Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Moulou

  1. #1
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 528
    (venant du hall)

    La jeune servante gravit une série impressionnante de volées d'escaliers pour mener Mouloud jusqu'à un long couloir où s'ouvraient une douzaine de portes. Le Poilu la suivait péniblement, mais elle prenait garde de ne pas se laisser distancer. Un tapis bleu sombre couvrait les dalles de grès blanc, et des lampes à huiles diffusaient une lumière agréable. La dénommée Marine s'y engagea, menant son invité jusqu'à la deuxième porte sur la droite, qu'elle ouvrit.
    " Vos appartements, monsieur..." fit-elle avant d'entrer devant lui.
    Elle alluma deux lampes à huile, qui révélèrent une pièce somptueuse. Un grand lit à baldaquins, assez large pour accueillir au moins trois personnes occupait tout le mur de gauche. Un feu ouvert éteint coiffé d'un grand miroir lui faisait face. Il y avait également un bureau, une armoire basse, une penderie, et une porte s'ouvrait à côté de l'âtre. Trois larges fenêtres, immenses, étaient pour l'heure dissimulées par des tentures bordeaux.

    " Voilà... Si vous voulez prendre un bain, il suffit d'aller dans la salle d'eau, juste là..." dit-elle en désignant la porte.
    " Je vais aller vous chercher à boire et à manger... Est-ce que quelque chose de particulier vous ferait plaisir?" demanda-t-elle encore, amicale.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  2. #2
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Moulou ne répondit pas tout de suite. Il regardait le luxe de la pièce avec des yeux de merlan frit. Pour la première fois, un luxe au-delà de toute imagination était à sa portée. Il s'avança vers le lit et caressa l'étoffe douce et chaude à la fois. Le bois finement ouvragé brillait légèrement à la lumière des chandelles. Il testa le matelas. Pas trop mou, prometteur. Il se tourna soudain vers Marine. La jeune femme attendait. La faible lueur mettait ses traits en valeurs. Moulou laissa son regard s'attarder sur les formes agréables de la servante. Il pourrait... Le regard gêné de Marine et son propre reflet dans le miroir le ramenèrent à la réalité. Il ne pouvait pas, il ne fallait pas qu'il se laisse aller aussi facilement. C'était dangereux.

    Se détournant de la jeune femme restée silencieuse, il s'approcha du bureau, ouvrit les tiroirs avec une brusquerie qui fit grincer le bois. Du papier, des crayons. Une plume et de l'encre. Etrange ! Il farfouilla davantage mais ne trouva rien. Il se dirigea vers la penderie. Vide.

    - Où sont les vêtements ? Il parlait vite et avec rudesse.
    - Dans la salle réservée aux vêtements, Monsieur. Et la jeune femme fit mine de l'y conduire. Moulou la suivit. Il ne croisa personne dans le couloir. Mais il put admirer à loisir le marbre qui dallait le sol, lisse et glissant, brillant abondamment sous la lumière. Tout dans ce château n'était qu'éclat !

    Ils entrèrent dans une pièce carrée ornée de grandes armoires. Ouvrant la première à sa gauche il tomba sur des vêtements féminins. Il y en avait pour tous les goûts, pour tous les prix et toutes les occasions. Il tomba sur des vêtements affriolants. Une nouvelle bouffée de chaleur le fit suffoquer. Que lui arrivait-il ? Tout se passait comme si ses pulsions se libéraient, prêtes à bondir après des années de souffrance et d'horreur. Il était fils de Roi, dans un château censé être le centre de l'univers. Tout lui était possible. Il glissa un regard en biais vers la servante. Marine tenait toujours la chandelle sans faiblir, légèrement intimidée. Moulou voulait tendre une main. Il se retint encore. La colère le gagna et il se dirigea vers la deuxième penderie qu'il ouvrit avec violence, manquant sortir la porte de ses gonds.

    Il se trouva devant une armada de costumes masculins. Pouah ! Des tenues occidentales ! Il détestait les français, les européens ! Il détestait les trois quarts de l'univers ! Non ! TOUT l'univers ! Maudissant Dieu, maudissant les hommes, il enfonça ses mains dans l'amas de tissus et se mit à chercher, jetant au sol ce qui ne lui plaisait pas. Il finit par tomber sur une chemise sans col, toute simple, faite de lin brut. Il stoppa net. D'une main fébrile il palpa le tissu et ferma les yeux. Une floppée d'images lui revinrent. La montagne, le parfum des sentiers d'été, les chèvres gambadant dans les prés, la lueur de la bougie transformant les ombres en nouveaux invités de la salle commune. Sa mère qui le regardait avec attention. Ses frères occupés à jouer aux dés sur le tapis. Il se souvint s'être accroché petit à la robe de sa mère tant de fois et avec tant de fougue. Une robe de lin, teintée de brun. Il ouvrit les yeux et détacha lentement le vêtement de son cintre.

    - Où est le pantalon qui s'accorde avec ceci ? fit-il d'un ton dur. Marine se précipita, inquiète, et fouilla à son tour dans l'armoire avant de dénicher enfin un pantalon de toile brute. Elle le tendit au soldat qui la regardait avec des yeux brillants. Préférant ignorer ce qu'elle pouvait aisément y lire, elle se mit à ramasser la pile de vêtements jetés au sol et les rangea un à un dans la penderie. Sans un mot, Moulou sortit.

    Il profita très longtemps de son bain, n'étant dérangé qu'une seule fois, par une Marine fort pressée à abandonner le plateau de repas pour s'éclipser. Elle lui demanda s'il voulait quelque chose mais Moulou ne répondit que d'un grognement hostile. Elle disparut. Moulou se lava de fond en comble, heureux de se débarrasser de la boue qui s'était incrustée un peu partout. Les tranchées n'offraient comme baignoire que des mares de boue et de sang. Il sortit de l'eau et observa son corps dans la glace. Fin, décharné, quelques muscles apparaissant au milieu d'un noeud de nerfs, il n'était plus qu'une ombre, un fantôme hagard. Il portait un peu partout des cicatrices, certaines assez horribles. Comment avait-il survécu à toutes ces plaies ? Il se l'était souvent demandé. Il connaissait désormais la réponse.

    Il se parfuma outre mesure, craignant que des relens d'odeur de cadavres, de poudre, de sueur et de pisse ne vienne troubler ce nouvel état de grâce qu'il vivait. Puis, satisfait, il se glissa dans le lit et plongea dans un sommeil agité.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  3. #3
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 528
    Bombardement ! Mouloud reconnut tout de suite ce fracas, le sol qui tremble, qui se fend, et il jaillit hors de son lit. Impossible de trouver sa baïonnette, mais il se jeta à plat ventre, préventivement. Le sol tremblait toujours et du plâtras tomba du plafond. Soudain, une lézarde s’ouvrit dans le dallage, courant sous les pieds du lit qu’il venait de quitter, lequel s’affaissa dans un râle de bête blessée. Il faisait presque jour et la terre tremblait toujours.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  4. #4
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    La guerre ! Les tranchées ! Moulou avait rêvé son voyage en Ambre ! Il le savait, il l'avait toujours su ! Un rêve ! Un stupide rêve ! Et maintenant, les boches envoyaient un déluge de bombes ! Il hurla et se précipita au dehors en courant. L'instant d'après, un énorme bloc tomba du plafond et s'écrasa dans un nuage de poussière là où il s'était couché quelques secondes auparavant. Moulou plongea en avant et exécuta un ravissant roulé-boulé qui l'amena contre la porte. Il poussa un cri, croyant heurter un ennemi. Il se releva d'un bond, ouvrit la porte et se retrouva dans le couloir.

    Il se figea un instant. Il était toujours au château et le couloir déroulait ses fastes empoussiérés et tremblotant devant lui, raide et luxueux comme la veille. Moulou ne savait plus où il était. Rêve ou réalité ? A moins qu'il soit dans un château près de Verdun. Un service rendu à la Patrie qui lui aurait apporté honneurs et récompense ? Il n'eut pas le temps de réfléchir : la porte venait de sortir de ses gonds et de s'écraser sur le sol de la chambre dans un craquement sinistre. Moulou détala vers le hall.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257