Affichage des résultats 1 à 16 sur 16

Discussion: Londres: une représentation banale?

  1. #1
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Il était temps. Julien n'en pouvait plus d'attendre derrière le grand rideau rouge qui servait de coulisses à la troupe des Cowenshoes. L'homme colosse finissait son numéro, après avoir brisé maints blocs de rocaille factices et creux. Son numéro était le suivant, et, comme tous les autres, on le prendrait pour un charlatan.
    Julien n'avait jamais trouvé quoi que ce soit qui dépasse le plaisir de la scène, et plus particulièrement celles des cirques. Cette impression de lutte avec la foule, la conscience d'avoir un auditoire subjugué par charmes et artifices était son pain béni. Il se délectait d'être le centre de toutes les attentions, mais de ce genre d'attentions qui feraient rager plus d'un magicien amateur; Julien ne prenait jamais aussi bien son plaisir que quant il entendait, murmurés depuis les premiers rangs, des "il y a un truc, je le sais", "il a une fausse manche", et autres dénigrements de son art. Ce soir, encore, il n'hésiterait pas à en rajouter, à emphaser, à prendre un ton grandiloquent, rien que pour qu'on s'imagine que son art n'est que fausseté. Il était heureux d'être tombé dans cette troupe un peu miteuse, ou rien ne sonnait vrai. Personne ne pouvait soupçonner ses aptitudes réelles pour peu qu'il joue au charlatan.

    Alors que le directeur sautait sur scène pour l'annoncer, Julien, toujours caché dans l'ombre du rideau, plongea la main dans un des larges replis de sa robe de scène. Il rencontra rapidement le contact chaud et lisse qu'il y cherchait. Kyrdik, son petit familier dragon-fée, sommeillait dans une de ses poches. A peine plus gros que le poing, le petit animal le suivait partout sans que personne ne soupçonne jamais sa présence. Il reçut une petite pensée ronronnante en échange de sa caresse. Ce genre de petites effusions leur servait de rituel avant de rentrer en scène.

    Enfin, le directeur lâcha avec emphase son nom de scène, quelque chose de ronflant et de grandiloquent qui lui seyait on ne peu plus mal, à son grand bonheur. Il écarta alors le rideau et se retrouva dans la lueur des projecteurs qui illuminaient la scène.
    Le public était là, et si la salle n'était pas pleine, le cirque ferait recette ce soir là. Quoi que cela n'importa aucunement à Julien.
    Lorsqu'enfin il fit son apparition sur la scène, drapé dans son ample robe bleu nuit parsemée de paillettes, le public applaudit faiblement, attendant de voir ce que lui réservait le nouveau venu.


    "Mesdames et messieurs, ce que vous allez voir ce soir dépasse votre entendement et tout ce que vous auriez pu imaginer! Commença Julien, d'un ton tellement caricatural qu'il manqua de s'étouffer de rire tout seul. Il se contint heureusement, et continua son boniment.Je vais, ce soir, devant vos yeux ébahis, faire preuve de mes incommensurables talents! Voyez ce jeu de cartes!
    Le numéro le plus banal possible. La chose la plus simple à réaliser. Celle que n'importe quel truc pouvait venir imiter. Julien demanda à un membre du public de venir vérifier la validité du jeu de cartes. La spectatrice choisie, sceptique, vint sur scène et approuva après avoir observé longuement le paquet de cartes.
    "Madame, me ferez vous l'insigne honneur de me nommer une carte, avant d'en retirer une au hazard dans ce paquet?
    La spectatrice prit un air pensif à la limite du ridicule, et Kirdyk, observant depuis la poche secrète de la robe de scène, ne put s'empêcher d'arroser l'esprit de Julien de critiques amusées. Celui-ci dut s'empêcher de se départir de son air pénétré tant les portraits que son familier pegnait étaient acides et drôles.
    La spectatrice nomma l'as de pique. Julien étala son jeu sur une petite table basse prévue à cet effet, et invita la dame à choisir une carte. La main s'avança, hésitante, comme toujours. Les yeux de Julien suivirent les hésitations de la main, prêt à anticiper l'endroit où elle allait s'abattre.


    Un petit sursaut... Retour, oscillation... Les doigts se lèvent, prêts à saisir. C'est le tour le plus simple. Rien de plus aisé. Conjurer discrètement la carte demandée, juste là ou la main comptait s'abattre. Rien que quelques millièmes de secondes. Pas besoin de triche. C'est tellement facile...

    Comme tous les soirs, la main choisit la carte invoquée. Et l'as de pique fut dévoilé aux spectateurs. murmures étonnés dans la salle, petite discussion entre les spectateurs. Quel est le truc? Doit on se demander, comme toujours. La dame rendit la carte à Julien en le dévisageant d'un air étonné somme toute assez jouissif. Julien ne perdit pas son temps. La carte disparut promptement dans sa main, et c'est une paume vide qu'il présenta à la foule. Il entendit distinctement le "dans sa manche" qui fusa depuis le premier rang.
    Il se retourna instantanément vers l'importun, et sauta a pied du gradin ou se trouvait son homme avec l'air terrible d'un mage humilié. L'autre recula instinctivement, mais Julien, plus prompt, lui attrapa le bras.

    "Mais voyons, cher monsieur, plutôt que de dénigrer mon art, vous feriez mieux de me rendre ma carte! Elle doit traîner au fond de votre poche..."
    Réinvoquer la carte sous les doigts tâtonnants du gêneur. Là...
    L'importun trouva la carte et l'exhiba, avec un air ébahi qui fit sourire Julien. Il arracha le bout de carton de la main de l'homme, et le saluant d'un merci bien moqueur. A nouveau, la carte disparut.

    Ce tour là leur donnerait à réfléchir, comme à tous les autres. Il n'avait pas mis son bras ailleurs que sur la manche de l'homme. Quelle manipulation avait bien pu mener la carte à arriver dans la poche de sa victime?
    L'incrédulité des hommes face aux véritables dons ferait toujours l'affaire de Julien. du moins le croyait-il. Il fit quelques autres tours, tous aussi simples. Ses vraies capacités étaient capables de mettre le feu au chapiteau ou de lancer un sanglier sauvage dans la salle, et il n'avait pas l'intention de mettre la pagaille.

    Ayant fini son numéro, il salua, et se prépara à rentrer en coulisses.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  2. #2
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    HRP: J'éditerai ce qui est hors personnage en fonction de tes commentaires...

    Alors que Julien regagnait le cagibi miteux qui lui servait de loge, la jeune contorsionniste asiatique qui passait en toute fin de spectacle l’intercepta, rougissante comme toujours.

    " Ju... Julien... Une dame veut te parler... "

    Ce n’était pas là chose étonnante, les prouesses du jeune magicien lui attiraient souvent des admirateurs désireux de lui soutirer les secrets de son art. Ce qui était plus surprenant, c’est que la dame en question n’ait pas attendu que la représentation soit terminée pour venir à sa rencontre. C’était relativement injurieux pour le reste de la troupe, même si Julien était parfaitement conscient de sa médiocrité générale. Il suivit donc la jeune fille dans le couloir mal éclairé qui menait à l’entrée des artistes, vaguement curieux. Dans sa poche, Kirdyck tressautait d’excitation.
    La première chose que Julien aperçut en atteignant la sortie, fut la volute de la fumée d’une cigarette, colorée par le néon rosé qui coiffait la porte. Appuyée au mur, une femme l’attendait, blonde, les yeux clairs, un sourire mutin sur les lèvres. Elle portait un long manteau vert sombre, cintré, qui mettait en valeur une silhouette plus qu’harmonieuse. Kirdyck se permit un commentaire qui choqua presque Julien. C’est vrai qu’elle était très belle. Mais ce qui frappa d’avantage le jeune homme est qu’il la connaissait : c’était le Docteur Melron, qui s’était occupée de son cas des années plus tôt, alors qu'il n'était encore qu'un enfant. Elle saisit d’ailleurs la lueur dans ses yeux.


    " Mon Dieu... C’est que tu as bien grandi... " fit-elle, souriante, lorsqu’il s’immobilisa devant elle.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  3. #3
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Julien réprima un mouvement de recul. Il n'avait pas gardé beaucoup de bons souvenris de l'hopital. Oh, personne n'était méchant avec lui, non, mais... C'était cette impression d'être constamment surveillé, d'être cloîtré et observé comme une bête en cage qui l'avait poussé à s'enfuir. Au cirque, ce n'était pas pareil. Un peu d'amiration, un peu de suspicion, et surtout une once de rêve. Rien de froid et distant, pressant constamment sur les épaules, comme l'atmosphère de l'hopital.
    Kirdyk sentit le flot de souvenirs désagréables que la présence du docteur Melron faisait remonter à l'esprit de Julien, et il stoppa immédiatement ses commentaires salaces. Il avait servi à Julien de confident, et il n'ignorait pas grand chose des trois années d'études dont Julien avait fait l'objet. Il n'ignorait pas non plus qui était la personne en face de lui.
    Julien resta un instant coit, alors que la femme recrachait un long jet de fumée âcre, attendant qu'il lui réponde. Puis, il se décida et prit la parole, sur un ton où pointait l'agressivité qu'il sentait monter en lui.


    "Je pensais en avoir fini avec les gens de votre espèce, Docteur Melron. Qu'est ce qui vaut à un petit forain sans intérêt la visite d'une telle éminence scientifique?"

    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  4. #4
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Elle rit doucement.

    " Mon cher, vous n’en aurez jamais fini avec les personnes de mon espèce. D’ailleurs, nous sommes plus semblables que vous ne le croyez... "

    Elle lança alors un regard noir à par dessus l’épaule de Julien, faisant fuir la petite contorsionniste, qui avait jusqu’alors suivi leur conversation. Le jeune magicien savait pourtant qu’il s’agissait là d’une précaution peu nécessaire : Ming Na comprenait à peine l’anglais.


    " Bon. Honnêtement. N’en avez-vous pas complètement par-dessus la tête d’exploiter vos talents à des amusettes stériles ? "

    Elle posa une main gantée de velours sur son avant-bras.

    " Vous valez mieux que ça. "

    Réalisant qu’il se dérobait, elle retira sa main.


    " Que diriez-vous de venir manger un morceau avec moi ? Je suis certaine que ces grandes prouesses magiques vous ont... épuisé... " railla-t-elle.

    Même moqueuse, elle était quand même sacrément séduisante.

    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  5. #5
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Julien s'arrangea pour s'écarter hors de portée de la main gantée. Le contact de la femme n'était pas sans effet sur lui, mais il ne voulait aucunement se l'avouer, et pour cacher son trouble, il répartit sur le ton le plus agressif et borné possible:

    "Je vaux peut-être mieux, mais vous m'avez assez dégoûté de ce mieux pour que je n'aie guère envie d'y revenir, lança Julien. Alors vous m'excuserez, mais je n'ai pas une envie folle de venir avec vous pour vos beaux yeux. Nous parlerons ici, même si l'aspect modeste vous indispose, chère madame."

    Pourquoi l'aurait-il suivi, d'ailleurs? C'était peut-être un piège pour le ramener dans une de ces salles affeusement blanches et pleines d'instruments incompréhensibles et effrayants. Ou alors... Non! Il ne devait se laisser aller à des pensées aussi ridicules. Cette femme était son ennemie et le resterait tant qu'il n'en saurait pas plus.
    Quand même, une phrase l'intriguait. Le docteur lui avait dit que tous deux étaient plus semblables qu'il ne le croyait. Il ne comprenait pas, mais il sentait que l'information devait être importante. Il lui fallait savoir ce qui se cachait derrière cette phrase.
    Il se départit un peu de son ton exaspéré et s'affala dans un fauteuil défonçé. D'un geste vague de la main, sans la regarder en face, il invita la femme à s'exprimer.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  6. #6
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Julien ne vit donc pas la moue agacée qui tordit un instant les traits du Docteur Melron.

    " Vous êtes difficile, Julien. Bien comme votre père, à cet égard, ça ne devrait même pas me surprendre. Mais vous devriez d’abord vous en prendre à vous-même... Si vous n’aviez pas fait le mariole quand vous étiez petit, vous n’auriez pas été repéré par les médecins. Un enfant intelligent garde ces choses pour lui-même. Vous aviez envie qu’on vous regarde, voilà la vérité. Et je ne vous blâme pas, c’est certainement génétique. "

    Elle resta debout.

    " Vous ne vous en souvenez sans doute pas vraiment, mais j’étais une des plus modérées parmi vos médecins, et pour vous dire les choses telles qu’elles étaient, vous pourriez être dans un tout autre état si je n’avais pas veillé à réprimer les velléités les plus intrusives concernant votre étude. Regardez-vous... Vous êtes adulte, en bonne santé. On ne vous a même pas prélevé le moindre gramme de cervelle ! Vous devriez me remercier plutôt que de vous comporter comme un gamin ingrat. "

    Elle s’assit brusquement à côté de lui et lui prit la main, le forçant un instant à la regarder droit dans les yeux. Sa voix se fit beaucoup plus douce, soudain, et Julien se sentit un instant captivé par son superbe regard.

    " Je ne savais pas encore qui vous étiez, Julien. Vous devez comprendre... Vous vous êtes enfui alors que je m’apprêtais à vous emmener avec moi... Et j’ai mis bien des années à retrouver votre piste. "
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  7. #7
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    (marre de wanadoo... Vient de me faire perdre vingt minutes en m'explosant la page deux secondes avant que je poste... Arghhhh...)

    Julien ne retira pas sa main comme il l'aurait fait quelques instants plus tôt. Trop de choses venaient d'être dites, en si peu de temps. Il ne comprenait plus rien. La situation s'éloignait rapidement de l'idéal de simplicité qu'il s'était forgé, lui le gentil et le docteur Melron la méchante. De plus, elle semblait savoir bien plus de choses que lui sur sa propre existence.
    Elle avait tout d'abord parlé de son père. Et semblait le connaître. Alors que lui en avait à peine entendu parler, seulement quelques mots évasifs que sa mère avait daigné lui jeter lorsqu'il l'avait questionnée.
    Elle lui avait parlé comme s'il était quelqu'un ou quelque chose d'important, quelqu'un qui "etait". Le problème de Julien, c'est que cette existence était un mystère complet pour lui. Il était un petit forain de seconde zone, capable de faire quelques tours... Et se baladant avec une créature non terrienne dans la poche, soit. Il était capable de voyager loin de la Terre en rêve, soit. Mais qui n'était pas capable de s'évader dans un monde imaginaire? Il n'avait dans le fond rien de très particulier...
    Mais alors?


    "Je ne comprends plus rien. Est-ce que vous pourriez être un peu plus explicite, j'ai comme l'impression de ne pas être dans le coup...
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  8. #8
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    HRP: ne pas hésiter à me donner un feedback par rapport au rythme, contenu, n'importe quoi... Tant qu'il n'y a pas de grands cris, je continue sur ma lancée...

    " Ne vous inquiétez pas, je suis ici pour faire la lumière, justement. "

    Elle sourit doucement et toucha le visage de Julien, dessinant le contour de sa mâchoire d’un doigt délicat.

    " Vous vous souvenez peut-être de ce qui doit être pour vous un rêve ancien... Un tracé lumineux, bleuté, complexe, sur le sol d’une grande pièce plongée dans l’obscurité, dans une cave étrange... Je vous y ai emmené, une fois, vous aviez juste 12 ans... Je l’ai fait dans la nuit, et j’imagine que votre souvenir est confus, s’il en reste quoi que ce soit. Il s’agit de la Grande Marelle d’Ambre. Ambre est une ville... "

    Elle grimaça un instant.

    " Ambre est la ville dont est originaire votre père. Dont je suis originaire également. Et c’est parce que vous avez son sang, que vous êtes capable de vous déplacer entre les mondes... "

    Elle rit, un son cristallin et charmant.

    " Ce serait tellement plus facile si je pouvais vous montrer, Julien... Vous êtes certain de ne pas avoir envie d’aller manger un morceau avec moi ? "

    Elle se leva, tendant le bras au jeune magicien.

    " Ne vous faites pas prier. Je vous promets de vous ramener avant l’aube et en bonne santé... Si vous le désirez, du moins... "
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  9. #9
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    (pour le feedback...Tout va bien :fleur: .)

    Julien avait bu ses paroles comme si sa vie en dépendait. l'évocation de la Grande Marelle avait fait resurgir en lui des images d'abord confuses, puis de plus en plus précises. Il voyait maintenant les lignes lumineuses de la Marelle, animées de pulsions bleutées, comme animées d'une vie propre, parcourant le sol d'une salle sombre comme des veines le feraient d'un corps humain. Non, pas exactement. Comme une seule veine, parcourant toute la pièce, commençant sur les bords de la salle, tournant, tournant, se contortionnant encore et encore jusqu'à atteindre le centre. Le centre, la Fin d'une Epreuve, le commençement d'un Nouvel Homme.

    L'avait-il traversé? Il avait l'impression de connaître l'entité magique comme s'il sagissait de sa propre mère. Non, c'était faux, la Marelle était plus proche de lui que sa mère, elle était partie de lui-même. Elle était Commençement, et il était l'un de ses fils. Ainsi étaient les choses. Il les comprenait maintenant. Il ne savait pas grand chose de cette Ambre dont le docteur Melron lui avait parlé, mais il savait ce qu'était la Marelle. Il se l'était caché jusque là, enfoui en lui comme un s'il ne s'agissait que d'un simple rêve. Maintenant, il prenait conscience de la réalité de ses rêves, de la réalité de ses dons, de la réalité du petit corps chaud de Kyrdik, caché dans sa poche.

    Non, décidément, il n'était pas comme le commun des mortels. Et cette femme saurait l'aider, elle qui avait rappelé à son souvenir l'image de la Marelle.


    Tout bien considéré, je crois qu'il serait bon que nous "mangions un morceau", comme vous le dites si bien..."
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  10. #10
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Le docteur Melron accueillit cette déclaration avec un large sourire, et lui prit le bras. Ensemble, ils quittèrent le chapiteau, traversant la petite ménagerie miteuse où se languissaient les quelques animaux sauvages de la troupe, puis gagnèrent le parking des visiteurs. Il faisait un peu froid dehors, mais les révélations promises par sa compagne isolaient Julien de la réalité immédiate, il était encore tout à sa découverte, à ce retour de la Marelle à la surface de sa conscience.
    " L’ai-je franchie ? " demanda-t-il alors, réalisant trop tard qu’il avait parlé à voix haute.
    Le docteur Melron se tourna vers lui.

    " La Marelle? Mais bien sûr. Allons, montez donc, et nous bavarderons... " ajouta-t-elle en lui désignant une élégante décapotable noire.
    Le jeune homme s’exécuta sans rien dire. L'habitacle de la voiture dégageait une odeur extrêmement féminine, presque aphrodisiaque, et Julien cligna un peu des yeux pour reprendre ses esprits.

    " Bon. Nous allons procéder à un petit cours pratique... Vivre les choses me semble bien mieux qu’une longue explication. "
    Elle boucla sa ceinture.
    " Et je n’ai jamais été très portée sur la théorie... " ajouta-t-elle, en démarrant.
    Le docteur Melron exécuta une manoeuvre complexe à pleine vitesse, souriante, sans la moindre hésitation. Le moteur de son bolide grondait comme un animal sauvage, et malgré lui, Julien se cramponna à la portière.

    " Ceinture ? " demanda-t-elle.
    Le jeune magicien lui obéit, réprimant une petite angoisse.
    Elle sourit à nouveau puis s’engagea en trombe dans la circulation, roulant à la fois comme une kamikaze et comme quelqu’un de rompu à ce type d’exercice. Julien songea qu’il ne s’agissait pas là d’une conduite digne d’un représentant du corps médical, mais sa compagne semblait gérer le trafic avec la plus grande décontraction. Il n’en était pas de mêmes pour les malheureux qui croisaient sa route et leur parcours fut émaillé de nombreux crissements de frein et d’autant de coups de klaxon. Elle brûla un second feu rouge et s’engagea sur l’autoroute, où elle laissa la puissance de sa décapotable s’exprimer en toute liberté. Lâchant le volant un instant, elle s’alluma une cigarette.

    " Bon, si vous avez très faim, je pense qu’il doit rester quelque chose dans le frigo qui se trouve juste entre nous... Mon restaurant est un peu loin, mais vous apprendrez des choses sur la route... "
    Elle souffla la fumée de la cigarette vers le haut, et dépassa une voiture de sport par la gauche, s’attirant de grands appels de phare.
    " Amateur... " railla-t-elle. " Bon, les présentations... Vous pouvez m’appeler Flora. Et laissez tomber le docteur... Ce n’est pas vraiment mon métier. La fumée ne vous dérange pas ? "
    Derrière eux, la ville s’éloignait déjà.


    HRP : c'est quoi le code couleur de ton vert?
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  11. #11
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    (HRP: bah... Green :rigoler: !
    Tiens donc, Flora, je m'en doutais un peu, tiens... J'ai bien lu ma série je sais les reconnaître, nos amis les ambriens ...Verrais plus tard si les paris sur mon "père" sont aussi justes.)

    Julien se cramponnait de la main gauche à la portière de la décapotable. Il n'aimait pas trop les véhicules, en particulier lorsque ceux-ci outrepassaient toutes les règles au mépris du bon sens. Concentré sur la poignée qu'il serrait convulsivement, il ne remarqua pas immédiatement les éléments étranges qui apparaisaient peu à peu autour de lui et de la route.
    Les arbres changeaient de forme. Il prenaient des apsects plus tordus, plus torturés, mais aussi étrangement beaux. Les rambardes de sécurité de l'autoroute semblèrent soudain fondre comme neige au soleil, disparaissant à ses yeux en quelques instants à peine. Les lignes blanches se fondirent bientôt elles aussi dans le bitume. Plus aucune voiture ne roulait sur la bande noire, et Flora en profita pour pousser son bolide encore plus vite.
    Lorsque le ciel changea, passant du noir profond tacheté de lumières à une mauve ocré qu'il n'avait jamais vu sur Terre, il fut assuré de ce qui se passait. Flora voyageait comme lui l'avait fait, changeant la réalité à son profit, cherchant un monde que son esprit imprimait au décor environnant, tendant peu à peu vers sa destination inconnue.
    Julien avait fait cette expérience lorsqu'il avait fui l'hopital. Il rêvait alors tout éveillé, marchant dans un couloir, pensant à une forêt vierge dont il avait vu des images dans un livre. Il avait tant rêvé d'y être que peu à peu, le couloir s'était chargé de plantes poussant anarchiquement, dévorant littéralement les murs jusqu'à les engloutir complètement. Il avait ensuite légèrement perdu le contrôle, et s'était retrouvé dans l'Ombre ou il avait rencontré Kyrdik.


    "Nous... Nous voyageons hors de la réalité terrestre, n'est-ce pas? Comme ce que j'ai entrepris par hasard pour m'enfuir de l'hopital, n'est-ce pas?
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  12. #12
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Flora sourit.
    « Je ne dois même pas vous expliquer, alors ? Oui, je suis en train de manipuler la substance qui sépare... ou qui fait, devrais-je sans doute dire, les mondes... Petit à petit, touche par touche, je modifie la réalité, pour la faire glisser vers ce que je cherche... Regardez... La voiture s’altère aussi... Et vous le verriez sur vos vêtements si vous n’étiez pas attifé comme un magicien d’opérette... »
    Elle vira. Le bolide avait ralenti et ses proportions s’étaient modifiées, le capot semblait plus long, l'habitacle plus confiné, et le tableau de bord était pratiquement vide.
    « Hum, nous allons changer de moyen de transport. Accrochez-vous... »
    Julien crispa les doigts sur la poignée et Flora appuya sur un petit bouton vert, juste au coin de son volant. Il y eut un brusque sifflement, et le véhicule ralentit dans un soubresaut brutal, envoyant le jeune magicien valdinguer vers l’avant. Mais sa compagne le retint d’un bras vif et l’aida à se rasseoir dans ce qui était devenu une petite calèche pour deux personnes, aux sièges de cuir rembourrés et dont la capote était relevée. A la place du moteur se trouvait à présent un cheval gris pommelé qui trottait allègrement sur la route de terre, renâclant en cadence sous le ciel étoilé.
    « Je déteste marcher, alors je suis équipée... » annonça Flora. « Quand on ne prend pas ses précautions, on finit par tomber en panne, ça fait plein de problèmes, et puis Julian a horreur des gaz d'échappement dans sa forêt. »
    Elle dévisagea un instant le jeune homme.
    « C’est curieux qu’on vous ait appelé Julien, tiens... Ce n’est certainement pas une idée de votre père... Ce n’est pas son genre d’humour. »
    D’un petit claquement de langue, elle lança le cheval au galop et autour d’eux, le paysage continua à s’altérer. Les arbres grandirent, leur tronc se couvrit de mousse verte presque fluorescente, puis de gros champignons d’abord bruns, puis bleutés, enfin blancs, apparurent entre les racines monstrueuses de chênes millénaires et de hêtres gigantesques.
    « Bienvenue en Arden... » fit finalement Flora, avec un sourire un peu las.
    Julien nota qu’elle avait le front légèrement en sueur, et la calèche repassa au pas.

    « Nous y sommes presque. Vous voyez... C’est la Marelle qui permet de voyager d’un univers à l’autre... La Marelle qui révèle le pouvoir du sang d’Ambre, qui coule dans vos veines, et dans les miennes... Ce n’est pas très compliqué, en somme. »
    Puis, d’un mouvement brusque des rênes, elle mit à nouveau le cheval au galop.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  13. #13
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Julien subit le nouveau changement de rythme comme les précédents, en se tassant les plus possible dans son siège. Quant enfin il se fut rassuré tout seul, il se retourna vers Flora et lui demanda précipitamment, désireux d'éclaircir le plus possible de choses rapidement:

    "je commençe à mieux comprendre, mais il y a encore beaucoup de points que je ne capte pas. Qu'est-ce qu'Ambre, réellement? Je sais que c'est une ville et qu'elle est importante, mais je ne suis pas conscient de sa réelle valeur.
    Ah, et puis, si j'ai du sang d'Ambre, alors mon père était un marcheur des plans, qui a eu une aventure sur Terre, c'est cela? Et c'est de lui que j'ai obtenu mes capacités surhumaines? Mais alors, qui est-il? Il doit être puissant, puisque je possède assez de pouvoirs pour voyager dans les mondes et faire de la magie alors que je ne suis qu'un bâtard d'Ambre? Je me trompe?"
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  14. #14
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Flora s’alluma une nouvelle cigarette, passant un instant les rênes à Julien.
    " Je ne suis pas très douée pour expliquer les choses... Disons qu’Ambre est la cité ultime. Toutes les villes de l’univers n’en sont que de pâles reflets. C’est la ville réelle, la ville qui est source de tout... des Ombres. Ah, je m’embrouille. La voilà... "
    Ambre.
    La calèche déboucha dans une vaste plaine plongée dans l’obscurité. La voûte céleste était couverte d’une myriade d’étoiles et un croissant de lune, paresseux, illuminait l’herbe rase. Dans le lointain, de nombreuses lueurs trahissaient la présence d’une imposante cité, et Julien regretta que les Ténèbres l’empêchent de profiter de la vue.

    " Ambre a été fondée au-dessus de la Marelle, qui te donne ton pouvoir. Le sang d’Ambre est le sang qui coule dans les veines des enfants du Roi Obéron, premier souverain de la ville, et de leurs enfants... Peut-être sera-t-il toujours puissant chez les suivants, je ne pourrais pas le jurer... "
    Le petit cheval gris accélérait, comme s’il sentait l’écurie. Mais soudain, le ciel se voila et un vent froid se leva. Flora jura.
    " Je suis une des filles d’Obéron, et donc ta tante. Je n’aime pas tellement qu’on m’appelle " tante ", cela dit, donc, franchement... Flora sera très bien. Ton père... Mmmm... Tu ne voudrais pas que je gâche cette surprise, si ? Tu le rencontreras bien assez tôt, en vérité. Je ne sais pas s’il te plaira, mais il essayera, c’est certain. "
    Il se mit à pleuvoir.
    " Et je vais lui passer un savon. " ajouta-t-elle en immobilisant la calèche.
    Elle sortit et invita Julien à l’imiter. Ils étaient debout dans l’herbe, au milieu de nulle part, et la brise faisait de petits tourbillons dans les graminées, sifflant, sinistre, à leurs oreilles. Flora fit un geste et la calèche se réduisit brusquement à une petite valise qu'elle souleva avec humeur. Elle l’ouvrit et en sortit un paquet de cartes allongées. En bougonnant, elle en choisit une, qu’elle tendit devant elle.
    " Allons, ne soyez pas timide, prenez donc mon bras... " fit-elle à l’adresse de Julien, qui lui obéit un peu machinalement.
    Aux côtés de sa tante, le jeune magicien contempla la carte qu’elle brandissait. Il y discernait une sorte de grand hall, de marbre clair, chargé de draperies où dansaient des licornes cabrées. Il en prenait à peine conscience que l’image s’agrandit et l’engloba. Entraîné par Flora, il fit un pas en avant et se retrouva, pour la première fois, dans le grand hall du château d’Ambre.
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

  15. #15
    Date d'inscription
    November 2004
    Localisation
    Metz
    Messages 
    1 625
    Julien en resta pantois. Il n'avait pas vu beaucoup de chateaux au cours de sa jeunesse, plutôt habitué aux chambres blanches et aux loges obscures, mais celui-ci dépassait son entendement. la voûte culminait à plus de dix mètres de hauteur, et les draperies majestueuses qui ornaient les murs semblaient illuminer la salle de par leurs couleurs puissantes et charmantes. Ce hall d'apparat n'avait rien de commun avec les grandes salles de réception que Julien avait pu étudier dans quelque livre d'histoire. Elle n'avait pas l'aspect pompeux du baroque qui hantait bien trop de constructions humaines. Elle imposait sa beauté sans artifices, laissant la pierre et les ornements savament intégrées dans le décor parler pour elle. Rien n'était en trop, et rien ne semblait manquer.
    Julien nota la forme de la licorne, qui apparaissait partout sur les tentures et dans toutes les autres décorations. La fréquence de ce décor lui laissa à penser qu'il devait s'agir de l'équivalent Ambrien des animaux présents sur les blasons des chevaliers du moyen Age. Ce devait être le symbole d'Ambre.

    Flora, toujours à ses côtés, semblait attendre qu'il ait fini de s'émerveiller. Il s'arracha à la contemplation du petit bijou d'architecture au centre duquel il se trouvait et se tourna vers son hôtesse improvisée. Si elle l'avait mené ici, elle avait sûrement un plan pour lui. La laisser l'accomplir était pour le moment la seule chose qu'il avait à faire. Et la seule qui lui importait, d'ailleurs.
    Les Neiges des Darkanisses. Onze chapitres postés. Arrêt de diffusion sur le net, pour suite et texte réorganisé, MPéez moi
    Mon moi RP; La Naissance du Maudit ; L'Invasion des Ombres
    Amis métalleux, venez visiter mon petit blog de chroniques métal

  16. #16
    Avatar de Galathée
    Galathée est déconnecté Impératrice d'Erhedun
    Date d'inscription
    August 2004
    Localisation
    sur une autre longueur d'ondes...
    Messages 
    33 415
    Rendez-vous dans le Château d'Ambre...
    Créateurs de tous poils, rejoignez-nous : Ecrivains, moddeurs, traducteurs, amateurs de RP, une place pour chaque plume !

    MJ sur Hélonna, full en ce moment

Les tags pour cette discussion

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250