Avec une pointe de ressentiment, Shareen ne put s'empêcher de remarquer que tous les yeux des hommes brûlaient de concupiscence. Elle n'aurait pas dû tellement insister pour qu'elle mette cette robe. Ainsi mise en valeur, il y avait quelque chose de presque sexuel dans la sensualité qu'elle exsudait.
    "Je voudrais dire" bredouilla-t-elle, s'emparant brutalement de son prix, "Je voudrais dire que c'est normal. Merci pour la stuta… statuette. Personne ne sait se battre, ici. Vous êtes tous mauvais. Alors c'est normal" Elle sourit joyeusement, inconsciente des regards noirs qu'on lui jetait de tous côtés, et leva les bras en l'air en signe de victoire. "Semos, je te prends quand tu veux. Je me demande ce que tu vaux, une épée à la main"
    Quelques rires s'élevèrent alors que le Maître blêmissait de colère. Il serra les dents, et ses yeux brillèrent d'une lueur mauvaise.
    "Ne préjugez pas de votre force, jeune fille. Vous êtes une élève brillante, mais vous restez une élève"
    "Oui, oui. Mon père vous battrait d'une seule main" grommela Deria, se détournant et retournant s'asseoir d'un pas lourd. Shareen était horrifiée. L'assistance restait silencieuse et incrédule.
    "Elle est quand même extraordinaire, tu ne trouves pas ?" lança Malek par-dessus son épaule, fasciné. "Elle est complètement folle"
    "Elle a bu" observa Shareen.
    "Tu sais très bien qu'elle aurait dit la même chose à jeun. C'est ça qui est formidable" Il sourit. "C'est la femme de ma vie. Elle ne le sait pas encore, mais elle finira par s'en rendre compte"
    "Je te souhaite bien du plaisir" fit Shareen, acide.
    Malek ignora le ton acerbe pour se tourner vers le duc et son fils.
    "Eux qui n'aiment pas la monotonie, j'espère qu'ils sont servis"
    De fait, le fils n'avait plus l'air de s'ennuyer du tout. Ses yeux étaient rivés sur Deria, et il souriait.
    Malgré tout le mal qu'elle avait pu dire, Deria paraissait radieuse d'avoir gagné son prix, ce soir. Elle serrait fièrement la statuette contre son sein, et l'ivresse qui brillait dans ses yeux n'était que partiellement due au vin.
    "Quand je vais montrer ça à mon père…" murmura-t-elle, rêveuse.

    Elle n'en aurait jamais l'occasion.
    Le lendemain, Deria n'assistait pas à l'entraînement. Trois jours plus tard, on découvrit son corps, bleu d'être resté deux nuits dans les eaux troubles du port. Ses cheveux blonds n'étaient plus qu'un pâle linceul. Les crabes avaient mangé ses yeux brillants.

    Et le monde bascula.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Silk Invités
    Mouais... Je ne sais pas quelle version je préfère... la deuxième à gagné certains avantages et en a perdu d'autres...

  3. #3
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Gagné où et perdu où?
    Si je veux faire quelque chose de bien, faudrait que je le sache
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  4. #4
    Silk Invités
    Tu ne vas pas me demander de relire la première, mmh ? Elles sont toues les deux différentes, et elles ont toutes deux des points forts ; je pense notament à la mort dans le premier qui était mieux, au cucul un peu poussé et à la relation d'inégalité qui est moins bien à présent... Mais il y a aussi la scène avec Semos qui apporte beaucoup... On sent moins bien Deria dans ce nouveau chapitre, comme si tu la savais déjà morte et que tu ne t'étais pas investi dedans... Et ça, c'est une erreur scénaristique

  5. #5
    Felia Invités
    Dans cette version, Deria donne une trop mauvaise impression pour qu'on comprene pourquoi tout le monde vodurait la venger dans les 34 autres chapitres... Shareen est bien trop sous-estimée.
    Mais les actions et les caricatures sont bonnes.

    Mais je préfère la première version.

  6. #6
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Worms, Allemagne
    Messages 
    349
    C'est vrai. On apprécie moins Deria, pendant le cour instant où elle est encore présente. C'est sur elle qu'est construit toute l'histoire. Si on ne l'apprécie pas elle, on à moins de compassion pour ceux qui veulent la venger. Ca tue un peut l'envie de lire.

    En tout cas c'est l'effet que m'a fait Deria dans cette nouvelle introduction. Ca n'engage que moi et peut-être que ça n'a pas du tout le même effet sur les autres lecteurs. Quand je dis 'on' c'était peut-être pas un 'on' si général que cela.

  7. #7
    Banshee Sangdelune Invités
    Arf!!!
    En fait je préfère aussi la première version...lol
    C'est dur à dire, mais celle-là m'a un peu moins accrochée. ou bien c'est parce que je connais déjà l'histoire? Je ne sais pas.
    Désolée... :timide:

  8. #8
    Helnea Invités
    copier/coller de ce que j'ai envoyé a mon batracien preféré apres avoir lu cette intro (ceci à sa demande car c'est plus pratique pour lui d'avoir tous les commentaires au meme endroit)

    Note : je tape dans un document word au fur et a mesure de la lecture avec juste le souvenir de ton premier jet, possible que parfois je dise un truc et doive revenir dessus plus tard en ayant lu la suite.


    Général :

    - Shareen : C’est le nom qui ne me plait pas a la réflexion. Je ne vois pas ce genre de nom propre dans un univers med-fan. Explication : dans mon esprit, les langages médiévaux sont dérivés du latin (relie les Tristan et Iseult et les Chrétien de Troyes) et donc toutes les lettres doivent se prononcer. Le problème avec Shareen, c’est de quel langage cela vient-il ? gallois ? celte ? anglais ? (stop ! l’anglais est une langue moderne qui n’avais pas lieu d’être au moyen age, on parlait français ou plutôt la langue romane a la cours d’Angleterre à l’époque si je ne m'abuse)
    ------> écrit plus tard après réflexion : en fait c’est la plupart des noms qui sont dans ce cas, l’avantage c’est que ça ne jure pas et ça donne une certaine originalité à ton texte, c'est pour ca que ça ne m'a pas choqué à la première lecture


    Introduction :

    - Tu devrais mettre la robe rouge à flanelles pour l'occasion"
    "Ne me parle pas de robe. Je ne supporte pas ces corsets étriqués. Non, je mettrai un pantalon et un pourpoint, et ce sera parfait"
    Shareen prit le temps de poser le seau avant de porter la main à sa bouche, horrifiée.
    "Mais les gens ne comprendront pas !"


    Shareen devrait insister pour qu’elle mette un beau pourpoint. (plus tard) Je vois qu’elle continue d’insister pour la robe, pas mal non plus.(encore plus tard) ok j'ai rien dit


    - Shareen supprima un sourire.

    Quelle horreur ! Shareen réprima un sourire. Tu ne trouves pas ça mieux ?


    - Et, quand elle se regardait de profil dans le miroir de la chambre,...

    Elle est servante, il serait je crois plus logique que ce soit dans le miroir de sa maitresse qu’elle se regarde, je ne pense pas qu’un miroir soit dans son budget …


    - "J'apporte une lettre de mon père, et je viens me joindre à vous pour quelques temps" avait-elle dit à Maître Semos, en le regardant dans les yeux. "On m'a dit que vous étiez un épéiste renommé. J'aimerais vous affronter, un jour, pour voir"

    J’adore ! Ca cadre bien le personnage (mais me souviens plus si Semos est au courant que son père est Rekk ou pas…)


    - j’aime bien le nom de famille que tu as donné à Malek (Malek de Carmelan)

    - Et le monde bascula.

    Je ne sais pas si c’est nécessaire, parce que d’une part ce n’est pas le monde qui bascule mais celui de quelques personnages, ensuite parce que l’on s’attache plus ou moins à Deria et l’on comprend bien que c’est sa mort qui est prétexte à la suite


    Note : je doit me présenter, quand même. Je suis donc Helnea, j'ai été parmi les premier lecteurs de notre cher batracien sur JOL, j'ai même osé lui ecrire la suite d'un de ses chapitres parce que je n'etais pas contente de comment il se finissait.
    Grenouillebleue vient donc de me demander de faire la relecture de cette nouvelle version. Je vais, je crois, surtout m'attacher aux cohérences, à la grammaire, au lexique, bref tout ce qui peut échapper à la relecture quand on a le nez dedans depuis des heures. Cela ne m'empechera pas de donner mon avis sur le fond tout de même

  9. #9
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Originally posted by Helnea@jeudi 29 janvier 2004, 21h25

    (...)

    Oui, c'est vrai que je préfère avoir les commentaires directement sur le chapitre en question. Ca me permet d'imprimer la page et d'avoir tout sous les yeux, plutôt que de faire une recherche dans mes MPs Jeux Online, mes MPs de la Couronne, le forum et mon email :8:

    En tout cas, ça me fait vraiment plaisir de te voir là Helnea, et je suis heureux d'avoir une fois de plus tes commentaires. Il faudrait que je récupère ceux que je t'ai fait par MP pour les copier ici aussi !

    Accessoirement, voici la fin que j'ai finalement donnée à l'introduction. Je la trouve beaucoup plus percutant que le simple "et le monde bascula".

    _____________________________________________

    (...)
    Elle serrait fièrement la statuette contre son sein, et l'ivresse qui brillait dans ses yeux n'était que partiellement due au vin.
    "Quand je vais montrer ça à mon père…" murmura-t-elle, rêveuse. "Et à…"

    Elle hésita un instant, puis posa sa main sur le bras de Malek.
    "J'ai envie de me promener un peu, ce soir. La lune est tellement belle. Je vous rejoindrai plus tard."
    "Je t'accompagne !" fit Malek, se levant d'un bon.
    "Non. Non merci. J'ai besoin d'être un peu seule, ce soir. Ca ne te dérange pas ?"
    Elle avait l'air tellement fragile, tout d'un coup, que le cœur de Malek se serra.
    "Non… non, bien sûr" mentit-il. Ses yeux la suivirent du regard jusqu'à la sortie, et il soupira. "J'ai bien besoin d'un verre."
    Shareen s'empressa de le servir.


    Le ciel était clair, ce soir, et la lune brillait particulièrement, éclairant de sa pâle lumière les rues tortueuses de Musheim. En contrebas, une silhouette de haute taille frottait frénétiquement la manche de sa veste mais la tache ne cessait que s'étendre, maculant de pourpre le tissu de brocard.
    "Ca ne part pas !" hurla-t-il, hystérique. L'eau glaciale du puits coulait entre ses doigts alors qu'il tentait de nouveau de se débarasser du sang. "Une tunique toute neuve, non !"
    "C'est la seule chose à laquelle tu penses ?" protesta l'un des autres. "Tu te rends compte de ce qu'on a fait ? On a assassiné quelqu'un !"
    La silhouette se retourna, éclaboussant ses compagnons d'un grand mouvement de mains.
    "On ne l'a pas assassinée ! Un assassinat, c'est prémédité. Et même si c'était le cas ? C'était une fille, rien qu'une fille ! Je parie que sa disparition ne sera même pas remarquée !"
    "Elle savait se battre" observa quelqu'un.
    "Elle a tué Beldash" gémit un autre.
    "Elle m'a balafré le visage" fit un troisième.
    La silhouette haussa les épaules.
    "On n'aura qu'à dire que nous sommes tombés dans une embuscade. Les brigands sont de plus en plus arrogants, ces derniers temps."
    "Personne ne nous croira !"
    La grande silhouette foudroya les autres du regard. Tous détournèrent les yeux de son ombre.
    "Moi, on me croira. Alors arrêtez de vous inquiéter pour le… l'incident de ce soir. Elle est morte, et c'est dommage. Mais nous n'allons pas passer notre vie à le regretter, non ?"

    Si.
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  10. #10
    Kiddson Invités
    J'ai suivi ton conseil et suis passé directement à la nouvelle version, malgré les conseils de mon ami, mais finalement je crois que je vais opter pour une stratégie à mi-chemin : lire un chapitre dans sa version initiale, puis dans la nouvelle, avant de passer au suivant. Ainsi la comparaison sera plus objective que si elle était basée sur mes seuls souvenirs (on a tendance à ne retenir que ce qui nous plaît, en général, ainsi que les gros travers, mais pas le reste).

    Puisque ce que tu veux entendre, j'imagine, ce sont des avis objectifs et fondés, et non de la flatterie anti-constructive, je dois avouer que je préfère aussi la première version. C'est dur, j'en suis vraiment désolé... Mais au moins ça te permettra de tirer le meilleur de ton histoire !
    En fait, je trouve la nouvelle Shareen trop servile. J'ai moins de sympathie pour elle que précédemment. Elle commence à ressembler à une anti-héroïne, mais dans le sens perdante sans ambitions.
    Il en va de même pour Deria, d'ailleurs : elle semble plus fragile, certes, et c'est un plus attachant, mais malgré tout plus (trop ?) distante.
    Dans l'ensemble, il y a aussi beaucoup moins de dialogues, et peut-être qu'en rajouter quelques uns ferait naître une certaine complicité pas assez évidente entre elles ? Ça redonnerait aussi un peu de rythme, qui était plus présent dans la première version. Or pour une introduction, m'est avis que c'est primordial...
    Je ne fais que suggérer, bien sûr, ne connaissant pas encore la fin de l'histoire.
    Je ressents aussi une impression de tristesse dans ce chapitre, comme si la vie était plus terne, alors qu'une certaine insouciance heureuse malgré un contexte difficile se dégageait de la première version. Mais je ne vois pas à quoi c'est dû. Peut-être les touches d'humour un peu cynique et dégagé de la première version, en retrait ici. Il est extrêmement difficile de dégager des émotions d'un texte, et encore plus de les contrôler. Après tout, peut-être n'est-ce qu'un reflet de mon état d'esprit...

    La seconde fin proposée ici est sympathique, par contre elle casse complètement l'effet de chute que j'avais adoré au départ. A toi de voir ce qui sied le mieux à la cohérence générale, cependant, puisque je n'ai pas encore de vue d'ensemble.

    Enfin, les noms ne me choquent pas, mais je dois avouer très mal connaître le monde des medfans, étant beaucoup plus familier de la Fantasy anglo-saxonne.

    Pour l'anecdote, j'avais commencé à écrire quelque chose il y a une douzaine d'années, et ma toute première héroïne s'appelait Sharanne ! Ce qui explique peut-être mon attachement au nom de Shareen. Malhereusement, un constructeur automobile allemand avait eu la belle idée de baptiser l'un de ses véhicules du nom de Sharan, ce qui m'avait contraint à changer le mien (ce qui est terrible lorsque l'on a déjà un personnage bien en tête). Mais peut-être aujourd'hui est-ce moins choquant, avec la force de l'habitude...

    Bon, il y a quand même du positif, malgré tout. L'apparition et la présentation de Semos sont assez judicieuses, et la nouvelle version de Malek est plus attachante que la première, plus humaine, également plus fragile. Je la trouve de très loin plus réussie, le personnage a pris de l'étoffe, de l'épaisseur (aux dépens d'Endyrion je présume). Par contre, le "je te prends quand tu veux" de Deria est peut-être un peu cavalier, du moins pas très littéraire sous cette forme, mais incontestablement la deuxième partie du chapitre apporte beaucoup.

    Reste à trouver un équilibre, maintenant, ce en quoi je te souhaite bon courage. Ne baisse pas les bras, le jeu en vaut la chandelle, tu as un très bon style, agréable à lire et bien rythmé, un excellent sens du détail, des dialogues et de la profondeur des personnages.
    Puissions-nous t'aider à en tirer le maximum ! :happy:

  11. #11
    Helnea Invités
    Contente que ma presence te fasse plaisir ma grenouille

    J'aime bien la nouvelle version de la fin de l'intro : Mais c'est qui le chef des tueurs ?

    suspense .... :love:

  12. #12
    Opossum Invités
    Je me présente pour ceux qui me connaissent pas (tous sauf 3 en fait )
    J'étais aussi un fan sur JoL, et KrapauMéthylénique n'a pas manqué de me rappeler... :notme2:

    Bon, voila que je me lance dans le vif du sujet (attention, ca va trancher) :

    J'aime pas ton correctif !
    niarf

    C'est pas pour te faire du mal ma GreGre, mais j'aime nettement moins ta nouvelle version. Shareen est carrément molassonne, certes on voit que ton but est de plus accentuer sa progression, mais la, elle demarre trop bas, vraiment.

    De plus, si elle est la servante de Denia, vu comment cette derniere la traite, je ne vois pas en quoi elle pourrait s'attacher a elle...
    Autre chose, tu lui a gardé des attitudes de fille "libre" qui ne collent pas a la servante qu'elle est... elle n'a pas non plus sa place dans l'assemblée ou la fête se tient en tant que servante...
    De plus, il ne me semble pas que Deria (ou son père) soit riche au point de se payer une servante... et ce n'est pas les manières de Deria que de se faire servir de la sorte... enfin, ce n'est pas comme cela que je la voyais... elle qui veut tout prouver par elle-meme, se fait servir, meme son verre de vin ?

    Tu as, a mon gout, fait un hybride qui ne colle pas, ni avec ce que tu avais fait avant, ni avec ce que tu veux faire apres modification...
    si changement il doit y avoir, ce serait surement plus simple pour tout de re-écrire les passaages entiers, et non pas de t'appuyer sur certaines parties deja faites... des changements de tons apparaissent trop nettemment... (enfin, faut dire que j'ai tout relu sur les 3 derniers jours, c'est donc tout frais pour moi... )

    Sur ce, je te presente mes excuses pour mon ton aggressif.. c'est pas le but, j'espere que j'aurai plus de choses positives a dire a propos des prochains chapitres corrigés...

    Ah, une chose bien... même a la deuxieme lecture, j'ai adoré !
    A tout bientot mon KrapÔ

    P.S. salutations à Helnea (tu es bien Helagena sur JoL ou je confonds ?) et Kiddson, mon 'ti poilu sans casquette, chapÔ ou lunettes... :notme:

  13. #13
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Groumpf.
    Je suis maudit

    Vox populi, vox dei comme on dit quand on veut faire cultivé, donc je suppose que si tout le monde me dit que cette version est moins bonne, il va falloir que je la change.

    Mmmh.
    Comme dit plus haut, voilà ce que je veux que l'intro inclue:
    • Le fait que Shareen soit une servante
    • Le fait que Shareen soit facilement effrayée/impressionnée
    • Le fait que Deria, Malek et Shareen s'apprécient (et que Malek aime Deria)
    • Le fait que Deria soit une excellente épéiste
    • Le fait que son père habite dans le nord, dans un château paumé (au milieu des fougèèèèères).
    • Et, au milieu de tout ça, parvenir à mentionner de manière si possible discrète le nom de Rekk et les légendes qui le concernent

    Tout ça sans dépasser les 5 pages, pour ne pas faire une intro trop longue.

    Si quelqu'un a une suggestion de trame pour l'introduction, je suis mille fois preneur !
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  14. #14
    Kiddson Invités
    Hé, hé, la vie est dure !

    Dans ta liste, un seul pose problème en fait, le reste s'intègre bien. C'est le fait que Shareen soit une servante...
    Peut-être pourrait-elle avoir un autre métier que celui de servante ? J'imagine mal Deria avoir une dame de compagnie, aussi ça va être dur à trouver si tu ne veux pas qu'elle soit élève. Un garde qui aurait subi une intervention chirurgicale pour changer de sexe ? Un bibliothécaire anthropoïde qui aurait prononcé une formule magique ? Oook ?
    Non, sérieusement c'est un problème. Ou alors une domestique moins servile, mais c'est vrai que les autres élèves n'ont pas de servantes... Et que Deria ne doit pas être très riche... Une cuisinière ou une buandière pour qui elle se serait prise d'amitié ? Mouais...
    Ou alors Deria lui aurait valu une dette (lui avoir sauvé la vie, peut-être), en échange de quoi Shareen serait entrée à son service ? Ce qui ferait qu'elle ne serait pas réellement servile mais dévouée, malgré son manque de courage...
    Je sais pas, c'est vraiment pas évident...

    En tout cas bonne réflexion, et surtout ne laisse pas tomber, hein ! Ou alors on va devoir se mettre à la vivisection de grenouilles bleues...
    « Hooo ! C'est le coeur, ça ?
    - Euh... Ah ben voui, il bat encore !
    - Et si je... Oups ! Ah ben il bat plus, là... »

    P.S. : Arf, un opossum ! Je te croyais là avant moi, mon p'tit diablotin ! Et pis j'ai pu de chapÔ (momentanément, hein !), mais j'ai plus de posts que toi ! (arg... ça va pas recommencer ici !)
    Voilà, ma Grenouille, tu sais maintenant qui m'a traîné ici !

  15. #15
    Banshee Sangdelune Invités
    Ah ben évidement, mon premier commentaire tombe à 'eau. Ca n'a plus rien à voir avec ce que j'avais lu. :..:
    Bref... (grrr, me vengerais, na ). Euh franchement, je suis gênée par une certaine incohérence dans la relation Deria/ Shareen. Ok, Shareen n'est plus élève de l'académie, mais une servante (cuisinière), mais bon : comment se sont-elles connues, pourquoi sont-elles devenues "amies" et pourquoi Deria se fait elle son "professeur"?
    Par contre son acarctère un peu trouillard et réservé n'est pas trop mal rendu.

    Bon, point positif : l'intro permet de mieux mettre en place les relations entre les différents personnages, ce qui permet d'éclairer leurs rôles et leurs actions dans la suite du récit, et aussi leur mutation. Ce qui est assez flagrant pour Shareen d'ailleurs.

    Mais je crois qu'il faut revoir la relation de base Deria/ Shareen. Si Shareen peut rester servante, il fauit voir comment les liens qui l'unissent à Deria se sont constitués et pourquoi. Par contre, je n'ai pas d'idée...lol Désolée.
    Du coup, je préfère toujours la première version.

    Vala.

  16. #16
    Nyaork Invités
    je viens de lire l'intro (dsl g pris du retard qq pb irl :timide: )
    Eh bien je dois avouer que par rapport au 1e ça manque de piquant et non seulement Deria mais aussi Shareen ne sont pas assez charismatiques... l'une trop "saoularde" à tel point que cela en devient un défaut et l'autre p-e un peu trop servile... je pense que c un peu exagéré au niv de ses compétences au combat... :heu:

    Ce n'est que mon avis mais vu que l'intro est censée donner l'envie je préfère la 1e version en rajoutant la remise du prix assez :happy: l'entrainement du debut m'avait assez scotché je dois dire aussi !

    Voilou pr l'intro :notme:

  17. #17
    Elegyr Menahel Invités
    Coucou Grenouille,

    "Non, merci" sourit Malek. "Mais revenons au sujet. Je pense que Maître Semos est en tout cas une des meilleures lames qu'il soit"
    Ne serait-ce pas plutôt : "une des meilleures lames qui soit" ?

    Sinon, j'ai lu la deuxième version (de ton intro) avant la première, et c'est vrai que la première m'a paru meilleure.

    L'entraînement de la v.1. est très bien (v.1).
    Les réflexions de Shareen dans la v.2 sont à garder, assurément. . Pour moi, elles sonnaient justes.

    Comment expliquer que Shareen assiste à la cérémonie, si elle n'est qu'une servante ? On pourrait imaginer qu'elle y assiste furtivement.

    Je n'arrive pas à me figurer l'académie (sinon une bâtisse grise indéfinie, un ciel anthracite et une cour boueuse). + de descriptions peut-être ?

    Sinon, si tout le monde a oublié le père de Deria, comment peut-il être aussi influent pour imposer la présence de sa fille à l'académie ? Peut-être la suite de l'histoire le révélera ?

    *Let's go to chapter 1, then *

  18. #18
    Graoumf Invités
    Bon je ne vais pas reprendre ce qui a déjà été dit...

    Pour ma part, je ne comparerai pas chapitre par chapitre avec la version précédente (d'autant plus que tu as créé des chapitres entiers dans celle-ci si je ne m'abuse ?), mais plus dans la globalité de la précédente version.

    C'est vrai que le ton de cette introduction est relativement triste... ceci dit tout tourne autour d'une histoire de récompense dont Deria, si elle est bien la fille de son père, se soucie comme le dernier de ses problèmes : ça l'embête plus qu'autre chose d'assister à cette cérémonie > ça pourrait expliquer son penchant pour la bouteile à cet instant.
    Une chose intéressante que son attitude lors de la remise du prix : elle permet de laisser toute sorte de possibilités concernant la mort de la jeune fille (Semos commanditaire ? De jeunes mâles jaloux de son succès ? Vexés par ses propos ? A-t-elle chuté ?...). Pour cette raison, je n'aime pas trop la seconde version de cette nouvelle fin : cela enlève trop de possibilité pour le lecteur, notamment la non-préméditation.
    Donc garder plutôt la version du texte, en enlevant toutefois "Et le monde bascula." > le lecteur n'en a pas besoin, il reste déjà sur sa faim avec cette mort inexpliquée.

  19. #19
    noemye Invités
    J'aimes les deux versions :happy:

    Petits commentaires :

    "Désœuvrée, Shareen entreprit de lui démêler les cheveux."=> Désoeuvrée de ?


    "Je suis sûre que tous les regards seront sur toi lors de la cérémonie. Je suis sûre qu'ils attendent avec impatience de te revoir dans ta belle robe rouge."=> répétition de "Je suis sûre",à revoir

    "Pourquoi est-ce que tu me parles de Malek ? Je ne vois pas pourquoi est-ce que tu l'amènes dans la conversation – et je t'ai déjà dit que je ne mettrai pas cette robe"=>" est ce que" à supprimer c'est trop lourd à mon avis

    "Pas la tête sous l'eau ! Je te l'ai déjà dit cent fois !"=> Je te l'ai déjà répété cent fois serait mieux

    "Shareen supprima un sourire"=>horrible ce verbe supprimer mais cela a déjà été dit je pense

    "Elle avait fait irruption dans la cour à cheval, galopant comme si le bâtiment lui appartenait. Elle avait manqué renverser plusieurs personnes alors qu'elle tirait sur les rênes, puis sauté à terre et avancé vers le responsable de l'école." =>"Deria avait fait irruption à cheval dans la cour y galopant comme si le bâtiment lui appartenait au risquede manqué de renverser plusieurs personnes avant de tirer sur les rênes,sauté à terre et avancé vers le responsable de l'école d'un air déterminer" On supprime la répétition du elle et je trouve que cette phrase donne déjà plus le ton vis à vis du caractère de Deria

    "J'aimerais vous affronter, un jour, pour voir"=> mauvaise fin de phrase,pour voir ? voir quoi ? à supprimer le "pour voir" ou rajouter une suite

    "Plusieurs garçons avaient tenté de la séduire des semaines durant, mais c'est comme s'ils n'existaient pas pour elle." => remplacé "pour elle" par "aux yeux de Déria" serait peut être mieux non ?

    "Ils avaient tous renoncés, alors."=> pas beau comme terminaison de phrase,"Dès lors ils avaient tous renoncés"

    "Malek a dit qu'il aimait bien votre robe rouge" fit doucement Shareen"=> "Malek dit aimer votre robe rouge" sonne mieux

    "Il suffisait de voir combien les nobles étaient obligés de débourser pour que leurs progénitures viennent apprendre l'histoire..."=> "Il suffisait de voir la somme que les nobles étaient obligés de débourser pour que ..." serait mieux

    "On murmurait que le Prince n'était pas facilement distrait."=> je ne pense pas que le sens de ce mot soit vraiment celui que tu ais voulu donner ou alors c'est moi qui n'en connais pas tous les sens :notme:

    "Si seulement c'était possible ! Je n'attends que ça ! Mais non, mon père refusera que je sois renvoyée, quoi que je fasse."=> "Mais non,mon père refuserait que je le sois,quoi que je fasse" sonnerait mieux




  20. #20
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Je viens de corriger dans ma version finale plusieurs lourdeurs que tu me reproches, mais:


    "Désœuvrée, Shareen entreprit de lui démêler les cheveux."=> Désoeuvrée de ?
    Désoeuvrée n'est pas transitif, si ?


    "J'aimerais vous affronter, un jour, pour voir"=> mauvaise fin de phrase,pour voir ? voir quoi ? à supprimer le "pour voir" ou rajouter une suite
    Pour voir ce qu'il se passerait. Non, ça ne passe pas ? :eye:


    "Plusieurs garçons avaient tenté de la séduire des semaines durant, mais c'est comme s'ils n'existaient pas pour elle." => remplacé "pour elle" par "aux yeux de Déria" serait peut être mieux non ?

    "Malek a dit qu'il aimait bien votre robe rouge" fit doucement Shareen"=> "Malek dit aimer votre robe rouge" sonne mieux
    Je préfère ma version :notme2:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

Discussions similaires

  1. Introduction
    Par Mekren le maudit dans le forum Les neiges des Darkanisses
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/06/2005, 14h20
  2. Correction chapitre VII
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 13
    Dernier message: 26/02/2004, 10h24
  3. Introduction d'un roman medfan que j'avais écrit
    Par Grenouillebleue dans le forum Briseur d'Empires
    Réponses: 53
    Dernier message: 21/02/2004, 22h24
  4. [Introduction] Le Réveil
    Par Walar dans le forum Les archives des quêtes de Melandis
    Réponses: 0
    Dernier message: 11/12/2003, 19h38
  5. Introduction à la quête "Vengeance ..."
    Par Eleglin dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 58
    Dernier message: 12/08/2003, 15h17

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257