Affichage des résultats 1 à 10 sur 10

Discussion: Boue, sang et larmes. Verdun.

  1. #1
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Sooooldaaats ! En avaant ! Pour la Fraaaaaaance !

    La lame pointant un ciel de bouillons gris, le capitaine Doran bondit par-dessus les sacs de sable, hurlant comme un possédé. Derrière lui, après une seconde d'hésitation, les soldats s'élancent à leur tour. Ils courent de toute la force de leurs jambes sur le terrain boueux, complètement dégagé. Une seconde, deux, trois, quatre... Le premier sifflement, fidèle au rendez-vous, toujours ponctuel. Il chante dans les aigus, semble s'éteindre. C'est l'explosion. Une gerbe de boue, de terre et de cailloux s'élève dans un bruit assourdissant, manquant de peu la ligne humaine qui galope, désespérée. D'autres sifflements se font entendre, oiseaux de mauvaise augure. Le concert de déflagrations vient de commencer. Les hommes hurlent. Des corps disparaissent, comme volatilisés. René pousse un cri, une baillonnette volante l'ayant manqué de peu. Rafik gueule, comme d'habitude. Il court, les yeux fermés, la pointe du fusil droit devant. Il court en beuglant sans discontinuer, comme pour chasser les mines de sous ses pas et effrayer les obus qui pleuvent comme un lundi de Toussaint. Omar et Mohammed sont à gauche. Ils avancent plus lentement, scrutant le ciel à chaque pas pour voir où va tomber le prochain oiseau de mort et de fer. Au milieu du champ de bataille, au milieu des soldats qui dansent en tentant de rejoindre les tranchées ennemies, Moulou chantonne.

    Il avance, sautillant, les yeux perdus dans le vide. Il chantonne une mélopée de son enfance. Une ritournelle villageoise que sa mère fredonnait chaque soir après le dur labeur. C'était dans la chaleur orangée de la pièce de séjour, en humant les derniers effluves du repas.

    Une ombre surgit du sol, criant derrière des lunettes crasseuses. Moulou enfonce la gachette. L'ombre s'écroule. Il s'arrête, recharge son fusil.

    Pa est entré, éreinté, comme chaque soir.

    C'est à cette heure-ci que tu rentres, Ben Naceur ?
    La voix de sa mère est dure. Froide comme la pierre en fin de nuit. Les yeux de pa battent en retraite, prêts à rompre les digues. Pa n'est qu'un lâche, une loque humaine. Moulou sent la colère monter en lui. Il se lève, saisit un couteau sur la table. Il va en finir. Il s'approche de l'homme qui pleure, à genoux dans un coin. D'un coup, il l'enfonce dans les côtes. L'homme pousse un gémissement. Il cesse de se plaindre. Il cesse de trembler. Il cesse tout court. un boche en moins.

    Moulou regarde autour de lui, les deux mains sur le fusil. Il tourne la baïllonnette ensanglantée jusqu'à la garde vers une nouvelle ombre. Il chantonne toujours dans le vacarme des bombes, des rafales et des cris d'agonie. Il s'approche. Hop ! La pointe s'est perdue dans le gris, elle ressort toute rouge. L'ombre a-t-elle crié ? Moulou n'a rien entendu. Il chantonne...


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  2. #2
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 553
    HRP: je sens que je vais souffrir... Tu m'excuseras de ne pas me métamorphoser en une experte de la guerre 14-18 endéans les 24 heures... :notme:

    Un grand fracas retentit soudain et Moulou se sent tomber dans la boue. Son visage plonge le sol mou, la fange grise, qui lui semble un instant presque chaude et douce, comme le sein d'une mère. Puis il s’endort. Il ne chante plus, mais la petite mélodie lui reste en tête, encore quelques secondes, avant qu’il ne sombre.

    " Honnêtement, je crois que ça veut tout dire... Regarde... L’éclat d’obus est entré là... et un autre ici... Ce gars était bon pour la poubelle hier soir, et le voilà presque cicatrisé... Je ne veux pas te manquer de respect, Ben, mais honnêtement... "

    Moulou ouvre un oeil sur une petite tente vert sombre. Au-dessus de lui se trouvent deux hommes, en grande conversation. Le premier, en uniforme bien coupé, il le connait bien, même s’il ne l’a jamais rencontré. C’est le général Benoît Dembre, dont la photo est souvent dans les journaux qui traînent aux chiottes. Il y a des hommes du régiment qui crachent dessus, souvent, aussi. Le deuxième homme, c’est le docteur Gérard Dembre, qui essaie toujours de remettre sur pied les soldats quand ils souffrent. On pourrait penser que c’est le frère du général, mais Moulou trouve qu’ils ne se ressemblent pas du tout. Mais alors là, vraiment pas.


    " Il n’est pas à moi. " dit le général avec le plus grand sérieux.

    Le docteur rit, et son visage barbu s’illumine comme si c'était la chose la plus drôle qu'il ait jamais entendue.

    " Je n’ai pas dit ça, Ben. Je t’ai juste fait remarquer que ce petit gars n’était pas d’ici. "
    " Il pourrait être des Cours. "
    " Peut-être... "
    " Il est réveillé. "

    Le docteur se penche sur Moulou.

    " On a bien dormi ? "
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  3. #3
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    HRP : si cela peut te rassurer, je n'ai aucune connaissance en art martial, qui plus est de la guerre 14-18, en dehors de ce que j'ai pu voir dans les films (comme Un long dimanche de fiançaille par exemple). Je sais juste qu'il pleuvait des bombes et que les gaz étaient utilisés pour la 1ère fois dans les tranchées. Pour le reste, je reprends les clichés habituels. Ne crains donc pas de t'y lancer aussi.

    Est-ce une farce ? Y a-t-il de l'humour au paradis ? Ouloud Mouloud n'en croit pas ses yeux : les anges se sont déguisés en deux personnages honnis, deux enflures de français. Les frères Dembre qui plus est ! Le général qui les envoyait à la boucherie tandis qu'il restait tranquillement assis dans un fauteuil du carré des officiers à siroter un bon alcool, et le médecin qui, plutôt que de laisser les condamnés crever et se libérer de cette prison à ciel ouvert, les remettait debout, prêts à reprendre le fusil pour retourner se faire lyncher. Le second maintenait les réserves du premier en quelque sorte. Si donc les anges ont choisi de se déguiser pour l'accueillir, ils ont un humour particulièrement sordide.

    Cette réflexion est alors accompagnée d'une prise de conscience : les odeurs de la pièce commencent à être identifiables. Il reconnaît les vapeurs d'alcool pur, le parfum cuivré du sang séché, l'omniprésente odeur de poussière terreuse qui envahissait l'air à l'intérieur comme à l'extérieur. Il y a aussi ses propres effluves, de sueur et de m erde, qui au début lui avaient fait honte avant de disparaître sous l'épaisse couche d'horreurs qu'il avait eu à affronter.
    Vivant ! Je suis vivant ! Et cette pensée l'emplit d'accablement. Il se sent soudain écrasé par cette carcasse qu'il traîne depuis trop longtemps. Et il ne comprend pas : Pourquoi Allah s'évertue-t-Il à me garder en vie ? Y en a 3000 qui crèvent chaque jour ! Pourquoi pas moi ? Mon frère... Le souvenir de Thalaad le prend à la gorge. Il le voit, criblé de balles, attaché à un poteau. Des larmes lui montent aux yeux. Fixant le plafond, Ouloud Mouloud pleure en silence, les poings serrés. Une haine féroce monte peu à peu en lui. Haine contre le général, contre les Français, contre la vie elle-même.

    Au-dessus de lui, le docteur Gérard Dembre est à la fois rassuré et perplexe. Son patient pleure-t-il de joie ? Il répète :

    Alors, on a bien dormi ?
    Sans crier gare, une main vient de jaillir et serre sa gorge, comme un étau. Les yeux globuleux, la bouche ouverte en un rictus de rage, le soldat Ouloud Mouloud est en train d'étouffer le médecin. La mort dans au fond de ses yeux.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  4. #4
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 553
    HRP: je te laisse les "pensées" de ton énergumène... :..:

    Le docteur Dembre écarquille tout juste les yeux, puis prend la main de Moulou dans la sienne et serre à son tour. La poigne du docteur briserait sans doute un tronc tant elle est forte. Mais Moulou ne lâche pas, il a toujours les doigts crispés sur la gorge de sa victime.
    " Tu vas lui broyer la main.... " dit le général Dembre.
    " A la vitesse à laquelle il récupère, ce n’est pas dramatique... " répond le médecin, sans se démonter, apparemment peu dérangé par la tentative de meurtre dont il fait l’objet.
    Un craquement sec retentit quand un des os carpiens de Moulou se rompt. Il ressent une douleur atroce dans le bras, mais ne desserre pas les doigts.

    " Il m’a l’air assez atteint, quand même... " continue le général, passant une main nonchalante sur son visage allongé.
    " C’est de famille, tu sais ça, Ben... " fait le médecin,hilare.
    Le médecin glisse ses doigts sous ceux de Moulou et l’oblige à lâcher prise, très facilement, doigt par doigt. Une fois libre, il garde néanmoins le bras du blessé tendu, histoire de se prémunir d’une nouvelle agression.

    " Bon, on en fait quoi ? "
    Le général Dembre regarde ailleurs, un instant. Il semble contrarié.
    " Je voudrais qu’on refasse l’assaut encore une fois sous la pluie. J’avais prévu de tester l’orage et la neige, aussi. Ça ne m’arrange pas de contacter Ambre, Gérard. "
    " Cinq minutes, ça nous prendra. "
    " On dit toujours ça, et une nouvelle intrigue nous attrape... Je ne sais pas. "
    " Cinq minutes. "
    Les deux hommes se regardent. Au dehors, le silence est presque surnaturel, comme si le temps était suspendu. Seule la plainte d’un homme, dans une tente voisine, trouble la tranquillité, emplissant l’air comme le cri sinistre d’un fantôme. Ni le général, ni le médecin ne l’entendent. Ils se dévisagent, simplement.
    " Soit. Appelle donc Fi, si ça te chante. " finit par dire le général, en haussant les épaules.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  5. #5
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Aveuglé par la rage, Ouloud Mouloud n'avait pas tout de suite compris. Il lui fallut plusieurs secondes pour se rendre compte que son étau semblait rester sans effet sur le médecin voire même poussait celui-ci à lui provoquer de nouvelles douleurs. Il avait vu ses doigts être retirés par une poigne de fer avant de se retrouver maintenu à distance, le bras emprisonné. Et puis, il y avait eu cette étrange conversation. Le général voulait tester la neige et l'orage ??? Et qui était ce Fi ? Peut-être était-il vraiment au paradis ? Ouloud chassa cette pensée. Le décor était trop réel, trop terrestre. Il regarda les frères Dembre un long moment, avant de lâcher, hébété :
    Qui est Fi ?... euh... mon général ? On n'oublie pas certains réflexes acquis !


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  6. #6
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 553
    Le général lève la tête, manifestement surpris que le blessé lui adresse la parole de la sorte, mais sa contrariété ne semble pas y trouver sa source.
    « J’attends dehors. » dit-il, à l’intention du médecin, qui soupire, puis lâche Moulou et fouille dans ses poches.
    Le général, lui, pousse le pan de toile qui cache la nuit, et sort au dehors. Mouloud entend qu'il s'est mis à pleuvoir. Bientôt, un éclair claque.

    « Fi arrive, reste tranquille... » dit le docteur au blessé, s’affairant.
    Au bout de quelques secondes, il sort une boîte en carton, un paquet de cartes allongées, des cartes de tarot. Moulou les reconnaît parce qu’il a déjà vu des soldats y jouer, entre deux assauts, quand les bombes cessent de pleuvoir. Chez lui aussi, les hommes jouaient aux cartes, parfois, le soir, mais pas avec ces cartes-là. Les règles du tarot, il ne les a jamais bien comprises. Le médecin regarde les cartes une par une, les sourcils froncés, puis son visage s’éclaire, il en choisit une qu’il tend devant lui, la fixant intensément, comme on regarderait un miroir. Soudain, il se met à parler. Ouloud Mouloud n’entend pas ce qui se dit, il voit juste le médecin, immobile, qui converse avec le vide. Puis soudain, il tend la main gauche devant lui, semble saisir quelque chose, et de nulle part, surgit une toute petite femme rousse, dans une robe pourpre et brillante, qui n’a décidément pas sa place dans une tente, à Verdun.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  7. #7
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Alors là ! Moulou a des yeux ronds comme une bille. Quelle est donc cette magie ? Un djinn ? Est-il face à des démons ? De la part de français, cela ne l'étonnerait pas. La panique le saisit. Il est tombé sur des êtres maléfiques. Mais pourquoi l'avoir maintenu en vie ? Est-ce pour lui voler son âme ? Moulou tente de se lever, de fuir mais il parvient à peine à contrôler ses mouvements. Il s'appuie du dos sur le mur, cherche à s'y enfoncer. Devant lui, la petite femme aux cheveux couleur enfer parle avec le médecin.


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  8. #8
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 553
    HRP: Désolée, je parle beaucoup, mais il faut qu'on avance!

    La petite femme rousse se tourne vers Mouloud, elle a des yeux verts incroyables, qu’elle fixe dans ceux du jeune homme, un instant. Il se sent complètement paralysé.
    " Benedict est ici, n’est-ce pas ? " demande-t-elle, sans quitter Mouloud du regard, mais ce n’est pas à lui qu’elle parle.
    " Benedict, heu... " répond le docteur Dembre, en regardant ailleurs, les mains dans les poches de son tablier.
    " Benedict, oui. Un grand échalas avec une lance ? "
    " Hum... "
    " Va me le chercher. " fait-elle.
    " Fiona, je crois qu’il... "
    " Va me le chercher. "
    Le docteur Dembre est au moins deux fois plus massif que la petite dame, mais il obtempère en grommelant, quittant la tente avec humeur. Mouloud est terrorisé, on l’a laissé seul avec cette créature venue de rien. Son regard est froid et scrutateur, et il ne peut pas bouger, tous ses muscles l’ont trahi. Seule la douleur irradie toujours dans sa main brisée. Soudain, il sent un petit chatouillis dans son front, puis une légère impression de caresse tiède à l’intérieur de son crâne, suivie d’une sorte de succion.
    " Que de désordre dans cet esprit... " murmure-t-elle. " Ouloud Mouloud Ben Naceur... Hum... "
    La tente s’ouvre à nouveau sur le docteur qui tire le général par le bras, de manière bien peu cérémonieuse. Mais Mouloud est perdu dans le regard vert qui le découvre peu à peu. La dénommée Fiona ne se retourne pas.
    " Benedict, nous avons un problème en Ambre et besoin de toi. "
    " Quelle surprise, encore ? " raille le général.
    " Nous rentrons. Et nous prenons ce jeune homme avec nous. "
    " Il est... " demande Gérard, sans lâcher le général.
    " Ambrien, oui. Tu es sûr qu’il n’est pas de toi ? "
    " De moi ? C’est ridicule ! " s’exclame le médecin.
    " Je pense qu’aucun d’entre vous ne garde vraiment les comptes de ce qu’il sème... " fait-elle.
    " Vous ? Que sous-entends-tu ? "
    " Que pour nous, les femmes, c’est un peu plus difficile d’oublier ces choses. " rétorque la petite rousse.
    " Oh. Bien sûr... " fait le médecin, confus.
    Le général a un maigre sourire. La petite rousse abandonne Mouloud et fait face aux deux soldats.

    " Bon, attrape-le, nous partons. "
    Le médecin se dirige vers Mouloud, qui sent soudain la force revenir dans tout son corps.
    " Lève-toi, mon grand, on va partir en promenade... " dit le docteur, avec un sourire affable, attendant que son patient agisse de lui-même.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

  9. #9
    Date d'inscription
    décembre 2003
    Localisation
    Bruxelles
    Messages 
    469
    Le médecin le regarde, un sourire carnassier aux lèvres. Il semble attendre. Attendre quoi ? Que Moulou les accompagne ? Qu'il suive ces fous ? La femme a sousentendu qu'il pouvait être du docteur. Que voulait-elle dire ? Moulou n'a, à aucun moment, pensé à l'allusion filiale, tant il est clair pour lui que ses parents sont ceux qu'il a toujours connus et que sa mère n'a jamais été souillée par un de ces cochons de français. Il n'a pas non plus compris pourquoi la rousse appelait le général Benedict. Ne s'appelle-t-il pas Benoît ?

    Le docteur Dembre s'impatiente :

    On ne va pas y passer la nuit ! Faut-il que je te serre l'autre main ? Mon grand ?
    L'algérien est perdu. L'homme est bien capable de lui broyer les membres un par un. Ce démon semble en outre invincible. Moulou n'a pas d'autres choix. Il trouvera bien un moyen de s'en sortir mais il en profitera aussi pour trouver une réponse aux multiples questions qui se bousculent dans sa tête. Il hoche de la tête et sort en silence, les yeux roulant en tous sens, capturant chaque détail.

    Dehors, la neige tombe et a masqué les reliefs torturés des tranchées. Etrangement, on n'entend plus les coups de canon qui, avec une régularité de métronome, projetaient leurs cadeaux de fracas et de mort. On n'entend plus non plus les hurlements des blessés. Où sont passés les soldats ? Autour d'eux, tout est blanc et silencieux. Moulou ne voit plus que 3 personnes autour de lui. Escorte apparemment tranquille, mais qui le terrifie. Où ces démons l'emmènent-ils ? En enfer ?


    Mon perso RP : Masha'a Pradonis

  10. #10
    Date d'inscription
    août 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    35 553
    Le général, le médecin et la mystérieuse petite femme rousse sont à présent debout dans la tranchée. Le temps s’est arrêté, pour quelques instants seulement. Mouloud est à leurs côtés, penaud, perdu, peut-être pire. Fiona sort une carte de tarot de sa poche. Par-dessus son épaule (elle est si menue), Mouloud peut voir ce qu’elle représente : une salle. Une salle avec des draperies où danse un animal qui n’existe pas. Il a le regard fixé sur cette étrange image, il ne sent presque plus la grosse paluche du docteur qui lui tient le bras. Soudain, autour d’eux, la salle grandit, grandit, englobe l’espace, dévore la tranchée, recouvre le ciel, et Mouloud qui tremble sent les doigts du médecin que le tiennent, qui le stabilisent aussi, et il se sent presque en sécurité. Quand on le pousse doucement pour qu’il avance, il fait un pas, derrière la petite rousse, et en une seconde, il a quitté Verdun et son fracas pour poser le pied dans le hall du château d'Ambre.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, en fin de parcours

Discussions similaires

  1. Bonus des larmes
    Par Bouliiar dans le forum La Taverne d'Amkethran (Baldur's Gate 2)
    Réponses: 34
    Dernier message: 21/07/2005, 14h10
  2. [Délire]Arènes de combats de boue et autres
    Par Aloysius Kelsen dans le forum Les archives de Lumenis
    Réponses: 59
    Dernier message: 30/05/2005, 21h00
  3. L'univers des Chroniques de Sang
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 18
    Dernier message: 15/01/2004, 10h08
  4. Bientôt des nouvelles des Chroniques de sang...
    Par EricDesMontagnes dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 3
    Dernier message: 16/10/2003, 08h56
  5. Un an de Chroniques de sang
    Par Elgaern dans le forum Les Chroniques de Sang
    Réponses: 13
    Dernier message: 09/02/2003, 20h32

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250