Affichage des résultats 1 à 14 sur 14

Discussion: Chapitre XXIX

  1. #1
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Comme précisé dans les messages du chapitre précédent, je suis désolé pour mon retard indépendant de ma volonté. J'espère que vous ne m'en voulez pas trop


    -------------------------------------------------------
    Malek sentit la douleur lui remonter dans le ventre, incrédule C'était une souffrance indescriptible, la morsure d'une bête sauvage, du métal en fusion lui remontant le long de la colonne vertébrale. Il poussa un hurlement strident, et referma ses mains tremblantes sur le carreau. Le trait avait pénétré de près de deux pouces dans sa chair. Ses doigts étaient pleins de sang. Il avait la tête lourde.
    "Je…" fit-il, avant de hurler de nouveau.

    Il recula de quelques pas, alors que le campement rentrait en ébullition. Ses cris avaient réveillé tout le monde. Rekk bondit de ses couvertures avec son adresse habituelle, l'épée au poing; il grimaça cependant en se mettant en position de combat, comme si ses blessures le faisaient souffrir.
    "Qu'est-ce qu'il y a, gamin ?" commença-t-il, puis ses yeux s'étrécirent en voyant les flammes se refléter sur le carreau d'arbalète. "Ne restez pas dans la lumière !"
    Il se jeta de côté, quittant le cercle du feu. Un trait vrombit à ses oreilles et vint se planter là où il s'était tenu une fraction de seconde auparavant. Il poussa un juron.
    "Qu'est-ce qu'il se passe ? Malek ! Tu es blessé ?" cria Shareen, l'air totalement perdue. Elle se jeta sur lui, et ses mains revinrent pleines de sang. Elle cria. "Il est blessé ! Il faut l'aider ! Rekk ! Laath !"
    "A couvert, stupide gamine !" cracha Rekk, accroupi derrière un arbre. "A couvert, si tu tiens à la vie !"
    "Mais… Malek" balbutia-t-elle.

    Surgi des ombres, Laath la poussa sans ménagement sur le côté. Le jeune cambrioleur s'était dissimulé dans l'obscurité dès qu'il avait entendu crié, mû par un instinct cent fois salvateur. et elle s'effondra sur le côté sans même chercher à se rattraper à lui. De nouveau, il y eut le sifflement d'un carreau.
    "Mets-toi derrière un arbre" chuchota-t-il. Il parlait gentiment, cherchant à briser l'horreur qu'il pouvait lire dans ses yeux "Ca ne sert à rien de te faire tuer"
    "Mais… Malek…"
    "Il est encore en vie" murmura Laath, sans savoir s'il disait la vérité. Il y avait beaucoup de sang, sur le sol."Mais on s'en occupera plus tard. Allez, mets-toi derrière cet arbre"
    Choquée, elle obéit. Ses mains serraient nerveusement la garde de sa lourde épée, mais ses yeux ne pouvaient quitter Malek, sur le sol. Il s'était effondré, et sa respiration parvenait jusqu'à elle, sifflante et irrégulière.
    "Rekk ! Rekk, Rekk, Rekk" La voix sortait des fourrés, mais d'où précisément ? C'était difficile à dire. "Je te retrouve enfin"
    Le Banni bougea de quelques pas, changeant d'arbre pour le protéger. Il cracha sur le sol.
    "Eleon ? C'est bien toi ? Quelle obstination ! Tu cherches toujours à venger Comeral ?"
    Les arbres se mirent à bruire doucement, alors que le vent se levait.
    "C'est toi qui me parle d'obstination dans la vengeance ?" L'intrus se mit à rire doucement. "Non, Rekk. Non, je ne suis pas là pour la mémoire de ce grand abruti."

    De nouveau, le Banni se déplaça de quelques pas, avant de s'accroupir derrière le tronc épais d'un noisetier. Les branches mortes crissaient sous ses pieds, mais il ne pouvait faire autrement.
    "Alors, pourquoi ?"
    "Tu connais déjà la réponse, cher Faiseur de Veuves." La voix venait d'un autre endroit, maintenant. Rekk n'était pas le seul à bouger précautionneusement.
    "L'argent ?" fit-il, jetant un regard de l'autre côté du feu.
    Laath et Shareen n'étaient pas visibles. C'était une bonne chose. Le cambrioleur avait visiblement réussi à faire rentrer un peu de plomb dans la cervelle de la jeune fille. Il y avait un temps pour toute chose, et ce n'était certainement pas le moment d'aller s'occuper du blessé.
    Malek était encore en vie, c'était certain. Il avait la respiration râpeuse, au point qu'on l'entende même à la périphérie du feu. Sa poitrine se soulevait et retombait sur un rythme rapide, et ses mains bougeaient doucement sur le sol.

    "L'or, plus précisément" fit la voix désincarnée. Même sans le voir, Rekk devinait qu'Eleon arborait son fin sourire habituel. "Trente pièces d'or pour toi, trente pour celui qui gémit sur le sol, et trente pour la jeune fille qui tente sans grand succès de se fondre dans l'ombre. Presque cent pièces d'or pour votre petit groupe. Une somme qui fait rêver, tu ne crois pas ?"
    "L'argent n'a jamais fait partie de mes motivations" répondit Rekk en continuant d'avancer.
    Ses blessures le faisaient souffrir le martyr alors qu'il était obligé de rester courbé. Son ventre ne cessait de l'élancer, et les pansements de ses épaules handicapaient fortement ses mouvements. Avec colère, il les arracha et laissa le tissu glisser sur le sol.
    "Le grand, le pur Rekk" railla la voix. D'une manière ou d'une autre, Eleon était parvenu à bouger lui aussi, et le feu était toujours entre eux. C'était irritant. "Comment ai-je pu penser une seule seconde que tu me comprendrais ?"

    Le Banni se tut et se concentra sur sa progression. Il n'avait aucune idée de l'endroit où se cachaient les deux gamins, et il espérait de tout son cœur qu'Eleon ne les retrouve pas avant lui. Ce serait un massacre.
    "Tu n'as pas d'atout dans ta manche, aujourd'hui ?" fit-il après un temps, pour essayer d'obtenir une réponse et de localiser l'homme. La voix lui répondit presque aussitôt, venant de sa droite.
    "Tu me connais bien mal, Rekk…" Le ton était moqueur. "Par exemple, que dirais-tu de cela ?" Il haussa la voix. "Petite, je ne sais pas si tu m'entends. Je pense que oui. Ton ami est étendu sur le sol, en train de perdre son sang. Il est encore en vie. Il compte sur toi. Mais si jamais tu ne fais rien, si jamais tu ne panses pas sa blessure, il va finir par être trop faible, et mourir"
    "Ne l'écoute pas, Shareen !" cracha Rekk, furieux, tentant de se déplacer plus vite. Mais la voix continuait, inébranlable.
    "Que vas-tu choisir, gamine ? Tu vas le laisser mourir ainsi comme un chien, sans même te voir, sans même te serrer la main ? Tu ne vas pas essayer d'aller le soigner ? Belle preuve d'amitié ! Belle preuve d'amour !"
    "Tu ne peux rien faire, Shareen !" fit Rekk. "Pas tout de suite ! Ne fais pas de folie !"
    Seul le silence lui répondit. Seul le silence leur répondit. Lentement, ils continuèrent leur ronde mortelle.

    Laath suait à grosses gouttes. Il était un enfant des cités, et la forêt l'avait toujours laissé mal à l'aise, avec son obscurité totale et ses ombres menaçantes. Le jeune cambrioleur avait toujours eu un don pour se couler dans la plus infime des cachettes. Il savait comment éviter de faire craquer les planchers, comment poser son pied pour ne laisser aucune trace sur les pavés, comment glisser sur les toits et ne pas déranger les tuiles. Mais les branches mortes et les épines de sapin qui craquaient sous ses pieds alors qu'il tentait de se déplacer lui posaient des problèmes insolubles. Il grinça des dents. Quelqu'un, quelque part, près de lui, avait une arbalète chargée, et entendait bien s'en servir. Voilà. Il l'avait dit. Son cœur cognait fort dans sa poitrine, et il ne parvenait pas à se calmer. Il déglutit.

    Il faillit crier alors qu'une main se posait doucement sur son bras. Il se retourna, la dague dans sa main, prêt à frapper, et ne stoppa son mouvement qu'à quelques pouces de la gorge de Shareen.
    "C'est toi" fit-il, sa respiration se calmant progressivement. "Je croyais que tu ne devais pas bouger"
    "Si je suis la seule à rester immobile alors que tout le monde se déplace, je finirai par me faire tuer" fit-elle avec une assurance tranquille. Elle avait les yeux vitreux, hantés. "Il faut que je fasse quelque chose pour Malek"
    Laath leva les yeux au ciel. Il eut beaucoup de mal à continuer à chuchoter.
    "Tu ne vas quand même pas tomber dans un piège aussi évident ? Dès que tu seras en pleine lumière, il te tirera dessus !"
    "Et alors ?" fit-elle d'une voix éteinte. "Il a raison, tu sais. On ne peut pas laisser Malek comme ça, à agoniser sans rien faire. Peut-être que je peux réussir à le ramener dans l'ombre ? Peut-être qu'on peut faire quelque chose ?"

    Laath tourna son regard vers la clairière, dont il s'était instinctivement éloigné. Si Eleon et Rekk restaient à bouger autour du cercle de lumière, alors ils étaient en sécurité à cet endroit. Il n'avait aucune envie de retourner sur ses pas. Malgré la distance, il pouvait voir le corps du jeune homme près du feu, arqué par la douleur. Les flammes dansaient sur le carreau d'arbalète, distinctement planté dans son ventre. Eleon n'avait pas tort. Malek était encore vivant mais, si on le laissait ainsi, cela ne saurait durer. Il grimaça.
    "Qu'est-ce que tu veux faire, exactement ?"
    "Ils sont en train de jouer tous les deux au chat et à la souris. Et ils sont tous les deux persuadés qu'ils sont le chat. Je suis sûre que ce maudit assassin ne nous considère pas comme des menaces. Eh bien, c'est à nous d'aller le traquer et le débusquer"
    "Oh, brillante idée" fit Laath. "Et si nous tombons sur lui, nous faisons quoi ? Tu te sens de taille contre un tueur ?"
    "Je me sens de taille à sauver Malek" fit Shareen, les yeux emplis de fièvre. "Que tu m'aides ou non"
    "Dieu des Voleurs, j'ai l'impression que Rekk déteint de plus en plus sur toi"
    Shareen eut un rictus cruel.

    Eleon fronça les sourcils. Ses victimes avaient réagi avec une rapidité proprement stupéfiante pour des personnes si jeunes. Son second carreau avait manqué la jeune fille et, désormais, tous se cachaient dans les bois, à attendre un faux mouvement de sa part. Cela n'arriverait pas, bien entendu. Il ne commettait jamais d'erreurs. Jamais.
    Pourtant, quelque chose en lui regrettait d'avoir gaspillé l'effet de surprise pour tirer sur Malek. Il avait eu l'intention de réserver le premier carreau pour Rekk, et ce n'était que lorsque le jeune homme l'avait regardé droit dans les yeux qu'il avait tiré.
    Mais c'était probablement le meilleur choix, de toute façon. Le Banni ne représentait aucun danger. Il n'était plus que l'ombre de lui-même, blessé comme il en avait l'air. Eleon l'avait observé monter le camp, puis se coucher, et il n'y avait aucun doute. Ces bandages n'étaient pas une ruse pour tromper l'ennemi. L'homme était réellement blessé, et gravement blessé. Cela facilitait grandement sa tâche.

    "Alors, Shareen ?" lança-t-il, la voix emprunte d'un mépris feint. "Tu ne feras rien pour ton ami ? Tu ne bougeras pas le petit doigt ? C'est pathétique ! Mais où va l'honneur, en ce monde ?"
    Lançant ses appâts à l'aveugle, il se mit à tourner dans l'autre sens. Rekk ne devait pas être loin de lui, maintenant, mais il serait handicapé par ses blessures. Tout se déroulerait probablement sans accrocs. Il serra son arbalète contre lui.

    C'avait été un jeu d'enfant de retrouver leur piste, lorsque l'on savait où chercher et qui interroger. Savoir que Dani, la vieille Maîtresse des Rumeurs, la contrebandière en chef de Musheim, s'était procuré quatre chevaux avec le plus grand soin, ainsi qu'une quantité importante de nourriture, était une nouvelle propre à lui faire dresser l'oreille. Habituellement, la grosse femme avait ses propres réseaux, et tout lui parvenait des autres provinces par le Verdoyant. Qu'elle ait ainsi tenté de se procurer des animaux et des vivres en ville prouvait bien l'urgence de ses besoins. Et, en ce qui concernait Eleon, c'était une piste à explorer.
    Il était arrivé à temps pour les voir partir. C'était pathétique de les voir prendre aussi peu de précautions. Le Banni était certainement prudent, mais il s'embarrassait d'une compagnie qui ne faisait que l'encombrer. Eleon ne parvenait pas à le comprendre. L'homme le plus cruel du monde, selon les légendes, et pourtant il semblait avoir pris ces jeunes gens sous son aile protectrice.
    Eleon dissimula un sourire discret. Il y avait certainement mieux, comme aile protectrice. Aucun de ces gamins ne serait là aujourd'hui, et l'un d'entre eux ne serait pas à l'agonie, s'ils n'avaient pas croisé la route du Faiseur de Veuves.

    "Volontairement ou non, tu es un Destructeur, mon ami" murmura-t-il. "Et c'est moi qui vais mettre un terme à tes exactions"
    Dit comme ça, cela semblait presque un objectif noble. Mais il n'y avait que l'or. Et maintenant, l'or allait lui revenir. Il pouvait presque sentir le métal précieux lui brûler déjà les poches.
    Le froissement des branches derrière lui le fit sursauter. Il se retourna… et se retrouva nez à nez avec Rekk. Le Banni lui porta un coup de taille sauvage. Eleon esquiva en bondissant en arrière, et la lame lui frôla le ventre. Il laissa tomber son arbalète pour sortir sa rapière. C'était passé près. Cela lui apprendrait à se laisser distraire par ses pensées.
    "Il semblerait que je t'ai sous-estimé, Banni" murmura-t-il doucement.
    "C'est une erreur que tu ne feras pas deux fois" gronda Rekk, et il se jeta en avant.

    L'épée rencontra la rapière, et les deux lames s'entrechoquèrent avec force. Rekk appuya de tout son poids, mais l'autre se contenta de dévier l'arme, et se retrouva en garde. La lumière du feu dansait dans ses yeux.
    "Cher ami, c'est toi qui me sous-estimes, maintenant" fit-il. "Ce n'est pas avec des coups comme ça que tu parviendras à me tuer" Il sourit. "Oh, mais serais-tu blessé ? Je comprends mieux, alors"
    "Blessé ou non, je vais t'écorcher vif" grogna Rekk. Il serra les dents alors que la douleur explosait dans son ventre, et il se fendit. De nouveau, la rapière vint dévier la lame. Ses yeux s'étrécirent.

    Eleon n'était pas qu'un simple assassin. Il savait se battre, c'était indéniable. Il n'y avait en lui aucune passion, aucun enthousiasme. Il se battait avec une froideur calculée, et ses yeux ne laissaient passer aucune erreur. Ce qu'il perdait en compétence, il le compensait largement en souplesse et en adresse. Son poignet paraissait avoir une vie propre alors qu'il paraît les coups et les laissait glisser sur le côte, inoffensifs.
    "Je suis moins bon que Semos" observa Eleon d'un air tranquille, alors que Rekk reprenait son souffle. "Beaucoup moins bon que lui. Pourtant, tu n'arrives pas même à me toucher. Sais-tu pourquoi ?"
    Il se fendit, et une traînée pourpre s'accrocha à sa rapière alors qu'il effleurait la poitrine du Banni. Sa vieille blessure se rouvrit, et il serra les dents sous la douleur.
    "Parce que tu es un fils de catin ?" cracha Rekk, portant la main gauche à son ventre.
    "C'est une possibilité. Mais je vois une autre explication" Eleon s'avança de nouveau, et Rekk ne bloqua son attaque qu'à quelques pouces de son front. "Je suis convaincu de ma victoire, alors que Semos était convaincu de sa défaite. C'est là la grande différence"

    Il porta une nouvelle botte et se vit de nouveau repoussé, mais il ne s'en formalisa pas. Tôt ou tard, l'ennemi s'essoufflerait. Tôt ou tard, les blessures se rouvriraient. Tôt ou tard, la légende allait devoir plier.
    Maintenant, Rekk se battait les lèvres serrées, économisant son souffle. Il devait savoir que le combat était sans espoir, pourtant, il continuait. Eleon ne comprenait que trop bien ce désir de vivre.
    Soudain, ses yeux s'écarquillèrent, et il se jeta de côté. Une dague sifflait vers sa tête. Il ne la vit qu'au dernier moment, et elle vint lui lacérer le front. Il poussa un juron.
    "Et moi, tu m'avais prévu ?" gronda Laath, une autre dague dans ses mains. "Tu avais prévu que je viendrais aider Rekk à balancer ton foutu corps dans un ravin ?"
    Eleon haussa les épaules. Il bougea de quelques pas, suivi par ses deux adversaires, les rapprochant du feu pour avoir une meilleure vue. Le pire qui puisse lui arriver désormais serait de trébucher sur une branche basse.
    "Oui, je l'avais prévu. Maintenant que Malek est par terre, je ne suis pas vraiment inquiet de ce que vous pourrez faire tous les deux. Ou plutôt tous les trois, si la fille s'y met aussi. Mais si vous voulez tenter votre chance, allez-y"

    Laath poussa un cri de rage et se jeta en avant, imité en cela par Rekk. Le Banni n'avait pas l'habitude de se faire considérer comme une quantité négligeable, et son visage était sinistre, ses yeux lançaient des éclairs. Pourtant, il était clair qu'il n'avait plus aucune force dans le bras. Eleon repoussa son épée d'un mouvement presque méprisant, avant d'esquiver le coup de Laath et de s'emparer de son bras. Fermement, il lui tourna le poignet, et la dague tomba sur le sol.
    "Maudit…" cracha Laath.
    "Il n'y a pas de récompense sur ta tête, à toi" observa Eleon, le lâchant avant de te remettre en garde. "Ne m'oblige pas à te tuer"
    "Vous voulez que je reste comme ça, sans rien faire, pendant que vous tuez mes amis ?" fit le garçon, incrédule.
    "C'est pourtant bien ce que fait Shareen, si je ne me trompe." Il haussa la voix, tandis que les deux autres le regardaient avec inquiétude. "Hein, Shareen ? Quel effet cela fait de laisser son amant mourir ? C'est douloureux, n'est-ce pas ?" Sa voix devint une parodie de tendresse. "Ma petite ? Viens nous rejoindre dans ce petit jeu. Tentez votre chance à trois contre un. Qui sait, peut-être gagnerez-vous… Où es-tu ?"
    "Je suis là, fils de limace" cracha la voix de la jeune fille.
    Eleon tourna les yeux dans la direction du bruit, et ses yeux s'écarquillèrent.
    "Non" murmura-t-il.
    "Si" fit-elle. Et elle tira.
    Le carreau, parti de la propre arbalète du tueur, vint le cueillir au plexus, alors qu'il tentait de se jeter de côté. Il poussa un miaulement, et son bond se transforma en une lourde chute alors qu'il s'effondrait sur les feuilles.
    "Il ne faut pas laisser traîner ses armes, Eleon" fit-elle, les dents serrées.
    Puis, elle écarquilla les yeux. Jetant son arbalète de côté, elle se rua aux côtés de Malek.

    Il avait froid, tellement froid. Il avait l'impression que la terre était glaciale sous son corps. L'air qui l'entourait semblait empli de neige. Pourtant, sa respiration ne faisait naître aucune buée. C'était d'ailleurs difficile, de respirer. Il avait mal au ventre, comme s'il avait avalé quelque chose de travers. Lorsqu'il était plus jeune, il avait eu une indigestion. Il avait passé la journée à vomir. C'était la même chose, aujourd'hui.
    Lentement, ses yeux s'ouvrirent. Il lui fallut un certain temps pour réaliser ce qu'il se passait. Il était allongé. Oui, sur le sol. Et un carreau d'arbalète dépassait de son ventre. La réalisation ne le choqua pas particulièrement. Il se sentait flotter. Un parfum qu'il connaissait bien chatouillait ses narines. Shareen, elle s'appelait Shareen.
    "Malek ! Malek ! Tu m'entends !"
    La voix était lointaine et étouffée. Il avait l'impression que ses oreilles bourdonnaient. C'était irritant. Il tenta de porter la main à son visage, mais elle ne bougea pas. Ce n'était pas grave. Cela passerait. Il se sentait bien.

    "Il est pâle comme un mort !" balbutia Shareen, agenouillée aux côtés du jeune homme. "Qu'est-ce qu'on peut faire ? Qu'est-ce qu'on peut faire ?"
    Rekk et Laath la rejoignirent en quelques enjambées. Il y avait du sang sur l'épée du Banni. Elle regarda le liquide rouge goutter lentement sur le sol, sans comprendre.
    "Comment va-t-il ?" murmura Laath, s'accroupissant à côté d'elle. "Je vais faire chauffer de l'eau. Pour des compresses" Il hocha la tête, éperdu. "Oui. De l'eau"
    Rekk grimaça.
    "Ca n'est pas beau. Pas beau du tout. Il a de la chance d'être encore en vie. Le carreau s'est profondément enfoncé. Je ne sais pas si on arrivera à l'enlever"
    "Mais il faut l'enlever !" protesta Shareen. "Ca va s'infecter, sinon !"
    "Je sais !" cracha le Banni, irrité. "Je sais. Mais ce n'est pas si facile à faire. Il est très faible !"
    "Débrouillez-vous"
    Elle se détourna, le laissant seul. Rekk ouvrit et ferma ses poings de fureur. Il avait envie de tuer. Il avait envie de hurler. Il n'avait rien pu faire durant le combat et, là encore, il se trouvait presque impuissant. Il n'avait pas été habitué à être aussi inutile.
    "On va tenter de le faire" décida-t-il finalement, haussant les épaules. "Je ne réponds pas du résultat mais, s'il est aussi volontaire qu'il en a l'air…"

    L'eau était maintenant chaude, et Shareen entreprit de déchirer plusieurs morceaux de ses vêtements pour en faire des compresses, qu'elle plongea dans le liquide brûlant. Il n'y avait rien d'autre à faire, mais cela semblait une protection si dérisoire contre la mort… Elle frissonna, apportant le tissu à Rekk.
    "Et que veux-tu que je fasse de ça ?" rugit-il. "Il me faut un couteau, un poignard, quelque chose ! Une lame fine. Il faut qu'elle soit brûlante."
    Levant les bras en signe d'exaspération, il sortit sa propre dague et la coucha sur les braises. Il attendit patiemment, sans tenir compte des gémissements de Shareen, jusqu'à ce qu'elle soit rougeoyante.
    "Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?"
    "Vous allez le tenir" ordonna Rekk, essuyant son front perlé de sueur. "Vous allez le tenir, et si jamais il bouge le moindre membre, je mets sa mort sur votre conscience, c'est bien compris ?" Ils hochèrent la tête de concert. "Placez quelque chose entre ses dents, aussi"
    "Pourquoi ?" fit Shareen, essuyant ses larmes.
    "Pour qu'il ne crie pas. La dernière chose dont on ait besoin en ce moment, c'est de spectateurs, quels qu'ils soient. Eleon était assez orgueilleux pour se déplacer seul, nous n'aurons pas toujours cette chance"
    "Vous appelez ça une chance ?" gémit-elle.
    Il ne lui répondit pas. Repoussant ses cheveux alors qu'ils lui tombaient sur le visage, il approcha doucement le couteau de la plaie. Shareen détourna les yeux alors que la lame mordait les chairs.
    "C'est à partir de ce moment qu'il va commencer à gigoter" grinça-t-il.
    "Vous savez ce que vous faites, au moins ?"
    "J'ai procédé à plusieurs amputations sommaires quand j'étais dans l'armée impériale. J'espère que ça répond à ta question"

    Shareen serra les dents lorsque Malek se souleva brutalement contre ses mains et celle de Laath. Mais ils tinrent bon. Une bonne heure se passa dans une atmosphère floue. Shareen n'en retint aucun souvenir. Elle était concentrée sur les yeux du jeune homme, et sur le fait de ne pas pleurer. Il s'était débattu comme un beau diable au début mais, désormais, ses mouvements étaient presque inexistants, et son pouls désespérément faible. Lorsque Rekk sortit finalement la flèche avec un cri de contentement, le blessé était pâle comme la tombe.
    "Voilà cette enfant de putain !" siffla-t-il.
    Ce n'était qu'un morceau de bois, après tout, un morceau de bois avec une pointe d'acier. Comment une telle chose pouvait-elle ainsi donner la mort ? Shareen frissonna alors que Rekk jetait le carreau de côté.
    "Il… va s'en sortir ?"
    "Je ne sais pas. J'espère. Il a perdu beaucoup de sang" avoua le Banni, montrant son couteau comme preuve. La lame en était poisseuse et rouge. "Nous verrons bien"
    "Que fait-on, alors ?"
    "On attend. On est obligé d'attendre. On ne peut pas le transporter dans cet état" Rekk cracha sur le sol. "Maudit Eleon. J'espère que les Démons Inférieurs feront brûler son corps dans de l'or en fusion, lui qui aime tant ce métal"

    Laath jeta un regard étonné au Banni. L'homme ne montrait habituellement pas autant de sentiments. Il s'était à moitié attendu à ce qu'il décide de continuer sa route en laissant Malek ici, pour pouvoir rejoindre plus rapidement son château et accomplir plus rapidement sa vengeance. Mais il semblait que, quelque part, au plus profond de l'homme, une étincelle d'humanité subsistait. Il était simplement dommage qu'elle ne se montre que maintenant.
    Ils passèrent quelques heures ainsi allongés dans la clairière, à moitié somnolents. Shareen ne quitta pas le chevet du jeune homme, et elle plongeait inlassablement les compresses dans l'eau pour laver sa blessure. Elle voyait la moindre trace de sang comme une injure à ses dons de guérisseuse, et un coin de tissu venait aussitôt éponger la plaie.

    "Tu devrais te reposer, Shareen" murmura Laath, après quelques heures passées ainsi. "Tu ne peux pas rester debout toute la nuit, et le jour d'après, et la nuit ensuite"
    "Laisse-moi" fit-elle.
    Il haussa les épaules et se tourna sur le côté. Depuis que Malek était tombé, elle semblait inaccessible à la raison la plus élémentaire. Rekk avait abandonné depuis bien longtemps l'idée de la raisonner, par des mots ou des coups. Après avoir mangé, il s'était tout simplement endormi.

    "Deria…"
    La jeune fille releva la tête, stupéfaite. La voix était faible, et sifflante comme un roseau emporté par le vent, mais elle ne l'avait pas rêvé. Sa main se crispa sur la compresse qu'elle venait d'appliquer.
    "Malek ?" fit-elle, incrédule.
    Le jeune homme avait les yeux fermés, et sa mâchoire était crispée.
    "Deria…" répéta-t-il. Il lui serra les doigts avec une force surprenante. "C'était… bien ?"
    Shareen se pencha, stupéfaite. Elle pleurait. Elle ne savait pas pourquoi elle pleurait.
    "Malek ?" répéta-t-elle. "Ca va ?"
    "Je sais…" balbutia-t-il. Des bulles de sang apparurent aux commissures de ses lèvres. "Mais je suis… gentil… non ?"
    Elle lui essuya la bouche avec un tissu, et il revint souillé de rouge.
    "Ca va aller. Je suis là. Ca va aller"
    "Tes cheveux… comme une pluie… d'or. De la… pluie d'or. Et tes… yeux…" Il souleva à moitié la tête et s'humecta les lèvres. "Tes… yeux"
    "C'est moi" fit Shareen, caressant son front d'une main tremblante. "C'est moi. C'est Shareen"
    Il sourit rêveusement.
    "Tu as… toujours… eu la main douce… Deria. Tu te souviens ?" Il toussa, et le sang macula le sol. "Le pendentif. Je l'ai toujours… Deria" Il tenta de lever ses mains à sa gorge, mais elles ne répondaient pas. "Tu veux venir… t'entraîner ?"
    Shareen se pencha vers lui. Elle tremblait de tous ses membres. Les larmes coulaient librement. L'une d'elles vint s'écraser sur le nez du jeune homme. Elle l'essuya d'un geste furieux.
    "Oui…" fit-elle, le serrant contre elle. "Oui, allons nous entraîner"
    Il sourit à demi.
    "Cette fois… je te… battrai."
    "Tu ne peux pas me faire ça" balbutia-t-elle. "Tu ne peux pas partir ! Tu ne peux pas ! Tu ne te souviens pas ?" Elle se mit à gémir. "Tu ne te souviens pas ? Tu m'as dit que nous serions ensemble. Que nous serions toujours ensemble. Tu m'as dit ça pas plus tard qu'hier. Tu me l'as dit ! Tu as dit qu'on ne serait jamais séparés, que tu ne le laisserais pas faire !" Elle allait le secouer, mais son geste était doux et tendre alors qu'elle le serrait contre sa poitrine.
    "Deria…" murmura Malek, les yeux vitreux. "Si je… te bats… j'aurai le pendentif ?"
    Sa tête retomba, et reposa sur les seins de la jeune fille. Elle hurla.

    Laath et Rekk se précipitèrent au chevet du moribond, mais il était trop tard. Sa respiration sifflante s'était arrêtée. Son pouls erratique ne se faisait plus entendre. Son cœur ne battait plus. Le sang sur ses lèvres se coagulait doucement. Shareen ne l'essuyait plus.
    "Shareen…" fit doucement Rekk, posant sa main sur l'épaule de la jeune fille avec une douceur surprenante. "Il ne faut pas que…"
    Elle se retourna vers lui. Ses yeux étaient pleins de haine.
    "L'empereur !" cracha-t-elle. "C'est lui ! C'est lui qui a mis ces primes sur nos têtes. C'est lui qui a envoyé Eleon ! C'est lui !"
    "Shareen…" murmura Laath, le regard inquiet.
    "Il n'y a pas de Shareen ! Il n'y a plus de Shareen !" Elle poussa un hurlement furieux et repoussa le corps de Malek sur le sol. Il était froid, tellement froid. "S'il faut qu'il y ait la guerre, alors il y aura la guerre. Je veux voir Théorocle hurler. Je veux qu'il saigne. Je veux qu'il pleure. Je veux qu'il meure"


    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  2. #2
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Worms, Allemagne
    Messages 
    349
    :8: Oula, s'il y avait quelque chose auquel je ne m'attendais pas c'était bien celle là :8: ! Admirable, vraiment (ch'suis bon public, ein ?). Le combat avec Eleon et surtout sa mort...

    Tu parle d'un 'bouleversement ce chapitre :8: , c'était cataclismique ! Malek, bouhouhouhou :snif: :snif: :snif: !!! Pauvre Shareen...

    Pour ma part, ce chapitre t'apportera le pardon de tes lecteur.

    (première réponse !) :8: :snif:

  3. #3
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Plaisir
    Messages 
    6 990
    Après ma plainte d'hier, il serait malvenu de ne pas laisser un petit mot ce soir.
    Mon hypothèse concernant Eleon était juste, mais ce n'était pas difficile à imaginer. Malheureusement, il a le gros défaut de bien des méchants de roman : il ne peut pas s'empêcher de fanfaronner et par là-même de s'exposer. Même si, ici, ça cadre assez bien avec le personnage tel qu'il est apparu précédemment.
    Lmort de Malek est bien écrite. Mais le pauvre semble s'être refroidi bien vite, en quelques secondes seulement (je suppose qu'il s'agit de la perception de Shareen). Je regrette que la tirade de Shareen soit un peu caricaturale. Shareen, back with a vengeance !
    Peu disponible
    Guide d'installation (et FAQ) de Baldur's Gate, Baldur's Gate II, Baldur's Gate Trilogy (BGT), BG1Tutu, Widescreen, BGEE
    Pensez à utiliser à la fonction Recherche pour trouver une réponse à votre question !

  4. #4
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Heh, je ne sais pas pourquoi, mais c'est un passage certes cliché, mais que j'adore. J'aime d'ailleurs cette image où qu'on la trouve (films, bandes dessinées, livres): le gentil qui voit un ami mourir et devient furieux.

    C'est vrai que c'est basique, c'est vrai que ça a été étudié, travaillé, copié des centaines de fois, et que ça a un goût de prémâché. Mais personnellement, je suis fan de ce genre de passages :notme:
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  5. #5
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Messages 
    453
    "Il n'y a pas de Rhibel ! Il n'y a plus de Rhibel !"
    "A mort l'emperreur ! Je veux qu'il souffre. Je veux qu'il miaule. Je veux qu'il crève." .

    Pauvre Malek, oui :snif:. Mais Eleon (et Comeral) méritai(en)t bien çà ...

    Décidément Grenouille, tu me (nous ?) surprendra toujours...
    Je m'attendais un peu à une mort proche, mais j'aurais plutôt misé sur Dani :omg:.

    Et puis Malek ne devait pas être si endurant que ça pour mourrir d'un simple tir de carreau d'arbalète (1d8 dégâts ) :notme2:.


    On veut la suite !!! (encore combien d'épisode au fait ?)
    Envoyer vous aussi vos screenshot du jeu
    Screnshots

  6. #6
    Silk Invités
    Tu gâches un peu la mort de malek avec l'attitude de Shareen, mais bon...

    Sinon, tu n'as pas écrit un épisode par jour... j'vais calculé que le 35ème chapitre viendrait le 13, or nous sommes le 11 et tu n'as même pas fait le 30...

  7. #7
    Date d'inscription
    juillet 2003
    Localisation
    Elindore
    Messages 
    2 682
    La, c'est certain, Shareen devient vraiment totalement comme Rekk. Aussi haineuse et avide de vengeance.
    New Barbie Order - CEO

  8. #8
    Date d'inscription
    septembre 2003
    Localisation
    Paris
    Messages 
    723
    Pourquoi particulièrement gâcher la mort de Rekk ?
    Vous ne seriez pas furieux, vous, si quelqu'un tuait votre copine ? Personnellement, je sais que je le serais. On touche à un cheveu de sa tête et je deviens violent, alors je n'ose même pas imaginer ce que je ferais si le pire arrivait.

    Mettez-vous à la place de Shareen, aussi. Elle vient enfin de trouver quelqu'un qui tient à elle, qui la voit et l'accepte comme elle est, bref, qui l'aime. Et un abruti qui passait par là lui plante un carreau dans le ventre. Il y a de quoi s'énerver, quand même... nan ?
    MOD KIM TERMINE
    - Des centaines de dialogues et d'interactions
    - De nombreuses quêtes
    - De nouveaux objets magiques
    - Une véritable romance

    Roman d'Heroic Fantasy en feuilleton (un chapitre par jour)
    Intro 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20
    21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35

  9. #9
    Silk Invités
    On ne te demande pas d'être logique, quel serait l'intérêt du bouquin sinon ?

  10. #10
    Felia Invités
    Excusez du retard...

    Un combat très bien décrit, Shareen et Laath qui volent la vedette à Rekk, très bien...

    Et enfin...enfin, voila Malek mort, ça faisait longtemps qu'on (que je ?) l'attendais. Très bon.

    M'en vais lire le prochain... :notme:

  11. #11
    Graoumf Invités
    Originally posted by Grenouillebleue@jeudi 11 décembre 2003, 23h20
    Pourquoi particulièrement gâcher la mort de Rekk ?
    Vous ne seriez pas furieux, vous, si quelqu'un tuait votre copine ? Personnellement, je sais que je le serais. On touche à un cheveu de sa tête et je deviens violent, alors je n'ose même pas imaginer ce que je ferais si le pire arrivait.

    Mettez-vous à la place de Shareen, aussi. Elle vient enfin de trouver quelqu'un qui tient à elle, qui la voit et l'accepte comme elle est, bref, qui l'aime. Et un abruti qui passait par là lui plante un carreau dans le ventre.
    Personnellement j'aurai aimé voir Shareen anéantie plus longtemps par la disparition de Malek... puis ensuite animée d'une colère froide (à la Charles Bronson qui ouvre le tiroir de sa commode sans broncher)

    Mais bon chacun voit midi à sa porte. J'ai bien aimé ce chapitre et je dois avouer qu'aucun combat ne se ressemble depuis le début.

  12. #12
    Mad Invités
    Non j'y crois pas, pas Malek :snif:

  13. #13
    Date d'inscription
    octobre 2003
    Localisation
    Worms, Allemagne
    Messages 
    349
    Si, Malek :heu: :sad: :snif: ! Mais, maintenant Laath a perdu Deria et Shareen a perdue Malek. Il ne rete qu'eux de jeunes personnes ...

    (@Mad : trop bien ton avatar, ch'suis un fan de Calvin et Hobbes. Je dois avoir presque tout les bouquains en anglais.)

  14. #14
    Date d'inscription
    avril 2003
    Messages 
    634
    Salut ami Batracien

    Arf, la mort de Malek, c'est dommage moi je l'aimais bien le Licornéen.
    Bon, maintenant, on va avoir le droit à la vengeance d'une femme. Je sens que ça va saigner là.

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257