HRP: voici le sujet où les explorations du familier de Mekren se déclineront... Normalement, il est le seul à savoir ce qui se dit et s'échange, mais comme d'habitude, je vous laisse seuls juges des choses que vous êtes prêts à savoir sans le savoir (si vous me suivez)...
Ceci se passe en parallèle de votre conversation dans le hall, donc n'hésitez pas à prendre le temps que vous voulez, puis je réinterviendrai. J'espère que tu connais tes codes couleurs...


Les cinq Ambriens se sont installés dans un petit salon richement meublé, mais dans lequel il n’y a aucune unité d’époque. La plupart des objets semblent étrangement modernes, comme arrachés à une Terre contemporaine, mais ils côtoient des tapisseries manifestement médiévales et des fauteuils rembourrés plutôt Renaissance.
« Je ne sais pas bien quoi faire... Je n’ai trouvé aucun document... Mais la ville tremble souvent depuis leur arrivée... Comme s’ils rendaient la structure même de la cité instable... »
« Et la Marelle ? »
« La Marelle est surexcitée. Les Voiles se cabrent, les lueurs tremblent, s’éteignent, flamboient. Elle réagit clairement à quelque chose. »
« Elle réagit dans quel sens ? »
« Ne pouvons-nous pas simplement discuter avec ces gens ? »
« Ne sois pas ridicule, tu veux. »
« Je ne vois pas en quoi il est ridicule... »
« La Marelle est défiante. Elle se défend contre quelqu’un ou quelque chose. »
« Mais que vois-tu chez cette femme, Fiona ? Est-ce que tu peux sentir ce qui se passe ? »
« Pas bien. Je sens qu’elle est investie d’un pouvoir important, mais je le cerne mal. »
« Tu es certaine que la Marelle ne se réjouit pas, plutôt ? Si elle est vraiment la soeur d’Obéron, peut-être qu’au contraire, c’est une joie légitime qui anime la cité... »
« En la faisant trembler ? »
« Tu as déjà vu un petit chien surexcité ? »
« Je ne peux pas croire que tu compares Ambre à un petit chien surexcité. Je n’ai rien entendu. »
« C’est juste une image, Fi. »
« Une image déplorable... »
« En fait, tu n’en sais rien, chère soeur. Simplement, tu refuses d’accepter qu’il est certaines choses que tu ignores. »
« Peuh ! Qu’elle traverse la Marelle, et nous en reparlerons ! »
« Je crois que nous devrions accepter ses revendications. »
« Quoi ? »
« Oui. Acceptons. Cela nous permettra de gagner du temps. »
« Ah, je commençais juste à m’y faire ! »
« Et tu faisais ça pas mal, dans le fond. »
« Oui, enfin... Pas vraiment dans les règles... »
« Envoyons des gens à nous dans sa suite, jusqu’à cette cité dont elle vient... »
« Quels genres de gens ? »
« Je ne sais pas, du genre qui traîne dans le hall ? »
« Quoi ? »
« Tu plaisantes... »
« C’est la famille, non ? Ça les concerne !»
« Et c’est toi qui dis ça !!? »
« Je rêve. »
« Le magicien a du potentiel. »
« L’autre aussi, si on le nettoie. »
« Ce n’était pas exactement ce que j’avais en tête... »
« Ils débarquent, quand même, non ? »
« Je peux leur adjoindre Sam. »
« Sam ? »
« C’est pas un cadeau. »
« Je me passe de tes commentaires... »
« Je vais les chercher. »
« J’ai promis à Julien de le ramener à Londres ce soir... »
« Julien ? »
« Qui a eu la bonne idée d’appeler son fils Julien ? »
« Julian ? »
« Oui, enfin, il est imbu de lui-même, mais quand même... »
« C’est toi ? »
« Non, ce n’est pas moi ! »
« Bon, on lui expliquera que la situation a un peu changé... »
« Je ne sais pas si... »
« Je lui expliquerai que la situation a un peu changé. »
« Bon... J’imagine que je ne peux que m’incliner. »
« Pas trop bas, si tu veux bien. La vue sur ta poitrine ne m’intéresse qu’à moitié... »
« Oh, tu es... »
« Gérard, va les chercher... »
Gérard se leva et retourna vers le Hall.